Livres
515 909
Membres
529 802

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par MERYITUDE 2020-08-02T14:50:07+02:00
Diamant

Comment apprendre et comprendre les Schismes de l' Islam, avec ce superbe roman. Une partie d'apprentissage historique, et ensuite le roman. Le récit est parfait et encore un très bon livre de Dos Santos

Afficher en entier
Commentaire ajouté par merlin 2019-06-27T01:22:18+02:00
Argent

C’était là 1ere fois que je lisais cet auteur et j’ai beaucoup apprécié. J’ai réalisé que je connaissais peu de choses sur la religion musulmane et cette lecture fut une belle façon, romancée et divertissante, d’en apprendre davantage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Emmanuelle405 2018-12-14T17:49:47+01:00
Or

J'aime beaucoup ce livre comme les autres Dos Santos. En tout cas ça fait peur la mentalité des fondamentalistes. L'islam tolérant et pacifique en prend un coup. Livre, apparemment bien documenté qui tient le lecteur en haleine. Regard sévère mais réel sur le monde des radicaux islamiste.

On se pose des questions inquiétantes sur la lente invasion dans notre occident quant á la motivation de cette avancée.

Si les sourates mentionnées que l'auteur cite sont réelles, il faut effectivement s'inquiéter et regarder cette lente montée avec circonspection...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par nescargotte 2018-06-28T10:37:50+02:00
Lu aussi

Un peu lourd et répétitif... On comprend bien le principe d'endoctrinement il était inutile d'en parler pendant les deux tiers du roman. Un peu fastidieux à lire. Dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Biquet 2018-01-11T10:12:31+01:00
Lu aussi

En lisant le prologue, j'avais la furieuse impression d'avoir déjà vu cette scène dans un film. La conclusion renforça ce également ce sentiment. Mais de quel film s'agit-il?

Une autre perception c'est que ça ressemble foutrement à "Je suis Pilgrim" de Terry Hayes excepté que les armes bactériologiques sont remplacées par des armes nucléaires. À titre d'évaluation les versions originales sont sorties en 2013 en anglais pour "Je suis Pilgrim" et en 2009 en portugais pour "Furie Divine". Donc ce serait plutôt Hayes qui aurait imité Dos Santos.

Ce livre est très peu un roman, surtout une étude du fondamentalisme musulman et de sa perception en Occident. Dans son emballage romanesque, l'auteur essaie de faire du Jean Bruce (OSS 117) avec moins de talent. L'emballage romanesque était sans doute une des solutions possibles pour faire passer des informations. Mais on ne peut impunément poursuivre un pareil double objectif. L'histoire romanesque est plutôt plate, quelconque. Selon sa bibliographie, il semblerait être coutumier d'un emballage romanesque de sujet historique. Pour mémoire, je cite "CODEX 632, le secret de Christophe Colomb", "La formule de dieu", "L'ultime secret du christ" et "La clé de Salomon"

Dès lors la question se pose: "est-ce un roman d'aventure ou un dossier?" Est-ce le lieu et l'endroit pour donner un cours sur l'histoire de l'islam, de décrire ses schismes et le rituel musulman. L'auteur poursuit apparemment ce but et fait incontestablement étalage d'une connaissance exégétique du coran. Les interrogations du jeune Ahmed constitue un excellent fil conducteur pour ce faire. Néanmoins des lecteurs avertis n'auraient pas attendu son pavé de 540 pages pour s'informer des contradictions inhérentes au coran. Mais comme l'auteur a suivi un excellent cours sur le coran ou a eu de bonnes lectures, il en fait profiter son lectorat. Personnellement j'ignorais l'existence de la logique du "nasikh" (parfois transcrit "naskh") ou abrogation des versions antérieures d'un commandement dans un verset. En d'autre mots les sourates les plus récentes, celles dites les sourates médinoises, l'emportent sur les sourates plus anciennes dites mecquoises. Pour mémoire, les sourates sont numérotées dans l'ordre inverse de leur temporalité et la sourate numéro 114 est la plus vieille. Cette notion de révélation progressive est actuellement imposée par beaucoup d'écoles islamiques. Son refus donne parfois lieu à des accusations d'apostasie ce dont fut victime l'islamologue soudanais Mahmoud Mohamed Taha qui prétendait que seules les sourates mecquoises constituaient un corpus spirituel de l'islam.

Il est également superflu de nous donner un cours sur l'énergie nucléaire, matière pêchée dans un manuel de physique de classe de rhétorique ou de nous faire la liste des armes en usage chez les djihadistes. Les pictogrammes du compte à rebours final me paraissent inappropriés. Ce n'est pas un livre à colorier.

Il bâtit son roman par une alternance de courts chapitres portant sur l'islamisme et sur l'Occident. Néanmoins la chronologie entre les deux volets est volontairement non respectée. Pourquoi? À son crédit, il génère intelligemment le questionnement chez le lecteur: pourquoi un jeune homme éduqué gobe-t-il le discours guerrier d'Al-Qaïda et des Frères Musulmans? Pourquoi n'adhère-t-il pas plus à l'islam apaisé du Soufisme?

L'usage systématique de termes arabes transposés en caractères latin me donne une impression de pédanterie. Également à souligner, avant toute lecture il aurait fallu nous équiper de cartes du Caire, de Lahore, de Peshawar, de Lisbonne. J'ai le pressentiment que ses indications topographiques sont correctes. Pour Yerevan, la seule ville utilisée que j'ai parcourue, les informations qu'il en donne sont correctes. Sa documentation serait donc excellente. Par contre, je ne comprends pas pourquoi il développe le personnage de l'épouse d'Ahmed sans en profiter ultérieurement. Il la laisse seule et abandonnée dans le roman et dans une ville étrangère.

De la part d'un journaliste, je m'attendais à plus de précision dans la relation de faits. Je ne vois pas à quoi il fait allusion en écrivant dans sa note finale que "il ne faut pas oublier que la première cible choisie par les auteurs des attentats en 2016 à Bruxelles fut les centrales nucléaires de Belgique". Il fait une confusion rédhibitoire entre centrale nucléaire et Institut National des Radioéléments. L'IRE est le sigle d'une fondation d'utilité publique belge créée en 1971 et active dans le domaine de la chimie nucléaire. Un personnel cadre fut un temps une cible d'un possible kidnapping par des islamistes belges. Les mêmes qui se sont distingués par après dans les attentats à Bruxelles et Paris.

Comme dans beaucoup de traductions, je remarque que les subjonctifs manquent dans la version française! Pourtant il y a des subjonctifs en portugais!

Mon sentiment global est donc très mitigé. Pour l'aspect roman, c'est mauvais. Pour l'aspect dossier sur l'islam, c'est intéressant sans plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par eleos 2016-08-17T15:51:34+02:00
Pas apprécié

Personnellement, je préfère les histoires liées au Christianisme. Mais c'est juste un goût personnel. L'auteur reste égal à lui-même dans la façon de mettre dans un roman de suspense des éléments historiques ou scientifiques intéressants. Ce qui permet de facilement les appréhender.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par hiroo 2016-05-23T22:02:59+02:00
Or

Ce livre nous plonges dans les origines du monde musulman, de l'islam radical, le terrorisme,le coran, il nous permets de comprendre leurs façon de penser, pourquoi des attentats etc... très bon livre qui m'a permis d'avoir des réponses et de comprendre que d'autres événements arriveront.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode