Livres
528 694
Membres
548 859

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de FeyGirl : Mes envies

Le Trône de fer, Intégrale 6 Le Trône de fer, Intégrale 6
George R. R. Martin   
Est-ce que quelqu'un à une info sur la date de sortie ?

par kisa
Le Trône de fer, Intégrale 7 Le Trône de fer, Intégrale 7
George R. R. Martin   
La fin de l'aventure est là. Dommage car l'univers est toujours aussi bien. Les complots ont-ils fonctionné ? A vous de voir !
L'Arcane des Epées, Tome 1 : Le Trône du dragon L'Arcane des Epées, Tome 1 : Le Trône du dragon
Tad Williams   
Une série un peu longue à démarrer, c'est vrai, deux amis lecteurs me l'ont dit, au début, c'en est presque chiant. On suit les aventures de Simon dans le château, on découvre son monde et les personnages importants, mais il n'y a qu'à partir d'un moment relativement avancé que l'intrigue va réellement se mettre en place, et que Simon va devoir sortir des jupes de toutes les femmes qui se sont occupées de lui depuis sa naissance, pour entrer activement dans le vif de l'histoire qu'on sent apparaître et naître tout au long du tome.
L'Héritage, Tome 1 : Eragon L'Héritage, Tome 1 : Eragon
Christopher Paolini   
J'ai commencé ce livre un jour sur un coup de tête, c'était mon premier roman de fantasy pure et dure et je l'ai lu d'une traite. Il est tout simplement génial, l'univers créé par l'auteur est complet, magique, intriguant et dangereux parfois. J'ai adoré m'y perdre et voyager en compagnie d'Eragon et Saphira.

par x-Key
L'Enfant de Poussière L'Enfant de Poussière
Patrick-K Dewdney   
Premier opus d'une saga qui en comprendra sept, « L'Enfant de poussière » fait l'objet depuis sa sortie d'un véritable engouement de la part du public. « Magistral ». « Véritable monument ». « Épique, ambitieux et éclatant » : les compliments ne cessent de pleuvoir sur le roman de Patrick Dewdney paru en mai dernier aux éditions Au Diable Vauvert. Mais tous ces superlatifs sont-ils mérités ? Pour ma part, la réponse est incontestablement oui, car malgré quelques belles découvertes littéraires récentes, cela faisait très très longtemps que je n'avais pas été transportée à ce point par un roman. Celui-ci est d'ailleurs assez difficile à résumer. Non pas en raison d'un quelconque défaut de construction ou d'une faiblesse de l'intrigue, mais parce qu'il est compliqué d'évoquer les aventures du héros sans trop en dévoiler (je vous conseille d'ailleurs de ne pas lire la quatrième de couverture qui, parce qu'elle ne peut pas faire autrement, déflore une grande partie de l'histoire). le récit nous est narré par un certain Syffe qui nous relate dans ce premier tome les événements qui ont rythmé sa vie entre ses neuf et treize ans. « Six cents pages pour relater les jeunes années du héros, cela fait beaucoup ! », serait-on tenté de penser. Après tout que pourrait-il bien arriver de suffisamment captivant à un enfant pour justifier un aussi long récit ? Et bien dites-vous que six cents pages ne sont pas de trop pour raconter la vie mouvementée de ce jeune garçon. Celui-ci n'a pourtant, au premier abord, rien de particulier : orphelin livré à lui-même, Syffe est un petit garçon débrouillard qui vit au jour le jour, entouré d'une petite bande d'enfants au parcours similaire au sien. Et puis, une succession d'événements va totalement transformer le quotidien du petit vagabond qui va dès lors passer par une multitude de statuts très variés auxquels il va devoir s'habituer.
Le roman est divisé en quatre parties qui correspondent à chacun de ces états ainsi qu'aux différents lieux dans lesquels le jeune Syffe va être entraîné. Or, chacune de ces parties pourraient facilement constituer un roman à elles seules tant elles sont riches. C'est qu'il en a, des choses à nous dire, ce héros à l'âge tendre et pourtant déjà bien marqué par la vie. Si on prend autant de plaisir à suivre ses aventures, c'est avant tout parce qu'elles nous donnent un aperçu, pour le moment limité mais néanmoins déjà fascinant, de l'univers dans lequel elles prennent place. Pourtant, le cadre n'a, à première vue, rien de très original lui non plus : nous sommes dans un décor médiéval-fantastique traditionnel dans lequel le surnaturel n'a, pour l'instant, que très peu d'importance. La précision avec laquelle le décor est dépeint, que ce soit en terme d'équipement, d'architecture, ou encore de tactique militaire, justifie pourtant à elle seule l'attrait exercé par le cadre et explique pourquoi le roman a été classé dans la catégorie « fantasy historique ». Notre premier contact avec cet univers s'effectue dans la ville de Corne-Brune, une sorte de cité-état indépendante dont on arpente aussi bien les ruelles mal famées, que les quais, la campagne environnante ou encore la Cuvette, qui abrite chaque été les clans nomades venus commercer avec la cité. Cette première partie baigne dans une ambiance volontiers bucolique dans laquelle commencent pourtant déjà à se dessiner les prémices des troubles à venir : rumeur de rupture de vieux traités passés entre les différentes cités des environs, montée de la xénophobie, complots organisés par les grandes familles de la ville... Difficile dans un premier temps de ne pas penser à « L'assassin royal » de Robin Hobb tant il y a de similitudes entre le parcours de Fitz et celui de Syffe. Seulement la vie du second prend rapidement un tour plus tragique et bien plus chaotique que celui du premier.
La seconde partie nous en dévoile un peu plus sur les arcanes qui régissent la vie de la cité et sur les luttes de pouvoir qui s'y jouent. le décor y est plus étouffant car plus limité et essentiellement urbain. A l'inverse, la troisième partie se déroule exclusivement en plein air, et permet de découvrir un nouveau lieu emblématique de l'univers de l'auteur : la forêt de Vaux. « Il s'agit d'une forêt véritablement ancienne, où les troncs noueux et les racines torturées jaillissent de la mousse épaisse comme des jardins de statues végétales. Insectes, gibier, prédateurs et oiseaux, sous la canopée, tous mêlent leurs chants en une musique étrange et perpétuelle, que certains appellent « la voix de Vaux ». » L'auteur nous livre à cette occasion toute l'étendue de son talent et offre aux lecteurs de magnifiques passages ô combien immersifs. L'auteur se plaît là encore à distiller une multitude de petits renseignements sur le contexte géopolitique des environs, et, même si ni le personnage ni le lecteur ne peuvent pour le moment saisir toute leur portée, leur seule mention suffit souvent à enflammer l'imagination : on parle de l'avènement d'un nouveau roi des Ormes, de la renaissances des Feuillus, des trolls vivants reculés dans les montagnes... La quatrième partie élargit encore notre horizon et celui du jeune Syffe et se concentre sur le conflit opposant deux cités-états, en guerre depuis quelques mois pour annexer un même territoire. Si on pouvait penser à Robin Hobb pour la première partie, celle-ci se rapproche davantage de ce qu'a pu faire Bernard Cornwell dans ses différentes sagas historiques. On y retrouve en effet le même souci de réalisme, et le même soin apporté à la description des scènes de bataille aussi bien que des nombreux aspects de l'organisation d'une campagne militaire. L'immersion est, encore une fois, totale, et pas une page en trop ne vient gâcher la narration de cette quatrième partie qui vient clore en beauté le premier tome des aventures de notre héros.
En un seule et même tome, Patrick Dewdney parvient ainsi à plonger le lecteur dans quatre ambiances radicalement différentes, mais toutes aussi immersives et passionnantes à découvrir. L'auteur pose les bases d'un univers d'une richesse incroyable, et c'est ce qui séduit immédiatement le lecteur qui ne s'y trompe pas. On sent en effet que l'univers est tout sauf en carton-pâte, et qu'il est par conséquent bien plus vaste et bien plus complexe que ce que le personnage perçoit, lui qui n'a pas encore toutes les armes pour appréhender les événements dont il est témoin ou entend parler. Les intrigues politiques dont il est question ici sont ainsi détaillées avec soin, et reposent sur des présupposés logiques qui plongent leurs racines dans l'histoire de chaque territoire ou de chaque famille. L'auteur a, de plus, le sens du coup de théâtre, si bien que, comme le protagoniste, on voit rarement le retournement de situation venir. La seule chose que l'on pourrait à la limite critiquer serait le schéma quelque peu répétitif qui rythme pour le moment la vie du héros (découverte d'une nouvelle vie et d'un nouveau milieu / phase d'acclimatation / arrivée d'une catastrophe qui vient tout remettre en question), mais le tout reste cohérent et cela n'enlève rien à l'intérêt que l'on porte à l'intrigue. Cette densité propre à l'univers de l'auteur tient aussi à toutes les petites anecdotes ou trouvailles folkloriques imaginées ici et qui permettent de donner davantage de corps et de réalisme au différents décors arpentés (les lures de la forêt de Vaux, les pérégrins et leurs masques...). L'immersion naît aussi, évidemment, de la plume de l'auteur qui séduit tant par son élégance que par sa fluidité, mais aussi par la profondeur de ses réflexions sur la vie, la liberté ou la politique.
Reste à aborder la question des personnages qui font, heureusement, preuve du même soin que l'intrigue ou le décor. Syffe est typiquement le genre de personnage pour lequel on se prend immédiatement d'affection et qui est amené à marquer durablement l'imaginaire du lecteur. Cet attachement, il naît dans un premier temps en grande partie du contraste saisissant entre le jeune âge du personnage et la dureté des épreuves qui lui sont infligées. N'allez en effet pas croire que le fait qu'il s'agisse d'un enfant ait incité l'auteur à édulcorer son récit : il n'en est rien. le monde dans lequel évolue le personne est dur, violent, et les adultes qui gravitent autour de lui ne sont pas des enfants de choeurs. Mais l'empathie que l'on éprouve pour le narrateur tient aussi à sa personnalité et à sa formidable capacité d'adaptation face aux drames et aux trahisons dont il est victime. le mode de narration choisit par l'auteur incite évidemment beaucoup à l'introspection, sans que celle-ci soit pour autant synonyme de sempiternelles complaintes ou d'auto-apitoiement de la part du narrateur. de même, on aurait pu croire que le point de vue unique adopté ici allait nécessairement se traduire par un soin moins marqué accordé aux autres personnages. Or, là encore, Patrick Dewdney parvient à nous surprendre. Qu'il s'agisse du première-lame Hesse, du guerrier var Uldrick, ou des compagnons d'enfance de Syffe, tous bénéficient d'un traitement soigné, laissant entrevoir leurs failles, leurs défauts et leur complexité. Tous ont également un passé qui leur est propre (dont on ne connaît parfois presque rien) et qui transparaît dans leurs actes, participant ainsi à les rendre plus humains. L'auteur n'a également pas son pareil pour dresser le portrait de personnages hauts-en-couleurs qui, tout comme l'univers, sonnent incontestablement vrais, qu'ils s'agisse de mercenaires, de marchands, de nobles arrogants ou de compagnons de jeux du héros.
Vous l'aurez compris, ce premier tome qui marque le début d'une nouvelle de fantasy « made in France » a été un énorme coup de coeur. Tout y est absolument parfait : de l'intrigue aux personnages, en passant par l'univers et la plume de l'auteur. Bref, « L'Enfant de poussière », c'est six cents pages de pur bonheur que vous dévorerez avec frénésie et qui vous laisseront totalement ébahi. Et la bonne nouvelle, c'est qu'il ne faudrait pas attendre longtemps avant d'avoir la suite, puisque le deuxième tome (« La peste et la vigne ») est prévu pour septembre de cette année (merci Au Diable Vauvert !).
La Ballade de Pern, Tome 1 : Le Vol du Dragon La Ballade de Pern, Tome 1 : Le Vol du Dragon
Anne McCaffrey   
Ce livre est le premier de la série écrit par Anne McCaffrey, mais dans l'ordre chronologique il se place en septième position. Si vous voulez suivre dans l'ordre :
L'Aube des dragons (Intégrale 1)
La Chute des fils (non repris en intégrale)
L'Oeil du dragon (Intégrale 1)
La Dame aux dragons (Intégrale 2)
Histoire de Nerilka (Intégrale 2)
Le Maitre-harpiste de Pern (Intégrale 3)
Le Vol du dragon (Intégrale 3)
La Quête du dragon (Intégrale 3)
Le Chant du dragon (Intégrale 4)
La Chanteuse-dragon de Pern (Intégrale 4)
Les Tambours de Pern (Intégrale 4)
Le Dragon blanc (Intégrale 5)
Les Renégats de Pern (Intégrale 2)
Tous les Weyrs de Pern (Intégrale 5)
Les Dauphins de Pern (Intégrale 1)
Les Ciels de Pern (Intégrale 5)

Pour en savoir plus :
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ballade_de_Pern
http://nevertwhere.blogspot.fr/2012/08/petit-guide-de-lecture-de-la-ballade-de.html



par major1fr
Bankgreen, l'intégrale Bankgreen, l'intégrale
Thierry Di Rollo   
Les premiers chapitres sont assez durs à lire et il faut attendre une bonne cinquantaine de pages avant de commencer à comprendre les bases de l'univers et les règles qui le régissent. Mais une fois cette étape passée, j'ai été prise par les mystères de Bankgreen et, au final, je ne regrette pas la lecture de ce livre que j'avais acheté au hasard.
L'écriture est d'une grande qualité et j'ai adoré la manière dont l'auteur répétait certaines phrases ou paroles de chapitre en chapitre leur faisant tantôt changer de sens ou renforcer une idée.
L'univers et l'histoire sont très métaphoriques et c'est le sous-texte qui est le plus important. La façon dont l'auteur a décidé d'aborder le concept de la mort (et celui de la vie) est très intéressante et peu vue. Il met également beaucoup en avant les sentiments de haine et de peur qu'il étudie en profondeur. Pour tout cela, le livre en vaut le coût même si on peut le qualifier de livre de niche pas toujours facile à lire.
J'ai toutefois été déçue par la fin qui est certes logique et cohérente avec le reste de l'histoire mais qui personnellement m'a semblé un peu trop facile et une partie de la morale qui découle de l'entièreté de l'oeuvre me gène (mais c'est subjectif pour le coup).
Ça reste une oeuvre originale et habillement écrite et pour ceux qui seraient intéressés de lire Bankgreen, prenez bien la version intégrale de l'oeuvre car il est nécessaire de la lire dans son entier et, de préférence, d'une traite pour la comprendre. La première partie ne se suffit pas et, lue seule, serait décevante...

par DeadlySin
Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune Le Livre des martyrs, Tome 1 : Les Jardins de la lune
Steven Erikson   
Sérieusement j'ai rien compris à ce livre, certains le trouvent génial moi j'ai pas du tout réussi à rentrer dedans, c'est trop descriptif, et concrètement il ne se passe pas grand chose, je n'ai pas du tout aimé personnellement !

par Selwyn
La Guerre de la faille, Tome 1 : Magicien La Guerre de la faille, Tome 1 : Magicien
Raymond E. Feist   
Un premier tome époustouflant

Cela faisait longtemps que je voulais découvrir Raymond Feist . Et quoi de mieux pour débuter que la Guerre de la Faille. Waouw ! Ça c’est de l’univers ! Pour résumer Magicien, c’est une histoire de bataille entre l’Orient et l’Occident médiéval à la sauce de Feist. Et tourné d’une telle manière que … J’avoue, je vais avoir du mal à me coller à autre chose !

Vous avez un royaume donc qui incarne notre Occident Médiéval et nous le découvrons à travers les yeux de Pug, un jeune garçon qui tente de devenir apprenti magicien et qui a du mal à montrer ses talents Nous voyons donc les trésors d’amitié avec son compagnon Thomas qui rêve d’être un grand guerrier. Mais aucun des deux n’est noble alors… Il va en falloir pour réaliser leurs rêves. De l’autre côté, nous avons les Tsurani, qui a un système féodal assimilé à celui du Japon et de ses samouraïs donc fondé sur l’honneur et sur une politique expansionniste. Les Tsunari arrivent à créer une Faille et tentent d’envahir l’autre monde

Une guerre et une initiation

Magicien est bien entendu le récit de l’initiation de toute une vie de Pug qui au travers des deux mondes arrive à devenir un grand magicien. Il accomplit son rêve d’enfant. Thomas aussi subira une initiation et deviendra un grand guerrier. Nous suivons l’évolution des deux compères au travers de différentes années avec un grand intérêt car leur destin est entremêlé des intrigues des deux mondes différents qui sont en guerre. Comment arriveront-ils à allier et à réconcilier ces mondes si différents.

Cette grande guerre est passionnante car elle nous montre la vision des deux royaumes complètement différente. Nous voyons l’incompréhension de chacun mais aussi une critique de chacun des deux systèmes. J’ai beaucoup aimé cette confrontation entre ces mondes à travers un univers totalement fantaisiste et réinventé. C’est un roman dur attention car nous parlons de guerre mais il vous montrera quelle est l’importance pour deux peuples de communiquer avant de s’entredéchirer. Magicien pourrait être un livre à part entière. Mais je sais déjà qu’il y a toute une série et nous n’en sommes qu’au début et comme je vous le disais au début : il me tarde de connaître la suite !

http://labibliodekoko.blogspot.fr/2012/07/la-guerre-de-la-faille-de-raymond-e.html

par Kore
Les Fils de Krondor, L'Intégrale Les Fils de Krondor, L'Intégrale
Raymond E. Feist   
L’Entre-deux-guerres explore les destins des trois fils du prince Arutha, l’héritier qui a renoncé à ses droits au trône. Tout d’abord, vingt ans après la guerre de la Faille, l’histoire des fils jumeaux Borric et Erland, envoyés en mission diplomatique à Kesh la Grande, puis, sept ans après, celle du troisième fils, Nicholas, qui fait voile vers la pastorale Crydee… Chacun d’eux se trouvera entraîné dans de sombres aventures qui menacent la toute nouvelle tranquillité du royaume de Krondor !

par Gkone

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode