Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de GabrielleViszs : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Comment épouser un millionnaire, Tome 1 : Liaison à durée déterminée Comment épouser un millionnaire, Tome 1 : Liaison à durée déterminée
Jennifer Probst   
Autant être honnête, je me suis posé la question du pourquoi je l’ai acheté et je me pose encore la question. Je m’attendais à mieux, beaucoup mieux. Il ne s’agit que d’une simple romance sans rebondissements, d’où mon manque d’enthousiasme pour écrire mon avis. Je pense sincèrement que je ne suis pas contre les romances, d’ailleurs, j’ai eut quelques coup de cœur et quelques bonnes romances, mais lorsque vous lisez une quatrième de couverture, nous nous demandons où est le petit plus qui vous fera l’aimer… Nulle part, tout simplement parce que tout est dit dans la quatrième, ce que je trouve dommage.

L’écriture est fluide, et l’histoire se lit vite. J’ai attendu longtemps un dénouement, une intrigue, quelque chose, mais rien. Pour ceux qui aime ce style de romance pure, allez-y sans aucun problème, mais pour ma part, j’aime lorsqu’il y à du suspense, que l’intrigue soit un minimum soutenu. Alors peut-être que certains me diront, mais si, là, tu ne vois pas lorsqu’elle part du bureau… Euh non, puisqu’autrement l’histoire s’arrêterait sans que le mariage ne soit opérationnel. Ou encore là tu vois, elle s’en va et… Et il va faire quoi ? (non je ne dévoilerais rien, parce qu’il n’y à pas d’intérêt à le dire, même si nous comprenons vite.)
L’histoire est simple, Alexa à besoin d’argent pour aider ses parents financièrement. Elle va donc « se vendre » en un sens pour obtenir ce dont ils ont besoin, sans leur dire d’où cela peut réellement provenir. Ce problème financier va se résoudre rapidement, mais c’est sans compter sur deux choses : elle veut agrandir sa librairie d’une part, mais ne veut pas demander plus que ce que ces parents ont besoin. Ce n’est pas une profiteuse, son besoin d’aider les autres va la mettre à mal elle et ses sentiments. La liste qu’elle à écrit sur l’homme parfait qui aura la chance de devenir son époux est longue et prête à rire sur certains points comme être un supporter des Mets, une équipe qui est plutôt mal en point. Il devra savoir communiquer avec sa femme, aurait le sens de la famille et j’en passe d’autre. Bref un homme imaginaire, désolé de vous décevoir mesdames, je ne crois pas en l’homme parfait. Elle est indépendante et forte, je me demande pourquoi elle à de telles idées : le chevalier sur son cheval blanc ne viendra pas l’enlever pour une passion torride.
Lorsque Maggie, la meilleure amie d’Alexa et surtout la sœur de Nicholas, celui dont l’héroïne était amoureuse à l’adolescence va comprendre que son amie à besoin d’argent, mais que son frère à besoin d’une femme, une idée va germer pour pousser rapidement.
Nicholas est déjà millionnaire, architecte renommé mais pour hériter de son oncle, il doit se marier rapidement et rester marié durant une année complète avec la même femme. Une idée serait de demander celle avec qui il sort de devenir cette femme, mais la miss semble vouloir des enfants et une vraie vie de famille. Horreur pour cet homme qui ne veut rien de tout cela. Le choix d’Alexa va lui être proposé et ses souvenirs ne lui seront d’aucun recours surtout lorsqu’il va la voir en vraie, avec treize ans de plus et un corps de femme tout en courbe. Il m’a semblé égoïste sur certains points et altruiste à d’autres. Un homme charmant lorsqu’il le désire et une véritable peste lorsqu’il veut vous pourrir la vie. Il à également écris une liste sur la femme qu’il devra épouser et c’est tout à son honneur – ton ironique bien entendu – de penser au fait qu’elle doit être détestable au point de ne pas avoir envie de coucher avec, de l’aimer et qui considère le mariage comme une sorte de pacte. Et je vous laisse découvrir le reste, mais en d’autres mots cet homme recherche une femme qui serve de potiche dans les soirées et se range dans un placard lorsqu’il n’en à plus besoin…
Un contrat – et oui encore un contrat dans ce type de livre – va être signé entre les deux parties. La vraie différence ? PAS de SEXE ! Personne n’y croit, autant les personnages que les lecteurs, mais passons, ce moment m’a tout de même fait sourire, car les deux protagonistes ne veulent pas lâcher le morceau sur des points qui paraissent une broutille.
Les moments les plus « sympa » sont lorsque la famille d’Alexa s’en mêle, que se soit du mariage ou de la suite des événements. Leur histoire m’a semblé beaucoup plus intéressante que celle des deux principaux.
Mais encore un homme richissime, beau, têtu, arrogant… une jeune femme paumé sans le moindre sou ou presque… Un contrat, des idées préconçues et des caractères différents. Deux personnes qui attendent de l’autre des événements improbables… Je n’ai pas plus accroché que cela, pas d’attachement particulier à la jeune femme et comme je l’ai dit au début de mon avis, je pense que je n’aurais pas dû l’acheter. La suite, qui sera avec Maggie restera probablement – voire surement – en dehors de chez moi.

Mon avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/liaison-a-duree-determinee-jennifer-probst-a108238526
Médivaelia Médivaelia
Gala De Spax   
Flora, la Sorceresse de Médivaelia, doit faire face seule à un mal étrange venu sur sa terre. Seule, tout simplement parce que son mentor à disparu, sans laisser de traces, emportant avec lui ses remèdes, sa magie, sa canne, sa présence bienfaisante. Ce mal étrange se propage de plus en plus, sans que quiconque ne puisse y faire barrage. Flora est leur unique espoir. Son royaume tient sur ses frêles épaules. Après de nombreuses recherches, un rêve lui montrera la clé. Mais est-ce que cette clé sera bien la solution ? Notre guérisseuse va faire des rencontres qui l'amèneront sur un chemin semé d'embûches.
Flora n'hésite pas à mettre sa vie en danger pour sauver les siens. Elle est courageuse, travailleuse et va affronter un monde bien différent du sien : le notre. Par contre elle est faible niveau pouvoir magique et sa confiance en elle est toute petite, mais vraiment toute petite. de plus Médivaelia est un monde qui pourrait être comparé au notre au temps du moyen-âge. Les gens travaillent la terre sans machines, ils ne cultivent que ce dont ils ont besoin, ont un respect de la nature très poussée. Je peux vous parler des animaux, puisque nous en voyons deux sur la couverture : Licornes et Dragons. Ces deux animaux sont très importants au sein de cette communauté, chacun ayant un but et une fonction bien précise. Et nul n'aurait dans l'idée de faire du mal à l'un ou à l'autre de ces espèces. le vocabulaire est différent, d'ailleurs, vous trouverez un lexique au tout début du livre qui est bien utile lorsque nous ne connaissons pas un traitre mot de cette époque. La petite comparaison à un moment donné entre le film « Les visiteurs » et ce qui se passe entre Flora et Babu est du fait de l'auteure et j'avoue y avoir pensé à un moment avant qu'elle ne le fasse. Une petite touche d'humour dans notre monde non négligeable.
Notre monde…
Il est tel que nous le connaissons. L'égoïsme, la froideur, la luxure, les envies, le gâchis, la pauvreté et ses contraires. Tout est exacerbé, tout dans les extrêmes que nous nous demandons si ce monde auquel nous appartenons est vraiment aussi corrompu, détérioré.
Flore va donc rencontrer d'autres personnes lors de son passage de son monde à celui-ci. Babu est un homme de la terre qui ne mâche pas ces mots, prends des substances illicites, sans compter tout ce qui se trame autour de lui. Je n'en dirais pas plus, mais l'imagination fera le reste, j'en suis sur. Il est ‘ami' avec une certaine Brenda, une jeune femme qui pour un peu d'argent offre ses charmes au premier venu. Elle semble être une pauvre fille, se débrouillant comme elle peut pour survivre, mais son cœur ne demande qu'un peu d'amour. La puteresse va prendre notre sorceresse pour une folle totale, surtout lorsque le vocabulaire, la manière de se tenir et les grands yeux écarquillés de Flora sur notre monde s'accumule. Mais à force, elle va devenir amie avec Flora et lui apprendre tout ce qu'elle peut pour l'aider à comprendre ce qui se passe à Médivaelia. le passage avec la souris géante est phénoménal !
Du coté de Médivaelia plusieurs personnages sont importants également. Tout d'abord, le Prince Henri. Nous faisons sa connaissance alors qu'il est prit de fièvres obscures et qu'il n'est plus tout à fait lui-même. D'après le regard de Flora, il ne lui ait pas indifférent : beau, courageux, il fait partie de ces hommes qui savent apprécier ce qu'ils ont sous les yeux. Mais il est aussi le futur souverain de Médivaelia. Ses parents sont justes et bons. L'ancien maitre et professeur du nom d'Amolaric sera important, étant présent dans les pensées de ses pairs, mais également dans l'esprit de Flora. Il va avoir une place importante, comme un père. D'ailleurs nous en apprenons plus sur les parents de notre guérisseuse, mais point trop.
Ce que j'ai aimé, c'est toute l'histoire et la découverte sur Médivaelia. Imaginer les lieux, voir leur art de vivre, car il s'agit de ce coté du portail d'un havre de paix où chacun aide son prochain. Personne ne veut du mal et n'y penserait même un seul instant. J'ai aimé également la façon dont Flora voit ce monde si différent du sien. Comment elle va s'adapter, comment elle va réussir à trouver ou non de l'aide. Brenda est un personnage intéressant et je dois avouer que je l'ai préféré à Flora. le fait qu'elle soit complexe, elle m'a semblé plus travaillée aussi et ces choix ne sont pas anodins. Sa vie n'a pas été tout rose, personne ne choisit de devenir ce qu'elle est devenue. Certains diront que la fin elle la méritait. Pour ma part je pense juste qu'elle n'as pas su voir où était son intérêt sans compter que les personnes malintentionnées autour d'elle ne l'aidaient pas dans le bon sens.
Mais...
L'innocence, la naïveté même de Flora m'a quelque peu laissé un gout amer en bouche. Son monde est idéal, certes, mais le temps qu'elle va vivre avec Brenda aurait dû lui démontrer que le bon n'est pas forcément partout. Les trahisons multiples des uns, les incompréhensions des autres, l'hôpital psychiatrique, trouver une solution ou un remède… vont la faire murir, mais avec beaucoup de décalage. Les choses vont s'enchainer très vite, trop vite à mon goût surtout sur la fin du livre. le comportement de certains va être diamétralement opposé et j'ai trouvé qu'il manquait de douleur au niveau du personnage de Brenda. Je parle de douleur émotionnelle et non physique.
Je reste un peu en retrait sur ce livre, je ne l'ai pas trouvé mauvais, c'est certain, mais pas génialissime comme d'autres. Gala à toujours cette facilité à vous embarquer dans des mondes insoupçonnés, sa plume est un délice à lire, mais je n'ai pas été emballé par ce qui arrivait à Flora. Je pense que je m'attendais à beaucoup plus de noirceur, de contraste de notre monde sur terre – Laurelenn étant plus sombre que celui-ci, il est à mes yeux un très grand coup de cœur – et la duplicité de certains personnages ne m'a pas paru assez percutante malgré tout. Je n'ai pas ressenti ses petits frissons caractéristiques que j'ai eut en lisant d'autres livres de Gala, d'où cet avis mitigé.
Mon avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/medivaelia-gala-de-spax-a108179096

Double Jeu Double Jeu
Nessa   
Je remercie les éditions Erato pour ce service presse, malheureusement, je ne vais pas être très élogieuse avec cette nouvelle. Déjà la couverture ne m’a pas particulièrement attiré l’œil, au contraire, je l’aurais vu dans une librairie, je serais passé devant sans le prendre en main. En lisant la quatrième de couverture, j’avais imaginé pas mal de choses et j’étais en attente de voir ce qui allait se produire.

Lyly est une jeune femme mariée qui, par comble de malchance, sert de meuble à son mari. Suite à une inscription sur un site de rencontres, elle va en faire quelques unes, de rencontres virtuelles bien entendu, et une plus particulièrement avec un dénommé SexyKinder.

J’ai eut beaucoup de mal de lire les échanges de mail qui sont vraiment nombreux, d’accord, il s’agit d’une relation virtuelle au départ, mais j’ai eut l’impression d’avoir une liste de choses à faire, plutôt qu’une lecture d’une nouvelle. J’aurais préféré plus de récit. Bon, il y à aussi les échanges de messages par téléphone entre Lyly et son amie qui m’ont irrité également, trop de saut à la ligne en somme d’où mon envie d’avoir plus de récit. Concernant Lyly, elle ne sait plus où elle en ait, perdue dans une relation vouée à l’échec. Elle tente de s’amuser, va-t-elle y arriver ? Cela je ne le dirais pas si elle va franchir le cap de voir cet homme sans écran interposé. Par contre, elle ne ressemble en rien à la femme qui se trouve sur la couverture. Autant cette dernière montre une femme sur d’elle, prête à assouvir ses fantasmes, avec un coté délurée, très prononcé coté sexe, dominatrice. Hors Lyly est totalement différente, elle est plutôt prude et sans son amie lolo, elle n’aurait jamais franchit le pas de s’inscrire.

Nous avons les deux points de vue, celui de la jeune femme et celui de mister kinder et beaucoup de choses ont fait que j’avais découvert la fin avant d’y arriver. D’où le manque de surprise arrivé au final. Dommage, j’aurais pensé que Lyly ne se retrouverait pas dans cette situation, mais des faits étaient concordants concernant plusieurs personnages. SexyKinder ne recherche pas son âme soeur, juste une femme qui assouvirait leurs fantasmes respectifs. Il n'est pas pressant, à une situation qui lui plait question boulot et un ami avec qui partager ses plus sombres idées, ou accessoirement réfléchir à comment se servir de son service trois pièces.

Il n’y à pas que des cotés négatifs, il y a quelques points positifs que je relève avec plaisir. En premier, il s’agit de l’humour qui est installé entre les lignes. L’auteur dédramatise la situation du couple, ne pas tomber dans le mélo et faire pleurer les chaumières n’a pas eut lieu, au contraire, le sourire est de mise, malgré la manière dont l’histoire est écrite, parfois trop familier. Le second point est que n’importe qui peu se retrouver dans cette situation de départ. Voir le cheminement dans l’esprit de Lyly jusqu’à ce qu’elle décide si oui ou non elle va enfin sortir du placard. Cela n’a pas été suffisant pour que j’apprécie vraiment cette lecture, mais je sais que plusieurs on vraiment aimé, donc à vous de vous faire votre propre idée.

Mon avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/double-jeu-nessa-a109191552
Je t'interdis de m'aimer Je t'interdis de m'aimer
Marine Sheridan   
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/je-t-interdis-de-m-aimer-marine-sheridan-a109207094

Lorsqu'une amie m'a proposé de le lire ensemble, j'ai hésité. N’étant pas une grande fan de romance de base, j’ai toujours du mal à aimer un livre où il n’y a que de la romance pur. Pour le moment très peu ont réussi à passer le bon cap (je pense à "le temps d'un hiver" de Jessica Lumbroso) et pour ma part, celui-ci est resté en dessous de ce cap, malheureusement pour l’auteur. La couverture est différente des couvertures que j'aime, ne cadrant pas, à mon avis, avec le titre. Nous pouvons voir une femme en attente de quelque chose, proche d'un homme, hors la jeune femme le dit bien qu’elle ne veut pas qu’un homme soit amoureux d’elle. D’ailleurs, elle insiste bien à l’intérieur du livre sur ce point.

L’histoire est très simple, Emmy est une jeune femme d’une trentaine d’années qui à eut des déboires coté cœur. Il est vrai que les hommes qu’elle à connu avant sont vraiment des cas. Je n’en dirais pas plus, juste qu’elle est un aimant à tout ce qui à pu être de néfastes question hommes. Jess, la meilleure amie et colocataire d’Emmy est pleine de vie. Elle tente de tout faire pour lui remonter le moral lorsqu’il y en a besoin et un cœur à prendre également. Toutes les deux sont inscrites dans un complexe sportif, histoire de se sentir mieux, surtout pour Jess. Emmy, elle, ne vient que pour ne pas laisser sa copine seule. Matt est l’un des prof de sport. Il a des vues sur Emmy qui ne le voit absolument pas, tandis que sa copine voudrait bien en faire son quatre heure. Un incident va se produire, mettant en danger Emmy et faisant ressortir le coté chevalier servant de Matt. Puis, un petit accro et tous les deux vont au final se parler, autrement que de savoir ce qu’elle voudrait faire comme sport…

Emmy a peur de ce qu’elle pourrait ressentir, c’est une travailleuse, mais pour elle, l’amour ne doit plus exister à ses yeux. Le sexe à la rigueur, encore faut-il avoir quelqu’un de prêt. Matt est un sportif, mais il a une tête bien faite et bien pleine ! Il est très gentil, attentionné et ne craque pas facilement pour les femmes qui lui passent sous le nez en remuant du popotin. Une seule lui fait de l’effet et il aimerait bien passer plus de temps avec. Il est prêt à tout pour pouvoir sortir avec Emmy et le pacte qu’ils font, le montre bien. Il va tenter de lui ouvrir les yeux, mais va-t-il y arriver ? Nous ne savons que très peu de choses sur Matt, dommage.

Le début est très sympathique, malgré un langage plus que familier et beaucoup de dialogues, très peu de récit, trop peu de récit dans tout le livre d’ailleurs. Nous sentons bien la retenue d’Emmy lorsque Matt va vouloir s’approcher de plus près et l’accord qu’ils vont passer m’a fait bien rire, je l’avoue. J’aurais aimé que son passé soit plus approfondi, on sent qu’elle a souffert et n’a pas réussis à passer par-dessus durant pas mal de temps et au final, j’ai été déçue de la façon dont elle ne va pas résister. Tout va très vite, Le livre fait des bonds dans le temps en avant, d’abord 4 mois, puis 2 ans par la suite et j’ai trouvé vraiment dommage, car de plus le livre est très court, à peine 150 pages. Il manque à mes yeux beaucoup d’approfondissements de ce coté, mais également sur la relation qui va se créer entre Matt et Emmy. Les explications sont trop succinctes dans n’importe lequel des domaines et les pensées d’Emmy sur son passé devient de plus en plus lourd à force.

Le fait que l’auteur nous parle d'une certaine manière, directement, cela m’a fait penser à un autre livre, ou plutôt une trilogie où l’auteur fait exactement la même chose. Je pense aux livres de Lola T., sauf que dans le cas de « le lien du sang », elle n’explique pas des évidences, ni même nous fait ressentir que nous sommes des personnes qui ne comprennent rien. En lisant les premières pages c'est tout à fait ce que je me suis dit. C’est le sentiment que j’ai eut en lisant « je t’interdis de m’aimer ». Emmy nous explique des points de vue qui semble trop évident pour avoir des explications, mais au bout d’un moment j’avais envie de lui dire : stop ! C’est bon, on a compris ! L’auteur nous bloque dans notre imagination en nous décortiquant tout sans cesse. Un extrait qui explique mes ressentis du dessus.

A part de la colère en sachant ce que les autres hommes semblaient avoir fait à Emmy, c’est le seul sentiment que j’ai vraiment eut. Jess, je l’ai trouvé attachante, concernant les autres personnages, ils ne m’ont pas donné beaucoup de sensations. Sans compter que la fin est trop proche d’une fin de vraie romance, je m’attendais à quelque chose de vraiment différent. J’avoue que je ne comprends pas le titre, au vu de tout ce qui se passe vraiment. Emmy le dit à Matt dès le début de leur relation, mais elle lâche vite prise et passe outre ce qu’elle à décidé lors de leur accord. Un point positif tout de même : les personnages ne sont pas de riches millionnaires, ou de secrétaire particulière, ou des dominateurs en puissance avec un passé torturé à tenter de vous fendre l’âme. Il s’agit juste d’un homme et d’une femme dont la vie lui a joué des tours certes, ce qui peut arriver à n’importe qui. Ce livre se lit vite vu qu’il a peu de pages, mais il ne m’a pas conquise malgré certain point qui change des romances que nous pouvons trouver dans le commerce.
Immortel, Tome 1 : Immortel Immortel, Tome 1 : Immortel
Claire Wallaert   
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/immortel-tome-1-claire-wallaert-a108858466

Ce livre à été lu en lecture commune avec ma copinaute Françoise du blog Book-attitude. Un moment particulier entre nous deux où nous lisons quasiment à la même vitesse, ce qui est plus facile pour dire à l’autre ce que nous pensons de tel ou tel passage.

Il va m’être impossible de ne pas spoiler, mais je vais faire de mon mieux. Par contre je vais être obligé d’en dire un petit peu, pour une fois qu’une 4eme de couverture ne donne que peu d’éléments, je ne vais pas me plaindre. Et en parlant de couverture, je dois dire que j’aime beaucoup celle-ci, sombre avec le visage de la jeune femme en premier plan et en second plan, par contre je dois dire que je ne visualise pas très bien :/, mais qu’importe, j’aime les couvertures sombres donc cela me va très bien mdr.

Nell est une jeune femme qui vit en couple depuis quelques années avec un homme qui me semble charmant – je n’en dirais pas plus pur le moment – ainsi qu’avec leur fille Arwenn qui à dix-huit mois. Tout semble aller pour le mieux, sauf cette impression de déjà vu de la part de Nell un matin qui ne sera pas comme les précédents. Une rencontre va la bouleverser, au point de se poser des questions sur elle, sur ce qu’elle est et sur qui est ce mystérieux homme du prénom de Robby, prétendument être le cousin d’un ami au couple. De cette rencontre, un nouveau monde va s’ouvrir aux yeux de la jeune femme qui ne sera pas de tout repos. Entre une descente de lignée de sorcières puissantes, des vampires végétariens et des « spectres » qui veulent la mort de Nell, tout est bon pour la faire tourner en bourrique et accessoirement attenter à sa vie et celle de tous ses proches.

Malheureusement je n’ai pas accroché à la façon dont l’auteure présente le récit, cela m’a donné cette impression d’avoir un listing, une énumération d’événements les uns à la suite sans avoir de véritables liens entre eux. J'ai eut le sentiment d’avoir un récit haché. Le livre est à la première personne, dont il s’agit de l’héroïne Nell qui parle, mais elle m’a semblé sans émotions dans certaines situations. Mon gros problème dans cette lecture est qu’il me manque des éléments et j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup trop d’acceptation de tout ce qui arrive en même temps. Bon ma phrase ne veut rien dire et tout dire à la fois, mais je m’explique de suite.

Concernant les éléments manquants, pour ma part, il y à des lacunes au niveau des descriptions. Par exemple, au sujet des vampires qui sont présents dans le livre, les informations sont au goutte-à-goutte, comme le fait qu’ils soient végétariens (boivent le sang des animaux, même si pour ma part ce n’est pas vraiment être végétariens, juste qu’ils évitent de manger des humains xD). Je ne donnerais pas les détails que j’ai réussis à relever les concernant, mais je trouve dommage de deviner ce qu’ils peuvent faire ou ne pas faire, surtout que Nell à des discussions avec certains personnages vampires et que les questions auraient pu en être découlées de manière fluide. Ce qui fait ressortir beaucoup de interrogations comme dorment-ils ? Peuvent-ils vivre à la lumière ? Sont-ils rapides ? Forts ? Ils existent tellement de vampires dans la littérature fantastique qu’un petit topo dans une discussion aurait été plus sympa que le fait de traquer la moindre info. Oui, oui, traquer, à force j'aurais presque pris un papier crayon pour les noter, histoire d'être sur de n'avoir rien raté. En parlant de cette "espèce", il y à deux scènes qui m’ont fait sourire, car elles m’ont fait penser à deux scènes de Twilight, mais il est clair que la nourriture humaine et les vampires font deux (d’où la ressemblance dans la première scène, la seconde, à vous de la trouver :p) D’autres lacunes au niveau de la lignée de sorcières, dont les pouvoirs ont fait un bond dans le temps en sautant plusieurs générations et là, la mère et la fille seraient très très puissantes. Mais pas de développement de ce coté.

Concernant les acceptations un peu trop facile à mon gout, je dois dire que je suis restée assise lorsque j’ai lu toutes les réactions des personnages humains qui apprennent qu’il existe autre chose que les humains justement. Personnellement, j’adore ce monde fantastique et de magie, mais je me vois mal dire à une amie qui vient me voir en m’expliquant qu’elle est une sorcière, que des vampires gentils sont dans le secteur et qu’une méchante fée morte depuis des siècles vient pour la tuer : Oh magnifique, je peux faire quoi pour t’aider ? Je me poserais des questions, je me dirais faut-il que j’appelle un médecin ou l’asile ? Je n’aurais pas ce genre de réaction, surtout pour tous les personnages. Nell accepte trop vite sa condition et surtout le fait qu’elle hésite entre les deux hommes est arrivé super vite. Sans compter tout le reste comme par exemple le permis de conduire passé en une journée. Euh, oui, comment dire et si elle n’avait pas été capable de l’avoir du premier coup ? Surtout que cela montre une utilisation de pouvoirs qui ne se fait pas dans le sens « bon » du terme, mais plus pour une propre satisfaction. Il y à un manque de crédibilité pour une histoire qui part d’une situation dite normale à une autre fantastique.

A propos des personnages, je pense que Dimitri, soit il est aveugle, surtout lorsque sa femme sort sans cesse avec un autre homme ou qu’elle soit enceinte de plusieurs mois, soit il s’en fiche royalement. Parce qu’il ne voit rien, mais absolument rien ! J’avoue que la maternité ne donne pas forcément un ventre du départ, mais on se pose des questions au bout d’un moment. Dimitri n’est pas jaloux que Robby soit tout le temps fourré chez eux, avec Nell. Aurait-il été hypnotisé ? D’accord, apparemment il travaille énormément, mais leur relation me laisse sceptique, surtout à un moment précis où Nell lui parle de Robby d’une manière qui ne peut tromper personne. En parlant de Robby, je me suis demandé ce qu’il faisait dans l’histoire à part venir foutre la m…e dans le couple, pour au final… Bref, je ne dirais rien, par contre il est prévenant, attentionné et super attentif, trop attentif. C’est un psychopathe en puissance, il avoue qu’il suit Nell depuis des jours et des jours. Bon, la chance qu’il à c’est qu’elle lui rétorque simplement qu’elle comprend mieux cette sensation d’être épiée. Ok, la c’est moi qui suis pas normale, mais un mec qui vous avoue qu’il vous surveille, vos moindres faits et gestes vous dites que c’est gentil ? En fait, le livre m’a fait rire, pas dans le sens méchant, mais dans le sens tout est improbable, donc cela m’a fait bien sourire par moment.

Ok, mon avis pourrait paraitre super négatif, mais je n’ai pas fini, non pas avec ce coté du livre, mais je voudrais finir sur une touche positive justement, en plus de la couverture. Comme je l’ai dit au tout début, l’histoire en elle-même est intéressante, ce mélange de races, d’époque presque au vu des dames qui trainent dans les bois apporte cette envie de savoir ce qui va se passer par la suite pour Nell. J’aime ce coté mythologie/magie celte, au vue des personnages qui sont intégrés, je ne pense pas que la Dame Blanche soit totalement disparue, car si c’est le cas, elle n’a pas duré longtemps pour une femme de si grande puissance. J’aurais aimé un peu plus d’émotions, surtout lors des combats : se prendre un arbre en pleine tête ça fait mal, ça donne pas envie de parler et de réfléchir sur le coup. Sinon les scènes d’intimité m’ont plu, pas de sexe à tire-larigot, pas de crudité à outrances :p, juste deux personnes qui ont envies l’un de l’autre et dont la sensualité suffit largement à combler ces descriptions. Et il y à des personnages que j’ai beaucoup aimé, même si leurs réactions est très étranges concernant les sentiments de l’un et de l’autre. Andrew, le frère de Robby m’a semblé très protecteur envers Aline, l’amie de Nell. Ces deux-là sont attirés tels des aimants, ils se complètent bien. Romain est celui qui sort du lot et qui malheureusement n’est pas assez dans ce tome (j’espère que nous le verrons plus par la suite). Lui à des réactions normales, ou presque et se pose des questions. Il connait Nell depuis longtemps, par contre, j’ai remarqué que Nell ne va le voir que quand il n’y à plus personne. Dommage, il semble plein de bonnes volontés. J'adore la petite Arwenn qui appelle sa "manman" ainsi, c'est adorable. Autre chose, entre le début du livre et la fin, il y à une évolution au niveau de l’écriture qui est voyante, moins de listing, plus de liens entre les phrases et par conséquent plus fluide.

Il y à du bon et du moins bon dans ce livre, comme vous avez pu le lire précédemment. Je sais que je lirais la suite, car un premier livre n’est pas parfait, il y à toujours des éléments qui plaisent ou non. Pour ma part, j’aime beaucoup cet univers de magie, de vampires et autres bestioles. Il s’agit vraiment de la manière de formuler l’histoire ainsi que les réactions qui sont un peu bloquante. Et même si la fin de ce tome est réellement étrange, surtout que je me demande qui à bien pu faire cela à Nell (non, vous ne saurez pas quoi) la suite ne peut qu’être meilleure. Comme je l’entends souvent, nous ne pouvons que nous améliorer et les défauts d’un premier livre sont souvent rattrapés par la suite. Ce qui m’incite à continuer, c’est justement d’en apprendre plus sur tout ce qui va entourer Nell et sa famille/amis. Voir comment cela va se dérouler et puis s’il y à encore un peu plus de sorcellerie, je ne pourrais qu’apprécier encore plus.
La Fille Qui Lisait des Romans d'Amour La Fille Qui Lisait des Romans d'Amour
Inara Lavey   
Je suis tombé sur la couverture et j’avais cru que c’était un historique. D’accord, la jeune femme du bas aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Raté, il s’agit juste d’une histoire d’une jeune femme de notre époque qui rêve, fantasme, tombe dans des rencontres imaginaires où les pirates entre autres, les gentilshommes et où elle-même se retrouve l’héroïne à sauver des griffes du méchant qui en veux à sa vertu. C’est une histoire sympa à lire, mais sans plus. L’héroïne, suite à une déception de son petit ami du moment, va aller rejoindre sa meilleure amie pour des vacances bien méritées. Elle va faire la rencontre de deux hommes. Raphael est un homme, brun, des yeux magnifiques qui lui feront penser que c’est lui son héro, celui dont elle rêve le jour et la nuit en cachette. Connor est tout le contraire de Raphael, irritable et moqueur, il ne fait pas parti des petits papiers de Cassandra.

Cassandra est une grande rêveuse, sachant user de ses pieds, elle déteste que son prénom soit coupé en Cass ou Cassie. Légèrement irritable, elle ne voit que par ses rêves et en oublie la réalité. Elle va également faire la rencontre de son auteure préférée, l’une de celle qui écrit énormément de romance à l’eau de rose. La rencontre entre les deux femmes est sympathique, mais assez improbable, sans compter les deux hommes qui sont également présents. Un cadre idyllique, un entourage qui y ressemble, c’est un peu trop irréaliste pour toi. Concernant les deux hommes qui sont en concurrence, même si ce n’est pas vraiment le cas pour la jeune femme, Raphael et Connor sont associés. Raphael est donc l’homme de ses rêves, celui qui est le plus proche de ce qu’elle veut et désire ardemment. Connor est Irlandais et ne correspond pas à son idéal. D’ailleurs, entre les deux, c’est étincelle sur étincelle. Impossible d’avoir un mot gentil de la part de l’un ou de l’autre. J’ai aimé la relation entre les deux, je parle de l’irlandais et de la jeune femme, cela donne du piquant au récit, car avec Raphael, elle est totalement dénuée de réflexions intéressantes.

J’ai eut un peu de mal, un coup nous avons le « Je » de Cassandra et le « Il » de Connor essentiellement. Sans compter que les rêves de la jeune femme sont complètement insipides, de mon point de vue, bien entendu. En quelques jours tout est vu, qui aime qui, qui va aimer qui, qui fait la gueule à qui… La jeune femme va tomber amoureuse de l’un des deux, des deux peut-être, mais c’est plus que rapide, car les deux autres hommes aussi, à certains degrés. Je ne dirais pas que dès le départ, nous voyons vers qui Cassandra va faire son choix, mais ce n’est pas loin. En plus, beaucoup de clichés sur les lectures de la jeune femme. La première scène entre elle et Connor est moyenne. Elle vient en vacances avec une bonne dizaine (voire plus, j’ai un doute sur le nombre) de livres du style Harlequin version historique/passion entre autres, déjà pour le coup, pour à peine une semaine et hop, son sac tombe aux pieds de Connor, qui lui n’en à absolument rien à faire de ce type de lecture ! (comme moi quoi mdr)

J’ai trouvé pas mal de scènes assez pathétiques. Certains livres classés romance sont assez sympa, voir un peu plus pour un petit nombre, mais pour ma part, il reste tout en bas de la pile. J’oubliais aussi le fait que les deux hommes ne vont pas « se battre » pour elle, mais au contraire, l’un des deux va s’effacer sans aucun problème… A se demander pourquoi en mettre deux, si c’est pour qu’au final Cassandra termine avec un sans que l’autre ne ressente rien. Je n’aime pas les trios amoureux, mais entre ses pages, j’ai trouvé que d’une il y en avait et de deux ces personnages secondaires font partis du décor. Je n’ai pas eut d’attachement particulier pour les personnages et même les deux séduisants prétendants ne m’ont pas parus très captivants pour ma part. L’histoire n’est pas approfondie et je dirais même qu’il manque un épilogue final, parce que la fin est brusque. En bref, une petite chronique pour un livre qui ne restera pas longtemps dans ma mémoire.

Mon avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-fille-qui-lisait-des-romans-d-amour-inara-lavey-a108417888
The hope of love The hope of love
A.J Kauffman   
Lou est assistante sociale. Elle aime énormément son métier, mais le fait de travailler pour des enfants et leur survie n’est pas la meilleure chose qui lui soit arrivé, la faisant déprimer régulièrement. En même temps, voir comment un enfant peut être traité, vu les conditions, qui tiendrait le coup suffisamment longtemps ? Lou à un sale caractère, il faut bien le dire, par contre elle est comme un chien qui ne lâche plus son os lorsqu’elle tombe sur un abruti afin d’obtenir gain de cause. Sa générosité est sans faille, mais c'est un véritable cœur d’artichaut. Le vrai problème chez cette jeune femme, c’est le fait qu’elle donne sa confiance tout de suite, sans condition. J’étais comme elle, l’accordant au premier venu, mais à force de ramasser des coups, la méfiance est devenue nécessaire à la survie et c’est ce qui lui manque cruellement.

Le livre débute sur deux définitions, qui prennent tout leur sens à la suite de la lecture. Mais nous savons déjà où nous mettons les pieds. Dans le plat ? Oui, assurément et ce n’est pas une partie de plaisir pour la jeune femme.

Confiance et trahison !

Ce sont les deux thèmes qui vont être abordés dans ce livre, mais pas que. L’amitié, l’amour, la folie, la passion, la rage, la colère, la tristesse et bien d’autres encore seront à l’honneur entre ces lignes.

Je vous raconte le début ? Allez, c’est parti ! Lou vient récupérer ses affaires chez son ex, Josh, l’ayant trouvé au lit… non, sur le canapé avec… une certaine personne il y à de cela trois mois. Je pense que c’est vraiment à partir de là que tout part en vrille pour elle, bien entendu. Elle tente de se reconstruire, mais la vision et le fait de savoir qui c’est, sans compter l’ultimatum que ce cher Josh (ironique je suis :p) lui fait ne l’aide pas. J’avoue qu’à sa place, il aurait prit une paire de baffes et j’aurais liquidé les lieux plus tôt, enfin mes affaires. Chacun sa manière de réagir.

Heureusement, elle vit en colocation avec une amie, Emma (pendant un moment je me suis même demandé si son prénom n’était pas plus Emmaaaaaaaaa, vu comment elles s’appellent mutuellement, mdr). Emma est l’amie dont tout le monde à envie d’avoir. Elle sait écouter les pleurs, vous remonter le moral lorsqu’il en à besoin. Bref une amitié forte et solide entre eux. Matthieu fait partie des amis de Lou. Il est fidèle, présent lorsque les filles en ont besoin et nous ne pouvons pas ne pas sentir leur profond attachement les uns envers les autres. Matthieu est très sensible, et même si le récit n’est pas pour lui, il est assez présent pour qu’on s’y attache. Je me doutais de ce qui se passerait avec les filles – pour info, vous n’en saurez pas plus – et j’en suis désolé pour lui. Il m’a émue, ce personnage, plus que les autres, mais même si son destin n’est pas idéal en soit, il va avoir ce qu’il mérite au bout du compte. Avec du temps tout est possible.

Parlons de Josh. Lui c’est LE CAS par excellence. Nous n’avons que peu de détails sur lui, sa vie, mais cela suffit amplement à comprendre qu’il ne joue pas franc-jeu d’une part et surtout que la bêtise humaine reste et restera malheureusement. En plus il est imbu de lui-même, arrogant et infidèle, enfin pas à ses yeux en tout cas. Pour lui, c’est normal… No comment !

Attaquons le plus gros, non physiquement, mais celui qui va être un peu plus que présent dans le livre : Maxence. Il est avocat de droit à l’enfance (j’ai un doute sur la manière de l’écrire). Son passé intime est peu reluisant, et tente de se reconstruire lui aussi. C’est un avocat ! Oui, déjà dit, mais cela signifie qu’il cache souvent des choses, préférant omettre que mentir. Il est passionné par son métier et adore donner des ‘ma puce’ un peu partout. Je trouve cela mignon, mais je détesterais qu’on me le fasse (oui, en totale contradiction ^^)

Par contre, j’ai eut quelques soucis concernant le livre.

La rencontre entre eux d’eux est tel un coup de foudre, soit, mais le problème dans l’histoire c’est qu’au moment où ils vont se rencontrer, l’histoire va aller tellement vite que c’est dur de suivre. Ce coup de foudre est présent, certes, mais je n’ai pas trouvé qu’il était réellement approfondi. Tout est resté en surface pour ma part, même la plupart des dialogues, je les ai trouvés inefficace, un peu comme parler pour ne rien dire. Je dis bien certains, car d’autres sont plus profonds, plus présents. Lou s’emballe très vite, elle se rend enfin compte qu’une fois sa confiance et son amour donnés, elle aurait peut-être dû y penser avant. Surtout qu’elle pique sa crise avant de chercher à comprendre. Je pense à la scène à la sortie du bar où Josh et deux autres personnes étaient présents. Elle qui donne son cœur et son âme va tout retourner en un coup de cuillère à pot. Elle n’arrive pas à discerner le mensonge de la vérité. J’ai trouvé que certaines scènes étaient vraiment trop explosives, comme le caractère de l’héroïne. Sans compter Clara qui est là et qui m’a juste fait penser à un élément de décor et de perturbation pour le couple formé. C’est dommage, j’aurais aimé, vu que Clara était présente, que la relation qu’elle à avec l’un des personnages soit plus développé.

C’est ce mélange qui fait que mon avis est partagé. L’histoire est simple, une romance un peu compliqué (et oui, contradiction toujours, mais compliqué pour plusieurs protagonistes), mais il me manque un petit plus. Ce petit plus qui aurait pu faire la différence. Approfondir plus sur les sentiments, faire en sorte qu’une fois le coup de passion accompli, mettre les émotions, les liens plus fortement en place. Il faut bien se mettre en tête qu’il s’agit d’un premier livre et qu’écrire une romance est à mes yeux un véritable défi, je ne saurais pas faire, je donne juste mon opinion sur ce qui aurait pu être mieux. Je pensais au bonus, avec ‘mon journal’ qui est très intéressant, mais je le trouve mal placé, car il faut revenir dans le livre pour se rappeler où et pourquoi elle parle de telle ou telle chose. Je pense qu’il aurait peut-être été plus judicieux de l’intégrer dans le texte, surtout que Zoé à été intégré à un moment donné, mais ce n’est que mon avis. A vous de vous faire votre propre opinion.

Avis : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/the-hope-of-love-aj-kauffman-a108183250
Cinquante nuances plus sombres Cinquante nuances plus sombres
E.L. James   
Quoi de mieux que de finir ou de commencer l'année avec Christian, et pour tout vous dire, même après une nuit de sommeil, j'en suis encore toute retournée !! J'ai attendu d'être en congé pour le lire afin de le savourer, mais c'est impossible à partir du moment ou j'ai ouvert le livre, il fallait que je sache, et je n'ai pas du tout été déçue.
Ce tome est intense, riche en émotion, en revirement de situation et en révélation. Rien à voir avec le 1er. Les personnages ont changé, mûri, ils s'adaptent au moment présent, et doivent faire des choix. Nous avons beaucoup moins de "baise" et beaucoup plus d'amour, ce qui donne une autre dimension à l'histoire !
Christian et Ana se découvre, apprenne à communiquer mais surtout apprenne à gérer les sentiments qui les submergent. Mais M. 50 Nuances a un passé lourd et sombre, qui va venir entacher sa relation avec Ana. Va-t-elle supporter ce qu'il cache ? Vont-ils réussir à vaincre les démons de Christian ? Mais surtout Ana est-elle prête pour ce qui l'attend ? Le futur sera-t-il plus fort que le passé ?
J'ai eu mal au ventre plus d'une fois, leur sentiment sont fort, on souffre pour eux quand ils n'y arrivent pas, on souffre quand Christian est désarmé, perdu ou apeuré, et on rit quand Ana tient tête à Christian, ou quand ils s'échangent leur mail !! Et on a des papillons dans le ventre quand Christian est tendre avec elle. Bref j'ai passé un trèèèès bon moment.
Et " de battre mon coeur s'est arrêté à la fin du chapitre 13" OMG j'ai relu cette page plusieurs fois !!!

par coco69
Black Diamond, Tome 1 : Visions Mortelles Black Diamond, Tome 1 : Visions Mortelles
Sandra Paillard   
Avis complet ici : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/black-diamond-tome-1-visions-mortelles-sandra-paillard-a109169722

Je comptais au départ faire une chronique globale sur la trilogie, mais comme je n’ai pas apprécié de la même façon chacun d’entre eux, je préfère les faire un par un, ce qui me prendra plus de temps certes, mais vous allez comprendre pourquoi très vite – une fois que tous mes avis seront en ligne.

Sarah à 17 ans et se retrouve orpheline de mère, des suites d’un cancer. Cette dernière l’a émancipé afin de la laisser maitre de son destin et de pouvoir échapper à son père, un homme violent et sournois, prêt à tout pour la récupérer. Sarah à un don de clairvoyance, don transmis de génération en génération. Grâce ou à cause de ce don, la jeune femme va venir vivre pour quelques temps à Black Diamond, petite ville dont le passé mystérieux lui sera dévoilé. La ville l’attire, tout comme cet homme qui se trouve dans ces rêves, mais dont le visage ne lui apparait jamais.

Je vais commencer par ce que j’ai peu apprécié : cette très grosse impression de déjà-vu. La famille du jeune homme – un torturé de première – ses frères et sœurs, ses parents, le fait que cela se passe au lycée, humaine et vampires… Disons que ma première réaction à été de me dire : « euh oui, c’est bien, mais à part les prénoms, le reste c’est du pareil au même », ou presque ! Alors oui, la base ressemble beaucoup à cette série de livres d’une certaine S.M., ouf les vampires de Sandra ne brille pas au soleil. Par contre, chose qu’il faut savoir, c’est que l’auteure de Black Diamond n’a pas lu un seul de ces livres avant la sortie des siens, mais ne se cache pas d’être une très grande fan d’Anne Rice. Coïncidence, ressemblance, malheureusement pour Sandra Paillard, un autre auteur était déjà passé par là et ce ne sera pas la seule, j’en suis certaine. C’est donc cette impression de déjà-vu, non voulu, que mon avis est plus moyen que les deux autres tomes et tout ce qui découlera par la suite ne sera que ce que j’ai apprécié.

Le « ou presque ! » le voici plus expliqué.

Je parle du personnage de Sarah. Elle est unique en son genre et j’aime beaucoup ce que Sandra à fait d’elle. C’est une jeune femme dont sa vie, courte malheureusement, n’a pas toujours été idéale : un père qui battait sa mère et qui voulait s’occuper de sa fille d’une manière très désagréable - je passe les détails sur beaucoup d'événements passés qui sont à découvrir au fil de la lecture. Obligées de fuir, encore et toujours, déménageant sans pouvoir se lier d’amitié avec qui que se soit. Pour une jeune femme de 17 ans, elle est mature, indépendante, ne mâche pas ces mots et très très têtue, lorsqu’elle à quelque chose derrière la tête, elle ne l’a vraiment pas ailleurs. Ce que j’ai aimé chez elle, c’est le fait qu’elle sache se défendre, ne cherchant pas à vouloir se mettre en danger pour autant. Elle a ce petit quelque chose qui la rend unique, en plus de son don, bien entendu (oui je me répète, mais ce n'est pas grave). Deux passions l'entourent. La première est pour la musique, le piano et la guitare, ce dernier étant plus facile à transporter tout de même :p, même si son piano la suit partout où elle va. Et la seconde, pour la mécanique automobile et je suis agréablement surprise de la savoir faire tout ce qui est décrit. Étant fan de Fast and Furious, j’ai eut par moment l’impression de me retrouver en présence d’un Dominique au féminin ;) ce que j'ai vraiment adoré!

Lorsqu’elle arrive à se lier d’amitié dans ce nouveau lycée, avec Sam le capitaine de l’équipe de foot et Marie l’une des pom-pom. Elle est aussi généreuse que rancunière et certains passages m’ont bien fait rire, surtout à la cafétéria entre Sarah et Emily. Qu’est-ce que j’aurais aimé voir Sarah la décapiter tiens, mais ce n’était qu’un beau rêve que l’auteur nous à laissé croire, espèce de sadique ! Concernant les autres personnages, je vais juste éviter de m’attarder sur tous, mais déjà commençons rapidement avec les deux suivants : James et Lily. Comme les parents de notre cher Harry Potter, j’ai aimé ce clin d’œil, qui soit dit en passant ne l’ai peut-être pas. Ils sont les jumeaux de la famille Drake. Ensuite Jeff, un élève dont j’ai vraiment apprécié de le voir mordre la poussière à plusieurs reprises. C'est d'ailleurs à ce moment que nous pouvons voir encore plus le caractère de feu de Sarah, mais aussi comprendre et entendre ce que James pense de situations différentes. Jeff serait bien du style à violenter une femme si elle ose lui dire non et plus tard, il serait probablement capable de devenir un de ces prisonniers pour meurtre. Enfin viens les "affreux vampires" qui ne pensent qu’à reprendre la ville de Black Diamond et ainsi asservir de nouveau les humains. Nourriture à outrance pour les Miller ! Qui, soit dit en passant est un clan adverse des Drake ! Entre ces deux clans, un long passé sanglant est bien installé.

Le fait d’avoir les points de vue de différents personnages est également un plus, car nous pouvons mieux apprécier ce qui se trame d’un coté ou de l’autre. J’ai beaucoup aimé le mélange vampires/sorcière, immortels/mortels. Pas de trio amoureux, ça c’est super important pour moi, car les héroïnes qui hésitent entre deux mecs durant des pages et des pages et des pages, sincèrement c’est très énervant, car il n’y à plus que ces relations qui sont en avant et plus du tout l’intrigue en elle-même. Autre point qui est important à mes yeux, pas de sexe et puis Sarah à 17 ans, donc pas besoin d'en faire une actrice de seconde zone pour appâter, au contraire. L'auteure nous fait un subtil mélange de désir inassouvi et d'envies. Les réactions de James sont si naturels, la peur de ne pas savoir s’y prendre malgré son passé de débauché, mais avec Sarah, c’est différent. L’amour est un élément qui lui fait peur, et voir un vampire se dire qu’il à peur de mal faire, c’est également perturbant et cela montre qu’il a gardé toute son humanité malgré tout. Le fait que Sarah soit autant travaillée est également bon, ce n'est pas la fragile fleur que nous pourrions penser en la voyant, elle cache énormément de facettes qui je suis sur à l'heure où j'écris aujourd'hui qu'elle à d'autres cotés à nous dévoiler. Les sentiments sont exploités à fond pour chacun des personnages et la fin est tout simplement dévastatrice pour la plupart d’entre eux. Avec tout ce que je vous ai donné, il vous reste une chose à faire : vous faire votre propre avis :)
Ce qui nous lie Ce qui nous lie
Samantha Bailly   
C’est lors d’une lecture commune organisé par moi-même, que j’ai découvert ce livre. Le choix des lecteurs est souvent synonymes de découvertes, bonne ou mauvaise. Le choix à donc été porté sur « Ce qui nous lie » de Samantha Bailly que je ne connaissais absolument pas. Je ne dirais pas que je n’ai pas apprécié, je dirais juste que je ne dois pas avoir bien compris l’histoire en elle-même, tout du moins pourquoi l’auteure nous a fait parcourir ce chemin pour ça…

La couverture est simple, je me suis demandé ce que pouvais bien représenter les fils qui "traversaient" ou non le corps de la jeune femme. Avec la quatrième, j’ai eut un doute et en lisant, j’ai compris rapidement. En parlant de la lecture, l’histoire se déroule au présent. Enfin, en un sens. Les verbes sont au présent, mais l’auteur nous donne des informations du passé, du présent et du futur. J’avoue que cela m’a perturbé, surtout lorsque le futur si proche devient le présent à un moment donné. Les phrases sont plutôt courtes également, donnant par moment comme une hachure dans le texte. Par contre les mots utilisés, le déroulement, même si ce dernier se trouve être perturbant, l’écriture est fluide et l’histoire est originale dans le sens où Alice vit normalement, il n’y à que des humains, pas de traces extraterrestres ou de monstres de foire, juste un don qui la fait voir les choses. Malgré ce don, je ne me suis pas senti à l’aise, surtout que ce livre fait partie de le Romance des éditions Milady et je ne vois pas du tout comment cela à pu être décidé.

Mais parlons de l’histoire dans les grandes lignes. Alice à 24 ans, qui cherche du travail. Son don, elle ne l’a que depuis très peu de temps pour une raison dont nous supposons à la fin, au vu des explications. Elle se pense unique dans ce sens, mais la suite nous révélera le contraire. Sa vie amoureuse est déserte, n’arrivant pas à trouver sa place et supposant des choses – dans le passé nous avons le droit à ces suppositions concernant celui qui va devenir son ex. A la mort de sa grand-mère, elle va hériter de son logement et y vivre. Dès lors, elle va se servir de son don pour démasquer ceux qui sont considérés comme des traitres et montrer à ceux qui sont concernés par les traitrises qu’il vaut mieux se méfier. Cela durera un temps, une année plus précisément. Les conséquences de ces actes, elle n’en prendra réellement conscience que plus tard, bien plus tard par ailleurs, mais qu’importe, elle va trouver du travail comme Chasseur de têtes dans un cabinet de recrutement et devenir le bras droit de Raphael. Le meilleur ami d’Alice, Jonathan est important. Il la connait, il à toujours été là pour elle, malgré tout ce qu’elle à pu lui faire subir, malgré tout ce qu’elle à subit. Des parents absents, un premier petit ami qui à joué avec la jeune femme, tout juste seize ans. Jonathan est toujours celui vers qui elle se tourne et j’ai pensé à un moment qu’ils finiraient ensemble. Je n’en dis pas plus, vont-ils se retrouver ou non, seule la lecture pourra vous répondre.

Raphaël est un bel homme, sachant en jouer et fiancé de surcroit à la fille du patron. Il est celui qu’elle n’arrive pas à déterminer le nombre de liens qu’il peut avoir, à croire qu’il se trouve seul, sans attaches, sans rien. Il à de bons résultats niveau travail, mais reste une parfaite énigme pour bon nombre de personnes travaillant avec et pour lui. Son pouvoir de séduction semble en éveil sans qu’il ne le souhaite, contrairement à Sébastien qui lui en joue ouvertement et s’amuse à envoyer des points par téléphone. Entre les deux hommes, je me suis demandé comment ils pouvaient être amis, mais au final, ils se complètent. Raphaël semble plus froid, plus distant, tandis que Sébastien est le boute-en-train, celui qui drague tout ce qui bouge, un véritable macho au passage.

D’autres personnages sont légèrement en retrait par moment, mais ils ont leur importance, comme Shamin, cette jeune femme qui ne dévoile rien, qui attend patiemment, la confiance ? Elle ne montre que ce qu’elle veut, et sa carapace est une manière de réussir à s’en sortir dans ce monde d’hommes où l’apparence, les gestes et décisions sont traqués. Il y à aussi Romain qui m’a fait sourire. Ce jeune stagiaire cherche l’amour dans tout ce qui est femme, mais il ne voit pas que justement celle dont il ne prête pas attention est là, pour lui et n’attends qu’un signe de sa part. Ce que j’ai aimé, c’est le fait que la ville soit Paris, donc l’histoire se situe en France, avec tout ce qui va avec : les joies de la vie quotidienne sur Paris sont bien indiqués.

Je me suis attaché à Sébastien, parce que sous ces apparences d’homme qui n’en à rien à faire de ce qui pourrait se dire sur lui, il est la personne vers qui se tourner, si l’on veut un ami, pas un amant. Dans le deuxième cas, il est ignoble, mais en tant que véritable ami, il sait écouter, attachant et la relation qu’il à avec Alice est incroyable, surtout lorsque l’on sait qu’il à envie d’elle, juste pour une fois, mdr. Par contre je n’ai pas réussi à m’attacher à Alice. Elle à beau eut avoir un passé peu satisfaisant, le fait qu’elle ne cesse de se remettre en question, de se chercher m’as au bout d’un moment ennuyé.

Ce qui m’a gêné, perturbé, peu ou pas aimé c’est un certain nombre d’éléments. Comme je l’ai dit plus haut, le passé, présent, futur. Je n’ai pas vu l’intérêt du futur, car l’auteure nous y emmène. Le fait que les femmes soient faibles et ne peuvent pas être autre chose que les victimes des hommes séducteurs. Je pense à Sonia qui m’a semblé caricaturale, un peu trop la jeune femme qui se laisse prendre dans les filets des hommes et rejeté la seconde d’après. Alice pense trop souvent que les hommes sont des prédateurs pour les faibles créatures que nous sommes. (Là je revendique haut et fort, que oui, je suis une femme, mais que non, je peux bien me faire avoir une fois, mais la seconde fois, gare à celui qui tente !) Pour un livre dit romantique, je me suis demandé où était la véritable romance. Il y à tellement peu de pages sur la vie sentimentale des personnages, je ne parle pas de la principale, mais de tous, que je ne vois pas du tout ce livre ainsi. De même, le fait d’avoir un don aurait pu passer pour fantastique, mais non. Ce don est juste prit telle une vision et rien de plus. Voir des fils reliés entre les gens sans rien autour, enfin presque rien, je ne sais pas, je vous l’avoue, je suis dubitative. Je l’ai lu, certes, mais même si cela c’est fait rapidement, je n’en retiendrai pas plus, à part peut-être beaucoup de dialogues et de ressenti sur soi.

Mon avis complet : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/ce-qui-nous-lie-samantha-bailly-a108420780
  • aller en page :
  • 1
  • 2