La rentrée littéraire 2019

Partagez ici vos infos à propos du monde de la littérature et des livres
dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondess sélections

Messagepar dadotiste » 2019-10-01T22:06:06+02:00

Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondes sélections


Goncourt et Médicis, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Le ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena (P.O.L)


Les livres nominés pour plusieurs prix lors des premières sélections
Retour au sommaire des prix

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Coup d'œil sur Les deuxièmes sélections du Médicis 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-02T23:02:50+02:00

Coup d'œil sur Les deuxièmes sélections du Grand prix du roman de l'Académie française et du Médicis 2019

Jour de courage, de Brigitte Giraud

Image
Résumé :
Lors d’un exposé en cours d’histoire sur les premiers autodafés nazis, Livio, 17 ans, retrace l’incroyable parcours de Magnus Hirschfeld, ce médecin juif-allemand qui lutta pour l’égalité hommes-femmes et les droits des homosexuels dès le début du XXe siècle. Homosexuel, c’est précisément le mot que n’arrive pas à prononcer Livio : ni devant son amie Camille, dont il voit bien qu’elle est amoureuse de lui, ni devant ses parents. Magnus Hirschfeld pourrait-il parler pour lui ? Sous le regard interdit des élèves de sa classe, Livio accomplit alors ce qui ressemble à un coming out.

Deux histoires se mêlent et se répondent pour raconter ce qu’est le courage, celui d’un jeune homme prêt à se livrer, quitte à prendre feu, et celui d’un médecin qui résiste jusqu’à ce que sa bibliothèque de recherche soit brûlée vive. À un siècle de distance, est-il possible que Magnus Hirschfeld et Livio se heurtent à la même condamnation ?


Le commentaire de Saturna
Ça y est, on prépare déjà la rentrée littéraire de septembre et les premiers services presse sont arrivés à la librairie dans laquelle je travaille. Parmi eux, "Jour de courage" a attiré mon attention.
L'histoire s'annonçait comme belle et originale; en faisant un exposé sur un autodafé de livres prohibés par le régime Nazi, un adolescent fait son coming out.
Néanmoins, si j'ai aimé le côté "exposé" (j'ai vraiment eu l'impression de me retrouver dans une classe de lycée) et le côté historique (tout ce que j'ai appris sur l'Institut de sexologie présenté par Livio ainsi que son créateur Magnus Hirschfeld et le combat de celui-ci m'a beaucoup intéressée. Ce sont des choses que j'ignorais et qui sont pourtant importantes. Rien que pour cela, je ne regrette pas d'avoir lu ce livre), je déplore un peu la manière dont l'auteure a traité l'histoire et les réactions des différents personnages qui, à quelques exceptions prêts, sont négatives. J'ai aussi trouvé le personnage de Livio assez cliché.
Voilà ce n'est que mon avis. D'autres auront peut être une vision différente de ce roman.

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Les deuxièmes sélections du Fémina 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-08T20:19:42+02:00

La Première sélection du Fémina 2019
Les deuxièmes sélections du Fémina 2019

Deux romans ont été ajoutés dans les romans étrangers et la sélection des essais est tombée. Vous trouverez les ajouts en gras dans la liste ;)


Les 11 romans français en lice

  • Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard)
  • Un dimanche à Ville-d'Avray de Dominique Barbéris (Arléa)
  • Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France)
  • Les grands cerfs de Claudie Hunzinger (Grasset)
  • La chaleur de Victor Jestin (Flammarion)
  • La tentation de Luc Lang (Stock)
  • Le bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel)
  • Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
  • Opus 77 d'Alexis Ragougneau (Viviane Hamy)
  • Eden de Monica Sabolo (Gallimard)
  • Les choses humaines de Karine Tuil (Gallimard)

Les 10 romans étrangers en lice

  • Je ne reverrai plus le monde d'Ahmet Altan, traduit par Julien Lapeyre de Cabanes (Actes Sud)
  • Borgo Vecchio de Giosuè Calaciura, traduit par Lise Chapuis (Notabilia)
  • Le cœur de l'Angleterre de Jonathan Coe, traduit par Josée Kamoun (Gallimard)
  • Ordinary people de Diana Evans, traduit par Karine Guerre (Globe)
  • Le grand royaume des ombres d'Arno Geiger, traduit par Olivier Le Lay (Gallimard)
  • La fabrique des salauds de Chris Kraus, traduit par Rose Labourie (Belfond)
  • L'ami de Sigrid Nunez, traduit par Mathilde Bach (Stock)
  • Girl d’Edna O’Brien, traduit par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat (Sabine Wespieser)
  • Appia de Paolo Rumiz, traduit par Béatrice Vierne (Arthaud)
  • Ordesa de Manuel Vilas, traduit par Isabelle Gugnon (Sous-Sol)

Les 13 essais en lice (qui viennent s'ajouter)
  • Vagabondes, voleuses, vicieuses: adolescentes sous contrôle, de la Libération à la libération sexuelle de Véronique Blanchard (François Bourin)
  • La Bruyère, portrait de nous-mêmes de Jean-Michel Delacomptée (Robert Laffont)
  • La fabrique du crétin digital : les dangers des écrans pour nos enfants de Michel Desmurget (Seuil)
  • L'usage du vide : essai sur l'intelligence de l'action, de l'Europe à la Chine de Romain Graziani (Gallimard)
  • La solitude Caravage de Yannick Haenel (Fayard)
  • La langue confisquée: lire Victor Klemperer aujourd'hui de Frédéric Joly (Premier Parallèle)
  • Giono, Furioso d'Emmanuelle Lambert (Stock)
  • Débuter, comment c'est: entrer en littérature de Bertrand Leclair ("Agora", Pocket)
  • J'ai oublié de Bulle Ogier avec Anne Diatkine (Seuil)
  • De cendres et de braises : voix et histoires d'une banlieue populaire de Manon Ott (Anamosa)
  • Sur la route du Danube d'Emmanuel Ruben (Rivages)
  • Arpenter le paysage : poètes, géographes et montagnards de Martin de la Soudière (Anamosa)
  • La fabrique de l'écrivain national : entre littérature et politique d'Anne-Marie Thiesse (Gallimard)


Retour au sommaire des prix


Les livres éjectés de la sélection
  • Quand la parole attend la nuit de Patrick Autréaux (Verdier)
  • Un autre Eden, de Bernard Chambaz (Seuil)
  • Unpur d'Isabelle Desesquelles (Belfond)
  • Chronique d'une station-service d'Alexandre Labruffe (Verticales)
  • Avant que j'oublie d'Anne Pauly (Verdier)
  • La fracture de Nina Allan, traduit par Bernard Sigaud (Tristram)
  • Les hommes d'août de Sergueï Lebedev traduit par Luba Jurgenson (Verdier)
  • Bleuets de Maggie Nelson, traduit par Céline Leroy (Sous-Sol)

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Re: Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondess sélections

Messagepar dadotiste » 2019-10-08T20:42:43+02:00

Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondes sélections


Fémina et Goncourt, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard)
  • Un dimanche à Ville-d'Avray de Dominique Barbéris (Arléa)

Fémina et Médicis (2 sélections)
  • Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France)
  • Le grand royaume des ombres d'Arno Geiger (Gallimard)
  • Les grands cerfs de Claudie Hunzinger (Grasset)
  • La chaleur de Victor Jestin (Flammarion)
  • La tentation de Luc Lang (Stock)
  • J'ai oublié de Bulle Ogier avec Anne Diatkine (Seuil)
  • Appia de Paolo Rumiz (Arthaud)
  • Girl d’Edna O’Brien (Sabine Wespieser)
  • Ordesa de Manuel Vilas (Sous-Sol)

Goncourt et Médicis, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Le ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena (P.O.L)



Le Fémina et le Médicis sont les prix qui totalisent le plus de livres en communs ! (9) :o


Les livres nominés pour plusieurs prix lors des premières sélections
Retour au sommaire des prix

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Les deuxièmes sélections du Renaudot 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-09T00:00:50+02:00

La Première sélection du Renaudot 2019
Les deuxièmes sélections du Renaudot 2019

Un essai a été ajouté dans la sélection. Vous le trouverez en gras dans la liste ;)


Les 8 romans en lice

  • Le ciel par-dessus le toit de Natacha Appanah (Gallimard)
  • La Maison d'Emma Becker (Flammarion)
  • La part du fils de Jean-Luc Coatalem (Stock)
  • La symphonie du nouveau monde de Lenka Hornakova-Civade (Alma)
  • Le Bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel) - premier roman
  • Les jungles rouges de Jean-Noël Orengo (Grasset)
  • Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
  • Pourquoi tu danses quand tu marches? de Abdourahman A. Waberi (J-C. Lattès)

Les 06 essais en lice

  • Je suis le carnet de Dora Maar de Brigitte Benkemoun (Stock)
  • Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale de Charles Dantzig (Grasset)
  • La Bruyère, portrait de nous-mêmes de Jean-Michel Delacompte (Robert Laffont)
  • (Très) cher cinéma français d'Eric Neuhoff (Albin Michel)
  • A l'absente Martine de Rabaudy (Gallimard)
  • Art vaincra ! Louise Michel : l'artiste en révolution et le dégoût du politique de Claude Rétat (Bleu autour)


Retour au sommaire des prix


Les livres éjectés de la sélection
  • Les petits de décembre de Kaouther Adimi (Seuil)
  • Le ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena (P.O.L)
  • Le continent de la douceur d’Aurélien Bellanger (Gallimard)
  • Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France)
  • Un monstre et un chaos d’Hubert Haddad (Zulma)
  • La chaleur de Victor Jestin (Flammarion) - premier roman
  • Cora dans la spirale de Vincent Message (Seuil)
  • Loin d'Alexis Michalik (Albin Michel) - premier roman
  • Le dernier roi soleil de Sophie Des Deserts (Grasset/Fayard)
  • Alexandria : Les pionniers oubliés du web de Quentin Jardon (Gallimard)
  • Giono, furioso d'Emmanuelle Lambert (Stock)
  • Au pays des rêves noirs : Antonin Artaud au Mexique de Félix Macherez (Equateurs)

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Re: Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondess sélections

Messagepar dadotiste » 2019-10-09T00:15:17+02:00

Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondes sélections


Fémina, Goncourt et Renaudot, les livres en commun ! (3 sélections)
  • Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard)

Fémina et Goncourt, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Un dimanche à Ville-d'Avray de Dominique Barbéris (Arléa)

Fémina et Médicis (2 sélections)
  • Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France)
  • Le grand royaume des ombres d'Arno Geiger (Gallimard)
  • Les grands cerfs de Claudie Hunzinger (Grasset)
  • La chaleur de Victor Jestin (Flammarion)
  • La tentation de Luc Lang (Stock)
  • J'ai oublié de Bulle Ogier avec Anne Diatkine (Seuil)
  • Appia de Paolo Rumiz (Arthaud)
  • Girl d’Edna O’Brien (Sabine Wespieser)
  • Ordesa de Manuel Vilas (Sous-Sol)

Fémina et Renaudot, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Le Bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel) - premier roman
  • Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
  • La Bruyère, portrait de nous-mêmes de Jean-Michel Delacompte (Robert Laffont)

Goncourt et Médicis, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Le ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena (P.O.L)

Goncourt et Renaudot, les livres en commun ! (2 sélections)
  • La part du fils de Jean-Luc Coatalem (Stock)



Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard) est pour l'instant le livre qui totalise le plus de nominations ! (3)
Le Fémina et le Médicis sont les prix qui totalisent le plus de livres en communs ! (9) :o


Les livres nominés pour plusieurs prix lors des premières sélections
Retour au sommaire des prix

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Re: Coup d'œil sur Les deuxièmes sélections du Fémina 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-09T18:44:55+02:00

Coup d'œil sur Les deuxièmes sélections du Fémina 2019

Le Cœur de l'Angleterre, de Jonathan Coe

Image
Résumé :
Comment en est-on arrivé là? C’est la question que se pose Jonathan Coe dans ce roman brillant qui chronique avec une ironie mordante l’histoire politique de l’Angleterre des années 2010. Du premier gouvernement de coalition en Grande-Bretagne aux émeutes de Londres en 2011, de la fièvre joyeuse et collective des jeux Olympiques de 2012 au couperet du référendum sur le Brexit, Le cœur de l’Angleterre explore avec humour et mélancolie les désillusions publiques et privées d’une nation en crise.

Dans cette période trouble où les destins individuels et collectifs basculent, les membres de la famille Trotter reprennent du service. Benjamin a maintenant cinquante ans et s’engage dans une improbable carrière littéraire, sa sœur Lois voit ses anciens démons revenir la hanter, son vieux père Colin n’aspire qu’à voter en faveur d’une sortie de l’Europe et sa nièce Sophie se demande si le Brexit est une cause valable de divorce.

Au fil de cette méditation douce-amère sur les relations humaines, la perte et le passage inexorable du temps, le chantre incontesté de l’Angleterre questionne avec malice les grandes sources de crispation contemporaines : le nationalisme, l’austérité, le politiquement correct et les identités.

Dans la lignée de Bienvenue au club et du Cercle fermé, Le cœur de l’Angleterre est le remède tout trouvé à notre époque tourmentée.


Le commentaire de francesca21
On retrouve dans ce livre les personnages des précédents roman de Jonathan Coe, « Bienvenue au Club » et « Le Cercle fermé », qui ont atteint la matûrité : Benjamin Trotter, sa soeur Lois, ses amis Douglas, Philip, etc.
Nous sommes dans l'Angleterre de 2016 qui réclame, à la surprise générale, la sortie de l'Europe. C'est en fait le roman du Brexit. L'auteur se plonge dans l'Angleterre profonde pour tenter de comprendre ce référendum qui a été décidé par des politiques inconséquents et trop sûrs d'eux.
Ce thème pourrait paraître ennuyeux, mais le talent, l'humour de l'auteur, la véracité de ses personnages, en font un roman passionnant et plein d'enseignements.

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Coup d'œil sur Les deuxièmes sélections du Goncourt et du Médicis 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-10T22:13:24+02:00

Coup d'œil sur Les deuxièmes sélections du Goncourt et du Médicis 2019

Le Ghetto intérieur, de Santiago H. Amigorena

Image
Résumé :
Buenos-Aires, 1940. Des amis juifs, exilés, se retrouvent au café. Une question : que se passe-t-il dans cette Europe qu’ils ont fuie en bateau quelques années plus tôt ? Difficile d’interpréter les rares nouvelles. Vicente Rosenberg est l’un d’entre eux, il a épousé Rosita en Argentine. Ils auront trois enfants. Mais Vicente pense surtout à sa mère qui est restée en Pologne, à Varsovie. Que devient-elle ? Elle lui écrit une dizaine de lettres auxquelles il ne répond pas toujours. Dans l’une d’elles, il peut lire : « Tu as peut-être entendu parler du grand mur que les Allemands ont construit. Heureusement la rue Sienna est restée à l’intérieur, ce qui est une chance, car sinon on aurait été obligés de déménager. » Ce sera le ghetto de Varsovie. Elle mourra déportée dans le camp de Treblinka II. C’était l’arrière-grand-mère de l’auteur.

Santiago H. Amigorena raconte le « ghetto intérieur » de l’exil. La vie mélancolique d’un homme qui s’inventeune vie à l’étranger, tout en devinant puis comprenant la destruction de sa famille en cours, et de millions de personnes. Vicente et Rosita étaient les grands-parents de l’auteur qui écrit aujourd’hui : « Il y a vingt-cinq ans, j’ai commencé un livre pour combattre le silence qui m’étouffe depuis que je suis né ».
Ce roman est l’histoire de l’origine de ce silence.


Le commentaire de Julie-176
Chroniquer un livre relatif à la Shoah n’est certes pas un travail aisé. Je le fais car ce livre est le livre retenu par mes collègues lectrices du jury du Grand Prix des Lectrices Elle 2020 pour le mois d’octobre dans la catégorie « littérature ».

Vicente a émigré en Argentine en 1928 où il s’est marié, a trouvé un emploi et y a fondé une famille. Polonais d’origine, il y avait notamment fait partie de l’armée. Sa mère ainsi que son frère et sa famille sont restés quant à eux là bas. Mais quelques années plus tard, le monde change et les nazis montent au pouvoir en Allemagne, défigurant le visage de l’Europe. Alors que les nouvelles n’arrivent qu’au compte-goutte en Amérique du Sud, Vicente ne peut que s’inquiéter pour sa famille restée au pays.

J’ai apprécié les apports historiques que l’auteur a inséré dans son histoire. Il nous apprend l’évolution de la mise en place du régime nazi au fil des mois, en parallèle à la vie menée par Vicente à Buenos Aires.
J’avoue, qu’à certains moments par contre, j’ai eu des difficultés à supporter le comportement apathique du personnage de Vicente. Alors qu’il tombe dans ce qu’on pourrait qualifier de profonde dépression suite au sort incertain réservé à sa famille en Pologne et au vu des lettres de sa mère, il se complait dans une espèce de léthargie complète par rapport à son travail, à sa femme et enfants, à ses amis. Finalement, il ne fait quasi rien pour que sa mère et son frère fuient l’Europe et s’installent comme lui en Argentine….
Effectivement, il leur a bien suggéré dans l’une ou l’autre lettre de fuir la Pologne, mais son rôle actif s’est arrêté là. Bien entendu, vu les moyens limités de communication de l’époque, cela n’aurait pas été aussi facile qu’à l’heure actuelle. Mais, je l’ai parfois trouvé « lâche » quant à la façon de traiter son épouse, Rosita, et leurs enfants qui n’étaient pas coupables de ce qui se passait en Pologne.

L’écriture de l’auteur, Santiago H. Amigorena est très sensible et en fait un livre émouvant mais à certains égards, très sombre. Le fait d’écrire sur sa famille comme il l’a fait n’a certainement pas dû être facile, puisqu’il fallait faire un saut dans le temps, à une époque si difficile, vu le sort réservé à sa famille maternelle. Malgré quelques redondances et un silence plus que très pesant, j’ai malgré tout apprécié ce livre touchant.
Ce livre a déjà remporté comme prix littéraire, Le Prix des Libraires de Nancy – Le Point et est en lice pour le prix Goncourt.

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

La deuxième sélection du Grand prix du roman de l'Académie française 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-11T08:28:04+02:00

La Première sélection du Grand prix du roman de l'Académie française 2019
La deuxième sélection du Grand prix du roman de l'Académie française 2019


Les 3 livres en lice

  • Civilizations, de Laurent Binet, Grasset
  • L'île du dernier homme, de Bruno de Cessole, (Albin Michel)
  • Jour de courage, de Brigitte Giraud, Flammarion

Les livres éjectés de la sélection :
  • Cent millions d'années et un jour, de Jean-Baptiste Andrea, (L'Iconoclaste)
  • La part du fils, de Jean-Luc Coatalem, Stock
  • Une bête au Paradis, de Cécile Coulon, (L'Iconoclaste)
  • Les jungles rouges, de Jean-Noël Orengo, Grasset
  • Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
  • Nuit d'épine, de Christiane Taubira, Plon
  • Les choses humaines de Karine Tuil (Gallimard)


Retour au sommaire des prix

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondes sélections

Messagepar dadotiste » 2019-10-11T21:00:55+02:00

Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondes sélections


Fémina, Goncourt et Renaudot, les livres en commun ! (3 sélections)
  • Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard)

Fémina et Goncourt, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Un dimanche à Ville-d'Avray de Dominique Barbéris (Arléa)

Fémina et Médicis (2 sélections)
  • Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France)
  • Le grand royaume des ombres d'Arno Geiger (Gallimard)
  • Les grands cerfs de Claudie Hunzinger (Grasset)
  • La chaleur de Victor Jestin (Flammarion)
  • La tentation de Luc Lang (Stock)
  • J'ai oublié de Bulle Ogier avec Anne Diatkine (Seuil)
  • Appia de Paolo Rumiz (Arthaud)
  • Girl d’Edna O’Brien (Sabine Wespieser)
  • Ordesa de Manuel Vilas (Sous-Sol)

Fémina et Renaudot, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Le Bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel) - premier roman
  • Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
  • La Bruyère, portrait de nous-mêmes de Jean-Michel Delacompte (Robert Laffont)

Goncourt et Médicis, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Le ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena (P.O.L)

Goncourt et Renaudot, les livres en commun ! (2 sélections)
  • La part du fils de Jean-Luc Coatalem (Stock)

Grand prix du roman de l'Académie française et Médicis (2 sélections)
  • Jour de courage, de Brigitte Giraud, Flammarion



Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard) est pour l'instant le livre qui totalise le plus de nominations ! (3)
Le Fémina et le Médicis sont les prix qui totalisent le plus de livres en communs ! (9) :o


Les livres nominés pour plusieurs prix lors des premières sélections
Retour au sommaire des prix

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Re: Les deuxièmes sélections du Premier Roman 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-15T11:05:09+02:00

La Première sélection du Premier Roman 2019
Les deuxièmes sélections du Premier Roman 2019


Les 7 romans français en lice

  • Suiza de Bénédicte Belpois (Gallimard)
  • L’âme du violon de Marie Charvet (Grasset)
  • On ne meurt pas d’amour de Géraldine Dalban-Moreynas (Plon)
  • Baudelaire et Apollonie : le rendez-vous charnel de Céline Debayle (Arléa)
  • Un cheval dans la tête, Sylvie Krier (Serge Safran)
  • Le bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel)
  • Une histoire italienne de Laura Ulonati (Gallimard)

Les 4 romans étrangers en lice

  • Les patriotes de Sana Krasikov, traduit par Sarah Gurcel (Albin Michel)
  • Tangerine de Christine Mangan, traduit par Laure Manceau (HarperCollins)
  • Cendrillon et moi: la belle-mère parle enfin, de Danielle Teller traduit par Audrey Coussy (Denoël)


Retour au sommaire des prix


Les livres éjectés de la sélection
  • L’absence de ciel d'Adrien Blouët (Noir sur Blanc)
  • Tout le bleu du ciel de Melissa da Costa (Carnets Nord)
  • A la demande d’un tiers de Mathilde Forget (Grasset)
  • A crier dans les ruines de Alexandra Koszelyk (Aux Forges de Vulcain)
  • Loin d'Alexis Michalik (Albin Michel)
  • J’écris ton nom de Sylvestre Sbille (Belfond)
  • Le cinquième bateau de Monika Kompanikova, traduit par Vivien Cosculluela (Belleville éditions)

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Les deuxièmes sélections du Décembre 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-15T18:47:18+02:00

La Première sélection du Décembre 2019
Les deuxièmes sélections du Décembre 2019


Les 3 livres en lice

  • Rhapsodie des oubliés de Sofia Aouine (La Martinière)
  • Souvenirs/écran de Noël Herpe (Bartillat)
  • Les Grands cerfs de Claudine Hunzinger (Grasset)


Retour au sommaire des prix


Les livres éjectés de la sélection
  • Le ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena (P.O.L)
  • Quand la parole attend la nuit de Patrick Autréaux (Verdier)
  • L'Arbre d'obéissance Joël Baqué (POL)
  • L’Homme qui brûle Alban Lefranc (Rivages)
  • Le Chagrin des origines de Laurence Nobécourt (Albin Michel)
  • Les Jungles rouges de Jean Noël Orengo (Grasset)
  • Le Monde horizontal de Bruno Remaury (Corti)

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondes sélections

Messagepar dadotiste » 2019-10-16T09:57:05+02:00

Les livres nominés pour plusieurs prix lors des secondes sélections


Décembre, Fémina et Médicis (3 sélections)
  • Les grands cerfs de Claudie Hunzinger (Grasset)

Fémina, Goncourt et Renaudot, les livres en commun ! (3 sélections)
  • Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard)

Fémina, Premier Roman et Renaudot, les livres en commun ! (3 sélections)
  • Le Bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel) - premier roman

Fémina et Goncourt, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Un dimanche à Ville-d'Avray de Dominique Barbéris (Arléa)

Fémina et Médicis (2 sélections)
  • Scrabble de Michael Ferrier (Mercure de France)
  • Le grand royaume des ombres d'Arno Geiger (Gallimard)
  • La chaleur de Victor Jestin (Flammarion)
  • La tentation de Luc Lang (Stock)
  • J'ai oublié de Bulle Ogier avec Anne Diatkine (Seuil)
  • Appia de Paolo Rumiz (Arthaud)
  • Girl d’Edna O’Brien (Sabine Wespieser)
  • Ordesa de Manuel Vilas (Sous-Sol)

Fémina et Renaudot, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Par les routes de Sylvain Prudhomme (Gallimard)
  • La Bruyère, portrait de nous-mêmes de Jean-Michel Delacompte (Robert Laffont)

Goncourt et Médicis, les livres en commun ! (2 sélections)
  • Le ghetto intérieur de Santiago H. Amigorena (P.O.L)

Goncourt et Renaudot, les livres en commun ! (2 sélections)
  • La part du fils de Jean-Luc Coatalem (Stock)

Grand prix du roman de l'Académie française et Médicis (2 sélections)
  • Jour de courage, de Brigitte Giraud, Flammarion



Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah (Gallimard) et Le Bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel) sont pour l'instant les livres qui totalisent le plus de nominations ! (3)
Le Fémina et le Médicis sont les prix qui totalisent le plus de livres en communs ! (9) :o


Les livres nominés pour plusieurs prix lors des premières sélections
Retour au sommaire des prix

dadotiste
Messages : 4586
Inscription : 2011-08-20T02:11:52+02:00
Contact :

Coup d'œil sur Les deuxièmes sélections du Décembre 2019

Messagepar dadotiste » 2019-10-17T20:36:41+02:00

Coup d'œil sur Les deuxièmes sélections du Décembre 2019

Rhapsodie des oubliés, de Sofia Aouine

Image
Résumé :
« Ma rue raconte l'histoire du monde avec une odeur de poubelles. Elle s'appelle rue Léon, un nom de bon Français avec que des métèques et des visages bruns dedans ».

Abad, treize ans, vit dans le quartier de Barbès, la Goutte d'Or, Paris XVIIIe. C'est l'âge des possibles : la sève coule, le coeur est plein de ronces, l'amour et le sexe torturent la tête. Pour arracher ses désirs au destin, Abad devra briser les règles. A la manière d'un Antoine Doinel, qui veut réaliser ses 400 coups à lui.

Rhapsodie des oubliés raconte sans concession le quotidien d'un quartier et l'odyssée de ses habitants. Derrière les clichés, le crack, les putes, la violence, le désir de vie, l'amour et l'enfance ne sont jamais loin.
Dans une langue explosive, influencée par le roman noir, la littérature naturaliste, le hip-hop et la soul music, Sofia Aouine nous livre un premier roman éblouissant.


Le commentaire de Totopinette
Avant de recevoir ce roman, je l’avais vu passé dans les sorties annoncées. Il faut bien l’avouer, d’un premier coup d’œil, ce roman ne m’avait pas parlé. Tout d’abord, à cause de sa couverture (le marketing a malgré tout une place importante dans la vente de romans, il ne faut pas se leurrer) très sommaire et peu attirante. Et ensuite, le résumé : bien qu’il ne soit pas inintéressant, ce n’est pas le type de résumé qui m’appelle à la lecture. Trop basique, trop banal presque … rien qu’avec ce résumé j’ai eu l’impression que tout cela allait manquer de dynamisme et de consistance. Mais comme le dit le proverbe : l’habit ne fait pas le moine. C’est donc avec curiosité et entrain que je l’ai commencé. Malheureusement, mon entrain s’est vite mué en désespoir.

Il faut reconnaître que le postulat de base n’était pas fait pour me convaincre : utiliser une langue si familière à la limite du grossier, très peu pour moi. J’aime lire pour la beauté des textes et la poésie de la langue française. J’estime que c’est une langue si expressive qu’elle nous permet de tout écrire et de faire passer un grand nombre de sentiments. Malheureusement, ici, je n’ai pas été sensible à cette familiarité donnée à cette langue. Et au-delà de ça, elle a créée une sorte de barrière entre le texte et moi.

Une barrière si grande que j’ai vite abandonné cette lecture. Pendant plusieurs jours, j’ai été incapable de dépasser la page 90. J’ai dû me forcer à le reprendre tellement ce début de roman m’avait ennuyé. Et lorsque je l’ai enfin recommencé, j’avais finalement complètement oublié ce que j’avais lu auparavant …
Comme si, à l’image d’Odette, j’étais atteinte d’Alzheimer. La raison première à cette perte de mémoire ? Je dirais que ça manque indéniablement de « sentiments ». Je n’ai rien ressenti lors de cette lecture. Ni colère, ni peine, ni frustration, ni compassion… Juste de l’indifférence. J’ai manqué de vrais rebondissements, de vrais enjeux. C’était, à mes yeux, très plat. Mais, il faut bien reconnaitre qu’il y a une réussite : tout tourne autour de l’oubli … Autant pour l’auteure que pour le lecteur. L’auteure parle des oubliés et le lecteur les oublie. Le titre est donc particulièrement bien choisi.
Autre fait qui m’a lourdement dérangé : l’obsession d’Abad pour la « baguette ». Pourquoi ? Lorsque le résumé disait : « le cœur plein de ronces, l’amour et le sexe », je ne m’attendais pas à ça. On peut être curieux lorsqu’on est jeune, mais il y a des limites. Un roman qui ferait donc « retomber toutes les baguettes ».

Pour en revenir au résumé, il est question de roman noir, de hip-hop et de soul music. J’ai longuement cherché, mais rien ne m’a rapproché de ces genres-là. Pour faire un roman noir, il ne suffit pas de créer des malheurs à n’en plus finir aux protagonistes. Il ne suffit pas de les faire évoluer dans les rues jonchées de prostituées, non plus. Il faut une atmosphère particulière. Et cette atmosphère est inexistante, de bout en large. Où sont ces sensations d’oppression, d’étouffement, de danger imminent, de chute vertigineuse ? Ce roman est à l’image de l’électrocardiogramme d’un mort : lisse. Et, personnellement, lorsqu’on me parle de hip-hop, je m’attends à un sentiment de colère, de rage presque. Quand on me parle de Soul music, je m’attends à de la beauté, de la souffrance et à une certaine douceur. Mais je n’ai rien eu de tout cela.

Au niveau des personnages, j’ai eu bien du mal à m’attacher à Abad. Je ne l’appréciais, ni ne le détestais … en vérité, je me moquais un peu de son histoire. Je n’avais qu’une hâte : retrouver Ida. Ce qui est fort dommage puisqu’il est le personnage principal. À l’image du roman lui-même, j’ai trouvé Abad très « fade ». L’auteure avait tous les moyens de nous le rendre sympathique (sans qu’il soit obligatoirement un merveilleux et sage jeune homme) et pourtant elle l’a dénué de tout charisme (même nos anti-héros préférés en ont). J’ai adoré Ida. J’ai adoré son personnage, son histoire, sa force, son courage… C’était LE personnage qui, à mon sens, aurait dû être central. Elle avait quelque chose à raconter (autre qu’une histoire de « baguette » …), quelque chose d’intéressant, de prenant.
Seules les histoires d’Ida, du père d’Abad et d’Odette parvenaient à me maintenir en alerte. Elles étaient si prenantes que j’arrivais à oublier ce style d’écriture qui ne me convenait pas. C’était de vraies histoires. Des histoires qui créaient un sentiment chez le lecteur, et même une certaine addiction. Quelle déception de voir qu’elles ont été survolées au profit de celle d’Abad qui ne méritait pas tant de pages.

En résumé, je ne pense pas être bon public pour ce roman. De ce fait, je n’ai pas réussi à réellement l’apprécier. Et je dois bien l’avouer, si je n’avais pas pris de notes lors de ma lecture, j’aurais été incapable (à peine trois jours plus tard) de me souvenir de l’histoire d’Abad. Rhapsodie des oubliés sera donc pour moi, un grand oublié de ma bibliothèque.


Le commentaire de Totopinette est négatif mais du coup, ce roman m'intrigue maintenant et j'ai bien envie d'aller le voir de plus près :mrgreen:


Revenir vers « Actualités Littéraires »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : _Pollux_, Google Adsense [Bot] et 3 invités