Livres
380 691
Comms
1 331 167
Membres
265 472

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Fleurs sauvages ajouté par Lau97 2016-09-18T17:16:45+02:00

Josh et moi plaisantions toujours sur nos noms de famille. Le sien était double aussi : Joshua Hamer-Lyndon. Il pestait contre ces parents des Temps modernes et leur besoin de sauvegarder le nom de leur mère. Nos enfants, avait-il déclaré, s'appelleraient Ben et Bill Hamer-Lyndon-Blaxland-Hunter. Que Dieu ait pitié de la génération suivante.

Afficher en entier
Extrait de Fleurs sauvages ajouté par Lau97 2016-09-18T17:14:57+02:00

Ne doute jamais que je t'aimais, que je continue de t'aimer, et que je t'aimerai jusqu'à ce que les étoiles s'éteignent dans le ciel et que le silence finisse par régner.

Afficher en entier
Extrait de Fleurs sauvages ajouté par Anais16 2016-08-23T22:55:31+02:00

Il y a deux sortes de femmes Beattie: celles qui font les choses et celles qui se laissent faire.

Elle avait fait quelque chose.

Afficher en entier
Extrait de Fleurs sauvages ajouté par ilovelire 2016-01-26T17:24:18+01:00

Mais il la rattrapa, l’attira tout contre lui et couvrit de baisers son visage parsemé de larmes. « Je t’aime, je t’aime. Mais la vérité est là : Molly n’acceptera jamais de divorcer.

Afficher en entier
Extrait de Fleurs sauvages ajouté par ilovelire 2016-01-26T17:21:33+01:00

« Ma chérie, dit-il dans ses cheveux. Tu sais que je t’aime.

— Je t’aime aussi. » Elle aurait voulu répéter ces mots, encore plus haut, encore plus fort.

Il l’allongea avec délicatesse sur la banquette et commença à remonter le bas de sa jupe. Elle se raidit. Il la pressa contre lui avec plus de fermeté et elle comprit qu’il était inutile de lui résister. C’était déjà trop tard. Comme aurait dit son père, à quoi bon prendre des précautions après coup ?

Son père. La honte et la culpabilité la submergèrent de nouveau.

« Beattie ? » lança Henry d’une voix douce bien qu’elle se trouvât bloquée par ses mains telles deux chaînes autour de ses genoux.

Afficher en entier
Extrait de Fleurs sauvages ajouté par ilovelire 2016-01-26T17:19:48+01:00

Teddy frappa deux coups nets dans ses mains et la fumée se déplaça en même temps que les hommes aux verres de brandy jusqu’à la table de jeu ronde au centre de la pièce. Cette maison de jeu légèrement illégale était tenue par Teddy et son frère Billy sur Dalhousie Lane, au-dessus du restaurant de leur père, un établissement en tous points réglementaire. C’est dans ce restaurant que Beattie avait rencontré ces hommes pour la première fois. Elle y travaillait alors comme serveuse. D’ailleurs, ses parents croyaient que c’était toujours le cas. Teddy et Billy lui avaient présenté Henry et elle avait découvert le club peu de temps après : un autre visage de Glasgow, resplendissant d’obscurité, où personne ne s’inquiétait de savoir qui elle était, tant qu’elle était jolie. Elle passait la moitié de la nuit à servir des boissons et l’autre moitié à tenir compagnie à Cora, la petite amie de Teddy.

Cora fit signe à Beattie de venir s’asseoir. Les autres femmes se rassemblèrent près de la cheminée. Cora, avec ses petites boucles de cheveux plaquées contre les oreilles à l’aide d’un bandeau de satin rose, était la reine officielle des lieux. Bien qu’aucune n’aimât cette idée, les autres femmes prenaient bien soin de ne pas se tenir trop près d’elle de peur de souffrir d’injustes comparaisons. Beattie les aurait sans doute imitées si Cora n’avait pas décidé qu’elles devaient être des amies intimes.

Afficher en entier
Extrait de Fleurs sauvages ajouté par ilovelire 2016-01-26T17:19:15+01:00

La petite fille dansait.

Jambe droite, pas de chat. Jambe droite, petit jeté.

« Emma, ta grand-mère t’a posé une question.

— Hein ? » Jambe gauche, pas de chat. Jambe gauche, petit jeté. Et ainsi de suite, sur le plancher de bois, d’un rayon de soleil à l’autre. Elle adorait la maison de Grand-mère, surtout la salle de musique que la lumière du jour ornait de motifs à travers de vaporeux rideaux et où il y avait assez de place pour danser et ne plus s’arrêter.

« Emma, je te dis que…

— Laisse-la tranquille, chérie, répondit Grand-mère de sa voix calme et mélodieuse. J’aime bien la voir danser. »

Jambe droite, pas de chat…

« Si elle travaillait ses manières aussi souvent qu’elle travaille ses pas de danse, on ne l’aurait pas déjà renvoyée de deux écoles. »

Jambe droite, petit jeté…

Grand-mère ricana. « Elle n’a que onze ans. Elle aura tout le temps d’apprendre les bonnes manières quand elle sera plus vieille. Et c’est toi qui persistes à l’inscrire dans ces écoles de snobs. »

Jambe gauche, pas de chat… « Non, non, non ! » Emma tapa du pied. Respire. Recommence. Jambe gauche, pas de chat. Jambe gauche, petit jeté… Elle prit conscience du silence qui s’était installé dans la pièce et leva les yeux, pensant qu’elle était seule. Mais sa grand-mère était restée là, dans un grand canapé près du piano à queue, à la regarder. Emma reprit ses esprits, allongea bien la colonne vertébrale puis regarda de nouveau dans sa direction. Au-dessus de la tête de sa grand-mère était accrochée une grande peinture de gommier au coucher du soleil : le tableau préféré de Grand-mère. Emma ne comprenait pas vraiment comment un arbre pouvait susciter autant d’intérêt, mais sa grand-mère l’aimait bien, alors elle aussi.

Afficher en entier
Extrait de Fleurs sauvages ajouté par AnitaBlake 2015-05-19T13:31:30+02:00

« Comme un père se doit de le faire. »

Elle se leva, pensa une seconde à caresser son poignet avant de se raviser. « Je ne suis pas fatiguée, mentit-elle. Je vais bien. »

Il garda la tête baissée. « Tant mieux. Je dois continuer à travailler. Ce livre ne va pas s’écrire tout seul. »

Le bruit de la machine à écrire l’accompagna jusque dans la chambre où elle trouva ses chaussures et les enfila. Sa mère ronflait doucement et la vue de son visage paisible lui remonta un peu le moral. Beattie n’avait pas vu sa mère afficher autre chose qu’un air fatigué et anxieux depuis longtemps. Le patron d’une robe sur laquelle Beattie travaillait était épinglé au mur. Le papier brun pendait lâchement aux punaises censées le tenir : elle n’avait pas eu le cœur à s’en occuper depuis qu’elle avait découvert sa grossesse. À quoi bon confectionner une robe qu’elle ne pourrait pas porter avant longtemps ?

Beattie s’assit sur le bord du lit et appuya son avant-bras sur son ventre. Quels mystères se trouvaient là-dedans ? Quelle sorte de nouvelle vie étrange s’y développait ? À cette pensée, la peur lui donna le vertige. Elle fronça les sourcils avec force dans l’espoir que ses entrailles se vident de leur contenu. Mais rien ne se produisit. Jamais.

Afficher en entier
Extrait de Fleurs sauvages ajouté par Lady_maud 2015-04-19T23:15:03+02:00

Une idée commença à germer dans son esprit. Une idée qu'elle avait du mal à assumer. Henry n'était pas là. Il dormait sans doute chez Billy, sur le canapé. Ensuite, il irait travailler toute la journée. Des heures passeraient avant qu'il ne rentre à la maison. Elle avait tout le temps de s'enfuir.

Il avait beau dire qu'il aimait sa fille, il se montrait cruel envers elle. Il dépensait leur argent avant même de le gagner, il privait Lucy de l'essentiel au quotidien et lui offrait ensuite des cadeaux ridicules. Combien de temps leur restait-il avant que la petite ne l'agace au point qu'il en vienne à la frapper, comme il l'avait fappée, elle ? Avec l'alcool qu'il ingurgitait, il lui était impossible de se maîtriser. La meilleure chose qu'elle puisse faire pour sa fille était de la séparer de son père. Même si elle l’aimait plus que de raison.

Beattie savait que ce projet relevait presque de l'impossible. Mais elle se souvint du conseil de Cora, des années plus tôt, au moment où elle s’apprêtait à quitter Glasgow. Il y a deux sortes de femmes sur Terre, Beattie : celles qui font les choses et celles qui se laissent faire. L'avait-elle écoutée ? Non. Cora avait essayé de la mettre en garde contre Henry, mais Beattie avait décidé de faire partie de la mauvaise catégorie de femmes: elle avait choisi de se laisser faire.

Afficher en entier