Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
723 300
Membres
1 048 416

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Avant toi, il n'y avait rien et après toi, il n'y aura rien.

Afficher en entier

Ces années loin de toi n'ont été qu'une lente errance, à peine vécues. Je n'en garde presque pas de souvenirs. J'étais comme un somnambule, ne vivant pas le moment, j'étais simple spectateur du temps qui passait. Chaque jour, j'attendais que la journée se meure... que la nuit arrive pour cocher une nouvelle date sans toi. J'étais résolu à patienter jusqu'à un certain point. Jusqu'à atteindre le point de non-retour, la zone de rupture qui m'aurait forcé à rompre cette promesse, à abandonner ta demande pour enfin te retrouver. Me moquant de ta décision, car je ne supporterais plus de ne pas être à tes côtés.

Afficher en entier

Je t'en prie,brise tes chaînes, abats tes barrières et laisse-moi entrer totalement dans ton cœur.

Je te promets que je ne te trahirai pas. Jamais! Que je te chérirai. Et même si tu décides de ne jamais parler, même si tu ne prononces jamais plus un seul mot, je resterai à tes côtés !

Car je sais que dans ton cœur tu chantes, tu cries ton amour. Ta joie et tes peines. Je n'ai pas besoin de mots, de sons,de ta voix, même si c'est la plus belle chose que j'ai jamais entendue, pour te comprendre, pour t'entendre.

Tu es bien plus qu'une voix, tu es tellement plus, Spencer.

Afficher en entier

J'ai cru mourir... commence-t-il, me faisant ouvrir les yeux en grand. La nuit où tu es parti, poursuit-il sans me regarder, trop perdu dans ses aveux. Cette lettre que tu m'as laissée, ce "au revoir", j'aurais tout cassé si l'espoir m'avait quitté et il a failli... mais il est resté, infime au milieu du raz de-marée de mes émotions, mais bien là. La marque de tes larmes sur le papier m'a aidé à tenir. J'ai voulu te rejoindre;par mille fois, j'ai hésité. Mais tu m'as demandé du temps,alors je t'en ai donné. Tout ce que j'ai pu. J'ai patienté pour un signe de toi. Et rien... J'attendais que tu me dises de venir, de te retrouver et pourtant...

Sa voix se brise, se faisant plus hachée. Des larmes perlent au coin de ses yeux. Jamais je n'avais imaginé que j'avais eu un tel impact sur lui, et si je pensais que ses révélations seraient les plus douloureuses, j'étais encore loin du compte.

Au milieu de son jardin, il libère son âme de tout le mal,de toute la tristesse qui l'ont habité pendant des années.

Dans ce parc qui a accueilli nos premiers émois, sous ce jasmin endormi qui a assisté à notre premier baiser, il livre sans filtre ses sentiments.

Afficher en entier

Une larme coule, la seule que je n’arrive pas à retenir, mais à quoi bon faire l’homme fort et sans faiblesses ? Je suis comme tout le monde, je suis craquelé par la vie. Mais je suis toujours là, debout, prêt à avancer. Finalement, je suis chanceux…

Je fais tourner mon téléphone dans ma main quelques secondes.

— Ce n’est plus le moment, tu sais.

— De quoi tu parles ?

— De regretter la situation.

— Je ne… commencé-je, avant d’être coupé par l'hôtesse.

Afficher en entier

Pour la première fois depuis que je suis là, je prends le temps de visiter. Mes pas me guident vers le Jardin des plantes, encore endormi à cette époque. Mais loin du cœur. Assez ! De la ville et du bruit, je déambule le long des allées. L’endroit est calme, déserté par les gens. L’hiver a ce pouvoir sur les personnes, très peu savent apprécier les parcs quand ceux-ci ne sont pas en pleine arborescence.

Et pourtant…

Loin de l’agitation perpétuelle, la saison des glaces offre des spectacles que l’été et le printemps ignorent. La mésange boréale se montre enfin et imprègne certaines pépinières de son chant doux et flûté. C’est enveloppé de son gazouillis que je profite du square.

Afficher en entier

Des larmes dévalent mes joues et se mélangent aux siennes sur nos lèvres. Ce baiser a le goût de l’urgence, du désespoir, mais aussi de la rédemption. Un parfum de renouveau.

Ici, sous ce jasmin des poètes, celui qui nous a veillés des années auparavant redevient une nouvelle fois le gardien de notre baiser. Spectateur de nos retrouvailles, de notre acception, de notre guérison…

— Je veux partager avec toi toutes ses prochaines floraisons, découvrir sa poésie cachée dans la fragrance. Je refuse de me séparer de toi, finit-il par m’avouer.

Afficher en entier

— Tu as tout compris, dis-je, heureux.

— Tu es dingue, soupire-t-il.

— Comme nous tous. Il faut au moins ça pour affronter le cœur des gens.

Je l’entends bouger, sûrement pour se lever. Il a horreur de rester en place quand il se réveille.

— Bon, dis-moi que tu m’appelles pour un bon motif.

— Je...

— Et je t’arrête tout de suite si tu penses que me parler de tes costumes d’Halloween est une raison valable. Je peux déjà te dire que non.

— Décidément, tu n’es vraiment pas drôle, le matin.

— Je te promets que ma vengeance sera terrible. Je maudirai jusqu’à trois générations de Wright.

— Tu peux toujours, je suis gay, Jack. Je n’aurai jamais d’enfant. Alors comment veux-tu...

— Je découvrirai un moyen, me coupe Jack.

— Haha, j'ai hâte de voir ça.

— Fais ton malin, mais tu rigoleras moins quand j’aurai trouvé́ la vendetta ultime.

Il s’arrête de parler, sûrement à la recherche de sa prochaine réplique. Avec Jack, il faut avoir du temps devant soi quand on l'appelle, car ça peut durer très longtemps.

— J'ai trouvé́ ! s’exclame-t-il, visiblement heureux de sa trouvaille.

Afficher en entier

Mon centre de gravité a changé le jour où il est apparu devant moi. Tout mon être lui appartient et je refuse d’abandonner face à la moindre difficulté. Il a besoin de temps pour accepter ce qu’il s’est produit, très bien, je peux encore patienter. Car je sais au plus profond de moi qu’il reviendra. Aujourd’hui en est l’exemple parfait. Son corps, son cœur et même son âme, tout, je possède tout. Comme lui détient tout…

Il suffit de laisser le temps faire son œuvre, et qu’importe le nombre de saisons que je dois passer sans lui, qu’importe le nombre de cauchemars qui me volent mon sommeil, tant qu’à la fin, il revient. J’oublierai tout, car sans lui, le reste n’a pas d’importance !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fl3g 2024-04-25T21:54:16+02:00

— Dévaste-moi… Fais-moi oublier tout ce qui n’est pas toi…

Afficher en entier