Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
<< Voir tous les extraits
Par feedesneige le 06-07-2015 Editer
Filles de Lune, Tome 2 : La Montagne aux Sacrifices
Prologue

Filant sous la bénédiction de la lune, nous chevauchons à toute allure à travers bois, soucieux de semer ainsi d’éventuels poursuivants. Comme dans un rêve devenu cauchemar, je revis en pensée tout ce qui m’a conduite jusqu’à ce moment précis, tandis que je fuis avec un soulagement indescriptible le château du sire de Canac. Ne pouvant m’empêcher de penser que je suis la seule et unique responsable de ma vie transformée en enfer, je me mords furieusement la lèvre inférieure, ravalant des larmes de rage et de désespoir.

Je me revois, heureuse dans Charlevoix, à l’âge innocent de l’enfance. Devant mes yeux défilent les séquences de ma vie : la maladie de ma fille jusqu’à sa mort, le suicide de Francis, le calvaire de mon double deuil jusqu’à mon désir viscéral de renaître à la vie. Cette enfilade de souvenirs m’entraîne nécessairement jusqu’aux événements qui m’ont amenée ici : la découverte, dans le grenier de la maison de Tatie, du certificat de naissance de ma mère, de la dague ouvragée, des dizaines de livres parlant d’une communauté de Filles Lunaires, de créatures étranges et de mondes paral-lèles, des lettres de mon arrière-grand-mère et de celles de ma mère. Puis, dansant une sarabande échevelée dans mon esprit : les récits d’Hilda, mes recherches pour trouver la pierre de voyage sur la grève de Saint-Joseph-de-la-Rive, ma soif de plus en plus vive de partir vers ce monde lointain, imaginaire ou réel, et mes adieux à tout ce que je quittais...

Suivant Kosta, j’évite les branches d’instinct, faisant confiance à ma monture. J’ai beau essayer de me concentrer sur la route, sur ma fuite, je n’y arrive pas. Des images conti-nuent de se succéder en kaléidoscope, m’obligeant à revivre tout ce que j’aspire à oublier : ma traversée vers la Terre des Anciens, ma rencontre avec Alexis et la chevauchée fugitive qui a suivi. Dans mon esprit renaissent les circonstances qui ont mené à ma capture par les hommes de Simon, puis à ma délivrance orchestrée par Alexis et Zevin, à la trahison de Marianne, la femme de mon Cyldias, et finalement, à mon incarcération dans les cachots du château.

Je serre farouchement les paupières, souhaitant de toutes mes forces que le compte à rebours s’arrête là, que les longues semaines ayant succédé à ces événements qui, à mon sens, tiennent plus de la fiction que de la réalité, ne ressusciteront pas. Je rouvre les yeux, fixant la nuit noire, cherchant désespérément quelque chose à quoi me raccrocher pour ne pas sombrer. Mais c’est peine perdue...

Lentement, les arbres qui défilent prennent forme humaine, les ombres de la nuit se transforment, des scènes renaissent malgré moi : Mélijna et le pouvoir qu’elle rêve d’exercer sur moi, Alejandre et les nuits infernales de viols répétés. Je hoche la tête, espérant chasser ces troublantes visions, ces démons qui me hantent sans répit, n’y parvenant qu’à moitié. Dans mon crâne résonnent des bribes de phrases synonymes d’écueils et de tourments : les trônes de Darius et d’Ulphydius, la quête de Mévérick, la prophétie de la Recluse, la Montagne aux Sacrifices... Les mots s’enroulent dans une spirale sans fin, des larmes inondent mes joues, mélange de peur, de désarroi et d’appréhension, mais aussi d’une joie primitive, celle d’être libre...
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.