Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de FiftyShadesDarker : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Sous ta peau, Tome 4 : Dark Sous ta peau, Tome 4 : Dark
Scarlett Cole   
C'est le dernier tome de cette saga, une couverture toujours dans les mêmes tons, le même style, j'aime beaucoup. Je ne voulais pas rester sur ma faim avec le dernier qui traînait dans un recoin.

Lia part précipitamment de chez ses parents pour rentrer chez elle, lorsque pas de bol, sa chère voiture fait la tête et la laisse en rade sur une petite route. Quand le destin s'en mêle celui-là ! Alors qu'elle se demande comment faire pour se dépanner, Reid débarque par hasard sur son cheval blanc, pardon, c'est presque cela. Grande chance il a sa propre entreprise : un garage. Pas de bol, impossible de réparer la caisse sans pièces et encore moins dans ce qui s'apparente à un désert. Un début très hasardeux entre deux personnages qui cachent de sombres secrets.

Une histoire qui démarre assez étrangement, avec beaucoup de coïncidence pour que ces deux se rencontrent. Ce n'est pas tiré par les cheveux, car avoir une panne de voiture sur une petite route cela arrive, ce qu'il y a c'est que c'est précisément Reid qui est présent. Reid qui a une soeur (il faut avoir lu les autres titres avant pour se souvenir de qui il est le frère) et donc va la revoir. Cette soeur qui connaît Lia entre autre. Entre Lia et Reid, c'est chaud bouillant. Une attraction folle au premier regard. Il faut dire qu'elle a un look peu classique, adorant être habillée en "pin-up" sans l'écrire ou la penser vulgaire. Au contraire, c'est un look magnifique qui lui va bien. Elle est pétillante, enjouée et fait tout pour sortir sa mère des griffes de son père. (Je ne dirais plus rien là-dessus) Quant à Reid, il est torturé dans le sens où il a trahit sa soeur alors qu'elle en avait le plus besoin. Mais il y a de nombreuses raisons à cela, même si ce n'est pas la solution.

J'ai adoré revoir les autres personnages que nous avons découvert dans les trois tomes précédents. Harper et Trent, Cujo et Dréa, Pixie et Dred. Un quatrième tome qui mêle les autres personnages naturellement à l'histoire. Lia est également tatoueuse, dessinatrice hors pair, elle travaille bien et gagne tout aussi bien. Sa famille est tout son contraire. Son père veut devenir important en politique et donc veut, non exige que sa fille, son fils et sa femme soit clean. Le gros Hic ? en plus des tatouages de Lia, sa façon de se rebeller. Elle ne rentre pas dans un moule et cela il ne l'accepte pas. Ce qui pose de nombreux soucis. Quant à sa mère, c'est compliqué, perdue dans un univers dont elle ne voulait pas. Ah l'amour fait faire des choses totalement folle et pas toujours dans le même sens du terme. Reid travaille à la sueur de son front. Il a réussi à monter son garage et aide les plus démunis comme il peut : offre du travail, joue avec les enfants, suit leurs devoirs, etc, etc. Il tente de racheter une conduite pour expier ses fautes. Entre les deux, c'est tout feu, tout flamme. La tendresse prend le pas sur la passion malgré tout ce qui leur tombe dessus.

Des problèmes, il y en a de tous les côtés. Il faut prendre les leurs, rajouter ceux de la frangine et on a le droit à un cocktail explosif. Je passe sous silence tout ce qui leur arrive car il y a de quoi faire, on ne s'ennuie pas. Les relations sont tendues, les amitiés s'effilochent et une main de fer dans l'ombre s'amuse à torturer Lia et Reid. L'intrigue est bien, mais, j'arrive au bémol, je suis déçue. J'aurai aimé plus de suspense (car malheureusement j'avais compris qui était derrière tout ce qui se passe, jusqu'à vouloir tuer d'une manière ou d'une autre), plus approfondi aussi. La relation entre le père et la fille a été trop succinct. J'ai trouvé trop léger entre eux deux, oui, ils ne s'apprécient pas mais plus de contacts auraient été mieux. Concernant Reid, c'est un peu la même chose, dans le sens où il a trahit, n'a pas donné signe de vie et il suffit de peu pour remettre en état. OK, il rame, mais les non-dits sont trop nombreux dans ce récit.

J'avais beaucoup apprécié les deux premiers tomes, le troisième un chouilla moins, mais celui-ci m'a paru fade au contraire des précédents. La relation entre Lia et Reid est rapide, les ennuis nombreux ne m'ont pas tous convaincus, surtout la façon dont certains problèmes sont évacués. Heureusement que nous voyons les Harper, Trent, et les autres, car j'avoue que j'aurai eu plus de mal. Les émotions de Reid sont fortes et sa manière de se flageller est impressionnante. Les retrouvailles entre eux deux ne sont pas aussi poignantes par contre. J'ai trouvé du très bon dans ce dernier tome et aussi du vraiment moins bon d'où ma rose de bronze. Un peu trop de problèmes des deux côtés pour pouvoir apprécier l'intrigue principale.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/sous-ta-peau-tome-4-dark-scarlett-cole-a160597796
La Vie secrète de Bee La Vie secrète de Bee
Sara Wolf   
Dans notre métier de lectrice fleur bleue et aguerrie, on apprend assez rapidement qu'avec du Sara Wolf, on a affaire à une valeur sûre.
Et pourquoi cela ? Parce que cette auteure ne cherche pas la facilité dans une romance où A aime B et vice et versa, mais tient à proposer bien plus, une histoire d'amour qui n'en reste pas là mais creuse bien au fond des choses. Et c'est cette profondeur qui nous accroche complètement: oui, parler dépression, relations toxiques et autres sujets graves n'apporte pas vraiment la gaieté dans les cœurs, mais la vie est aussi faite de cela! Cette nouvelle histoire de Sara Wolf sonne donc encore une fois naturelle et réaliste!
Mais c'est aussi parce qu'elle parvient à y instiller un message profondément positif, d'espoir notamment: les dialogues sont par exemple des perles d'humour, notamment grâce à la drôlitude de toutes ces remarques sarcastiques bien senties.
Moi, cette écriture plus qu'addictive, m'a totalement convaincue et j'ai dû m'engager dans une dure lutte intérieure (perdue d'avance!) pour tenter de réfréner mon ardeur à ne faire qu'une bouchée de ce livre, enthousiasme attisé par la mise en place de la double narration (et les chapitres dédiés à Wolf était comme une drogue donc il me fallait une autre dose rapidement, car oui, j'aime être dans la tête de ces messieurs!) Spoiler alert: j'ai échoué! Puisque j'ai dévoré le livre en seulement une journée...
Mais si je me suis autant imprégnée dans l'histoire, c'est également parce qu'elle était portée par des personnages formidables... La force de caractère qui émane de ceux-là (bon, moins Fitz...)! La vie ne les a pas épargnés et pourtant, ils s'accrochent à elle avec un dynamisme communicatif, en particulier Bee qui porte dignement cette histoire sur ses épaules. C'est de voir l'évolution pas à pas de ces protagonistes qui nous rend accrocs!
Bon par contre, petit bémol pour ce qui est du choix des prénoms, qui ont heureusement des petits surnoms (animaliers) pour tempérer. Car comme dit l'héroïne quand on lui fait remarquer que Béatrix n'est pas un prénom terrible, c'est que Wolfgang c'est bien pire... Et bien, c'est pas faux!
En bref, les moments de joie comme les moments de peine sont ce qui construit la vie mais ce sont eux également qui ont construit ce roman. Cela donne un livre où les difficultés sont transcendées pour amener finalement espoir et amour. Comme toujours, Sara Wolf garde ici sa plume addictive pour nous présenter une histoire d'amour touchante et des personnages autant attachants qu'ils savent être drôles. L'amour est ici un combat qui se gagne!

par Chika
Take Me Away Take Me Away
Lorraine Joy   
Bon. Pour tomber sous le charme de cette histoire, il aurait fallu 200 pages en moins et surtout que l’auteur se réfrène en matière de péripéties. En effet, au bout du énième coup du sort, j’ai dû me rendre à l’évidence et admettre que cette succession de rebondissements manquait de véracité. C’est dommage, parce qu’il y a un véritable potentiel dramatique dans l’histoire ! Mais l’auteur ne sait pas s’arrêter, elle rajoute mille et une couches au drame, au point de donner à son roman un air de telenovela brésilienne.

Je n’ai rien contre les telenovelas brésiliennes, certains auteurs font ça très bien... On avance avidement dans l’histoire, impatient de savoir quand et comment le destin va se dresser sur la route tragique de nos héros... Seulement, ici, l’imbrication est mauvaise et peu crédible. C’est l’effet « écriture en feuilleton », propre à Wattpad, avec des intrigues qui donnent l’impression de se rajouter au gré de l’avancement dans l’histoire. Au bout d’un moment, il y a une perte dans la cohérence et l’addition de rebondissement ne fonctionne plus. Ou du moins, perd l’adhésion du lecteur.

S’ajoute à cela une écriture franchement brouillonne ! Avec beaucoup de phrases alambiquées ou malhabiles... sans parler des répétitions ! L’auteur répète sans arrêt les enjeux qui se jouent dans le quotidien de ses héros... au bout de la cinquième fois, c’est juste agaçant. J’ai l’impression que ça remet en cause ma capacité d’analyse et de mise en perspective. Mon ego n’apprécie que très peu.

En parlant d’ego, celui du héros, Zac, est carrément insupportable et même plus ses considérations égoïstes et égocentriques sont horripilantes ! Il ramène tout à lui, systématiquement. Une fois ce constat fait, difficile de le trouver chevaleresque, même quand il est d’un soutien sans faille auprès de l’héroïne. Il faut dire que, globalement, le type est toxique. Sa personnalité est en tout point détestable, misogyne aussi possible, violent et vindicatif pour rien, il s’emporte pour tout...

Face à lui, Angélia, c’est la pépite du roman. Elle est forte, intelligente, généreuse. Bouleversante dans ses questionnements et ses doutes perpétuels. Impressionnante dans sa lutte vers la résilience. L’auteur a parfaitement construit sa personnalité, entre faille et éclat, faiblesse et bravoure.

Verdict : Angélia méritait tellement mieux ! Par ailleurs, dans ce roman il y a une banalisation de violence ordinaire qui est particulièrement gênante. J’ai été très mal à l’aise plus d’une fois, notamment quand la violence (verbale ou physique) était à l’encontre de femmes. Au vu du thème du roman, c’est très maladroit de la part de l’auteur.

Bonus : le cadre n’est pas très clair... à mi-chemin entre une histoire qui se déroule sans doute en France, mais des infos franchement américaines (ou inversement selon les passages). J’admets un toc de lecture ici : ça me perturbe beaucoup de ne pas pouvoir situer une histoire.

par Biibette
 Mémoires d'outre-mort Mémoires d'outre-mort
Christopher Buehlman   
Mémoires d'Outre-mort, comme son titre l'indique, est le récit de Joey, vampire occupant les tunnels désaffectés du métro avec quelques uns des siens, vivant assez discrètement. Puis un jour, des vampires beaucoup moins discrets se font remarquer sur leur territoire...
Je suis assez mitigée concernant ce livre. L'histoire m'a emportée, mais le début est trop long, trop fouillis pour moi, et la fin... bizarre.
En effet, cela commence comme un récit qui nous est adressé, mais comme dans une conversation, on parle d'une chose, on en aborde une autre, parfois on explique de suite, parfois on le laisse pour plus tard... le fil n'est pas forcément aisé à suivre, on se demande parfois même quel intérêt? Poser les bases de l'histoire, certes, mais c'est plutôt maladroit à mon sens. Les cents premières pages nous sommes baladés d'un souvenir à un autre, j'ai eu du mal.
Une fois ce début passé, aucune remarque négative, l'écriture est fluide, les actions s'enchaînent, on s'attache aux personnages, on essaye d'anticiper ce qui va se passer... bref, on fait partie de ce groupe de vampires !
Puis la fin... les fins?! Je ne sais pas qu'en dire, qu'en penser... le même sentiment qu'au début, un fouillis dont l'intérêt est minime, en dehors de perdre le lecteur.
A corps brisés A corps brisés
Ana Scott   
http://www.virtuellementvotre.fr/2019/03/a-corps-brises-de-ana-scott/

Quand je vois un pavé comme celui-ci à lire, j’appréhende toujours un peu. Dans le cas où je ne prends pas plaisir à ma lecture, les pages me paressent bien longues. Et bien ici, je ne les ai pas vu défiler, l’écriture est fluide et très agréable. En tout cas, c’est les joues baignées de larmes que j’ai refermé ce roman et quitté ces personnages bouleversants. Un livre précédemment lu m’avait déjà énormément touchée, donc autant vous dire qu’après ces deux lectures éprouvantes, j’en ressors totalement vidée.

Si au début, j’ai trouvé Jeanne pleurnicheuse, j’ai vite compris que cette femme était fragilisée et proche d’un état dépressif après sa précédente relation, qui s’est révélée malsaine à ses yeux. L’arrivée d’Adam va éclipser au fur et à mesure de leurs rencontres la douleur de cette perte. Sans qu’ils ne s’en rendent compte, l’état d’esprit de ces deux écorchés vifs se ressemble énormément : ils ne vivent pas, ils survivent. Malgré les quelques réparties agressives d’Adam et leurs petites pics, j’ai trouvé dommage que ce petit jeu ne dure pas plus longtemps. En effet, le comportement de celui-ci change du tout au tout en très peu de temps. Jeanne devient son booster vers la guérison physique, et l’aide à se réconcilier avec son passé. Chacun prend une grande importance dans la vie de l’autre, ils deviennent dépendant et cela va causer bien des souffrances malgré la force de leurs sentiments.

La simplicité des débuts va rapidement prendre un nouveau tournant. L’auteure ne va pas épargner ses personnages et m’a précipitée dans un tourbillon de révélations sans fin. Elle les confronte à de nombreuses situations dans lesquelles j’ai été oppressée par la détresse de Jeanne et la douleur d’Adam. A travers eux, elle met en avant plusieurs sujets, aussi difficiles qu’ils peuvent être connus ou vécus, et de ce fait m’ont considérablement touchée. J’ai sous-estimé ces personnages brisés qui vont exprimer leur force intérieure au fil des difficultés. Car, même s’ils le feront parfois seuls, ils feront face à leurs problèmes. Certains évènements seront irréversibles et devront être acceptés ou pardonnés. Entre surprises et secrets, j’ai été à la fois prise de court, étonnée et parfois scotchée. Au fil des pages, je me suis demandée ce que l’auteure me réservait encore et encore. Surtout que les personnages secondaires ne vont pas rester sans rien faire en mettant leur confiance mutuelle à l’épreuve et provoquer des tumultes et de la distance entre eux.

En parallèle, l’auteure intègre l’histoire d’un journal narrée par Jeanne. Je vous avoue qu’au départ, je ne comprenais pas tellement ce choix et j’avais peur que celle-ci vienne prendre trop de place dans le récit. J’ai donc été agréablement surprise de voir que j’avais tort. J’ai été prise au même titre que Jeanne dans l’intimité de Clothilde et dans l’attente du dernier mot de cet écrit. J’ai aimé retrouver des similitudes dans le vécu de Jeanne et Clothilde qui donne un sens à cette lecture.

Cette douce et magnifique romance est prenante et touchante. Elle affirme que l’amour est intemporel et triomphe de tout. L’auteure met en évidence les sentiments amoureux avec ses joies, ses peines , ainsi que son lot de révélations mais un peu trop à mon goût. Pour Jeanne et Adam, la solitude est suffocante et l’amour est synonyme de liberté. Ces deux personnages dans leur paraître et leurs actions ne vous laisseront pas de marbre. J’étais impatiente de lire enfin un happy end mérité après cette avalanche de malheurs.

par EmelineAJ
Perfect boss Perfect boss
Gwen Delmas   
Ayant plus qu'adorée la plume de Gwen Delmas avec Noël toi & moi, il m'était impossible de faire l'impasse sur son second roman, Perfect Boss. Et je dois dire qu'elle m'a de nouveau fait rêver !

Carla Dubie est une ancienne épéiste, championne olympique, reconvertie après ses derniers jeux qu'elle préfère oublier... Devenue chroniqueuse pour une chaîne de télé sportive, elle excelle dans son boulot tout en savourant les plaisirs de la vie. Aucun homme ne fait battre son cœur, et elle préfère de loin les coups d'un soir, qui au petit matin la laissent reprendre le cours de sa vie. Si elle est heureuse de vivre de cette façon, ça n'est pas au gout de sa sœur, de son frère et de sa belle-sœur et amie, qui vont lui lancer un défi : elle a un an pour trouver un Valentin. De quoi détester le 14 février ? Même pas ! Carla prend ce défi à la légère, elle aime sa vie comme elle est, et ne compte pas en changer... Un valentin, pourquoi faire !? Un sex-Friends ça lui va ! Faut pas pousser mémé dans les orties !

Le rachat de sa chaîne sportive va néanmoins bouleverser son quotidien avec l'arrivée non pas d'un nouveau patron, mais de deux ! Tom Andres et Stephen Deveaux, également anciens sportifs reconvertis et non dénués de charme... Si Stephen ne lui inspire que mépris, ce ne sera pas le cas de Tom. Beau comme un Dieu, charismatique, il est très difficile de l'ignorer... D'autant plus quand ce dernier ne cache pas que l'ancienne épéiste est parfaitement à son goût, et qu'il partagerait bien plus qu'un simple café dans son bureau.

Carla est loin d'être indifférente à cet homme qui transpire le sexe et la beauté. Tom est So Boss et So Perfect... ou pas... En effet Tom est un homme marié... quoi qu'il en dise, quoi qu'il en pense, quoi qu'il en veuille... Mais résistera-t-elle à toutes ses avances? Avances qui sont loin d'être au goût de son deuxième Boss qui préférerait de sa part un peu plus de concentration et de professionnalisme, et avec qui les rapports vont vite devenir amers... Heureusement que Tom est là pour calmer le jeu côté boulot car pour ce qui est du côté personnel, le climat risque fort d'en subir des conséquences... Carla et Tom dans la même pièce... c'est incandescent...

Si Carla est une femme au caractère bien trempé, ses deux Boss se complètent à la perfection pour mener à bien leur mission au sein de la chaîne et font leur possible pour canaliser la belle chacun à leur manière avec des objectifs bien différents... Mais Carla n'est pas prête à se laisser dicter sa conduite... Surtout quand Tom lui laisse quelques passes droits...

Perfect Boss est une superbe romance très sensuelle écrite avec beaucoup de panache. L'auteur nous plonge dans un univers qui change de nos habitudes livresques, en nous faisant découvrir l'envers du décor d'une chaîne sportive et du sport de haut niveau… le tout décrit avec une parfaite connaissance. De par ce fait, elle nous emmène également dans les méandres des sentiments que peuvent éprouver des anciens sportifs en évoluant au sein même de cette carrière qui leur a échappé trop tôt malgré tout ce à quoi ils ont dû renoncer . Une romance qui cache bien des apparences et qui nous offre un récit très original où le passé vient se télescoper avec le présent. Certaines blessures se réparent avec des points de sutures en laissant de fines cicatrices, mais d'autres restent ouvertes et font de nos protagonistes ce qu'ils sont aujourd'hui...

L'histoire est très bien écrite et les personnages sont très attachants. Derrière les sourires charmeurs, des visages fermés et des caractères impétueux se cachent des êtres humains comme vous et moi, avec leurs fêlures et leurs peurs de se livrer en s'abandonnant à l'autre. Chacun avec des choix de vie différent, des objectifs qui ne sont pas toujours innocents... mais qui gravitent toujours autour d'une seule chose... l'amour...

Si les scènes érotiques se succèdent, elles ne sont pas là pour rien et nous offrent la vision des attentes de chacun tout en sensualité avec parfois même une dose d'humour qui m'a fait mourir de rire en visualisant la scène. L'auteur manie sa plume à la perfection en nous menant là où elle a décidé de mener ses protagonistes, avec patience, dans un cheminement qui tient parfaitement la route et nous offre des rebondissements qui font palpiter nos petits cœurs...

Côté émotion je n'ai pas été en reste, pas toujours en adéquation avec les choix de Carla, j'ai oscillé entre frustration et colère envers des personnes qui se révéleront pourtant pas si mauvaises...

Carla laissera-t-elle son Perfect Boss attraper son cœur ? Aura-elle enfin un Valentin pour fêter dignement cette fête, ou ne sera-t-elle qu'illusion ?...

En ce mois le plus romantique de l'année, ne passez pas à côté de cette magnifique romance. D'une plume fluide, elle est non avare de réparties qui épicent le récit d'une manière agréable et rythmé du début à la fin ! Et puis en faible femme que nous sommes face à une couverture pareille, comment ne pas succomber à Perfect Boss ? Qui ne rêverait pas de l'avoir dans sa bibliothèque ? En tout cas pour ma part, sa place est prête et je l’attends de pied ferme
Avec toi, m'envoler Avec toi, m'envoler
Fleur Hana   
Très belle histoire, le sujet abordé n'est pas évident. Adeline m'a un peu agacée par moment mais difficile de se mettre à sa place par contre énorme coup de coeur pour Mathias qui est juste parfait. A quand un livre sur Chris ?

par kmrct89
Un palais de cendres et de ruines Un palais de cendres et de ruines
Sarah J. Maas   
«We will occasionally remind each other that what we think to be our greatest weakness can sometimes be our biggest strength.»

Petit trou de mémoire : Qu'est-ce que je faisais de ma vie avant ACOWAR déjà?

J'ai besoin de boire un truc. «A bottle of wine. "It's fine if you drink directly from it", was all Mor said.» Je me contenterai d'un coca, merci.

Oh. Je ne sais pas quoi vous dire. J'ai le cœur brisé. En un million de petits morceaux qu'un milliard d'années ne pourraient réparer.

Et maintenant, je ne sais absolument pas quoi faire. Est-ce que je ris? Est-ce que je pleure? Est-ce que je me roule par-terre? JE NE SAIS PAS.

Petit conseil pour survivre à Sarah J. Maas: ACCEPTEZ VOTRE DESTIN, VOUS ALLEZ MORFLER. AGONISER.

Alors pour la petite histoire, je ne me suis pas autorisée à lire plus de 100 pages par jour pour faire durer ma lecture sans pour autant finir frustrée. ^^ Et je n'ai dit nulle part, à personne, que j'étais en train de lire ACOWAR. Pourquoi? C'était entre Sarah J. Maas et moi. Je ne voulais personne entre deux. Et je voulais pouvoir pleurer toutes les larmes de mon corps en paix. Merci.

Je ne sais pas quoi vous dire. Sarah J. Maas ne me déçoit jamais. Elle me fait souffrir, oui. Elle me fait rire, oui. Elle me fait pleurer, oui. Elle me fait, oui vous avez compris. Mais jamais elle ne me déçoit.
En gros, je viens de me faire tabasser par 699 pages et j'en veux encore.

«There are more tales to be told in the land of Prythian... The series will continue in 2018.» Ta gueule. Ta gueule et donne-moi le quatrième tome! Par pitié, je ne survivrai pas jusque 2018. Je serais gentille. Avec Tamlin. (uh.)
Ah oui aussi, j'ai eu des envies de meurtres en lisant ACOWAR. Coucou TamTam! [spoiler]Quoi que j'admets que je lui pardonne, un peu. Pour le «Be happy, Feyre.»[/spoiler]

Est-ce que je dois vous préciser que ACOWAR est fabuleux ou est-ce que vous l'aviez déjà compris? Non parce que ça ne me dérange PAS DU TOUT de vous le dire encore et encore.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
ACOWAR est fabuleux.
J'ai tout aimé. Du début à la fin. Des surprises à la Sarah J. Maas jusqu'au plus petit détail. Qui n'est jamais véritablement un détail avec SJM quand on y pense. Je l'ai appris à la dure, maintenant je me méfie. ;)

Comme à chaque fois que je lis un bouquin -et surtout un livre de Sarah- j'ouvre un traitement de texte où j'écris tout ce dont je veux me souvenir, mes réactions, mes pensées, etc pour pouvoir au final fournir un commentaire plus ou moins complet. Eh bien, mon traitement de texte pour ACOWAR c'est le livre, réécrit à la sauce Louan avec des insultes et des OMFG un peu partout. Voilà.

J'ai même fait un tableau avec tous mes ships de la série qui dit si les deux personnages sont en couple et mates, en couple mais pas mates, mates mais pas en couple, etc. Ça ne sert à rien, mais j'avais besoin de faire ce tableau.
Et le temps qu'on en parle, Azriel is mine. C'est mon mate, je le sens! ^^ Du coup, je me ship avec lui. Soyons fous. #Lazriel

Donc l'histoire était géniale. Avec des moments franchement comiques, des moments romantiques, des moments badass, et j'en passe. Clairement, ACOWAR ne nous laisse pas une seconde pour reprendre notre souffle.

Je n'essaierai même pas de vous faire un résumé. Je me connais. Il va faire cinq pages (précis) et il n'y aura que des spoilers. Donc. Mieux vaut pour vous que je ne le fasse pas. Ça serait tellement dommage de vous gâcher toutes les surprises, tous les rebondissements, tous les retournements de situations, toutes les révélations, tout. N'est-ce pas?

Cependant, je tiens juste à préciser que je me casse. Je fais ma valise et je pars pour Velaris. Ras-le-cul de ce monde pourri. À moi la Court des Rêves!

Maintenant, place aux PERSONNAGES. Inutile de vous dire que je les adore, bien-sûr. OK. Il faut que je le dise: Je les adoooooooooooooooooooooooooooore!

Azriel. Comme vous l'avez sûrement compris: je l'aime d'un amour fou. C'est l'anti-social (psychiatriquement parlant il n'est pas antisocial mais bon) le plus mignon et sexy que je connaisse. Je vous assure qu'il est fait pour moi. Et j'ai savouré chacune des scènes où il était présent.

Morrigan. Mor, c'est Mor. Elle est belle, intelligente, et on était au courant qu'elle était badass. Mais dans ACOWAR elle nous le prouve et j'ai adoré.

Amren. C'est un personnage que j'ai toujours beaucoup aimé. Mais j'avais l'impression que par rapport aux autres personnages, elle restait assez inaccessible (ce qui faisait partie de son rôle). Dans ACOWAR, on la découvre un peu plus en profondeur et je ne pouvais qu'adorer. Maintenant, j'en veux plus. Toujours plus. Je n'aurais jamais assez d'Amren.

Feyre. Je trouve qu'elle a bien évolué depuis le premier tome. C'est une héroïne que j'aime beaucoup et un personnage auquel je me suis indéniablement attachée.

Rhysand. "Ah, Rhys", soupira-t-elle d'un ton rêveur.

Nesta. Mon modèle dans la vie c'est Nesta. Je veux être forte comme Nesta. Froide comme Nesta. Belle comme Nesta. Badass comme Nesta. Sauvage comme Nesta. Tout comme Nesta. Cette fille ferait même peur à la mort. Je suis sa fan numéro 1. ;)

Elain. Eh, bien. J'admets que j'ai eu envie de la secouer pendant une bonne partie du livre. Elle m'agaçait! Heureusement, arrivé la fin elle a commencé à s'éveiller comme une jolie fleur qui éclot et j'ai compris que ça faisait partie de son personnage et ce que j'ai ensuite découvert m'a vraiment plu. ^^

Lucien. J'étais plus que ravie de le retrouver. Lucien aura toujours une énorme place dans mon cœur et j'approuve les choix qu'il a fait dans ACOWAR. Et je crois qu'ils m'ont même fait l'aimer encore plus. Mais je n'ai pas encore eu assez de lui. J'en veux pluuuuuuuus!

Cassian. Cassian. Je ne sais pas quoi vous dire. Il est parfait. Un véritable rayon de soleil qui vous donne envie de fermer les yeux et de savourer sa présence, sa chaleur... *in love*

Et puis il y a tout un tas d'autres personnages que j'ai adoré. Le Suriel (Ah, celui-là. Un rêveur.) [spoiler]On a enfin l'occasion de rencontrer Myriam et Drakon qui sont extraordinaires.[/spoiler] Il y a Jurian (si, si, je l'ai adoré.) Et puis, il y a Varian qui est un véritable coup de cœur pour moi. Et aussi Vassa (un nouveau personnage). Etc.

Un livre de Sarah J. Maas sans personnages géniaux, sans problèmes qui vous font frôler la crise cardiaque, et sans romances qui vous font hyperventiler, ce n'est pas du Sarah J. Maas.

ROMANCES.

Les romances de Sarah me font désespérée. Elles font de moi la personne la plus désespérée et romantique (berk) du monde! Mais qu'est-ce que je les aime! De Feyre et Rhys jusqu'à Cassian et Nesta en passant par Amren et Varian. Please, épargnez-moi. Mon pauvre petit cœur...
[spoiler]Pour ce qui est du couple Elain/Lucien, je suis contente que Sarah n'ait pas décidé que parce qu'ils sont mates ils s'aiment directement. Lucien désire bel et bien Elain, et il aimerait vraiment apprendre à la connaître, etc. Mais du côté d'Elain, c'est bien plus compliqué. Et à la fin d'ACOWAR ils ne sont toujours pas en couple.

Du côté de Azriel et Mor, Sarah nous a offert une belle surprise à laquelle je ne m'attendais pas. du. tout. Effectivement lors d'une conversation, Mor avoue à Feyre qu'elle aime le sexe avec les mâles et les femelles mais que d'un point de vue romantique, elle préfère les femmes. OMG! J'ai cru que je ne m'en remettrai pas. Je suis sincèrement heureuse que Sarah ait pris ce chemin-là. Mor a véritablement une histoire touchante. Mais j'admets qu'en l'apprenant, je lui en ai voulu un peu. Parce que ça fait 500 putains d'années qu'elle connaît les sentiments d'Azriel et qu'elle ne lui a jamais dit. Cependant, je comprends pourquoi et je pense qu'Azriel s'en doute d'une manière ou d'une autre. Tout ce que j'espère c'est que lorsqu'elle sera prête à l'avouer aux autres (pas dans 500 ans please) elle prendra Az à part et lui dira en premier. Il mérite au moins ça. Et j'espère qu'ils trouveront tous les deux la personne dont ils ont besoin et qu'ils méritent.[/spoiler]

BROMANCES.

«You belong to all of us, and we belong to you.»
Comme si j'allais louper une occasion de parler bromance. Non mais pour qui vous me prenez? ^^ Bon, c'est pas comme si j'avais plein de trucs à dire. Honnêtement, l'amitié n'a pas vraiment d'importance dans ma vie personnelle et j'ai parfois du mal à même apprécier une amitié dans un roman. Avant Sarah, je ne connaissais même pas le terme "bromance". Et justement Sarah J. Maas présente des amitiés fortes et sincères qui me plaisent énormément, qui me font autant fangirler (toujours pas grammaticalement correct, quand est-ce qu'on l'ajoute au dictionnaire celui-là?) que les romances. Sarah nous offre le genre d'amitié où on s'accepte les uns les autres avec nos points communs et nos différences, les choix qu'on fait et ceux qu'on ne fait pas, des amitiés qui se rapprochent d'avantage d'une famille sur laquelle on peut compter même dans les moments les plus difficiles et pour qui on ferait n'importe quel sacrifice.
«Our family - our court. The Court of Dreams.»
Entre Rhys, Cassian, Mor, Az, Amren, et Feyre, on a le droit à une belle brochette de bromances. Et j'adore quand les garçons s'appellent des frères avec un véritablement sentiment d'attendrissement. Vous voyez où je veux en venir?
«The great joy and honor of my life has been to know you. To call you my family.»

LA FIN.

La fin est tout ce que j'attendais. Tout en émotions et sourires idiots de ma part. Et je ne sais sincèrement pas quoi vous dire.

Un tas d'évènements se déroulent à la fin. Des évènements qui m'ont fait passée par toutes les émotions possibles et imaginables. Des moments qui m'ont fait désespérée, rire, simplement sourire, ou même pleurer. Un peu. Et même des moments qui m'ont amenés un petit peu de paix intérieure.

À la fin, il y a toujours ce silence. Quand vous venez juste de lire le dernier mot et que l'espace d'une seconde votre monde arrête de tourner. Une fraction de seconde pendant laquelle vous êtes perdu, où vous ne savez pas quoi faire. C'est une seconde douce et brutale. Et ACOWAR me l'a donné. Sarah J. Maas me l'a donné. Merci, Sarah.

Maintenant, je n'ai plus qu'à attendre 2018. Je vais me torturer l'esprit jusqu'en 2018. Pauvre petit cerveau... OMG. Je ne sais pas si je survivrai jusque-là! Avant de l'avoir entre les mains, il y a le titre qui sera révélé, le synopsis, et la couverture. Et déjà rien que d'attendre ces petits moments va être une torture. En tout cas, j'ai besoin d'un synopsis. Vite. Au moins pour savoir! Parce que là, on ne sait rien. du. tout. sur le quatrième tome. C'est l'horreur! ^^

Aussi, j'admets avoir une liste de ce que j'espère voir dans les prochains tome. Je n'ai pas pu m'en empêcher. Voici cette liste : [spoiler]∴Je veux découvrir le fils de Feyre et Rhys (celui dont le Carver prenait les traits aux yeux de Feyre). Mais je ne sais pas encore si je veux le voir enfant ou au début de l'âge adulte.

∴ Je veux plus de Cassian et Nesta. Parce qu'à la fin de ACOWAR ils ont certes des sentiments l'un pour l'autre mais il n'y aucune officialisation ni rien qui nous dit qu'ils soient en couple. Je voudrais donc les découvrir sous le point de vue de Nesta ou de Cassian, comme dans Wings and Embers (nouvelle à la fin d'une édition spéciale de ACOMAF). Et puis, je serai curieuse de découvrir s'ils sont mates ou non. Et si c'est le cas, quand le mating bond m'a se déclencher, etc. Et si ce n'est pas le cas, est-ce que ça les dérangerait d'être ensemble en pensant qu'il y a sûrement quelqu'un quelque part qui est leur mate, etc. Tant de questions. ^^

∴ Pareil concernant Varian et Amren. Surtout qu'après la fin de ACOWAR Amren est à présent une High Fae à part entière donc. Et simplement, je voudrais voir d'avantage de ces deux-là. Leur retrouvailles à la fin page 556/557 étaient délicieuses. ♥

∴ Je voudrais en savoir plus sur Eris, l'héritier de la Court de l'Automne. Parce qu'il m'intrigue et que je pense que c'est un personnage que je pourrais véritablement aimé. J'aimerai donc que Sarah se penche sur beau Eris.

∴ Lucien et Elain? À la fin de ACOWAR Elain semblait seulement commencer à faire un pas vers Lucien et j'aimerai vraiment voir leur relation se développer. Elain va finir par définitivement faire le deuil de sa vie d'humaine et de son ex-fiancé humain. Et je pense qu'ensuite elle pourra véritablement avancer vers Lucien qui n'attend que ça. Désespérément. ^^

∴ Je veux découvrir d'avantage de Vassa, qui était l'une des six reines humaines. Cette reine évoquée dans ACOMAF mais qu'on n'avait pas encore eu l'occasion de rencontre avant la fin de ACOWAR. Elle est sous l'emprise d'une malédiction et retenue captive sur le continent par un mystérieux lord. J'aimerai en savoir plus sur sa malédiction; pourquoi elle l'a reçue et comment elle va la briser. Je voudrais savoir qui est ce fameux lord... Et puis, Vassa a proposé une place à Jurian à sa court (quand elle se sera débarasser de son lord et de sa malédiction, je suppose) alors j'aimerai les découvrir tous les deux. Voir une alliance se former entre Vassa et Jurian. Ce qui permettrait de retrouver Jurian (que j'aime beaucoup). Alors pourquoi pas?

∴ Pour finir, je voudrais voir quand et comment Mor va annoncer à Azriel (et aux autres) sa préférence pour les femmes. Je voudrais la voir dans une romance F/F. Et du côté de Azriel, je voudrais qu'il ait une nouvelle histoire d'amour. Qu'il rencontre quelqu'un qui l'aime comme il le mérite. Parce qu'il le mérite. J'arrête pas de me dire que leur mate respectif est quelque part et je voudrais les voir découvrir le mating bond et tomber amoureux de quelqu'un de nouveau... [/spoiler]
Je sais, ça fait beaucoup. Mais je croise les doigts pour que Sarah cale tous ça dans les prochains tomes. Je lui fais confiance. :)

Alors voilà, je crois que c'est tout, je m'arrête là. Waouh. En conclusion, ACOWAR est un troisième tome génial, addictif, et un énorme coup de cœur. C'est la fin de l'histoire de Feyre et Rhysand mais pas la fin de la saga ACOTAR. Ce qui fait que j'ai leur cœur seulement à moitié brisé, en fait. ;)

«I'll see you on the other side.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/12/a-court-of-wings-and-ruin-sarah-j-maas/

par Sheo
Le Cupcake café sous la neige Le Cupcake café sous la neige
Jenny Colgan   
j'ai adoré cette suite, je suis prête si l'auteure veut en faire une trilogie :)
Prévoyez un petit gateau pendant votre lecture, ça donne envie !

par missy0504
Avec toi, pour toujours Avec toi, pour toujours
Eleonora Gaggero   
Autant vous le dire tout de suite, mon avis sera rapide, mais c'est voulu.

En fait, ce livre ne faisant même pas 200 pages, je n'ai pas vraiment grand chose à en dire.. Sachant que j'ai été assez déçue en plus, je n'ai pas envie de trop m'attarder ici..

Avec toi, pour toujours , de quoi ça parle en fait ?
C'est simple, c'est l'histoire d'une jeune femme/fille qui rêve d'être actrice.. Elle part un été dans un campus pour suivre un programme, et va rencontrer un groupe de jeunes de son âge..

Le résumé nous laisse penser qu'elle va très vite tomber amoureuse..


Déjà, là, ça a coincé pour moi.. Même si la plume de l'autrice est super fluide je faisais défiler les pages dans l'attente de quelque chose, et plus j'avançais, plus j'avais l'impression de perdre mon temps.. c'était compliqué car j'avais vraiment envie de savoir, donc j'étais accro (durant 75 pages on va dire), et j'attendais vraiment un truc de fou tout en même disant que vu la taille du livre, ça allait bien coincer quelque part..

En fait, le pire du pire a été la révélation, le "truc" justement.. J'avoue à ce moment là, j'ai complètement déchanté..
Déjà que je trouvais certains moments longs et en même temps, certains trucs paraissaient comme zappés.. C'était comme s'il manquait des chapitres complets pour vraiment pouvoir bien être avec nos personnages ..

D'ailleurs, je n'ai pas franchement réussi à accrocher aux personnages.. (Mais avec le recul, ca se comprend.. Une fois qu'on connait le fin mot de l'histoire, c'était logique..)

Finalement, arrivée vers les 3/4 du livre, j'ai comme qui dirait lu en diagonales.. J'avais perdu l'envie d'arriver au fin mot de l'histoire, qui en fait, ne m'interessait plus..

J'avoue j'ai l'impression en repensant à ce livre d'être passée complètement à côté du message que l'auteure voulait faire passer (si message il y a ! ? ), mais je pense surtout que le problème vient de la taille du roman.. Peut-être qu'avec 150 pages de plus, j'aurais mieux apprécié les personnages, surtout, surtout les personnages secondaires, et mieux aussi compris et digéré le rebondissement qui m'a quand-même bien traumatisée ^^
Voilà.. Le seul point positif que je pourrais trouver à ce titre, c'est sa couverture et la plume de l'auteure...

http://lafouinotheque.blogspot.com/2019/06/avec-toi-pour-toujours-eleonora-gaggero.html