Livres
443 630
Membres
379 473

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— "N’en parlons plus, cracha Wayne. Qu’est-ce que c’est que cette histoire comme quoi vous avez des prisonniers du gang des Subtilisateurs ? Par tout l’acier du monde ! Il a fallu qu’on l’apprenne dans les journaux !"

(...)

"Nous avons la priorité ! La juridiction vous appartient pour l’enquête initiale, mais c’est à nous que revient le droit d’engager des poursuites. Le premier vol a eu lieu dans notre octant."

— "Vous devez nous remettre une requête écrite !"

— "Nous avons envoyé une missive", répondit Wayne.

Brettin hésita.

— Un peu plus tôt dans la journée, ajouta Wayne. Vous ne l’avez pas reçue ?"

— "Heu… Nous recevons beaucoup de missives…"

— "Je croyais que vous aviez engagé quelqu’un pour les lire."

— "Je l’ai envoyé chercher des scones tout à l’heure, vous comprenez…"

— Ah. Très bien, dans ce cas. (Wayne hésita.) Je peux en avoir un ?"

— "Un scone ou un prisonnier ?"

Afficher en entier

Le voleur, le Subtilisateur, détestait que le garde-loi laisse d’autres dicter ses lois. Il n’y avait vraiment rien de sacré dans la justice. Elle était arbitraire, créée par des hommes puissants pour les aider à garder le pouvoir. Le criminel savait que le garde-loi le comprenait secrètement, au plus profond de lui-même. Il se montrait sévère envers les criminels parce qu’il se sentait totalement impuissant. Chaque jour, la vie empirait pour les braves gens, ceux qui faisaient des efforts, et les lois ne contribuaient guère à les aider. Il était pareil à un homme qui écrase les moustiques tout en ignorant l’entaille à sa jambe, l’artère ouverte et le sang qui jaillit à terre.

Afficher en entier

Il était rare de voir quelqu’un utiliser l’allomancie avec une telle désinvolture, et elle ne savait qu’en penser. D’un côté, c’était fascinant. De l’autre, c’était humiliant. Que devait-on éprouver lorsqu’on possédait un pouvoir si utile ? Lord Harms insistait pour qu’elle garde le silence sur son propre pouvoir – ou ce qui en tenait lieu – et le qualifiait d’inconvenant. Elle voyait clair en lui. Il n’était pas tant embarrassé d’avoir une fille allomancienne qu’une fille illégitime. Il ne pouvait permettre que Marasi semble un meilleur parti que Steris.

Afficher en entier

Un éclair de douleur le traversa, et la vue de Waxillium se brouilla. Il faillit tituber et tomber sur les rails qui défilaient à toute allure en dessous de lui. Dans un effort désespéré, il voulut s’élancer dans les airs à l’aide d’une Poussée. Miles avait prévu la manœuvre et, dès que Waxillium commença à s’élever, l’autre lui coinça le pied sous le barreau le plus bas de l’échelle et tint bon. Waxillium se souleva violemment, toujours hébété, sans s’élever pour autant dans les airs. Il intensifia sa Poussée mais Miles tenait bon, le regard décidé.

Afficher en entier

— Pas de commentaires, dit Costard. Eh bien, votre raisonnement s’est révélé valable par le passé. Sauf lorsqu’il est question de Waxillium. Je vous avoue, Miles, qu’une partie de moi s’interroge. Y a-t-il entre vous deux une ancienne rancune dont je doive être informé ? Quelque chose qui vous aurait, peut-être, poussé à vous conduire de manière imprudente ? (Le regard de M. Costard était dur comme fer.) Quelque chose qui vous aurait poussé à le stimuler pour le pousser à l’attaque lors de cette fête ? Afin que vous puissiez l’affronter ?

Afficher en entier

Ils sortirent discrètement de la voiture et coururent accroupis jusqu’au mur du bâtiment. Ils ne se dirigèrent pas vers la porte. En revanche, Wayne bondit – sans doute aidé par une Poussée de Waxillium, car il sauta de plus de trois mètres avant d’atterrir sur le toit. Waxillium le suivit, sautant avec davantage de grâce, et atterrit sans un bruit. Ils se dirigèrent vers le coin opposé, où Wayne se balança par une fenêtre qu’il brisa d’un coup de pied. Waxillium le suivit.

Afficher en entier

— Oui, bien sûr, répondit-elle en rougissant. Et je ne suis pas en train de dire que je souhaiterais que les gens aient moins de valeurs. Mais… ces lumières vives et ces lieux obscurs me fascinent, lord Waxillium – surtout quand ils sont singulièrement détraqués. Comment se fait-il que, dans un cas, un homme élevé dans une famille essentiellement bonne, entouré par des amis qui le sont tout autant, possédant un bon métier et des moyens satisfaisants, se mette à étrangler des femmes avec des fils de cuivre et à jeter leur corps dans les canaux ?

Afficher en entier

« C’est une règle fondamentale de l’allomancie, voyez-vous. L’acier n’est que du fer mêlé d’une pincée de carbone, mais ça fait toute la différence. Cet aluminium aussi contient autre chose – moins de un pour cent. Je crois que c’est peut-être de l’ekaboron, mais ce n’est qu’une intuition. Une petite pincée. Curieusement, ça s’applique aussi aux hommes. Un changement infime peut créer une personne entièrement nouvelle. Comme nous sommes semblables aux métaux… (Il secoua la tête, puis lui fit signe de s’installer dans un fauteuil posé contre le mur.) Mais vous n’êtes pas venue pour m’entendre débiter des bêtises. Allons, dites-moi, que puis-je faire pour vous ?

Afficher en entier

Waxillium se retrouva près d’une grande harpe tandis que la porte du balcon s’ouvrait à toute volée pour dévoiler deux Subtilisateurs – l’un muni d’une carabine, l’autre de deux pistolets. Waxillium augmenta son poids en puisant dans son cerveau métallique, puis attisa son acier en une tentative désespérée, exerça une Poussée contre les montants métalliques, les clous et les cordes de la harpe. L’instrument alla heurter le montant de bois de la porte et plaqua les hommes contre le mur. Ils s’affalèrent et tombèrent sur les marches en dessous de la harpe brisée.

Afficher en entier

Ils étaient bien armés. Carabine tenue sur l’épaule pour beaucoup, pistolet en main pour les autres. Tous les convives présents dans la salle de bal les remarquèrent immédiatement, et le cliquetis de l’argenterie se mêla aux jurons. Il y avait au moins une vingtaine de bandits, peut-être une trentaine. Waxillium remarqua avec mécontentement que d’autres arrivaient par la droite, par les portes menant aux cuisines. Ils avaient dû laisser des hommes en arrière pour surveiller le personnel et l’empêcher de courir chercher de l’aide.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode