Livres
524 598
Membres
542 949

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Avakrol 2020-03-30T14:23:11+02:00

Les cris de jouissance de la belle elfirienne emplissent mes oreilles, mettent le feu à mon cerveau. Je regarde avec délectation mon membre entrer et sortir de son corps voluptueux. Gemme. Ma préférée. Celle que je retrouve dès que j’en ai le temps et l’occasion. Ou dès que l’équipe de bras-cassés qui me sert d’équipage me laisse un peu de répit. De longs cheveux noirs soyeux, des yeux de chat, une peau d’albâtre sans le moindre défaut, des seins volumineux, et un fourreau étroit d’une douceur incroyable, délicieux, où j’aime me perdre.

Elle gémit :

— Oui… encore, Marko ! Tu es si beau, si fort, tu baises comme un dieu.

Ses mots d’encensement se perdent dans mes ahanements acharnés.

J’y suis presque…

Allez ma belle, crie mon nom !

C’est fort, puissant, divinement bestial.

Je m’enfonce en elle jusqu’à la garde, encore et encore, la faisant hurler de plaisir. Elle halète et se cambre, sans cesser de crier à quel point elle aime ce que je lui fais. Elle sait toujours quoi dire pour m’exciter, mais aussi quand se taire, et se prête à tous mes jeux.

— Tu la sens, poupée ?

— Oui, Marko. Ouiiii, continue !

Mon dos se couvre de sueur. L’amphétamine de l’amour se répand à haute dose dans mes veines, fait accélérer mon cœur, gonfler mon sexe, qui pulse et ne demande qu’à se libérer telle une bête sauvage. En entendant des pas de course dans le couloir, puis quelqu’un m’appeler et frapper contre la porte en fer de mes quartiers, je ralentis la cadence mais n’en continue pas moins ma séquence de baise torride.

Les coups de poing s’intensifient, font reculer mon irrépressible envie d’enfin me libérer au plus profond du ventre de ma partenaire, qui elle, imperturbable, continue sa divine litanie amoureuse.

— Marko ! C’est urgent ! Marko !

Les mots se frayent un passage jusqu’à ma conscience.

J’arrache plus que je ne retire le casque de VR de mes yeux, me redresse sur ma couche.

Habitué depuis mon adolescence aux réveils brutaux, — adolescence que j’ai passée à l’Académie Militaire pour me préparer à la carrière de GIG —, en moins de deux j’ai les pieds au sol, m’apprêtant à dégommer verbalement mon connard de second et meilleur ami, Tim Fraser, qui ose interrompre ma baise virtuelle.

J’appuie violemment sur le système digital d’ouverture de la cloison.

Tim abaisse son poing, se racle la gorge, tandis que ses yeux parcourent mon corps. Les coins de sa bouche s’étirent.

— Désolé, Commandant.

Lorsqu’il me donne du Commandant, c’est qu’il a décidé de se foutre ouvertement de ma gueule.

Je déporte mon érection douloureuse sur le côté de ma combinaison de latex noire, heureusement thermorégulatrice, et qui, aussi collante qu’une seconde peau, ne cache rien de mes formes, ni de mes envies charnelles. Voire les mets en valeur, ce qui peut être extrêmement fâcheux dans certaines circonstances.

Comme maintenant !

— Je te proposerais bien de trouver une femme pour te finir, ironise Fraser, mais nous n’en avons pas le temps.

— J’espère que tu as une bonne raison !

Je croise les bras sur la poitrine, contenant avec peine mes nerfs à vif, tandis que son sourire s’élargit.

— Toujours ! Tu penses bien !

— Moi, je pense ! Toi, je n’en suis pas si sûr !

Ma réaction ne fait que le satisfaire davantage ; à croire que ce type ne vit que pour me casser les burnes ! S’il n’était pas mon ami, mon seul ami, mon second et la seule personne en qui j’ai confiance, je le balancerais dans un trou noir !

— Suis-moi ! ordonné-je, en lui passant devant le nez pour gagner mon bureau où m’attend certainement l’un de mes gars avec je ne sais quel problème existentiel à la con et qui sera responsable de ma frustration sexuelle, bordel de merde !

Ce qui ne fera qu’aggraver son cas !

— Attends, putain !

Fraser me rattrape et me tend une carte holographique de communication, dont je m’empare.

Je hausse un sourcil, attendant ses explications.

— De l’Apex ! Et de la plus haute importance semble-t-il.

Je le remercie et comme je n’ai aucun secret pour lui, je l’invite à me suivre pour prendre connaissance en même temps que moi de la teneur du message.

— Je ne préfère pas. Il devait t’être remis en main propre, et n’être vu que par toi.

Putain, tant de secret ne me dit rien qui vaille !

— OK ! Prépare notre départ. Je suis persuadé que nous allons devoir rentrer au bercail.

Ce qui n’était pas franchement prévu au programme.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode