Livres
594 307
Membres
671 751

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Foutue alchimie



Description ajoutée par Bluter 2021-02-07T18:38:42+01:00

Résumé

Moi c'est Charlie, prof de lycée et en couple avec l'homme idéal (enfin, la plupart du temps). Je pensais que ma vie était celle dont je rêvais. Mais ça c'était avant.

Avant quoi ? Avant Alexis.

Alexis et son charme déroutant qui balaie toutes mes certitudes d'un seul regard.

Le hic ? Il est marié à ma collègue, et amie...

Je ne pensais pas être ce genre de fille, je ne pensais pas que ça m'arriverait à moi. Je ne suis pas libre ! Et je ne ressens rien pour lui !

Alors pourquoi cette foutue alchimie entre lui et moi vient mettre le bazar dans ma vie parfaite ? Et comment vais-je m'en débarrasser ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 45 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par ElenieFoster 2021-10-04T21:51:09+02:00

chapitre 1

De nouveau, il plonge son regard d’un vert profond dans le mien. Sans ciller, sans pudeur, avec confiance et provocation. Mon estomac se vrille, comme toujours. J’aimerais ignorer cette sensation étrange qui m’étreint à chaque fois que ses yeux rencontrent les miens, mais n’y parviens jamais. Je me souviens de la première fois que je l’ai croisé en attendant mon amie à la sortie du travail, un simple accroc dans le regard, un échange infime d’une fraction de seconde, et tout mon monde a vacillé. Je suis là, debout devant lui, à attendre je ne sais plus trop quoi, et mes jambes flageolent imperceptiblement. Personne ne remarque mon trouble. Personne ne prête attention à moi. Sauf lui. Il ne baisse pas le regard. Pourquoi est-ce que je ne fuis pas le sien ? Parce que je me sens exister ? Parce qu’il me voit, réellement ? Il me regarde. Ses yeux transpercent mon âme, je me sens si vulnérable et si vivante. C’est très étrange. Contradictoire même. Mon pouls s’affole. Je romps le contact, c’en est trop. Je cherche mon amie des yeux, elle semble prendre un réel plaisir à échanger avec sa femme. Mon Dieu, sa femme. Je pourrais me gifler. Elle est si douce et d’une beauté sans pareil. Mon imagination me joue forcément des tours. Ce regard n’a rien de différent ou de déstabilisant, il n’y a que moi pour ressentir si puissamment des émotions qui ne sont pas les bienvenues. Comment me suis-je retrouvée là ? Un instant d’affolement me remet les pieds sur terre. Je n’ai rien à faire ici, ce sont les amis de Romy, pas les miens. J’attrape mon sac, prête à prétexter n’importe quoi pour sortir de chez eux. Romy intercepte mon geste et m’interpelle : — Charlie ? — Heu… oui, je… je ne me sens pas très bien, je crois que je vais y aller. Romy pose son verre et vient à ma rencontre en s’excusant auprès de la charmante hôtesse de maison. — Tout va bien ? — Je ne devrais pas être ici, ce sont tes amis et… — N’importe quoi ! Mes amis sont les tiens et je te rappelle que c’est toi qui as insisté pour m’accompagner. Mon Dieu, c’est vrai. Pourquoi diable ai-je fait ça ? Pour mettre du piment dans ma vie ? Pour ressentir cette étincelle qui me transcende lorsqu’il pose les yeux sur moi ? C’est ridicule. Je n’éprouve rien pour lui. Je suis profondément et irrémédiablement amoureuse de mon compagnon. J’ai quelqu’un dans ma vie, un homme parfait ! Pourquoi suis-je aussi stupide ? Pourquoi mettrais-je ma relation en danger pour ressentir ces stupides palpitations d’effervescence ? Est-ce que je veux de cet homme dans ma vie ? Non ! Et pourtant une petite voix au fond de moi me hurle que ce n’est pas ce genre de sensations que mon corps réclame. Mon corps, ce traitre. — Écoute Romy, je t’expliquerai plus tard, il faut que j’… — Tout va bien ? Manquait plus que la parfaite épouse… Je l’aime bien en plus. — Oui merci Hélène, je me sens un peu fatiguée, je vais rentrer. — Si précipitamment ? Attends une seconde, tes fleurs… Mais quel genre de femme offre des fleurs aux gens qu’elle reçoit ? C’est insensé ! Elle est la bonté personnifiée. Ma culpabilité me ronge. Son mari me sourit avec douceur en l’attrapant par la taille. Il lui coule un regard aimant et l’embrasse. Je me sens si stupide d’avoir imaginé que je lui plaisais. Rien que de le formuler en pensée me fait rougir de honte. Je vois bien que ce couple s’aime profondément. Jamais il ne lui serait infidèle. Et ce n’est pas ce que je veux, à la fin ! Ça suffit, sort d’ici Charlie ! Romy surprend mon malaise sans comprendre, alors elle fronce les sourcils. La fête bat son plein pour l’anniversaire du bambin en couche-culotte qui charme toute l’assemblée. Je me fais vomir de honte et m’insulte silencieusement de tous les noms d’oiseaux qui me passent par la tête. De l’imagination j’en ai, c’est certain. Je devrais peut-être postuler au poste de scénariste pour les pubs canal +. Romy finit par me faire la bise, mais ce n’est qu’un simple prétexte pour me tirer les vers du nez dans un chuchotement, évidemment. Je lui promets de lui raconter demain — ce que je ne ferai pas bien entendu. Il est hors de question qu’elle me regarde comme une vile briseuse de ménage infidèle. Je ne le suis pas ! Je remercie mes hôtes, Hélène me propose une sortie dans la semaine, ce que j’accepte avec grand plaisir (mon Dieu, pourquoi ai-je dit oui ?), puis je m’éclipse. — Attends, Alexis va te raccompagner ! Je change de couleur. — Merci, mais ce n’est pas nécessaire. Je retrouverai la sortie, ce n’est pas comme si je ne connaissais pas la maison maintenant, ris-je bêtement en tentant d’éviter de prolonger le malaise. — Je sais bien, rit-elle avec moi. Mais, c’est pour verrouiller derrière toi. La fripouille commence à se sentir l’âme d’un aventurier. Oh God, si le mioche s’y met aussi maintenant, je ne suis pas tirée d’affaire. Qu’est-ce que je peux répondre à ça ? — Oh… OK. Romy et Hélène repartent vers le salon tandis que je fonce vers la porte comme si j’avais le diable aux trousses. Alexis me rattrape sans effort. — J’espère que tu as passé une belle soirée, c’est dommage que tu partes si tôt. Nous ne sommes même pas encore passés à table. Mes joues rosissent. Pourquoi est-ce que j’entends « J’aurais aimé que tu restes encore, c’est toi que j’ai envie de mettre sur la table », là où il ne fait montre que d’une politesse standard ? — Oui, je suis désolée, je n’aurais pas dû venir. — Ne dis pas n’importe quoi, je suis ravi que tu sois venue. Tom est à la maison ? Tu veux que je lui demande de venir ? — Non non, je suis seule, il est sorti, mais merci pour lui. Je glousse comme une dinde. Il est ravi que je sois venue. Pourquoi ces simples mots me mettent-ils dans tous mes états ? Il n’y a pas de message caché. De la politesse, voilà tout. Oh non. Il me sourit. Ses yeux verts se posent sur moi. Il recommence. Non, je recommence. Je secoue la tête pour me détacher de ses iris qui semblent me défier. La chaleur me monte à la tête. Je n’en peux plus de cette situation. Cela fait des semaines que ça dure. Je dois y mettre un terme. Je ne les reverrai plus ! Je m’apprête à lui souhaiter une bonne fin de soirée ; or les mots qui sortent de ma bouche ne sont pas ceux que j’attendais. — Ne me regarde pas ainsi, je t’en prie. Je soupire. La bombe est lâchée. Quelle idiote je suis ! Je vais faire exploser tout mon monde. Il reste muet. Le brouhaha des conversations dans la pièce d’à côté emplit mes oreilles au même titre que les battements précipités de mon cœur. Je pose la main sur la poignée de la porte d’entrée, j’espère pouvoir filer avant qu’il ne réponde, qu’il ne comprenne. Peut-être puis-je encore faire semblant de n’avoir rien dit. Prétexter une méprise ? Il pose sa main sur la mienne pour m’arrêter. Elle est chaude. Si chaude. Je t’en prie, fais semblant de ne pas m’avoir entendue. Souhaite-moi bonsoir et laisse-moi partir… — Pourquoi ? Raté. Je soupire puis inspire profondément, prête à jouer les demeurées en fuyant son regard. — Pourquoi quoi ? Il ne répond pas. Il ne retire pas sa main non plus. — Tu devrais retourner auprès de tes convives. — Je n’en ai pas très envie. J’aimerais savoir pourquoi tu as dit ça ? Et voilà ! Miss les-pieds-dans-le-plat a refait des siennes ! Et qu’est-ce que je réponds moi maintenant ? Je vais me ridiculiser. Je le vois déjà rire. Je devrais mentir, inventer quelque chose, mais rien ne me vient. — Parce que tu me mets mal à l’aise. — Je te mets mal à l’aise ? Il plonge son regard dans le mien. Il a très bien compris et pourtant il continue. À quoi joue-t-il ? — Non, laisse tomber c’est stupide. J’ai un peu trop bu. Je… — Tu devrais peut-être rester alors. NON ! Je ne peux pas faire ça ! Tu es marié, et je suis tout comme ! Je ne veux pas perdre le contrôle ! — Non, je t’assure, je dois partir… — … parce que je te mets mal à l’aise. — Exactement ! Un sourire suave étire ses lèvres et brûle mes entrailles. Je ne me reconnais plus. Je le désire. Comment peut-on désirer quelqu’un à ce point sans éprouver le moindre sentiment pour lui ? Il le sait, c’est évident. Je n’imagine pas un seul instant que ce soit réciproque, mais il sait l’effet qu’il a sur moi. C’est un bel homme, très attirant, il se dégage de lui un charme certain, un charisme écrasant. Il sait l’effet qu’il produit sur la gent féminine, il ne peut l’ignorer. — Ne fais pas le malin. Je m’en vais. — Dommage, susurre-t-il en retirant sa main de la mienne. — Arrête de jouer à ça avec moi. Arrête de jouer les séducteurs avec toutes les femmes qui croisent ta route. Hélène ne mérite pas ça. J’ouvre la porte, couverte de honte et de culpabilité. — Je crois que tu me connais depuis suffisamment longtemps pour savoir que je ne suis pas ce genre d’homme. — Qu’est-ce que tu veux dire ? lâché-je surprise. Sur ces mots, il me sourit une dernière fois et referme la porte sur moi. Que voulait-il dire ? Qu’il n’y a que moi qu’il dévisage ainsi ? Non. Il n’est pas du genre coureur de jupon, c’était de ça qu’il parlait. — Idiote ! grommelé-je entre mes dents. Je suis là, sous la neige, à crever d’envie d’y retourner. Qu’est-ce que je dirais ? Oh non, je ne peux pas m’assoir sur ma dignité comme ça. Laisse tomber Charlie, rentre chez toi. De toute manière, qu’est-ce que tu attends ? Qu’il te fasse une grande déclaration ? Et après ? Il est marié ! Et toi aussi ! Non, mais franchement, à quoi tu penses ? Mon bas ventre se serre délicieusement. Ce n’est pas une déclaration que j’espère. Ou que je crains. Non. Je marche lentement vers ma voiture en prenant garde de ne pas glisser sur la couche de poudreuse tombée pendant que je sirotais mon mojito. Je déverrouille la voiture et m’installe, j’allume le chauffage à fond et attends que le pare-brise dégivre tout seul, la tête pitoyablement posée sur le volant. J’attends quelques minutes en martelant mon volant de mon front pour tenter de sortir Alexis de mes pensées. Ses yeux. Ses mots. Sa femme putain, sa femme ! Lorsque j’estime avoir suffisamment attendu pour que la glace ait fondu, j’allume mes phares en priant pour qu’il soit devant la voiture à vouloir me retenir. En priant pour qu’il n’y soit pas, je voulais dire. Il ne l’est pas. Pourquoi suis-je aussi déçue ? Je conduis à vingt kilomètres-heure, il me faut près de vingt minutes pour parcourir le chemin qui me conduit chez moi. Je me précipite dans mon deux pièces vide et enclenche la bouilloire. Il me faut un thé et une bouillotte. Tom ne rentrera qu’aux aurores de sa virée entre potes. Peut-être qu’Alexis viendra sonner à ma porte… — Charlie ! Putain tu déconnes ! T’as une vie parfaite, pourquoi tu veux tout foutre en l’air pour un mec que tu n’aimes pas ? me sermonné-je durement. Sérieux, pense à autre chose ! J’ai envie de pleurer, je me sens si lamentable. J’attrape un tas de copies à corriger avant de me raviser. On est vendredi soir, il est 20 h 25, je ne vais tout de même pas commencer mon week-end ainsi ? Ma bouilloire s’est arrêtée, le vacarme de l’eau frémissante avec elle. Je choisis un thé à la cannelle et le sucre au miel. Beaucoup. Puis je transvase le restant de l’eau dans ma bouillote licorne qui traine encore sur le plan de travail depuis ce matin. Oui, je suis une grande frileuse, et alors ? Puisque le tout reste trop chaud, j’opte finalement pour une douche brûlante le temps que le reste prenne une température acceptable. Tom dirait que c’est toujours encore trop, mais on ne me changera plus. Je quitte la clarté aveuglante de la cuisine et traverse mon couloir dans le noir en direction de ma chambre. Je choisis des sous-vêtements au hasard dans le tiroir de ma commode, puis mon pyjama Harry Potter et mes grosses chaussettes en moumoute super sexy sous le bras, je me rends enfin à la salle de bain. Je lorgne la baignoire, hésite un peu et décide de ne pas tenter le diable. Seule avec mes pensées à me prélasser dans l’eau chaude, l’image du regard de braise d’Alexis risque de me distraire. Non. J’ai décidé de ne plus laisser mes pensées s’égarer vers lui alors non, je dois m’occuper l’esprit. Les minutes qui me séparent de l’incident (oui, je vais appeler ça ainsi parce que c’en est un. Un incident passager.) éloignent déjà les frissons sur ma peau, et son image s’étiole au profit d’une réalité bien plus terre à terre. Ce n’était qu’une projection stupide d’un instinct primaire complètement dépassé. Voilà, c’est ça. Je ne ressens rien pour lui ni lui pour moi. Ce n’était pas du flirt visuel, juste un petit contact déstabilisant probablement dû à un vieil instinct animal datant de la préhistoire. Rien de très tangible. Rien d’important. Rien qui ne vaille la peine de s’arrêter dessus. J’attache mes cheveux en chignon haut et file sous la douche, l’odeur de mon pain de savon senteur cannelle m’ouvre l’appétit, je ne traine pas. J’ai oublié d’allumer le chauffage, la température de l’eau tranche terriblement avec celle du carrelage froid et ne parlons même pas de ma serviette. Brrr ! J’enfile mes vêtements de nuit sans tarder, un gémissement m’échappe quand mes pieds se glissent dans mes grosses chaussettes, et cours pratiquement vers la cuisine et ma tisane chaude. Je n’ai rien mangé chez… à la soirée. Mon estomac gronde un peu, mais je suis trop fainéante pour concocter un petit plat. Heureusement qu’il reste un bol de soupe d’hier. Et dire que j’ai failli le jeter. Quelques minutes à peine dans la casserole et une vapeur alléchante monte de la gazinière. Je la verse dans un bol, attrape une cuillère et vais me jeter sur mon canapé. Je dévore mon velouté de légumes avant même d’avoir pris le temps d’allumer la télévision. Elle est délicieuse et ne fait pas long feu. Je ne suis pas totalement rassasiée et j’ai oublié mon thé. Je me relève en grommelant et reviens avec une grosse boite en acier pleine de biscuits de Noël. Je suis pitoyable, ma gourmandise me perdra. Je pose ma tasse sur le rebord du canapé, la boite et la télécommande à portée de main et glisse mes jambes sous le plaid. J’allume le téléviseur et le lecteur DVD. Inutile de chercher un programme intéressant, il n’y en a plus depuis trop longtemps. Et je dois dire que l’épreuve des publicités tous les quarts d’heure me décourage. J’entends Tom râler dans mon esprit bien qu’il brille par son absence. « Encore Raiponce ?! T’en as pas marre ?! ». Je souris malgré moi. Le pauvre, il en a bouffé du Raiponce. Je suis une grande enfant. Raiponce est la solution à tous mes maux depuis que je suis gamine. J’ai le blues ? Raiponce. Je m’ennuie ? Raiponce. Je suis triste ? Raiponce. Je suis énervée ? Raiponce. Blessée ? Effrayée ? En colère ? Déçue par la vie ? Raiponce. Et ce soir ? Que suis-je ? Énervée ? Déçue ? Triste ? Un peu tout à la fois, je dirais. Le portait des yeux d’Alexis apparait comme un flash devant moi. Je monte le son et me plonge dans le dessin animé et comme à chaque fois, elle m’exaspère : « Mais mon dieu, comment arrive-t-elle à faire tout ça en quinze minutes ?! Il faudrait quand même un minimum de réalisme parfois ! Quelle idée de la vie on donne aux enfants ? ». Je m’empiffre de biscuits. De pains d’épices au chocolat pour être plus précise. Ce sont mes préférés. Je glisse lentement plus bas dans mon sofa et me roule en boule sous la couverture. Les effluves de cannelle apaisent mon agitation. Je finis par sombrer dans l’oubli avant même que Flinn Ryder se mange la casserole sur la tronche (et pourtant c’est mon moment préféré !). La semaine harassante a eu raison de moi et cette esquisse de soirée m’a achevée. Je suis réveillée par le vibreur de mon téléphone coincé sous mes fesses, je n’avais même pas conscience de l’avoir jeté sur le canapé. — Allo, grogné-je d’une voix enrouée. — Charlie, ne me dis pas que tu pionces déjà ? C’est Romy, évidemment. Elle ne pouvait pas attendre demain. Je jette un rapide coup d’œil à l’horloge, mais l’effort d’ouvrir les paupières me coûte. Il est à peine 22 h. Le générique de fin se joue encore. Quel timing ! Je referme les yeux et me masse les paupières. — Bien sûr que si. Tu me connais. Je ne sais pas comment tu fais pour tenir après la semaine que les mioches nous ont fait vivre. — Arrête, ils n’étaient pas si lourds. Et ils ont quinze ans, imagine-toi bosser en crèche ! — Mmmfrrr — Allez, bouge-toi et ouvre-moi. — T’es là ? — Tu ne m’entends pas sonner depuis dix minutes ? — Romy, tu fais chier. — Allez, laisse-moi dormir chez toi, stp. Je n’ai pas envie de faire la route jusqu’à la maison. Et puis j’ai un peu trop abusé du mojito d’Hélène. Hélène. Merci pour le rappel. — Pfffff. Je raccroche et me contrains à sortir de sous mon plaid. Je me dirige vers la porte et appuie sur la gâche. Je l’entends monter. J’ouvre la porte, elle entre sans me saluer. Elle jette sa veste sur le fauteuil, retire ses chaussures et s’installe sous mon plaid, dans mon canapé. Elle attrape un pain d’épices au chocolat et gémit de plaisir. — Vas-y fais comme chez toi ! — Tu as encore un thé ? Je souffle bruyamment, mais lui en ramène un malgré tout. Elle soulève le plaid pour m’y faire une place et me tend la boite de pains d’épices. Évidemment, j’en prends un. Je soupire. — Alors, c’est quoi le problème ? Accouche. — Je n’ai pas de problème. — Mais bien sûr ! Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu… — Romy ! — Nan, mais tu crois que je ne te connais pas ? Elle hausse les sourcils, me dévisage et attend. Comme je ne réponds pas, elle incrimine la boite de sucreries puis montre mes chaussettes et finit par attraper la télécommande. — Et voilà, Raiponce ! Je le savais ! Tu ne peux plus nier. — Argh ! Je m’enfonce dans le sofa et tente de me soustraire à son regard inquisiteur en me cachant derrière un coussin. Comment pourrais-je lui parler de ça ? Je n’ai même plus envie d’y penser ! C’est vraiment n’importe quoi. — Alexis m’a posé des questions sur toi pendant le repas. — Ah oui ? Quelles questions ? Je me redresse aussitôt comme une idiote et tombe dans le panneau. Il n’a posé aucune question, c’était un piège. Romy rit de moi. Je lui balance mon coussin dans la figure. — T’es sérieuse Chacha ? — Bien sûr que non ! Que pourrait-il y avoir de sérieux là-dedans ?! Je me relève en direction du placard à boisson, j’en sors deux verres et une bouteille de rhum. — Ah oui, à ce point… — Épargne-moi tes commentaires Romy. Je me sens assez détestable comme ça. — Tu veux en parler ? — Non. — Mais tu veux boire. — Oui. Beaucoup. — Allez, il n’y a pas mort d’homme. Ne te mine pas pour ça. Et si tu tiens vraiment à boire, ce sera sans moi, je suis déjà trop imbibée pour te suivre. À moins que tu ne tiennes à me voir vomir dans ton salon. J’inspire profondément, la bouteille à la main. Je regarde mon amie s’enfoncer dans mon canapé avec épanouissement. Et moi qui ne pensais même pas pouvoir lui parler de mes tourments… non seulement elle les a devinés seule, mais en plus, elle ne me juge pas. Mieux encore, elle estime que ce n’est pas si grave ! Bon ça c’est peut-être parce qu’elle n’a aucune idée de la puissance mon émoi. Le visage d’Alexis se superpose à l’image de mon salon, ses yeux me sourient et m’invitent à la débauche. Je secoue la tête. Romy s’est déjà endormie. Je dévisse le rhum, avale une grande gorgée directement au goulot puis la referme et range le tout dans le placard. Je passe le plaid sur ses épaules et veille à ce que ses pieds soient bien couverts puis éteins la télé et la lumière. La tête commence à me tourner, je n’ai aucune résistance à l’alcool. Je rends les armes pour aujourd’hui et vais me coucher. Je sombre rapidement dans un sommeil profond et salvateur. — Oh merde, elle est de nouveau là celle-là ?! Je souris malgré moi dans mon sommeil : Tom est rentré.

Muller Volb, Julie. Foutue alchimie (French Edition) (pp. 9-22). Édition du Kindle.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Emi-1 2022-04-29T21:35:34+02:00
Or

Oh mon dieu l'infidélité.

Merci ! Parce que c'est ça la vraie vie. Alors oui c'est un thème glissant, froissant pour certain. Mais bordel ça fait du bien.

J'ai aimé la plume, le sujet délicat abordé avec ses tourments.

Cette histoire j'aurais pu l'écrire ❤️

Un livre qui traite autrement une romance.

Juste "or" parce que pour moi quelques passages bâclés plus rapides qui n'auraient pas dûs. J'aurais aimé avoir le côté du personnage masculin aussi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chroniquedunenouvelle 2022-03-26T13:35:49+01:00
Or

Alors oui, dans ce livre le thème principal est l'infidélité. Mais ce n'est pas sale, ce n'est pas prémédité ou même voulu. Ça leur tombe dessus si je puis dire. Une attirance irrépressible. Et ils résistent, luttent. Enfin, ils essayent.

Au bout de quelques pages, j'étais en immersion complète dans les tourments de l'âme de Charlie. Parce que, faut pas croire, une situation comme ça, ce n'est pas joli-joli. Et la jolie et douce Charlie s'en trouve torturée, ressassant sa culpabilité.

L'auteure maîtrise son sujet, elle m'a poussé à l'introspection, à réfléchir sur mon couple, à me remettre en question. Elle m'a fait passé du rire aux larmes, de la culpabilité à la joie, avec un cocktail étonnant d'émotion.

Je suis charmée par la plume mais aussi par les protagonistes tous criant de de vérité et de réalité.

Bref ! Une excellente lecture, atypique et surprenante

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cecec 2022-02-09T08:49:07+01:00
Argent

On fait la connaissance de Charlie, prof, en couple avec Tom. Elle est heureuse. Enfin c'est ce qu'elle pensait.

Lorsqu'elle fait la connaissance d'Alexis, le mari de sa collègue Hélène, Charlie se rend compte qu'elle se sent délaissée par Tom qui l'abandonne régulièrement pour la pêche avec son pote. D'autant plus qu'elle désire de fonder une famille rapidement et que Tom est plus réticent.

Quant à Alexis, il est l'heureux papa d'un petit garçon et heureux avec Hélène.

Mais entre Charlie et Alexis, il y a cette foutue alchimie qui les attire irrésistiblement l'un vers l'autre.

Mes sentiments sont très ambigus sur ce roman.

Les personnages sont intenses, l'évolution de Charlie est stupéfiante. Elle passe de la jeune femme qui laisse la vie faire son truc, qui ne se pose pas de questions et donne l'impression d'être en mode "pilotage automatique" à une femme sûre d'elle, qui sait ce qu'elle veut et qui s'affirme.

J'ai eu plus de mal à cerner Alexis. Je n'arrive pas à décider si c'est le mec qui voulait juste du sexe et se "contente" de Charlie quand tout fout le camp ou si il l'aime réellement et que c'est juste la peur de l'inconnu qui le faisait hésiter. Quoi qu'il en soit, il n'est pas toujours tendre avec Charlie et il m'a souvent énervé (il a été rebaptisé avec des mots pas très jolis très souvent).

Les personnages secondaires sont bien travaillés également, Romy toute fofolle mais la tête quand même sur les épaules, elle est celle qui le recul nécessaire pour juger la situation. Et puis, elle déteste Alexis dès le départ, et là elle devient ma bff.

Tom, il est un peu comme tout le monde, sa vie lui convient, il ne fait plus d'effort, n'a plus les mêmes attentions envers sa compagne. Mais lorsqu'elle le secoue, il se réveille et redevient l'homme amoureux qu'il était.

Hélène. Hélène m'a énormément touchée. Elle n'a rien vu et a tout pris en pleine face et j'ai souffert pour elle. Pour avoir été à sa place, Hélène est mon personnage préférée et c'est là que mes sentiments sont ambigus, je ne pensais pas réagir de cette façon sur une romance adultère. Je sais désormais, que ce n'est pas un thème pour moi. Mais attention, c'est totalement subjectif et en rapport avec mon passé.

Ça n'enlève rien à la beauté de ce roman. L'auteure a une analyse des sentiments, des attentes des personnages absolument fantastique. Elle a su retranscrire toute l'ambiguïté entre l'attirance réciproque, la découverte des sentiments et ce qui est "mal", blesser d'autres personnes, détruire une famille, etc...

Charlie se sent tellement mal qu'elle en devient malade physiquement.

Alors oui, c'est une romance qui parle d'adultère mais qui ne la cautionne pas pour autant. Ce n'est pas "je suis marié, j'ai une famille mais elle, elle me plaît, je fonce, rien à faire du reste". Les personnages sont vraiment torturés et malgré nos sentiments envers l'adultère, le mensonge, la duperie, on est touché par Charlie et Alexis.

J'ai découvert la plume de Julie qui est très agréable, très fluide et j'ai hâte de découvrir l'Hayden, prévu dans ma pal de ce mois-ci.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par perduedansdeslivres 2022-01-25T09:03:17+01:00
Or

Tout d'abord, merci à l'auteur de m'avoir envoyé son roman en sp.

"Foutue alchimie" c'est l'histoire d'une attirance entre Charlie et Alexis. Le problème c'est que les deux sont déjà dans des relations et dans le processus de fondation d'une famille.

Leur alchimie et amour est consumant.

Ce que j'ai beaucoup aimé dans ce roman, c'est la simplicité. L'autrice ne s'encombre pas de détails inutiles, ce qui rend le roman passionnant et difficile à poser. Evidemment, beaucoup de suspense est créé, et l'évolution des personnages est très intéressante. Sans que cela soit "too much" c'est une comédie romantique qui fait chaud au cœur.

4/ 5⭐

Je conseille!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Justthewayyouread 2021-12-25T14:07:23+01:00
Or

Dès les premières lignes, Julie Muller Volb décrit avec force les papillons dans le ventre et les réactions incompréhensibles et carrément irrésistibles que 2 personnes peuvent ressentir quand elles se croisent. Les jeux de regards, les peaux qui se frôlent, l'électricité dans l'air...

Le problème, c'est que Charlie et Alexis ne sont pas libres. Alexis est en couple avec une collègue de Charlie et papa d'un petit garçon.

Et Charlie est heureuse en ménage, le désir d'enfant dans un coin de la tête.

Oui, mais voilà, il y a des choses qui ne se contrôlent pas. Des rencontres qui changent tout.

J'ai aimé que rien ne soit acquis, on ne plaque pas tout pour vivre sa passion. Non, Charlie et Alexis luttent, se torturent, se questionnent. Cette alchimie vaut elle de tout remettre en question ?

J'aurais juste aimé avoir parfois le point de vue d'Alexis pour mieux le cerner. J'avais parfois l'impression que l'alchimie de son côté était plus sexuelle. Et il n'est pas toujours tendre avec Charlie.

Le thème du couple et de l'infidélité est traité avec beaucoup de justesse. La famille est aussi au centre des interrogations. Les personnages sont dans une véritable remise en question et quand certains événements se bousculent, l'imprévu rajoute une pression supplémentaire sur leur avenir.

L'histoire se passe sur une période plus ou moins longue, elle est réaliste et Julie ajoute une pointe d'humour et de sensualité qui la rende addictive.

J'ai passé un très bon moment de lecture, la fin m'a parue juste un peu trop rapide.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ElenieFoster 2021-10-06T12:54:21+02:00
Argent

j'ai passé un bon moment avec ce livre. Le thème est assez original : l'infidélité. On passe bien par les doutes, les étapes sont bien décrites (Charlie ne saute pas directement dans les bras d'Alexis, elle doute beaucoup, ça s'est cool).

Après, j'ai trouvé que la plume pourrait être plus fluide mais on peut facilement passer outre, même si ça alourdit un tout petit peu le texte.

J'ai bien aimé les persos secondaires comme la meilleure amie, Romy, par contre Alexis magace. Je préfère largement son compagnon actuel qui est aimant et compréhensif.

C'était une agréable lecture qui se lit rapidement :)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anne-Elisabeth 2021-07-09T23:15:30+02:00
Argent

Roman sentimental. A lire sans se prendre la tête. L'histoire sort peut-être de l'ordinaire par rapport à mes lectures sentimentales habituelles, car elle commence sous de "mauvaises augures" : des infidélités pour chacun des protagonistes principaux. Ils sont attirés l'un vers l'autre, comme des "aimants". Il suffit d'un regard... A emmener dans sa valise !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lipette 2021-07-07T17:00:27+02:00
Or

Temps de lecture : un après-midi.

Pourquoi ? : Et pourquoi pas ? Non, sans blague, en fait je ne pouvais plus lâcher ce livre une fois ma lecture commencée... en plus c'était en plein orage donc je n'avais que ça à faire...

Grâce à ce livre, je confirme ce que je savais déjà : je suis totalement fan de la plume de Julie Muller Volb !!! Je suis une grande adoratrice de sa trilogie L'Hayden, et avec Foutue Alchimie, elle me donne envie de la lire encore plus, si cela est possible ;) Il est vrai que je m'étais habituée à ce que son registre soit plus fantastique (et oui, L'Hayden ne se trouve pas au fond du jardin... quoi que... si vous avez un arbre rose dans celui-ci, alors peut-être...) alors c'est avec beaucoup d'impatience que j'ai ouvert ce livre afin d'y découvrir sa façon de nous raconter une histoire plus proche de la réalité... et je n'ai pas été déçue une seule seconde !

Ce qui m'a le plus fait peur dans ce livre, avant même de l'ouvrir, c'est le fait que je partais avec de sacrés préjugés ! En lisant le résumé, vous comprendrez pourquoi. On ne peut pas dire que je sois une personne qui accepte facilement l'infidélité et la tromperie... Même en me donnant des explications claires, j'ai du mal à comprendre qu'on puisse tromper quelqu'un que l'on est censé aimer avec quelqu'un d'autre ! Je suis peut-être trop "vieux jeu" ou trop sentimentale, je ne sais pas, mais quand on est avec quelqu'un que l'on aime, on ne va pas voir ailleurs, sinon, on se sépare de cette personne et ensuite on va voir ailleurs... Pour moi, l'adultère est quelque chose que je ne cautionne pas !

Alors, lorsque j'ai commencé à lire Foutue Alchimie, j'ai tenté de mettre de côté mes préjugés et mes certitudes quant à ce que je pensais de tout cela, et je me suis contentée d'avancer dans l'histoire. Là où je pensais lever les yeux au ciel en me demandant dans quoi je m'étais embarquée (les préjugés ont la vie dure), j'ai retrouvé la superbe plume de Julie Muller Volb ! Je ne vais pas affirmer, maintenant que j'ai lu ce livre, que je suis d'accord avec l'infidélité, sûrement pas... mais l'auteure a si bien montré les tourments auxquels certaines personnes se retrouvent confrontées après avoir trompé leur moitié que je peux essayer de le comprendre. Attention, je ne dis pas que toutes les personnes qui sont infidèles ressentent ces souffrances, loin de là, ce serait même utopique de le penser ! Cependant, lorsqu'on a au moins quelques états d'âme ou tout simplement un cœur, bien évidemment que l'on va se sentir coupable !

Ici, Charlie est celle qui ressent tout cela tellement fort, que ça la détruit à petit feu de l'intérieur... prouvant que, même si l'on croit sincèrement aimer quelqu'un, il suffit d'un regard, d'un geste, d'une parole, pour que tout se fissure peu à peu... Il suffit d'une étincelle entre deux personnes pour que leurs certitudes s'effondrent... D'une simple alchimie entre deux êtres...

Vous l'aurez compris, j'ai été ravie de retrouver l'écriture de Julie Muller Volb ; que ce soit dans le registre fantastique ou dans celui plus réel, je vais continuer avec un immense plaisir à lire ses écrits !

Grâce à ce livre, j'ai appris que rien n'est écrit d'avance, pas même les histoires d'amour... que rien n'est toujours tout blanc ou tout noir... que la vie se compose de multitude de gris... et qu'il suffit d'une Foutue Alchimie pour tout embraser !

Si comme moi vous avez adoré L'Hayden, alors partez à la rencontre de Charlie et Alexis ! Laissez vos préjugés sur la table, ne les jugez pas avant d'avoir essayé de les comprendre... et payez-vous une bonne dose de rigolade avec Romy, meilleure amie la plus déjantée qu'il m'ait été donné de découvrir...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par YunaMi 2021-06-17T15:15:41+02:00
Argent

Julie Muller Volb est une auteure que j'apprécie tout particulièrement.

Je l'ai connu grâce à la trilogie fantastique L'Hayden qui a été un véritable coup de cœur

On l'a retrouve cette fois ci dans un thème plus terre à terre : l'infidélité

Malgré un thème très osé, j'ai passé un très bon moment aux côtés de Charlie et surtout Romy, sa meilleure amie.

Leur complicité et les références qu'on aime (les gros chaussons cosy, Raiponce et le rhum entre copines) font qu'on s'attache très rapidement aux personnages et les pages défiles trop vite.

La plume de Julie est magique, elle arrive à te faire ressentir toutes les émotions et doutes de Charlie.

Je dois avouer que le final m'a un peu étonné car il est arrivé si vite, j'avais envie d'en savoir davantage et tout simplement car je pensais que la fin allait être différente 🤔

En bref un roman d'amour vraiment agréable à lire avec l'été s'approchant à grand pas

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bene_2026 2021-04-27T23:16:54+02:00
Diamant

Je viens de finir ma lecture et j'ai passé un très bon moment. J'aime toujours autant la plume de l'autrice et j'ai vraiment hâte de lire son prochain roman, qui je l'espère, sortira très vite.

Cependant j'ai eu un peu de mal avec ma lecture. Pas a cause du roman en lui même, rassurez vous, mais plutôt du sujet. J'ai vraiment du mal avec le sujet de l'infidélité, mais j'ai voulu tenter de le lire et sortir un peu de ma zone de confort (ça ne fait pas de mal de temps en temps) et j'ai vraiment aimé même si le sujet m'a quelque peu dérangée à certains passages de l'histoire je l'avoue. J'ai beaucoup aimé les habitudes de Charlie, à savoir ses chaussettes moumoutes en toute circonstances, été comme hiver (je ne peux qu'approuver haha) ou alors de regarder Raiponce quand tout ne va pas bien (moi c'est 30 ans sinon rien), et la panoplie de la grande frileuse aussi (j'ai la même à la maison).

J'ai beaucoup aimé le flirt de Charlie et Alexis au début du roman. On est tellement pris dans leurs jeux de séduction que les pages passent à une vitesse que l'on se retrouve déjà à la moitié du roman en l'espace d'un instant. (Oups) Cette séduction interdite qui les fait vibrer malgré tout, on adore.

Et j'envie beaucoup (même si je sais que ce n'est qu'une fiction) la relation qu'entretiennent Charlie et Romy. Avoir une meilleure amie qui te comprend en un regard et qui te connaît par cœur ça doit être tellement géniale. Je veux une Romy s'il vous plaît.

Bref je recommande cette lecture. Si vous voulez un peu d'humour et des retournements de situations à gogo, c'est par ici que ça se passe. Et si vous souhaitez lire un autre roman de Julie Muller Volb alors je vous conseil la trilogie de l'Hayden qui est un énorme coup de cœur pour moi. Merci Julie pour cette lecture et pour ta confiance.

Afficher en entier

Activité récente

Emi-1 le place en liste or
2022-04-29T21:31:27+02:00
Greys10 l'ajoute dans sa biblio or
2022-01-10T17:32:39+01:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 45
Commentaires 12
extraits 3
Evaluations 19
Note globale 7.74 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode