Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par GabrielleViszs

Extraits de livres par GabrielleViszs

Commentaires de livres appréciés par GabrielleViszs

Extraits de livres appréciés par GabrielleViszs

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 23-05
J'aime beaucoup la couverture, et le visage de la jeune femme reflète bien le personnage principal, Rose. Le résumé me tentait énormément également, je retrouve mes premiers amours : les vampires, que l'on voit de plus en plus rarement ces derniers temps.

Rose est donc un vampire de 200 ans. Elle est en quête de cette fameuse goutte de sang qui pourrait la faire redevenir humaine. Une légende vivante cette goutte, un attrape nigaud pour certains, une vérité pour d'autres. Dans cette quête d'humanité, elle va avoir son sang appelé par celui... d'un humain ! Affront, horreur, impossible et pourtant c'est la stricte vérité. Et si les légendes, les suppositions les non-dits et tout ce qui reste dans les recoins ne servaient qu'à faire peur ? Et si la vérité était autre part qu'entre même race ?

C'est un peu ce que l'auteur a, je pense, voulu démontrer. Ce n'est pas parce que nous sommes différents ( classe sociale, couleur de peau, etc, etc ) que l'amour ne peut pas faire son bonhomme de chemin.

Un vampire et une humaine (ok, il y a du twilight là dessous ? Eh Non pas du tout, juste le concept, car Rose ne brille pas au soleil, d'ailleurs elle prend une belle couleur cendre si elle y reste trop longtemps ! Il faut arrêter de voir du twi à toutes les sauces.) Nous avons deux adultes consentants qui savent, ressentent et font des choix. Bons ou mauvais, ils prennent conscience de qui ils sont l'un pour l'autre. Et ce n'est pas un appel de sang qui va les rendre fou, d'amour oui, mais rien d'autre. Sam est un homme qui n'a pas eu la vie facile. Il voit en elle un ange sauveur, une femme qu'il a envie d'apprendre à connaître et à aimer. Quant à Rose, elle est mal dans sa peau depuis qu'elle est vampire (ce qui est bien c'est que nous en apprenons tout au long du livre sur la manière de comment elle est devenue ainsi et par qui) et n'ose pas s'approcher de trop près des humains, sauf de ceux qui la servent.

Une histoire qui pourrait très bien se terminer, comme très mal se conclure. La rencontre de deux mondes dans un sentiment amoureux qui va bien au-delà d'une simple recherche.

La Nouvelle Orléans, que j'ai aimé découvrir avec les quelques descriptions de l'auteur, apporte son lot de force et de faiblesse. La façon dont Sam est traité dans cette ville par d'autres hommes montre combien être différent est devenu dangereux. Pourtant il n'y a que cela de véritablement beau dans le monde, la différence qui fait que nous nous complétons tous. De l'action, quelques rebondissements qui nous permettent d'avoir envie de découvrir ce qui va se passer. Vont-ils trouver cette humanité ou non ? Vont-ils survivre jusqu'au bout ? Quel sera leur choix final ?

En parlant de fin, je voyais pas mal de possibilités, l'auteur en a choisi une. C'est très bien pour ma part. Chacun peut y voir une lueur d'espoir, un puits sombre, ou tout simplement une vérité qui fait mal. Rien n'est vraiment parfait, ni les hommes ni les femmes ni même les légendes. La confiance est quelque chose qui devient surfait et comme l'indique Rose : tout mettre ses œufs dans le même panier, non elle ne le fera pas justement parce qu'elle ne fait pas assez confiance en la nature humaine.

Caleb est l'un des humains qui la sert. (et il y a une histoire à tout cela qui va s'emmêler à une autre) Quant à Arthur il est celui qui l'aide. Il y a d'autres personnages, mais plus succincts. S'il y a des vampires, il y a forcément des contre-vampires : des chasseurs ! Et ceux-là ne sont pas des enfants de coeur. Les trahisons existent comme partout, les atouts également. J'avais un doute sur l'un des personnages et je n'ai pas été surprise en le voyant apparaître de l'autre côté de la barrière.

Petits Bémols, quelques petits "trucs" péchés de-ci, de là dans vampire dairies pour le produit miracle qui pourrait faire redevenir humain un vampire, ou encore un passage de buffy contre les vampires avec le/les réveil(s) et le un pour un (pour ceux qui connaissent, vous comprendrez vite, pour les autres, il faudra lire). Et la romance est un peu trop romancé, même si les émotions de Rose sont exacerbés, devenant obsessionnel. à cause de sa nature profonde ?

En conclusion, un bon début pour cette auteur qui était plutôt basé sur la romance (sauf the Korsican que j'avais adoré). Malgré quelques bémols, il se lit vite et on se prend vite à l'histoire grâce à Sam, je dois bien l'admettre. Il a ce petit quelque chose qui le rend accessible et rend plus humaine Rose. Alexandra nous offre des morales sur un plateau et la réflexion sur certains sujets. Il est à découvrir.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/l-appel-de-ton-sang-alexandra-lanoix-a130225388
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-05
Il s'agit d'une forme de recueil où seuls les dialogues ont leur place. Pas de narration, sauf pour un endroit afin d'expliquer un peu plus ce qui se dit mais autrement tout n'est que communication. A deux ou à plusieurs, les dialogues prennent forment. Bien entendu il est question de sexe sous différentes formes. L'érotisme, le pornographique, l’humoristique également. Les mots se suivent et ne se ressemblent pas. Nous pouvons suivre une petite fille avec son père qui traite de ce sujet sans le savoir véritablement. Cela peut être une simple discussion entre copines ou copains, ou pendant l'acte lui-même.

Par moment j'ai eu l'impression de voir une pièce de théâtre, raccourcie bien entendu. A d'autres c'est plus intimiste, plus proche d'une porte entrouverte où nous écoutons pas forcément de manière malsaine mais d'une manière peu conventionnelle. Ce n'est pas un livre à lire d'une traite. J'ai pris le temps de le découvrir plus pour apprécier la lecture plutôt que d'une traite et en avoir marre de tout cela. La lassitude peut prendre très vite le lecteur s'il tente la complète lecture. Je l'ai lu entre plusieurs livres donc. L'écriture est fluide, les mots peuvent être crus ou doux. L'humour est bien amené.

Difficile d'en dire plus, car il ne s'agit pas d'une histoire traditionnelle, mais de plusieurs petites histoires qui ont un point commun sans pour autant que cela soit extrême dans la vulgarité comme on pourrait penser ou croire.

En conclusion, une lecture par épisode qui garanti un bon humour pour ma part avec quelques pointes de sarcasmes par moment.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/dialogues-interdits-saison-1-theo-kosma-a130191112
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 09-05
Je remercie l'auteur, Savannah Wolf pour m'avoir envoyé ce premier épisode de sa série sur des Pirates, enfin surtout un ! J'adore le symbole sur la couverture. D'ailleurs cette dernière en contrepartie est plutôt sobre, une fois la lecture terminée.

Pirate !!!!!! Hum, je m'égare et non je ne suis pas affublée d'une coiffe bretonne en disant cela :p Bref,Diego Angel (oui oui tout à fait) est le plus terrible pirate de tous les temps. et surtout pour ce 17ème siècle. rien que son nom fait trembler le peuple en entier (enfin presque non je n'exagère qu'un tout petit peu) Cet homme (ou diable, malfaisant, bref choisissez le pseudo qui vous tente) s'amuse avec les bateaux qui croisent sa route (malheur à eux!) La mort n'est qu'une issue de secours pour tous ceux qui voient son regard ! Hum, pardon mon petit doigt me dit que ce n'est pas tout à fait vrai. (oui c'est lui qui tourne les pages numériques) Un jeune homme, Eden, muet de surcroit va se retrouver entre ses griffes (ses couteaux, ses armes, ses dents aussi). entre les deux va s'ensuivre un combat acharné à celui qui détruira l'autre mentalement le plus vite. Bon, nous sommes entre un Pirate sanguinaire et un prisonnier... Nous imaginons déjà la suite et fin rien qu'avec ces deux-là ! Eden va chercher la confrontation régulièrement, mais il va aussi se rendre compte de plusieurs chose (non je n'en dirais pas plus !)

Je m'excuse d'avance pour mon avis qui risque d'être... étrangement écrit, mais trop de sérieux risque de tuer ici.

Un premier épisode qui montre la cruauté (pas décrit jusqu'au bout non plus) des pirates, à croire que l'auteur y a vécu. Explications, descriptions, sauvagerie, mutinerie, coquinerie (euh non pas ça), Savannah nous explore la vie de pirates dans toute sa splendeur. La Tormenta, ce bateau où nous suivons les aventures, les mésaventures, les déboires, espoirs, désespoir, combat en tout genre, etc, etc est navigué d'une main de maître. Entre des espagnols qui déteste les anglais (mais pourquoi ????) nous avons tout ce qu'il nous faut pour avoir une histoire solide. Ajoutez cela des caractères de chien (pardon pour eux, mais ça grogne, ça couine, ça mord comme eux hein) des passés difficiles, des passés à oublier, des passés qui rattrapent doucement mais sûrement le présent... L'avenir reste incertain. Comment survivre lorsque l'on est prisonnier d'un tel équipage ? (la planche ? la torture ? Au final rien de tout cela)

Le capitaine Angel (mdr, désolée mais cela m'amuse un ange démon, c'est tout à fait cela) Pirate démoniaque de tous les temps est un personnage très intéressant. Courageux, impulsif, sauvage, sadique à souhait. D'accord, il adore voir le sang couler sur les ponts ennemis (donc tous les ponts qui ne sont pas les siens). Il aime faire souffrir (et nous en avons un panel plus ou moins expliqué) physiquement, psychologiquement. Mais il est très intelligent. Ce n'est pas parce qu'il a besoin d'avoir une raison pour tuer (massacrer, piller...) qu'il ne réfléchit pas. Son esprit est tortueux (j'adore cela !) mais cartésien. Son jeu est difficilement compréhensible de ses hommes (mais on s'en fiche d'eux :p) mais il y a toujours une raison cachée derrière tout ce qu'il entreprend.

Eden semble avoir un passé LOURDDDDDDD (grrr et on ne sait pas encore ce que c'est, même si nous avons des pistes) Difficile de connaître son âge pour le moment, mais il est jeune et à déjà vécu l'horreur. Le fait qu'il soit muet ne l'a pas aidé non plus à chaque fois qu'il se soit retrouvé sur un bateau contre son gré. Il est fougueux, malade, téméraire et idiot à la fois. Muet mais pas depuis sa naissance. Qu'a-t-il bien pu vivre pour en perdre la parole ? Mourir ou ne pas mourir ? cette décision ne lui appartient pas, devenant le chiot de ce Pirate. Oups pardon, devenant l'animal de compagnie de Amets.

Entre les deux c'est une relation trèèèèèèèèèèèèèèèèès particulière qui va s'instaurer. La peur est la pièce maitresse, mais il y a aussi la curiosité qui est très présente. Pourquoi ce jeune Eden est encore en vie ? Pourquoi semble-t-il être protégé par ce pirate coupeur de têtes toutes confondues ? Ne serait-ce pas plutôt un simple amusement ? Car une fois que ce Diego en aura fait le tour, la mort va se profiler non ?

Vient ensuite tous les autres. Je pense d'abord à l'équipage qui compose la Tormenta. Des bons (enfin autant qu'ils le peuvent en étant pirate) des mauvais, des très mauvais (de véritables petites teignes). Des yeux de fouines, une mouette non volante, des personnages qui veulent la peau du capitaine et d'autres celle du prisonnier. Santa Cruz, Miguel, Juan, Amets, Guillermo... Et puis il y a ceux que l'on suit quelques années auparavant. ceux qui semble liés à l'un ou l'autre des personnages, voire un peu plus. La cruauté n'est pas forcément là où on pourrait le croire.

En conclusion, un premier épisode qui m'a énormément plu. Des pirates à la hauteur de leur réputation. Un historique léger, mais qui semble bien intégré et surtout qui donne des éléments sur ce qui a bien pu se passer. L'auteur ne s'amuse pas non plus à mettre de la débauche, du sang des massacres à chaque page. C'est dosé entre ces quelques scènes et la recherche de ce qui lie ou va lier les personnages entre eux. Un monde que j'ai aimé découvrir grâce à sa plume. J'ai trouvé les mots justes, avec quelques notes de "nous" ce qui rend le récit un peu plus particulier. Je le recommande !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/nahash-episode-1-dans-la-tombe-savannah-wolf-a130117458
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie l'auteur, Cindy Defosse pour m'avoir proposé de lire son premier livre de cette saga "Les éférides". Déjà, j'adore la couverture, les couleurs, les symboles, les ailes... Entre ça et le résumé qui m'attirait, je n'ai pas pu résister à l'envie de le lire.

Leïna, 17 ans, va devoir choisir sa voie. Dans son village du nom de Iilanda, les règles sont strictes : interdiction de sortir la nuit, de toute manière leur corps s'endort inexorablement lorsque le soleil se couche, obligation de suivre les cours jusqu'à leur 17 ans et ensuite être dans l'obligation de choisir une voie. Sans oublier toutes les interdictions comme le symbole du papillon. Par chance, ils ont le choix de décider ce qu'ils veulent faire de leur avenir. Les événements avant qu'elle ne doit donner sa décision vont lui faire prendre conscience qu'elle doit partir de chez elle, de ce village pour découvrir par elle-même le monde tel qu'il est.

J'ai été happée du départ dans l'histoire. Les descriptions donnent vraiment l'impression d'être dans les lieux, aux côtés de Leïna et de ses amis. La vie de la jeune femme est réglée comme une horloge. Elle pourrait être ennuyeuse à mourir avec tous les gestes quotidiens, mais c'est tout le contraire. Nous pouvons voir son attachement à sa jument Daily, à ses amis Weddy, Malive, Rudy et Tédor. Lorsque le malheur frappe c'est toute une communauté qui se ferme sur elle-même.

Le chemin que Leïna va parcourir est semé d'embûches. Sa différence est mal perçu par les hauts dirigeants du sommet. Enfin il faut savoir qu'elle n'est pas la seule ainsi et qu'il y a dans des années un enfant qui naissait avec cette particularité ne voyait pas la lumière du jour suivant. Le monde décrit par l'auteur n'est pas un monde de bisounours. Certaines contrées sont remplies de monstres, certaines grottes sont bien plus dangereuses qu'un couperet. Et même dans certains des lieux auxquels les jeunes décident d'aller, leur vie ne tient qu'à un fil. Il s'agit d'un combat de tous les jours lorsqu'ils ont leur 17 ans.

L'aventure de ce récit est complète : un monde crée sur mesure, des personnages qui évoluent en fonction des épreuves à traverser, une magie infime qui n'est ni bonne ni mauvaise, il suffit de savoir s'en servir correctement. Intrigues, légendes, prophéties, action, tout est là pour donner du rythme au livre. Une quête qui au départ n'était qu'une simple envie de découvrir le monde, va devenir une véritable épopée où se mêle bon nombre d'émotions.

Concernant les personnages, nous en suivons plusieurs dont la demoiselle bien entendu. Celle-ci qui avait du monde à lui faire tout ce dont elle avait besoin, se retrouve seule et doit apprendre à se débrouiller seule. Elle a de bons réflexes et lorsqu'elle va rencontrer deux frères, Elbor et Faënor, deux vagabonds qui ont déjà parcourus le monde et continue de le faire malgré le fait que les vagabonds soient mal perçus dans ce monde. J'adore ces deux personnages, ils se complètent, protecteurs l'un envers l'autre. Entre les trois personnages, cela colle bien. Ils se lient d'une amitié profonde, voire un tout petit peu plus pour deux d'entre eux. Grâce à eux, Leïna mûrit, devient véritablement plus réfléchie. Le fait qu'ils ne soient pas toujours d'accord sur tout donne du piment. Ils ont besoin de se confronter les uns aux autres. Par contre ils savent être solidaires. Lorsque la quête leur tombe dessus, les deux garçons qui ne sont pas des chevaliers servants même s'il vont la défendre vont rester à ses côtés, en maugréant. Ils vont faire de très belles rencontres telles Kant et Calia et d'autres beaucoup moins.

Nous suivons également le personnage de Wen que j'adore. Cet homme est vraiment à double facette, il a un rôle important même si nous le voyons un peu moins que les trois autres. Il est obnubilé par Leïna (il le dit lui-même dès le départ du récit) et veut la jeune femme pour lui. Il est prêt à bon nombre de sacrifices et de bon nombre d'actes... D'autres protagonistes sont très intéressants, les amis du départ de Leïna que nous revoyons pour certains tout au long du récit avec parcimonie.

En conclusion, un premier tome qui a su me conquérir. J'ai eu un mal fou à le lâcher (d'ailleurs il a été dévoré). Une quête qui montre les vrais visages des personnages. Une évolution permanente dans le système en place. Un monde crée de toutes pièces peuplé d'intrigues, de légendes. Et une fin qui a failli me faire lâcher une larme (failli hein, elle n'est pas tombée celle-là car j'ai eu un doute bien avant lorsque des paroles ont été dites par ledit personnage)

J'ai vraiment hâte de découvrir la suite !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-eferides-tome-1-l-aube-d-une-destinee-cindy-defosse-a130097126
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Sylvie des éditions Anyways pour m'avoir fait découvrir ce premier volume "Les sorcières de Kinvar".

J'aime beaucoup la couverture claire, lumineuse, avec juste ce qu'il faut pour imaginer ce qui pourrait se tramer. Les symboles magiques, la marionnette, j'aime beaucoup cet ensemble qui attire l’œil.

L'histoire débute sur tout autre chose. Une guerre qui se passe plusieurs millénaires auparavant. Une guerre entre différents peuples : les hommes, les sorciers, les selkies et autres créatures qui peuplent le même monde. Une explication de ce qui se passe bien avant que nous connaissions le monde dans lequel nous vivons. Les apparences étaient bien différentes, les lois aussi. Lorsque nous atterrissons auprès d'une jeune fille, Emily, 9 ans, nous débutons sur une histoire banale. Une petite fille, des parents qui la protègent et puis quelque chose qui titille. Ils la protègent un peu trop, sont trop méfiants. De quoi ont-ils bien peur ? Le drame arrive et la fillette va découvrir un monde qu'elle ne connaissait que dans les livres. Des poupées qui parlent, la sorcellerie qui existe, des loups-garous en vie, des vampires bien présents. Et elle dans tout cela ? Qui est-elle vraiment ?

Emily grandit très rapidement pour que nous la retrouvions à ses quinze ans. Nous avons toutes les étapes très succinctes pour arriver jusque là. Cet âge a une signification particulière pour la congrégation. Enfin presque cet âge, il manque quelques mois. Mais pour Emily c'est l'âge parfait pour avoir des amis, sortir et raconter tout ce qui se passe dans sa vie d'adolescente à ses poupées que son père lui a offert, bien des années avant.

L'histoire avance doucement, un peu trop à mon gout. Le début a été très vite et ensuite, c'est plus calme. L'aventure que va vivre Emily n'est pas anodine. Elle doit traverser des épreuves, découvrir qui elle est véritablement. J'ai des doutes sur sa vraie nature, mais j'attends la suite pour en être totalement sûre, car des éléments donnés me font tiquer. Je n'en dirais pas plus pour ne pas trop en dire justement. J'ai apprécié les explications, la vision de l'auteur qui décrit parfaitement bien les situations et les lieux. D'ailleurs, chaque chapitre débute avec une explication, un récit qui raconte, un peu comme une encyclopédie sans que cela soit lourd. Une forme d'exemple qui nous ouvre sur ce qui va se produire, une ouverture d'esprit, ou encore un récit sur les sorcières.

Le récit tourne autour d'Emily essentiellement, mais aussi sur les autres personnages qui l'entourent. Sa grand-mère, sa cousine, sa tante... Que des femmes ! Des mangeuses d'hommes ? -rires- Mais pas que, en fait, les poupées (garçons et filles) sont également importantes. Elles sont liées à Emily. Un lien fort, puissant qui nous fait nous poser des questions. Nous avons des réponses, pas sur tout, sinon il n'y aurait qu'un seul tome, mais sur certains points. Cette jeune fille a un grand courage, des forces et des faiblesses. Sa particularité (ses yeux par exemple) que nous apprenons à cause de ses yeux nous donnent un aperçu de la façon dont une personne différente peut-être perçu. Mais également l'inverse, elle est différente et les autres savent le lui montrer.

Tout cela donne envie de découvrir la suite, je l'imagine plus mouvementée. La fin est assez particulière, je n'ai pas vu ce final arriver dans la maison. Concernant le dernier personnage, je le voyais venir, trop gentil, trop mielleux, trop... je suis méfiante par nature, j'ai bien fait ! Parler des autres personnages plus profondément me pose problème, car cela signifierait donner des détails qui sont importants à découvrir à la lecture. Sachez juste que certains même secondaires ont leur importance. chaque détail, chaque comportement amène forcément quelque chose qui va définir le chemin que Emily va suivre, de gré ou de force.

En conclusion, j'ai passé un agréable moment de lecture. Un déroulé sur la vie d'une fillette qui va vivre des drames et apprendre à s'en sortir avec de vrais amis. Un début d'adolescence qui n'est pas facile, mais un personnage principal qui a envie d'avancer dans sa vie. J'aurais aimé plus d'actions, mais je pense que cela viendra avec la suite.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-sorcieres-de-kinvar-tome-1-la-sorciere-aux-poupees-marie-laure-jun-a130091048
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Joël de la maison d'édition Taurnada pour m'avoir fait cette proposition parfaitement décente : Avoir un Haig de plus entre mes murs et cacher l'argenterie avant qu'il n'y parvienne ! Point d'argenterie chez moi, mais la joie d'accueillir cet aventurier de nouveau entre mes mains.

Comme celui que j'ai déjà lu auparavant qui est le tome 3, celui-ci est le premier de cette saga qui peut être lu indépendamment des autres.

La couverture et le résumé sont parfaitement en adéquation. La végétation luxuriante, la jeune femme, les arbres qui cachent quelque chose, mais quoi ? Personnellement je ne pensais pas à tant d'horreur lorsque nous plongeons dans l'histoire du Cambodge.

Ici nous trouvons un Haig adulte qui vend de tout grâce à sa péniche, la Marie-Barjo, au Cambodge. L'alcool, médicaments, équipements, matériaux, la Marie-Barjo est puissante et peut contenir plus de 50 tonnes dans ses entrailles. Même si elle est capricieuse au démarrage, elle vire au doigt et à l’œil de son capitaine. Aidé par Bozo, Bang et Kim, l'équipe va nous faire découvrir qu'il ne fait pas bon de faire du tourisme de ce côté du pays et encore moins d'être trop gourmand.

Aventurier au grand cœur, personne ne pourra dire le contraire, il n'a peur de rien, enfin presque rien. Lorsqu'il prend à son bord la demoiselle espagnol du prénom de Marisol, il sent que les ennuis ne sont pas loin. Ce qui n'est pas faux. A chacune de ses escales, il voit des atrocités, alors que la guerre est belle est bien terminée. qui peut bien s'amuser de la sorte ? Haig ne cherche pas les ennuis, mais ils sont juste devant lui. Et dire qu'il n'avait qu'une véritable règle : ne jamais emmener quiconque sur son bateau. Une règle dérogé qui ne va pas lui faire que du bien, à lui et ses compagnons.

L'auteur nous montre une après-guerre qui n'est pas de tout repos. Le pays semble magnifique, dangereux et dans un semblant de calme. Le troc est une obligation, tout ce négocie, tout se vend, tout s'achète, à quelques exceptions prêts. Une histoire un peu longue a démarrer dans le sens où l'intrigue ne débute pas tout de suite, ce qui m'a un peu perdu je l'avoue. Mais une fois entrée dans l'histoire c'est un délice de suivre cette aventure. Nous découvrons le malheur, la pauvreté, la famine, mais aussi la solidarité et surtout la peur.

Concernant les personnages j'ai apprécié tous les personnages. Haig bien entendu qui est le personnage principal. Un homme de parole qui sait se défendre, qui a des trésors de patience cachés et qui n'hésite pas à venir en aide. Bozo, doué en mécanique, le mcgyver des temps modernes, un peu (beaucoup) déjanté. Malade et adepte de toutes les sortes de drogues possibles et inimaginables, c'est un compagnon hors pair. Kim, l'écologiste en puissance. Faites attention où vous mettez les pieds, la forêt est sacré pour lui. Bang et son chien trop vieux. Bang et sa force colossale qui peut porter une cargaison de plus de 220 kilo sur l'épaule. Le docteur Chour qui fait ce qu'il peut avec ce qu'il a. Et Marisol, cette jeune femme empli de secrets. Il y a d'autres personnages qui sont vraiment secondaires, mais qui ont leur importance. (comme la peur ancrée depuis quelques temps par la faute de l'un d'entre eux...)

En conclusion, une histoire qui m'a fait découvrir l'envers du décor du Cambodge. Un récit qui raconte dans les grands lignes ce que vivent les habitants, jour après jour. Je suis passée par bon nombre d'émotions : l'angoisse de découvrir les secrets des Monts rouges, la joie de les voir s'en sortir vivant lorsqu'il sont face à face avec un tronc d'arbre énorme, la tristesse aussi. Une histoire qui n'est pas sans morale et qui pointe du doigt ce qui se passe en dehors de notre territoire. La déforestation, les guerres civiles, le trafic en tout genre. Un changement radical, un dépaysement qui donne envie de découvrir sur place, mais alors armée, jusqu'aux dents !

Une aventure à découvrir !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/haig-le-secret-des-monts-rouges-thierry-poncet-a130089708
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-04
Depuis un moment, je savais qu'il y aurait un nouveau livre d'AJ, il suffisait de suivre sa page pour avoir des brides d'informations. Je la remercie pour m'avoir fait parvenir son nouveau bébé. J'ai le sourire en me disant qu'elle a la hantise de lire mon avis, parce que amie ou non, je reste franche. Je sais que cela lui plaît, c'est le principal, même si elle ne doit plus avoir d'ongles à force.

Allez, passons à la couverture. Elle indique dans quoi l'on va s'embarquer : un combat entre deux personnes, mais également un combat avec soi-même. Je trouve juste dommage la couleur des cheveux de la miss. (rire)

Concernant le récit, nous suivons les pas de Sébastian, un jeune homme, la trentaine, qui se bat depuis plus de deux ans pour remporter le titre de champion de kickboxing. Deux ans d'affilées qu'il tente et reste en seconde place. Cette année sera la sienne, il n'y a pas moyen pour lui de passer à côté, car il sait que c'est sa dernière chance. Après, il sera trop "vieux". Un rituel et le voilà devant Elise, une jeune et jolie femme tatoueuse qui est prise de haut par ce monsieur muscle. L'arrogance ne l'étouffe pas, par contre elle rêve de pouvoir le lui enfoncer quelque part. (enfin c'est moi qui le dit hein !) Pensez donc, elle a ses propres clients, ses propres rendez-vous et celui qui devait faire le tatouage de mister arrogant (pardon, mais il va garder ce nom un moment) n'est pas présent. Il exige de l'avoir là, maintenant, tout de suite ! Un début bien difficile pour les deux personnages surtout lorsqu'on se doute que notre auteur ne va pas les ménager.

La vie de Sébastian semble, dans l'ensemble simple. Vu de l'extérieur, il vit de sa passion, de son kickboxing. Frapper, tournoyer, sauter, être au centre du ring pour obtenir ce qu'il désire. Il se donne à fond. Son frère Nils est son manager, il décide qui est bon pour lui, tout comme son entraîneur Tomas. Mais ce n'est que la partie haute de l'iceberg. Si on y regarde de plus près, les tensions entre les trois sont à leur apogée. Ils ne sont pas franchement d'accord sur tout et monsieur arrogant ne sait pas parler correctement à ceux qui l'entoure. Bien entendu il pense qu'il peut y arriver tout seul, quelle idée ! Avec ses petits poings tout musclés, sans réfléchir... Bref bien entendu qu'il est capable de se vautrer tout seul ! Savoir rechercher de l'aide n'est pas une marque de faiblesse.

La vie de Élise est tout sauf facile. Tatoueuse, elle cache un lourd secret qui la rend malade. Elle est tout aussi forte que faible. Réfléchie, elle ne s'engage pas à moitié dans une relation, tout comme dans un tatouage. Elle a connu des déboires, pourtant elle espère secrètement trouver ce qui lui manque. Elle se démarque de par son travail, ses attitudes, son allure. La confiance en soi est une chose que l'on n'acquière pas en un claquement de doigts. Il faut avoir des gens sur qui compter, qui sont présents pour vous et surtout qui ne vous tournent pas le dos au moindre problème. Prendre son temps pour prendre du recul et analyser. Mais il ne faut pas trop analyser au risque de se perdre.

J'ai beaucoup aimé tout le côté "combat" sur le ring. Les descriptions m'ont mises au premier rang d'un match de ce type. J'avais en stéréo les commentateurs qui ne savent pas s'arrêter, qui décrivent ce que l'on voit parfaitement. J'étais totalement prise dans le feu de l'action. Les bons mots, les bons gestes, de la technique, de la recherche... l'auteur nous embarque dans un monde qui n'est pas connu de tous.

Tout ce qui se passe du côté de monsieur arrogant est prévisible, mais je pense que c'est fait exprès pour mieux nous détourner par ce qui se produit chez Élise. J'ai été surprise, pas agréablement de son passé car bien entendu il n'est pas tout rose (YES !), mais surprise par ce que AJ a imaginé pour elle. C'est plus compliqué que ce que je croyais. Il faut le découvrir par soi-même pour comprendre ce qui la ronge depuis si longtemps. A ses côtés, Adrian, un colocataire et ami de longue date. Il la connaît depuis très longtemps et sait par où elle est passée. Il y a plusieurs subtilités qui se découvrent les unes après les autres.

En conclusion, les personnages sont travaillés tout comme les descriptions. L'histoire change de ce que l'on peut voir, pas un biker avec une midinette en extase. Mais plutôt une femme qui se débarque par choix et un homme qui veut la victoire. Deux battants qui ont vu la mort de près. Deux battants qui ont décidés de suivre un chemin pour s'en sortir. Le ring est un lieu commun qui apaise certaines douleurs. Cela ne fait pas tout, il faut aussi pouvoir avancer avec les souffrances pour mieux les appréhender. Ensemble ou seuls, Sébastian et Élise vont apprendre. Un combat de tous les jours, pas uniquement que le ring s'inscrit entre les lignes.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/alive-deploie-tes-ailes-aj-kauffman-a129999804
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Nathy pour l'envoi de ce troisième tome. J'avais eu la chance de pouvoir le découvrir en partie lorsqu'elle a eu besoin d'un oeil extérieur pour certaines parties. Il était presque terminé d'ailleurs. Je me suis replongé dedans avec bonheur. Presque 3 ans que j'attendais la suite de cette saga, je ne désespérais pas, puisque je suivais avec assiduité le fil d'actualité de la maison d'édition. Je savais qu'il allait venir, mais quand ? Le voici enfin, avec un renouveau version couverture. L'écriture du titre est modifié, moins de rouge, mais encore plus belle que les deux précédentes (je parle de la première édition version papier pour les deux premiers tomes, pas des nouvelles couvertures)

Nous suivons les pas de Nelly et Cathal dans la citadelle du clan des Terres du Nord. Le destin de Cathal est de mener les hommes à une guerre et donc de les préparer physiquement. Entraînements et se montrer à la cour devient primordial. Il est LE guerrier vampire, LE Chevalier vampire qui doit tous les conduire à la réussite. Nelly découvre ce nouveau monde. En tant que novice, elle ne sait pas encore se contrôler, mais avec l'aide de Cathal, elle devrait y réussir. Oui, mais voilà, il ne pense plus qu'à cette guerre et l'oublie totalement, l'isolant un peu plus. Des choix difficiles à faire pour l'un comme pour l'autre, mais des choix qui risquent de les mener à leur perte.

Un tome plus sombre niveau émotions. Le livre est sur plusieurs plans.

Déjà la guerre s'annonce entre ceux qui veulent le plein pouvoir sur les humains et ceux qui les défendent (d'une manière générale car c'est bien plus complexe que cela.) Nous avons les deux côtés, celui des "gentils" et des "méchants". J'ai adoré être dans les pensées de celui qui veut tout contrôler. C'est un sadique en puissance, adorant faire souffrir homme, femme, enfant. rien ne peut lui échapper. Il a une mainmise sur son peuple qui est si impressionnante que chacun d'entre eux est capable de se donner la mort plutôt que de le décevoir. Quant aux "gentils" version Cathal, Edern et compagnie, ils doivent prévenir les diverses attaques que certains clans subissent. L'histoire est sur des charbons ardents. Qui est dans le camp de qui ? Qui est le ou les traître(s) ? En qui faire confiance ? Une part importante où trahisons, conflits, menaces sont au cœur même du récit.

Ensuite, nous avons le couple Nelly/Cathal qui ne va pas bien du tout. Alors qu'elle devrait avoir tout son soutien dans sa transformation qui n'est pas complète, il disparaît de sa vie complètement, coupant jusqu'à leur lien pour ne pas qu'elle l'ennuie avec des futilités. Des futilités... Il s'agit de la santé mentale et physique de la jeune femme. Alors oui, il est le grand chevalier vampire qui n'a qu'une mission, mais je suis ravie de voir la tournure des événements lorsqu'elle doit choisir entre vivre ou mourir. L'égoïsme, c'est un trait de caractère qu'il n'a pas perdu. Il l'a voulait, pour lui tout seul, la transforme pour la garder pour l'éternité, mais ne fait pas ce qu'il faut pour qu'elle devienne une immortelle à part entière. Et la laisser au cœur d'une cour qui n'en a rien à faire du statut de "compagne" de Cathal devient très dangereux, surtout quand la reine est très... proche du protocole en vigueur.

Enfin nous avons les archives qui nous donnent des précisions sans pour autant alourdir le texte. Disséminées par endroit stratégique, nous découvrons des personnages, des lieux sous un autre angle sans pour autant les faire agir.

Concernant les personnages, nous voyons essentiellement Nelly, Cathal, Nicolaï, mister vilain... Patrice est moins présent, mais le peu que nous avons montre son évolution au sein de la citadelle. Lui qui est un humain semble avoir trouvé sa place bien plus facilement que Nelly qui se perd dans tous ces protocoles. Cette vie n'est pas pour elle et elle le montre bien. Son caractère évolue de manière significative et le fait de ne plus avoir de mentor va la rendre plus propice à d'autres découvertes. La relation entre les deux devient plus que difficile jusqu'à un point de non-retour. Je n'en dirai pas plus car c'est une lente dégradation de la relation par la faute d'une seule personne.

L'égoïsme est une vilain défaut. Par chance, par contrainte, par je-ne-sais-quoi, les personnages évoluent, se découvrent et font des compromis. La suite risque d'être difficile, parce que oui, il y a un tome 4 !!!! Je n'indiquerais pas le gros mot qui est sorti à ce moment, mais j'avais oublié ce détail !

Plus personne n'est à l'abri, ni les humains, ni les vampires. Les attaques interviennent n'importe quand. Et les dégâts sont considérables.

En conclusion, un troisième tome qui est moins sanglant que les autres mais où les réflexions sont plus nombreuses, plus difficiles. Il y a plus de sentiments sombres, plus de combats intérieurs. Une chose à savoir... Nathy a réussi à me faire pleurer ! Faut y aller pour que je lâche une petite larme, mais même en sachant ce qui allait se produire, j'ai pleuré et pas juste une goutte tellement j'étais dans le récit. vivement la suite !!!!

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/dark-side-les-seides-d-ashtart-livre-iii-nathy-a129941820
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Aurélie des éditions Sharon Kena pour l'envoi de ce service presse dans le cadre de notre partenariat.

J'avais apprécié le premier tome, ce second est meilleur à mes yeux. De plus je préfère cette couverture à celle du premier volet. Plus harmonieuse en un sens et elle regroupe tous les éléments importants du récit.

Nous retrouvons Cathye, six mois après. Six mois après quoi ? Bonne question, après avoir laissé Gabriel prendre un avion, nous la découvrons dans un lieu où elle est considéré comme une esclave, avec d'autres humains comme elle. Sous-entendu, avec un don qui intéresse la reine mère, je nomme Isobel. Six mois où la jeune femme apprend à faire confiance, aux bonnes personnes, aux mauvaises, peu importe, elle ne peut pas rester seule avec ce don. Très peu de personnes savent qui elle est réellement, pourtant elle va devoir combiner entre ce qu'elle veut montrer et le phénix qui a envie de montrer sa toute puissance. Ses rêves lui montrent une présence, un regard bleu qui la hante même de journée. Mais impossible de savoir qui est cette personne. Une vie de rêve en somme... Un cauchemar qui risque de tourner au carnage.

L'histoire est drôlement mouvementée. Cathye n'a pas une vie facile dans ce camp "d'entraînement". Elle ainsi que les autres humains doivent travailler pour se nourrir, s'occuper des animaux, planter de quoi subvenir à leurs besoins, et s'entraîner en vue des multiples combats qui sont mis en place. Une arène, deux combattants qui doivent faire en sorte de créer un spectacle à la hauteur de la reine, jusqu'à ce que l'un des deux ressortent en vie. La dure loi de ce campement. Six mois et Cathye n'arrive toujours pas à s'en sortir. Elle a de précieux amis qui sont dans la même panade. L'entraide est primordiale, mais il faut tout de même avoir confiance. Ce dont elle ne manque pas.

Dons, puissances, trahisons, recherches, actions, quête du pouvoir et de soi. Un second tome complet qui me laisse sur ma faim. J'aurais déjà voulu connaître la suite ! L'auteur arrive à nous maintenir en haleine. Il n'y a pas de temps mort, soit nous suivons une routine qui est stressante de part les personnages qui tournent autour de nos héros, soit nous sommes au coeur de l'action. Les sentiments et émotions sont présents sans pour autant passer devant la guerre qui est en marche. Pas mal de surprises dans l'histoire qui nous font nous poser de nombreuses questions. Un point où je ne me suis pas fait avoir : le traître, je l'avais du départ. Je ne sais pas pourquoi j'étais focalisé sur ce personnage, mais c'était louche certains de ces agissements : trop gentil, trop exubérant, trop... raaaaaah difficile de trouver les mots justes, mais je le savais !

En parlant des personnages, nous en retrouvons certains du premier et découvrons de nouveaux. Anya et Youri le frère et la soeur russe avec un passé houleux, deux cousins qui n'avaient rien demandé à personne, Charlotte, Eve, Samuel... Tous vivent dans ce camp sous la contrainte. L'âge importe peu, seuls les dons comptent et ils ne sont pas tous défensifs. Le corps à corps est un art qu'ils se doivent de connaître s'ils veulent rester en vie. Contre des immortels il vaut mieux être préparés, même si le risque de s'en sortir en vie est mince. D'ailleurs c'est ce que j'ai aimé avec l'auteur, tous ne s'en sortent pas ! Ce n'est pas mon côté sadique qui ressort, juste que des humains même super entraînés et avec des dons ne peuvent pas toujours gagner contre des immortels. L'arrivée d'un ancien dans le camp est un événement.

Ce que les personnages vont devoir subir pour avoir un semblant de liberté est un véritable parcours du combattant. D'ailleurs, est-ce qu'ils sont véritablement libres ? Des liens de servitudes sont toujours forts, la magie des anciens l'est tout autant, puissante. Des choix sont obligés d'être faits, en fonction de ce que ressentent les personnages. Ce qui va bouleverser bien des plans d'un côté comme de l'autre. La fuite n'est pas qu'une question de survie. Elle est aussi la réponse à un soulèvement de peuples contre l'oppression. J'ai aimé retrouver Gabriel et Andreas, de voir comment leur lien à évoluer.

Quant à Isobel et ceux qui l'entourent, ils sont tous en admiration devant elle. A moins que ce ne soit le fait qu'elle soit puissante et capable de bien plus que n'importe quel immortel. C'est une femme qui est très belle, qui sait ce qu'elle veut. Le problème ? C'est qu'elle est égoïste, vindicative, adorant jouer avec la vie des autres. Tous, humains, immortels, ne sont que des jouets, des pions à placer et à éliminer au besoin pour assouvir sa soif de puissance.

Il y a beaucoup de recherches au niveau des peuples ancien, du langage, des mots, des instruments. Une belle découverte de ces mondes anciens.Une lecture fluide et des phrases qui se suivent sans voir les pages défiler. Et la fin donne vraiment envie de savoir ce que va devenir Cathye et ses amis.

Petit bémol. Il s'agit du départ du livre. Je me suis demandée s'il n'y avait pas un souci dans le texte, si je n'avais pas raté un livre. J'ai vérifié la couverture, mais c'était bien le tome 2. Alors j'ai été relire la fin du tome 1, ainsi que mon avis, parce que je me sentais perdue. 6 mois ont passés. sans explication du départ, sans savoir ce qui a bien pu se produire. J'ai eu du mal à me mettre dans le texte durant quelques chapitres. Puis enfin j'ai pu l'intégrer en me disant que j'en saurais forcément plus, plus tard. C'est dommage.

En conclusion, un second tome que j'ai beaucoup apprécié. Une lecture vivante, agitée, pleine de rebondissements. Nous en apprenons plus sur les personnages et jusqu'où peut aller la peur de l'autre, la volonté de nuire à l'autre. Vivement la suite !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/incandescente-tome-2-la-flamme-oubliee-k-aisling-a129931684
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 18-04
Je commence par remercier l'auteur, Mickaêl Lawrence pour l'envoi de son livre en service presse. Je dois dire que le résumé m'intriguait tout autant que la couverture. Lorsque le livre est arrivé, j'ai apprécié le format du livre et la couverture fait moins sombre que sur écran. Je me suis demandée également ce qui se trouvait derrière le titre. J'avoue qu'il a fallu que je lise le récit pour trouver. Quand on est blonde... (ironie quand tu nous tiens !)

Le prologue débute en Juillet 2001 avec un homme (ou une femme ?) qui a enlevé un petit garçon. Ce dernier a peur, car il est ligoté et les yeux bandés sans possibilité de savoir qui est derrière tout cela. Va-t-il revoir sa mère ? Quels sont les plans de cette adulte qui semble avoir quelques soucis psychologique ? Nous passons au chapitre 01, en aout 2016 avec une jeune femme du prénom de Naomie. Elle va retrouver ses amies pour la soirée et prévoir de passer dans le fameux manoir qui hante les esprits de tout à chacun. Avec Morena, Nathan, Matthieu, Charlie, Marion, tous les six ont décidés d'invoquer Marie. Le rituel effectué, rien ne se passe... dans l’immédiat. Mais comme l'indique l'auteur dans la dédicace : " Il ne faut jamais jouer avec les légendes ! "

Concernant l'histoire, j'ai beaucoup aimé sa mise en place, qui même si je l'ai trouvé un peu longue, elle met en place les personnages et les éléments qui sont nombreux. Nous voyons comment chacun vit, s'amuse, travaille ou en recherche d'emploi. Une vie banale où il suffit d'un petit rien pour que tout bascule. Ce petit rien ? Juste un truc bizarre qui semble revenir d'un lieu où l'on ne revient pas. Un fantôme ? Un spectre ? Un leurre ? Un humain qui profite de la situation pour faire peur et tuer ? Des questions se posent, des événements arrivent et... la mort est inéluctable ! Désolée, il fallait que je le note ainsi - rires.

Le récit m'a fait penser à ces films qui sont là pour faire peur. Lentement, graduellement, avec une pointe de suspense au départ pour arriver bien avant le milieu du film, ou du livre, à un déferlement de mauvaises ondes, de cadavres, de sursaut et de cris. Je pense à Bloody Mary (cité dans le texte) à tous ces films paranormaux, tel "Paranormal activity" ou encore "Candyman" et bien d'autres d'ailleurs. Un rituel, un miroir, des bougies, une envie subite de savoir s'il n'y a pas quelque chose de l'autre côté et crack ! Hallucinations collectives ou bien quelque chose est présent ? De temps en temps nous revenons en arrière, pour mieux tenter de comprendre le présent.

A force de vouloir jouer avec ce qu'ils n'aurait jamais dû, les six amis vont en payer les frais. Ce n'est pas sans compter sur le fameux "don" de Naomie qui pourtant la préviens de ne rien faire, de ne pas recommencer. Mais ne pas recommencer quoi ? La réponse se trouve au tout début du texte et cela fait froid dans le dos.

L'auteur joue avec les rêves, les souvenirs, la voyance et la réalité pour mieux nous perdre ? J'avoue que par moment je me suis demandée où il comptait nous emmener. Une fois entrée dans l'histoire, je me doutais bien que tous ne survivraient pas. Quelle idée saugrenue que voilà. Ce que nous demandons d'un bon film/livre d'horreur c'est de l’hémoglobine, du suspense, de la tension, des scènes qui donnent la chair de poule. Je ne dirais pas que nous n'avons pas tout, se serait mentir, juste que me concernant je n'aurais pas été contre un peu plus de frissons.

Les personnages sont nombreux, comme dit un peu plus haut. Nous avons Naomie avec son "don" particulier. Elle "voit" et "entend" des choses. Elle a une vie tout ce qu'il y a de plus normale en dehors de ça. Entre elle et sa mère c'est un peu conflictuel depuis que la fille a évolué niveau "voyance". D'ailleurs, j'ai eu du mal avec Erica (la chère maman) qui ne donne pas forcément d'explications, veut des réponses de manière assez impressionnante. Ensuite nous avons les amis plus ou moins proche de la jeune femme : Morena, Nathan, Matthieu, Charlie, Marion, Mickaël entre autre. Chacun fait sa vie, vivant ou non encore chez les parents. Une existence qui aurait pu continuer ainsi sur les chemins de la tranquillité.

Alors pourquoi juste un 14/20 alors que j'en dis pas mal de bien ? Tout simplement parce qu'il y a des points qui m'ont laissé un peu en retrait. Déjà au niveau des personnages et de leurs caractères, j'ai plus vu des adolescents que des adultes au départ du livre. Par la suite cela évolue en fonction des actions menées. Ensuite il y a pas mal de répétitions avec les prénoms. Je comprends tout à fait qu'il faut dire qui parle, mais lorsqu'ils sont uniquement deux. Par exemple voir écrit Naomie à chaque ligne, c'est lourd. Le côté écriture également est à double tranchant : par moment c'est très fluide, les scènes viennent les unes après les autres sans coupure. A d'autre, j'ai eu du mal à avancer dans le texte car il me semble haché. Enfin, certains dialogues n'avancent pas forcément l'histoire et m'ont donné ce sentiment de futilité et donc d'adolescents en train de faire une bêtise.

En conclusion, même s'il y a quelques bémols pour ma part, l'histoire tient la route. C'est réaliste également. Une bonne imagination concernant les événements et le fait de remanier bon nombre de "légendes" pour en écrire une qui sera différente. Sang, suspense, frissons sont au rendez-vous. C'est un livre qui saura donner des frissons à tous les amateurs de thriller horrifique.

Un conseil : évitez les miroirs, on ne sait jamais ce qui peut en sortir !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-reflet-de-la-haine-mickael-lawrence-a129923706
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-04
J'ai eu la chance de gagner un exemplaire papier (dédicacé et tout et tout) lors de la demande de blogueurs/concours pour ce service presse. Un grand merci à Delphine pour l'envoi et la lecture. J'adore la couverture, devant, de dos, elle est sublime qui est cartonné. Le papier est assez épais, donnant un beau rendu au toucher. Un beau livre en somme. Nous en voyons peu ainsi ce qui est tout autant dommage que bien. Car j'apprécie de pouvoir avoir ce type de livre dans ma bibliothèque et s'ils étaient tous ainsi, cela ne serait plus une exception.

Alors, alors, la première scène nous laisse imaginer ce que subit une petite fille qui va avoir 5 ans. Katarzina assiste au meurtre pur et dur de sa mère. Traitée comme une paria, soupçonnée d'avoir fait mourir toutes les femmes du village de moins de quarante ans, poursuivies par des personnes qui se disent des amies, de sa famille, des frères, des soeurs, sa mère va subir une véritable torture physique avant de succomber. La petite fille ne pourra jamais oublier ce qu'elle a vu. Toutes les deux sont sorcières. Mais la gentillesse qui aurait dû caractériser l'enfant et ainsi la guider dans la bonne voie, elle va ne penser qu'à une chose : la vengeance. Les années passent, les morts pleuvent d'une manière atroce : la même que celle de sa mère. Elle reproduit les mêmes gestes, jusqu'au jour où elle va se prendre d'affection pour un humain. Un de ces insectes qui ne méritent pas qu'on s'y attarde, mais celui-ci tente de devenir un sorcier. Cela peut-être intéressant. A partir de ce moment, l'univers de Kasia va se modifier, car sa solitude durant de nombreuses années va enfin s'ouvrir à un partenariat des plus étranges.

La vengeance est un plat qui se mange froid. La petite Kasia, alors âgée de 5 ans va décider de rendre coup pour coup. Sa mère adorée, qui était une bonne sorcière n'est plus. Tous les ans, un rituel s'effectue. La noirceur de l'âme de Kasia n'est plus à supprimer. Quiconque voit ce qu'elle a vu et que l'auteur décrit parfaitement bien, ne peut pas pardonner. Une histoire qui va bien au-delà d'un simple livre où l'horreur se mêle au fantastique. Les liens familiaux sont importants, l'amour d'une mère est ce qui nous évite de basculer dans un sens ou dans l'autre. La petite fille devenue une jeune femme qui n'a pas oublié. Tous doivent payer. Seul le mal absolu la maintient en vie. Mais personne ne peut impunément tuer sans devoir rendre des comptes aux puissances supérieures (dont je tairais le nom)

La nature a une part importante dans l'histoire. Elle est quasiment partout et sert à quiconque s'occupe d'elle correctement. C'est une part qui garde encore notre jeune femme les pieds sur terre. Le mélange des traditions, des us et coutumes, des diverses races tels des sorcières, des humains, des démons aussi et d'autres créatures encore. L'héroïne est bien différente de ce que nous pouvons lire habituellement. Elle est forte, déterminée, impitoyable et impossible à remettre dans le droit chemin. Mais existe-t-il réellement ce droit chemin ? Qui peut décider de ce que nous devons faire ou ne pas faire. Certes, certains de ces choix sont plutôt glauques, macabres, mais les autres sont voués à l'amour de sa mère. A cause, ou grâce à cette horrible vérité qu'est la mort de sa maman, nous ne pouvons que soutenir celle qui devient une jeune femme terrifiante. La perte de son humanité n'est pas loin et pourtant j'ai aimé suivre ses pas.

Les mots sont justes, les crimes pas parfaits, mais décrits avec soin. Il faut penser que ce n'est pas un livre à mettre entre toutes les mains, les âmes sensibles et les plus jeunes s'abstenir. Passez ce détail, il suffit de suivre les pas de Kasia pour rencontrer des lieux connus ou non. Celui des Brigittines de Lille que je ne connaissais pas, par contre la forêt de Brocéliande est un de mes lieux préférés, ayant habité pas très loin il y a quelques années. Plus j'avançais dans le texte et plus je me demandais ce que l'auteur devait avoir prévu pour la fin. Car honnêtement, qu'est-ce qu'une femme comme elle peut devenir ? Je ne m'attendais pas à ce final et j'en suis très surprise, agréablement surprise. Les obstacles ne sont pas faciles, et vivre dans plus de 22 ans dans cette vengeance laisse forcément des traces.

Tout au long du récit, nous pouvons retrouver des illustrations de certaines scènes. Je dois admettre que je ne suis pas très illustrations de ce type, mais c'est un bel effort et beaucoup de travail pour les intégrer à leur juste place, sans oublier qu'il faut être capable de les créer). Petit bémol, c'est à propos du passé de Kasia. elle a des mots polonais du départ, mais les premières scènes se passent où en fait ? La forêt est présente, mais pas de ville. Nous l'apprenons tardivement, lorsqu'elle y retourne bien des années après.

Passons maintenant aux personnages, succinctement. Nous avons Kasia et son passé lourd, sombre empli d'une haine farouche et d'une vengeance sans faille. Puis cet humain, Zacharie, qui veut devenir un sorcier, qui aime les hommes. Entre les deux, il s'agit plus d'une ressemblance morale. Le besoin de se venger de tout ce qu'ils ont subit. Et puis il arrive ce qui arrive : ce lien d'amitié qui va les faire devenir professeurs et élèves et bien plus encore. Liés à un destin, à la nature... Vint ensuite Matthieu, puis Aniel et bien d'autres encore. Chaque personnage à son rôle, sa place attitrée, tout comme la nature et les lieux omniprésents. Les doutes de Kasia concernant certains d'entre eux étaient déjà présents dans mon esprit. J'ai eu raison et tort pour deux d'entre eux. Bien entendu je n'en dirai pas plus, car il faut le découvrir.

En conclusion, une histoire de vengeance dont les ténèbres font partie intégrante de notre héroïne. Des lieux à découvrir ou à redécouvrir. Des êtres à part. rien n'est véritablement bon ou mauvais. Le bien, le mal, tout est subjectif. Une vie pour une vie, une mort pour une autre. La frontière entre l'amour et la haine est si mince, tout comme la vie et la mort. Est-ce que le pardon peut s'appliquer sachant le mal qui a été fait du départ ? Dans tous les cas, j'ai passé un très bon moment de lecture ! Et ce livre va rejoindre l'étagère des beaux livres, c'est certain ! Il ne reste plus qu'à le découvrir.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/tentation-obscure-delphine-wysocki-a129845070
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-04
"S'il fallait faire un résumé court, je dirais que nous retrouvons beaucoup d'éléments dans ce livre : un road trip rempli d'humour, de suspense, d'actions, de violence par moment, d'amour, d'amitié, de tristesse... Les ambitions de ce cher Gauthier ne sont pas compatible avec les humeurs de Vanessa et je me suis souvent demandé comment tout cela allait bien pouvoir se terminer. Maintenant je la connais et je peux écrire que du départ, je ne la voyais absolument pas de cette manière."

Alors forcément, lorsque les personnages ont du caractère, ne se laissent pas marcher sur les pieds et qu'il y a une vraie histoire dans une romance, j'aime bien découvrir et lire ce qui se passe. Un voyage initiatique sur les concessions qu'il faut savoir faire par moment. Il ne faut pas oublier les rebondissements et les surprises dont on ne s'attend pas. Le château et ses occupants est un souvenir de ce livre qui a porté ses fruits, car j'ai beaucoup aimé cette partie de folie intégré dans le récit.

N'hésitez pas à le découvrir !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/road-trip-ena-fitzbel-reedition-de-des-packs-d-eau-pour-l-afrique-a129846484
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-04
Lors du salon de Chevrières, en date du 25 mars 2017, j'ai eu l'occasion d'obtenir ce livre en avant-première. J'aime beaucoup la couverture qui change de toutes celles que nous voyons, par contre le titre donne bien le ton. Impossible de passer à côté du thème érotique par le biais de "Vices et plaisirs interdits". Une première pour Lola dans ce thème.

J'avoue que j'avais autant hâte que l'appréhension de lire ce nouveau livre, car il "doit, devait" changer de tout ce qu'elle a déjà écrit. Un érotique, contemporain, sans fantastique.

Nous débutons avec le mariage d'Eloise Tessier, cette jeune femme d'une vingtaine d'années, qui va épouser Alexandre Maréchal, la trentaine. Dès le départ, ce mariage, arrangé, ne se passera pas comme les deux parties l'entendent. Eloïse sait qu'elle devra faire des concessions. Par la faute de son père, elle est celle qui va lui éviter la ruine en devenant la femme de cet homme énigmatique. Dans le monde des affaires, celles des pierres, des bijoux, le paraître est important. Mais ce que les deux montrent n'est peut-être pas ce qu'ils sont véritablement.

La plume de l'auteur reste la même, pas de changement dans l'écriture. Je reconnais très bien Lola dans ses mots, ses phrases, le fait que l'érotisme soit doux. C'est ce qui m'a plu pas de mots cru à outrance et une histoire qui tient la route. Les scènes d'intimité montrent l'apprentissage dans un monde de libertinage. L'histoire de "gros sous", de dettes est plausible. C'est un récit qui peut arriver à tout le monde.

Concernant les personnages, nous suivons l'évolution des principaux essentiellement par le regard d'Eloïse, mais parfois par celui d'Alexandre.

Elle est une enfant gâtée, venue tardivement dans le couple formé par ses parents. Dans son milieu, tout n'est qu'apparences. Il faut toujours être parfait, se tenir droite, faire attention à ses paroles, ne pas se mélanger avec le petit peuple, excusez du peu si le jardinier vient vous poser une question : seul un soupir d'exaspération pourrait se former sur ses lèvres. Oh j'ai failli oublier : le devoir conjugal correspondrait plus à un "soit belle, tais-toi et laisse ton mari faire". Une joie totale ! J'ai aimé voir les questions se poser dans sa petite tête d'enfant gâtée, car elle l'est c'est certain, n'acceptant pas de voir son monde changer. Mais au contact d'Alexandre, elle va devoir apprendre, évoluer. Hautaine et irresponsable, Eloïse va comprendre qu'elle n'est pas le centre du monde et laisser place à ses désirs.

Lui a besoin de cette femme. Pourquoi ? Pour faire en sorte que son beau-père se renfloue ? Pour se faire un nom dans le métier des pierres précieuses ? Bien des questions se posent, des réponses arrivent. Dès les premières pensées de cet homme, nous savons qu'il se passe quelque chose, mais quoi ? C'est un homme qui a plus d'expériences en tout, soyons honnête. Plus vieux certes, mais ce n'est pas cela qui fait qu'il a plus de "vie". Non il sait ce que veut dire travailler de ses mains, s'occuper des autres. Accessoirement c'est un homme à femmes et il ne cache pas du départ qu'il aime le sexe.

Entre les deux, c'est un jeu qui va profiler à l'horizon. Rien de forcément tendre, mais plus un désir commun. Et puis nous avons les parents de la jeune femme qui sont ce qu'ils sont. Difficile de dire beaucoup de choses sur eux sans trop en dire. Je les vois comme des gens de la haute société qui n'hésite pas à écraser les autres d'une certaine manière. Et puis la mère est franchement... teigneuse, acariâtre... Il y a aussi Cassie, la meilleure amie d'Eloïse qui est tout son opposé. Eve, Myriam, Bradley, la galerie, d'autres personnages qui ont leur importance. Soutien ou non, ils ont leur importance. La galerie est un personnage pour ma part, car elle est là, présente du début à la fin, dans un rêve, une envie, une décision.

Je ne dirais pas que certaines scènes sont dérangeantes, mais trop nombreuses à mon gout. Je sais, certains me diront c'est un érotisme, oui, c'est vrai. Je ne m'attendais pas à autant de scènes de sexe tout simplement.

En conclusion, à part ce petit bémol, j'ai apprécié la façon dont l'auteur montre un apprentissage dans tous les sens du terme. Que ce soit dans le sexe ou dans la vie, nous suivons l'évolution de personnages de manière logique et sur plusieurs mois. J'avoue qu'il m'a manqué le côté fantastique de Lola. Un livre qui devrait plaire à bon nombre de lecteurs.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/vices-et-plaisirs-interdits-lola-t-a129793344
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie L'auteur, Agathe Roullot pour m'avoir envoyé son livre en service presse. Il s'agit du premier tome de la trilogie Destins Divins et je dois avouer que j'aime beaucoup cette couverture.

Adorant tout ce qui se rapporte à la mythologie (et vu le nombre de livres que je peux avoir sur la mythologie grecque à la maison, sans oublier la nordique) j'ai forcément été tenté par la lecture de ce premier volume.

Hélène et son frère Stéphane, adoptés par un couple très catholique, vivent une vie de lycéens à 19 et 20 ans. Tous les deux dans la même terminale, ayant eu des souci pour passer leur bac, ils effectuent cette dernière année d'études avec ennuis. Lorsqu'une nouvelle débarque du prénom de Sophie, qu'un homme tente de violer Hélène et que des dieux tombent du ciel pour une prophétie... La vie de ces deux-là va devenir chaotique.

Une histoire basée sur le réel qui dévie peu à peu dans la mythologie. Les Dieux grecs ne sont pas les seuls dans cette histoire, mais les plus présents. Une famille qui semble être régentée par le père, décidant pour tout et tout le monde. qui doit s'habiller ainsi, qui doit manger à telle heure. Pas de sorties, tout est CONTRÔLÉ, impossible de décider même son futur époux. Forcément, lorsque Poséidon passe par là, tentant d'obtenir les faveurs d'Hélène par la force... Qu'il se fasse débouté par une lycéenne... Et qu’Hadès fait son apparition sous la forme d'un mortel... Sans oublier Zeus, Apollon, Aphrodite, Arès, Hermès et bien d'autres.

Pour les deux jeunes gens c'est une totale contradiction, opposition qu'ils vont découvrir. Entre les parents adoptifs qui sont tellement pris dans la religion qu'ils ne laissent pas leurs sentiments ou émotions s'exprimer et la prophétie qui va mener Hélène droit sur le chemin qui mène à la dépravation. Mais c'est sans compter sur la jeune femme qui ne compte pas se laisser faire et son frère qui est ultra protecteur envers elle.

Concernant le côté mythologique, j'ai été plus que ravie de lire l'imagination de l'auteur de cette manière. Créer une prophétie et tourner autour afin de démontrer que les bons ne sont pas si bons que cela et les méchants pas si mauvais. Les Dieux ne sont pas forcément les meilleurs ou les pires, ils ont des réactions plus disproportionnés qu'un être humain qui a une seule vie. Eux en ont tellement vu et sont immortels qu'ils ne se rendent pas compte que leurs actes sont bien trop... musclés.

Concernant les personnages je dois dire que j'ai eu beaucoup de mal avec les parents. Seraient-ils de retour dans le moyen-âge pour décider jusqu'au futurs époux de leurs enfants ? Je me dis qu'ils cachent quelque chose et au final je n'en sais pas plus pour le moment. Ce qui se passe avec le père me laisse sceptique. Je me pose pas mal de questions sur lui et sa façon qu'il a de mentir, ou plutôt d'omettre la vérité. Ces deux-là sont vraiment trop en décalé par rapport au récit sans oublier le grand-père.

Hélène est dans ce que je considère comme une véritable galère, tout comme son frère. Tous les deux ont du mal avec leurs études, pourtant les parents sont toujours derrière eux. Ils n'ont pas de liberté, un passé qui semble flou sur leur véritable parent. Des questions se posent et des ennuis sont bien là. Hélène serait l'Elue d'une prophétie, celle d'Apollon. Savoir que la plupart des Dieux n'en veulent qu'à son ventre pour que l'enfant que celui qui aura quoi la chance ? d'avoir avec elle serait celui ou celle par qui la puissance, blablabla, tous les mêmes ! Qu'ils soient Dieu ou non, ils veulent décider de ce que la jeune femme devra choisir. Elle va devoir montrer ce qu'elle veut. Son frère va avoir un drôle de rôle sans le savoir. Ce qui va lui arriver n'est pas simple à gérer. Tous les deux sont fusionnels . J'ai aimé ce qui arrive à Stéphane mais en même temps, il s'agit presque d'une malédiction. Les rêves d'Hélène m'ont plu et me donne envie d'en savoir plus.

Il y a également le personnage de Sophie qui restait un mystère jusqu'à ce que l'auteur dévoile qui elle est vraiment. Je ne m'attendais pas à cela. Une très belle surprise.

Beaucoup d'humour pour soutenir le moral des troupes, un saut dans le temps qui apporte plus de questions que de réponses sur certains personnages. Je pense à Hadès. Ce Dieu des Enfers qui est à double tranchant. Perdu dans son propre monde, seul, d'ailleurs sa propre histoire parle d'elle-même. Est-ce que Hélène va devenir une nouvelle Perséphone ? Ce personnage est différent de ce que j'aurai pensé. Je le voyais plus sombre, plus taciturne, cherchant à combattre ces deux côtés. Entre ses besoins, ses désirs et ce qu'il ressent. Le Dieu des Enfers qui laisse couler des larmes, cela m'a paru étrange. Un côté du personnage qui m'a touché.

La plume de l'auteur est douce, avec des mots plus soutenus que la plupart des livres fantastiques, mais cela convient parfaitement avec la mythologie. Le récit n'est pas dans la violence, même lorsqu'il y a des combats. entre les guerriers les coups ne sont pas tendres. Les tensions restent et le but diffère de quel côté l'on se trouve.

La fin est surprenante. J'ai bien vu venir un gros point du livre, mais pas ce final. Être convoitée de cette manière n'est pas de tout repos. Savoir se servir d'une arme pour tuer est un point difficile.

En conclusion, un très bon premier tome qui même si deux ou trois choses m'ont fait tiquer est à découvrir. Étant une adepte de la mythologie grec, j'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur a su jouer avec les divinités. J'ai également pris plaisir à découvrir un peu plus sur les nordiques que je n'avais fait que toucher du doigt. J'ai hâte de lire la suite !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/destins-divins-tome-1-la-prophetie-d-apollon-agathe-roulot-a129783196
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-04
Je remercie Lilian des éditions L'ivre-book pour m'avoir permis de lire ce seconde tome de cette trilogie.

Tout comme la première couverture, j'aime beaucoup celle-ci, montrant les éléments principaux du livre. comme l'indique le résumé, plusieurs mois se sont écoulés depuis le cauchemar de Cassandre. Nous retrouvons la plupart des personnages du tome 1, donc Nathaniel Dresde. L'histoire se positionne sur plusieurs endroits. Au brésil avec la mort d'un prêtre, en France avec Nathaniel et une prostituée, en Italie où une réunion secrète en plein coeur du Vatican s'effectue. Plusieurs faits qui n'ont pas de points communs au préalable, mais plus nous avançons et plus nous découvrons qu'ils en ont tous un. Le MAL absolu est de retour. Et ce dernier compte bien asseoir sa position sur les Hommes, détruire leurs rêves, leurs idéaux, leurs croyances. Lorsque Nathaniel va recevoir une proposition du Vatican, il va retrouver ce qui lui manque le plus : la chasse.

Une aventure qui dépasse bien des frontières. Que ce soit les pays visités, les religions, les esprits, l'auteur nous embarque dans une histoire fantastique. Les côtés policier, thriller, religieux sont bien présents. Un soupçon d'horreur par moment passe entre les lignes. Juste assez pour montrer que le Malin sait ce qu'il veut, est capable du pire... comme du pire ! J'ai eu l'impression de me retrouver au dessus d'un jeu d'échiquier. Les pions sont avancés, mangés rapidement, laissant le roi et la reine en retrait. Une protection de la reine forte envers son roi qui n'est autre que le bras vengeur du Vatican. Les pièces maîtresses sont amenées par l'autre camp sans qu'il ne s'aperçoivent de suite de la tactique. Tandis que les autres pièces, tels les fous, les cavaliers, les tours sont joués d'avance pour atterrir de l'autre côté de la barrière sans pouvoir rien y faire. Faire des sacrifices, laisser un cavalier se faire manger pour réussir à atteindre le roi d'en face. C'est un jeu d'échec que j'ai vu se jouer sous mes yeux et j'ai adoré !

Les personnages sont comme ces pièces, là pour la galerie et détourner le but ultime. D'autres sont présents pour montrer la puissance du Malin ou au contraire être ceux qui vont tenter de le bloquer. Je ne pourrais pas parler de tous les personnages. Je vais rester sur Nathaniel car c'est un personnage qui était complexe et qui le reste. Le passé de Dresde est un peu plus dévoilé. Son père est une pièce importante pour son esprit. Ce qui a fait de lui celui que nous avons connu dans le premier tome. Après ces mois passés aux archives pour diverses raisons, il est devenu encore plus taciturne. Plus solitaire que jamais. Pourtant cette prostituée pourrait être celle qui le ferait parler. Mais encore un point faible qu'il vaut mieux laisser tomber. Ses propres réflexions vont le mener à un but, à une forme de future relaxation de son esprit. A force d'analyser ce qu'il ressent, il se rend bien compte que quelque chose a changé et nous aussi nous ne pouvons que le constater. Il n'est plus tout à fait le même, jusqu'à ce qu'il retrouve ce qui lui manquait le plus. Une évolution qui va le mener droit à un choix décisif. Pourra-t-il sauver celui qui est considéré comme son ami ?

Nous rencontrons tout du long du récit des hommes et des femmes qui ont une histoire à raconter. Rien n'est simple pour chacun d'entre eux. Les exorcistes, les prêtres, les religieuses, les policiers, les contrebandiers, les tueurs, les goules, les démons... le bien et le mal dans une version revisitée. Rien n'est tout blanc ou tout noir. Le commandant Marchegiani en a fait les frais.Son épouse lui manque, les dossiers sur lequel il enquête le ronge. Il ne cesse de trouver un indice, un biscuit comme il dit souvent pour attraper ce Kolber. Les exorcistes tombent à la pelle comme de simples feuilles mortes sur un arbre qui se meurt.

Petit bémol : des passages un peu long, surtout au niveau du Vatican où j'ai eu l'impression que "l'enquête" stagnait pour enfin reprendre de l'ampleur par la suite.

En conclusion, encore une très belle lecture. Un très bon mélange de fantastique, de concret, de thriller et d'horreur. Une histoire qui tient la route et qui fait froid dans le dos. Des événements qui s'enchaînent, un jeu qui se met en place tout seul (enfin presque, car c'est l'auteur qui s'amuse). Un complot Luciférien qui n'est pas à mettre entre toutes les mains ! Vivement la suite !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/l-ere-du-diable-tome-2-jb-leblanc-a129742054
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 04-04
Je remercie Sidonie Maissin de la maison d'édition Academia ainsi que Frederic Livyns, l'auteur, pour m'avoir permise de lire ce livre.

Comment refuser un livre de Frédéric ? Impossible, comme certains de ces auteurs que je suis avec assiduité. Une couverture qui apparaît sobre au départ et lorsqu'on s'y attarde, les détails sont là. La maison qui m'a fait penser à Amityville, les oiseaux de mauvais augure, la végétation si peu verte. Bref un décor qui donne déjà le ton.

Nous débutons en 1965 avec un certain Tibburce qui va vivre une nuit de cauchemar dans la maison de son grand-père. Puis 2008 qui sera une année parfaite pour une nuit sanglante. Et nous débarquons en 2011, lors d'un déménagement d'une famille. Et quel déménagement ! Un soucis familial, une relation extra-conjugal et les voilà qui arrive dans LA maison. Que se cache-t-il entre les murs ? D'où peut bien provenir toutes ses "choses" qui sont vues, entendues, perçues ?

L'histoire est bien ficelée. Une enquête policière sur un fond de fantastique, accompagnée d'un peu d'horreur, mais soft. Des meurtres sont perpétrés sans que nous sachions qui est le coupable. Pourtant un homme sort du lot, mais il termine dans un asile. Est-il vraiment fou, ou aurait-il vu quelqu'un ou quelque chose tuer tous ses compagnons ? Dans tous les cas, la maison reste sans propriétaires durant trois années. Et puis une famille arrive. Un père, une mère, une grande fille, un garçon plus jeune et enfin un bébé. 5 personnages qui vont entrer entre ses quatre murs et vivre une aventure hors du commun. Virginie n'a pas oublié ses amis d'avant, mais elle réussi à s'en faire ici en la présence de Sylvie, une jeune fille de son âge. Cette dernière connaît l'histoire de la maison, mais préfère ne rien dire, car elle sait que Virginie est une trouillarde. Pourtant, lorsque les parents de Virginie, Joey et Laura vont radicalement changer d'attitude, les deux jeunes femmes vont chercher à savoir le pourquoi.

Un suspense dont je n'ai pas réussi à garder loin de moi. J'ai commencé le livre, j'ai dû le terminer tant j'avais envie de connaître la fin de cette histoire. Nous entrons directement dans les ennuis jusqu'au cou. Le récit est prenant. Cela va assez vite du départ jusqu'à accélérer les événements. Les morts pleuvent sans vraiment comprendre quelle force est présente. Qui est cette ombre ? Que cherche-t-elle ? Ce voisin semble tout aussi suspect que n'importe qui d'autre. Beaucoup de questions dont les réponses arrivent au fur et à mesure. Je n'avais pas trouvé qui pouvait bien être derrière tout cela et pourtant j'ai un esprit tordu.

Virginie est intelligente, gentille, on s'y attache vite. Lorsqu'elle découvre que la maison a un surnom, elle va effectuer des recherches pour comprendre ce qui arrive à ses parents. Trop gentils, trop souriants, ils sont devenus trop étrange pour leurs enfants. Le mystère est a son comble jusqu'aux dernières pages. avec Sylvie, elles vont creuser. La rencontre avec l'inspecteur en charge du dossier lors des premiers meurtres va être révélation sur révélation.

D'un fait qui pourrait être réel, nous passons en subtilité à un monde qui s'ouvre devant nos yeux, basculant dans le côté fantastique. Et si tout pouvait être vrai ? Je passe sur certains personnages qui se découvrent au fur et à mesure du récit. Il y a des choses qu'il vaut mieux découvrir dans le roman. Est-ce que cela se termine bien ? Est-ce que cela se termine mal ? Difficile d'y répondre, car même en l'ayant lu, tout est possible. Ce n'est pas une fin ouverte, c'est une fin qui permet de se poser des questions. Les asiles sont remplis de personnes qui pourrait être dehors et inversement. Le final est juste parfait, bien "sadique" comme j'aime.

En conclusion, une histoire policière, fantastique, saupoudrée d'un peu d'horreur qui se termine trop vite. Pourtant elle est complète, emplie de légendes. De bonnes descriptions qui permettent d'imaginer ce qui se passe, de voir ce qui se réalise. Une imagination débordante de l'auteur et une plume si fluide que les pages ont défilées. encore une belle lecture.

A découvrir absolument !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/l-obscur-frederic-livyns-a129592494
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 02-04
Je remercie Nathy des éditions Lune écarlate pour l'envoi de ce premier recueil "histoires de ..." Folie ! J'aime bien la couverture, même si je ne vois absolument pas à quoi cela correspond. Le mélange des histoires, sûrement, juste que je n'ai pas l’œil pour les décoder.

Qui dit recueil, dit plusieurs nouvelles sur un même thème. 8 histoires totalement différentes mais qui ont toutes ce point commun de la folie. Qu'elle soit meurtrière ou mentale, la folie est partout, autour des personnages ou dans les personnages qui seront les acteurs de chacune de ses nouvelles.

La première est ma préférée. Le choix de l’hippocampe de Sophie Dabat nous dépose aux pieds d'un enfant qui entends d'horribles bruits. Puis plus rien. Le silence total. Doit-il sortir de sa cachette ? Que va-t-il faire pour rester en vie ? Ce silence pesant, sa peur combinée à son âge... Il va trouver la force en lui de rester en vie, mais à quel prix ? J'ai adoré la fin !

Vient ensuite Peur Filiale de Johanna Almos. Je dirais qu'elle fait partie de mon top 3. Une jeune femme revient dans la maison familiale. Elle va s'occuper de sa mère qui était un véritable tyran. Cette vieille femme ne peut plus marcher correctement. Nous découvrons leur passé commun, les diverses agressions et l'horrible vérité qui va découler de ces années de mauvais traitement. La culpabilité est si facile à obtenir...

Avec Manta 131 de Kwamé Maherpa, j'avoue que je n'ai pas tout compris. Je suis restée perplexe sur un personnage. Je n'ai pas su voir qui était le plus fou dans l'histoire. Un homme d'affaire qui trouve la mort, un tueur probable en série qui traîne dans les parages,un sdf qui semble avoir tout vu, un policier qui cherche sans cesse qui peut bien faire cela et surtout le pourquoi ! La vengeance est un plat qui se mange froid.

L’empailleur de Patrick S. Vast donne déjà le ton rien qu'avec le titre. Je me suis doutée de ce qu'il allait se passer. Un homme arrive chez un de ces amis. Sa femme doit le rejoindre le lendemain. Mais la nuit ne porte pas toujours conseil.

Laure de Jacques Mercier ne m'a pas vraiment plu. Une jeune femme, une chouette, un hôpital psychiatrique. Au moins je peux reconnaître que savoir ce qui est vrai ou non dans l'histoire est difficile. L'auteur a bien réussi cela. c'est juste l'histoire qui ne m'a pas fait vibrer.

La marelle Hopscotch d'Arnauld Pontier est longue. J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Pourtant deux frères jumeau, l'un est considéré comme un ange, l'autre comme un démon par leur mère. disons que mon esprit est déjà tortueux et que j'imaginais déjà la fin. dommage j'ai trouvé très rapidement ayant déjà lu une histoire avec des jumeaux.

Avec Comme un passage à niveau de Bruno Pochesci, j'ai mon top 3 de complet. Le récit est original, la mise en scène l'est tout autant. Un auteur qui se pose des questions sur des meurtres qui se produisent dans sa ville. Un policier qui se demande ce qui se passe réellement. Un tueur qui a de l'imagination. Je me suis bien amusée en lisant cette histoire. Comme quoi les phobies sont de véritables machines à tuer !

Enfin nous terminons avec Passage à l’acte de JB Leblanc. Nous découvrons Thibault, un jeune homme qui a tout pour déplaire. Un physique ingrat, des fringues d'un ancien temps. Il est celui que tout le monde fuit. Ses fantasmes, ses désirs, lorsqu'il va enfin "passer à l'acte" sa jouissance sera sans nom. Un récit construit qui montre la complexité de la perversité de l'homme.

En conclusion, j'ai apprécié certaines, d'autres moins, mais l'essentiel est là : la folie est bien représentée sous différents "thèmes". J'ai déjà lu pas mal d'histoires horrifiques et je sais qu'entre ces lignes c'était sympathique. Pas de sueurs froides pour moi, mais je pense que cela peut en donner à bon nombre. Le public averti est plus - pour ma part - pour des personnes qui n'en lisent jamais. Il permet de découvrir des auteurs que je n'aurais pas eu l'idée d'aller voir ailleurs.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/histoires-de-folie-recueil-collectif-a129514588
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je me souviens avoir lu l'avis sur un blog ou deux et je me suis dit que ce n'était pas pour moi. J'avoue que je ne reste jamais sur une idée fixe, la preuve j'ai lu ce premier tome.

La couverture est assez violente pour mes yeux - trop de lumière surtout sur la tablette - mais elle est toute douce grâce à l'attitude des personnages. Le titre va bien avec l'expression de Charlie, enfant et même plus tard. "Même pas peur" fait penser à ces jeux d'enfants, innocents.

C'est l'histoire de Sacha et de Charlie. Deux presque adultes qui vont se retrouver après deux ans sans nouvelles. Sacha et Charlie, c'est une histoire qui débute à l'enfance, 10 et 9 ans. Sacha qui voit débarquer dans sa ville, dans sa rue, son voisin cette Charlie avec son père. Juste tous les deux. Entre les deux enfants c'est une complicité qui se transforme rapidement en une amitié très très forte. La relation devient fusionnelle si violemment, si rapidement que les deux sont indissociables. Ils se voient comme deux potes qui font tout ensemble. Le temps passe, les années défilent et l'histoire évolue selon leur relation.

Le livre n'est pas linéaire. Nous avons les retrouvailles plutôt chaotiques, entrecoupées du passé. Ce n'est ni un bien, ni un mal, le récit se laisse lire de cette manière et donne même envie de savoir ce qui a bien pu se passer entre leur première rencontre et le retour de Charlie auprès de Sacha. Les découvrir enfants tout en les découvrant plus vieux montre l'évolution qu'ils ont pu avoir. Déjà la façon dont la relation se pose, se stabilise, monte graduellement. La peur de perdre quelqu'un que l'on croit avoir pour soi est bien expliqué. Les réactions qui vont avec également. J'ai bien aimé la façon dont l'auteur décrit une relation saine entre deux personnes de sexes opposés qui sont plus que des amis, plus que des frère et sœur, mais pas des amants. La frontière est mince entre les deux. Être jaloux, possessif devient une difficulté supplémentaire si l'un des deux a un magnifique moment sans l'autre.

Concernant les personnages, j'ai eu du mal avec Sacha au début de l'histoire. La grossièreté de ses propos à répétition a été un problème pour ma part. Je comprends qu'ils en disent, j'ai un enfant, mais par moment c'était de trop. Trop de vulgarité qui, avec le temps, a diminué. Sacha a grandi, est devenu quelqu'un de plus mature. Cela allait beaucoup mieux à partir de là (pour lui je parle, pas pour les autres personnages). Il est devenu un jeune homme avec des responsabilités, des regrets, des remords. Et un vide qu'il n'a pas su combler. Ce vide qui habite également Charlie. L'absence, tout ce temps qu'ils ont raté va peut-être se rattraper. Peut-être pas. La complicité va-t-elle reprendre ses droits ? Difficile lorsque les deux sont "amoureux" de la même personne mais pas impossible.

J'ai beaucoup aimé les personnages secondaires. Entre Juliette la maman de Sacha qui fait office de seconde maman envers Charlie. Cette présence féminine qui lui manque. Je pense également au père de Charlie qui doit faire des choix, comme ce voyage en Irlande, les déménagements. Il veut le bonheur de sa fille, il est dur envers elle et lui-même. La peur de la perdre, de la voir grandir trop vite. Il est protecteur et n'aime pas la relation entre les deux enfants. Et puis il y a Monsieur Sullivan, cet homme qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe mais qui va prendre de l'importance à un moment de leur vie.

Entre le passé qui défile pour arriver au présent qui continue, nous pouvons découvrir les joies et les peines partagées. Devenir une femme, être autre chose que le meilleur pote, avoir des amis, tel Ben, Zoé, monsieur Pouillet... Savoir se partager, se donner, échanger. Les événements défilent, les explications arrivent les unes après les autres. La jalousie creuse un fossé, les regrets aussi. Cette absence n'a pas réussi à leur faire oublier tout ce qui s'est passé entre eux. Ils vont réapprendre à se parler, à se reconstruire ensemble.

J'ai oublié de parler de Charlie, réellement. C'est une petite fille qui sait se défendre. Elle adore dessiner, aller dans ses rêves pour oublier certaines absences. Et puis elle grandit, aux côtés de Sacha. Des découvertes magnifiques, mais aussi de la tristesse. Pour au final devenir cette jeune femme qui va découvrir un nouveau Sacha. Une nouvelle relation qui va l'amener à faire de nouveaux choix.

Petit bémol, pas mal de scènes se voient venir. Après je dirais que la plume de l'auteur est fluide, sans a-coup. Cela rattrape ce désagrément.

Petit plus : U2, j'avais trop envie de réécouter leur musique ! Un bon choix, entraînant, qui caractérise bien les différentes situations que vont vivre ces deux enfants. Et de l'humour !

En conclusion, une histoire de sentiments qui font mal par moment. Une relation fusionnelle entre deux enfants qui vont grandir ensemble, jusqu'à ce qu'un événement va les conduire à se poser des questions. Une belle écriture et des personnages secondaires qui sont importants. Un échange entre le passé et le présent qui donne envie de découvrir (oui encore ce mot je sais je me répète) ce qui s'est passé et ce qui va se produire. Un final qui m'a fait me poser des questions pour la suite. Je verrais si j'ai raison ou non. Je la lirais avec plaisir.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/one-tome-1-meme-pas-peur-jacinthe-nitouche-a129392998
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-03
Dans le cadre du partenariat avec Netgalley, je les remercie d'ailleurs, ainsi que la maison d'édition Harlequin, j'ai eu l'opportunité de lire ce livre. Il s'agit de la réédition de "L'amour en un clic" que j'avais déjà eu l'occasion de lire à sa première édition (mon avis ici)

Forcément, je ne vais pas réécrire mon avis, car une réédition ne veut pas forcément dire que le contenu change. Quelques tournures de phrases, quelques petits points revu, mais c'est la même histoire. Concernant la couverture, j'avoue que je préfère la première à celle-ci, je ne comprends pas toujours les choix concernant les images. De même que pour le titre, je reste perplexe de ce côté également, je ne vois pas pourquoi il s'intitule ainsi.

Vicky est chroniqueuse dans un journal. Les hommes elle en a assez. Hors son patron laisse la place à son frère pour quelque temps et lui demande de faire des rencontres par le biais de la toile afin d'écrire 5 chroniques sur ce que les personnes peuvent trouver par ce biais. Bien entendu, dès le départ la relation entre les deux va être tendue. Ce qui amènera bon nombre de disputes et de confrontations. Beaucoup de questions vont se poser, des angoisses vont apparaître, des idées reçues également.

Je vais juste reprendre les divers points de mon avis précédent, car la lecture reste la même : fluide, amusante avec un brin de folie, un peu de sarcasme et du piquant. Les situations que les diverses rencontres virtuelles et physiques vont apporter de l'amusement, de la déprime aussi sans oublier des envies de donner des claques. Par exemple le gars qui vient au rendez-vous alors que sa femme est sur le point d'accoucher... Pas mal de bonnes ou de mauvaises rencontres. Des personnages qui sont comme des gens réels, avec leurs qualités et leurs défauts. Il y a ceux qui montrent un vrai visage et ceux qui sont de véritables mytho. Les lourdauds par messagerie, les galants, bref il y a de quoi faire.

En bref, une romance que je qualifierais d'humoristique. Une lecture sans prise de tête qui peut se faire facilement entre deux. Un quiproquo qui va nous mener dans diverses directions. Une fin qui est prévisible mais qu'importe car il s'agit du chemin à parcourir pour y arriver. Un petit plus : le bonus "Joyeuse Saint-Valentin" à la fin du texte.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/bad-decision-lilly-sweet-a129383886
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 28-03
Je remercie l'auteur, Paul Clément, pour la lecture de l'un de ses livres.

J'avoue qu'au départ la couverture ne me plaisait pas. Je ne dirais pas que j'en raffole, mais plus je lisais le texte (oui logique direz-vous) plus je comprenais pourquoi ce type de couverture qui au final passe très bien. De plus elle est originale, tout comme l'histoire.

Et en parlant de l'histoire, nous débutons sur un couple avec une petite fille qui découvre un trou dans son jardin. Étrange, bizarre même ce trou unique dans un recoin du jardin. Le père de famille, Fred va en faire une fixation. Qu'il soit au travail ou chez lui, il ne cessera de penser à ce trou qui ressemble comme deux gouttes d'eau à une tombe. Décidant de recouvrir le trou avec la terre qui est restée à ses côtés, il pense que cela va s'arrêter là. Mais tout est bien différent. Ce trou unique va se transformer en trois autres. Dans son jardin. Mais également apparaître un peu partout. Comme dans le jardin d'une fillette qui est amie avec sa propre fille. Mais aussi un peu plus loin dans la campagne. Et puis d'un coup c'est l'horreur qui débarque sans prévenir. Au début ce ne sont que des trous, mais que se cache-t-il réellement derrière tout cela ?

Je ne connaissais pas le monde de l'auteur et je dois dire que j'aime beaucoup. Ce récit est léger au départ pour au final prendre plus d'ampleur, aller chercher un peu plus ce qui va faire monter en stresse le personnage principal, mais aussi le lecteur. Qui peut bien s'amuser à creuser ainsi dans les jardins la nuit ? Nous pensons à un mauvais plaisantin, à quelqu'un qui en veux à notre héros. Mais au final c'est tout autre. Car il y en a partout. L'angoisse de ne pas savoir qui fait cela, qui s'amuse avec les nerfs du personnage, le rendant plus susceptible, plus soupçonneux. Mais que fait la police ? Justement, elle voit bien ce qui se passe, mais ne semble pas plus intéressée que cela. Et puis la limite, le point de rupture est dépassé. La catastrophe imminente qui est en marche va devenir plus réelle que jamais et plonger les personnages dans un monde où la noirceur fait la loi.

Fred est complexe sans l'être. Il n'est qu'un père de famille banal au départ qui va ressentir l'angoisse monter en lui. Son travail va en pâtir, tout comme ses relations avec sa famille. Concernant sa femme, je pense que je réagirais comme elle. Je dirais même que je traiterais mon mari de fou au vu des élucubrations qu'il va lui sortir. Comment croire ce qu'il dit ? Comment imaginer que ce qu'il pense puisse être vrai ? tout cela sort d'une imagination débordante mais folle, à la limite de le faire entrer dans un asile. Lorsque le monde bascule, Fred va montrer des capacités normales. Il ne sera pas un super-héros, il sera juste un père et un mari aimant qui fera tout pour sauver sa famille. J'ai beaucoup apprécié le rôle de Eric, mais aussi celui d'Emma.

Les descriptions, aussi bien des émotions qui sont amplifiées - le moindre bruit pourrait faire sauter Fred de sa chaise - que sur les trous et ce qui se passe autour, sont bonnes. J'ai pu imaginer et ressentir tout au long du récit. Même si j'ai trouvé Fred un peu trop sur les nerfs du départ, je me suis dit qu'il y avait une raison quelque part.

En conclusion, un récit mystérieux sortant des sentiers battus qui se lit facilement. Il n'y a pas ou vraiment très peu de sang - promis juré ! - le suspense reste entier jusqu'à la moitié du livre. Bien entendu nous avons des doutes, mais c'est le but de la lecture. Se poser des questions pour savoir si nous sommes capables de deviner ou non. L'angoisse est bien présente, quelques petites touches d'humour qui allègent le récit. J'oubliais, une belle plume qui nous prend allégrement dans ses filets. Une très bonne lecture pour ma part !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/creuse-la-mort-paul-clement-a129327778
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 27-03
Déjà je remercie Nathy des éditions Lune écarlate,pour m'avoir laissé lire la suite et fin de cette saga. J'aime bien cette couverture : les tatouages représentés, l'ombre et la lumière sur le personnage, les mains qui sont présentes telles des vautours... C'est un ensemble qui n'est pas anodin.

Nous retrouvons Swann juste après la fuite d'Angelyne. L'angoisse de l'avoir perdu, de ne pas savoir où elle se trouve. La façon dont elle arrive à ne pas être rattrapée. Nous plongeons au cœur de la noirceur de Swann. Son monde n'est pas fait de bisounours. Nous en avions déjà un aperçu dans le premier tome, ici c'est mettre les deux pieds dans le plat dans la boue. Et encore je pèse mes mots. La recherche, la quête que cet homme va effectuer sera destructrice. Comment peut-il avoir un avenir s'il n'arrive pas à voir sans elle ?

J'ai beaucoup aimé ce second tome. L'auteur entre dans la tête de Swann profondément. L'histoire est à la limite du chaos pour la plupart des personnages, pour ne pas dire tous. La hiérarchie vampire est structurée de telle manière que même le frère du Roi ne peut rester impuni. Swann et son passé sombre nous est dévoilé. Abrupt, sans détour, sans fioritures, l'auteur nous donne les détails et n'hésite pas à replonger cet homme dans ses nombreux travers. Drogue, alcool, sang, tuerie, il va tout faire pour la retrouver. Cette femme qu'il aime par-dessus tout. Cette femme qu'il ne peut oublier. Elle est sa lumière, son soleil. Une mauvaise compréhension et ils vont tous les deux se retrouver telles des âmes en peine.

Entre les deux, c'est compliqué. Facile à dire, difficile à expliquer. Les sentiments ne se commandent pas. La peur, l'appréhension, les passés difficiles de l'un bourreau et fier à ce moment-là et l'autre victime qui ne rêvait que de tuer dans l'oeuf son passé. Mettez les deux ensembles et tout devient explosif. Séparez-les et vous aurez deux personnages si violemment meurtris qu'il devient difficile de savoir comment les désamorcer. Car c'est ainsi que je les voit, surtout Swann. Sa famille tente de l'aider à remonter une pente difficile. La mort est si proche... Comment éviter des carnages après avoir appris tant de choses ?

Les découvertes dans les clans, les réalités horribles sur les "expérimentations", sans oublier tout le reste. Rien n'est épargné, ni la traîtrise, ni l'abandon, ni la confiance absolue envers un être qui va corrompre tant de gens. La douleur physique n'est plus qu'un souvenir, tandis que la souffrance morale est bien présente dans beaucoup d'esprits.

Des vampires qui savent être instruits et doués dans les arts, mais qui savent donner le pire d'eux-mêmes. Tortures psychologiques et physiques, mainmise sur les humains. Des êtres capables de créer des tableaux de maître, des mains qui sont parfaites pour la sculpture et pourtant qui sont capables de donner tant de souffrances. Un contraste saisissant qui n'est pas sans rappeler que la nature de l'homme peut être tout aussi bonne que mauvaise.

J'ai trouvé une Angelyne peu sûre d'elle mais qui a la force de choisir la rue plutôt que le luxe. Elle veut se battre avec les moyens qu'elle a. Disparaître, tout laisser tomber n'est pas sans heurt. Elle va découvrir un monde bien différent de celui qu'elle a toujours connu : celui du monde des humains qui ne connaissent rien des vampires. Ce monde qui lui semble bien plus dangereux car elle ne connaît pas les codes.

Concernant Swann c'est différent. Il y a eu des moments où il m'a agacé. Il l'a perdu, d'accord mais il ne gère pas vraiment ce qu'il ressent. Il a des difficultés à ne pas se laisser dominer par ces émotions. Je pense au clan de Gabriel. Bien entendu ils n'ont pas les mêmes lois, donc pour les humains ils ne s'agit que de massacres sans noms. Swann devient pathétique par moment. Je pense que sa souffrance est si forte qu'il n'arrive pas à l'expulser. Il s'enfonce dans ses addictions. Veut-il vraiment s'en sortir indemne ? Pas sans elle. Le reste importe peu. Mais à d'autres moments il montre qui il est vraiment.

J'ai apprécié retrouver Cathal et comme je l'ai dit à Nathy, j'aurai aimé que le tome 3 de Dark side soit déjà sorti, vu les quelques références. Cathal qui laisse son nez fouiner plus qu'il ne faudrait, mais c'est grâce à cela qu'il va réussir à comprendre ce qui se passe réellement en dehors de nos deux... "tourtereaux" Les interrogatoires donnent des frissons autant d'appréhension que de dégout. Je ne pense pas aux pratiques utilisées, mais plutôt à la vérité qui tombe.

Des retrouvailles pas forcément rêvées. Des actions qui ne vont pas aller dans le bon sens. Des problèmes qui restent récurrents à cause de la drogue d'une manière générale. Et puis il y a la faute de trop qui pourrait tout remettre en question. Le fait de montrer le côté guerrier lors de soirée pour tenter de reconquérir. Et si cela ne suffisait pas ?

En conclusion, un tome qui est très fort émotionnellement. Un voyage qui laisse des traces. Beaucoup de révélations qui ne laisse personne indifférent. Attention ces vampires-là ont du mordant !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/sang-d-ombre-tome-2-d-ombre-et-de-braises-nathy-a129274276
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Southeast Jones, ainsi que la maison d'édition Séma pour l'envoi de ce service presse numérique dans le cadre de notre partenariat.

Comment refuser de lire la suite des aventures de Nathan et Orianne, écrit par l'un de mes auteurs belges préférés ? Je n'avais pas lu le premier tome à mon fils au moment où je l'avais reçu, ce qui est chose faite dorénavant. Ce second tome aussi a été lu par mon fils de 10 ans. Donc il y aura deux avis dans cette chronique.

La couverture est très belle et même si je préfère celle du premier, mon fils n'est pas d'accord avec moi, il préfère celle-ci car, je cite : "il y a la vilaine sirène au fond." J'avoue qu'il a de bons yeux. De toute manière, les deux couvertures sont très belles et apportent cette part de mystère et de voyage qui va suivre dans le récit.

Nous avons retrouvé Nathan dans son monde, le notre, où il vit une vie plutôt paisible aux côtés de ses parents, sa grand-mère et Orianne. Lors d'un pique-nique, le vent se lève soudainement provoquant ainsi la famille a rentrer précipitamment. Le père n'est toujours pas au courant de l'état de Nathan, de toute manière il prendrait tout le monde pour un fou. Les éléments préviennent qu'un grand danger les menace. Nathan va devoir retourner là-bas pour sauver le monde une fois de plus. Quels dangers va-t-il devoir affronter une fois de plus ?

Je commence d'abord par l'avis de mon fils.

Il a adoré l'histoire. Il y a pleins de méchants, Nathan arrive à s'en sortir la plupart du temps. Il a retrouvé Blanche neige et les sept nains d'une manière différente. D'ailleurs il m'a sorti que Blanche neige ressemblait à la sorcière blanche du monde de Narnia. Il aurait adoré pouvoir être dans ce monde et pouvoir botter les fesses des vilains (je rectifie certains mots pour éviter les spoilers). Il a hâte de connaître la suite, parce qu'il aime beaucoup Orianne.

Voici donc le mien.

Concernant l'histoire, nous retrouvons Nathan et Orianne dans une nouvelle aventure. Un voyage qui va leur faire découvrir qui ils sont vraiment. Les épreuves vont nous montrer comment ils gèrent les situations. Certains contes reviennent, comme celui de Blanche-neige et les sept nains, mais également celui de Peter Pan par exemple. Je ne raconterais pas plus que cela, mais nous voyons souvent le bon côté des choses, des histoires, des contes. Sauf qu'à la base, tout conte n'est pas forcément bon. Les gentils ne gagnent pas forcément à la fin. Les mauvais ont des points d'avance et ici c'est bien le cas. Même si nos deux héros vont avoir des ennemis, ils auront aussi des alliés. Un voyage qui va leur permettre de montrer leur force et leur faiblesse. Des secrets vont montrer le bout de leur nez, une quête qui se doit d'être accompli autrement le monde va sombrer dans le chaos.

Les personnages sont peu nombreux, ce qui facilite grandement le suivi de chacun. Nathan est un adolescent qui ne se prend pas pour un super héros. Il réfléchit avant d'agir et fait de mauvais choix, comme tout adolescent. Il est très amoureux d'Orianne, cela se ressent dans ce qu'il fait. Ses actes parlent pour lui. Sauver le monde oui, mais pas sans elle. Il a beau être jeune, il est très attaché et c'est mignon. Concernant la demoiselle, elle cache des choses. Elle a du mal à les dire et lorsqu'elle le fait, c'est difficile pour Nathan de comprendre le tout. Pourquoi cacher tout cela ? Tous les deux affrontent à leur façon les divers événements qui leur tombent dessus. Sans parler de Thomas, cet enfant qui ne se souvient pas de tout, mais qui sera une aide précieuse. Ce jeune homme est tout aussi attachant que les deux autres.

Le trio ainsi formé affronte les fameux monstres afin de récupérer les gemmes représentant les éléments. Ils vont découvrir également une part d'un vieux passé qui ne sera pas sans heurt. Les sentiments prennent de la place. L'histoire n'est pas idyllique, le voyage n'est pas une croisière en pleine mer où tout se déroule pour le mieux. Ils vont avoir des hauts et des bas. Il m'a manqué une pointe d'humour par moment. Les scènes sont plus sombres, mais cela passe tout seul.

En conclusion, un livre qui se lit très vite, une histoire fantastique qui tient la route. Des adolescents qui ne sont pas invincibles. Des émotions qui sont juste assez intenses pour donner un coup de fouet à l'histoire. Un voyage qui répond à des questions mais qui en pose encore quelques unes. Je ne verrais plus jamais les contes de mon enfance de la même manière. Vivement la suite !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-grisommes-tome-2-chatiment-frederic-livyns-a129226572
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 18-03
Je remercie l'auteur, Natacha J. Collins pour la lecture de son livre. Après pas mal de péripéties, il a réussi à intégrer ma tablette et donc je peux maintenant en raconter ce que j'en ai pensé. J'aime beaucoup la couverture, elle montre bien comment je peux voir cette époque.

Aleiria est une jeune femme qui vit encore avec son père, un orfèvre de qualité dans la cité de Troie. Le préféré de la reine Hécube. La jeune femme est amie avec une des filles de Priam, Poxylène. Alors que les Dieux et Déesses sont présents par des tremblements de terre et dans les pensées et prières du peuple, Troie est en guerre. Hélène a été enlevée et Priam ne veut pas la rendre à son époux. Les combats sont incessants, des hommes des deux côtés meurent. L'espoir de vivre à nouveau en paix reste infime, mais tant que Hélène ne sera pas rendu, cette folie risque de perdurer. Dans ce monde de chaos, un amour naissant va prendre forme entre Aleiria et Dareios, un simple soldat. Alors que leur statuts devraient les éloigner, leurs sentiments vont les rapprocher. Et si au final il ne fallait pas vivre cette passion ? Car qui saura de quoi sera fait le lendemain ?

J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur raconte l'histoire d'Hélène, de Cassandre, de Troie d'une manière générale. Nous l'avons tous entendu au moins une fois, cette guerre qui dura, laissant des morts dans tous les camps. L'enlèvement, les visions, les trahisons, la famine, les ambitions, tout cela fait partie du récit avec un peu de romantisme. Cette dernière partie donne un peu de baume au cœur. Elle s'étale sur ce que vivent le peuple de Troie. La famine, les envies, la misère qui commence à s'installer. Les doutes d'un retour à la normale. Nous vivons plusieurs histoires dans l'Histoire avec un grand H. Nous suivons les pas d'une famille qui vit bien, comparé à certains beaucoup plus modestes mais qui n'hésite pas à aider les autres. Cette guerre n'apporte pas que du malheur, la preuve ! Des liens vont se former. Des liens d'amitié, de famille, d'amour. Tous sont plus forts, plus vivaces, car ce combat semble ne pas se finir. Les émotions, les sentiments sont exacerbés. Rien ne peut être obligatoire, pourtant, en ces temps anciens, des mariages arrangés existent bel et bien.

Les personnages sont attachants. Je pense à Aleiria en premier. Cette jeune femme est douce, sensible, belle. Elle n'en joue pas, ayant une timidité qui la rend touchante. Amie avec l'une des filles du roi, elle est d'une compagnie très agréable, sachant garder les secrets même les plus inavouables. Son père est brillant, mais cache un secret. Il veut que sa fille soit en sécurité et sera prêt à beaucoup de concessions pour cela. Dareios est un jeune soldat. Il veut incorporer l'armée, mais pour le moment il n'est qu'une sentinelle. Hors sans ces hommes, n'importe qui pourrait entrer entre les murs de la ville. Il est considéré comme un lourdaud aux yeux des "nobles", tout comme ses camarades. Alors qu'en fait ils sont la barrière qui permet aux habitants de ne pas être massacrés. J'ai beaucoup aimé Hagne qui a un lourd passé que nous découvrons à un moment donné. Par ce personnage nous en apprenons beaucoup plus sur la famille de notre héroïne. L'auteur nous offre un bon nombre de personnages qui sont tous intéressants. Que ce soit par le caractère, par la présence, par son histoire, nous découvrons que la nature humaine peut tout aussi bien être bonne comme mauvaise.

Entre Aleiria et Dareios, c'est un lien particulier. Cheval trop fougueux ou tremblement de terre, le soldat est présent. La vie est précieuse et il le sait trop bien. Ce n'est pas que le physique qui compte, même si les deux sont attirés d'abord par ce qu'ils voient. Les actes sont importants pour l'un comme pour l'autre. Apporter son aide est précieux. La différence entre leurs rangs n'est pas important pour eux deux. Seul l'amour qu'ils ressentent est important. Un sentiment amoureux qui se renforce au fil des journées. Il se renforce au fur et à mesure des épreuves qu'ils vont devoir traverser. Car il ne s'agit pas que de ces deux personnages, il s'agit d'un ensemble.

La bravoure des uns, la force, le courage, tous ces éléments devraient être pris en compte lorsqu'il s'agit de mettre une personne en sécurité, pas un simple statut. Leur histoire semble perdue d'avance, tout comme la défaite de Troie qui n'est plus qu'à quelques jours. En ces temps, seul compte tout ce qui n'est pas sentiments, seul compte le paraître. Les Dieux n'ont qu'à bien se tenir car ils ne peuvent rien contre une vérité.

Ce que j'ai aimé également, c'est le fait que nous suivons l'histoire de Troie sans pour autant tomber dans la romance pure ou un cours d'histoire. Cette dernière est bien ficelée, les coutumes sont bien décrites. J'ai beaucoup aimé imaginer les habits portés, tout comme les lieux. L'auteur décrit très bien les scènes de combats également. J'ai cru être aux côtés de ses hommes et femmes qui combattaient pour leur vie.

En conclusion, j'ai trouvé que le côté mythologique était bien tenu tout comme l'histoire qui est belle. De bonnes descriptions, une plume douce et agréable à suivre. Les émotions sont présentes aussi bien dans les personnages - gestes et paroles - que dans les scènes d'actions. Le couple Aleiria et Dareios est attachant. Leur amour impossible dans une guerre si terrible est remarquable. Une belle histoire sur Troie qui est originale par la manière de voir cette lutte. J'ai passé un très bon moment de lecture.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-amants-de-troie-natacha-j-collins-a129068892
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Je remercie Aurélie ainsi que les éditions Sharon Kena pour la lecture de ce second et dernier volume de cette saga. J'avais oublier d'indiquer sur le premier tome que j'avais adoré la couverture. Je le fais donc ici, par contre j'ai plus de mal avec celle-ci. Quelque chose me dérange, sauf que je n'arrive pas à savoir quoi...

La fin du premier tome était une véritable torture. Une véritable explosion grâce au point final. Heureusement le tome 2 redémarre sur des chapeaux et roues et débute directement sur cette fin. Une bonne continuité qui m'a plu. Nous retrouvons Irina et Théobald dans une situation encore plus compliquée. Maman est de retour (celle de Théo) et elle compte terminer le travail qu'elle a débuté il y a bien des années. La famille de Théo semble être partout et pourtant, même si elle n'est pas la plus "gentille", lorsque nous découvrons un peu plus sur le passé de notre chère Irina, au final ils ne sont pas si terribles que cela. Entre les deux, la situation change petit à petit, mais jusqu'où cela ira si ce qui est proche d'Irina la rattrape ?

L'histoire se suit et ne se ressemble pas. Les ennuis arrivent de toutes parts. Il devient de plus en plus difficile de vivre une vie "normale" pour l'un ou l'autre des personnages. D'anciennes querelles, d'anciens contrats, d'anciens accords reviennent à la charge. chacun doit y trouver son compte, sauf que lorsqu'il s'agit d'assouvir une personne il y a un problème de taille. Devenir soumis, se taire, accepter son sort ? Non impossible. Que ce soit Irina ou Théo, aucun des deux ne veut être un faible. Le récit est fluide, vivant. Je me suis souvent demandée comment ils allaient bien pouvoir s'en sortir. Il n'y a pas que les humains et les vampires en cause, les sorcières aussi sont présentes, les loups et même encore un peu plus que cela. Beaucoup de scènes d'actions, d'entraînements car ils vont en avoir besoin. Les scènes d'intimité sont plus nombreuses également, mais restent toujours sensuelles. L'auteur arrive à mettre une pointe d'humour par ci, par là qui permet de détendre certaines situations. Pourtant on peut dire que le calvaire ne fait que commencer.

Les personnages sont de plus en plus nombreux. Nous retrouvons donc Theobald et Irina, ainsi que Angela, mais également James, Edwin, Livia, Alana, Nate, Tom, Alex, Gabriel... Et puis il y a Misha, ce petit nouveau qui vient tel un chien dans un jeu de quilles. Il a beaucoup d'ambitions qui risquent de l'étouffer. Cet homme se croit invincible. Je le vois bien se prendre pour un Dieu vu la façon dont il parle et traite son "personnel". Irina a beaucoup évolué, elle n'arrive cependant pas à faire table rase de ce qui s'est passé des années avant, mais elle tente de comprendre les motivations de certains. Théobald a toujours des réactions de gamins par moment. La jalousie est un vilain défaut et il a du mal à réfléchir avant d'agir et de faire beaucoup de mal. Au vu de son âge il a certaines réactions qui me semblent difficiles à comprendre. Et pourtant en grattant un peu plus, il n'a jamais connu ce qu'il vit malgré tout et ne sait pas gérer une relation durable.

Concernant les autres personnages nous les voyons, pour certains, évoluer, montrer un nouveau visage. La peur peut être un bon élément déclencheur, mais être seul permet de réfléchir et de se découvrir justement. Apprendre à se connaître, apprendre à être soi-même, à être libre. La nature humaine, vampire ou autre peut faire des merveilles, il suffit juste d'y croire. Être émerveillé permet également de voir d'un autre oeil. Chacun des personnages a une place importante. Forts ou non, ils vont afficher tout leur savoir et ainsi permettre de faire de belles batailles. J'ai bien aimé le rôle de Edwin. Il semble prétentieux, non il l'est en fait. Il n'aime pas qu'on lui résiste et encore moins qu'on lui dise non. Mais il sait aussi se montrer utile, parfois. Livia également est intéressante. En fait ils vivent depuis si longtemps qu'ils ont oubliés comment la vie fonctionnait réellement. Il a fallu un peu d'humanité dans leurs parages pour s'ouvrir aux autres.

En conclusion, même si ce n'est pas un coup de coeur comme le premier tome, j'ai beaucoup apprécié ma lecture. Des rebondissements, des surprises de taille, de l'émotion, des combats, de l'action, de la tendresse, des secrets dévoilés, des familles recomposées... Beaucoup d'éléments qui font qu'il est à découvrir. en plus il n'y a que deux tomes dans cette saga, alors pourquoi hésiter ?

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/redemption-partie-2-enel-tismae-a129055488
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Lola pour m'avoir permis de lire ce deuxième et dernier tome de sa saga "Mes nuits dans ses ténèbres". La couverture ressemble beaucoup à la première - normal vu que c'est la même femme - juste la position qui change et l'expression du visage qui est différente. Sachez qu'il va y avoir un seul spoiler, mais j'ai eu l'autorisation de Lola pour en parler, car autrement, je vous avoue qu'il serait difficile de parler de l'évolution de l'histoire. En même temps il s'agit d'un tome 2, donc il vaut mieux avoir lu le premier avant de lire mon avis, autrement vous connaitrais un peu trop sur le récit.

Nous sommes restés, à la fin du premier volume, sur une Lucille qui vient de perdre son grand amour : physiquement. Le début de l'histoire nous plonge dans son état limite dépressif. Elle n'arrive pas à s'en sortir. Continuer sa vie sans lui est un déchirement. Elle adore son travail, ses amis, n'aime toujours pas son père, la vie semble continuer. Elle pense avoir mis le pied dans l'engrenage afin de rester elle-même, mais c'est impossible. Elle n'y arrive pas. Son cœur est meurtri, son corps en manque de ses caresses, sa bouche de ses baisers. Sa vie semble avoir pris un gout de cendre. Prendre le taureau par les cornes lui semble insurmontable et pourtant...

Pourtant un événement imprévus va arriver. Il revient. Oh bien entendu je ne vous dirais pas comment, ni le pourquoi, mais il est là. Sauf qu'il n'est plus tout à fait le même. La vie va reprendre, d'une manière bien différente. Une quête inachevée, un besoin de connaissance, des questions qui ont besoin de réponses. Besoin, ce mot qui revient régulièrement dans mon avis et je pense qu'il ira jusqu'au bout. Car Lucille a besoin de lui et inversement. Ce n'est pas ce que nous pouvons appeler une passade, c'est bien plus que cela. Deux moitiés qui se cherchent sans cesse, qui ont besoin d'être l'un à l'autre. Mais ce besoin - oui cela va énerver quelques personnes je pense - c'est qu'il est partout. Léo a besoin de Lucille pour qu'elle le calme, lui montre ce qui va ou non. Que ce soit dans ses choix version travail, ou versus homme. Nathan son frère a besoin d'elle. Être séparés ? Impossible et pourtant lorsque cela arrivera à un moment donné de l'histoire, il le prendra mal. Je reste vraiment au-dessus de ce qui se passe réellement. Car avec Lola c'est bien plus complexe que cela.

Concernant l'histoire, car je vais tenter d'écrire mon avis comme les autres, elle est surprenante par certains points. Par d'autre non. Certains événements sont courus d'avance, tout cela pour faire en sorte de noyer le poisson. Coquine ! Je dois avouer que Lola a eu mes impressions sur ma lecture en direct live et donc elle sait ce que j'ai trouvé ou non. Certains, dirai-je phénomènes ont été trouvé, d'autres non. Mais dans l'ensemble je suis assez fière de moi. Avoir un esprit tordu aide à trouver, mais ce n'est pas le but. Il faut se laisser aller et découvrir tout ce que l'auteur peut nous apporter. Les descriptions des robes - pourtant je n'en porte pas - me donnent envie. Les liens entre les personnages, qu'ils soient d'amitié ou d'amour sont tout aussi forts que dans le cas de la haine ou de la pitié. De nombreux rebondissements, des " surtout ne pas s'attacher aux personnages, cela vous fera très mal" également. Des découvertes qui sont inattendus. Quelques pointes d'humour sont présentes et allègent certaines scènes qui pourraient être glauques ou tout simplement d'une tristesse absolue.

Le livre est découpé en trois actes bien distincts : Acte I - La solitude de ma vie. Acte II - Le renouveau de ma vie. Acte III - Les bouleversements de ma vie. Chacun d'entre eux montre une part de Lucille et de ceux qui l'entourent. Le premier acte est le plus triste. La peine de Lucille est forte et nous la ressentons parfaitement. Concernant les deux autres actes, le titre de chacun est assez évocateur pour mettre la puce à l'oreille. Qui n'a jamais rêvé de voir des changements s'opérer dans sa vie ? Ici Lucille va avoir de quoi faire. Une vie est faite pour ne pas être linéaire, c'est mon point de vue.

Concernant les personnages, nous les retrouvons tous, ou presque par rapport au premier volume. Nous pouvons suivre leur évolution au gré des envies de l'auteur. Léo est toujours aussi stressé surtout qu'il va se retrouver dans une situation qui lui fera faire des concessions. Adrien toujours si peu enjoué qui au final va se révéler un peu plus. Lucille qui est au centre de tout sans véritablement le savoir. Elle est encore plus maniaque qu'avant, plus stressée et si proche de ses amis qui sont sa famille, tout simplement. Son caractère l'aide dans beaucoup de situations et heureusement pour elle qu'elle n'est pas une fragile créature. Angel qui va radicalement changer, mais il faut dire que les épreuves qu'elle a subit n'aide pas. Emilie... Que dire d'elle sinon que c'est un personnage que j'adore ! Garrett que je n'aime toujours pas et un beau retour sur mister regard caramel dont je dirais juste que son côté sombre est bien plus présent. Le Prince... Que dire sur lui a part que j'adore son style ! C'est lui qui gère tout, le grand manitou, lui qui décide, qui, disons-le bien comme il faut, emmerde le monde avec ses actions !

Les guerriers et les protecteurs ne sont pas les seuls avec les infiltrés à vivre au sein des humains. Nous découvrons d'autres personnages qui ont une mission particulière. Nous découvrons des personnalités qui ne sont pas si horribles que cela malgré tout ce qui a été fait. Non je ne change pas d'avis sur le père de Lucille et Nathan. Ce dernier ne m'a pas convaincue, son ambition le "bouffe" terriblement, il n'y a plus que cela qui compte. Il ne se rend même plus compte de ce qui se passe réellement. Pour gagner une bataille, une guerre, il est capable de tout. Pour ma part c'est une "ordure" malgré tout. Je passe sous silence d'autres protagonistes qui sont présents et qu'il faut découvrir ou redécouvrir dans le contexte.

Ah oui, j'allais oublier et j'avais dit que je l'écrirais. Lorsque vous lirez ce livre, attention aux kilos ! Entre les douceurs chocolatées, les chocolats, le regard caramel, les boites de chocolats vides, le caféééééééé, bref vous risquez de prendre un sacré paquet de kilos ! Il n'y a pas que Lucille qui est accro au chocolat... suivez mon regard ! Oh et l'expression de Léo justement, le "ça craint" ahhhhh j'ai bien cru retourner en colo où les enfants nous sortaient régulièrement "ca l'fait paaaaas" L'expression qui vous tue les neurones - rires.

Petit bémol pour ma part et elle le sait : Léo et son défilé et ses crises, j'ai cru que j'allais le claquer. J'ai trouvé trop long certains de ces passages parce que je voulais savoir ce qui se préparait ailleurs. Oui, je suis toujours aussi impatiente !

En conclusion, le côté fantastique est un peu plus prononcé. Les relations sont toujours aussi sensuelles. Les émotions sont fortes : la joie, la tristesse se mêlent aux divers combats effectués, sans oublier les rencontres. J'ai beaucoup aimé la fin et je dois avouer que je n'en voyais pas d'autres. J'aurai encore plein de choses à dire, mais lisez-le, ce sera plus simple !

Et sinon, un petit tour en bécane poupée ?

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/mes-nuits-dans-ses-tenebres-tome-2-l-aboutissement-lola-t-a129049870
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie les éditions Anyway éditions pour l'envoi de ce service presse numérique dans le cadre de la boite à chroniques. La couverture est très belle, mystérieuse et montre ce que vit notre héroïne.

Cassie a perdu ses parents dans un accident de voiture. Elle seule s'en est sortie. Elle a vu la mort de près, au travers des yeux de son père, car elle était dans le véhicule. Il lui a fallu beaucoup de temps pour réussir à sortir de l'hôpital. Sa tante, Gilly, s'occupe donc d'elle. Se reconstruire est difficile lorsque l'on n'en a pas envie. Lorsque Gilly se voit attribuer un nouveau poste en Bretagne, elles vont devoir déménager et s'acclimater aux lieux. Robert, le petit ami de Gilly est déjà sur place à cause de son travail. Il va donc les aider. Quant à Cassie, elle arrive dans une nouvelle école, alors que la rentrée est déjà passée. La petite nouvelle qui ne veut pas se faire remarquer, mais qui va l'être tout de même. Et pas par n'importe qui, par une partie de la classe A, la meilleure des classes de l'école qui a plus de passe-droit que n'importe qui. Un geste, un regard, un soupçon de magie et l'entrée de Cassie dans un nouveau monde ne se fera pas sans heurt.

Mystères en tout genre et actions. L'auteur nous montre un chemin qui est pavé d'embûches : perte des parents, nouvelle vie, nouveaux lieux, nouveaux amis, nouvelle personnalité, dons qui apparaissent. La classe A est LA classe qui a quasiment tous les droits. Mais pourquoi ? Qui sont-ils réellement ? Pourquoi dans cette école il y a une telle classe ? En Bretagne, qui plus est à Auray, petite ville que je connais très bien puisque j'habitais à quelques kilomètres de là et que j'ai fais ma seconde au lycée générale d'Auray. J'ai beaucoup aimé chercher les lieux que l'auteur donne. Certains passages me paraissent plus éloignés, mais qu'importe, la magie est bien là. Légendes, contes, mythes, tout est possible. L'auteur nous démontre qu'il n'y a pas que Merlin qui traîne dans les parages, d'ailleurs il n'est pas présent dans le livre. Mais d'autres plus puissants, plus vieux, plus... Bref, une idée originale parlant d'héritiers en tout genre.

Concernant les personnages, ils sont pour la plupart lycéens. L'auteur ne les a pas fait tels des super-héros, ils aiment jouer à la console, faire les boutiques - pour les filles - vivre leurs vies comme si de rien n'était. Ce qu'ils sont réellement fait partie d'eux. Ils ont, pour la plupart, cette parcelle de supériorité comparé à ceux qui sont dans les autres classes. Se sentir au-dessus de la population sans pour autant en faire étalage, enfin pour la plupart. Nous les découvrons au fur et à mesure. Leur caractéristique, leurs pensées, leurs envies, leur caractère. Même si le texte est du point de vue de Cassie, elle voit pas mal de choses qui nous font penser à d'autres critères. Evon, Charlie, Lisa, Pénélope, Sophie, Salomé, etc... Il y a ceux qu'on adore et ceux qu'on déteste. Nous nous posons la question du pourquoi ils sont après Cassie. Au fur et à mesure que les pages défilent, nous cherchons le preux chevalier qui va tous les sauver.

J'ai aimé suivre l'évolution de Cassandre. La douleur qu'elle ressent est tenace, impressionnante, difficile à gérer. Elle a dû mal à remonter la pente. La perte de ses parents est toujours douloureux, mais plus le temps passe et plus elle tente de vivre presque normalement. Elle a des émotions d'une jeune fille de 16 ans qui découvre que son cœur bat pour quelqu'un d'autre. L'amitié qu'elle offre est un véritable cadeau, car elle est capable de tout pour ses amis. La découverte de qui elle est véritablement est fascinant, surtout de la façon dont c'est fait. Une fois de plus dans la douleur. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle arrête de se battre.

Hallucinations ou juste visions ? La magie est présente sans pour autant en faire étalage et montrer que grâce à cela ils sont plus forts. Il faut savoir s'en servir. Il faut savoir se serrer les coudes et avoir confiance en soi. Les secrets sont bien gardés. Cassie a tellement en elle sans le savoir que lorsque tout est découvert... Je m'attendais à quelque chose d'immense, mais pas à ça ! Une belle surprise mais également une malédiction pour elle. Comment vont-ils s'en sortir ? Est-ce qu'il y aura une chance de survivre ? Car le mal est partout, toujours à la recherche du pouvoir ultime.

Petit bémol, lorsque j'ai fait la demande, je pensais qu'il s'agissait d'un seul et unique tome. De plus en le recevant rien n'indique qu'il fasse partie d'une trilogie. Je trouve juste dommage que sur et dans le livre rien n'est indiqué. Ce qui fait qu'une fois arrivé à la fin je me suis retrouvée le bec dans l'eau car je m'attendais à une vraie fin, pas une fin ouverte.

En conclusion un récit qui est fluide. Un parcours pour retrouver qui est vraiment Cassandre, alias Cassie, qui ne se fera pas sans mal. La magie est omniprésente,. Les émotions sont parfois vives, parfois douces. Rien n'est tout blanc ou tout noir, il y a des variances de gris qui nous font nous poser beaucoup de questions. Peut-on survivre après un drame et des événements pareils ? Un bon mélange de suspense, de questionnements, de sentiments, de pouvoirs. Des personnages qui sont bien méchants comme je les aime. Un ensemble d'adolescents qui sait se serrer les coudes face à l'adversité. J'ai hâte de découvrir la suite maintenant !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/vestiges-la-reine-oubliee-rose-royl-a128925376
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0