Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Finn : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Singularité, Tome 1 : Eveil Singularité, Tome 1 : Eveil
Robert J. Sawyer   
une lecture un peu fastidieuse au début car aucun lien n'est établi entre les différentes parties du roman, mais on s'y habitue et fini par suspecter quelque chose de bien plus grand que le destin de trois personnes (?) sans aucun rapport évident.
l'idée est incroyable et l'histoire parfaitement maîtrisée,aucune déception si ce n'est celle de ne pas avoir la suite sous la main! :)
La Reine Rouge, Tome 2 : La Clé du Menteur La Reine Rouge, Tome 2 : La Clé du Menteur
Mark Lawrence   
Ce tome est encore meilleur que le premier. Il fait passer la trilogie de La Reine Rouge de "très bonne" à "époustouflante". En deux tomes, elle surpasse dans mon cœur la trilogie précédente de Mark Lawrence, L'Empire Brisé.
J'ai de bonnes raisons. D'abord, les personnages. Je m'y attache, même aux nouveaux, plus profondément que je ne me suis attachée aux Frères de Jorg Ancrath, plus profondément que bien d'autres personnages d'autres livres que j'ai pourtant préféré.
Un autre point très important est le style de Mark Lawrence. Vous le voyez s'améliorer à vue d’œil avec chaque livre : plus fluide, moins brouillon et confus, vraiment épique et haletant dans ses meilleurs moments.
Aussi, et c'est la première fois que ça me frappe en cinq livres, le traitement qu'il fait de la magie, est très original. Jusque-là je le trouvais brouillon et mal défini, et ce n'est qu'avec cette lecture que j'ai compris : c'est fait exprès. Enfin un livre dont les protagonistes ne comprennent pas comment marche la magie, quelles sont ses règles. Mêmes les personnages qui la pratiquent ne savent pas où elle s'arrête, d'où elle vient. Enfin un livre où elle est traitée comme un élément vraiment mystérieux, qui peut déconcerter le lecteur voire le mettre mal à l'aise, où on ne le materne pas en lui donnant toutes les clés de ce monde si vaste! C'est un des éléments qui fait que la fantasy de l'auteur est neuve.
Un autre est l'existence des Bâtisseurs, autrement dit, nous. Les références à notre monde font sourire, mais parfois on croise un élément que nous-même on ne comprend pas et qui nous plonge autant dans le doute que les personnages. Que s'est-il passé après le jour des Mille Soleils? Quelle malédiction les Bâtisseurs ont-ils laissé que la Sœur Silencieuse essaie de combattre? Et surtout, qu'est-ce que la Roue d'Osheim?
J'ajoute que les flash-backs, qui n'ont pas plu à certains, sont très utiles pour comprendre ce qui se passe sur ce grand échiquier qu'est l'Empire Brisé. Ils permettent de s'attacher à Alica Kendeth et d'un coup le nom "La Reine Rouge" est tout à fait justifié. J'ai vibré chaque fois qu'elle était présente.
Pour finir, la fin. Mark Lawrence sait finir ses livres sur un paragraphe qui vous insuffle de l’énergie et vous donne envie de revenir, et cette fois, il s'est surpassé, mais ça, vous le verrez vous-mêmes ;)

par Natiguane
Grand bestiaire des environs de la Terre de Fangh Grand bestiaire des environs de la Terre de Fangh
John Lang    Guillaume Albin   
Rien que le livre en lui-même est beau. Sous la jaquette, la couverture imite une peau de dragon rouge flamboyant, ce qui donne un effet bœuf ! L’intérieur de ce gros volume de 352 pages est illustré par les dessins de Guillaume Albin avec humour (le dantragor m’a fait mourir de rire !).
On apprend beaucoup de choses sur la fameuse Terre de Fangh, ses alentours, ses créatures, ses peuples, ses animaux, ses héros, ses monstres…
La lecture aurait pu être lassante au bout d’un moment, mais John Lang et Éric Carey ont su la rendre aisée avec leur pointe d’humour, anecdotes et autres publicités pour des tavernes, services de magiciens, etc.
Les rôlistes en ont pour des heures de jeu !

par Zamy
Le cas Jack Spark, tome 4 : Printemps Humain Le cas Jack Spark, tome 4 : Printemps Humain
Victor Dixen   
Bon alors, j'ai décidé de mettre ce tome dans la catégorie « Bronze », mais je ne vous cache pas que c'est très difficile de le classer tant il est spécial. Sur les conseils de ValentinWatson, j'ai choisi de ne pas acheter ce quatrième tome de Jack Spark, mais plutôt de l'emprunter à la bibliothèque et je crois que j'ai plutôt bien fait. Il arrive à rester dans la lignée des tomes précédents tout en ayant une atmosphère très différente, atmosphère qui ne m'a beaucoup plu … C'est encore une fois très subjectif, mais je vais essayer d'être précise dans mes explications ^^

Déjà, il faut savoir que le livre est divisé en trois parties : « Germination », « Floraison » et « Fructification ». Chaque chapitre alterne la narration entre Caleb et Tiago, qui sont respectivement père et fils, flic et lycéen.. J'ai trouvé sympa de pouvoir découvrir les points de vue de chaque personnage, mais ce style présente les mêmes défauts que le deuxième tome de Jack Spark : le changement est fatiguant et casse l'action au moment où le lecteur commence à s'immerger totalement dans le chapitre. C'est un peu comme à la télé, quand Patrick Jane (Mentalist) est sur le point d'annoncer le nom du tueur et que TF1 balance une page de pub ! Horrible ^^

Comme je l'ai déjà dit, ce tome est très différent, mais on retrouve quand même l'univers de Victor Dixen, ainsi que son originalité. Je vais parler en premier des points positifs de l'histoire, pour commencer dans la joie et la bonne humeur, avant de parler des choses qui fâchent ^^

Alors comme d'habitude, j'adore la façon d'écrire de l'auteur avec ses « blang », ses « Krzzz » et les différentes polices d'écriture qui donnent une dimension sonore à l'histoire. On retrouve aussi au fil des pages des illustrations (comme les publicités de l'entreprise Carabas & Carabosse) qui permettent de mieux imaginer l'histoire. Je trouve ça génial ! J'adore aussi la façon dont les noms des fées font toujours référence à une vieille légende connue de tous, comme Gauvin ou La dame blanche, etc …
Dans le même genre, les annexes à la fin du livre sont très pratiques. Elles manquent quand même de quelques infos, comme une rapide biographie des anciens personnages. Pour moi qui n'ai pas lu les tomes précédents depuis un certain temps, ou encore pour les nouveaux lecteurs, certains passages et actes des personnages sont un peu difficiles à comprendre ! Je suis sûre qu'il y a même des enjeux de l'histoire qui me sont complètement passés au dessus de la tête.

Mais alors surtout, SURTOUT, je vénère la créativité et l'originalité de Victor Dixen. Non mais imaginez : un auteur écrit trois énormes tomes excellents qui débouchent sur la création d'une république utopique, symbole de paix et d'unicité entre humains et fées. Le lecteur est heureux pour les personnages, satisfait. Et puis BAM ! Tome suivant, l'auteur explose en mille morceaux le nouveau monde bâti par son héros. Je ne sais pas si vous vous rendez compte ? Je n'ai jamais vu ça dans aucun des livres que j'ai vu. Je trouve ça hallucinant d'originalité. Et l'auteur ne s'arrête pas là : il crée l'histoire d'une révolte « moderne », c'est à dire sans combat physique, via des manifestations … Comme pour coller un peu plus à notre réalité d'aujourd'hui, afin que le lecteur puisse s'identifier aux personnages et se sente faire partie de ce monde.

Voilà, ça c'était pour ce qui m'a plu : le contexte général de l'histoire.
Malheureusement, le contenu n'a pas toujours suivi, en particulier les personnages principaux. Les deux héros ; Tiago et Caleb ; sont beaucoup moins charismatiques que les héros du premier cycle. Caleb est quasiment transparent et Tiago … Une tête à claque interstellaire ! Je n'ai pas du tout accroché à sa mentalité : « Ouais, parce que moi j'ai toutes les nanas du lycée à mes pieds, mais tu vois je me préoccupe aussi de trucs vachement plus importants, tu peux pas comprendre ... ». Si ça majesté pouvais daigner retrouver le commun des mortels, ça ferait du bien. Un poil prétentieux le héros, mais alors juste un peu hein.
Sinon, il y a un troisième personnage qui a beaucoup d'importance dans le livre : c'est Onyx, la petite chérie de Tiago. Alors avec sa mentalité « On va tout faire péter », on a vraiment le duo gagnant (:

Au delà des personnages qui ne m'ont pas du tout plu (encore que finalement, Caleb est sympathique), j'ai eu du mal à accrocher au scénario. Choisir de renverser la république grâce à la manifestation c'est bien. C'est long aussi. L'atmosphère de cette révolte est moins épique que le premier cycle de Jack Spark, et beaucoup plus politique. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à accrocher, il y a même eu un stade où le bouquin m'a franchement gavée.

Alors je vois d'ici voir les gens arriver pour dire « Oui mais tu exagères, on revoit les anciens héros non ? » … Que répondre à ça ? Et bien NON, on ne revoit pas les anciens héros. Parce que devinez quoi ? Il sont mort de vieillesse depuis une bonne paye ! Quant à Jack Spark l'immortel, ne vous attendez pas à en entendre parler avant le tout dernier chapitre. Du coup, pendant tout le livre vous rencontrez un peuple qui souffre, qui se bat … Et Jack Spark, ne fait absolument RIEN. Plus le livre avance, et plus le lecteur entretient une frustration née de l'inactivité, de la passivité et surtout de l'absence de l'ancien héros.

Enfin, je tiens quand même à préciser quelques petites choses : si au début du livre (c'est à dire le premier tiers de l'histoire environ) j'ai vraiment galéré pour avancer, on entre beaucoup mieux dans l'histoire après « Floraison » ! A partir de ce moment là, il commence à y avoir beaucoup plus d'action dans l'histoire, et j'avoue avoir eu du mal à décrocher de l'histoire. Mais ce n'était rien comparé au plaisir que m'avaient procuré les premiers tomes de la série, à croire qu'à l'époque le livre était soudé à ma main. Là, j'aurais plutôt dit accroché avec de la pâte à fixe.

En ce qui concerne la fin, j'ai moyennement apprécié … Certes, c'est un peu tiré par les cheveux, mais surtout ce qui m'a déplu c'est qu'au lieu de ressentir de l'espoir pour les humains et les fées, j'ai surtout ressenti la tristesse de la mort (pour Sinead, Ti-jean, Doug, Brandy, etc) et la solitude de l'éternité pour Jack Spark. Une citation [p.382] m'a beaucoup touchée :
« Sinead et Kasandra ont vécu pour moi. A présent qu'elles ne sont plus et que je subsiste, je ne puis plus vivre pour quiconque, et je dois vivre pour tous ».
A ce moment là, j'ai juste eu envie de pleurer comme une madeleine. Mais ce n'est pas tout : le lecteur a aussi droit à une « leçon » de morale horriblement triste : l'amour entre humains et fés est impossible.
(Ceci dit, ils nous cassent moins les pieds sur le sujet qu'Edward et Bella)

C'est clair qu'à la fin du livre j'étais totalement déprimée, mais lire ce bouquin était quand même une nécessité : je DEVAIS finir la série. Alors restons positifs : ce livre n'est pas « mauvais », même si il n'est pas trop à la hauteur des précédents. Certains rebondissement sont vraiment très intéressants à lire, et découvrir ce qu'est devenu la société réunissant les humains et les fés créée par Jack Spark vaut le détour, ne serait-ce que pour la curiosité ! Cependant, mon cœur est resté aux héros de la première trilogie, dont le dénouement se finissait dans l'amour et l'amitié, avec une atmosphère d'espoir et de bonheur.
[Pourtant ce tome se finit pas mal hein, mais disons juste que l'espoir et le bonheur de Tiago j'en ai rien à carrer.]
Ce tome est très à part, donc.

P.S. : Le dessin de la couverture est super classe … Alors pourquoi y a t-il dessus un horrible bandeau rouge avec l'inscription « Insurgez-vous ?! »
Éditeurs, je VEUX une explication !

par Grenette
Les Aventuriers de la mer, Tome 1 : Le Vaisseau magique Les Aventuriers de la mer, Tome 1 : Le Vaisseau magique
Robin Hobb   
de la grande aventure avec des marchands et des pirates,mais des personnages vrais au quels ont s'attachent et d'autres que l'on aimerais voir se faire dévorer par les serpents de mer !! c'est de la grande fantasy,du bois sorciers,des vifnefs et althéa !! extra !!
Un homme très recherché Un homme très recherché
John Le Carré   
"Un Homme très recherché" est ma première approche de John Le Carré.
Ce livre décrit minutieusement la fabrication d’un infiltré destiné à pénétrer les réseaux de financement islamistes, au lendemain du 11 Septembre.
Une histoire assez compliqué , très ancré dans la réalité avec un dénouement inattendu qui m’a donné envie de lire d’autre livre de cet auteur car j’ai le sentiment qu’on est pas loin de la vérité.


par bioki
Madame Bovary Madame Bovary
Gustave Flaubert   
Sans trop en dire, l'auteur dénonce ici le romantisme féminin en y décrivant la vie d'Emma avec le réalisme de sa plume.
Il s'agît de l'histoire d'une femme dont la vie manque de péripéties rythmées par la passion. La vie lui laisse entrevoir un monde luxueux mouvementé dont elle rêve éperdument. Elle se nourrit de chimères, imagine une vie meilleure.
Il s'agît de l'histoire d'un retour brutal à la réalité, d'un désabusement féminin et d'une vie ennuyeuse, et malgré l'apparition de passions amoureuses et de réconfort religieux, les derniers chapitres nous conduisent inévitablement vers une fin tragique.
J'ai apprécié le style d'écriture, cependant les descriptions des lieux sont longues. Le must étant la description des différents personnages... Je n'ai pas d'étude approfondie, mais je suis certain qu'il y aurait beaucoup à analyser dans cet ouvrage. On pourrait parler de Grand Art de Littérature.
La Peste écarlate La Peste écarlate
Jack London   
Jack London s'est aventuré dans le futur, à notre époque, en 2013, et plus tard en 2073. La première année est celle de l'annihilation presque totale de la civilisation. En 2073, un grand-père se lance dans le récit du passé, découragé peut-être mais espérant qu'il jouera un rôle, en parlant, en ayant conservé des livres. Bien que vieille d'environ un siècle, l'histoire demeure crédible (écrite à nôtre époque, elle eut été partiellement différente) et touchante dans ce qu'elle apporte à la réflexion sur la fragilité de la civilisation.

par Titouan