Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ffmfamille : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le ver à soie Le ver à soie
Robert Galbraith    Joanne Kathleen Rowling   
Ayant adoré le premier volet, il était évident que j'allais lire le second, et également que j'attends la publication du troisième avec impatience ! Autant vous dire que je n'ai pas été déçue par ma lecture, qui m'a donné des frissons.

Ce deuxième volet peut se lire indépendamment du premier puisque l'auteur se focalise sur une enquête. En fait elle réutilise juste ses deux personnages principaux : Cormoran et Robin.
Au niveau de l'intrigue, Cormoran est à la tête de son entreprise, il y a un an qui sépare cette affaire de celle du premier volet 'L'appel du Coucou'. Il s'est renfloué un peu mais ne roule pas sur l'or. Une femme vient le voir pour qu'il retrouve son mari, qui semble-t-il est parti -ce qui lui arrive souvent, à priori-. Plus Cormoran avance dans ses recherches et plus il se rend compte qu'il peut y avoir des problèmes, notamment à cause d'un manuscrit que l'homme aurait écrit et qui s'en prend à tout son entourage.
Cormoran découvre alors le cadavre de l'homme, ce qui donne une dimension encore plus dramatique à tout le roman.

L'assitante de Cormoran, Robin, prend encore plus d'importance dans ce tome. Cela fait un an qu'elle travaille pour lui, elle a commencer à comprendre les ficelles du métier et voudrait bien être formée pour devenir elle aussi, détective. Mais le problème c'est son imbécile de fiancé qui est jaloux de Strike et ne cesse de râler quand Robin rentre trop tard par exemple.

Il est très facile de s'attacher aux deux personnages, Cormoran parce que c'est un vétéran de la guerre et qu'il a perdu une jambe au combat, on a donc envie qu'il s'en sorte et vive une vie heureuse, quant à Robin, coincée entre un boulot qu'elle adore et un fiancé qui ne la comprend pas, on voudrait aussi voir comment vont évoluer les choses pour elle.

Quant à l'enquête relatée ici, elle est passionnante, pleine de rebondissements, d'inattendus aussi. Autant vous dire que l'auteur laisser planer le mystère jusque dans les tous derniers chapitres et qu'il est presque impossible de deviner le coupable. C'est ce que j'ai adoré dans ce roman, même si, je dois l'avouer, j'ai été frustrée de devoir composer avec tout ce mystère qui entour les cinquante dernières pages.

Bref, c'est une lecture qui m'a passionnée, que j'ai adoré. Encore une fois, l'auteur réussi un tour de maitre en nous livrant ce roman.


par MelieGrey
Le Doute Le Doute
S. K. Tremayne   
Angoissant et prenant mais, ce n'est pas le thriller de l'année.

« Le doute ».
Une chose est certaine, ce roman porte bien son nom.
Lydia ou Kirstie ? Laquelle des deux fillettes a-t-elle eu un accident ? Laquelle est encore vivante ?
Angus et Sarah, les parents, se détestent car cette nuit là, celle de l'accident, il s'est passé quelque chose et, l'un deux n'est pas blanc comme neige. Mais lequel ?
Durant tout le roman, le lecteur hésite. Hésite sur les jumelles, hésite sur les parents.
Le doute est permanent et, c'est ce qui tient le lecteur en haleine, jusqu'à la fin.

Malheureusement, l'originalité n'est pas vraiment de mise. Beaucoup de rebondissements pour induire le lecteur en erreur mais finalement, ce n'est pas très clair et la fin, vite amenée, trop vite, me laisse un goût amer. Tout ça pour ça ?!

J'attendais plus de profondeur, plus de réflexion. Un tel doute pour en arriver 6 mois plus tard à une conclusion sommaire ? Le dernier chapitre est carrément bâclé. Certes, je peux comprendre la volonté de l'auteur sur le fond mais la forme en elle-même demandait plus d'explications quant à ce qui s'est passé durant l'ellipse. En effet, la psychologie des personnages est trop présente dans le roman pour pouvoir être totalement absente du dernier chapitre !

En conclusion, malgré quelques longueurs, ce roman partait plutôt bien. Malheureusement, un thriller ne peut en aucun se permettre d'être bâclé sur le dernier chapitre [spoiler](Et je ne parle pas du doute qui lui est volontaire, et que je ne conteste pas.) «Et ils vécurent heureux» ? Il faudrait m'expliquer comment ils ont surmonté tant de traumatismes et comment la fillette a réussi à combattre ses troubles de la personnalité ![/spoiler].

par dadotiste
Les Liaisons dangereuses Les Liaisons dangereuses
Pierre Choderlos de Laclos   
"Un livre qui brule à la manière de la glace" comme le disait Baudelaire. J'ai adoré ce livre, on est tout simplement subjugué par une telle cruauté... C'est tellement prenant... J'aime les romans épistolaires !

par MFHPT
Les Hauts de Hurle-Vent Les Hauts de Hurle-Vent
Emily Brontë   
Un livre poignant, dur, noir mais avec des sentiments tellement intenses. L'écriture est fluide, on se plonge au coeur de ces évenements et de ces personnages torturés et on en ressort pas indemne. Une grand moment de littérature.

par mickaele
Orgueil et préjugés Orgueil et préjugés
Jane Austen   
Depuis plusieurs mois je me suis découvert une adoration pour la lecture fantastique, mais je me suis promit de lire d’autre style pour ne pas passer a côté d’un bon roman, car mes goûts son assez variés dans presque tout.
Orgueil et préjugés, un livre de 622 pages, si je n’aime pas ça va être long… Mais non je me suis fais avoir ! Malgré d’être loin de mon style de lecture j’ai craqué. (Mais je dois avouer que j’ai du parcourir la moitié du livre pour me sentir aisé, me laisser bercer et enivré par l’histoire).
Le personnage d’Élisabeth m’a charmé. Ici loin d’être une histoire de coup de foudre, mais bien une évolution de sentiments renversés.
Je sais que ce livre est un coup de cœur de beaucoup de personne et qu’il a reçu beaucoup d’éloge, c’est pourquoi je voulais le lire, le mettre au défit de voir si il pouvait me séduire. Il a réussit avec un franc succès.


par vallery73
Pandemia Pandemia
Franck Thilliez   
Hasard de l’actualité, c’est au moment où l’on apprend que la grippe saisonnière a entrainé plus de 18000 décès cette année, que le virus Ebola fait rage en Afrique et que le coronavirus fait des ravages au moyen orient que parait « pandemia », 9ème opus des aventures de Sharko et Hennebelle.

Depuis plusieurs années maintenant, chaque nouveau roman de l’auteur est un évènement attendu par les amateurs du genre.
Et « pandemia » avec ses 644 pages ne déroge pas à la règle.

Dès les premières pages, on est happé par les intrigues. Je dis bien les, deux intrigues se déroulant en parallèle. Si à priori, elles n’ont rien à voir entre elles (personnages, lieux, sujet, totalement différents) un habile jeu de labyrinthe les fera se rejoindre. Malgré tout, il n’y a aucun fouillis, l’auteur maintient un ensemble cohérent tout au long du roman, on passe sans problème d’une enquête à l’autre.
Tout au long du roman, la tension ne cesse de grandir, on est captivé par ces intrigues réalistes, qui pourraient s’inscrire dans notre quotidien. Au fil des pages, on se demande « et si c’était vrai », « et si ce virus existait réellement », à tel point qu’on ne peut plus refermer le livre tellement il est vital d’en connaitre la fin.

Franck Thilliez maitrise parfaitement ses personnages. Personnages auxquels on n’a pu que s’attacher au fil des années. C’est toujours un bonheur de retrouver Franck, Lucie mais aussi leurs jumeaux et leur équipe.

On ressent la tension et l’angoisse au travers de l’écriture fluide, agréable de l’auteur mais on rit aussi et on versera des larmes, je ne dévoilerai pas à quel moment pour vous laisser le suspens.

Un conseil malgré tout, même si ce roman peut se lire indépendamment des précédents, je vous recommande de lire « atomka » et « angor » au préalable.

Mais avec « pandemia » Franck Thilliez ne répand pas uniquement le virus de la grippe, il répand aussi le plaisir de lire d’excellents thrillers.

Un thriller à lire absolument, éviter juste de le lire lors d’une épidémie de grippe ou au milieu d’une réserve ornithologique.

Mémoires d'une geisha Mémoires d'une geisha
Yuki Inoue   
Deuxiéme livre sur les geisha que j'ai lu aprés Geisha. Et là j'ai appris tellement plus qu'avec Geisha.
Ici c'est une histoire vraie, avec vérité.
Le japon avec les bons et mauvais côtés mais superbement bien écrit.
J'ai adoré et relu ce livre tellement il est parfait
A découvrir.
Purgatoire des innocents Purgatoire des innocents
Karine Giebel   
A Paris, un braquage tourne mal dans une bijouterie de la Place Vendôme : 30 millions d'euros de bijoux dérobés, des vies volées, des malfaiteurs qui ont réussi à prendre la fuite. Will est grièvement blessé, son frère Raphaël s'est juré de le sauver. Commence alors pour Raphaël, Will, leurs complices et les autres, une endurance acharnée, une lutte tenace, un combat effréné... un véritable chemin de croix...

Pour son septième roman, Karine Giébel a franchi un degré de plus dans l'horreur tout autant que dans l'art de bien écrire. Ce roman, d'une violence inouïe, sombre et lugubre, funèbre et sépulcral, travaillé à l'excès, plonge immédiatement le lecteur dans un abîme profond, un gouffre aussi noir que amer, une lecture addictive. Contradictoire me direz-vous... oui et non.
C'est la "force tranquille" de la narration, à la fois féminine, masculine, libérée et contenue, mais toujours puissante, percutante, au-delà du coup de poing. C'est un texte si riche, où figures de style se mêlent et se font écho, où métaphores et oxymores alternent et se marient, un texte riche de mots et de maux que l'auteur travaille, marie et avec lesquels elle jongle à l'infini. Des descriptions, sentiments et états d'âme qu'elle sait cuisiner et faire mijoter.

Que de souffrance et de calvaire endurés, que d'agonie. Un véritable enfer dont le lecteur n'est pas seulement le témoin. C'est une lecture qui nous retourne et durant laquelle on se dit "mais jusqu'où va-t-elle aller ?". Et elle ose y aller, jusqu'au comble de l'horreur et de la douleur, gratuites parfois il est vrai.
Il est difficile de sortir indemne d'un tel supplice et quand enfin arrivent les dernières pages, l'issue fatale, quand enfin elles livrent leurs derniers cris... la pression, jusque-là accumulée, se libère et explose, les nerfs lâchent, les larmes font le reste.
Alors oui, c'est noir, très noir, mais paradoxalement j'ai envie de le recommander ce roman, tant il est poignant, tant l'auteur excelle en maître absolu du jeu... car malgré l'horreur, malgré l'enfer, malgré cette force brutale qui habite chaque personnage, c'est bien un "Purgatoire des Innocents" dont il s'agit-là...

par SuperNova
Beautiful Bastard, Tome 4.5 : Beautiful Boss Beautiful Bastard, Tome 4.5 : Beautiful Boss
Christina Lauren   
Je pensais qu'il n'y en aurai plus !
Une belle surprise !!!!
J'ai tellement hâte de le découvrir :)

par Inconita
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4