Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de FeyGirl : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Guide des genres et sous-genres de l'imaginaire Guide des genres et sous-genres de l'imaginaire
Apophis   
En surfant sur le blog d'Apophis le culte d'Apophis, très riche sur la SFFF, j'ai découvert qu'il avait écrit avec le soutien des éditions Albin Michel un guide des littératures de l'imaginaire, proposé gratuitement sur les plateformes numériques. Je me suis précipitée dessus !

Il s'avère que c'est un guide gratuit mais très sérieux, et la culture livresque de l'auteur transparaît. Facile à lire, plutôt complet (si tant est qu'on puisse être complet sur ce sujet), les genres et sous-genres sont évidemment décrits et définis avec des critères clés. L'auteur nous rappelle que les classifications classiques anglo-saxonnes et françaises peuvent être différentes, mais aussi que certains sous-genres ont plusieurs définitions selon les spécialistes. Il prend le risque d'estimer que des sous-genres sont des genres à part entière, comme la Science-Fantasy : même si je n'adhère pas totalement à ce point de vue, ses arguments font réfléchir et méritent l'attention.

Mais l'auteur va bien au-delà des classifications : il explique clairement la naissance d'un sous-genre en réaction à un sous-genre précédent, et à la lecture il est évident que ces évolutions accompagnent celles de la société. Plus on avance dans le temps, plus Apophis nous décrit une profusion de sous-genres... Et j'avoue avoir parfois été perdue dans tous les sous-genres actuels. Je me rends maintenant compte que je suis très loin de connaître toutes les tendances d'aujourd'hui, et c'est grâce à ce guide.

J'ai aussi beaucoup aimé le ton parfois ironique, pour décrire des sous-genres démodés que nous pouvons trouver ringards, mais aussi pour lancer des piques sur des étiquettes marketing actuelles.

Et pour finir, comme tout guide littéraire, chaque sous-genre est accompagné de livres ou d'auteurs représentatifs... Donc évidemment je le consulterai de temps en temps à l'avenir, pour y piocher des idées de lecture.

par FeyGirl
Les Dames du Lac, Tome 4 : La Prêtresse d'Avalon Les Dames du Lac, Tome 4 : La Prêtresse d'Avalon
Marion Zimmer Bradley   
à mon avis, ce livre est le moins bon de la saga...

par pompon632
Les Dames du Lac, Tome 3 : Le Secret d'Avalon Les Dames du Lac, Tome 3 : Le Secret d'Avalon
Marion Zimmer Bradley   
Ce livre permet de revenir aux sources de la légende :
présentation de l'île mystérieuse d'Avalon,
naissance de Viviane (la dame du lac) aux pouvoirs extraordinaires,
prophéties concernant l'épée magique Excalibur, la naissance d'Arthur... Un agréable moment de lecture et d'évasion...
Les Dames du Lac, Tome 2 : Les Brumes d'Avalon Les Dames du Lac, Tome 2 : Les Brumes d'Avalon
Marion Zimmer Bradley   
Comme je le disais dans ma chronique concernant "Les dames du lac"; bien que adapté plutôt que traduit, ces deux tomes sont merveilleux.
Avec "Les brumes d'Avalon" nous continuons à suivre les aventures du Roi Arthur Pendragon et de ses compagnons.
Sont également mis très en avant: Guenièvre, l'épouse d'Artur, Viviane, la grande prêtresse d'Avalon et Morgane, la demi-sœur du Roi.
Après bien des péripéties, la paix règne enfin sur le royaume.
Tout cela est du à Arthur et à l'héroïsme des chevaliers de la table ronde.
Pourtant cela est précaire car les menaces sont toujours bien présentes.
De plus La reine Guenièvre n'a toujours pas donné d'héritier au Roi.
Cette deuxième partie du cycle d'Avalon est toujours aussi excitante, passionnante et magique.
Comme je le disais dans mon précédent commentaire, les hommes bien qu'ayant un rôle important dans l'histoire, ne sont pas au centre de ce récit.
Cette vision de la légende d'Arthur nous propose surtout le ressenti des femmes et leurs rôles dans la légende Arthurienne.
Cette deuxième partie est à mon avis beaucoup plus violente que la première.
Les meurtres et les trahisons sont beaucoup plus nombreux que dans "Les dames du lac".
Par contre contrairement à beaucoup d'ouvrages concernant le mythe d'Arthur et de ses chevaliers, les batailles ne sont pratiquement pas décrites.
La psychologie des personnages est au premier plan dans cette saga de Marion Zimmer Bradley.
"Les dames du lac" comme "Les brumes d'Avalon" m'ont vraiment séduit et pour les amateurs de ce genre littéraire, ces deux tomes sont à lire.
Adanson Marco.

par Adanson
Les Dames du Lac, Tome 1 Les Dames du Lac, Tome 1
Marion Zimmer Bradley   
Prix obtenus
*Locus, roman de fantasy, 1984*
L'imaginaire médiéval, le merveilleux propre à la littérature celtique et l'heroic-fantasy se conjuguent parfaitement dans ce livre, le tout servi par une écriture fluide et imprégnée de poésie.
Les Lames du Cardinal, Tome 3 : Le Dragon des Arcanes Les Lames du Cardinal, Tome 3 : Le Dragon des Arcanes
Pierre Pevel   
Eh voilà, fin de la trilogie (la meilleure que j'ai lue, soit dit en passant). Un final plein d'action et d'émotions, une intrigue brillamment menée et quel style !… Les descriptions sont tellement réalistes qu'on s'y croirait, et on apprend énormément de choses sur le Paris du XVIIème siècle.
Bref, une trilogie à ne pas manquer !

par Sheya
Les Lames du cardinal, Tome 2 : L'Alchimiste des ombres Les Lames du cardinal, Tome 2 : L'Alchimiste des ombres
Pierre Pevel   
En Lorraine, une Sœur et des Gardes de Saint Georges traquent l’Alchimiste, qui s’échappe en se transformant en dragon. La Sœur a alors une vision de la destruction de la France…

Nous retrouvons avec plaisir les Lames du Cardinal, ces épéistes hors pair au service de Richelieu et de la France. Chacun d’entre eux a son caractère bien trempé, voire un brin caricatural, mais on ressent le plaisir de l’auteur à les mettre en scène dans une ambiance prononcée de roman de Capes et d’Épées. Les Lames cherchent à déjouer des complots, tout en sachant que leur patron – Richelieu lui-même – ne leur dévoile pas tout et peut les abandonner si la raison d’Etat l’exige, ce qu’il a déjà fait par le passé.

Dans ce second volet entrent en scène de nouveaux personnages, notamment l’Alchimiste des Ombres, ce redoutable agent des loges draconiques dont les Lames gardent un souvenir cuisant. Plusieurs intrigues s’entremêlent dont les fils sont tirés par les nombreux ennemis du royaume. En trame de fond, un complot visant le trône de France ourdi par la Griffe Noire.

Ce tome conserve le rythme enlevé de la saga, avec ses multiples rebondissements et ses secrets enfouis, ses manigances et ses double-jeux. On peut regretter parfois un excès de deus ex machina, mais c’est pardonnable tant la lecture est agréable.

Une lecture qui offre un bon moment de détente, même si je commence à être étonnée que la saga soit considérée comme une référence en Fantasy française, car je trouve qu’il manque un « petit quelque chose » qui rendrait l’histoire marquante, et que le tome 2 ne renouvelle pas beaucoup le tome 1. Je vais lire le dernier volet pour me faire un jugement final.

par FeyGirl
Les Lames du Cardinal, Tome 1 Les Lames du Cardinal, Tome 1
Pierre Pevel   
Nous voilà transportés à l’époque de Richelieu ! Dans un Paris – et ses alentours – admirablement reconstitué par la plume de l’auteur, nous suivons plusieurs personnages dans une aventure de Capes et d’Epées et … de dragons. Des dragons qui pour la plupart ont une forme humaine et sont membres de loges obscures et ésotériques. Ils ont déjà la main-mise sur la Cour d’Espagne et ils ne rêvent que de s’implanter en France.

Le Cardinal de Richelieu reforme la compagnie des Lames du Cardinal, combattants et épéistes d’exception, pour servir la France contre ses ennemis, à savoir les puissances étrangères mais aussi la race ancestrale des dragons. Dans un contexte d’intrigues, de complots, de traîtrise et de double-jeu, nos héros se retrouvent après des années de séparation et sont rapidement mêlés à des enjeux parfois obscurs pour eux-mêmes.

Les scènes et les dialogues sont bien écrits et agréables à lire. Et l’auteur a le sens du scénario! J’ai tellement bien visualisé les scènes que j’imaginerais volontiers un film adapté de ce livre, pour une aventure palpitante qui multiplie les rebondissements. Les références à Alexandre Dumas sont évidentes, et j’ai eu le sentiment que Pierre Pevel s’était beaucoup amusé à écrire ce roman, pour notre plus grand bonheur de lecteur.

Les articles qu’on peut lire sur cette trilogie rappellent régulièrement qu’elle est aussi uchronique, avec une conclusion du siège de la Rochelle différente de la réalité historique, à tel point que la saga est souvent qualifiée d’Uchronie de Fantasy. Mais j’ai trouvé que cet élément était très mineur dans l’histoire, et que l’auteur aurait très bien pu construire son scénario sans modifier les événements de la Rochelle (en inventant une autre raison pour la dissolution des Lames, des années avant le début des romans). Bref, je classe cette saga en Fantasy Historique, et pas en Uchronie de Fantasy.

Les personnages sont un brin typés, mais ce n’est pas gênant dans ce livre qui s’inspire des histoires et films de Capes et d’Épées, c’est-à-dire où l’action et les interactions entre les protagonistes priment sur la psychologie de chacun.

La fin de ce roman est une demi-fin, tant il est évident que si une intrigue principale est close, de multiples questions restent en suspens. Vive la suite !

Un roman léger et agréable, idéal pour s’offrir un bon moment de détente.

par FeyGirl
La Planète géante La Planète géante
Jack Vance   
Le vaisseau d'une commission terrienne est victime d'un attentat et s'écrase sur la Planète Géante. Pour rejoindre l'Enclave Terrienne, les survivants doivent parcourir soixante-cinq mille kilomètres (eh oui, la planète est ... géante) en traversant des zones contrôlées par des peuplades souvent hostiles.

Ce roman, écrit une dizaine d'années avant le Cycle de Tschaï, en contient tous les prémisses, même si il n'est pas exempt de défauts qui seront atténués dans la saga la plus connue de l'auteur. La trame de fond est similaire : une aventure dans un environnement dangereux, au sein d'un univers aux multiples paysages, peuples, faunes et flores, couleurs... Cependant, les sociétés rencontrées sont généralement moins travaillées (et parfois pas du tout), les décors naturels sont trop rapidement esquissés, et à l'exception du héros principal les personnages sont peu ou pas approfondis, donc on se s'attache pas à eux. L'intrigue elle-même très linéaire.

Le récit ressemble à un prétexte pour présenter le monde imaginaire de l'auteur. La Planète Géante est peuplée de descendants d'humains qui ont quitté la zone d'influence terrienne pour leur "indépendance" car ils refusaient de vivre comme des robots obéissants et sans âme (selon eux), mais pour les Terriens les premiers colons étaient avant tout des inadaptés. Dans ce monde sans technologie car sans métal, l'auteur imagine qu'au fil des générations les colons ont inévitablement recréé des sociétés primitives et inégalitaires, ce qui est une idée intéressante. On y croise souvent des esclaves, les femmes sont méprisées et elles ne s'appartiennent pas, les enfants ne connaissent pas l'école et apprennent très jeunes un métier traditionnel. Il vaut mieux être armé et savoir se battre quand on entame un voyage. Quelques villes plus évoluées existent cependant, mais elles ont fondé des micro-sociétés parfois luxueuses mais peu attirantes. Et soyons clairs, la vie n'a pas de valeur sur la Planète Géante.

La méconnaissance des femmes qu'a l'auteur (si on veut exprimer les choses gentiment) transparaît, notamment avec deux adolescentes décrites comme très piailleuses et frivoles. Et des hommes soit-disant civilisés (car venant de la Terre) sont ravis de les prendre comme compagnes. Si on fait le lien avec un protagoniste apparaissant dans le dernier tome du Cycle de Tschaï, on ne peut pas s'empêcher de penser que l'auteur a un problème avec les adolescentes. C'est vraiment le sujet le plus gênant chez Jack Vance, au-delà d'une misogynie dans le traitement de ses personnages (fréquente dans les romans de SF écrits à cette époque).

En conclusion, un roman qui n'est pas le plus grand de l'auteur car il y a encore beaucoup d'éléments à travailler et approfondir, mais malgré tout le livre se laisse lire.

La suite a été écrite une vingtaine d'année plus tard, je vais découvrir si elle est meilleure.

par FeyGirl
Cycle de Tschaï, tome 4 : Le Pnume Cycle de Tschaï, tome 4 : Le Pnume
Jack Vance   
Adam Reith est tout près de son but… Mais il se fait enlever par les Pnumekins, humains sous l’emprise des Pnumes.

Pour ce quatrième volet, nous découvrons les Pnumes, la race originelle de Tschaï, qui se cachent sous terre. Dans une ambiance étouffante et silencieuse, entourée de mystères, le héros se retrouve seul et force une jeune Pnumekin à l’aider. La civilisation Pnume est celle que j’ai trouvée la plus marquante dans cet univers.

J’ai parfois été mal à l’aise avec les relations entre Adam et la jeune Pnumekin, parce que son âge n’est pas clair, et l’auteur reste très évasif à son sujet. On sait seulement qu’ « elle était plus âgée que ses formes à peine ébauchées ne le suggéraient ». Et vers la fin du roman, l’auteur nous gratifie d’une perle, en écrivant qu’Adam pense que « elle était femme et fondamentalement irrationnelle, mais cette réalité élémentaire n’expliquait pas toute sa conduite ». Cependant, le héros a un comportement extrêmement protecteur envers la jeune fille.

Mon avis général sur ce cycle reste très positif, car elle dépeint une aventure très mouvementée et picaresque, sur une planète fascinante par la diversité de ses races, de ses cultures, et de ses paysages. A lire pour se détendre, sans trop être exigeant sur la construction des personnages et surtout la finesse des caractères féminins (euphémisme).

par FeyGirl
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3