Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de GabrielleViszs : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Les Soeurs de la Lune, Tome 1 : Witchling Les Soeurs de la Lune, Tome 1 : Witchling
Yasmine Galenorn   
Moi c'est pareil, j'aprécie mais sans plus, le fait que ça change de soeur a chaque tome est pas mal ,et ya pas mal dhumour mais c'est un peu trop fantastique pour moi, jaime assez rester les pieds sur terre. Je préfère les vampires, démons et loup garou que les faes les magiciens dragons et sorcier.
Le Mystère du Pont Gustave-Flaubert Le Mystère du Pont Gustave-Flaubert
Pierre Thiry   
Une fois le livre refermé, un mot a fait son apparition : déroutant. Déroutant dans le sens stupéfiant, inattendu, imprévisible, étonnant, imprévu, déconcertant et même bizarre. Ce sont tous les qualificatifs qui viennent se bousculer, tout comme les mots qui constituent cette œuvre. Parce qu’il en s’agit d’une, d’œuvre d’art je dirais même. L’auteur joue avec les mots, les mettant à la suite les uns des autres sans que nous rendre compte que nous avons avancé peu dans l’intrigue, mais les pages défilent très vite, malgré quelques répétitions.

Au départ, nous sommes en présence d’un homme, Jules Kostelo, détective privé, qui lit tranquillement un livre chez lui. Nous avons toute la description de cet ouvrage, de la couverture aux gravures intégrées (d’ailleurs, rappelez-vous bien de ces gravures, car elles vont vous poursuivre tout au long du récit) et d’un coup, alors qu’il n’avait qu’une envie, c’était comprendre qui était ce fameux JL dont les initiales sont dans une des gravures, un coup de fil afin qu’il se dépêche de retrouver un vélo volé, celui du Commissaire Jeton. Oh rage oh désespoir, voici notre détective qui n’a qu’une envie, lui raccrocher au nez, mais il ne peut pas sans entacher la relation qu’il à avec cet homme des forces de l’ordre. Le vol aurait eut lieu sous le pont Gustave-Flaubert, à Rouen. A partir de ce coup de fil, les recherches vont se chevaucher l’une l’autre. Entre Jules Kostelo qui veut savoir qui est ce JL, sans oublier que Flaubert, Gustave de son prénom aurait écrit un autre opéra que Salammbô et le vol d’un simple vélo, qui ne l’est pas aux yeux du volé… l’intrigue va prendre de l’ampleur.

Je me suis posé la question régulièrement de savoir, mais où l’auteur nous embarque ? Non pas que je m’ennuyais, mais je me demandais si le vélo serait retrouvé. Par qui ? Où ? Et comment ? Le pourquoi viendra par la suite également, mais cette histoire aurait été insipide et ennuyeuse si nous n’avions pas eut tous ces détails sur la vie de ce Gustave Flaubert et de tout ce qui l’a entouré. Que se soit le mot plagiat qui revienne régulièrement, et je ne parle pas du livre en lui-même ou de l’auteur, mais bien de ce qui se passe dans le livre, l’histoire du pont en lui-même et son nom, comment il l’a eut, combien de fois détruit, renommé. Une simple histoire de vol de vélo et nous voila emmené dans un monde où l’histoire n’est pas qu’un simple mot…

J’ai beaucoup aimé les personnages, tous sont si différents et font parties intégrantes de ce livre. Mon préféré est incontestablement le chat qui m’a fait une très belle dédicace miaou : Charles Hockolmess de son petit nom. Il fait des rêves exquis et ses élucubrations en tout genre donnent plus de détails et de légèreté en même temps. La relation entre Salammbô et Jules est une relation de passionné envers la lecture, leur première nuit m’a semblé inoubliable, intéressante et totalement inédite. Vous trouverez d’autres personnages du nom de Georges Astulf, Berualf Vetusga et Fulbert Astaguve, mais également Napoléon, Christophe Colomb, Gustave Flaubert et Giovanni Bottesini bien évidemment, sans oublier Graziella, une jeune femme qui rêve des planches. Il n’y à pas que ceux-là, beaucoup vont faire leur apparition, sans compter le lieu qui change. Nous ne restons pas à Rouen, nous naviguons sur les flots dans l’Armada de Christophe Colomb, la découverte du Mexique par exemple. Je ne m’attarderais pas sur les protagonistes quels qu’ils soient. Tous ont des qualités et des défauts qu’il vaut mieux découvrir, parce que je risquerais de vous en dire de trop.

J’avoue que j’ai été un peu perdu entre qui rêve, qui pense, qui bouge, mais à part ce sentiment au niveau de qui fait quoi dans les livres de ce roman, j’ai aimé la façon dont toutes les histoires se sont enchainées, imbriquées même pour ne former que celle de ce mystère à résoudre. Je ne connais pas parfaitement Flaubert, ou plutôt sa biographie, j’ai lu quelques unes de ses œuvres comme Madame Bovary ou encore l’éducation sentimentale, reprit dans ce livre par ailleurs, mais je me dis que si j’avais eut un professeur comme Pierre Thiry, j’aurais probablement bien plus apprécié mes lectures. La véritable vie de Gustave Flaubert est décrite, mais est-ce vraiment la réalité ? Où commence l’imagination ? Dans tous les cas, on ne peut qu’apprécier le fait que les recherches sur Flaubert soient énormes, travaillés à tel point que l’impression d’être à ses cotés durant son voyage était plus que réel.

Sachez tout de même que le vol du vélo n’est qu’un prétexte, même minime pour vous embarquer dans une aventure digne de Gulliver. Pas d’enquête policière au premier, ni même au second plan. Il s’agit pour ma part d’un bon moment de détente, où le rêve et la réalité se rejoignent afin de former cette fusion entre les lettres et la musique, entre la soif de connaissance et les égarements de l’esprit. N’empêche, avoir un chat noir pareil, ce n’est pas donné à tout le monde :p

Mon avis complet ici : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-mystere-du-pont-gustave-flaubert-pierre-thiry-a108575004
Les Soeurs de la Lune, Tome 3 : Darkling Les Soeurs de la Lune, Tome 3 : Darkling
Yasmine Galenorn   
Pour le moment le meilleur des trois tomes. Au niveau de l'histoire, nous passons au niveau supérieur. ce livre est plus sombre que les précédents et nous apprends beaucoup de choses sur le passé de l'héroïne notamment sur sa transformation et donc aussi sur le fonctionnement des vampires dans cet univers. Enfin, nous découvrons de nouvelles espèces surnaturelles et la guerre se poursuit pour s'intensifier.

par audel
Kevin Martin, un homme sans histoire Kevin Martin, un homme sans histoire
Catherine Lang   
Avant de commencer, des remerciements sont de rigueur auprès de l’auteure, Catherine Lang, pour m’avoir permis de lire son livre. En fait de livre, il est très court, 35 pages en Kindle, mais la quantité ne fait pas tout, pour preuve, j'ai aimé ce livre, même tout petit. Avant d’entrer dans l’univers de Kevin Martin, il faut déjà se mettre en tête plusieurs choses. La première, il n’y aura aucune fin car il s’agit de tranches de vies de cet homme et d’une petite fille nommée Anaïs. La seconde : aucune moralité dans les personnages. Il s’agit pour Catherine de s’intéresser et de rechercher la nature humaine telle qu’elle est et pas d’enjoliver des événements ou des faits. Bien entendu, il ne s’agit pas de faits réels, mais la manière dont c’est écrit, cela donne tout de même froid dans le dos. Le pire, j’ai lu cette histoire juste avant de m’endormir, mais non pas de cauchemars, il m’en faut un peu plus pour cela tout de même.

J’ai discuté d’une chose qui me gênait avec l’auteure et qui me gêne toujours même si je comprends tout à fait sa réponse, que je vous donne dans une petite ligne. Lorsqu’elle fait agir Kevin, elle utilise le « TU », ce qui m’a rendu perplexe et j’ai eut l’impression qu’elle parlait aux lecteurs. Voici sa réponse : « …dans ce type d'écriture (dite "blanche"), le tu es un "je", c'est Kevin qui s'exprime, ce n'est pas l'auteur qui s'adresse au personnage… » Mais même en sachant cela, cela me dérange un peu.

Passons à l’histoire. Kevin Martin est un homme qui à une vie normale aux yeux des autres, avec peut-être cette particularité que personne ne l’a jamais vu avec une femme… Comme si cela pouvait signifier quelque chose. Mais cette particularité est bien réelle. Il travaille à la mairie de sa ville, consciencieusement, minutieusement, nul ne pourrait imaginer ce qui se passe dans sa tête. Il à des pulsions, liées au secret qu’il partage avec les petites filles. Sa logique est inflexible, il sait ce dont il à besoin, il sait que c’est mal, mais en même temps ce n’est pas mal, car ce sont des filles d’une part – ceux qui préfèrent les garçons ne sont pas bien dans leur tête, voila ce qu’il en pense – et d’autre part il ne peut pas aller contre ses pulsions. Elles sont là, c’est ce qui le fait avancer. Aller voir plus loin les parcs pour ne pas être prit, penser à ne pas faire plus de trois tours avant d’être repéré comme un potentiel, faire semblant, trouver, prendre et rendre. Kevin Martin est calculateur dès que ses pulsions lui viennent. Il saura faire la différence, compter les secondes, obtenir cet instant de jubilation. Mais il semble si banal de l’extérieur, renfermé presque que s’en ait effrayant surtout une fois arrivé à la fin de l’histoire.

La jeune Anaïs, dont le point de vue de la scène est donné, montre qu’à cet âge-là, 5 ans, les enfants sont innocents, mais ils comprennent des choses, différemment d’un adulte certes, mais des questions se posent. La peur de mourir est forte dans son esprit, son corps aimerait se rebeller de ce qu’elle ressent, mais pourtant, aucun son ne sort. Ce n’est pas la honte qui la bloque, juste le fait qu’elle veut vivre et retrouver sa mère et sa sœur, même si elles ne s’entendent pas forcément bien toutes les trois.

L’auteure à un style d’écriture qui se lit facilement. Nous avons envie de savoir ce qui va se passer, pour la petite Anaïs, pour Kevin, est-ce qu’elle gardera des traces de ce moment passé dans son esprit ? Arrivera-t-elle à en parler un jour ? Aura-t-elle des conséquences dans sa vie future ? Quant à Kevin, sera-t-il attrapé ? En danger ? Va-t-il continuer ainsi ? Le suspense est à son comble est la réponse est…

La façon dont les excuses pleuvent, dont les explications viennent, nous ressentons les pincements au cœur, les envies de meurtres (oui, le premier qui touche à un enfant, je me débrouille pour l’écraser d’une manière ou d’une autre… Violente ? Moi ? Exactement ! Un enfant, c’est ce qu’il y à de plus innocent, si nous lui enlevons cet innocence, que lui reste-t-il ? Un monde d’adulte où la beauté n’est que surfaite... Bon, je m’égare du sujet, sans vraiment m’éloigner de trop.) l’envie d’aller faire soigner celui qui ose, l’envie de bouger les fesses à la grande sœur, l’envie de se dire que non, cela n’ira pas jusque là… Par ses propos, l’auteure pourrait choquer, enfin pourrait, disons que pour un non averti, elle choque, elle impose, elle montre que la société voudrait de parfaits petits robots, mais il n’en ait rien. Noir, blanc, tout n'est qu'un mélange des deux valeurs et des nuances de gris arrivent un peu partout. J’ai aimé sa manière de montrer les choses, sans fioritures, sans dire : Attention cela risque de heurter la sensibilité de tous. Si vous lisez son histoire, vous n’en ressortirez pas indemne. Êtes-vous prêts à ouvrir les yeux sur le monde qui vous entoures ?

Mon avis complet : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/kevin-martin-un-homme-sans-histoire-catherine-lang-a108427396
Les Soeurs de la Lune, Tome 5 : Night Huntress Les Soeurs de la Lune, Tome 5 : Night Huntress
Yasmine Galenorn   
Quatrième de couverture

Manifestement les sorcières du destin ont décidé de s’amuser avec moi !
Mon petit ami Chase murmure le nom d’une autre femme dans son sommeil tandis que le seigneur de l’automne me place au centre de projets très spéciaux. Les choses empirent encore quand Karvanak refait son apparition… et prend Chase en otage. Mes soeurs et moi devons maintenant trouver un moyen de sauver l’homme que j’aime sans mettre en péril la sécurité d’Outremonde et de la Terre…

par Liriel83
Dark-Side, le Chevalier Vampire, livre I Dark-Side, le Chevalier Vampire, livre I
Nathy   
Dark Side me tentait depuis un bon moment, mais il n’était disponible qu’en ebook et lire autant de page sur écran, je n’aurais jamais tenu. J’ai donc attendu la version papier sorte et me la suis procuré, en même temps que le tome 2.

La couverture est très belle, elle m’a fait penser à un psychopathe et je dois dire qu’à la fin de la lecture de ce livre cette idée ne m’a pas quitté un seul instant. La préface de Frédéric Livyns donne des renseignements non négligeables concernant la trilogie. Bien entendu, il ne dévoile rien, mais il explique des éléments qui j’avoue sans eux, je me serais perdue encore plus. Bien que tous les noms comme Ichor, Ichorien, Orghaar et bien d’autres encore soient expliqué assez rapidement, les retenir à été le plus dur. Mais au bout d’un moment relativement court, je n’avais plus besoin de laisser le doigt sur la page explicative. Par contre, j’ai aimé les archives qui sont disséminées un peu partout dans le livre avec les renseignements de chaque guerrier ou membre de cet ordre, même si cela coupe parfois à un point où j’aurais aimé lire la suite dans l’immédiat. (Non, je ne suis pas contrariante du tout :p)

Nous débutons par l’histoire de Cathal, un guerrier celte qui va voir en une nuit sa vie bouleversée. Alors qu’il combat avec ses hommes leurs ennemis, ils se retrouvent en nombre restreint et finissent par tous tomber au front. Leur village détruit, Cathal sera recueillit par une femme qu’il à sauvé quelque heures auparavant qui s’avérera faire partie de la race des Ichoriens. Sachez que si vous dites vampires, ils risquent de mal le prendre. Alors pourquoi le titre porte le mot vampire ? Une question que je me suis posé une seconde et que je note ici juste pour penser à le demander à Nathy. (Pas compliqué du tout d’un coup en me relisant :p) Cathal va connaitre bon nombre de guerre, en tant que guerrier du départ, puis devenir un chevalier à la solde du Prince Edern, l’un ou peut-être le plus vieux Ichorien encore connu sur terre.

J’ai aimé la façon dont l’auteure à crée de toutes pièces ce monde : celui des Vampires. La façon dont ils sont « transformés », un virus existant les menant à cet état physique, leur mode de vie, de pensées, la façon dont ils se protègent mutuellement. L'arène est bien foutu, permettant ainsi de libérer les plus mauvaises pulsions. Ils ont un code à respecter, ils ont des lois à ne pas défier autrement, gare aux représailles et au tribunal. Chaque individu à une place malgré tout, et Cathal ne fait pas exception à la règle. Il est droit, honnête, un combattant hors pair, mais il est très possessif, un brin manipulateur et psychopathe à ses heures. Son comportement laisse à désirer dès qu’il se retrouve devant Nelly, une jeune humaine. Le vampire n’a aucun remords même lorsque son attitude devient instable. Il manque totalement de discernement lorsqu’il s’agit de cette jeune femme. Le monde brut que lui à toujours connu va se confronter à celui de Nelly qui n’est que douceur, comparé à toutes les scènes que nous avons.

Il faut comprendre que Dark Side est aussi sombre, brutal, glauque par moment, que la couverture, mais toutes les émotions sont exacerbées. Lorsqu’un Ichorien aime, c’est tout en entier, allant jusqu’à ressentir les émotions de l’autre. Si par malheur les sentiments ne sont pas partagés, celui ou celle qui aime totalement va se retrouver face à un mur et risque de devenir dangereux pour lui, mais aussi pour celui qui se retrouve en face. J’ai aimé le fait que Cathal aime à en perdre la raison et le mur ? Nelly ! Cette jeune femme à été attaquée et c’est lui son sauveur. De là se créer un lien, qui n’aurait jamais dû se mettre en place et pourtant, il est bien présent.

Amour, haine, passion, déchirement.

Cathal va vivre un enfer, jusqu’à en oublier sa propre identité. Nelly ne cessera de repousser ce qu’elle ressent, mais jusqu’où cela va aller ? Très loin. Ce premier livre nous fait état de faits très sombre. L’amour sera-t-il assez puissant pour qu’enfin ils arrivent à devenir un couple ? Ce qui m’a énervée ? Ce n’est pas compliqué, il s’agit de Nelly. Ce personnage à de multiples facettes. Avec elle, nous ne savons pas sur quel pied danser. Un coup elle l’aime, un coup non. Elle le veut, oui, mais en tant qu’humain, sans tout ce qui fait de lui son immortalité. Hors, c’est impossible ! Elle ne peut pas choisir de garder le meilleur et d’enfermer dans une boite tout le reste. J’ai tenté de me mettre à sa place, il est vrai que les souvenirs de son agression sont encore vivaces, mais au bout d’un an, elle reste la même, ne voulant pas approfondir plus cette pseudo-relation avec notre guerrier. Nelly repousse tout, s’interdisant tout contact avec les amis, la famille de notre vampire, pourtant elle aime qu’il lui fasse l’amour, pour éviter de reprendre les mots d’un de ses amis, mais non, elle ne le veut pas en entier. Elle aspire à une normalité effrayante avec ce compagnon… Cherchez l’erreur ! La peur est présente et le fait d’avoir vu son amant en plein actes sanglant ne l’a pas aidé. Quand comprendra-t-elle que ce n’est pas un gentilhomme, mais un guerrier ? La réponse est entre ses pages et je peux vous dire que ce n’est pas au début.

L’histoire en elle-même est assez simple, un vampire qui sauve une humaine d’un autre vampire. Ah, j’ai oublié de préciser que tout se passe en France, enfin la majorité de l’histoire, entre Montluçon et Paris ! Des Ichoriens qui disparaissent les uns après les autres sans savoir pourquoi partout dans le monde. Mais le fait que justement personne n’arrive à mettre la main sur ceux qui veulent leur faire la peau et la complexité de la relation entre nos deux héros va mettre un sacré bordel ! Nous passons de moments tendres très rapides à une violence sans limite. Comme je l’ai dit précédemment, les sensations sont si fortes si prenantes que j’ai eut de la peine pour Cathal à chaque fois qu’il se faisait repousser. Il ne lui à jamais menti sur sa nature, sur ce qu’il est réellement. Cela m’a donné l’impression qu’elle le piétinait régulièrement, pas par amusement, mais par anxiété.

Quelqu’un en veux à leur race et n’hésite pas pour éliminer les problèmes uns à uns. Les actions des bons et des mauvais sont sanglantes et j’ai beaucoup aimé les détails qui nous sont apportés. Il n’y à pas de sentiments à avoir envers des traitres qui s’amusent avec des femmes, quitte à les jeter en pâture. Ce ne sont que des quantités négligeables. Les quelques flashbacks sur Cathal nous en apprennent beaucoup sur Eldrid, celle qui lui a donné ce statut d’Ichorien. C’est une vampire âgée de plusieurs siècles qui lui à tout apprit et nous comprenons également beaucoup mieux pourquoi Cathal se méfie des femmes et s’engage autant auprès de notre jeune humaine.

D’autres personnages sont présents, tout ne tourne pas qu’autour de ce couple. Des guerriers vivent dans l’enceinte de la demeure de Cathal et sont présents partout où ce dernier peut aller. Que se soit pour combattre ou surveiller, ils obéissent au doigt et à l’œil. Ils seraient capables de donner leurs vies si cela était nécessaire. Bien plus haut placé dans la hiérarchie : le Prince Edern. Lui je l’adore ! Il gouverne d’une main de fer ses hommes et ne laisse pas de place à la moindre erreur. Il à du pouvoir, il est sait ce qui doit être fait, quitte à tout mettre de coté. Seule la mission qui est de retrouver les siens est la plus importante ! Il est l’un des rares à réussir à remettre à sa place Nelly lorsqu’il le faut et même un peu plus. Mais la façon dont il lui parle ne peut que lui faire du bien et comprendre que s’en prendre plein la face n’est pas agréable du tout. J’ai beaucoup aimé Octavia, pour le fait qu’elle soit une amie précieuse au vampire, mais elle essaye de comprendre ce qui se passe en Nelly. Et que dire de son compagnon Arius ? Il est génial et la scène qui se passe entre lui, Nelly et Octavia dans la chambre de l’humaine c’est tout à fait ce que j’ai pensé d’elle ! Il l’imite à la perfection, non, il LES imite à la perfection ! Leur manège énerve la plupart de leurs amis. Adrian, celui-là, j'aimerais bien lui en mettre une, je peux? Encore un petit dernier personnage, il s’agit de Lothaire, un ancien homme d’église qui est le bras droit de Cathal. C’est un guerrier également, bon et protecteur envers la jeune humaine. Il va même se mettre en travers du chemin de son chef pour tenter de le raisonner.

La fin est sadique à un point que si vous n’avez pas la suite, vous allez vous maudire. J’avoue que j’ai dû lire le premier chapitre du livre II tellement je voulais savoir le temps qu’il aurait. J’espère que la relation future sera meilleure, sinon j’autorise Edern à la tuer rapidement :p Vous avez compris, entre tout ce que je vous ai raconté et le fait que l’écriture est fluide, j’ai passé un bon moment, malgré le caractère de Nelly. Maintenant, place au chapitre 2 du livre II !

Mon avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/dark-side-le-chevalier-vampire-livre-i-nathy-a107957076
Les Soeurs de la Lune, Tome 9 : Blood Wyne Les Soeurs de la Lune, Tome 9 : Blood Wyne
Yasmine Galenorn   
Je pense que je commence à me lasser de la série des soeurs de la lune, j'ai trouvé ce tome très long (pas en nombre de pages, mais l'histoire...). En plus j'ai l'impression que l'auteur a franchement du mal à trouver des intrigues percutantes avec Menolly.
Enfin le tome n'est pas non plus mauvais, juste qu'il manque de peps... J'ai d'ailleurs de voir ce que va donner la liaison avec Roman !

par Gkone
Un manoir pour refuge Un manoir pour refuge
Ena Fitzbel   
Je voulais remercier l’auteure, Eva Fitzbel de m’avoir proposé de lire son livre. J’ai accepté en ayant d’abord lu le résumé qui m’intriguait et je m’imaginais déjà ce qu’il pouvait y avoir dans l’histoire, mais sachez que même si j’ai réussi à découvrir certains points, beaucoup de surprises dont je n’aurais pas du tout imaginé ont été dévoilés tout au long du livre. Par contre, je suis allé voir la couverture sur le net et je dois dire que je n’en raffole pas plus que cela, le visage de la jeune femme sur le devant me parait très étrange, mais la 4ème met en bouche et donne envie d’en connaitre les détails.

Nous nous retrouvons dans une histoire où le rêve prend le pas sur la réalité, ce qui risque de poser quelques problèmes pour les personnages qui sont irrésistiblement attiré par ce qui s’y passe. Le rêve semble si fort, il à une telle emprise sur les personnages qu’à force je me suis posé une question : Et si le rêve était la réalité et donc la réalité un simple songe ? Difficile de trouver le vrai du faux pendant un bon moment et même arrivé à la fin, je me pose toujours cette même question. La manière dont les mots sont assemblés pour former des phrases fluides, laissant découler l’intrigue, montrant ainsi les décors avec ce qu’il faut de descriptions, peut-être un peu trop au niveau du jardin, mais cela passe vite et j’ai été happée dans l’histoire sans me rendre compte que la fin était proche, trop proche. Je vais en parler immédiatement, comme cela je ne reviendrais pas dessus, j’ai trouvé la fin trop rapide à mon gout, pas assez détaillé, et surtout personnellement, je suis resté comme deux ronds de flans en lisant les toutes dernières phrases. Comment est-ce possible ? Ce phénomène, aurait pu être mieux expliqué. Une fin trop rapide, par contre très peu prévisible, voire pas du tout.

Concernant les mots utilisés, j’ai été surprise de voir bon nombre de mots/dialectes belge et au moins, j’aurais appris quelques expressions, surtout avec le vocabulaire de Gianluca. Ce personnage est drôle, il tente de faire le brave et y parvient tout de même, même si le fait de se retrouver dans le manoir et de revenir dans un présent avec des séquelles de ce rêve qui semble si présent. Je vais continuer avec l’héroïne, Mila, une jeune lycéenne à Prague qui m’a fait penser à une jeune femme ne voulant pas affronter la réalité et donc la perte de ces parents, il y à de cela quelques années. Elle à crée un monde où elle peut être quelqu’un d’autre et tenter de vivre une vraie vie, entourée d’amour. Non pas qu’elle manque d’amour d’une manière générale, elle vit chez sa grand-mère violoniste de surcroit, mais cette dernière donne toujours des concerts et elle n’est pas forcément ce que Mila attend de la vie, malgré le profond attachement entre les deux femmes. Mila à une amie du prénom de Tif, enfin je dirais plutôt son surnom. Entre la première qui aime écrire des histoires et la seconde qui dessine magnifiquement bien, elles vont écrire une nouvelle à quatre mains pour leur groupe de lecture qui va se dérouler dans le fameux manoir. C’est là que tout va se compliquer, embarquant ainsi leurs amis du groupe de lecture dans le même rêve.

Il y à beaucoup de personnages des deux cotés et chacun à son importance et j’aime cela. Il n’y à pas de personnages secondaires qui ne servent à rien, tous font avancer l’histoire et apportent un petit plus à l’intrigue. Le seul hic, c’est que l’auteure ne s’attarde pas assez sur eux et parfois, nous nous retrouvons à nous poser des questions, comme par exemple un léger problème pour savoir qui se retrouve en qui. Un jeu qui pourrait être fort intéressant si nous avions plus de détails sur leur personnalité et habitude et donc nous amener à nous dire, tiens c’est elle ! Le fait de changer les prénoms ET de leur donner un autre caractère m’a un peu perdu, je l’admets, il m’a fallu un peu de temps pour remettre en place les personnages. Une fois que vous les avez tous, rien de plus facile pour les suivre.

Quelques protagonistes m’ont plu : Elsa d’abord, une jeune fille londonienne qui va rejoindre son amie Bridget au fameux manoir et dont leurs vies sont totalement à l’opposé. Elle se cherche encore, ne se sent pas à sa place dans le domaine et encore moins avec la famille de Bridget et pourtant elle va tout faire pour rester et va apprendre à connaitre Kenneth. Lorsque j’ai su qui il était, heureusement que j’étais assise, parce que vu comment ce personnage à été impliqué dans la réalité, je n’aurais jamais cru que c’était lui ! (Non, non, je ne dirais pas qui c’est, parce qu’il faut chercher tout de même pour comprendre et ensuite vous saurez pourquoi il réagit ainsi avec Elsa). Michael est un jeune lycéen dans le même établissement que Mila, Tif et Cie. Il parait aux premiers abords le beau gosse par excellence, celui par qui toutes les filles ne jurent que par lui. Plus nous avançons dans l’intrigue et plus il m’a fait penser que c’était un rôle qu’il jouait et en le voyant dans le manoir d’une certaine manière, je pense qu’il est plus à l’aise dans ce monde et non dans l’autre. Il est un mystère à lui tout seul et lorsqu’il laisse enfin une part de lui se dévoiler, cela me conforte dans l’idée que ce que nous montrons n’est pas la réalité. Par contre certains personnages m’ont agacé, Mila déjà m’a paru égoïste, malgré tout ce qu’elle à vécu, cela ne justifie pas ce qu’elle veut faire et Tif m’a paru exécrable comme amie. Qui aurait des pensées pareilles sur sa meilleure amie ? Autant j’ai aimé le personnage un peu godiche de Marie, autant j’ai détesté le caractère de peste de Fanny ! Mais au moins, aucun d'entre eux ne m'a été indifférents!

Il y à d’autres personnages tout aussi intéressants, comme Alice qui fera tout pour s’en sortir et dont les épreuves qu’elle va subir va la renforcer et montrer aux autres ce dont elle est capable, sans passer par le chemin tracé. Je vous laisse découvrir les autres. Je dois avouer que je ne suis pas une adepte de la science-fiction, ayant déjà lu un ouvrage qui mêlait les deux genres que nous retrouvons ici et qui m’avait laissé sans réels sentiments. Ce qui n’est pas le cas pour celui-ci, bien au contraire. Ce qu’il faut retenir, c’est que cette histoire mêle agréablement la fiction, le fantastique et la science-fiction avec allégresse. Pas de créatures de la nuit, mais d’autres créatures dont peu parlent, un univers complexe travaillé, pas encore assez je dirais, mais une très bonne ébauche pour une suite à ce tome. Il y à peu d’actions, mais il se lit plutôt bien dans l’ensemble. L’originalité est présente, l’envie d’en savoir plus même le livre fermé est toujours là et malgré les quelques manques de descriptions et d’émotions pour certains personnages, j’ai apprécié ma lecture. Aimer, détester, ressentir des émotions, il ne m’a pas fait pleurer ni rire aux éclats, mais il m’a, comment dire... J’ai ressenti bien plus de choses du coté des protagonistes du manoir que de ceux du lycée, peut-être que je préfère imaginer plutôt que vivre ?

Mon avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/un-manoir-pour-refuge-ena-fitzbel-a106864982
Face Cachée, Tome 1 : Dans la Peau Face Cachée, Tome 1 : Dans la Peau
M. Leighton   
Olivia tombe amoureuse très facilement des mauvais garçons et c’est le vrai problème. Entre ses études, son père qui tient un ranch et son petit boulot, elle ne peut pas se permettre de revivre une relation avec un mauvais garçon. Un soir, alors qu’elle va à un enterrement de jeune fille dans un club de striptease, elle se retrouve en plein cœur du spectacle. Les mains sur l’homme qui vient d’entrer, elle ressent autre chose qu’une simple pulsion pour ce torse nu, sauf que le véritable stripteaseur entre et la confusion qui règne dans la salle est telle qu’Olivia aimerait se cacher dans un trou de souris. Car il s’agit du patron de l’établissement qu’elle a déshabillé, avec son consentement bien entendu. Cash Davenport est le propriétaire du club, se retrouvant attiré par ce petit bout de femme. Mais ce qu’elle ne sait pas, c’est qu’il a un frère jumeau, qui sort avec sa cousine. Et le réveil sera dur pour elle, lorsqu’elle pense voir Nash dans les bras de Marissa, sa cousine qui habite le même appartement.

Ce que je n’aime pas ce sont les trios amoureux et bam, en plein dedans. Je pensais que cela irait plus loin que ce triangle, mais non, Cash, Nash – non mais leurs parents avaient des soucis avec les prénoms tout de même – et Olivia seront toujours un trio. J’ai failli abandonner la lecture, mais quelque chose me disait de continuer. Ma boule de cristal surement... Les jumeaux me paraissaient étrange, l’un est toujours habillé presque en col roulé et l’autre s’il pouvait déambuler nu, il le ferait à longueur de temps.

Concernant leur caractère, j’apprécie plus celui de Cash que de Nash. Ce dernier me semble trop propre sur lui. Futur avocat, il incarne l’homme parfait, trop parfait, protecteur, surprotecteur, il y a un je-ne-sais-quoi qui dérange. Il a une vie déjà réglé, bien rangé certes, mais il montre qu’il est attiré par Olivia alors qu’il à une copine. D’accord, cette Marissa est mortellement ennuyeuse, imbu d’elle-même, médisante et j’en passe d’autre, mais il couche avec elle, donc pourquoi vouloir se taper Olivia à tout prix ?

Cash reste honnête envers ses convictions. Il est attiré par la jeune femme et le lui montre, allant jusqu’à lui signer un contrat de travail – je vous vois venir avec vos gros sabots, non pas de contrat sexuel, juste une place de serveuse – dans son club, qui est plus proche que l’ancien auquel elle bossait. J’ai beaucoup aimé sa nature, il est LE mauvais garçon par excellence et pourtant il a des attitudes que nous pourrions presque qualifier de gentleman, j’ai mis presque tout de même. C’est un homme qui cache beaucoup et prend énormément sur lui.

Quand à Olivia, belle sans le savoir, c’est l’indécision est ce qui la caractérise le plus, sans oublier qu’elle a peur de se prendre une claque de plus. Elle a envie des deux, d’ailleurs, lorsqu’elle saute le pas, lequel des deux a-t-elle eut entre les cuisses ? Parce que pas un mot, pas une lumière, je crois que ce passage m’a plus que perturbé. Qui était-ce ? Sans compter qu’elle est toujours en chaleur, dès que l’un des deux s’approche d’elle, c’était limite si elle n’allait pas les violer sur place. Au moins, elle a réussit à faire son choix, avec du mal, mais le prochain tome devrait être beaucoup mieux de ce point de vue. Un petit mot sur Ginger, l’une des meilleures amies d’Olivia. Elle est totalement folle, mais qu’est-ce qu’elle fait du bien dans le livre. Je déteste la vulgarité, tout du moins il m’en faut peu pour m’énerver, mais avec elle, c’est différent, elle a une joie de vivre qui allège la tension du livre, sauf le coté sexuel où elle appuie là où il faut :p

Ce qui est bien, c’est d’avoir les chapitres par personnages principaux, ainsi nous avons les points de vue de chacun d’entre eux. Il y a beaucoup de tension sexuelle tout au long du récit, ce qui m’a étonné pour une romance, à croire que l’érotisme tombe partout pour tous âges, mais ce qui le sauve à mes yeux, c’est l’histoire avec la famille des jumeaux, et le fait que la surprise est de taille. Je commençais à avoir des doutes sur les deux, il est vrai qu’ils ne veulent jamais se voir, à croire qu’ils se détestent cordialement, ce qui est le cas, car ils vivent chacun de leurs cotés dans des mondes à part. Mais pour le bonheur d’Olivia et surtout son cœur, les deux vont s’acharner à montrer le meilleur de lui-même.

J’ai aimé la façon dont Olivia s’occupe de son père et de ses animaux, la complicité entre le père et la fille est bien présente. Pas mal de situations sont vraiment cocasses, surtout entre Cash et Olivia, et une lecture qui se laisse attraper en toute fluidité. J’ai commencé à apprécier beaucoup plus le livre au moment où Cash raconte un peu plus sa vie à Olivia, qu’il parle de son père, de sa famille d’une manière générale, là on tient vraiment quelque chose entre les doigts, malheureusement, c’est vers la fin. Pas mal d’éléments m’avaient mis la puce à l’oreille concernant le final, mais j’ai été surprise, même si le rendu est bien fait, rapide, mais bien fait. En d’autres termes, j’ai bien apprécié la lecture globale de ce tome. Je lirais la suite, car elle me semble bien plus prometteuse, avec une véritable histoire derrière plus complexe, plus recherché et pas uniquement le choix d’un homme.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/face-cachee-tome-1-dans-la-peau-m-leighton-a109207168

Minuit, Tome 1 : Le Baiser de Minuit Minuit, Tome 1 : Le Baiser de Minuit
Lara Adrian   
Effectivement, cette série n'est pas sans rappeler la Confrérie de la dague noire, je trouve pour ma part qu'il s'agit d'un entre deux entre cette série et la confrérie des Ombres mais en beaucoup moins addictif.
L'histoire possède tout de même quelques particularités qui lui sont propres, mais peut-être pas suffisamment pour qu'elles suscitent mon engouement.
Ce livre est toutefois agréable et se lit facilement. Lucan est de plus en plus attachant au fil des pages, quant à Gabrielle, disons qu'elle garde la tête froide et montre un courage certain, étant donné l'ampleur des révélations qui lui sont faites. Pas vraiment de surprises dans ce scénario mais encore une fois, ce fût une lecture plaisante.
J'espère que le tome 2 sera davantage novateur!

par ccmars