Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Gaali : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
THIRDS, Tome 3 : Champs de ruines THIRDS, Tome 3 : Champs de ruines
Charlie Cochet   
J'adoooore Dex et Sloane ! Plus j'en lis, plus je deviens fan d'eux (d'ailleurs plus plus ça va finir par devenir indécent )

Dans ce tome, en plus de l'Ordre, le THIRDS doit lutter contre une nouvelle menace: la coalition. Un groupe de Therians qui ont décidé de se faire justice eux-mêmes - de manière plutôt radicale- aidé en cela par une taupe au sein même du THIRDS.
Ajouter à cela les problèmes personnels des agent de la Destructive Delta et rien ne va plus!!

La relation entre Dex et Sloane évolue lentement mais sûrement (qu'est-ce qu'ils sont mignons ces deux-là) et on a droit à de beaux moments de tendresse (trop adorable quand Sloane se met à ronronner malgré lui) et des scènes de sexe torrides . Dex me fait toujours autant rire et Sloane me touche de plus en plus. Difficile de dire lequel je préfère (mon cœur penche vers Dex mais Sloane gagne des points à chaque tome).

Quant à Ash et Cael..... j'ai trop trop hâte de lire leur histoire. On a envie de frapper Ash pour la manière dont il traite Cael et en même temps on a envie de lui faire un gros câlin. La vengeance de Cael risque d'être terrible!

Et cette fin AAAAAARRRRRGGGGGHHHHH !!!!! Que ça va être long d'attendre un mois!!!
Viiiiite février, viens à moi!

Bref gros coup de cœur pour ce 3ème tome.

Marshals, Tome 3 : Destins liés Marshals, Tome 3 : Destins liés
Mary Calmes   
Un tome explosif comme un feu d'artifice tellement il s'y passe toutes sortes de choses, un tome aussi plus sombre et plus introspectif sur la relation de nos deux chouchous qui vont naviguer sur les écueils de leur mode de vie avec beaucoup d'émotions.

Le récit que nous sert cette fois l’auteure est une vraie toile d’araignée construite autour d'une myriade de personnages que l'on a pu croiser dans les tomes précédents mais aussi dans ces autres romans et ça c'est un vrai bonheur. Encore une fois Doyle et Jones auront à faire front à beaucoup d’adversité que ce soit Ian et ses hommes ou Miro et ses ennemis éternellement accrochés à lui comme son prince charmant. On y retrouve également toute cette constellation familiale et amicale, avec les amies de Miro qui sont toujours aussi déjantées, ces femmes que Mary Calmes a su si bien construire autour de personnalités fortes et pleines d'humour, ce foyer reconstitué dont Miro a plus que jamais besoin.
Le roman est tout aussi palpitant entre intervention, enquêtes, meurtres et séparations auxquels sont confrontes nos deux marshals mais aussi leur entourage. Ça part dans tous les sens comme une vie qu'on ne maîtrise plus, comme une voiture sans freins lâchée à toute vitesse. La perte de contrôle, c'est la thématique principale de ce troisième volet. Ce moment où Miro réalise qu'aimer n'est pas si facile ni moins douloureux quand celui qu'il passe son temps à attendre n'est peut-être pas le garant du bonheur qu'il espère.

Le temps des remises en question est arrivé pour l'un comme pour l'autre et l'auteure nous livre des chapitres sombres et angoissants sur la suite de leur histoire. De ceux qui nous font vibrer et se ronger les ongles en suivant l'introspection de Miro qui semble arriver à bout. Un Miro que l'on retrouve avec encore plus de plaisir car sa perfectitude s'effrite pour nous laisser voir un homme déchiré et sensible; qui a grandi sur des failles trop profondes pour les combler sans la présence de son partenaire. Miro qui souffre, qui se fragilise et voit ses relations aux autres complètement changer. Les ennemis ne sont plus clairement définis, les amis peuvent parfois vous trahir et votre pire cauchemar peut se révéler plus troublant qu'on ne le croyait. L'impression que tout tourne autour du marshal Jones est naturelle puisque la narration, depuis le début de la série, lui est consacrée, mais ici on souhaiterait vraiment être l'épaule dont il a besoin. Ian semble passer en second plan et pourtant il est, encore et toujours, l'axe autour duquel tourne l'avenir de Miro, l'ancre qui lui est fondamentalement vitale pour continuer.
Le récit est plein de tout un tas d'événements, de personnages divers et pourtant c'est bel et bien cette exploration de leur couple qui est présente à chaque page et je dois bien dire que j'ai adoré ce fouillis organisé et replonger à nouveau dans leur univers. On apprécie aussi l'humour caustique bien plus présent grâce cette pluralité de personnages et l'évolution de la plume qui semble moins redondante dans ses dialogues (même si moi, je peux les lire se dire je t'aime pendant des lustres ! ).

Tout les personnages de cette série sont une pièce de puzzle importante à sa cohésion et à la puissance de son addiction. On est accro à Ian et Miro ou on passe son chemin. C'est un des couples de la littérature mm les plus impactants (en ce qui me concerne) par leur amour sans bornes et leurs différences qui risquent de mettre à mal leur relation.
Ici Mary Calmes va vous faire frémir à coup de séparation qui se suggèrent douloureusement, de reconquêtes de l'autre toujours aussi intenses, de larmes jamais en trop car elles sont rares et précieuses, de jalousie difficilement maîtrisée mais ô combien jubilatoire et de ce terrible sentiment que la vie c'est parfois plus fort que simplement s'aimer beaucoup.

Un tome qui laisse aussi présager beaucoup de nouvelles donnes surprenantes et peut-être même dérangeantes dans une suite qu'on va attendre encore pendant un an en se traînant comme des âmes en peine. Décidément, cette série est, pour moi, une des plus réussies de Mary Calmes, dont je suis déjà très fan, regroupant tout ce que je demande à un bon shot de tequila: du peps en perfusion, des yeux qui se brouillent, un cœur qui palpite déraisonnablement et des jambes qui tremblotent.
http://meninbooks.eklablog.com/destins-lies-marshals-t3-de-mary-calmes-a148657720

par Tyzane
Fucking Love, Tome 1 : For Play Fucking Love, Tome 1 : For Play
Amélie C. Astier   
http://www.voluptueusementvotre.fr/2018/01/fucking-love-1-for-play-amheliie/

Écrire un MM dans le milieu pornographique était déjà osé. Y ajouter un acteur hétéro aux idées bien arrêtées plutôt risquées, mais c’est un défi qu’Amheliie a relevé avec brio mêlant érotisme et intensité.

Fucking Love… Tout un programme pour un livre au premier abord provocant, mais qui se révèle être tellement plus que ça. En lisant le résumé, on peut se dire que voilà du porno gay, on tombe dans la facilité et c’est bien là tout le talent de l’autrice qui en a fait un roman bouleversant, mais surtout terriblement addictif.

Bien sûr les scènes osées sont présentes, il ne saurait en être autrement vu le sujet abordé, mais elles sont évoquées avec tellement de naturel, tellement de normalité qu’on se laisse guider à travers les pages au rythme de l’alchimie incroyable qui se dégage de notre duo. Cette histoire est totalement différente de ce à quoi je m’attendais : à la fois torride à souhait et d’une tendresse inouïe. J’ai ressenti des sensations et des émotions incroyables durant cette lecture. Il faut absolument découvrir cette romance.

J’ai adoré suivre l’évolution de la relation entre Jax et Dereck au fil des mois. Entre excitation, incompréhension, complicité et envie, on apprend à connaître ces deux hommes que tout oppose ou presque. Plus les chapitres défilent plus la tension devient palpable entre eux. Leurs échanges sont fluides, simples presque évident, mais il se développe un vrai besoin viscéral de l’autre qui fait que l’on retient son souffle minute après minute. On dit que les contraires s’attirent et je peux vous garantir que ces deux-là s’emboitent à la perfection.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais c’est bien mal connaitre Amheliie qui a su exploiter son texte de fond en comble. Elle n’hésite pas à évoquer tous les aspects de l’univers pornographique du plus respectueux au plus extrême, du plus passionné au plus trash. Elle provoque, attise, dévaste en insérant à son récit une suite d’éléments sombres qui menace de tout faire voler en éclat. Je n’ai pu que m’accrocher à mon livre et me laisser porter par les révélations et les multiples rebondissements.

Enfin, je finirai en vous disant que Fucking Love n’est pas un simple MM, c’est une très belle leçon de vie. Aimer quelqu’un ce n’est pas aimer un genre. On aime une personne pour ce qu’elle est et non ce qu’elle représente. L’amour, le vrai ne se définit pas, il se vit.

Vous dire qu’attendre le prochain tome est dur serait un euphémisme tant il me tarde de savoir ce qu’il advient de notre couple. Il faut cependant rester forte et prendre son mal en patience.
Fucking Love, Tome 2 : For You Fucking Love, Tome 2 : For You
Amélie C. Astier   
Oh purée, mais c'est pas possible! Mais oh p"`^°*, mais crotte, non, pas comme ça, non, il n'en n'est pas question! Cette fin est vraiment un vrai bordel… Enfin, pas tout à fait, mais pour quelqu'un en particulier que je ne citerai pas pour ne pas spoiler…
Autrement dit, ça se confirme avec ce deuxième tome, cette saga est un coup de coeur énorme, je n'ai pu que céder face à Dereck et Jax. Ils sont incroyables tous les deux et Sage adorable.
Et franchement, quelle plume! Whaouh! Bravo et merci à toi Amheliie d'avoir partagé avec nous les aventures de nos deux héros! Et maintenant, je ne peux plus attendre, donc je vais de suite attaquer le troisième tome!

par Nyselia
Hier, les oiseaux Hier, les oiseaux
Kate Wilhelm   
https://jukeboxcornerblog.wordpress.com/

J'ai peu l'occasion de lire de la science-fiction, même si je voudrais changer cela. C'est un genre que j'explore surtout au cinéma, mais quand j'ai la possibilité de lire des oeuvres écrites par des femmes, je le fais avec plaisir. Dans ce domaine, on a trop souvent le point de vue unique des hommes, et une sensibilité toute féminine peut faire toute la différence quand les mêmes thèmes et sujets sont abordés.

Je ne sais pas si on peut qualifier Hier les oiseaux de saga familiale, en tout cas il en prend les traits, bien que de façon tout à fait originale. Il commence par la dernière génération de cette famille très riche qui voit venir la fin de l'humanité dans tout un tas de signes avant-coureurs et se prépare à l'affronter. Quand en effet, les temps apocalyptiques surviennent, elle est prête, à l'abris, et a pris des dispositions pour perdurer sur le long terme, clonage inclus.

Le récit se déroule donc sur trois parties distinctes mettant en avant trois périodes précises: le avant et pendant la catastrophe, avec les ainés (les derniers humains survivants), puis le après la catastrophe, jusqu'à la cinquième génération de clones. 

Nous suivons des personnages en particulier, hommes et femmes, tous affiliés à la même famille, qui contribuent au projet de survie de l'humanité en travaillant sur leur propre ADN, puis leur descendance qui perpétue la tradition de recherche scientifique. Et au fur et à mesure de leur évolution, que les nouvelles générations clonées prennent de l'importance en nombre et en compétences au sein de la dernière poche de survivants, un fossé se crée qui va chambouler tous les rapports établis jusque là par l'espèce humaine. Aux vues de leurs capacités particulières, peut-on encore considérer ces clones comme y appartenant ?

Par le biais de son monde post-apocalyptique où le clonage devient la dernière chance de survie, Hier les oiseaux aborde tour à tour des thèmes très intéressants comme les liens du sang, l'évolution, ce qui définit l'espèce humaine, la différence entre une personne et un être vivant, les droits, devoirs et libertés de chacun, la nature, l'écologie et plus largement l'avenir de l'humanité. 

Les messages sont intelligents, bien amenés, bien traités et compréhensibles en dépit d'un fond scientifique bien présent (et ma lecture en VO). Malgré son âge et son aspect confidentiel, Hier les oiseaux est un très bon roman qui mérite d'être remis en avant, dont le contenu donne suffisamment de détails scientifiques pour être crédible et suffisamment génériques pour ne pas être datés. Par cet aspect intemporel et ses thèmes toujours d'actualité, il fait le travail et le fait même très bien.

La réflexion est portée par un récit qui joue sur le confinement des protagonistes mais, sur le dernier tiers, tourne à l'aventure et à l'exploration dangereuse et vitale au dehors de l'espèce d'arche de Noé que représente le centre scientifique. On sent que Kate Wilhelm mène tout ça d'une main de maître en nous proposant le point de vue de trois personnages marginaux qui représentent chacun une des facettes importante de l'humanité. Elle s'applique à ne pas lasser son lecteur, à rendre les transitions les plus naturelles possible pour l'amener à saisir tous les enjeux et le guider jusqu'à la conclusion. J'ai juste regretté que la dernière partie soit si longue avant l'épilogue, car une fois tous les messages délivrés et la finalité cernée, c'était assez redondant.

Bref, un roman que je conseille à tous ceux qui veulent découvrir du post-apo avec une approche plus douce et moins stéréotypée que la majorité de la production actuelle.
Raiden (Dormeveille College t. 1) Raiden (Dormeveille College t. 1)
Enzo Daumier   
Si j’aime le paranormal, le surnaturel, les créatures étranges et imaginaires, c’est uniquement dans les films, les séries ! Dans les livres cela ne m’a jamais attirée … C’est même plus que cela, je les fuis :p (devrais-je dire à présent : je les fuyais ?) … Troisième livres que je tente dans ce registre, et là, j’accroche, un truc de malade !! Je devais tenter ce roman surtout après avoir découvert la plume de l’auteur avec sa première trilogie « Tendres baisers » (que j’ai adoré), il me restait à savoir, si j’allais apprécier ce nouvel univers créé de toute pièce ! Et oui, pour son nouveau roman, l’auteur nous embarque avec de nouveaux personnages, dans un univers paranormal, où les êtres surnaturels côtoient les humains, où les mystères règnent en maître ….
Dans « Raiden », nous faisons connaissance avec Louis, le protagoniste principal, un jeune homme téméraire, intrigué par les phénomènes étranges, attiré par les êtres surnaturels … Un jeune homme plein d’audace, qui n’a pas sa langue dans sa poche ! Au fil des pages, nous pénétrons dans un univers fait de mystères, nous découvrons les lieux où évolueront les personnages, et sans réticence la magie opère …
Dès les premières pages, l’auteur nous entraîne, nous happe, nous capte … Exit le côté « So British » de sa première trilogie, même si l’action principale se déroule à Oxford, dans ce premier opus, la plume de l’auteur est en totale adéquation avec la jeunesse des protagonistes, je l’ai trouvé fluide, pleine de fraîcheur, légère, magique et intrigante par moment … J’ai été subjugué par l’intrigue, par l’univers créé autour d’êtres imaginaires tels que les Rêveurs… A aucun moment pendant ma lecture, je ne me suis sentie perdue dans ce monde inconnu, car par un précédé ingénieux l’auteur nous distille des informations à chaque début de chapitre, donc, nous apprenons au fur et à mesure les tenants et aboutissants, qui feront en toile de fond, l’univers dans lequel Louis et ces acolytes devront évoluer …
Louis est étudiant au Collège de Dormeveille, mais sa soif de savoir et surtout sa curiosité sans limite, font pousser le directeur à le renvoyer et de ce fait, le contraindre à devoir se loger ailleurs …. Et c’est là que sa vie va changer, rien ne sera plus pareil quand il fera la connaissance de Raiden ! Raiden, ce personnage intriguant, envoutant avec un charme fou ! J’avoue que j’ai été subjugué par ce jeune homme à part …. Je n’en dirai pas plus pour ne rien dévoiler de l’intrigue principale, juste que l’histoire est drôlement bien menée et amenée, que j’ai été tenue en haleine de la première à la dernière page …. J’ai exploré les lieux avec Louis, j’ai eu peur avec et pour lui, j’ai ri de ses apartés cocasses … j’ai comme lui été très attirée par l’exotisme de Raiden, et quelque peu énervé par le comportement de son petit ami …
Voici un premier tome qui nous permet de nous familiariser en beauté avec cet univers étrange, qui nous met l’eau à la bouche, et qui ouvre subtilement les hostilités ! vivement la suite …
Je finirai avec ces citations :
« Je sens l’excitation monter en moi. L’aventure dont je rêve depuis que je suis arrivé à Oxford, qui sait si je ne suis pas en train de la vivre maintenant. »

« J’ai la sensation d’avoir appris beaucoup de choses, mais je suis encore plus confus que lorsque je suis entré dans son antre. Le mystère s’épaissit et, en son centre, se trouve ce bel étranger »

Ma note : 4,5/5
Darcy Gentleman, Tome 1 : Une telle assemblée Darcy Gentleman, Tome 1 : Une telle assemblée
Pamela Aidan   
Une bonne surprise que ce premier tome ! Bon au début j'avoue avoir eu un peu de mal à me faire à l'idée que c'était une "ré-écriture" de Pride & Prejudice mais une fois passé l'inévitable moment du " mais c'est pas dans le livre ça !" et le concept digéré, j'ai beaucoup apprécié ma lecture ! Je trouve ce Darcy bien caractérisé et fidèle au personnage de Jane Austen. Il ne verse pas dans la sensiblerie et le gnangnan au contraire de la version d'Amanda Grange ( ou d'autres auteurs trop longs à énumérer ici) mais reste fidèle à lui-même : un peu hautain (tout de même, il n'est pas toujours très charitable pour ses contemporains), des mécanismes de défense bien ancrés ( quand il ne sait pas comment réagir, il est pédant), affectueux envers sa sœur sans en faire des tonnes au sujet de l'incident Ramsgate, un peu parano aussi... Et surtout on le voit vraiment "lutter en vain" contre l'attirance qu'il éprouve pour Elizabeth. Caroline Bingley est elle aussi parfaite, dans le genre pot de colle pas sincère c'est réussi ! Les ajouts de scène faits par l'auteure sont judicieux et correspondent bien à l'ambiance et aux convenances de l'époque ( petit bémol tout de même pour la scène de sortie de l'église avec Fletcher et Annie qui m'a paru exagérée et la fin avec le "roque" un peu exagéré voire superflu, hormis pour décrire la société de l'époque )
La relation entre Bingley et Jane est également bien traitée, on voir Bingley tomber amoureux et l'attitude de Darcy et des autres face à cette relation naissante... J'aime le fait qu'on rappelle que "Jane sourit trop" ! Et on comprend mieux les réserves de Darcy face à leur relation ( et la transposition qu'il fait avec sa relation avec Lizzy ) Bref, un excellent premier tome !


Ce que j'aime : Darcy tout en finesse sans verser dans le sentimentalisme, la manière dont les relations entre les différents personnages est abordée, mention spéciale pour Caroline Bingley !

Ce que j'aime moins : une ou deux scènes too much notamment avec son domestique, Fletcher qui donnent l'impression de meubler. On ne sait rien des pensées ou du ressenti d'Elizabeth sur les nouvelles scènes. Parfois un chouïa trop de lyrisme....

En bref : Une belle réécriture ! Un premier tome soigné et de qualité qui rend hommage à Mr Darcy et donne envie de lire la suite !

Ma note
8,5/10

par JessSwann
L'Anarchiste et l'Etudiant L'Anarchiste et l'Etudiant
Jeanne Malysa   
J’adore les spin-off. J’apprécie ces petites parenthèses ouvertes pour notre plus grand plaisir. Jeanne Malysa jette son dévolu d’auteure de talent sur ses deux personnages les plus choupinous, amoureux et comiques présents dans la duologie « la Parisienne et Le Highlander ». J’ai nommé Marcel, l’anarchiste et Benjamin, l’étudiant.

Une nouvelle qui nous plonge dans les affres de couple à la veille d’un jour spécial et unique. Entre questionnement et flash back, nous découvrons les facettes de ces deux hommes qui deviennent irrémédiablement attachants. Leur passé est émouvant. Nous rigolons et nous pleurons et nous ne pouvons qu’admirer que l’amour quelque qui soit, est inconditionnel.

Nous y retrouvons, pour notre plus grand bonheur, Iain et Anais, toujours aussi fou et amoureux qu’au début. Une Anaïs qui n’en rate pas une : mettre son nez dans les affaires qui ne la regardent pas … quoique c’est son plus grand charme.

A découvrir pour celles conquissent auparavant par Jeanne Malysa ou bien à lire pour se donner une idée de ce que vous pourrez bien avoir envie de lire prochainement.
L'année des treize lunes L'année des treize lunes
Janine Sabatier   
Voilà un livre avec lequel j'ai passé un excellent moment bien qu'il soit un peu en dehors de mes lectures les plus fréquentes.

L'auteur a une très belle écriture, très imagée, très poétique qui sied parfaitement au thème de ce court roman. Un véritable délice.

Le terme qui me vient à l'esprit pour définir ce que j'ai ressenti pendant ma lecture est "juste". L'auteur n'en fait ni trop ni trop peu alors qu'il aurait été si facile de tomber dans le mélo à deux sous ou dans l'euphorie totale suivant les passages. Mais non, tout reste à sa juste place, du point de vue du narrateur : l'héroïne qui raconte son parcours comme elle l'a vécu, avec une certaine sensibilité mais sans apitoiement, avec la joie des petits bonheurs, l'espoir de voir son quotidien s'améliorer juste un peu, un pas après l'autre. J'ai ressenti de la douceur dans ce personnage qui refuse obstinément de laisser le désespoir prendre possession d'elle, mais pas à la façon d'une guerrière... A la façon du peintre qui par petites touches remplace le gris de sa toile par de la couleur, par de la beauté.

Le références philosophiques dispersées ici et la sont très appréciables et s'intègrent parfaitement à l'ensemble.

J'espère avoir l'occasion de lire de nouveau cet auteur qui m'a littéralement charmée...
Les montagnes russes Les montagnes russes
S. M. Gerhard   
Lien ici : http://wp.me/p5AuT9-28Q

Vous savez le soucis avec les nouvelles c'est que l'on a parfois du mal à apprécier totalement notre lecture et l'on ressort bien souvent déçu. Mais fort heureusement pour nous, certaines de ces petites histoires sortent du lot… Et c'est le cas de "Les Montagnes Russes" de S.M. Gerhard.

Une auteure que j'apprécie de plus en plus. Et chose encore plus surprenant, c'est qu'en à peine trente pages, elle arrive toujours à me redonner le sourire…

Avec une plume fluide, délicate et captivante S.M. Gerhard nous offre une belle petite romance M-M tout en douceur. Une intrigue certes aux allures simplistes mais qui est habilement menée et qui fait son petit effet. Le petit plus ? La prose de l'auteure. En très peu de pages, elle sait trouver ses mots pour retranscrire des émotions sincères et très proche de la réalité.

Un choix de narration à trois voix. J'ai trouvé cela bien original. Cela change mais ce n'est nullement dérangeant. Puisque cela nous permet d'être un peu plus proche de nos protagonistes qui nous réservent bien des surprises. On ne peut que s'attacher à eux.

En bref, "Les Montagnes Russes" porte le titre adéquat. Une petite douceur qui est à dévorer sans modération. Le parfait mélange de Romance, d'humour et de Tendresse. Tout ce qu'il faut pour passer un excellent moment.

NB : Pour ceux qui ne lisent pas de romance M-M et qui aimerait en lire cette nouvelle est la base parfaite pour vous. Vous n'allez pas être déçus.