Livres animalistes

Vous recherchez des informations à propos d'un livre ou le livre lui même, posez vos questions ici.
Emilien-5
Messages : 1
Inscription : 2020-05-02T18:45:15+02:00

Livres animalistes

Messagepar Emilien-5 » 2020-05-06T22:03:23+02:00

Bonjour à tous.tes,

Je suis le créateur du Prix Maya (www.prixmaya.org), 1ère récompense littéraire animaliste de France.
Et je cherche pour la sélection 2021 des livres de fiction (Roman, BD, littérature jeunesse) parlant du monde animal avec un angle militant. Si vous avez des idées je suis preneur.

Merci d'avance mes bibliovores :)

dadotiste
Messages : 4720
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Re: Livres animalistes

Messagepar dadotiste » 2020-05-07T16:41:30+02:00

Les premiers qui me viennent à l'esprit :
Kid au 1er sommet des animaux de Gwenaël David
Le Chant du poulet sous vide de Lucie Rico

Ilonna-1
Messages : 3
Inscription : 2020-06-04T12:19:30+02:00

Re: Livres animalistes

Messagepar Ilonna-1 » 2020-07-06T00:33:10+02:00

Dogland et 8865 peuvent peut-être correspondre a votre requête , je vais chercher d'autres livres qui pourraient vous intéresser .

Antoinenene
Messages : 3
Inscription : 2020-06-16T02:52:55+02:00

Re: Livres animalistes

Messagepar Antoinenene » 2020-07-06T20:49:17+02:00

La seule BD qui me vient à l'esprit, c'est The Pride of Baghdad. C'est en anglais par contre, je ne sais pas s'il y a une traduction. Si je me souviens bien, c'est l'histoire de lions qui s'échappent d'un zoo pendant une guerre.

C'est quand même graphique (gore) , on voit une giraffe se faire exploser la tête par des munitions.

J'espère que ça convient à tes goûts !

charly09
Messages : 965
Inscription : 2014-07-19T11:56:33+02:00

Re: Livres animalistes

Messagepar charly09 » 2020-07-07T01:26:02+02:00

un petit polar qui évoque la condition des poules pondeuses... pas vraiment animaliste, mais l'auteur a choisi précisément ce thème pour parler des conditions d'élevage.
https://booknode.com/meurtre_en_deux-se ... s_03058484

Miney
Messages : 1641
Inscription : 2013-10-25T20:28:01+02:00

Re: Livres animalistes

Messagepar Miney » 2020-07-07T07:43:55+02:00

Je sais pas si la recherches est toujours d'actualité, mais peut-être que la BD Elmer de Gerry Alanguilan peut correspondre au thème.

C'est l'histoire de Jake Gallo, un coq dans un monde où humains et poulets apprennent à vivre en harmonie (très relative : racisme, ressentiment...) depuis que les poulets ont subitement acquis la conscience et la parole. A la mort de son père, qui faisait partie de la première génération de poulets de ce genre, Jake hérite du carnet où celui-ci relate ses mémoires, son "éveil" en plein élevage en batterie...
Dans l'ouvrage, il y a un parallèle très clair entre les élevages de poulets, les abattoirs et les camps de concentration de la 2nde guerre mondiale.

charly09
Messages : 965
Inscription : 2014-07-19T11:56:33+02:00

Re: Livres animalistes

Messagepar charly09 » 2020-07-07T09:30:10+02:00

Miney a écrit :Dans l'ouvrage, il y a un parallèle très clair entre les élevages de poulets, les abattoirs et les camps de concentration de la 2nde guerre mondiale.


C'est un autre débat mais le petit hors sujet m'intéresse, à titre privé. (Je comprendrai tout à fait d'ailleurs que, pour éviter des débordements sur une question souvent passionnée qui n'a rien à voir avec le propos de booknode, les modérateurs préfèrent supprimer.)
Ce parallèle m'embête souvent, et ce à plusieurs titres. D'abord, parce qu'à force d'être reprise à tort et à travers, je trouve l'image très violente pour les gens qui ont, de près ou de loin, subi cette monstruosité qu'est l'holocauste qui a eu lieu pendant la 2nde guerre mondiale.
Ensuite, parce que cette image me paraît être souvent mal comprise : des penseurs juifs célèbres qui ont vécu la Shoah ont fait ce parallèle non pour mettre à niveau, mais pour montrer -je crois- la réification des êtres dans un système organisé.
Alors j'entends qu'on peut me répondre qu'une vie est une vie, etc. Mais pour les gens marqués dans leur chair ou dans celle de leurs parents proches, c'est peut-être compliqué comme discours. Et aussi, parce que l'intention qui est derrière n'a strictement rien à voir.
Je m'intéresse à la cause des animaux d'élevage et suis volontiers le travail de certaines associations (les welfaristes comme CIWF me parlent davantage que d'autres, peut-être plus populaires ; cela dit par parenthèse), et je vois régulièrement cette confusion claquée en 2 lignes de façon très simpliste par les internautes sur les réseaux sociaux : alors non. On peut être pour ou contre l'élevage, la consommation ordinaire de produits lacto-carnés, que sais-je ; mais on ne peut pas rapprocher les 2 intentions. Beaucoup de ces commentateurs décrètent que de la même façon, on veut détruire les animaux. Juste, ça n'a rien à voir. Hitler a voulu détruire la population juive, l'éradiquer physiquement. Ce n'est pas l'objectif de l'élevage, même industriel ! au contraire, ce mode d'élevage vise à produire, et produire de façon massive, de la viande. Avec une étape: l'abattage de l'animal pour produire la viande. Personne ne tue pour tuer, mais ici pour transformer en produit carné.
Et c'est là effectivement qu'on peut s'insurger: l'animal devient un produit ; sa sélection, son élevage et son abattage sont des étapes de production. Et les conditions de ces étapes sont, dans les structures industrielles, organisées, mécanisées, indifférentes au vivant, inacceptables.

Miney
Messages : 1641
Inscription : 2013-10-25T20:28:01+02:00

Re: Livres animalistes

Messagepar Miney » 2020-07-07T14:05:30+02:00

Je n’ai pas assez de connaissances sur l’holocauste et sur la cause animale pour en débattre, alors je vais éviter de l’ouvrir sans savoir de quoi je parle vu qu’il y a de très fortes chances que ça n’aboutisse qu’à une succession de c*nneries. ^^ (D’autant que Booknode n’est peut-être pas le bon endroit pour ça, mais c’est effectivement aux modérateurs d’en décider.)

Par contre, je viens de relire Elmer parce qu’en parler m’a donné envie de me rafraîchir la mémoire, donc je peux m’étendre un peu dessus. Et c’est plutôt moi qui me suis mal exprimée en utilisant le mot « parallèle », parce que c’est moi en tant que lectrice qui ait fait ce parallèle en lisant la BD. C’est effectivement maladroit de ma part de le faire et pourtant je n’ai pas pu m’en empêcher. Par association d’idée, parce que malgré les différences, les ressemblances y font penser, parce que finalement le propos de l’auteur touche quelque chose d’assez universel…
Au d’autres commentaires sur le net, je ne suis pas la seule. Elmer y est d’ailleurs très souvent comparé à Maus d’Art Spiegelman, parce que les deux BD présentent des similitudes. En noir et blanc, avec des animaux comme protagonistes, un père qui raconte à son fils les horreurs de son passé et le fils décide d’en faire un ouvrage… Sauf que Maus, à travers ses chats et ses souris, est bel et bien un témoignage sur l’holocauste, les animaux y sont utilisés pour leur symbolisme.

L’auteur d’Elmer, lui, ne semble pas vraiment vouloir faire de parallèle avec quelque chose d'aussi précis. Si métaphore il y a, c’est plutôt sur la différence de façon globale et dans sa BD, sa réflexion creuse quand même plus profond que deux lignes sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, citation de Gerry Alanguilan dans une interview : « qu’est-ce qu’ils en pensent ? S’ils pouvaient parler, que me diraient-ils ? S’ils étaient intelligents, ils seraient sûrement en colère. Et en plus on les mange ! Et s’ils demandaient des droits ? Je suis arrivé devant cette métaphore sur la différence : comment une majorité traite une minorité parce que ses membres ont l’air différent ? ».
Ses poulets sont vraiment des poulets, pas une façon imagée ou symbolique de parler d'une horreur spécifique du passé. Par contre, ils lui permettent de parler de quelque chose de plus large et plus universel que juste des poulets (la différence, donc). Ils forment surtout des « et si ? ».
Spoiler(cliquez pour révéler)


Voilà, c’est probablement très maladroit, mais je voulais un peu expliciter le propos d'une oeuvre que j'ai appréciée. ^^

charly09
Messages : 965
Inscription : 2014-07-19T11:56:33+02:00

Re: Livres animalistes

Messagepar charly09 » 2020-07-08T00:59:37+02:00

Merci de ces éclairages, Miney. Si j'ai l'occasion, je regarderai volontiers cette BD !

MisterMistake
Messages : 345
Inscription : 2012-12-12T22:41:38+01:00

Re: Livres animalistes

Messagepar MisterMistake » 2020-07-08T03:13:08+02:00

Salut Émilien ! Déjà je trouve l’initiative hyper chouette, je n’avais jamais entendu parler du prix Maya mais j’en parlerai dorénavant autour de moi ! J’aimerais rebondir sur la proposition d’un autre contributeur et en apporter quelques autres.

Antoinenene a écrit :La seule BD qui me vient à l'esprit, c'est The Pride of Baghdad. C'est en anglais par contre, je ne sais pas s'il y a une traduction. Si je me souviens bien, c'est l'histoire de lions qui s'échappent d'un zoo pendant une guerre.

C'est quand même graphique (gore) , on voit une giraffe se faire exploser la tête par des munitions.

J'espère que ça convient à tes goûts !


Urban l’a publié en 2012 sous le titre Les Seigneurs de Baghdad, c’est un très bon comics même si les animaux sont plus une métaphore des mouvements politiques en Irak lors de la deuxième guerre du Golfe que porteurs d’un véritable commentaire animaliste, en ça ça s’apparente plus à Maüs dans le concept (même s’il n’est pas du tout traité de la même manière et qu’on n’ait pas d’anthropomorphisme dans ce livre).

En revanche on ne peut pas faire plus animaliste que la série de comics Animosity (je te laisse décider quel tome est le plus approprié pour recevoir le prix) : “Un jour, les animaux se sont éveillés. Ils ont commencé à penser. Ils ont commencé à parler. Ils ont commencé à se venger.” De là s’ensuit une aventure dans laquelle tant les hommes oppresseurs que les animaux opprimés doivent choisir où ils se positionnent dans un conflit global et un monde post-apocalyptique où la survie n’est pas assurée. En bonus, si cette série avait un prix ça mettrait un peu en avant un petit éditeur Marseillais qui fait un beau travail de mettre en avant le catalogue du petit éditeur étasunien AfterShock. Et ça c’est chouette ;) (tout fan d’Urban et de Vertigo — mais surtout de Brian K Vaughan — que je sois).

Ensuite, mais que je n’ai pas lu donc je ne sais pas à quel point wala, il y a le roman jeunesse La loi du Phajaan qui dénonce la cruauté des techniques d’élevage des éléphants en Asie. Un sujet dont on parle peu et qui pourtant n’est pas moins emblématique de la domination de l’Homme sur l’animal que les poulets en batterie.

Image
Oui, j’ai conscience que même cette image humouristique a pu engendrer de la souffrance pour la poule.


À propos d’éléphants (mais pas que), Le Seul et unique Ivan qui va bientôt avoir une adaptation cinématographique parle de la souffrance des animaux gardés en captivité dans une station service avec un petit centre commercial dont ils servent d’attraction pour attirer des clients. Le début est un peu long mais l’histoire est touchante (même si la conclusion m’a convaincu qu’à moitié, plus que dans L’œil du loup même si c’est le même problème
Spoiler(cliquez pour révéler)
parce que dans ce dernier il faut vraiment le voir comme une métaphore alors que dans le premier c’est censé être un retour à la liberté (et peut-être aussi parce que Ivan est beaucoup plus récent que le livre de Pennac). Mais bon il y a quand-même pas mal de thèmes animalistes abordés intelligemment, je le mettrais sur une liste pour gagner des prix personnellement.

Épi je l’ai lu il ya trop longtemps pour être sûr de quoi que ce soit mais il y a aussi Lion Boy dans lequel un garçon découvre qu’il peut parler aux chats et va donc faire la seule chose logique : il va aller au cirque parler aux lions et finir par les aider à s’échapper (en tout cas dans le 1er tome, j’ai un souvenir de Venise dans le dernier mais comme je disais c’est vague). Vu que j’ai lu les trois en deux jours il y a entre 10 et 13 ans je ne sais plus si le propos va vraiment plus loin que le livre d’aventure, il faudrait que je me refasse la trilogie pour pouvoir dire avec certitude, mais j’en garde malgré tout un bon souvenir.


J’espère que mes suggestions susciteront ton intérêt, je continue à réfléchir au sujet. Ces livres sont ceux qui m’ont traversé l’esprit à l’instant mais je vais par la suite passer ma bibliothèque au peigne fin pour en trouver d’autres, je reviendrai peut-être par ici pour rajouter des grains de sel... (épi pour voir ce que d’autres ont à dire sur le sujet que ça m’intéresse !)

MisterMistake
Messages : 345
Inscription : 2012-12-12T22:41:38+01:00

Re: Livres animalistes

Messagepar MisterMistake » 2020-08-11T20:33:52+02:00

Salut à nouveau Émilien !

En me penchant sur Stéphane Servant juste après avoir commencé Sirius, j’ai découvert qu’il avait écrit un livre jeunesse — album ou roman court, je ne sais — intitulé Je suis né tigre. Ne l’ayant pas lu je ne sais pas ce qu’il vaut mais le résumé est prometteur et pourrait aller avec le prix Maya.

Bonne soirée, j’espère avoir bientôt des retours, pour ma part je repasserai par ici si d’autres idées me viennent. Étant donné que c’est un sujet qui me passionne, il n’est pas improbable que je tombe régulièrement sur de nouveaux possibles candidats au prix.

À plus !


EDIT : Je viens de voir sur le site qu’il y avait une contrainte de temps, qu’il fallait que ce soit paru il y a moins de deux ans au maximum... et toutes mes propositions sont plus vieilles que ça (à un an près ça passait pour La loi du Phajaan, c’est dommage !) à part Animosity dont le tome 4 est sorti en février. Je sais que cette série a déjà été sélectionnée en 2019 mais elle a je trouve assez de mérite pour pouvoir avoir une seconde chance !

MisterMistake
Messages : 345
Inscription : 2012-12-12T22:41:38+01:00

Re: Livres animalistes

Messagepar MisterMistake » 2020-09-16T00:37:15+02:00

C’est encore moi !

Je viens de tomber sur Kennel Block Blues, comics paru en 2017 chez Ankama donc ça devrait rentrer ! Je pensais que ce serait un commentaire du système carcéral mais ça parle en fait vraiment des animaux abandonnés et enfermés dans des chenils. Même s’il y a des éléments de la prison (les gangs, les cellules etc.) ce qu’on retient le plus reste le commentaire sur la souffrance animale, que ce soit un chien abandonné ou un lapin de laboratoire. Même si ce n’est pas toujours fait de la manière la plus subtile qui soit, cela reste quand-même un témoignage assez bouleversant.

J’espère qu’il sera retenu !


Revenir vers « Recherche de livres »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Elaheh, Mensonges, Nirycia, Sylvia-30, ThomasChr et 3 invités