Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par GabrielleViszs

Extraits de livres par GabrielleViszs

Commentaires de livres appréciés par GabrielleViszs

Extraits de livres appréciés par GabrielleViszs

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 19-08
Splendide ! Ce serait le seul mot que je pourrais écrire, mais cela ne serait vraiment pas très sympa, au vu de ce que j'écris habituellement sur les livres. L'histoire se passe au 17ème siècle, sous une Venise qui est affriolante et la plupart du temps insouciante pour les plus riches. J'ai été transporté dans cette ville dès le début de la lecture. Les descriptions nous embarquent dans les ruelles, sur les canots, dans les demeures où la richesse et la sensualité sont parties prenantes. Les flots de Venise, les prisons, le pont des soupirs qui est encore utilisé, un voyage qui montre le beau comme le moins beau. Lucia va enquêter sans avoir l'aide de la Quarantia Criminale qui croit tout simplement qu'elle affabule. Elle va devoir se débrouiller seule, ou presque . Une rencontre va la forcer à devenir courtisane, mais cela ne sera pas comme cet homme, Giorgio Cornaro, pourrait le croire. Apprendre vite et bien, sera une décision dont elle n'aura pas vraiment le choix. Cela montre sa ténacité et son courage, surtout face à l'abbesse.


La suite en ligne :


http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-lionnes-de-venise-tome-1-mireille-calmel-a131063714
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Leah devient la tutrice légale études de Paxton Wilder afin de pouvoir payer ses propres cours. Dès son arrivée elle subit des changements. Sa chambre est transformée en suite, juste à côté de celle de Wilder. Il suivra exactement les mêmes cours qu'elle car il compte sécher régulièrement et ainsi elle lui donnera tout ce qu'elle a copié. Une sorte de croisière où les études sont importantes, tout comme les sorties obligatoire pour récupérer des points et ainsi avoir son année. Un bateau où tout est permis pour Wilder. Ce dernier étant là pour sa chaîne youtube avec ses meilleurs amis : les Renégades. Des jeunes prêts à tout pour le frisson, l'adrénaline, vivre leur vie à fond, un peu trop même.

Un bateau splendide, une année d'études particulièrement innovante car j'avais fait jusqu'à ce jour. Des étudiants partout qui travaillent, font la fête, s'occupent des Renegades surtout. Ces derniers sont partout et Wilder pense qu'il est connu mondialement, ce qui n'est pas tout à fait le cas, mais cela arrivera sûrement. Un concept intéressant dans le sens où quasiment tout le livre se passe sur le bateau, autour de cette "croisière". Être tuteur d'un étudiant du même âge, j'en avais déjà entendu parler, car j'avais eu droit à un "parrain". Mais c'était bien différent et surtout chacun se débrouillais, comme tous les autres d'ailleurs. Cela change de ce que j'ai pu lire avant.

J'en vient aux personnages. Leah Baxter met un pied dans un monde qui lui est inconnu : les sports extrêmes. Ce n'est pas qu'elle le veuille vraiment, disons qu'elle n'a pas vraiment eu le choix si elle veut garder sa place au sein de cette unique école : Wilder doit avoir de bonnes notes, autrement il est viré et tous ceux qui bossent avec lui aussi. Elle va donc faire des compromis qui lui sont extrêmement difficile. Son passé la maintien dans un état de veille constante, n'arrivant pas à lâcher prise. Du départ nous savons qu'elle a vécu un accident. Et plus nous avançons dans le récit, plus nous comprenons qu'il a été et est toujours traumatisant. Elle doit avancer, dépasser ses limites sans pour autant vouloir aller trop vite. La rencontre avec Paxton va la mettre en position de faiblesse régulièrement. La peur fait partie d'elle, quoiqu'elle fasse, quoiqu'elle décide. Sa vie a changé du tout pour le tout il y a plus de deux ans. Et depuis elle est sujette à bon nombre de phobies, tel le vertige. D'où mon étonnement pour la première scène du livre où ils se retrouvent tous les deux prêts à faire de la tyrolienne afin d’atterrir sur ledit bateau.

Paxton Wilder est beau, riche et presque célèbre auprès des jeunes. Avec son équipe, ils sont prêts à faire les 400 coups, quitte à être hors la loi. Je l'ai trouvé imprudent, sauvage, limite au bord du suicide par moment. Ce qui va pour quasiment toute l'équipe. Pourtant question sécurité, ils semblent faire au maximum, mais quelque chose dans l'ombre se trame et la sécurité pourrait être un point négligé sans que ce soit de leur faute. Wilder Paxton est à double tranchant. Cela dépend s'il est devant la caméra ou à l'extérieur. Les deux font l'homme et pourtant il repousse sans cesse ses limites et cerne les gens rapidement.

Landon, Penna, Brenna, Zoé, Hugo, Rachel... il y a bien d'autres personnages qui ne font pas que meubler le récit. Bien au contraire, chacun à sa place et la conserve jusqu'au bout du livre.

La relation entre Leah et Paxton évolue au fur et à mesure. Même si c'est difficile, même si des mensonges empoisonnent leur vie, il faudra qu'une épreuve arrive pour savoir si oui ou non ils sont faits pour rester ensemble. Ils ne cessent de se chercher verbalement et cela donne du piment au texte. Par contre il y a un point que je trouve dommage, c'est la façon dont Leah réagit par moment. Elle a énormément peur, ne supporte pas le vide et pourtant accepte bien des choses. Après une peur pareille (expliquée plus loin dans le récit) je n'ai pas compris sa réaction de se jeter ainsi. Un tel traumatisme aurait dû la bloquer beaucoup plus que cela.

En conclusion, j'ai passé un bon moment de lecture en compagnie de ses zouaves-là ! Visiter Mykonos est un plus, car c'est un de mes rêves. quelques passages où je n'ai pas compris les réactions de Leah, mais cela n'a pas gâché la lecture. Je me suis juste posée des questions. A découvrir :)

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/wilder-rebecca-yarros-a131028240
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Ena pour sa confiance renouvelée.

J'aime beaucoup la couverture et je dois avouer que j'ai accepté de lire ce premier tome sans savoir ce qu'il pouvait bien y avoir dedans. (je n'avais pas lu le résumé, mais j'aime beaucoup les mondes d'Ena) Je me doutais bien qu'il parlait de pyramide, d'Egypte également. J'adore ce pays, ayant eu l'occasion de la visiter il y a plus de quinze ans, mais j'en ai un très bon souvenir. (avec les gens ou les visites de leur monument tel les pyramides). Bref, passons au récit.

Electra part d'Angleterre pour rejoindre son frère Adonis Cravendish en Egypte avec un but en tête : le ramener pour qu'il reprenne sa place au domaine en tant que Duc. Oui, mais voilà, ce dernier ne compte pas repartir, il semble qu'il a trouvé l'amour en la personne d'une chimère. La maladie dont il souffre semble le mettre à mal, car oui, c'est une maladie, la fièvre, le fait de ne pas pouvoir tenir debout, rester dans une sorte de sommeil éveillé. Par chance pour lui, mais pas pour sa sœur, Timothy son meilleur ami depuis... toujours ? Est présent autant pour apporter le soutien nécessaire à Adonis, autant pour effectuer des recherches dans une tombe. Le fait que Timothy appelait Electra "dents de lapin" il y a onze ans, n'aide pas leurs retrouvailles. Va s'ensuivre des complications qui vont les bloquer tous dans le même bateau, sans mauvais jeu de mots.

Les descriptions m'ont fait repartir dans le temps, lors de mon voyage. D'accord il y a un siècle de différence mais le pays reste le même. Les pyramides n'ont pas bougé tout comme le sable qui s'amuse avec le vent à danser autour des personnages. Le mélange du pays, des coutumes et des croyances amènent le fantastique comme si c'était un élément naturel faisant partie du décor. L'auteur explique à la fin du livre une partie des recherches qu'elle a effectué et je dois dire que cela tient la route. Et le travail fournit pour rendre plus vivant et attractif paye.

Electra traverse les pays sans chaperon, sachant qu'elle a 28 ans, non mariée, habillée comme un homme. Lorsqu'elle débarque sur la cange de son frère elle tombe nez-à-nez avec les fesses de Timothy en pleine action. Forcément une rencontre plutôt chaotique, mouvementée et très sexuelle, mais pas entre les deux. Enfin pas au début. Les habits d'homme ne la rende pas présentable et il la voit toujours comme "dents de lapins" sauf que le vilain canard d'il y a 11 ans est devenu un cygne. Lorsque les vêtements sont à sa hauteur, elle devient son obsession. Le fait qu'elle traverse le pays montre qu'elle est courageuse tout autant que folle. Elle a parfois des réactions de femme plus jeune et n'a rien oublié de ce qu'il a bien pu lui faire subir. Les moqueries sont encore vivaces dans son esprit. Malgré tout elle ne cesse découvrir ce qui l'entoure et son corps aussi.

Timothy, ou pardon Lord Fentington est du style libertin. Obsédé (jusqu'au maladif ?) par le sexe, il a besoin d'une femme différente tous les jours pour assouvir ses besoins primaires. Voir débarquer la sœur de son meilleur ami et la côtoyer devient de plus en plus difficile pour lui. Elle est vindicative et l'oblige à rester sobre niveau sexe. J'ai bien ri en imaginant sa tête, mais il se reprend très vite et la force en quelque sorte à s'ouvrir à lui. Je passe les détails, mais leur relation avance très vite et Ena l'écrit très bien.Il est capable du pire et du pire, même du chantage pour obtenir ce qu'il désire.

J'ai adoré John Hastings, le valet de Timothy. Vétéran, alcoolique notoire, il reste imperturbable dans ses propos lorsqu'il tente de séparer les deux jeunes gens. Un personnage qui m'a bien fait rire et qui donne un côté plus tranché en comparaison des autres.

Par contre j'ai trouvé qu'il y avait trop de scène de sexe en comparaison de l'histoire. Je suis restée sur le fait qu'il s'agit d'une soeur qui vient rechercher son frère pour récupérer leur domaine avant que l'oncle ne le leur pique et les dépossède. Cette histoire devient un peu plus en retrait, sauf lorsque l'on passe du côté d'Adonis et que nous le suivons. J'ai beaucoup aimé cette partie. Il faut dire que le côté fantastique est juste assez pour donner envie de trouver ce fameux livre de Thot.

En conclusion un décor bien décrit, une histoire entre deux personnes d'époque différente que j'ai adorer suivre. De nombreuses recherches qui apportent ce qu'il faut pour planter les lieux. Dommage qu'il y ait autant de scènes entre Timothy et Electra qui m'a semblé plus en avant que l'histoire de Nout et Adonis en elle-même, même si par moment Adonis semble être dans leurs pensées. Je lirais la suite avec plaisir car j'adorerais voir comment Adonis va s'en sortir !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/sous-le-ciel-de-nout-tome-1-un-duc-n-attend-pas-ena-fitzbel-a131024520
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-08
Quand Blandine m'a proposé de lire ce nouveau livre, je n'ai pas refusé, bien que se soit de la romance. J'avais déjà découvert cet auteur avec d'autres histoires et j'aime bien son écriture. Je la remercie pour sa confiance.

Lénaïck, surnommée Léna vit avec Paul depuis cinq ans. Le mariage approche et le stress monte dans le même temps. Il faut dire aussi que Paul s'est décidé à lui demander sa main et à vouloir se marier en deux mois (et encore je me demande même si ce n'est pas moins). Paul est un brillant avocat qui travaille énormément. Afin d'avoir de nouveaux gros clients, il fait de grands sacrifices en restant très tard au bureau, laissant ainsi toute l'organisation à sa future femme. Ils 'ont pas de vie sociale, pas ou très peu d'amie(e)s, bref rien que pour trouver des témoins cela pose déjà problème. Et puis le demi-frère de Paul va réapparaître. La famille de ce dernier vit dans une sphère hautaine et ne voit pas vraiment d'un bon œil ce mariage. Des efforts considérables sont à faire, mais uniquement du côté de Léna. Comment tout cela va se terminer ?

Bien entendu, ce n'est que le haut de l'iceberg tout cela, car il y a pas mal d'éléments que l'auteur s'amuse à mettre. Un mariage qui s'annonce difficile au niveau timing, non mais qui décide que dans deux mois ils vont se marier ? C'est faisable si la mariée ne se retrouve pas toute seule. Et ce n'est pas avec l'aide d'une wedding machin chose que tout va aller au mieux. C'est déjà un moment de compromis, là où les deux doivent être présents, pas forcément jusqu'au choix de la couleur de la culotte du ou de la mariée, mais au moins pour le principal. J'avoue que ce qui m'a fait rire, c'est de voir dans quel monde évolue Paul depuis son enfance : une cuillère en argent. Tandis que Léna aime les choses simples de la vie. Les deux ensemble, c'est sympa à lire. Elle se débrouille pour tout ce qu'elle peut. Lui ? Il se fiche de l'endroit où cela va se passer, des couleurs (j'avoue je suis la première à me taper royalement de quel thème ou quel couleur, mais passons), en gros, moins il s'en approche mieux c'est. Par contre, il est toujours prêt à foncer au boulot. Et la phrase qui tue : c'est pour notre avenir ma puce... Je lui aurais déjà fait avaler depuis longtemps. Il paraît que lorsque l'on aime hein...

Enfin, un peu d'aide arrive, sous la forme du demi-frère de Paul qui est de passage en France. Cameron, vivant à San Fransisco, appartenant à un groupe de Rock, les Dark Alchemy, qui commence à grimper doucement, mais surement. Il devient l'un des témoins du futur marié. Un témoin qui va être bien plus présent que le futur marié. Il apporte son soutien dans ses moments de doute. Il ne paraît pas comme cela, de prime abord, mais il est capable de beaucoup de compréhensions et d'écoute. Il se découvre petit à petit et fait craquer la meilleure amie de Léna. Il voit des choses qui l'énerve et moi aussi d'ailleurs et d'autres qui ne sont pas dites du départ, mais qui m'ont titillé. J'avais émis des hypothèses et c'était bien pire que ce que j'imaginais. Bref, Cameron, ou Cam est important pour sauver ce mariage. Il n'est pas seul, Pénélope, la demi-soeur de Paul sera présente, tout comme la bombe Bretonne, Cassandre, la meilleure amie de Léna.

Une Lénaïck, Bretonne, qui se retrouve à Biarritz pour vivre avec l'homme qu'elle aime et malheureusement, toujours au chômage. Elle ne cesse de chercher pour ne rien trouver. Elle a une passion, l'écriture, mais qui est tellement bien cachée que personne ne le sait. Ce mariage, c'est celui de sa vie, c'est un rêve. Non pas de vivre au-dessus des autres par l'apport du nom de son futur mari ou de ses beaux-parents, mais d'être avec Paul. Plus les jours passent, plus nous nous approchons de ce fichu mariage (oui fichu parce que c'est ainsi que je le vois). Les épreuves augmentent sans cesse et celle du diner avec les beaux-parents exécrables aussi.

Léna voit, comprend mais ne fait rien de concret pour ou contre tout ce qu'elle emmagasine. Une découverte des plus mauvaises, des plus méchantes va chambouler tout cela et lui montrer qu'elle est un être humain et pas une possession.

Je passe sous silence pas mal de situations, mais pour ceux et celles qui se sont mariés, ou on assisté ou même sans cela savent qu'il y a toujours ou presque l'enterrement de vie de l'un et de l'autre. Sans oublier tout le reste avant le fameux jour J pour que ce jour soit mémorable.

J'ai beaucoup apprécié les personnages. Ils sont vivants ! J'ai pu facilement m'identifier à Léna, étant moi-même Bretonne, expatriée dans une autre région, ayant eu du mal à trouver du travail. Les questionnements, les doutes, le besoin de savoir quoi faire de sa vie. Être capable de... est un point crucial. Avoir du soutien également et lorsque l'on est loin de sa famille, de ses amis proche, c'est difficile de se retrouver et de remonter une pente. Cameron ressemble à un bad boy mais ce n'en est pas un. Bien au contraire, c'est tout à fait le type d'homme qui est décrit pour "l'habit ne fait pas le moine". Il faut savoir regarder et observer avant de donner son avis. Quant à la famille de Paul et de ce dernier... Pfff, ceux sont des cas à part, mais je n'en dirais pas plus à ce sujet.

En conclusion, une belle histoire qui est écrite en douceur, prenant le temps de poser les sentiments, les émotions et surtout ce n'est pas un récit à la va-vite pour les personnages. L'auteur prend son temps pour bien établir le chemin parcouru et ça, j'aime beaucoup ! A découvrir !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/quelque-chose-de-bleu-blandine-p-martin-a131011758
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Timide écrit par Sarah Morant
date : 14-08
Je remercie Hachette ainsi que Netgalley pour m'avoir fait découvrir cet auteur.

Eleonore est d'une timidité maladive. Rousse aux yeux vairons, 17 ans, le lycée. Beaucoup de choses qui peuvent bloquer une jeune fille de son âge. Ce qui est et n'est pas le cas. Entourée de ses camarades de classe, elle n'arrive pas à aligner plus de trois mots dans une phrase, et dire une phrase est un véritable supplice. Sa timidité la bloque tant qu'elle en est à bafouiller, à bégayer, se cachant derrière ses cheveux. Devenir invisible est son passe-temps favori. Lorsque arrive un nouveau, qui vient s’installer à ses côtés, c'est encore pire. Jason ne se pose pas de questions, il la cherche, tente de découvrir qui est derrière cette masse de cheveux roux. Va-t-elle le laisser faire ?

Ô que non ! Elle va se méfier, ne pas lui répondre ou juste du bout des lèvres. Il faut dire qu'avec les pestes (tout à fait en adéquation avec le thème du lycée) qui ne cessent de la rabaisser, elle a perdu toute confiance. Ce n'est pas le plus important. Eléonore a une amie, Kinae, enfin cela me fait plus penser à une connaissance vu qu'elles ne mangent jamais ensemble, ne sont jamais assises à côté, mais se parlent gentiment.

Le récit est de son point de vue, à la première personne du singulier. Nous découvrons qui elle est vraiment et d'où vient cette timidité, car plus jeune elle n'était pas ainsi. Cela s'apparente plus à un grave traumatisme et un besoin de parler de ce qui lui manque, plutôt qu'une timidité, mais bref, passons. Lorsqu'elle n'est pas au lycée, elle est plus ouverte, s'occupant de son père et de son jeune frère comme d'une mère. Elle est courageuse, épuisée, mangée par les remords, usée par les tâches diverses.

Puis nous avons le point de vue de Jason, par la troisième personne du singulier. Lui est qualifié de tombeur de ces demoiselles. Il cherche plus un tableau de chasse complet, qu'une fille avec qui faire un bout de chemin. Ce besoin de ne pas respecter les femmes plus que cela m'a énervée par moment. Son passé dramatique n'excuse pas tout. Pourtant, plus il va s'attarder sur Eléonore et plus il va se poser des questions et chercher quelque indices pour mieux la comprendre. Même s'il s'en défend très souvent.

Et dans tout cela, il y a Tyler, un jeune homme qui avait disparu de la circulation depuis trois ans et qui revient avec cet amour pour la jeune fille. Son point de vue, à la troisième personne du singulier, est nécessaire pour comprendre pas mal de choses. Un triangle amoureux qui ne m'a pas gêné plus que cela, car les personnages sont jeunes et malgré le fait qu'ils ont déjà vécu des choses graves, ils ont aussi la jeunesse de leur cœur.

L'écriture est fluide, les personnages sont intéressants, même si certains sont tout à fait caricaturaux à souhait. Le sujet qui porte le même titre que le livre, "timide", est délicat. L'auteur a trouvé un moyen de s'en servir avec un peu trop de passé difficile. Un peu moins et plus de timidité du départ aurait été aussi sympathique. Vers la fin, nous avons ce qui s'est passé trois ans auparavant, au moment du drame, entrecoupé par le présent. Et l'épilogue donne vraiment le point final.

Quelques points qui m'ont énervée à un moment, comme le fait que le triangle amoureux dure longtemps... Oui, la jeunesse ne fait pas tout et j'ai eu l'impression de voir une Eléonore devenir une peste en ne faisant pas fi des sentiments des autres. Heureusement elle va se reprendre, grâce à un ultimatum. Ou le fait que les deux garçons jouent avec elle sans prendre en compte ce qu'elle peut penser. Par chance, cela s'arrête assez vite surtout lorsqu'ils vont devoir travailler ensemble pour une vengeance qui m'a bien fait rire.

En conclusion, j'ai passé un très bon moment de lecture, même si tout n'est pas parfait. Tout n'est pas réaliste, certains points sont tout de même assez proche d'une illusion. Par contre la timidité est un vrai problème, avec ou sans tous les passés inventés de l'auteur et j'ai trouvé que la gestuelle d'Eleonore cadre parfaitement avec. Pour un auteur si jeune (17 ans) elle se débrouille très bien. J'attends de voir son prochain !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/timide-sarah-morant-a131011702
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Netgalley pour ce partenariat, ainsi que la maison d'édition Harlequin pour me l'avoir fait parvenir.

Les noms, prénoms me disaient quelque chose, je pense que j'ai dû lire il y a très longtemps ce livre sous une de ses premières éditions, bien avant d'avoir le blog. Mais je n'en suis pas certaine. Dans tous les cas, nous suivons quatre amies Summer, Gisele, Lainie et Brianne dans l'ouverture de leur club. Un de ceux qui a eu un passé sulfureux avec les pères/amants soit de leurs mères soit dans leur lit. Jusqu'à ce que l'histoire se concentre sur Brianne. Avec une mère qui s'est mariée quatre fois, dont l'un qui est un homme recherché par toutes les polices/FBI pour fraudes entre autres, Brianne n'a plus confiance dans les hommes. Il faut dire aussi qu'elle tombe toujours sur le boulet de service, ou le possessif jaloux teigneux, bref que du bonheur ! Lorsque Aidan Maddock, agent du FBI depuis de nombreuses années revient dans la vie de Brianne pour tenter d'attraper son ex-beau-père, rien ne va plus ! Les sentiments enfouis depuis dix ans remontent à la surface pour l'un comme pour l'autre. Mais lui veux absolument clôturer cette affaire, et elle reprendre sa vie de zéro, oublier son passé, avancer vers un nouvel avenir.

L'histoire est très romancé. L'enquête du FBI est par moment placée en avant et à d'autres plus nombreux en arrière. J'ai bien aimé suivre les réflexions de Maddock, voir le déroulement même s'il est souvent seul dans ce cas. Le fait qu'il se trouve de l'autre côté de la barrière ne fait pas de lui un homme qui n'est pas dangereux. Il porte une arme, sait s'en servir, n'hésite pas à se battre et montrer les poings en cas de besoin. L'enquête est donc mené par un homme en apparence de sang-froid, ais au final il est bouillant comme la braise. S'asseoir aux côtés de Brianne, la jeune femme qui, lorsqu'elle avait 18 ans, lui a fait de nombreuses propositions indécentes. Il y a dix ans, elle n'avait pas froid aux yeux, ce qu'on ressent encore maintenant. Mais c'était une autre Brianne. Depuis elle a grandi, vu sa mère sombrer, découvert que l'être humain est un personnage dangereux pour les autres. Elle remonte la pente avec ses amies qui lui sont fidèles. Soudées ces quatre femmes savent aussi bien s'amuser que travailler. Un club ne se remet pas en place tout seul, il faut des bras, de la négociation, de la surveillance. La sécurité, c'est le boulot de Brianne. Derrière ses écrans, elle surveille tout ce qui se passe dans le moindre recoin.

Cette femme a de nombreux aspects. Douée en informatique, elle est la créatrice de tous ces gadgets qu'elle utilise. Sa montre est une véritable œuvre d'art pouvant voir, ouvrir et fermer les accès, un vrai bijou de technologie. C'est une femme passionnée dans tout ce qu'elle entreprend. Un véritable bourreau de travail, mais également une fille qui prend soin de sa mère comme elle le peut. Elle est remplie de contradictions, voulant Aidan mais en même temps se bloque pour ne pas l'approcher de trop près. C'est un homme dangereux à ses yeux. Le combat qu'elle mène, lui l'a également. Son devoir passe avant ses instincts, pourtant lorsque l'occasion se fera trop belle, il cèdera. Un jeu de chat et de souris qui va au-delà de ces deux personnages.

Il y en a d'autres, comme Melvin, ou Jackson. Le premier est recherché et même s'il n'est pas présent physiquement dans le livre, il est présent dans les pensées de la plupart d'entre eux. Quant au second, il montre bien comment les politiciens, avocats et autres hommes qui veulent récupérer du pouvoir font pour pousser d'autres hommes sur des chemins qui ne sont pas forcément les meilleurs. Heureusement Aidan Maddock est intègre.

J'ai donc apprécié le côté enquête, qui défile trop vite à mon goût et la résolution un peu trop facile également. L'attraction entre les personnages est forte, impossible de passer à côté. Quelques surprises, dont une importante qui donne plus de suspense et des frissons (pas de joie !) Même si on se doute du départ comment tout cela va bien se terminer, le chemin a parcourir n'est pas simple. Par moment j'avais envie de les claquer tous les deux, tellement butés l'un que l'autre. Ils avancent d'un pas, pour mieux reculer de deux.

En conclusion, un récit qui se lit facilement, même s'il y a pas mal de scènes érotiques. L'histoire entre deux personnages qui aimeraient atteindre leur but seul. Mais au final une morale qui ressort très bien et qui donne matière à réflexion.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/dans-les-bras-de-mon-ennemi-joanne-rock-a131003516
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Aurélie ainsi que la maison d'édition Sharon Kena pour avoir accepté de m'envoyer ce service presse numérique. J'aime beaucoup la couverture, une douceur et une beauté mêlées.

Xenia est une Impera, travaillant comme "médecin" sur sa dimension. Elle est douée, cachant qu'elle a le don de soigner, bien plus que ses collègues. Car un Impera n'a pas de don à proprement parler. Alors qu'elle est dans l'obligation de soigner un Traceur (un protecteur des humains entre autre), elle va devoir se confronter à un problème de taille, un des patients veut la mort de ces traceurs, car certains d'entre eux ont tués toute sa famille, son clan. Elle va révéler sans le vouloir ce dont elle est capable et exposer aux yeux des Traceurs une voie vars sa véritable nature. Embarquée de gré ou de force, elle va atterrir dans ce qui se rapproche d'une école pour former les Traceurs.

Le livre est découpé en trois parties distinctes. PREMIER MOIS, La récolte d’une Impera ; DEUXIEME MOIS, La première apparition ; TROISIÈME MOIS, Les vacances d’hiver. Chaque partie apporte les explications, les descriptions pour les personnages, pour les lieux et aussi pour la vie d'une manière générale.

Un résumé très succinct du début du livre. Nous découvrons les personnages, les lieux, la manière dont chacun vit sans oublier qui est supérieur à qui, ou devrait l'être. Les descriptions ne sont pas trop longues, ni trop étalées, ce qui permet à la fois d'imaginer avec ce qui est écrit et en même temps de pouvoir aller au-delà de la description. L'univers crée est tout autant magique que destructeur. Les ondes sont expliquées et bien entendu nous savons avant même que l'auteur nous explique, que les ondes sont néfastes, en majeure partie. La création de Traceurs, ou de protecteurs des différentes dimensions est un point classique même si dans d'autres livres c'est déjà quelque chose qui est repris sous un nom différent. C'est la façon dont tout est amené qui m'a plu énormément. Avec de petits détails, le suspense qui fait ronger les ongles au lecteur, le fait de ne pas s'approfondir sur une hypothétique romance, mais de bien découvrir les gens, les us et coutumes, les futures trahisons.

Le monde décrit est beau et tragique à la fois. Certains endroits sont véritablement magiques et dans d'autres nous découvrons ce que ces ondes ont fait, aussi bien aux humains qu'aux autres créatures peuplant les différentes planètes.

Concernant les personnages, j'en aurais beaucoup à dire, mais je ne parlerais pas de tous. Déjà Xénia qui est une énigme a elle toute seule. Elle se croit Impera, mais au final, ce qu'elle est est bien plus complexe qu'une simple catégorie. Courageuse mais pas téméraire, elle va affronter bon nombre d'obstacles pour tenter d'avoir une place au sein de la sphère. Elle va d'abord faire la connaissance d'un groupe de Traqueurs, Eric que j'ai adoré et que j'ai hâte de revoir par la suite, Nate qui a semble-t-il de beaux yeux et une façon bien à lui de se battre. Caleb, Gabriel, Kyle et d'autres encore, ils sont nombreux mais chacun à sa propre caractéristique, son propre caractère, sa propre manière de se défendre, de parler. Vint ensuite les élèves, les futurs Traceurs si c'est possible, les apprentis. Kendall, Cassie, Clara, Nala, Selia, Vica, Doria, Alix, Ren... Il y en a beaucoup et on les voit à peu près tous autant. Je pense à Morgan car il est ce qui se rapproche le plus de ce que Xenia a connu dans son centre avant d'arriver à la sphère.

Nous suivons la vie quotidienne de chacun. Les cours, les entraînements,la bibliothèque, le restaurant, les échanges avec le grand maitre... La jalousie est de mise, comme dans toute école il y a des clans qui se forment, des groupes qui s'entraident et d'autres prêt à tout pour gagner. Des surprises, bonnes et mauvaises, des trahisons, du suspense, des poils qui se hérissent (ça c'était pour moi lors d'un passage plutôt chaud et pas dans le sens sexuel hein !) Quelques uns des protagonistes sont véritablement des horreurs sur pieds, ne pensant qu'à leur nombril, ou plus bas... C'est le cas de le dire, les plus bas instinct sont chez les plus primaires et j'ai vraiment envie de savoir ce qu'il va arriver à l'un d'entre eux.

En conclusion, un premier tome que j'ai adoré, autant pour les personnages que pour l'histoire et la manière d'apporter les éléments. Suspense, rebondissements, émotions... J'ai passé un très bon moment de lecture ! Vivement la suite !!!!

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-derniere-onde-tome-1-l-appel-marine-stengel-a130995794
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Netgalley ainsi que Hachette pour m'avoir envoyé la suite de cette duologie.

Lui, Sacha et elle, Charlie, nous les retrouvons après qu'ils décident de partir ensemble, sans pour autant être ensemble. Ils ont 20/21 ans, ils ont 30/31 ans, nous les suivons sur deux temps : 2004, 2014. En 2004, ils vont vivre une histoire compliquée, avec leurs amis, Zoé, Ben, Emilie, Sullivan... Une histoire qui ne leur appartient pas totalement, une histoire qui n'est pas forcément la plus simple et la plus facile non plus à vivre. 2014 nous les montre l'un sans l'autre, une redécouverte de l'autre suite à un drame. Quelque chose les a séparé durant tout ce temps. Une cassure nette qui n'a pas permis à l'un comme à l'autre de vivre sa vie pleinement.

La douceur est toujours présente. Les personnages n'ont pas évolué en même temps. Sacha prend conscience de ce qu'il veut, de qui il veut. Il fait tout pourtant pour ne pas brusquer Charlie, pour ne pas lui mettre la pression. Il tente d'être ami, son ami, son précieux ami qui sera là tout le temps. Une promesse qu'il fait de son mieux pour la tenir. Charlie c'est plus compliquée. Elle a peur qu'il la quitte, pas pour une autre femme, mais juste qu'il l'abandonne. Cette peur, ce qu'elle ressent la rend vulnérable, et en même temps elle est stressante, étant toujours là même quand il ne veux pas qu'elle s'approche.

J'avais hâte de découvrir cette suite et fin et au final, je suis un peu déçue par plusieurs choses. Le lien affectif n'avance pas, ne recule pas. Depuis le premier tome on se doute bien qu'il va y avoir quelque chose, ou pas, mais il doit se passer quelque chose. Cela va arriver, mais disons que j'ai trouvé beaucoup de longueurs dans ce second tome. Sincèrement, "One" aurait été en un seul tome en réduisant certains passages, il aurait été beaucoup mieux à mes yeux.

Le personnage de Sacha avance et j'ai beaucoup aimé la façon dont il fait pour s'en sortir. Il va aller de l'avant, il va faire en sorte que cela fonctionne. En ayant assez de la façon dont il est traité, les manques, les refus, les névroses même, il n'en peux plus et coupe court à tout cela.

Quant à Charlie, elle tourne en rond et cela m'agace. elle n'arrive pas à se rendre compte de ce qu'elle veut, cela fait déjà des mois, des années ! Lorsqu'elle s'en rend compte c'est trop tard et ce n'est pas plus mal. c'est une relation qui semble vouée à l'échec.

Les personnages secondaires sont présents, assez pour laisser une touche d'humour, comme Ben, ou encore Sullivan et son éternel sourire mystérieux. L'un comme l'autre sont présents, qu'ils le veuillent ou non. Un besoin c'est crée d'une manière ou d'une autre et cela se ressent.

Il n'y a pas de surprises dans ce second tome. J'ai eu l'impression que le texte était ralenti par Charlie qui ne sait jamais où elle en est. Les voir avancer, les voir se confronter à leurs sentiments, c'était trop long pour moi, trop de pages pour répéter les mêmes choses. U2 a perdu de son charme ici, même si on a le droit à quelques chansons, il s'est perdu en chemin, entre le tome 1 et le tome 2. Même le fait qu'on les voit à deux époques différentes ne m'a pas emballé plus que cela, au contraire, je trouvais que ce que fait "subir" Sacha à Charlie est parfaitement justifié.

En conclusion, un second tome qui apporte moins que le premier, pas mal de tourne-en-rond. Dommage parce que j'avais apprécié le tome 1, je m'attendais à plus de mouvement, à des surprises qui ne sont pas présentes. Je confirme ce que j'ai dis plus haut, le tome 1 plus étoffé aurait été beaucoup mieux à mes yeux.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/one-tome-2-te-respirer-jacinthe-nitouche-a130995838
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-08
Je remercie Aurélie ainsi que la maison d'édition Sharon Kena pour m'avoir offert l'opportunité de lire cette nouveauté de Mell.

Save and Continue...

Qui n'a jamais rêver de se retrouver dans un jeu vidéo ? Non, mieux, vivre dans un jeu vidéo lève la main ? La première il y a des choses que je referais bien pour annuler certains points de ma vie, mais serait-ce une bonne chose ? Morgan effectue une sauvegarde, se charge et fait en sorte de revenir dans le passé pour sauver sa mère d'un accident de voiture. Une noble cause, surtout pour ce premier voyage dans le temps. (Vive le Docteur !) Mais très rapidement, il se rend compte qu'il se souvient de tout, hors cela est impossible. Cela signifie donc qu'il y a un bug et de taille. Les ennuis ne sont plus très loin...

J'adore découvrir les univers de Mell, elle a cette facilité déconcertante de vous embarquer dans un monde qui pourrait être le notre, comme celui d'un autre. Ici nous plongeons dans un univers où nous ne sommes que des pièces d'un grand jeu vidéo humain. Un côté science-fiction apporté par les descriptions futuristes, un côté suspense/thriller décrit par cette recherche de savoir qui est qui. Coupé en quatre parties, chacune avec à sa tête soit Morgan Nery, soit Ripley Taggle. Deux points de vue durant lesquels nous pouvons comprendre ce qui se passe, ou plutôt se poser plus de questions que pour n'importe quel autre récit. L'humour a perdu de sa vigueur pour ce texte, en même temps je pense qu'il ne pouvait pas être écrit de la même manière que les autres livres de Mell.

Nous suivons donc Morgan dans sa ligne temporelle qui semble avoir des soucis. Les boucles, les accros, le fait d'être revenu en arrière, ce qui en découle va lui permettre d'évoluer à un certain niveau. tenter de comprendre le pourquoi des personnes comme Ripley le recherche. Pourquoi vouloir lui mettre la main dessus, sachant que les MJ (Maitres du jeux) sont considérés comme des malfrats ? Son ami, Marlon est celui qui l'aide à se charger, mais plus nous en apprenons sur lui, plus il faut le considérer sous un nouvel angle. Tout comme Hugo qui m'a bluffé. Ripley m'a énervé par moment, pour ne pas dire tout le temps. Le fait de cacher son jeu, de ne pas montrer ce qu'elle est, de toujours vouloir Morgan pour elle toute seule pour ???? J'ai eu du mal à croire que c'était pour la raison indiqué, je me suis peut-être trompée. Par contre même si je n'apprécie pas ce personnage, j'ai eu beaucoup de surprises avec elle et autour d'elle.

Morgan est un jeune homme qui souffre de savoir sa mère morte. Lorsqu'il revient c'est difficile pour lui de se revoir revivre sans cesse cette mort. Il veut tout faire pour empêcher cela, mais ce qu'il va découvrir sera bien pire que ce qu'il croyait vouloir faire. Sauver une vie, en sauver des milliers, en perdre tout autant... C'est difficile d'imaginer un monde pareil, pas impossible. Des camps sont déjà en place, ceux qui veulent sa mort, d'autres qui veulent sa vie, d'autres encore qui seraient probablement prêt à le disséquer vivant histoire de voir de quoi il est fait. Sa rencontre avec Gonzague, Tatsuya, Hildegarde, Shlomo, Ripley ne sera pas de tout repos. Complots, recherches, questionnements, actions, tout est disposé de manière à ce qu'il ne se sente pas à l'aise tout le temps. En même temps, qui est-il vraiment ?

Il y a eu des moments où j'étais complètement perdue. J'avoue que certains passages ont été de trop dans le sens où certaines explications étaient trop longues et compliquées. J'ai perdu le fil à force. Je reconnais que ce n'est pas mon livre préféré de Mell, mais il y a de l'imagination et de l'originalité. L'idée même de reprendre d'un point pour rétablir une erreur où éviter la mort à quelqu'un... Ce n'est pas négligeable. La fin est plutôt étrange, mais va avec le livre. Je me demandais justement comment tout cela allait se terminer.

En conclusion, même si je n'ai pas été emballée comme les autres livres de Mell, je dois reconnaître qu'il est original, comprenant bon nombre de rebondissements et de surprises. Un récit ayant pour thème la science-fiction qui est intriguant.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/save-and-continue-mell-2-2-a130984046
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Netgalley ainsi que la maison d'édition JC Lattès pour la lecture de ce second tome.

Comme le premier tome, nous sommes en présence d'un hypothétique couple que nous avons déjà découvert dans "Strong". Il s'agit de Dréa et de Cujo. Elle est la meilleure amie de Harper, et lui celui de Trent. Dans le premier tome il y avait cette tension qui les faisait fuir et en même temps ce petit quelque chose qui les attirait. Ici, le sentiment est le même. Ils doivent s'occuper de la fête de fiançailles de leurs amis et donc mettre de côté tout ce qu'ils peuvent ressentir. Un soir, Dréa termine son service au bar, sert une dernière cliente et se retrouve en plein coeur d'une course poursuite à l'encontre de sa cliente. Déjà que tout n'était pas dans les clous avant cet événement, il faut dire qu'à partir de ce moment, le dérapage incontrôlé de la vie de Dréa va aller loin.

Alors que Dréa fait tout pour s'en sortir en cumulant deux jobs afin de payer les soins médicaux de sa mère qui est en train de mourir, elle va entrer les deux pieds dans un engrenage où sa vie est en jeu. Témoin d'un "crime" elle ne va pas arrêter de penser à cette femme qu'elle a vu fuir devant deux hommes. Elle ne peut rien y faire, pourtant elle va mener malgré tout son enquête afin d'en savoir plus. La découverte d'une clé usb est au coeur du problème, malgré tout cela ne sera pas la seule surprise du livre. Entre sa mère, ses problèmes financiers, son besoin de tout contrôler et de se débrouiller toute seule sans personne, l'auteur rajoute cette enquête sur le dos de la jeune femme. Elle est forte, courageuse, laissant sa vie de côté pour les autres, oubliant que dormir peut être un bien précieux lorsqu'on a le temps. Je la comprends parfaitement étant moi-même têtue sur certains points, ne pas démordre, ne pas laisser les autres s'approcher de trop...

Cujo, de sa véritable identité Brody Matthews travaille auprès de Trent, comme artiste tatoueur. Sa vie est simple, bosser, s'amuser sous toutes ses formes et ne pas s'engager dans une quelconque relation. Ce n'est pas la peur qui l'étouffe, il a juste prit cette décision suite à un événement de son passé. Je ne peux que le comprendre sur ce sujet. L'auteur nous le dépeint comme un homme bon, qui n'hésite pas à laisser pousser ses cheveux pour la jeune femme. Il est un oncle attentif, a une famille proche et un vide qu'il n'a pas comblé depuis que sa mère est partie de leur foyer il y a très longtemps.

Entre les deux un lien se crée, une attirance mutuelle, mais les problèmes de l'un et de l'autre les repousse régulièrement. Il suffit de cette soirée où Dréa va se retrouver enfermée auprès de Cujo (d'ailleurs, j'ai adoré le pourquoi ce surnom) dans le bar où elle travaille pour que quelque chose se crée.Il y a pas mal d'obstacles à surmonter en plus de tout ce que j'ai indiqué. Beaucoup d'embûches pour l'un comme pour l'autre. Avoir envie d'être auprès de quelqu'un est une chose, être capable d'être présent quand il ou elle en a besoin en est une autre.

Les émotions sont fortes, certains passages sont difficiles. Les joutes verbales entre les personnages sont amusantes, piquantes, pleine de vie. Bien entendu, certains points se trouvent très facilement, d'autres beaucoup moins. Malgré le fait que des sujets graves sont impliqués, il y a beaucoup d'humour qui ne plonge pas le lecteur dans la déprime. J'ai été surprise à plusieurs reprises dans le texte. La fin est un peu rapide, mais cela va avec la manière dont l'auteur raconte l'histoire.

Côtés bémols, j'ai trouvé que le livre allait très vite, l'histoire se déroule trop rapidement à mon gout. Certaines scènes de sexes sont de trop également. Autant il y en a qui sont là pour présenter certains points clés des personnages, autant d'autres n'ont rien apporté. J'ai retrouvé le même petit soucis au niveau des transitions, lorsque l'on passe de lui ou d'elle au niveau de la lecture. J'aime la troisième personne, mais il manque, pour ma part, d'un petit truc qui ferait que les enchaînements par Dréa ou Cujo plus fluide.

En conclusion, j'ai beaucoup apprécié ces deux personnages, plus que les deux premiers qui pourtant m'ont fait une bonne impression. Nous pouvons nous comparer à l'un ou à l'autre des personnages en ce disant que cela peut nous arriver. De belles et de moins belles surprises dans le texte, de nombreuses difficultés pour obtenir un jour ce que l'on désire. Une enquête qui apporte autant de questions que de réponses. J'avoue que j'ai une grande envie de découvrir la suite même si je sais que ce n'est pas uniquement sur eux, mais on les reverra, comme Trent et Harper dans celui-ci. Une très bonne lecture qui m'a permis de m'échapper de mon quotidien !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/sous-ta-peau-tome-2-broken-scarlett-cole-a130972184
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ce qui m'a donné envie de le lire, c'est le résumé. Une femme qui a besoin de tatouage pour cacher ce qu'elle a subit. J'aime beaucoup les tatouages, d'ailleurs je suis en train de rechercher pour mon second et troisième, ayant déjà les idées. Suffit d'avoir un tatoueur qui sache dessiner. Ce qui est le cas ici de Trent (non je ne rêve pas de tomber sur lui dans un salon de tatouage). Harper dépasse ses craintes d'être touchée et va vers cet homme qui est un artiste tatoueur hors pair. De fil en aiguille, le tatouage qui va recouvrir son dos sera une véritable œuvre d'art, mais surtout le mot confiance commence à se dessiner dans l'esprit de la jeune femme. Mais le passé étant ce qu'il est, la crainte d'être retrouvée et de retomber entre les mains de son ex, se créer un avenir ne sera pas si simple, surtout lorsque des événements lui retombent dessus.

Une histoire de violence conjugale qui a très mal terminé. Harper a survécu à ses blessures, a témoigné contre cet homme Nathan et a disparu de la circulation afin de recommencer une nouvelle vie. Une histoire qui est réaliste, il existe tellement de personnes qui sont dans ce cas... Combien arrivent à rester en vie ? C'est son cas, et même si elle a de gros problèmes psychologiques pour continuer à vivre, elle essaie de son mieux pour s'en sortir. Personne ne peut la toucher, elle déteste les endroits où il y a du monde, la foule lui fait peur... Elle a, malgré tout, réussi à se faire une amie, Dréa et à s'approcher de Trent pour qu'il puisse cacher ses cicatrices. Son dos est un véritable calvaire. La rencontre avec cet homme va lui redonner l'espoir qui lui manque : être capable de se montrer à la lumière.

Ce tatouage c'est un pas de plus vers son avenir. Tenter d'oublier ce qu'elle a subit, devenir cette autre qui la terrorise tant. ce n'est pas pour embellir son dos, mais bien pour recommencer à vivre. Se reconstruire. Harper a tellement de mal à faire confiance, à se laisser toucher, même une simple poignée de main, que ces moments avec Trent vont l'ouvrir à tout ce qu'elle a mis en place. Le physique lui fait peur, mais son mental est véritablement en morceau. Trent va tenter de le remettre en place, avec douceur, précautions et beaucoup de patience. Par moment il y aura des fuites, la peur de ne pas pouvoir se retenir, de se laisser aller.

Le second Circle Tattoos est un lieu où la plupart des émotions évoluent. C'est un salon où les artistes tatoueurs sont présents, représentent une famille solidaire et prête à tout pour aider celui ou celle qui en aurait besoin. C'est une mentalité, un concept qui est important pour ceux qui y travaillent.

Savoir se protéger est un élément clé qui est ancré aussi bien en Harper qu'en Trent. Ce dernier fait attention à ce qui se rapproche d'une relation sérieuse pour des raisons qui lui sont propres (et bien expliquées dans le livre) Leur histoire est complexe, surtout lorsque les mensonges restent en suspend. Bien entendu, je n'aurais jamais mis cette note s'il n'y avait pas du suspense et des péripéties qui se voient venir pour certaines de loin, et d'autres non. Même si on se doute très facilement de comment tout cela va se terminer, c'est le chemin parcouru qui est intéressant. Ce fameux chemin qu'ils vont devoir faire pour apprendre à surmonter leurs peurs.

J'ai apprécié le fait d'avoir le livre à la troisième personne. Cela aide à "entendre" les pensées de l'un et de l'autre des personnages. Un gros plus pour les cercles infernaux de Dante et les explications fournies par l'auteur. Un petit "couac" au sujet de la façon dont les il et elle interviennent. Par moment j'ai eu quelques doutes pour savoir de qui on parlait car il n'y a pas de frontières entre la vision de Trent et celle de Harper.

En conclusion, une histoire qui a le mérite de montrer aussi bien la cruauté de l'homme que sa bonté. Il s'agit de nombreuses étapes importantes dans la vie d'une jeune femme qui va peut-être réussir à s'ouvrir de nouveaux aux autres (et pas uniquement l'amour sous toutes ses formes)

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/sous-ta-peau-tome-1-strong-scarlett-cole-a130960622
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-08
Je remercie Delphine ainsi que la maison d'éditions Evidence pour la découverte de ce titre.

La couverture ainsi que le titre nous laisse une très grosse idée sur le fait que nous allons tomber sur des zombies. Je dois avouer que je n'ai lu le résumé que là, maintenant, au moment même où j'ai écris cet avis.

Émilie est en prison, pour un crime/délit qu'elle n'aurait pas commis. Se retrouvant dans une cellule d'isolement, pour cause de bagarre, elle entend du bruit de l'autre côté de la porte. Anthony, gardien de la paix depuis un mois assiste à ce qui s'apparente à un massacre dans cette prison. Il va récupérer la jeune femme et chercher un moyen de se sauver de cet enfer. en cours de route, ils vont tomber sur la directrice qui a échappé aux zombies. Pourquoi des créatures pareilles dans notre monde sain de corps et d'esprit ? Qui restera en vie ?

J'aime beaucoup les histoires de Zombie, particulièrement celles de Denis Labbé, ce sont les premières avec lesquelles je me suis éclatée et par conséquent, lorsque j'en vois d'autre, j'ai envie de découvrir ce que d'autres auteurs ont bien pu penser sur ces bestioles-là ! Ce que je peux dire, c'est que l'histoire, le concept même de la façon dont ces créatures sont arrivées est différent de la plupart des livres lus. Les personnages vont devoir trouver d'où ils viennent, pourquoi ils sont là et surtout vont-il réussir à survivre ?

Nous découvrons les personnages dans le pire élément qui soit, à savoir la survie. Allons-nous tomber dans le glauque et les voir s'entredéchirer, ou au contraire voir une solidarité ? Lorsqu'ils vont découvrir comment c'est arrivé et ce qu'il faut faire, les éclats entre certains personnages vont s'atténuer pour montrer une force. Il y a bien entendu des pertes humaines, je regrette juste le manque de détails de certaines scènes. Suivre ce qui se passe par le regard d’Émilie et d'Anthony ne permet pas toujours de voir réellement ce qui se produit. Les scènes les plus monstrueuses passent en retrait avec juste le résultat. Par contre pour le final, nous avons la totalité, mais il m'a manqué un peu plus de descriptions (et j'avoue de scènes macabres). Vu que je suis sur le côté un peu négatif de l'histoire, les zombies m'ont parus trop peu virulent. Pas ou très peu de surprises avec eux, juste la façon dont ils ont débarqués.

Concernant les personnages, le fait de devoir rester en vie les modifient très rapidement. Anthony semble être un petit jeune qui a changé un certain nombre de fois de travail, pour atterrir ici. Un peu naïf sur les bords, le fait de devoir se servir de son arme le rend plus sûr de lui. Il prend plus de décisions et montre qu'il est un homme. Émilie est une jeune femme qui paraît forte. Nous en apprenons plus sur elle. A se demander lequel des deux était le plus naïf. Il y a Tatiana qui est une dure à cuire. Si elle se trouve en prison c'est pour une raison bien précise. Sa rancœur va se changer en quelque chose de moins négatif, mais ce n'est pas pour autant qu'elle va oublier. Et les autres qui vont montrer de quoi ils sont capable, ou non.

J'ai lu cette histoire à des garçons 13/16 ans. (Dès que j'ai parlé de Zombies aux filles, c'étaient niet !) Je n'avais pas osé plus petit, je ne pense pas que plus jeune cela passerait, à moins de rectifier certains termes sur le vif. J'ai eu plusieurs réactions. Il y a ceux qui ont aimé comment les zombies sont arrivés. Les plus jeunes ont apprécié le fait qu'il n'y ait pas trop de violence. Par contre les plus grands auraient aimé plus de sang, d'abomination, de mangeurs en actions. Pas facile de contenter tout le monde.

En conclusion, une petite histoire qui se lit très rapidement. L'originalité tiens dans la façon dont ces créatures apparaissent. Elle n'est pas effrayante et manque de descriptions à mes yeux. Les chapitres sont courts et défilent vite. Il y aurait eu plus de pages, j'aurai été ravi. Dans tous les cas, j'ai passé un agréable moment de lecture (c'est étrange d'indiquer cela alors qu'il s'agit de Zombies, mais ils ne sont pas si "méchants" que cela malgré tout)

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-survivants-d-aglot-delphine-biaussat-a130958388
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
J'ai beaucoup apprécié le premier tome de cette saga et je me suis dis pourquoi ne pas continuer avec celui-ci ?

Charlène, plus connu sous le prénom de Charlie est née au sein des Black Angels, un gang de bikers bien connu des forces de l'ordre et des autres habitants. Un caractère de chien, elle ne doit sa place qu'à ses poings qui savent donner des coups. Logan et Ray vont modifier son destin sans qu'elle ne le veuille réellement. Mystérieux, rancunier, arrogant, que des qualificatifs pour ces deux hommes. Et si tout cela n'était pas que le jeu du destin ?

Une histoire qui ne date pas d'hier. Charlie et Logan se connaissent depuis très longtemps, quasiment depuis l'enfance de la jeune femme (d'ailleurs je n'ai pas compris pourquoi dans la 4ème de couverture ils parlent de connaissance...) Bref, ces deux-là se tournent autour sans pour autant que l'un ou l'autre ne fasse un pas. Pourquoi ? Apparemment quelque chose du passé vient les tourmenter sans vraiment que cela ne soit dit clairement.

Elle est une dure à cuire avec un cœur immense. Elle adore ses deux frères étant entre les deux, et serait prête à tout pour les sauver de leur père, le chef du gang, quitte à "enlever" son petit frère et l'emmener avec elle dans un coin légèrement perdu afin d'intégrer une "école" de cascadeurs. Une vie non idyllique avec plus de problèmes que de bonheur. Ray est un homme qui semble la détester (en fait il ne peut vraiment pas la voir et on le sait dès le premier chapitre) Quant à Logan, il cache son jeu même si on découvre très rapidement ses instincts, ses désirs face à la jeune femme.

Attention, ce n'est pas un triangle amoureux, je le dis du départ, car le résumé semble prêter à confusion. Il y a bien ces trois personnages en premier plan, sans oublier le père de Logan, les soeurs de Ray, la famille d'une manière générale. L'histoire tourne autour d'eux tous avec en principaux ceux qui sont toujours en confrontation. Nous suivons le récit à deux voix, plus souvent celle des règles de Charlie que des résolutions de Logan, mais ce n'est pas plus mal, car certaines résolutions reprenaient des passages déjà lues dans les passages de la jeune femme.

Le passé est la clé de tout, mais CE passé n'est pas facile à décrire, ni même à comprendre. Il est bien là, présent dans les esprits de chacun des protagonistes sans pour autant se dévoiler aux lecteurs. Cela arrive par étape et nous laisse prendre le temps de mettre les pièces du puzzle en place.

Autant j'ai été transporté dans le premier tome de cette saga, autant ici, j'ai trouvé le rythme plus lent. J'ai eu plus de mal avec la lecture de ce second tome. Beaucoup de non-dits, de secrets, qui au final est un GROS secret. Je m'attendais à plus que cela. Certaines réactions de quelques personnages, comme Lem, ou Ray m'ont parus extrême. en vouloir à quelqu'un oui, mais jusqu'à ce point ? Je ne pense pas que j'aurais réagit de la même manière et surtout ne pas hérisser autant de murs et encore moins donner des interdictions, voire menacer.

Difficile de ne pas spoiler l'histoire, j'en resterais donc sur ce point où je n'ai pas compris ce qui se passait vraiment dans l'esprit de la plupart des personnages. Concernant Logan, il est celui que l'on suit bien plus facilement et qui même s'il s'interroge, arrive à surmonter ce manque, enfin à sa façon. Il est complexe. L'auteur a su travailler sur diverses facettes. Le côté gentil, protecteur, à la limite du grand frère. Le côté besoin primaire, quasi viscérale de l'avoir à ses côtés. Le côté bestial lorsqu'il se laisse emporter. Le côté quasi dépressif lorsqu'il passe un cap, ou qu'il se rend compte qu'il n'en a pas le droit. Un personnage qui n'est pas linéaire. J'ai beaucoup aimé toute la psychologie détaillée et sous-jacente que l'auteur laisse apparaître entre ses mots.

Je suis un peu déçue par la fin, surtout avec ce que Lem apprend à Charlie. Il y a comme un manque, pour ma part concernant cet état de fait. Après, il s'agit de la suite logique de tout ce qui se passe dans l'histoire et donc je ne voyais pas une autre fin.

En conclusion, une histoire plus légère au final que celui du premier. J'en attendais surement un peu trop de ce second tome, mais malgré tout, j'ai passé un agréable moment de lecture. Un peu plus de recherche au niveau de la mémoire, des souvenirs, un peu moins d'actions proprement dites, mais un personnage qui vaut le coup d'être découvert.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/bad-romance-tome-2-coeur-indocile-celine-mancellon-a130946580
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-08
Je remercie les éditions Milady, ainsi que Netgalley pour la lecture de ce premier tome de cette saga. Je connaissais déjà l'écriture de Céline, l'ayant connu dans une version fantastique. J'avais envie de la découvrir dans un autre registre.

Kate (ou Katherina) se démène comme elle peut pour subvenir au besoin de sa famille, à savoir sa soeur Juliette. Leur mère décédée depuis trois mois, elle jongle entre deux boulots et ses études pour qu'elles ne soient pas à la rue. Elles sont aidées par le père du quartier, mais ce n'est pas assez. Chris est le chien enragé du big boss de la ville, celui qui donne les coups lorsqu'on le siffle. Leur première rencontre dans un camping, un harpon entre les deux laisse des traces dans les esprits. Aucun des deux ne pensait revoir l'autre, jusqu'à ce que cela se produise dans le café où elle bosse. Les ennuis commencent à partir de là, enfin des ennuis ou juste un changement radical de pensées ?

J'ai eu peur au départ, me disant que cela risquait d'être un éternel recommencement entre le bad boy du quartier et la pucelle du coin. Disons que le début m'y a fait penser, mais ouf, cela n'y ressemble que de très loin. Elle n'est pas si innocente que cela et lui n'est pas si mauvais, lorsqu'ils se retrouvent ensemble. Ce n'est pas la première qu'il aide, enfin c'est la première fille a qui il file un coup de main pour l'aider à s'en sortir. Elle est combattive, ne se laisse pas abattre et ne se rend pas compte de son charme. Lui c'est tout simplement les muscles, peu d'éducation niveau école, il ne cherche pas plus loin que le bout de son nez. Enfin ce n'est que ce qu'il veut bien montrer. Il a une vengeance personnelle qui va le mener à un point critique. Et puis ils m'ont fait rire, même si à la place de Kate je ne suis pas sûre que je serais restée...

L'histoire des bas fonds, des mauvais quartiers, de ceux qui veulent s'en sortir e=t de ceux qui font tout pour enfoncer les autres. Les mots découlent librement du livre, donnant un pouvoir attractif au récit. J'avoue avoir eu du mal à le lâcher, pourtant ce n'est pas forcément mon domaine de préférence et pourtant, j'avais hâte de savoir comment tout cela allait se terminer.

Les personnages ne sont pas caricaturaux au possible. La noirceur est partout. Le danger guette chacun d'entre eux qu'ils le sachent ou non. Par moment je me suis demandée si cela allait bien se terminer, ou non. Il faut du temps pour apprivoiser une telle bête affamée de coups. Pourtant Chris n'est pas un homme à vouloir frapper tout ce qui bouge, mais parfois, son esprit se déconnecte et son corps agit à sa place. Kate est courageuse, téméraire, folle à lier, impossible à tenir, la langue bien pendue. Elle connaît les mauvais garçons et lorsque l'on sait comment, on ne peux que s'empêcher de se dire qu'elle a vécu le pire. Le bonheur devrait être à portée de main s'il n'y avait pas ce Ronan de pacotille. Il y a d'autres personnages secondaires qui ont leur importance, comme Jo, Mel, Juliette, Pat... J'aurais en savoir plus sur certains, peut-être dans un autre volume ? En attendant, les passages sont autant piquants, que sombres ou encore hilarants.

Entre les deux, c'est un jeu de chat et de souris. Par moment je me suis posée la question de savoir qui était vraiment la souris, car elle sait tenir tête. Les joutes verbales sont piquantes, incisives, tendres à d'autres instants. Il y a toujours de l'action, impossible de s'endormir à la lecture. Les esprits sont toujours à vif. La confiance est un point crucial et le lâcher prise n'est pas si facile. Beaucoup d'émotions traversent le livre pour nous atteindre : la peur, la joie, la tristesse, l'envie d'en mettre une bonne sur les cons (heureusement il leur pleut dessus !) l'espoir, l'abandon...

En conclusion, une histoire qui rue dans les brancards avec des personnages forts en gueule (pardon mais c'est trop vrai xD) et des surprises qui débarquent à l'improviste. Une plume que j'aime toujours autant. Je sais que je lirais le second tome de cette saga, parce que c'est Céline et parce que j'aime ce qu'elle écrit dans ce thème.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/bad-romance-tome-1-celine-mancellon-a130934182
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-08
Je remercie NetGalley ainsi que la maison d'édition Harlequin pour m'avoir fait découvrir cet auteur.

J'aime beaucoup l'historique et je dois dire que lorsque j'ai lu le résumé, je me suis dit que j'allais passer un bon moment. Ce qui est le cas.

Nous débutons en 1662, avec la probabilité qu'une femme est en train de mourir. Avant de donner son dernier souffle, elle va tout faire pour donner deux reliques à son amour afin de préserver l'humanité de ces fardeaux. Le miroir et la perle qui ensemble s'amusent à balayer tout sur leur passage. Mythes ou légendes, ou tout simplement réalité ? Ces deux objets sont au cœur d'un plus grand problème : l'esprit humain croit-il ou non en la magie quelle qu'elle soit ? Puis nous passons dans notre époque par un coup de fil affolé, Ben, le frère de Holly, a disparu sans laisser de traces, laissant derrière elle une petite fille de 6 ans seule dans le moulin où ils étaient tous les deux. Un rapport entre les deux époques ? Pas au premier abord et pourtant en creusant un peu plus la surface, en suivant les recherches sur quoi allons-nous tomber ?

Le livre passe d'une époque à une autre, du XVIIème siècle au notre sans que cela soit forcément un chapitre après l'autre. La Reine Elisabeth Stuart, surnommée la reine d'hiver et William Craven ; Mark et Holly, Lavinia et Robert ? Qu'est-ce que ces couples ont en commun ? Rien à priori, si ce n'est que dans chacune de ces histoires, le miroir, ou la perle ou encore les deux font leur apparition. Une soif de pouvoir qui est capable de faire commettre n'importe quel préjudice. Et pourtant, l'auteur met une Reine Elisabeth forte, bien plus que son mari. Il ne lui manque plus que le pouvoir de lever une épée. elle est capable de faire croire qu'elle est frivole pour obtenir ce qu'elle désire et entendre ce qu'il faut. L'époque, ce XVIIème siècle est emplit de trahisons, de secrets, de soif de pouvoir, de conquérir les terres ou de les récupérer. Holly est à la recherche de son frère qui a disparu. Une disparition inquiétante, qui va la mener tout droit à Ashdown Park, là où semble-t-il des phénomènes se sont produits il y a des siècles !

La question que je me suis posée un bon nombre de fois était : mais où cela va bien mener ? D'accord j'en avais une petite idée, très rapidement, les phénomènes "fantastiques', non plutôt paranormales laissent un goût de "reviens-y". Même si certains points sont très visibles, d'autres ont réussi à me surprendre. L'auteur a su mêler le passé et le présent, laissant les événements se produire afin de donner plus de détails et surtout toujours plus de questions. Il arrive à laisser le suspense entre deux époques, s'arrêtant juste là où je n'aime pas, à savoir au moment où cela commence à devenir intéressant !

Holly est un personnage intéressant. Le lien avec son frère est très fort et semble lui mettre des œillères. Alors qu'elle décide de tout plaquer (sa vie à Londres, son fiancé) pour venir vivre au moulin même où Ben a disparu n'est pas une mince affaire. Graveuse sur verre, ayant un talent fou mais ne sachant pas comment se vendre, elle va aller de découverte en découverte, tant sur sa propre famille, que celles qui ont pu passer par Ashdown Park. Le lieu est vivant, imprégné des souvenirs qui ne sont pas tout rose. Mark vit dans son époque, pourtant il fait penser à un chevalier sur son cheval blanc, sans la monture. Ancien de l'armée, ayant subit le syndrome post traumatique de guerre, il est de retour dans cette petite ville, ou plutôt village pour se reprendre en main. Entre les deux c'est tout feu tout flamme, un désir immense qui pourtant donne matière à réflexion. Pourquoi si vite ? Pourquoi le rejette-t-elle juste après cette nuit ? Pourquoi se sent-elle si coupable ? La disparition du frère est belle et bien présente, mais est-ce uniquement cela ?

Je ne saurais pas quelle époque est la meilleure, car à mes yeux, j'ai adoré suivre les trois. Oui, les trois, même si seules deux sont exposées. La troisième parle de Lavinia, une courtisane du début du 19ème siècle. Elle prend une place importante dans la vie de Holly qui est tombé sur son manuscrit par hasard. J'ai beaucoup aimer lire ce manuscrit aux yeux de Holly, apprendre à la connaître. Tout comme Craven qui semble espérer quelque chose de plus de la Reine.

Aventures, trahisons, suspenses, un soupçon de thriller et de romances, des sentiments qui se doivent d'être cachés et d'autres qui sont à découverts. Les recherches de l'auteur sont importantes et on le ressent bien. Les détails sont minutieux, bien entendu certains points sont imaginés, mais la broderie est fine en comparaison de la réalité. Les chevaliers de la Rose-Croix, cela faisait un sacré bout de temps que je n'en avais pas entendu parler.

En conclusion, un livre qui parle d'amour, de siècles traversés, d'objets qui ont leur importance dans le récit et qui semble tout autant malfaisant que bienfaisant. cela dépend de la façon dont ils sont utilisés. Un beau mélange de notre époque et d'histoire, avec un soupçon de thriller. Des personnages qui sont pour beaucoup dans l'histoire. J'ai passé un très bon moment de lecture !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-miroir-des-amants-nicola-cormick-a130917792
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
J'avais eu l'opportunité de commencer cette duologie. J'en ai profité pour acheter le second tome afin de terminer l'histoire et ainsi de savoir comment tout cela peut bien se terminer.

La vérité n'est pas toujours bonne à dire, surtout lorsque l'on attend aussi longtemps pour la faire ressortir. Il est vrai que dans le cas de ces deux-là, ce fut difficile pour les deux de le dire et de l'entendre. Comment tout cela allait bien pouvoir se terminer ? Question, question qui n'a cessé de me trotter dans la tête jusqu'au bout du récit. Car il y a une multitude de possibilités qui font que cela pouvait être une fin heureuse, grise ou noire.

Ethan/Will et Katie/Katherine continuent sur un chemin des plus tortueux. Comment avancer en oubliant le passé. Est-ce qu'ils doivent l'oublier ou au contraire aller de l'avant avec ? Tout devient de plus en plus douloureux. Les mots écrits par l'auteur donnent du poids à chacun des gestes, des actes, des actions, des pensées de chacun. On entre très facilement dans leurs têtes. Il est si facile d'être pris dans l'engrenage de la situation. L'attraction qu'ils exercent l'un sur l'autre n'est pas sans faille. Je me suis parfois demandée si ce qu'ils ressentaient n'étaient pas juste un sentiment du passé qui reste collé à leurs basques.

J'ai préféré ce second tome, car il est plus sombre. Il y a plus d'actions, de mouvements, moins de cachotteries côtés Ethan, vu qu'on a pas mal dans le premier qui ralentissait un peu le livre. Ici c'est plus vivant. Les émotions sont toujours aussi importantes, la peur laisse la place à d'autres sentiments qui ne sont pas habituelles pour les personnages. Il leur faut apprendre à vivre avec cela, avec le regard des autres, être sous les feux des projecteurs. Une vie qui n'est pas un choix pour l'un comme pour l'autre. Est-ce que le bout du chemin sera joyeux ou au contraire terrible ? Le but en soi n'est pas toujours l'objectif à atteindre, mais plutôt le chemin à parcourir qui est le plus important.

J'ai aimé que nous ayons les pensées de cet Aaron. Malade ou juste un très grand malade ? Se rend-t-il compte de ce qu'il est vraiment ? Par moment sa noirceur semble si réel, qu'elle en donne des frissons. Plonger au cœur de sa tête retourne les sens et pas dans le bon sens du terme. La confiance ou le manque de confiance est un des sujet traités ici. Être capable de reprendre sa vie en main, être capable de traverser la rue sans avoir la hantise de se faire enlever, d'avoir peur.

En conclusion, je reste un peu mystérieuse sur ce second tome, car il y a pas mal de point à découvrir par soi-même (comme sur cette Lisa, ou encore l'esprit tortueux de ce cher Aaron...) J'ai apprécié les côtés sombres des personnages, des situations. Le fait que l'auteur se soit basé sur des faits réels (en minimisant certains passages) donne plus de poids à la lecture. Savoir se protéger devrait être instinctif. Par contre je maintiens que pour ma part ce n'est pas une dark romance (enfin dans le sens qui a été donné par la maison d'édition) mais elle est sombre de part certains éléments.

Petit aparté : "Une bouleversante conclusion pour l’histoire d’amour la plus interdite qui soit " Personnellement, je ne vois pas en quoi cette histoire d'amour serait interdite...

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/never-forgive-tome-2-monica-murphy-a130912270
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie les éditions Harlequin ainsi que le site NetGalley pour m'avoir permis de découvrir ce premier titre.

Never Forget est un livre que j'avais envie de découvrir pour le résumé. Une histoire d'amour interdite entre deux personnes, l'une qui a été maltraité toute son enfance par un homme et l'autre violée par ce même homme. Je me suis posée des questions et je dois dire que la catégorie dark romance ne correspond pas, à mes yeux à ce livre, mais ce n'est qu'un détail.

Katie (Katherine) est devenue une jeune femme de 21 ans, avec un lourd passif. Enlevée puis violée à l'âge de 12 ans, sauvée par le fils Will (William) de son bourreau, nous l'écoutons raconter son clavaire, à demi-mots. lors d'une interview qu'elle donne bien des années après. C'est grâce à cet échange de questions réponses que Will (devenu Ethan) va la retrouver. 8 années sont passées et les mois ont défilés sans qu'ils ne puissent avoir de nouvelles l'un de l'autre. Ils ne se connaissent que très peu, mais il est devenu son héro en l'espace de quelques minutes. Aaron, le père de Will est un monstre, ce dernier est en prison. Mais même si le passé devrait rester enterré, rien ne se passe comme il le faut. Surtout lorsque les mensonges commencent à être découverts.

Alors, j'accorde que le livre est sombre, la romance n'est pas simple, au vu des circonstances, mais entre Katie et Will il n'y a qu'une personne entre eux qui les a maintenu dans un état malsain. Que ce soit trois jours, ou 15 années, cela revient au même.

Leur rencontre initiale est terrible pour l'un comme pour l'autre. Nous les découvrons au travers de passages difficile, laissant la place à l'imagination. La peur les encercle, pourtant ils vont réussir à fuir cet environnement malsain qui risque de les tuer. Les adultes font en sorte qu'ils ne puissent plus communiquer, se voir. Les doutes restent bien ancrés dans les esprits de certains. Pourtant, grâce ou à cause de cette interview, Will retrouve enfin la trace de Katie. Les mensonges vont pleuvoir. Il n'est plus physiquement comme cet adolescent de 15 ans. Il est devenu un homme, a une autre vie, a changé d'identité. Comment vivre auprès de celle qu'il désire tant en lui mentant de cette façon ? Ce qui devait arriver, arriva et elle va le découvrir, forcément.

Katherine est devenue une jeune femme. La peur est toujours là, présente, mais elle désire avancer. En elle, Katie et Katherine se battent pour prendre le dessus. L'enfant terrorisée, violentée et la jeune femme qui veut découvrir son corps et connaître ce truc de couple. Will, devenu Ethan est tiraillé entre les deux. Il a tout fait pour enfouir au plus profond de lui-même ce William afin de ne plus penser qui il était à une époque : le fils d'un tueur en série. Mais même le Ethan de maintenant n'arrive pas à s'en sortir. Les émotions se développent, s'accentuent, de nouvelles font leur apparition.

Tous les deux ont de graves problèmes, psychologique, ou/et physiques, mais ce n'est pas pour autant qu'ils ne désirent pas devenir cet autre. Ils ont des besoins, des envies, des désirs. Est-ce qu'ils seront les mêmes pour l'un comme pour l'autre ? Difficile de le savoir. Ce besoin d'avoir un héro à portée de main, ce besoin d'avoir quelqu'un a sauver...

Beaucoup de questions se posent. Pourquoi cherche-t-elle à le sauver ? Car c'est ce qui arrive à chaque fois qu'on le met au pied du mur. Est-ce qu'il y aurait autre chose de caché pour que cette journaliste fourre son nez partout ? (D'accord, c'est une journaliste qui ne pense qu'à l'audimat, à sa future carrière de je-ne-sais-quoi, une véritable teigne !) Pourquoi la famille de Katie ne veut pas avoir de discussions avec le fils ? Pourquoi tant de reproches ? Par chance, le sujet, même s'il est difficile, nous ne tombons pas dans le glauque, le déprimant à souhait. Il existe de l'espoir en chacun d'entre eux, et même si la fin de ce tome est couru d'avance cela ne gâche pas la lecture.

En conclusion, une histoire d'amour complexe entre deux personnages qui ont vécus un drame à cause de la même personne. J'ai hâte de connaître la suite et fin de leur histoire.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/never-forget-tome-1-monica-murphy-a130912234
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 13-07
Je remercie les éditions Harlequin ainsi que Netgalley pour m'avoir offert l'opportunité de découvrir ce nouveau titre de Alfreda Enwy.

Ce qui m'a attiré, c'est le nom de l'auteur, je le suis depuis un sacré bout de temps sur la toile et j'avoue ne pas encore avoir pris le temps de découvrir sa plume. Ce qui est fait dorénavant et je ne regrette pas.

Samantha est atteinte d'un cancer du sein. L'opération s'est bien déroulé, malgré tout, elle va devoir passer par la case chimio. Alors qu'elle rentre dans une voiture sans le faire exprès, voulant éviter un chien sur la route, elle va laisser un mot sur le pare-brise. L'homme concerné, c'est Conrad, un professeur d'art qui va mal le prendre. Jusqu'à ce qu'il la découvre lors d'un rendez-vous improvisé afin de voir comment faire pour sa voiture. Bien que l'attirance soit palpable entre les deux, elle fera en sorte de ne pas y céder. Sa maladie, non, elle ne veut pas qu'il sache et encore moins qu'il voit son corps. Car c'est le problème : elle déteste son corps depuis l'opération, laissant une marque à vie sur son sein.

La maladie est un fléau, mais ce n'est pas parce qu'on est malade qu'il faut rester enfermé. D'accord il y a la souffrance, les moments de désespoir, pourtant, tant que nous sommes en vie, il faut pouvoir garder espoir et vivre pleinement. C'est plus facile à dire qu'à faire je le concède. L'auteur décrit admirablement bien les pensées des deux personnages. Les chapitres sont courts et à la troisième personne, ce qui implique que nous pouvons suivre l'un ou l'autre indépendamment.

Samantha se bat contre cette saloperie de cancer, avec les moyens qu'elle a. Son corps la rebute, mais elle vit au jour le jour, affrontant les épreuves comme elles viennent. Sa peur de mourir est réelle, sa peur de vivre aussi avec l'homme qu'elle aimerait. Ses sentiments, elle les étouffe pour ne pas se laisser aller. La chimiothérapie est aussi sauvage que la maladie elle-même (j'ai vu ma mère en revenir et je comprends parfaitement bien ce que ce personnage ressent). C'est nocif et pourtant cela aide à combattre la maladie. La fatigue, la perte des cheveux, les nausées... des effets secondaires que Samantha ne veut pas partager avec quiconque. Elle imagine ce que les autres pensent, mais même s'il y a des pucelles qui se croient tout permis, il y a encore des gens qui ont un coeur et qui voit la femme face à eux, pas la maladie.

Conrad est le beau gosse, le professeur d'art qui a énormément de charme et de filles à ses pieds. Pourtant lorsqu'il découvre Sam, c'est son cœur et sa raison qui parle, pas son sexe. (enfin si un peu, mais pas au départ) Il paraît futile, pourtant quelque chose se dégage de lui. Quelque chose qui fait que même s'il use les femmes comme de chemises, il semble vouloir combler un vide. Il n'y a pas de pitié dans son regard lorsqu'il apprend ce qu'elle a ni même la moindre compassion. Seul le désir pour cette femme l'emporte.

Bien des épreuves les attendent et rien n'est joué d'avances. La peur est un élément qui va bloquer certains actes, certains gestes de la jeune femme. Ce qu'elle vit la rend plus mûr, plus faible aussi, plus coriace pourtant. Elle est si réaliste, que des souvenirs me sont revenus. C'est une femme brisée par la maladie qui va devoir apprendre à vivre avec, à vivre avec quelqu'un à ses côtés, elle qui se retrouvait seule depuis si longtemps. SA famille (ses parents) sont présents, mais elle les évite comme elle peut.) On ne peut qu'adorer ce personnage, la suivre dans chacun de ses pas, être à ses côtés pour tous les meilleurs moments comme le pire. La patience de Conrad est un point crucial, un point que l'on trouve dans ceux qui désire quelque chose sans pour autant imaginer que cela sera simple à avoir. Il est tenace, persévérant (et non pas un harceleur, même si cela y ressemble).

J'ai beaucoup aimé Henry, le meilleur ami de Conrad qui n'hésite pas à aller contre ses principes pour lui filer un coup de main. Stella est amusante, pleine de vie et de contradiction également et cette Frédérique... Qui a une relation très particulière avec Sam. J'ai bien aimé ce dialogue entre elles. Les parents des uns et des autres sont admirables et en même temps on ne peut que comprendre cette de Conrad qui a déjà connu les épreuves d'une maladie.

En conclusion, un thème qui n'est pas facile à aborder que l'auteur a su décrire sans tomber dans le glauque. De l'humour par touche qui allège le sujet. Des personnages forts, endurants dont on a envie d'aider. J'ai oublié l'histoire des tatouages qui m'a beaucoup plu. Une histoire réaliste que j'ai vraiment apprécié.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/breaking-my-heart-alfreda-enwy-a130728586
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Dans le cadre du partenariat avec Livraddict, je les remercie ainsi que la maison d'édition Ofelbe pour m'avoir permis de lire ce premier tome et aussi pour me l'avoir fait parvenir.

J'aime bien le format, ainsi que la couverture. Un peu plus résistante que les livres d'une manière générale. Elle représente l'un des personnages de cette histoire qui est à la recherche d'un objet qu'on lui a dérobé. Quelques illustrations agrémentent le livre et je les aime beaucoup, surtout celle-ci :

Nous débutons avec la mort de Subaru, puis revenons quelques heures/jours avant que cela n'arrive. Nous apprenons à le connaître et suivons ses pas dans les rues d'une ville qu'il ne connaît pas. D'ailleurs, il ne fait pas partie de ce monde, il y a été invoqué. Il va tomber sur trois malfrats qui vont tenter de le déposséder de ce qu'il a, autrement dire pas grand chose vu qu'il n'est pas de ce monde. Sauvé par une belle aux cheveux argentés, il va tenter de se rendre utile pour l'aider à retrouver son bien. Mais la mort est au tournant, enfin peut-être pas vu qu'il rouvre les yeux au point de départ.

Pas besoin de sortir d'une grande école pour comprendre que le livre revient à son point initial à chaque fois que le personnage principal meurt, comme dans les jeux vidéos ! Afin de passer au niveau suivant, il faut aller jusqu'au bout sinon il faut recommencer à zéro. D'où le titre, un éternel recommencement afin d'arriver à la fin. C'est assez perturbant de reprendre à zéro la première fois, puis au final on se prend au jeu. Chaque chapitre équivaut à un retour en arrière, ou presque, car plus nous approchons de la fin du livre et plus des changements s'effectuent.

Le monde crée est différent de ce que connaît Subaru. Il est obligé d'apprendre au fur et à mesure comment le tout fonctionne. L'argent, le troc, les rues, les endroits, il va devoir emmagasiner tout ce qu'il a fait avant d'arriver à la fin de ce niveau, ce qui n'est pas une mince affaire de plus, il ne reprend pas le même chemin, à part les malfrats, mais il évolue. Heureusement, ils parlent le même langage, mais le reste est tout sauf évident. Pas mal de scènes d'actions, de sang également. Quelques membres tranchés sans pour autant que cela soit gore, c'est juste comme il faut.

Il va faire de nombreuses rencontres, bonnes ou moins bonnes. La belle jeune femme aux cheveux argentés, mais aussi Pack son petit chat esprit. Il y a également Felt et Rom, Elsa et le chevalier Reinhard von Astrea. La belle femme mystérieuse est toujours à la recherche de ce qu'on lui a volé. Énigmatique, insolente et forte, elle cherche à comprendre qui est Subaru sans vouloir le lui montrer. Felt est tout aussi adorable même lorsque l'on sait qu'elle est une voleuse, payé par Elsa. Pas besoin d'ouvrir très loin le livre pour savoir tout cela, car une partie est déjà écrite rien qu'avec les illustrations du début. J'aime bien Rom, cet homme qui est, je ne sais pas si je le qualifierais de pire ou de bon receleur. Ah et le chevalier Reihnard qui est obligé de garder ses sentiments pour lui à cause de ce qu'il est.

C'est mon premier livre de ce type que je lis et je dois avouer que j'ai apprécié en grande partie. Quelques répétitions, mais cela en lisant le résumé on s'en doute un peu de la façon dont cela va se passer. J'attends avec impatience le second, car je me dis qu'il doit donner des réponses à quelques questions que je me suis posée pour celui-ci.

En conclusion, j'ai beaucoup apprécié les personnages, surtout Pack. Chacun a une histoire propre. Bien entendu Subaru a son charme car même si ce n'est pas un super héros, il fait tout pour réussir sa quête. Et si nous devions recommencer une journée, la ferions nous de la même façon ?

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/re-zero-tome-1-tappei-nagatsuki-et-shinichirou-otsuka-a130727952
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Alors Quaid est un des avocat qui passait dans le premier tome. Ici c'est lui qui va devoir aider Avett afin de lui permettre de retrouver la liberté. Prise dans un étau par son ex, elle n'a pas fait attention au fait qu'elle a été complice du braquage. Lorsqu'elle s'en ai rendu compte, c'était trop tard et il faut dire que le fait d'avoir été frappé n'aide pas à retrouver ses esprits. En gros, elle a des ennuis plus haut qu'elle ! Pourtant ce n'est pas la faute à son père de tenter de lui mettre du plomb dans la tête. Mais elle a vécu un drame et s'en veux encore. Quaid ne veut rien savoir de sa vie, de son histoire pour l'aider à s'en sortir de ce mauvais pas. Pourtant quelque chose en elle, en cette jeune femme qui a les cheveux roses, va le chambouler. Cela va lui révéler qu'il est capable d'autre chose que de bosser ?

Une histoire qui pourrait arriver à n'importe qui. Être là au mauvais endroit, au mauvais moment. Et les flics qui vous tombent dessus et vous prend pour complice. Le défaut de Avett ? Être toujours dans les mauvais coups, faire les mauvais choix et se retrouver dans une impasse à chaque fois. Elle se sent coupable de quelque chose qui l'a profondément meurtrie. Cette culpabilité est lourde, si lourde qu'elle ne cesse de faire les mauvais choix pour se sentir vivante tout en ressentant une douleur immense. Pourquoi ? L'auteur nous l'explique très bien au travers des mots de la jeune femme. Elle qui n'a jamais réussi à en parler totalement va trouver les mots pour échapper au regard perçants de Quaid. C'est une jeune femme qui se meurtri, qui ne veut pas d'aide et encore moins s'en sortir. Pourtant elle est forte. L'argent n'est pas sa priorité, bien au contraire, le luxe, elle s'en fiche. Tout ce qui l'importe c'est la cuisine.

Pour Quaid qui a vécu dans des conditions précaires durant sa jeunesse, il a toujours décidé de vouloir plus. Plus de belles choses, plus de biens matériels, plus d'argent, plus de tape-à-l'oeil. C'est ce qu'on appelle un requin dans son métier, un de ceux qui gagne à tous les coups ou presque. La rencontre avec Avett va lui démontrer que toutes les femmes ne sont pas comme son ex. Elles ne cherchent pas tous à avoir quelque chose de matériel de lui. Entre les deux c'est rapide, un peu trop peut-être. Les sentiments se bousculent. Lui qui ne cherchent jamais à savoir e qui s'est réellement passé dans la vie de ses clients, il va prendre le temps de la connaître. Ce qui sera son choix.

J'ai beaucoup aimé Brite, le père de Avett. Il est présent à chaque instant de la vie de sa fille. Son amour inconditionnel fait plaisir à voir, surtout en ayant lu le premier tome et lu l'histoire de Sayer. Brite protège sa famille à sa façon. Il la protège comme il peut et pour une fois, ne va pas critiquer ce qu'elle fait avec Quaid, enfin pas trop ! J'avoue que sa moto... Non il aurait pu en choisir une autre l'avocat !

Quant à l'ex, le fameux Jared est le pire salaud qui puisse exister. Frapper, tourmenter, martyriser, manipuler et tout mettre sur le dos de Avett. Oui, une véritable ordure et ce n'est pas parce qu'il prend de la drogue qu'il faut se dire que ce n'est pas de sa faute... kidnapping, tentative de meurtre, d’incendie, de subornation de témoin et de coercition, tout ce qu'il faut pour qu'il reste en prison longtemps !

Même si je l'ai trouvé un peu en dessous du premier tome, j'ai bien aimé le fait que l'on a une femme "bad boy" et non l'inverse. Le culpabilité la ronge comme un cancer, lui faisait prendre de mauvaises décisions, tant que sa famille est protégée, sa vie lui importe peu. Quelques répétitions de ce côté qui insiste bien sur le mal-être de Avett. L'histoire n'est pas originale, mais les personnages font le reste : à savoir donne du mouvement, de l'action. Leur réflexion permet de voir comment leur cerveau fonctionne. Et pour Quaid, il n'y a pas que le cerveau qui parle... En même temps c'est un homme qui aime les femmes, pas de doute là-dessus ! L'avocat qui peut paraître froid, glacial, professionnel jusqu'au bout des ongles est capable de se transformer totalement en un être passionné, sauvage.

En conclusion, une aventure qui est plus "policière" que le premier. Des changements importants dans les personnages. Ces derniers montrent leur vrai visage et une fois la culpabilité mis de côté, nous les découvrons avec plaisir. J'ai passé un agréable moment de lecture.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/clash-tome-2-passion-coupable-jay-crownover-a130724932
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le résumé parle largement de Zeb. Il a fait de la prison pour avoir frappé l'ex de sa soeur (qui accessoirement la battait). Il apprend qu'il a un fils. La chute monumentale, surtout vu la façon dont il l'apprend. Entre deux, il a une furieuse envie de retrousser les jupes strictes de Sayer, avocate de surcroit. Mais miss glaçon, bien que ses yeux soient tout feu tout flamme, son corps n'arrive pas à la laisser prendre son pied. Comment peut-elle se laisser aller alors que son propre passé l'a contenu dans un manque d'émotions si grand ? Entre les deux, les barrières sont monstrueusement hautes. Zeb veut pourtant tout : son fils et elle. Mais est-ce que cela sera possible ?

Deux âmes écorchées vives, mais l'une des deux a souffert encore plus que l'autre. Il n'y a pas que le physique qui peut faire souffrir. Les blessures physiques se referment bien plus facilement que les mentales. Car ces dernières restent toujours présentes malgré les années qui passent. Il aura fallu la rénovation d'une maison durant de longs mois pour perturber les esprits.

Zeb est un homme honnête, droit et un monstrueux nounours. De haute stature, il a un tempérament fougueux et il faut dire qu'entre son passé et ses tatouages, forcément cela lui donne une réputation sulfureuse. Mais il ne cache pas ce qu'il a fait ni le pourquoi. Il préfère garder ses proches en sécurité, quitte à prendre des coups. Il est devenu son propre patron, travailleur manuel, se donnant tout autant que ses ouvriers, il donne une seconde chance à ceux qui en ont besoin.

Sayer est une jeune femme qui est difficilement accessible, sauf si on lui parle travail. Je ne parlerais pas ici de qui elle est par rapport à certains autres personnages, car cela doit faire partie de la série Marked (mais cela ne me dérange pas de la savoir qu'ici). Elle est très douée lorsqu'elle plaide, mais niveau vie sentimentale, c'est le calme plat. De toute manière, elle ne se voit pas comme une femme passionnée, mais frigide. Pour elle c'est comme un devoir qu'elle doit subir et depuis qu'elle est seule, cela l'arrange bien.

Mais entre les deux, c'est comme deux aimants qui s'attirent inexorablement. Et puis il y a Hide qui bouleverse tout. Aussi bien le coeur de Sayer que la raison de Zeb. Un petit garçon qui a tellement mal vécu en si peu de temps. Cinq années où il n'a pas connu que le meilleur. Pour le sauver des futures familles d'accueil, Zeb et Sayer vont se battre pour l'en sortir et faire en sorte qu'il puisse vivre avec son père. Hyde est adorable, il est comme le ciment qui va aider à ouvrir les yeux, ôter les œillères, supprimer les carapaces.

De lourdes étapes à venir côté professionnel et tout autant côté cœur. La relation devient difficile surtout lorsque Sayer fait 3 pas en arrière. Zeb tente le tout pour le tout, mais est-ce que cela sera suffisant pour l'aider à affronter ses propres démons ? Elle est courageuse, forte, indépendante et capable d'aider ceux qui en ont besoin. Je pense à Poppy qui a vécu de grands drames. Si frêle et si jeune, si désireuse de se cacher de tout ce qui s'approche d'un homme.

D'autres personnages me donnent envie de continuer cette série, comme Quaid, qui même si je l'ai vu par morceau, je me dis qu'avec un peu de chance, il aura son propre récit.

Le feu et la glace, l'auteur a bien trouvé. Les deux personnages principaux sont tellement différents et pourtant si semblables dans leur manière d'agir. Ils sont emplis de contradiction. Lui, grand, fort, bourru et un coeur énorme. Elle, grande, belle, pensant ne pas être capable d'aimer (merci papa d'avoir pourri autant la vie de sa propre famille !) et froide, terriblement glaciale.

Le livre est écrit à deux voix, la leur. Zeb sait ce qu'il veut, il lui faut trouver le bon chemin pour amener la jeune femme a vouloir la même chose. Ultimatum, ne pas la laisser réfléchir de trop, il ne lui laisse que peu de répit. Elle réfléchit beaucoup trop et ne se laisse pas aller à ses pulsions. D'ailleurs, c'est quoi des pulsions pour elle ? Avoir les deux personnages est intéressant, car nous pouvons suivre leur manière de penser, d'agir et leur besoin. L'auteur a su décrire des sensations qui ne sont pas facile à écrire, car elles sont dures.

En conclusion, une lecture qui m'a plu. Comme dit plus haut, deux âmes écorchées qui vont devoir traverser bien des épreuves avant de réussir à concrétiser peut-être un rêve de toute une vie. Je lirais la suite avec plaisir.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/clash-tome-1-passion-brulante-jay-crownover-a130718758
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Hélène fait partie d'une famille d'enchanteurs "maudit". Sa grand-mère décède, mais lui transmet ses pouvoirs, comme il le faut. Sauf qu'elle n'en voulait pas et se retrouve à cacher le fait qu'elle a obtenu la magie. Car l'obtenir signifie, pour sa famille, comme celles des maudits, à avoir un masque sur le visage et devenir muette, jusqu'à ce que son prince charmant le lui ôte... Très sympathique malédiction tout de même, il faut bien l'avouer que toutes les jeunes filles qui vont avoir 18 ans ont une sacrée envie de ne pas pouvoir parler et d'attendre qu'un élu vienne la sauver ! Bien entendu, la magie ne va pas resté cachée à vie et lorsqu'elle va se dévoiler aux yeux de la famille de Hélène, c'est la catastrophe pour elle qui va devoir suivre le chemin tracé par ses ancêtres ! Il y a pas mal de choses que je vais mettre de côté, car il faut les découvrir dans le livre.

Une histoire qui débute étrangement, tel un conte de fée qui tourne au cauchemar pour Hélène. Obligée de se cacher pour ne pas porter ce "truc" sur le nez, elle va avoir des trésors d'imagination. Perruque, mensonge, évitement, la jeune femme va passer par bon nombre d'étapes. Une histoire de Napoléon dans l'histoire de cette famille. Pas Bonaparte, non, mais j'ai bien aimé la façon dont l'auteur s'approprie une histoire pour la détourner et en créer quelque chose d'original. Les enchanteurs, les non-enchanteurs, ceux qui sont au courant et ceux qui ne le sont pas. Sans oublier des créatures qui montrent le bout de leur nez.

Concernant les personnages, nous les suivons sans pour autant courir vite. J'aime la façon dont le chemin parcouru prend son temps (il n'y a pas de survol, ou de facilité trop rapide). Hélène doit faire son deuil, ce qui n'est pas une mince affaire. Durant tout ce temps, elle aura le soutien d'une partie de sa famille, mais surtout de Tino (Celestino) un ami d'escrime. Juste un ami ? Est-ce que l'un des deux, voire les deux voudraient plus ? Assurément, mais est-ce possible ? Très bonne question. Hélène n'est pas une jeune femme insouciante, par contre elle désire vivre sa vie sans avoir les contraintes de cette fichue malédiction sur les épaules. Pas de bol, c'était elle ou sa cousine Cybèle qui devait recevoir cette magie. Mais mamie ne l'a pas entendu de cette oreille et a choisie Hélène (c'est dans le premier chapitre !) Cette dernière va devoir se battre pour ce qu'elle désire, va avoir besoin de soutien pour remonter une pente qui s'apparente plus à un gouffre. Entre le décès de sa grand-mère et ses oncles et tantes sans oublier la cousine qui lui tombe dessus, c'est difficile pour elle.

Heureusement, avec Tino c'est un petit coin de bonheur qui lui approche. Son amitié est précieuse. Son grand-père est un homme admirable et tout au long du livre, je me suis posée bon nombre de questions sur ces deux-là. D'ailleurs il reste des zones d'ombres sur eux et j'ai hâte d'en savoir plus avec la suite. Tino est charmant, un côté bad boy avec sa moto. Nous allons de surprise en surprise avec lui. Je ne peux pas oublier Fa (Fasolasi) le chat qui est le garde du corps de Hélène (dit dans le prologue) est un véritable soutien/ami. Il m'intrigue celui-ci ! Un peu comme le roi et la reine que j'ai apprécié. Quant à Cybèle, pourquoi je ne la sentais pas du départ malgré les mots de notre héroïne ? Au final c'est un ensemble de personnages qui font bouger les choses. J'ai adoré Anoiraud et William. Deux personnages complexes qui montrent tout leur talent en divers endroits.

La suite ici : http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-masque-du-silence-livre-1-charlene-gros-piron-a130705348
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-07
Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu un livre de cette maison d'édition, pour diverses raisons d'ailleurs, le manque d'opportunité étant la principale. Je remercie d'ailleurs Eva pour l'envoi de ce livre. Lorsque j'ai reçu ce livre en format numérique, je ne savais pas à quoi m'attendre et ce fut une belle lecture. Un mini-roman au vu de sa taille qui réserve quelques surprises.

Nous suivons Pierre Ferrand (l'auteur en quelque sorte) dans une histoire assez... étrange. Un homme apparemment banal, vivant seul et qui est un espion, non pas au sujet de sa majesté, mais pour un grand groupe d'industriel. L'espionnage industriel qui va vite tourner à un parcours du combattant pour cet homme. La découverte d'un "VT1" va le changer et modifier sa vie à tut jamais.

Difficile de donner plus de détails sans dévoiler cette histoire. Je poserais plutôt la question suivante : que ferions-nous si nous pouvions voyager dans le temps ? Rien qu'avec ces mots, nous pouvons imaginer tout ce que bon nous semble. Pour ma part, j'aurais probablement tenté de faire ce qu'il a fait, à savoir vouloir changer certaines parties de l'histoire du monde. Les guerres auraient pu être évitées ? Difficile à savoir ou même à imaginer si cela pourrait être mieux ou non.

Pierre Ferrand nous raconte ce qu'il voit et ce qu'il fait lors de ses voyages. La réalité se mélange à la science-fiction si facilement que je me suis demandée si cela pouvait être vrai ? Le récit est "petit" et pourtant il y a un panel d'émotions. L'auteur se dévoile, il nous fait partager ses espoirs, ses appréhensions, son questionnement, ses doutes. A chacun de ses pas, il se pose une question ou agit, mais pas sans conséquences. Chacun de ses actes fait bouger sa propre histoire, jusqu'à ce qu'il arrive à découvrir ce qu'est réellement la richesse d'une personne.

J'ai beaucoup aimé la façon dont nous suivons cette histoire qui partie d'un fait qui pourrait être réel en venir à... ça ! Forcément je ne peux pas dévoiler ce "ça", mais c'est une idée comme une autre de comprendre les prophéties. Un voyage qui apporte beaucoup de questions, mais qui décrit également une partie de ce que les hommes et femmes de chaque époque ont pu vivre. Les voyages forment la jeunesse, il paraît, mais il permet de découvrir également sa nature profonde.

En conclusion, une histoire qui pourrait arriver, si le VT1 existait. Une image de l'histoire du monde qui est amusante à suivre. Un voyage qui remet les pendules à l'heure. Comme quoi vouloir changer les choses n'est peut-être pas la meilleure des choses à faire, à moins que justement, c'est ce qu'il faut appliquer. Plusieurs morales à décrypter tout au long du récit qui font réfléchir. Un seul regret, qu'il soit si court.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/futur-anterieur-pierre-ferrand-a130704068
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 09-07
Dans le cadre du partenariat avec NetGalley, j'ai eu l'occasion de pouvoir découvrir cette nouvelle histoire d'Anna Lyra. Je les remercie ainsi que la maison d'édition Harlequin qui a accepté ma demande.

Nous débutons par le décès d'une femme, celle du yarl du clan. Cette femme, non légitime est la mère de Inga, une jeune fille qui à la suite de cette mort va se retrouver dehors. La femme de son père ne veut plus la voir dans ses pattes. Inga va devenir une guerrière par la force des choses, voulant découvrir ce qui s'est réellement passé pour sa mère, mais également pour trouver sa place dans ce clan. Lors d'une expédition, afin d'attaquer et de piller un monastère, l'un des siens va se retourner contre elle. La laissant pour morte au sein même du monastère. Mais ce n'est pas le cas. Elle va avoir des soins en dehors, par le seul homme qui n'est pas encore moine. Ce dernier a fait vœu de silence, mais par sa faute, il a dit un mot. Depuis un an il était devenu muet, mais en la voyant en danger il a eu l'instinct de la prévenir. son vœu est rompu, mais pour autant il garde le silence. Inga va reprendre des forces et un malheureux concours de circonstances va la faire fuir ces lieux avec cet homme. Le retour à la vie n'est pas si simple, surtout lorsqu'il va s'avérer que l'un comme l'autre sont, comme qui dirait, des ennemis.

Une histoire fascinante qui est vraiment bien menée. La lecture est fluide et il y a beaucoup d'éléments qui montrent que l'auteur a fait beaucoup de recherches. De plus à la fin du livre, nous pouvons découvrir tous les textes qu'elle a utilisée pour ses recherches et bien plus encore. La notre de l'auteur est explicite et même des excuses s'y trouvent pour un certain passage. Mais pour ma part, je ne lui en veut pas. L'histoire des vikings, de ces clans, de ces chefs ou Yarl qui sont en place, les trocs, les pillages, les relations, la réputation... tout cela est déjà en place. J'ai aimé découvrir que les femmes ont leur importance au sein des "expéditions" servant à alléger certaines personnes. Le fait qu'elles soient des guerrières les place différemment. Elles sont fortes, indépendantes et même si elles sont douées pour se battre et protéger les leurs, la vie de famille, les femmes qui ne sont "que" des mères au foyer, ne les regarde pas de la même façon (et encore moins ne leur parle).

Les croyances des personnages sont au coeur du récit. Qu'il y en ai un ou plusieurs, chacun voit en l'autre le pourquoi il a cette croyance. Les Dieux nordiques ne sont pas forcément les meilleurs. De ce côté également il y a eu beaucoup de recherches ou de connaissances, peu importe. Le résultat est présent. L'action est un élément clé, mais ce n'est pas tout. Le début de romance qui apparaît par moment n'est ni étouffé, ni même en train de prendre une place énorme. Elle se fait lentement, doucement, laissant des points communs et divergents se montrer. Cette différence des deux mondes, celle de Taran et d'Inga est si bien décrite que je n'ai pas vu les pages défiler. Tous les deux ont eu une vie bien remplie et pourtant elle n'est qu'à l'aube d'un avenir incertain.

Inga s'est retrouvée plus ou moins seule, avec Rikke, une vieille femme qui est liée aux esprits. Ses envie de découvrir pourquoi sa mère est morte la travaille. Pourtant elle va devenir une femme, accomplie, une guerrière et montrer sa force. Même lorsqu'elle se retrouve coincée dans ce monastère, elle ne lâche rien.

Taran est énigmatique. Vivant dans ce monastère depuis plusieurs mois, il est arrivé dans un état lamentable. Le voeu de silence est là pour l'aider. Oui mais l'aider à quoi ? à oublier ? L'auteur nous laisse le découvrir petit à petit, on ne peut que s'attacher à ce personnage qui ne sait plus où il en est. Surtout lorsqu'il se voit dans l'obligation de soigner cette guerrière à l'article de la mort. Il est courageux mais empreint d'un passé qu'il qualifie de peu glorieux.

La rencontre entre ces deux était improbable. Pourtant elle se fait. Ils vont apprendre à se connaitre à s'apprivoiser. à avoir besoin l'un de l'autre. Comme un devoir, une obligation, un besoin viscéral. Leurs différences vont faire leurs forces, communes. La romance s'établit sur des piliers solides, comme une réalité qui pourrait exister.

Une belle description des lieux, de l'action, de ce qui se passe dans les esprits des personnages. Le fait de lire à la troisième personne nous inclus dans les pensées des personnages, pas uniquement un seul. J'ai beaucoup aimé plonger dans cet univers. J'avais déjà eu l'occasion de lire un livre de cet auteur, je ne regrette pas avoir continué sur cette voie.

En conclusion, il s'agit d'un récit qui est bien complet : trahisons, attractions, actions, passions (oui que des ions :p), suspense, rebondissements, questionnement. J'aime beaucoup découvrir les temps anciens et ici celui des vikings est tout autant sanglant qu'impitoyable ou encore frustrant. Des personnages qui ont du caractère et une intrigue derrière eux. Les prophéties ne sont jamais très loin de la victime.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/l-honneur-d-une-viking-anna-lyra-a130697490
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie la maison d'édition Anyway pour l'envoi de ce service presse numérique. Ce qui m'a attiré c'est la couverture même si je n'aime pas trop le visage de la jeune femme, le décor ainsi que tout ce qui l'entoure me plaît beaucoup.

Nous débutons la lecture par une genèse particulière, celle des vampires. Puis celles des loup-garous. ensuite nous tombons dans le vif du sujet avec Victoria, une jeune fille qui vient tout juste de fêter ses 16 ans. Ses parents adoptifs l'emmènent chez ses vrais parents. Bien qu'elle ne le veut pas, elle n'a pas le choix et se retrouve face à deux personnes qui sont ses géniteurs. Nouvelle famille, nouvelle vie, nouveau lycée, nouveau amis et ennemis ? Elle va devoir composer avec toutes ces nouveautés et sa nature qui se dévoile très rapidement.

L'histoire est plutôt originale, dans le sens où les vampires sont différents de ceux dont on peut déjà lire, même si des similitudes se retrouvent forcément. Des bons et des mauvais, pas de milieu possible. La façon dont ils arrivent sur terre, je l'avais déjà lu quelque part s'en approchant, après ce n'est qu'un détail. Ils sont présents, parmi nous sans que nous le sachions. Soit ils nous laissent vivre tranquillement ou font de nous des partenaires de sang, soit ils nous mangent. Plusieurs possibilités qui nous laissent deux chances sur trois de rester en vie. Je ne parlerais pas des loup-garous, car on les voit qu'à partir d'un certain moment et de plus ont une place importante que je ne peux parler. J'avoue que j'ai eu du mal avec le début, avec les genèses. Ce côté Dieu, création des races ne m'a pas plu et j'ai même reculé un moment avant de lire la suite de l'histoire.

Victoria qui est une vampire et non je ne dévoile rien, car nous le savons vraiment très rapidement, va découvrir avec difficulté le fait qu'elle n'est pas une humaine. L'accepter ne sera pas simple, mais elle va devoir s'y faire. Elle a 16 ans et veut encore vivre dans le monde humain qu'elle a toujours connu, sauf que cela n'est plus possible. Je l'ai trouvé assez capricieuse, voire presque haineuse par moment, voulant faire du mal mentalement à ses géniteurs qui ont fait un mauvais choix certes, mais qui veulent se rattraper. Je dois avouer que je n'ai pas réussi à m'attacher à cette jeune femme, par contre J'ai largement été plus encline à suivre William, Tybalt ou encore Dimitri. Le premier étant libraire, le second le chef des Capulets... et le dernier celui des Monte-Cristo... (J'ai eu du mal a adhérer à ces représentants de Roméo et Juliette dans ce livre, le fait de reprendre les noms de famille avec quelques caractéristiques ne m'a pas vraiment emballé) Par contre j'ai trouvé que l'auteur arrive à mieux décrire et investir ses personnages masculins que féminins.

A chaque épreuve, (enlèvement, tuerie, cachotteries, bagarre, suspicion, etc, etc) des (ou une) solutions sont trouvées. Elles ne sont pas forcément les meilleures, elles peuvent tomber dans le glauque,ou au contraire être utopique. Que cela fonctionne ou non, il y a une solution au problème exposé. Et il y en a des problèmes : l'envie d'avoir la jeune fille pour soi, l'envie d'avoir à manger sans se fatiguer, l'envie d'être tout puissant, une guerre semble s'enclencher, mais... MAIS, la fin est déjà arrivée et je suis restée sur ma faim ! Une auteur sadique de plus est sur les rangs (j'aime cette idée !)

Dimitri et Tybalt (j'ai encore du mal à ne pas penser à Roméo et Juliette avec les identités) sont ennemis. Même si c'est flou au départ, comme si deux très vieilles familles se battent depuis des siècles (on en revient au même) nous apprenons très vite le pourquoi ils sont ainsi. Ces deux personnages sont importants. Sans eux, le récit tournerait court. Une vengeance, une envie d'assouvir une peine, tenter de comprendre ce qui s'est réellement passé... Les déchus, les pénitents, les anges, les loups, tout cela ne reste pas dans le cadre du mythe, au contraire, ils se dévoilent, se montrent avec leurs forces et leurs faiblesses.

Les réponses arrivent un peu rapidement à mon goût tout de même. Le temps ne passe pas vite dans le livre, c'est dommage car un peu plus de recherches, d'exploitation des émotions, ne pas rester en suspend à des moments (un peu comme survolé) aurait été, à mon sens, un plus pour la lecture de ce récit. Le vrai moment, le vrai passage qui, pour ma part, est vraiment complet et celui de la fin. Les personnages grandissent, les obstacles s'accumulent, les réflexions plus longues. En parlant de fin, (une fois de plus), Victoria a profondément changé et j'aime ce qu'elle devient (mon côté sadique ressort, je l'avoue) mais j'ai hâte de savoir ce qui va lui arriver par la suite. (et aussi le pourquoi IL s'est passé cette vision violette)

En conclusion, même si quelques bémols ne m'ont pas permis de plonger complètement dans l'histoire, j'ai apprécié la trame de l'histoire. Il y a pas mal d'actions et de questionnements qui se suivent. J'ai également aimé suivre les aventures des personnages et la fin est terrible, donnant une cruelle envie d'avoir la suite entre les mains.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/partenaires-de-sang-tome-1-l-eveil-maria-amini-a130670944
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-07
Je remercie Babelio, ainsi que la maison d'édition de la Martinière pour l'envoi de ce beau livre. Petit et pratique, un format A5 doux au toucher. Une couverture qui rappelle la couleur de la framboise rouge sans pour autant être aussi sombre.

Le sommaire est composé de plusieurs étapes. Interviews, recettes avec en premier plan un sujet : "Qui est la framboise ?" le tout agrémenté de belles photographies. Un petit livre qui ne paye pas de mine dans une bibliothèque mais qui au final est étonnante. Ce chef pâtissier nous apporte d'abord un enseignement sur ce fruit. Du producteur au consommateur, cette framboise apporte un goût différent à chaque recette. Avec ou sans sucre, dans un gâteau ou tout simplement nature, elle peut être sous forme de glace également. Il n'y a pas que la rouge qui existe, elle peut avoir une belle couleur blanche.

Ce n'est pas mon fruit préféré, mais elle a l'avantage de pouvoir se marier avec bon nombre de produits comestibles bien entendu.Pour ma part, adorant la tarte citron meringuée, j'ai eu le plaisir de découvrir qu'elle existe en... tadaaaaam : Framboise meringuée ! Une recette que je vais essayer un weekend.

Mais pas uniquement, elle peut s'utiliser en cocktail, ou même créer un champagne framboise. Et bien plus encore au vu de tout ce qui est décrit entre ces pages.

Certaines recettes sont plutôt simples à effectuer, tandis que d'autres demandent un certain savoir-faire. Mais avec de la patience et l'envie de recommencer, elles seront prêtes à être dévorées.

En conclusion, un livre qui est facile à ranger, à sortir du placard (non tout simplement à laisser sur le plan de travail) et à utiliser. De nombreuses recettes agrémentées de photographies qui donnent envie. De la couleur, de la créativité, un mélange d'ancienne recette et de nouveauté en alliant un fruit qui n'est pas toujours bien connu. A déguster tout simplement !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/framboise-christophe-adam-a130660380
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0