Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par GabrielleViszs

Extraits de livres par GabrielleViszs

Commentaires de livres appréciés par GabrielleViszs

Extraits de livres appréciés par GabrielleViszs

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 16-12
Il s'agit d'un service presse particulier et je tiens à remercier également l'auteur, J.C. Gadpy. La science-fiction pure n'est pas forcément le thème de prédilection, j'aime lorsque c'est mélangé avec un autre thème. J'ai voulu tester et voir si ce n'était pas de trop "science-fiction" justement.

Il s'agit bien d'un recueil de 11 nouvelles qui ont toutes un rapport avec l'espace, les aliens, la vie extérieure à l'humanité, la robotisation, et autres agréments du genre. Elles font toutes la même longueur ou presque. "Vivez, éliminez !" "L’enfant électrique dans l’œil du vaisseau" "Importance toute relative" "Aliens, vaisseau et Cie" "Cибирский" "Shojan survolant les rizières" "Les rescapés de l’Éridan" "Neutral Game" "Monoamine Oxydase A" "Votre Sainteté" "Rêve d’aliens". Tout autant de titres que d'histoires, tout autant d'histoires que d'imagination dans l'esprit de l'auteur (à moins qu'il ne vienne d'un autre monde !) Toutes les nouvelles débutent par une citation de Philip K. Dick. (Blade Runner, Total recall, Planète hurlante ne sont que quelques exemples tirés de cet homme)

"Vivez, éliminez !"

C'est l'une de mes préférées. Humour noir (ou pas) le détective Philippe réalise une enquête très difficile sur/dans la société Boltic. Une société qui promets monts et merveilles dans la pointe de la technologie (le vivre éternellement dans un corps sain en quelque sorte) La confrontation entre celui qui ne veux pas de cette technologie parfaite, qui ne l'est pas à ses yeux. Et ceux qui ne jurent que par cette vision du futur parfaite. Au départ, cela m'a fait un peu penser au film i-robot (avec Will Smith). La manière de voir de l'inspecteur se rapproche de beaucoup à notre détective ici. Et puis un événement va chambouler ces certitudes. Personnellement, je ne suis pas certaine de vouloir vivre de cette manière, par contre j'aime beaucoup le slogan !

"L’enfant électrique dans l’œil du vaisseau".

Avec celle-ci, ce fut plus compliqué pour mon cerveau de comprendre vraiment ce qui se tramait. Marvin et Ted sont frères et acteurs dans une série télé qui cartonne. Leur mère est partie dans l'espace et la seule chose qui reste d'elle est un message d'urgence vital. Son vaisseau était mal en point. Depuis, plus rien. Pour les deux frères, il ne leur reste que leur boulot d'acteur. Mais pas uniquement. Ted a une sorte de don. Qui fait peur. Qui le fatigue énormément telle une maladie qui le ronge de l'intérieur. Et si tout cela était écrit ? Le destin semble se moquer des sentiments.

"Importance toute relative"

Un conflit, une guerre de continents... Rochinko, major de son état travaille dans les services secrets. Pilote également, il effectue bon nombre de convoi jusqu'à ce dernier avec des officiers "allemands". Un vaisseau découvert, une vie extraterrestre vivant sur Terre. Certains passages étaient un peu trop long à mon gout. Ce récit ne m'a pas vraiment plu à part le final.

"Aliens, vaisseau et Cie"

Un voyage en vaisseau qui tourne au cauchemar. Un virus qui arrive à s'accrocher à l'un des membres de l'équipage. Ce dernier va malheureusement devenir aveugle et au final, la mort sera inéluctable pour lui. La quête de ce virus ne sera pas vaine. Qui a bien pu l'apporter et pourquoi ? La commandante va devoir mener l'enquête tout en cachant son secret le plus profondément possible. Elle est sympathique à lire et certains points sont de véritables surprises.

"Cибирский"

L'Alsace est devenue la Sibérie par son grand froid permanent. Alex surveille les alentours lorsque ses yeux tombent sur deux jeunes qui semblent vouloir fuir quelque chose ou quelqu'un. Il va leur porter secours, non sans prévenir sa compagne. Alors que l'histoire paraît simple, la situation dégénère et devient très étrange. Le monde devient autre, une énergie s'échappe et les personnages apprennent ce dont ils sont vraiment capables. J'avoue même m'être perdue dans l'histoire sans savoir où j'en étais.

"Shojan survolant les rizières"

J'ai beaucoup aimé cette histoire, toute aussi abracadabrante que la plupart d'entre elles. Le futur est toujours aussi présent et le personnage entend des voix qui lui indique la voie à suivre s'il veut survivre. L'apocalypse serait pour bientôt ? Peut-être, ou alors il ne s'agit que d’hallucinations auditives. Qui sait vraiment si ce n'est pas uniquement la folie d'un homme, à moins que tout soit voulu ?

"Les rescapés de l’Éridan"

Hèmèth et Nanaël se retrouvent seuls dans une capsule de survie. Le vaisseau où ils étaient à été détruit, il ne reste plus que eux deux. aucun autre survivant. Et l'immensité devant leurs yeux. Où vont-ils pouvoir poser leur capsule ? Comment vont-ils vivre ? Je me suis éclatée avec celle-ci ! J'ai eu le cerveau retourné je ne sais combien de fois jusqu'au final qui m'a bien eu !

"Neutral Game"

Je dois avouer que pour ce récit, j'en suis encore à me demander où j'ai été emmené. Des cours, des étudiants, des professeurs étranges, des idées étranges. Je pense que je suis passée à côté de cette histoire.

"Monoamine Oxydase A"

Lisa et Phil. Deux personnages qui vont voir leur rêve devenir un cauchemar. Deux identités, un monde où avoir un enfant atteint d'une quelconque maladie vous oblige à avorter. Et un suicide. Des pensées qui ne cessent de hanter le restant, puis une nouvelle vie qui va s'ouvrir devant lui. Jusqu'à ce que les fantômes du passé refont surface. J'ai adoré cette histoire, totalement plongée que je n'ai pas vu les indices et je suis tombée de haut. La surprise était telle qu'elle n'a eu de cesse de me hanter à mon tour la nuit suivante.

"Votre Sainteté"

Howard est un jeune homme de 14 ans qui va à son école. Les contacts physiques sont interdits et encore moins entre personne de sexe opposé. Mais un jour, une jeune fille de 15/16 ans l'attrape par la main. Un simple geste qui va provoquer une véritable déferlante de sensations... Alors là, ce monde est fait pour les femmes ! Enfin, il faut faire attention au vœu que l'on désire faire à haute voix. La soumission, le sexe fort, tout n'est que futilité, dérisoire et j'avoue que j'ai longuement souri en imaginant les scènes décrites. Point de sexe dans ce récit, juste une position de force et de pouvoir que tout homme, pardon toute femme rêverait (ou pas.) Encore une histoire que j'ai adoré !

Un rapide récapitulatif de ces 11 nouvelles qui laissent beaucoup d'imagination. en parlant de cela, l'auteur n'en manque pas. Les robots ont la mainmise la plupart du temps, autrement ce sont les femmes au pouvoir (Cela pourrait faire un très bon slogan !) C'est un recueil de pure science-fiction. Ajoutez à cela de la post-apocalypse (car il faut bien l'admettre le monde futur craint !). Il y a beaucoup d'humour noir la plupart du temps. Du sarcasme à profusion dans certaines, je pense particulièrement à Importance toute relative. Même si je n'ai pas apprécié toutes les nouvelles, la plume de l'auteur est incroyable. Il a un don pour nous entraîner dans ses délires psychotique (oui j'ai osé le dire). En bref, c'est un auteur à découvrir pour son imagination incroyable et son écriture piquante.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/aliens-vaisseau-et-cie-j-c-gapdy-a134306502
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Cindy Defosse, l'auteur de cette perle pour m'avoir fait parvenir son second tome. La couverture est très différente du premier, mais elle reflète la majeure partie du livre. Même si j'ai une préférence pour celle du premier volume, celle-ci reflète plus le monde tel qu'il est aux yeux de ses peuples si différent.

A la fin du premier tome, nous étions en pleine déroute. Qu'allait bien devenir Leïna et ses compagnons dans ce monde où la différence est condamnée ? Deux années se sont écoulées et la vie semble stagnante. Pourtant la quête est toujours dans l'esprit de la jeune femme, mais elle est seule. Ayant voulu éviter d'emmener avec elle quiconque qui risquerait de passer de l'autre côté, elle continue son chemin avec pour seul compagnon son cheval, Kelpie. Il porte bien son nom d'ailleurs... Bref, elle est toujours à la recherche de ses trycals sans avoir le moindre indice. La chasse à la Dame Mimosa (elle-même) est toujours en cours et elle ne peut pas faire un pas sans que les gens la regarde comme une pestiférée, pire qu'on ne veuille la tuer. Deux années de recherches pour se retrouver au point de départ. Leïna semble profondément perdue, quitte à y passer. Mais le destin va lui jouer un tour, un de ceux qui va lui apporter une aide providentielle et par dessus tout lui montrer la voie.

J'ai eu un peu de mal à me remettre dans l'histoire (il faut dire que j'ai lu beaucoup entre le premier et le second et le fait qu'il se passe pas mal de temps entre les deux) mais arrivée au chapitre 2, tout est rentré dans l'ordre. Comme quoi, il ne m'a pas fallu grand-chose. Leïna va donc faire une rencontre des plus improbable, du prénom de Bollaine. Au début, les deux femmes vont se battre, Leïna est méfiante envers tout le monde, y compris elle-même. Faire confiance devient difficile, mais lorsqu'il s'agit de sauver sa vie, elle va montrer sa force. Bollaine va lui forcer la main pour l'amener jusque chez elle : le pays des valkyries. N'ayant pas mangé à sa faim depuis trop longtemps, le dernier bain date, la dernière fois qu'elle s'est préoccupé d'elle est trop loin pour s'en souvenir. Ici, à Walhalle, elle va reprendre confiance en elle, reprendre des forces, apprendre à se défendre, à se battre, à devenir plus forte mentalement et physiquement. Ce n'est que le début de l'histoire, car une fois qu'elle sortira d'entre ses lieux, sa quête va enfin pouvoir continuer.

J'ai l'impression que c'est une recherche de toute une vie. Libérer des peuples oppressés par un dirigeant qui ne pense qu'à lui et ses semblables. Apporter la sérénité à tous et éliminer le danger ! Les trycals ne sont pas que des objets, ils ont un passé, un présent et un avenir de qui les aura entre les mains. Les Hommes, qu'ils soient humains ou non ont tous l'envie d'assouvir leur puissance sur les plus faibles. Leïna ne veut pas de cela. et elle n'est pas la seule. Sauf qu'elle veut se débrouiller seule. La solitude avant le Walhalle ne lui pesait pas plus que cela. Après son passage, cela revient presque au même. Elle a peur, mais elle va tout faire pour continuer. Et son but : retrouver tous les Trycals. Sauf que plus elle avance et plus elle va se retrouver cernée, jusqu'à devenir la prisonnière au sommet.

Être en prison dans une cellule miteuse, ou dans une cage dorée revient au même. Comment réussir à bouger par soi-même si on ne peut librement pas penser ? Bien des événements surviennent entre ces deux passages et surtout beaucoup interviennent après. Entre vouloir et pouvoir, ce sont deux mots qui ont toute leur importance ici. Vouloir le meilleur et pouvoir l'obtenir. Les pensées de chacun sont confuses et la chasse ne semble plus être le but. Le grand Dragon est présent. Il a énormément de pouvoirs et j'adorerais pouvoir en savoir plus sur lui. Il a une vision des choses très particulière et j'ai adoré tous les passages avec cet être. J'ai eu la joie de revoir bon nombre de personnages du premier tome : Tédor qui prend une place importante, Rudy qui montre une nouvelle facette de son personnage - Froideur, glacial, implacable. Weddy qui semble recouvrer sa mémoire... Des nouveaux, tel Elias qui est aussi rapide que l'ombre de Lucky Luke ! Elbor qui n'échappe pas à son destin et concernant son frère, je ne dirais qu'une chose : Pourquoi ????? Ce qui peut signifier tout et n'importe quoi, je l'accorde.

Leïna. J'en parle beaucoup, surtout de ces faits et gestes mais mentalement ? Elle évolue, pas toujours dans le bon sens, pas forcément comme il faudrait. Mais elle est toujours présente. Elle tente de s'en sortir. De trouver. D'obtenir ce qui est le mieux pour tous. Elle va avoir des hauts et des bas. Se renfermer, s'ouvrir aux autres. Elle n'est pas la plus forte, la plus ingénieuse, la meilleure en tout. Mais elle essaye et on ne peut pas le lui reprocher. La chance survient par moment, à d'autre il s'agit de personnages dont on ne croirait pas. Je l'aime beaucoup, car elle a des forces, des faiblesse et une soif d'arriver à la fin de sa quête !

Manipulations, complots, trahisons, mais surtout manipulations ! Ce dernier mot ne cesse de me venir à l'esprit lorsque j'ai lu le livre (que dis-je, que j'ai dévoré en une après-midi jusque début de la nuit !). Le pouvoir absolu, l'ultime pouvoir, peu importe (l'auteur ne donne pas de nom) mais il y a quelque chose dans l'air qui permet droit de vie ou de mort sur n'importe qui. Les légendes sont si bien racontées que j'ai eu l'impression d'être aux côtés de Leïna pour les écouter. Et les sacrifices sont nombreux, mais nécessaire.

En conclusion, un second tome qui tient ses promesses. La quête n'est pas terminée. Des descriptions de lieux inconnus qui m'ont plu. Des personnages qui montrent leur vrai nature et d'autres qui gardent une part de mystère. Mais là où veut aller Leïna ne sera pas une mince affaire. J'ai hâte de découvrir tout cela. Si vous ne connaissez pas, n'hésitez plus !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-eferides-tome-2-descente-au-sommet-cindy-defosse-a134286994
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Sylvie ainsi que la maison d'édition Anyway pour cette nouvelle lecture. Il s'agit donc du tome 2 de la trilogie Vestiges.

Cassie est enlevée très rapidement et débarque en Grèce. Klei veut sa mort, mais, car il y en a forcément un sinon cela ne serait pas drôle, il ne peux pas la tuer sans l'approbation des douze. Seul hic pour ce Klei ? Son frère, Jullian qui reconnaît en Cassie Pandore, sa femme ! Il va faire en sorte qu'elle sorte du cachot miteux pour qu'elle puisse vivre dans une cage dorée. Car elle ne peut pas retourner chez elle. De plus, dans un mois, elle doit être présentée, comme ses camarades de classe, à la Famille. (Un peu sicilien d'un coup) La date promise arrive et c'est le coup de grâce ! Elle est jugée à mort pour trahison et autres désagréments. Sauf que ce n'est pas Cassie qui est jugée, mais Pandore... tout cela devient de plus en plus compliquée pour Cassandre de s'en sortir. Comment va-t-elle pouvoir garder sa tête sur ses épaules avec tout ce qui se trame dans son dos et dans sa tête ?

C'est la continuité du premier, à savoir que Cassandre et ses amis vont découvrir encore plus que le passé de leur "réincarnation" et devoir se battre une fois n'est pas coutume. L'histoire est pleine de rebondissements et nous en apprenons beaucoup plus sur l'histoire de Pandore. Cette femme humaine qui devient une déesse et va trahir ceux qui l'auront mis dans cet état... Enfin c'est bien plus compliqué que cela. Des zones d'ombres restent malgré tout et j'appréhende la suite surtout vu la façon dont ce tome se termine. Mais avant d'arriver au final, reprenons du départ. Notre adolescente est dans une panade pas possible. Prisonnière dans une cellule ou une suite magnifique sans possibilité de partir des lieux est tout bonnement impensable. Pourtant elle va devoir s'y faire. Jusqu'à ce qu'enfin les autres élèves arrivent à leurs tours et lui fassent oublier sa condition. Malheureusement il n'y a pas que des personnes qui veulent son bien, certains n'aiment pas les traîtres, les anciennes déesses, ou tout simplement ceux qui sont déshérités. Deux mondes s'affrontent et au milieu de tout cela, une adolescente qui va devoir faire ses preuves.

L'arrivée d'Evon va lui permettre de se remettre sur le droit chemin. Cassie ne l'a pas oublié, mais ce Jullian (mari à l'époque de Pandore, enfin sa réincarnation) est pesant, étouffant. Il cherche à récupérer sa femme. Deux âmes dans un même corps, cela devient très vite dérangeant. Et notre miss ne va pas se sentir à l'aise. Les sentiments qu'elle a pour Evon et ceux de Pandore pour Jullian vont poser problème. Et puis il y a cette mort annoncée. Je n'en dirais pas plus à ce sujet, c'est une idée comme une autre je dirais. Juste que je ne peux pas révéler ce qui va se produire. Ni si elle va s'en sortir indemne, physiquement, mentalement, etc, etc. Les jeux de l'Olympe vont se dévoiler, des pions vont être avancés pour être détruit ou au contraire juste des obstacles à passer. Être un dieu ne signifie pas avoir les pleins pouvoirs, pourtant certains oublient leur place !

Les fameux douze sont impressionnants. Ils ne sont pas là pour faire jolis et n'apprécient pas qu'on leur dise leur quatre vérité. Pourtant certains vont comprendre les choix de Cassie et seront des atouts majeurs. Je laisse l'imagination pour ces fameux douze, car nous les connaissons tous, plus ou moins. Et puis la Grèce change du tout au tout de la Bretagne. Le climat est différent, la langue, les coutumes, les gens... Et en parlant de ces derniers, il y en a un peu plus que dans le premier tome. Nous avons donc les fameux Klei et Jullian, mais aussi Cassiopée, les douze et des encapuchonnés ! (Et bien d'autres qui vont et viennent) Il y a même les pimbêches qui montrent bien le dédain qu'elles ont envers Cassie mais ne serait-ce pas juste une façade ? à moins que cela ne cache quelque chose, qui sait.

J'ai beaucoup aimé le premier tome, celui-ci un petit peu moins (pas énormément moins non plus). Même si j'aime bien les personnages secondaires, j'ai trouvé que l'auteur passait beaucoup de temps dessus, surtout sur Loïc qui est à la recherche perpétuelle d'une copine, ou de Salomé qui ne sait pas si elle va sortir avec mister "bella donna" ou non. Cassie doit se battre pour rester en vie et ses amis pensent à cela ? C'est peut-être un moyen de décompresser, personnellement ces soucis me passeraient au-dessus de la tête et je chercherais un moyen de l'aider. Ce qu'ils font, mais j'ai trouvé que leurs relations "amoureuses" prenaient trop de place. Autrement, ils sont toujours aussi bruyants, vivants, soudés, jaloux, possessifs et amoureux. Salomé, Gabriel, Evon, Loïc sont toujours partants.

Un petit bémol (à moins que ce ne soit la version de l'ebook) mais il manque de la ponctuation, et là ce n'est que mon avis bien sûr. Je laisse un exemple, mais il y en a d'autres. Peut-être que c'est fait exprès. Je dirais juste que c'est troublant et j'ai dû relire plusieurs fois certains passages pour être certaine de bien comprendre.

J'en reviens au final. L'auteur avait disséminés des morceaux, un peu partout, donc cela ne m'a pas étonnée plus que cela (ahhh, cela vous intrigue pas vrai ?) Forcément, je me suis même demandée pourquoi l'auteur n'avait pas fait le coup un peu avant. Elle sait mener son monde et ses lecteurs à un point où on espère avoir la suite très très vite !

En conclusion, nous avons une héroïne qui n'a qu'une envie : retourner chez elle et s'enfouir sous la couette. Malheureusement, elle va devoir affronter des épreuves pour sa survie ET pour son amour ET (oui un second) pour rester solide mentalement. Complots, trahisons, fouine en tout genre, rien ne vaut la Boite de Pandore. D'ailleurs, est-ce que nous l'a retrouveront dans le troisième tome ? Affaire à suivre !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/vestiges-tome-2-la-reine-condamnee-rose-royl-a134248348
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Pauline, ainsi que la maison d'éditions Terre de Lumière pour m'avoir fait découvrir un de leurs livres. Pour cette fois, il s'agit d'un livre plutôt complet sur l'habitat créatif. Attention, il n'y a pas que de la décoration de proposée, mais bien un ensemble de concept pour bien vivre chez soi.

Que l'on croit ou non à l'ésotérisme, au feng-shui et autre pratique pour meubler, construire ou vivre dans un lieu d'habitation, nous avons tous une envie particulière de mettre tel ou tel objet à telle ou telle place. L'instinct, le fait qu'il sera plus en valeur, peu importe, tout cela vient de chacun d'entre nous. Ce livre apporte une aide à celui qui veut s'en servir, ce n'est pas une obligation. Du départ nous avons autre chose, le fait de choisir nos amis, nos relations semble être percutante.

Je vois ce que les auteurs veulent dire, il suffit à nous de trouver ce qu'est cette facette . La couverture est assez explicite sur la façon de voir des auteurs, les divers champs d'action pour se sentir mieux dans un environnement choisi. Composé de plusieurs parties/chapitres, les auteurs nous proposent des méthodes, des moyens, mais aussi nous expliquent certains points. Le nouveau concept, trouver son lieu de vie, purifier son habitat, être soi chez soi en deux parties, la décoration, l'habitat sacré, domothérapie et circulation de l'énergie, l'atmosphère des pièces, le projet d'habitat créatif en dix leçons, sans oublier les annexes.

Personnellement en lisant le sommaire j'ai eu un peu peur, mais les titres ne montrent pas tout ce qui est expliqué. Je ne suis pas une adepte du feng-shui, même si j'adore bouger les meubles chez moi pour que cela soit mieux, plus de place par exemple, ou simplement parce que j'ai envie de changement. Peut-être que cela vient d'ailleurs, c'est juste mon choix. Il y a beaucoup d'informations dans les chapitres qui ne sont pas forcément à prendre au pied de la lettre. Les auteurs eux-mêmes usent de l'humour pour ne pas tomber dans une liste à faire obligatoirement. Je pense par exemple au garage pour la voiture.

C'est un livre qui regroupe les croyances, les vibrations, le mieux-être afin d'avoir de meilleurs moments chez soi. Il y a le visible, le concret ce que nous pouvons toucher et l'immatériel. Personnellement je suis plus réaliste, avec ce besoin de voir la matière, de la toucher, d'avoir quelque chose de concret entre les doigts. Je suis ouverte d'esprit même si je ne pense pas qu'un mur puisse parler (non il n'y a rien de tout cela dans le livre, pas de panique, ce n'est qu'un exemple) Mais je pense qu'une habitation est capable de renfermer bien des secrets.

En conclusion, il s'agit d'un livre pas forcément pratique, mais qui peut aider certaines personnes à y voir plus clair dans la manière d'agencer, de construire, de vivre tout simplement chez soi. Il y a une chose où je ne suis pas d'accord, vivre entre 14 et 16h dans notre lieu d'habitation... j'en suis bien loin, et je pense que je ne suis pas la seule dans ce cas. Il y a beaucoup d'éléments apportés physique ou non, de quoi subvenir au plus grand nombre.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/l-habitat-creatif-etre-soi-chez-soi-celine-et-pierre-lassalle-a134265582
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Aurélie ainsi que la maison d'édition Sharon Kena pour la lecture de ce premier tome. J'aime beaucoup la couverture qui représente la majeure partie de l'histoire et le résumé me plaisait beaucoup également.

Nous plongeons directement dans l'histoire avec Blackely, une jeune femme qui semble cacher quelque chose. Une bouteille d'alcool entre les mains, elle semble suicidaire, pourtant ce n'est pas le cas. Elle évacue une mauvaise nouvelle. La nuit elle est la fameuse gardienne de la nuit, une femme qui protège, non pas les humains des vampires, mais justement c'est le contraire. Elle évite l'éradication de cette espère contre l'Ordre. Une société secrète qui a pour but de supprimer chacun de cette espèce vampirique, les rendant responsables de tous les maux. Ce qui est faux. Le jour, la jeune femme étudie, comme n'importe quel étudiant. Personne ne connaît l'identité de ce gardien, à part une poignée d'irréductible (non pas gaulois) mais des personnes de confiance. Tout semble se passer pour le meilleur et le pire, jusqu'à l'arrivée de deux ancestraux. Le pire ? Personne ne l'a jamais vraiment côtoyé. Le PIRE reste à venir et Blackely ainsi que ses amis vont en faire les frais.

J'ai apprécié arriver directement dans le monde où les créatures surnaturelles ne sont pas cachées aux yeux de tous. D'accord, la plupart des humains ne savent pas qu'ils sont présents, mais ce n'est pas une héroïne que nous avons qui va devoir faire avec cette découverte. Elle combat les siens du mieux qu'elle peut afin que les vampires puissent vivre en paix. L'Ordre est présente partout et les membres qui la composent sont infiltrés un peu partout. Blackely les connaît très bien, même si eux ne savent pas qu'elle sait. De drôles de situations qui font sourire, surtout lorsqu'ils aimeraient bien qu'elle dégage de tels ou tels lieux et qu'elle s'incruste comme une innocente, qu'elle n'est pas. Grâce à l'aide d'Alec et Stan, elle est une fervente combattante. Logique lorsqu'elle se retrouve sur le ring en face d'un garou ! Par chance, l'Ordre ne connaît pas l'existence de cette espèce (ce qui m'a paru bizarre, je l'avoue).

Il y a de plus en plus d'actions, de meurtres et de menaces. De nouveaux arrivants s'amusent à faire peur, pour au final frapper, kidnapper et presque violer. Il ne reste plus beaucoup de temps pour éviter qu'une guerre éclate et qu'autre chose arrive plus vite que prévu. L'auteur attache de l'importance à ses personnages. Chacun à une histoire, un passé, un présent, un travail, des amis, des ennemis, un but à atteindre. Laurent et Yann sont frères et les fameux deux ancestraux (nous le savons de suite, je ne dévoile rien de surprenant ici) Tous deux ne sont pas là pour le business uniquement, mais cela, il faut lire pour découvrir le pourquoi, car cela reste encore un peu flou pour ma part. tous les deux ont un certain charme et apparemment, Laurent fait plus d'effet à Blackely.

Les vampires sont différents de ceux déjà connus dans d'autres histoires. Cela change un peu du traditionnel vampire qui est super puissant, invincible ou presque. Voir qu'une humaine se met devant eux pour les protéger et que ces derniers ont peur de l'Ordre, c'est amusant. L'explication est intéressante et par conséquent différente de comment on devient vampire. Mais il n'y a pas que cette espèce. Comme indiqué plus haut, il y a des garou. Alec et Stan forment un couple du tonnerre. Ils aident Blackely à s'en sortir et commencent à prendre part à ce fichu combat, alors qu'au départ il n'en était rien. Il y a également Cassie, la meilleure amie de Blackely, sorcière de surcroit. SA grand-mère est un ange ! Et puis il y a Zaac, Boris, Ethan qui sont présents tout au long du récit pour des buts précis.

Il y a des rebondissements, de l'action et des surprises. Des événements se voient venir de loin et d'autres non. La jeune femme fait oublier ses travers en donnant le meilleur d'elle-même. D'ailleurs je me suis dit que les potions miracle de la grand-mère de Cassie, j'en veux bien aussi pour pouvoir être opérationnelle aussi longtemps. Blackely est forte, indépendante et n'hésite pas à se mettre dans la gueule du loup pour sauver ses proches (je parle de ses amis, avec sa famille c'est très compliquée !)

En bref, un premier tome qui est empli d'actions et de découvertes. Un ensemble de créatures qui changent de l'ordinaire. Des personnages qu'on a envie de suivre. Et le nombre de pages n'est pas excessif, ce livre se lit très vite ! Il est à découvrir, en somme : vivement la suite !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/blackely-gardienne-de-la-nuit-tome1-k-aisling-a134184440
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Nous retrouvons Anne et Joffrey sur leur domaine. Il est prêt à partir pour la guerre. Depuis qu'il a changé d’allégeance, il se doit de prouver sa valeur. Le roi Edouard n'apprécie pas cet état de fait. Il cherche par tous les moyens à se venger, car il perd un très bon guerrier. Il décide de s'en prendre à sa femme, Anne, afin de le mettre à ses pieds. Son enlèvement va créer des remous mais va surtout démontrer la force de la jeune femme.

Dès le départ, le couple est déjà mis à mal. Ils s'aiment et vont devoir se séparer. Joffrey se doit d'être sur les rangs afin de repousser les anglais aux côtés des français. Cela ne se fait pas s'en mal, car c'est un homme qui en a dépossédé plus d'un, mais il n'est pas simple d'être lui. Il est brave, n'hésite pas à trancher dans le vif et n'applique pas les fameuses règles de combats que les français ont et qui les font perdre régulièrement ! Entre lui et Anne, c'est un sentiment profond et la séparation est difficile. Pourtant la jeune femme va tout faire pour que son château et ses terres soient toujours sur pied. Malheureusement, durant ses longs mois un complot se trame. Et le jour fatidique arrive bien trop vite. Les Anglais assiègent le château et dans la confusion, Anne est enlevée au sein des murs. Non sans mal, elle sait se servir d'une dague. Sir John tient enfin sa revanche, enfin presque. Cet homme est un pervers de la pire espèce. Cela ne sera que le début du calvaire de notre héroïne qui, je dois bien l'avouer, m'a donnée beaucoup de frayeurs.

Entre doute et désespoir elle va malgré tout reprendre pied dans cette réalité. Dure, froide et surtout rempli de trahisons et de complots en tout genre. L'histoire entre ces deux rois, sans oublier les autres pays, est si forte que j'en frissonne encore. La guerre n'est jamais belle. Elle détruit tout sur son passage. Sauf peut-être l'amour que deux personnages peuvent avoir l'un envers l'autre. Sonia arrive à mettre quelques touches de douceur entre ses lignes. Le côté romance n'est pas le plus fort et c'est tant mieux, cela gâcherait le récit. Car il s'agit aussi de rivalités qui remontent à loin. De pays qui veulent le pouvoir. De dangers qui ne cessent de venir. Anne devient un pion à déplacer pour atteindre un objectif. C'est sans compter sur son caractère, sa détermination. Il faudra la droguer pour tenter d'obtenir ce qu'ils veulent, c'est pour dire qu'elle ne laisse pas les choses se passer comme ILS le voudraient. Même Joffrey sait que pour l'amadouer il faut avoir de bonnes raisons solides.

Mère, épouse, châtelaine, combattante, elle est tout cela à la fois et même un peu plus. Nous la voyons beaucoup plus que Joffrey et pourtant il est omniprésent. Elle ne pense pas à elle, mais à sa famille, son mari en premier. Butée, entêtée, obstinée, des adjectifs qui vont autant à l'un qu'à l'autre. Cela donne des étincelles entre les deux et très peu de gens survivent ou restent pour voir ce que cela va donner. Joffrey a beau avoir des sentiments pour elle, il reste toujours ce valeureux infect guerrier. C'est ce que j'apprécie, les sentiments le renforcent et ne le font pas devenir une chiffe molle. Il reste tel qu'il est, avec un peu plus de soucis vis-à-vis d'Anne. Les cheveux blancs risquent d'arriver plus vite qu'il ne le pensait !

Ils sont entourés de personnages qui prennent de plus en plus de place. Berhe, le chevalier Dumain, Pétronille, Crisentelle, Melisendre, Rémi, Sir John... J'aime beaucoup cette vieille femme qui vit dans la forêt avec ce loup (mère-grand?).

L'écriture est envoutante, percutante. Les descriptions donnent largement assez d'images en tête pour être en place à leurs côtés. Et cette maladie qui survient sans crier gare... Comme indiqué plus haut, la douceur est amenée par touche. en temps de guerre il ne devait pas être simple de trouver du temps pour ces choses. Pourtant lorsque le couple se retrouve, c'est toujours avec beaucoup de passion. Ensemble ils semblent invincibles, pourtant la vie va les séparer à maintes reprises. tout cela pour éprouver leur amour ? Peut-être, peut-être pas, qui sait ?

En bref, un second tome très sombre qui vaut le détour. Aventures, actions, combats, trahisons, passions... Je pourrais continuer avec d'autres qualificatifs ! La fin nous apprend pas mal de choses sur Joffrey et je me demande comment Anne va voir les choses, surtout là où il compte l'emmener. Je vois bien venir des problèmes pour lui (j'en rigole déjà !) Beaucoup d'émotions, et de grignotage d'ongles. J'ai hâte de savoir comment tout cela va se terminer !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-dame-de-knox-tome-2-la-tourmente-sonia-alain-a134148998
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Nous suivons Galatéa, une jeune fille de 15 ans dans un entraînement difficile. Elle est la princesse de sa planète et se doit d'être une redoutable combattante. Depuis 4 années, elle se donne à fond, enfin la plupart du temps, pour une hypothétique guerre menaçante. Avec ses trois guerrières qui sont aussi ses amies, elles vont découvrir autre chose que Galatée (la planète où elles vivent). Au moment où les guerrières sont choisies (il peut y avoir des guerriers, mais pas à l'heure d'aujourd'hui) elles vont changer de prénom. C'est une tradition comme une autre. Aux côtés de Galatéa, nous retrouvons Naiad, Larissa et Despina. Toutes les quatre ont un pouvoir qui se développe au fil des ans. Toutes les quatre vont apprendre que cette hypothétique guerre existe réellement. Toutes les quatre vont devoir affronter un danger bien plus grand qu'elles ne l'auraient cru. Comment des jeunes filles/femmes vont réussir à sauver leur planète ? Voire même l'univers entier ?

Il s'agit du premier tome d'une saga, donc qui dit premier tome, dit beaucoup d'explications pour poser les bases. Ce que j'ai aimé c'est la façon dont les descriptions, la manière de présenter les personnages et les lieux sont décrits. Pas de lourdeur, pas de longueur. Juste des faits, des actes et le regard des personnages. Car le livre est écrit à plusieurs voix. Nous retrouvons les guerrières, mais aussi la reine (la mère de Galatéa) de Galatée sans oublier les méchants. L'univers est crée en utilisant des planètes qui ont chacune leur caractéristique, la glace pour Galatée par exemple. Les habitants de chacune d'entre elles ont également leur particularité, comme la faculté de ne pas prendre froid alors qu'il semble que le temps soit vraiment très en dessous du zéro. Des prénoms qui viennent de divinité Grec, tel Neptune avec son fameux trident qui est devenue une femme pour l'histoire. J'aime bien cette transposition et les arrangements que l'auteur fait avec les prénoms, les rapprochements d'écriture. Même si parfois je me suis un peu perdue entre les prénoms qui étaient un peu trop proche.

Un univers riche en éléments, des personnages qui sont plus matures que des adolescents mais qui ont une attitude logique en fonction de la manière dont ils vivent. Une belle écriture qui, par contre pour l'ebook, quelques lettres sont coupées. Les j, les g, les p, les q... perdent leurs "pattes". Je pense que le texte est un peu trop serré. Ce n'est qu'un détail. D'ailleurs, le livre est découpé en plusieurs parties, 4 pour être plus précise.

Livre I, Galatée, La quatrième lune de Neptune.

Livre II, Diamant, Une planète lointaine

Livre III, Neptune, La Reine des Mers

Livre IV, Galatée, La cité des glaces en péril

Chaque livre apporte descriptions et personnages pour les planètes concernées. En parlant des personnages il y en a pas mal qui vont et viennent, restent du début à le fin ou ne font que traverser quelques chapitres. J'ai eu un peu de mal avec ces derniers. Autant j'ai beaucoup aimé découvrir les reliefs, les paysages, autant pour les protagonistes il y a eu des passages à vide pour ma part. J'attends vraiment la suite pour en apprendre plus sur eux, pour avoir plus de détails sur leurs sentiments car les "morceaux" de chapitre pour certains donnent envie d'en avoir beaucoup plus et je suis restée le bec dans l'eau. Concernant la Reine Galatée nous en apprenons sur sa vie avant la naissance de sa fille, jusqu'à ce que Galatéa vienne au monde. C'est très important ce dont elle parle et aide à la compréhension d'événements. Malheureusement, je ne l'ai pas apprécié plus que cela. Il m'a manqué des émotions même si on en ressent un peu. Même les "vilains" n'ont pas trouvé grâce à mes yeux. Pourtant j'adore les méchants dans les histoires. Nous apprenons que ce fameux puissant est machiavélique, un manipulateur de première et surement un magicien/sorcier, mais nous le voyons trop peu à mon gout.

C'est le pourquoi mon 15 d'argent et non de l'or, voire plus. Les attaquants sont là pour détruire et assouvir une prophétie. Ils veulent le monde à leur pied, et ainsi de suite. Pourquoi s'amuser dans ce cas avec des habitants au lieu de les tuer directement ? Tout comme leurs pouvoirs, ils sont si forts que lorsqu'ils engagent les divers combats ils n'usent que 10% de leur capacité... Je n'ai pas compris cette technique. Tout comme les guerrières qui arrivent à prendre énormément de temps pour discuter stratégie devant des Enchantombres sans foi ni loi. Dans les batailles, il n'y a pas de temps aussi long, même avec une diversion. Ce sont ces détails qui m'ont fait tiquer.

A part ces détails sur les personnages et leurs actes, j'ai vraiment beaucoup aimé le contexte en lui-même. Les liens d'amitiés sont forts, un amour semble naissant, mais est-ce qu'il verra le jour après tous ces événements... Ce n'est pas à l'ordre du jour. Des princesses et guerrières qui ont des dons, qui doivent s'entraîner pour savoir combattre en tant voulu. Des alliances qui se forment, de l'aide qui arrive sans trop y croire. Il y a un gros travail sur les lieux, leurs descriptions, les us et coutumes que nous touchons du doigt. J'ai été immergé, totalement dans ces forêts, ces mers, ces endroits. Par contre la planète noire... Un brin de Dark Vador non ? Cela m'a amusé. Un final qui nous laisse sur les dents, surtout avec le peu d'élément laissé... Comment va faire cette personne ? Et où est-elle ?

En conclusion, une intrigue complexe où se mêle trahison, espionnage, amitié, surprise, action, guerre. Beaucoup de personnages, de lieux à découvrir, de l'originalité aussi. Un petit plus : le prequel de Galatéa se trouve tout à la fin du livre. C'est un dépaysement total où je prendrais plaisir à suivre les aventures de Galatéa et ses compagnons, rien que pour plonger vers de nouvelles contrées !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/galatea-tome-1-evanescence-monia-sommer-a133833704
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-12
Je remercie Livraddict ainsi que la maison d'édition Kaya pour l'envoi de ce livre en numérique.

Léonie a 18 ans. son père est hyper protecteur depuis que sa femme est partie sans laisser de trace. Léonie a décidé de vivre chez son meilleur ami, Dayan, car il est beaucoup plus proche de l'université dans laquelle elle va étudier afin de devenir avocate. Elle est innocente dans tous les sens du terme. Tobias Reed sort de prison. 3 années reclus sans avoir le droit à la moindre visite, ou très très peu. Surnommé le diable, il est le meilleur boxeur de Chicago. Pas une seule fois à terre. Sa sortie fait ruer dans les brancards. Les filles en perdent leurs culottes, les hommes ne savent pas s'il faut le craindre ou l'affronter. Leur rencontre est inéluctable et un jeu de chat et de souris va s'engager.

Un boxeur, des paris illégaux, un mauvais gars, une innocente, le meilleur ami qui connaît le "méchant"... cela m'a fait penser à l'histoire de Travis et Abby dans Walking disaster. Il est beau et cogne ses poings sur des rings, à une mauvaise réputation. Beaucoup de similitudes qui m'ont fait tiquer. L'histoire est longue à démarrer et lorsqu'enfin il y a quelque chose qui semble arriver, c'est déjà le point final. Le jeu de celui qui va craquer en premier est beaucoup trop long à mon gout, il faut presque tout le livre pour arriver à un certain point. Ils se rencontrent lors d'un match. Dayan embarque Léonie sa meilleure amie dans une sorte de hangar pour lui faire découvrir une autre facette de sa vie. Reed est présent entre les cordes. D'un simple regard il va se produire un truc. Pas un coup de foudre, mais quelque chose qui va faire battre leur coeur.

Tobias est violent, difficile à cerner. Il vit pour et dans la violence n'hésitant pas à supprimer physiquement les ennuis qui peuvent s'approcher de lui. Lorsqu'il se rend compte qu'il a besoin de ce petit bout de femme, il réfrène ce besoin, ce désir, quitte à aller fracasser ses poings contre un arbre. Léonie est innocente, belle, insouciante. Lorsqu'elle plonge dans ce milieu sombre et glauque, elle va vite déchanter. Le peu qu'elle apprend de lui avant de le voir réellement ne lui plaît pas. Physiquement si, mais le reste lui fait peur. Elle n'hésite pourtant pas à l'affronter, à se rebeller, à le chercher comme il la cherche. Rien de bon ne peut advenir.

Il y a beaucoup de mystères, beaucoup trop surtout autour des personnages. Que ce soit Léonie, Tobias, Dayan, le père de Léonie qui semble cacher des points de sa vie à sa fille, Isabelle, June... Tout le monde cache quelque chose. Il y a très peu d'approfondissement sur ces personnages ce que je trouve dommage. Nous n'avons que des bribes. Ce qui me laisse perplexe. Tobias serait donc un abruti fini qui ne pense qu'à se taper des filles et avancer dans son business ? Léonie serait trop crédule avec du caractère mais ne dirait rien à la police au vu de ce dont elle a été témoin ? Cela les ferait vraiment trop cliché : la naïve et le salaud.

J'ai trouvé quelques passages, je ne dirais pas incohérent, mais si mon meilleur ami m'offrait une place dans un match de boxe illégal, sachant que je n'aime pas cela, juste pour fêter mon arrivée dans son appartement, il y a de quoi se poser des questions... Sans oublier le passage avec Léonie qui est au mauvais endroit au mauvais moment et se tait... L'écriture est très simple, facile à lire même avec quelques coquilles (des lettres qui manquent par exemple).

Par contre (oui je sais j'écris dans le sens inverse de ce que je fais habituellement) j'ai aimé le côté sombre de Tobias. Pas forcément ses réactions, mais l'auteur va jusqu'au bout de son personnage, tout en le laissant dans l'ombre. Il y a beaucoup de questions à son sujet, pourquoi il était en prison, pourquoi il est si mauvais, si violent. Son monde n'est pas un monde de bisounours et le choc avec celui où les licornes font loi dans la vie de Léonie aurait pu être plus percutant. Là, j'avoue que je me demande si Tobias ne va pas devenir un nounours, ce qui serait dommage. La suite nous le dira car oui même si je suis mitigée sur ce livre, j'ai envie de savoir pourquoi Tobias est ainsi. Rien n'est indiqué franchement dans ces pages et cela me chatouille les neurones.

En conclusion, un début trop long à mon gout où l'histoire semble débuter réellement qu'à la fin du livre. C'est la mise en place qui est assez tourne-en-rond (il s'approche, elle fait de même, il recule, elle suit et ainsi de suite). Des éléments sombres que j'ai apprécié, le mystère qui entoure le personnage de Tobias qui est intéressant, reste juste à savoir si la suite sera plus percutante !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/never-back-down-saison-1-laura-e-l-a133800522
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 03-12
Grâce à Southeast Jones lui aussi publié chez Séma édition, j'ai eu l'occasion de découvrir un nouveau livre de Denis Labbé. Loin des zombies (des errants) il nous offre dans ce récit une histoire jeunesse que petits et grands seront ravis (comme mon fils et moi) de lire. La couverture est mignonne comme tout, avec les personnages principaux : Berenice et Profitroll. Une histoire de Troll et de petite fille que mon fils a voulu que je lui lise. Lorsque c'est dans cette manière de lire (moi qui raconte) c'est un peu plus long mais nous avons partagé de bons moments.

Bérénice est une petite fille qui ne doit pas aller dans la forêt. La sorcière y vit et surtout c'est une forêt magique ! A cause d'elle, ou grâce à elle, cette petite fille va arriver dans le monde des Trolls. Des débuts chaotiques pour ne pas dire que Bérénice est la Proie ! Par chance, ou non, Profitroll sera une sorte de chevalier servant. Enfin disons plutôt qu'il va la garder comme esclave et lui éviter d'être mangé. Mais dans la tête de ce petit troll c'est simple comme tout. Une aventure qui n'est pas simple pour l'un comme pour l'autre.

L'histoire est un beau mélange jeunesse et fantasy. Les deux personnages vont avoir besoin de toutes leurs forces et de leur courage pour réussir à s'apprivoiser. Car ils sont différents aux premiers abords sur bien des domaines. Physiquement et mentalement. Leurs coutumes aussi sont différentes. Pourtant plus ils vont vivre "ensemble" et plus ils vont découvrir qu'ils ne sont pas si différents que cela. Ce n'est pas parce que physiquement ils ne sont pas tout à fait pareils, qu'ils ne peuvent pas se comprendre.

Bérénice a beau être petite, elle est intuitive. Même si elle a peur de ce monde, elle va tout faire pour rester en vie, mais aussi pour comprendre ce petit Troll. Oui, petit, car Profitroll est de la taille d'une enfant de 10 ans. Alors qu'à son âge (33 ans) il devrait mesurer plus de deux mètres. Il est le vilain petit canard dans sa famille et toute la tribu dans laquelle il vit. Il ne peut pas aller à la chasse à cause de sa petite taille et tout un tas d'autre chose, mais il est au courant de tout ce qui se rapporte au loi de son clan. Et cela va l'aider grandement.

Profitroll, c'est un prénom qui lui va très bien, pour un troll qui adorerait faire de la pâtisserie, mais qui ne sait pas lire. Il est plutôt doux et cherche sans cesse l'approbation de ses parents. Grâce à Bérénice, il va s'essayer à cet art qu'est la cuisine et surtout les desserts. Bien entendu, tout le monde n'est pas ravi qu'une Proie soit toujours en vie. Mais cela ne fait que donner du piment à l'histoire. Frissons garantis car les vies de Bérénice et de Profitroll sont en danger.

Les descriptions des personnages sont explicites et les illustrations de Priscilla Grédé sont belles et apportent un sacré plus à l'histoire. Bérénice et Profitroll se complètent à merveille. Ils apportent tous deux un petit quelque chose qui rend l'histoire plus douce et pourtant pleine d'aventures ! Mon fils a adoré Profitroll, ce troll qui n'est pas comme les autres. Par contre il a moins aimé Bérénice, il a trouvé qu'elle (selon ses termes) chouinait un peu trop. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé les deux, surtout la petite fille qui démontre un courage exemplaire. Les parents de Profitroll, ainsi que l'un de ses frères sont des personnages importants, tout autant que celui qui va donner une fonction très grande au petit troll. Grâce à eux, l'histoire prend plus d'ampleur qu'un simple chamboulement dans la vie d'une petite fille.

En conclusion, l'histoire est rapide à lire et surtout elle donne plusieurs morales. L'amitié est le point clé, la découverte et surtout vouloir comprendre la différence. Un très bon moment de lecture que nous avons passés tous les deux !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-aventures-de-berenice-et-profitroll-tome-1-denis-labbe-et-priscill-a133706822
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 01-12
Merci à Babelio, enfin la tour surtout, ainsi que les éditions Armada pour cette lecture. J'avais déjà entendu parler de cet auteur sans avoir eu l'occasion de le découvrir. Electrons libres est un recueil de nouvelles qu'il a écrit auparavant, mais pas uniquement. 8 sont inédites. C'est un bon moyen de voir l'évolution d'un auteur mais aussi de découvrir ce qu'il aime écrire. Tout du moins dans cette partie essentiellement la science-fiction.

Composé de 4 parties, Excentricités, Hommages, Divers et Inédits, nous avons des lectures improbables à un réalisme frémissant. 28 nouvelles, 28 !!!! Autant dire qu'il y en a pour tous et toutes. Je n'ai pas forcément accroché à toutes tandis que d'autres m'ont fait sourire, voire froncer les sourcils. Le texte n'est jamais le même pourtant il y a cette part d'excentricité qui revient. Une part de rêve ou de cauchemar, une part d'incompréhension aussi dans certains textes. Il y a donc de la science-fiction, mais également de l'histoire, du fantastique, du je-ne-sais-pas-quoi-réellement. C'est assez divertissant, surprenant et étrange. Par moment j'ai eu l'impression d'être entrée dans la cinquième dimension. A la fin de chacune de ses histoires, un petit mémo de l'auteur pour nous faire part de quand et où le récit est déjà sorti, un petit mot sur son inspiration également. J'aime bien cette manière de faire.

Je ne parlerais pas des 28 nouvelles, mais de celles qui ont réellement retenue mon attention. Tout d'abord il y a Le phénix, le proctologue et l'amateur de batik. Un retour à Tiffauges, château que j'ai visité il y a un an avec toute son histoire sur Gilles de Raie, plus connu sous le nom de Barbe Bleue. Une vision qui fait froid dans le dos de ce personnage qui se retrouve dans cette histoire et qui est réaliste, surtout lorsque nous connaissons les lieux.

Ensuite, Le dortoir des filles et la 2è loi de la thermodynamique. Un retour au pays imaginaire en compagnie d'un Peter qui a deux âges, qui passe de labo en labo. Entre les mains, pardon bras, d'un Hook plus vrai que nature.

Enfin, le conte avec Haiku. Un texte très court, sur un pinson qui avait le vertige. L'auteur s'inspire de faits réels ou imaginaires. Il les remodèle à sa sauce pour nous les présenter sous un nouvel angle. Revisité Peter Pan, le petit chaperon rouge à notre époque. Utiliser de parapluie pour aller d'un point à un autre. Chercher le lapin d'Alice, à moins que ce ne soit un singe ? Voir une autre culture que la notre... L'auteur a l'art des mots et de la mise en scène. Même si les cornichons ne sont pas forcément logiques dans l'aventure, qui sait si tout cela n'était pas une simple hallucination visuelle ?

En conclusion, un recueil qui passe les années sans perdre une ride (une nouvelle date de 1977 tout de même). Les contes ont une belle part du gâteau dans ces pages. Déroutant, amusant, triste, perplexe, toutes ces histoires m'ont apporté un petit quelque chose. En bref, de quoi ravir la plupart des lecteurs.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/electrons-libres-pierre-stolze-a133444186
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Pukhtu Primo écrit par DOA
date : 23-11
J'avoue que je ne savais pas trop à quoi m'attendre réellement. Le résumé m'intriguait terriblement et je ressors de cette lecture avec un trop plein d'informations. Et des questions surtout.

Difficile d'écrire un avis comme je fais pour les autres. Dans ces pages, la guerre est omniprésente. Nous passons d'un personnage à un autre en suivant ses angoisses, ses peurs, sa vie d'une manière générale. Afghanistan ! Un pays où il ne fait pas forcément bien vivre. Il y a des codes, du respects, des manières de faire. Mais il y a aussi les étrangers, les militants, les combats, les drames. La réalité devient terrible, agonisante, effroyable. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants qui vivent dans un pays, qui sont nés ici ou ailleurs, mais qui sont bloqués dans ce territoire.

Un regard de travers, un mot de travers, une idée qui n'a pas eu le temps de germer et c'est un enchaînement de brutalité. La froideur des gestes bien pire que le scalpel dans la main du légiste. Cela ne se passe pas en France, bien loin de nous et pourtant une parcelle traverse les frontières pour venir se poser sur ses pages. C'est un cercle vicieux de violence, de sévices, de barbarie.

L'auteur décrit certaines scènes qu'on croirait qu'il l'a vécu. Cela restera un mystère pour moi. Il n'y a pas de "je pense que" de l'auteur, juste un énoncé de faits marquants, percutants même. Pour ma part, j'ai eu un peu de mal à entrer dans la livre. Beaucoup de descriptions, de suivi de personnages. Et puis d'un coup, à une cinquantaine de pages, j'ai beaucoup aimé découvrir chacun des personnages. De suivre une part de leur quotidien, décès, joie, tristesse, explosion. J'ai découvert une culture différente. Mais les hommes ont tous des pensées, plus ou moins bonnes certes, mais ils sont tous humains. Par moment il y a eu beaucoup de termes qui ne sont pas toujours compréhensible, par chance la phrase est facile à comprendre (après relecture.).

La guerre reste une guerre : ni propre ni sale. Elle est ce qu'elle est. Un environnement hostile, des décisions à prendre, des conflits à gérer. La vie de ces hommes, femmes et enfants ne tient qu'à un fil. Ils naissent, vivent, meurent. Il n'y a pas de bons ou de méchants, il n'y a que des personnes qui veulent survivre à tout cela. Il n'y a pas que les bombardements, il y a aussi les trafics en tout genre, les occasions manquées, les vengeances qui deviennent personnelles.

Quelques personnages ressortent plus que d'autres à mes yeux, qu'ils aient une longue ou courte histoire dans le texte. Il y a d'abord Badraï, cette enfant qui vit dans l'insouciance, adorant son père. Ensuite il y a Chloé qui paraît tellement paumée qu'elle en devient attendrissante malgré tout. Les femmes sont des objets. Dès le départ, nous savons que la place de la femme est derrière les fourneaux, à faire des enfants. Une autre culture, une autre manière de voir les choses. Ici on se rebelle, là-bas elles baissent le regard.

C'est un livre qui n'est pas simple à lire, à découvrir, à comprendre aussi. Je n'ai pas cherché à comprendre, j'ai juste suivi ses histoires qui se suivent et ne se ressemblent pas. J'ai beaucoup apprécié l'écriture de l'auteur. Poignant, percutant, par à coup parfois, mais j'ai trouvé que tout était juste, sans fausse note.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/pukhtu-primo-doa-a132722720
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Nous découvrons Elliot, un petit garçon de 12 ans qui vit avec sa belle-maman, ses deux demies-soeurs jumelles de surcroit et sa grand-mère paternel. Son père est à l’hôpital depuis plusieurs mois. Il ne sort pas de son coma et ne cesse de dépérir. Mamilou (la grand-mère) raconte des histoires d'Oniria à Elliot. Mais plus le temps passe et plus elle se rend compte que son fils est bloqué dans ce monde des rêves. Oniria n'est pas qu'un lot d'histoires, c'est également un monde qui vit en parallèle du notre. Elle va lancer son petit-fils à la recherche du marchand de sable afin de sauver son père.

Un peu simpliste mon résumé car il y a bien plus que cela. Oniria est un monde inventé de toutes pièces. Qui n'a jamais rêvé et de rester de l'autre côté ? Les rêves, les cauchemars, les mages, les créateurs... L'auteur a décrit ce monde avec ses forces et ses faiblesses, avec des règles, avec une hiérarchie, des besoins. Il est riche et mêle habilement la fantasy avec le réel. Il ne s'agit pas uniquement de rêves ou du marchand de sable, c'est bien plus complexe. Roi et Reine, Princesse, ile cachée, les lieux et personnages sont nombreux et bien décrits.

Comment un petit garçon peut sauver son père en entrant dans Oniria ? Grace au sablier que Mamilou lui donne, il va pouvoir découvrir par lui-même l'envergure de ces lieux. Ses dons aussi. Car en passant de l'autre côté, le petit garçon va se rendre compte qu'il ne sera pas juste un petit homme. Il sera bien plus que cela. Son voyage ne va pas être de tout repos et encore moins en une nuit. Il va faire la connaissance de plusieurs habitants dont Farjo et Katsia. Farjo est capable de changer de forme à volonté. Il est gentil, têtu, prêt à aider tant qu'il a des dessins en échange. Quant à Katsia, elle est une aventurière qui cache beaucoup de choses et de préférence ce qui lui tient à coeur.

L'intrigue est simple, par contre le pauvre Elliot en voit de toutes les couleurs. Il doit apprendre à être un créateur, à trouver les gens qu'il a besoin pour sauver son père, pour trouver le marchand de sable. Avant de pouvoir l'atteindre il devra en trouver d'autre. Une véritable aventure, un véritable parcours du combattant pour un si jeune garçon. Sa grand-mère s'en rendra compte mais ne peux rien faire. D'ailleurs cette question reste en suspend. Pourquoi ne peut-elle plus aller sur Oniria ? Quant à Christine sa belle-mère elle donne l'impression de vouloir fuir pour Londres.

Et encore ce n'est que le début de son histoire tout cela ! D'ailleurs, Elliot, je n'en ai pas beaucoup parlé. Il vit dans sa famille, espérant revoir son père debout. Ce combat il va le mener avec ce qu'il va apprendre. Il va devoir mener de front sa vie dans la réalité avec tous les tracas que le collège peut lui apporter, sans oublier une belle-mère qui ne pense qu'à son travail. Et sa vie dans le monde des rêves qui est en pleine guerre. Il est courageux, téméraire et n'hésite pas à se mettre en danger. Il a parfois ses propres peurs qui refont surface, mais c'est normal, il est encore petit. Il veut obtenir un seul but : trouver le marchand de sable pour sauver son père.

L'histoire est "vivante" il y a de l'action, des rebondissements, du mystère. Quelques passages un peu long à mon gout, surtout dans les descriptions, mais je me dis qu'il faut bien mettre en place le contexte, les lieux pour nous faire avancer. Arrivée à la fin, je suis frustrée. C'est une série, mais j'ai eu l'impression de ne pas avoir beaucoup de réponses à toutes mes questions. En fait j'en ai encore plus qu'au début du livre.

En conclusion, un premier tome sur le monde des rêves où des créatures vivent en communauté comme sur la terre. L'auteur a une imagination débordante. J'ai envie de plonger dans le tome 2 et de découvrir la suite. D'ailleurs en parlant de suite, le début de ce tome 2 est à la fin de ce tome. Un avant-gout qui est plus que satisfaisant de ce que mister Dragon désire.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/oniria-tome-1-le-royaume-des-reves-b-f-parry-a132682356
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-11
Déjà j'adore la couverture. Le côté étrange, fantastique, mystérieux des récits y sont évoqués.

Le temps est le point qui les relie toutes. C'est à peut-être la seule chose qui les rassemble, en plus du fait qu'il n'y a qu'un seul auteur bien entendu. 6 nouvelles composent ce recueil. 6 histoires totalement différente. La première intitulée "Près du lac de Vermaudit" démarre avec Amandine, une jeune fille de 12 ans. Son père est détective. Il doit trouver qui s'amuse à tuer dans leur petite ville. Entre un jardinier Victor qui ressemble à John Coffey de la ligne verte et la petite amandine qui connaît bien plus de choses qu'elle ne devrait à son âge, le meurtrier devra bien faire attention. Je dois avouer que c'est la seule histoire (la fin) que je n'ai pas compris, même après l'avoir relu une deuxième fois... Mais la plume est belle, glauque et originale.

Vint ensuite "Les Sables de Méroé". Shana doit terminer une quête afin de devenir la nouvelle reine. Entre visions et imaginations, la jeune fille va devoir réussir à traverser l'étape de la montagne et du désert. Seule. Trouver des réponses et connaître l'avenir semble complexe. La vie, la mort, il n'y a que le temps qui pourra démontrer si ce qu'elle voit est l'avenir ou juste une hallucination. Cette histoire est simple, courte et très agréable à lire.

Puis nous avons, "La Porte bleue". Un monde où les personnes physiques vivent dans un monde virtuel. L'envie de vivre dans la vraie vie, d'être libre est si forte. Elle me laisse sur ma faim cette histoire, j'aurai aimé avoir plus de détails. Dans tous les cas, elle est prenante !

L'avant-dernière "Safari" nous montre une parcelle de la vie de Patchouli, un zombie femelle. Oui femelle et non femme, car nous découvrons qu'elle a des instincts redevenus primaires. Manger ou être mangé. Qu'est-ce que j'ai pu rire ! En plus les zombies ont de l'idée. Beaucoup d'humour et des grognements à volonté !

Enfin la dernière et non pas des moindres : "les Glaneuses de Temps", celle qui a donné son nom au recueil. Un homme attend son train à la gare, lorsqu'une femme âgée l'approche et lui fais une proposition qu'il ne peut refuser. Ce temps si précieux qui nous pousse à toujours aller plus vite va devenir un véritable mystère.

Au final, nous avons 6 histoires qui traitent du temps, passé, présent, à venir. Chacune à sa façon de voir venir, que ce soit historique, fantastique et même de la science-fiction. Il y a beaucoup d'originalité, d'humour et de suspense. J'ai passé un très bon moment de lecture !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-glaneuses-de-temps-patrick-ferrer-a132643100
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-11
J'adore la couverture, elle fait vraiment penser à un Noël magique, lumineux, un de ceux qui rend tout possible.

Ce recueil est composé de 6 nouvelles plus ou moins courtes. Je compte la préface "Le temps" de Franck Tchotchoé, comme telle car le texte pourrait correspondre à une nouvelle courte justement.

Vint ensuite "ENCHANTERESSE" de A.J Lanolli qui nous raconte l'histoire d'une jeune femme qui a une peur panique des animaux. Sa rencontre avec un chien va la remplir d'effroi jusqu'à ce qu'elle soit adulte. Noël va être une révélation, pas forcément celle qu'elle croit, mais la magie va faire partie intégrante de sa vie. Une belle et douce histoire. Elle fait partie de mon top 3, c'est même la première !!!

Puis "Coupure de courant" de Pascale Quiviger. Vivre dans une grande ville et se retrouver tous les ans chez son cousin pour les fêtes de noël dans un coin perdu... Une coupure de courant va obliger toute la famille à vivre sans télévision, jeux vidéos, réseau, bref un noël où tout va se recentrer. Une vision de la famille qui va se modifier grâce à cette mise en parenthèse. Une belle morale dans cette nouvelle.

Ensuite, "UN PRÉSENT PLUS QUE PARFAIT" de Marie H. Marathée. Un déménagement forcé et un adolescent qui refuse de fêter noël à cause de ce que son père lui fait subir : partir loin de tout et obligé de tout recommencer ! Malgré tout il va comprendre que tout n'est pas forcément facile à vivre et découvrir une part de son passé. L'histoire est bien amené et surtout elle change de ce que j'ai déjà pu lire. C'est la deuxième de mon top trois que j'ai beaucoup aimé.

En avant-dernière, nous avons "L’ODEUR DU MIMOSA" de Marguerite Gauthier. Une famille quitte Paris pour la Bretagne. Difficile de rester alors que l'année passée la grand-mère de la jeune femme est décédée l'année dernière à la même époque. Une courte histoire sur des souvenirs qui sont forts. J'ai ressenti beaucoup d'émotions et surtout j'ai aimé l'ambiance de cette région qui me tient à cœur. Elle est la troisième de mon top 3. Elle aurait pu être en première place si elle avait été plus longue.

Et enfin la petite dernière, "RETOUR AUX SOURCES" de Iman Eyitayo. L'histoire porte bien son titre. Un jeune homme se laisse guider pour retrouver son origine. Sa mère disparut dans un accident de police, il va tout faire pour savoir qui il est. L'écriture est jolie, mais je n'ai pas accroché à ce qui se passe. Je l'ai trouvé un peu trop éloigné de noël, pourtant l'auteur en parle. Il y a ce petit truc qui coince.

En conclusion, un recueil qui ne reste pas dans la réalité, le concret. Certains récits passent dans le surnaturel avec douceur. D'autres restent plus terre-à-terre. Malgré tout, il y a toujours une petite part de magie dans l'air. Les miracles sont bien là, même s'ils ne sont pas tous extraordinaires, ils amènent un contexte que j'apprécie. Je le conseille à tous les amateurs ou non d'histoires de Noël qui sortent de l'ordinaire.

PS : J'allais oublier, à la fin il y a quelques extraits d'autres livres de la maison d'édition qui me semblent vraiment intéressants !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/un-noel-pas-comme-les-autres-collectif-e-p-s-a132633936
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 09-11
Cassie est une jeune femme qui recherche une nounou pour son fils. Cet enfant qu'elle a eu à 16 ans est un véritable ange. Malheureusement Cassie a besoin d'aide, car elle travaille comme médecin et ne peut pas être présente à chaque instant de sa vie. Vint Alan, un homme pour ce poste. Bien entendu cela n'est pas possible aux yeux de la maman, mais pour le fils c'est un atout majeur. Le petit robin veut cet nounou ! Est-ce que cela va fonctionner ?

Une histoire simple se déroule dans ce livre. L'écriture est simple également, fluide, facile à lire. Nous avons les points de vue de Cassie et d'Alan. Une adolescente qui a fait les mauvais choix, les bons choix et décide de garder ce bébé, malgré sa jeunesse. Une vie qui peut arriver à n'importe qui. Un petit garçon va naître. Elle va continuer ses études, et réussir à devenir le médecin qu'elle désirait. Son fils a beau être grand, il lui faut de l'aide. Et à force de rechercher, Alan va se présenter. bien entendu il va y avoir des hauts et surtout des bas, mais il va se passer quelque chose. Et Robin va adorer cet homme car il est différent. Différent de toutes ces nounous femmes qui sont désobligeantes envers lui. Mais, car il y a un mais, un bouleversement va entrer dans leurs vies qui n'est pas rangée du tout.

J'ai beaucoup aimé Robin. C'est un petit garçon comme les autres qui m'a fait penser à mon fils. Un petit peu trop gourmand, il suffit de quelques mots pour qu'il se reprenne en main sans pour autant le réprimander tout le temps. Il a une soif de vivre et un courage à toute épreuve. Et il va en avoir besoin. Entre un père absent, des soucis à l'école et une envie d'être comme les autres sans pouvoir l'être à cause de certains points, il est petit (9 ans) mais courageux.

Concernant les adultes, j'ai eu un peu plus de mal. Cassie m'a énervée. Elle est stricte et devrait retirer ses œillères. D'accord ses parents ne l'ont pas aidé, mais il y a parfois des choses qu'il faut faire et ne pas faire. Je n'ai pas accroché avec ce personnage malheureusement. Il y a eu un truc qui m'a gêné chez elle. Quant à Alan, il a beau être mignon, attentif il est un menteur en puissance. Cacher son identité jusque là est assez étrange. J'accorde que s'il ne l'avait pas fait, il n'y aurait pas certains rebondissements qui valent vraiment le coup ! Je pense au père de Robin, celui-là j'ai adoré le voir en action et surtout j'ai adoré le détester !!!!! Et Karelle, la meilleure amie de Cassie, est une perle.

C'est une histoire avec beaucoup d'émotions et de rebondissements. J'ai eu envie de donner des claques aux adultes. Au final tout est plus simple lorsqu'on est enfant (enfin pas toujours). Tomber enceinte en étant si jeune n'est pas une tare, ou une maladie. Même si ce n'est pas un choix, même si le garçon vous assure que vous ne pouvez pas tomber enceinte au premier coup... (bon là je me suis tout de même posée des questions sur l'éducation de Cassie et j'ai mieux compris en "rencontrant" les parents) Enfin bref, avoir un enfant est la plus belle des choses et à n'importe quel âge. Forcément, lorsque l'on se retrouve seule au départ c'est plus difficile et il faut du courage. Sans oublier tout ce qui se passe par la suite avec Robin. En plus l'épilogue nous fait passer quelques années afin de savoir l'avenir. Je m'arrête là car j'en ai déjà trop dit à son sujet.

En conclusion, j'ai beaucoup aimé tout ce qui entoure Robin, un peu moins Cassie. Si vous aimez les épreuves difficiles, avec de l'amour et un soupçon d'érotisme, vous passerez un bon moment de lecture.


http://chroniqueslivresques.eklablog.com/pour-l-amour-de-robin-lise-marcy-a132546068
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 08-11
J'aime beaucoup la couverture, elle reflète le personnage central ainsi que le fameux huit-clos où se tiendra la majeure partie de l'histoire.

1912, Oxford. Une exposition est prévue, pourtant la veille de l'ouverture une pièce inestimable est volée. Un bracelet en or massif, orné de pierres précieuses. Christopher McLoud (détective) enquête sur cette affaire afin de trouver le coupable et de ramener le butin à qui de droit.

1912, Normandie. Valentine Durieux, une prostituée reconnue est éconduite par celui qui lui avait promis monts et merveilles et surtout un mariage digne de ce nom. Sir James St John Brooke a décidé d'épouser Ashley Mary Hadley-Crawford, riche héritière, plutôt que Valentine. La vengeance est un plat qui se mange froid.

Comment tout ce petit monde peut se retrouver ? Grâce au Titanic, ce fabuleux paquebot où tout va se jouer, quelques jours avant de sombrer.

Une histoire où se mêlent poursuites, vengeance, enquêtes, amour et sadisme. Valentine est obsédée par ce qui la maintient en vie, à savoir obtenir la vengeance de son cœur. Elle croyait dur comme fer en ce mariage, en cet homme qui est légèrement malade sur les bords. Elle se voit comme une simple catin par sa faute, tout juste bonne à écarter les cuisses ou juste se mettre à genoux. Pourtant elle est intelligente, belle et rusée. Elle réussit tout de même à avoir une suite en première classe sans tricher. Malgré tout, elle est pleine de haine, devient vindicative et n'arrive pas à voir qu'elle fonce droit dans un piège mortel. Christopher apparaît dans son sillage sans arrière pensée. Il ne la connait pas. Pourtant il sera là à maintes reprises. Pour la sauver, pour la consoler, pour l'écouter. La vengeance et l'enquête sont étroitement liées. Et puis il y a ce naufrage connu de tous (enfin je l'espère vu le nombre de mort que cela a causé...) Un assemblage que Gilles a brillamment su mener.

Les personnages sont forts. Déjà Valentine ne mâche pas ses mots. Elle est impétueuse, généreuse et malgré sa forte personnalité, il y a cette fragilité que l'on ressent. Un peu névrosée aussi par moment. Christopher est droit. C'est un protecteur, de la veuve et de l'orpheline. Il a du mal à laisser la jeune femme gérer certains points de son enquête, mais elle a de bonnes raisons. James est le type de personne que je déteste. Il frappe les femmes, les humilie, tire son plaisir de la souffrance des autres (de la vraie souffrance, pas partagé, ou alors si peu...) Quant à Ashley, elle est dépeinte comme une fleur fragile, mais qui a un caractère fort prête à tout pour sauver sa vie et son honneur.

L'amour prend la place doucement mais sûrement dans l'histoire. Valentine cherche une vengeance et se retrouve avec le cœur qui bat plus vite en présence du détective. Quelques scènes sont assez crues, mais très courtes et montre la personnalité des personnages. Ce qui nous les font adorer ou détester. Sans compter le cadre qui est tout autant magnifique que terrible. Tout s’accélère, que ce soit dans l'enquête, la vengeance ou le Titanic. Tout se suit. Et la peur prend la plus grande place au fil du temps.

En conclusion, j'ai adoré découvrir cette histoire. Il y a du suspense, de la passion, des surprises également car je n'avais pas vu venir ce qui se passe du côté de James. L'iceberg droit devant va faire tout voler en éclat, une malédiction qui traîne et les personnages vont enfin voir ce qui était le plus important. Une belle fin avec quelques ongles qui ont malheureusement été réduit dans la bagarre ! Encore une belle lecture de l'un de mes auteurs préférés !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-amants-du-titanic-gilles-milo-vaceri-a132559536
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 02-11
Je remercie Adeline pour m'avoir proposé la lecture de recueil. La présentation de ces quelques pages est assez... particulière. Disons qu'il faut comprendre que l'auteur a des soucis de santé et par le biais de ce recueil elle veut nous montrer qu'il faut savoir continuer à avancer et se battre.

Je savais que c'était une recueil de nouvelles, il y a même quelques poèmes entre deux. 9 textes en tout qui apportent un peu de tout. Morales, questionnement, envie de se battre, vivre pour soi, vivre tout simplement.

"Tout simplement" est ma préférée et la première de ce recueil. L'histoire est simple, une jeune femme qui est atteinte d'un cancer du sein. Les médecins lui donnent 6 mois. 6 mois, une simple goutte d'eau dans une vie. Pourtant elle ne se laisse pas abattre et décide de vivre comme si ces 6 mois seront les plus longues de sa vie. Elle va vivre au jour le jour, prendre soin d'elle. Faire une rencontre. Et qui sait de quoi sera fait l'avenir !

"Si seulement" est la suivante. Une vieille femme se souvient de son mariage en 1954, celui qu'elle a fait avec un homme qu'elle n'aimait pas et qui la trompait sans vergogne. Jeannine et Robert se connaissent depuis leur enfance, mais elle ne le supporte pas plus que cela. Si seulement elle avait pu avoir le choix de décider de sa vie, de choisir cet homme qu'elle aimait. Si seulement sa vie avait été autrement. Un rêve, une vie volée.

Vint ensuite "Petite fleur". Un texte où le personnage tombe amoureux d'une belle et jeune femme qui se balade dans la Vallée, là où il y aura bientôt un endroit pour les enfants. J'ai pu ressentir une grande douceur et surtout une belle surprise.

L'auteur nous propose ensuite un poème, dédié à sa fille. "Petite fleur" est rempli d'amour, de compassion, de soutien et d'abandon également.

"Le dinosaure" est le vieux monsieur de la maison d'en face. C'est ma deuxième préférée de ce recueil. La voix de la sagesse de ce fameux dinosaure du village qui doit avoir plus de quatre-vingt ans ! La jeune fille d'en face se pose des questions, sa mère est géniale de lui montrer qu'il faut poser des questions avant de laisser un ragot filer.

Puis une liste de "10 choses à faire aujourd’hui", suivi d'un texte intitulé "Nouvelle vie". Une femme redécouvre son journal intime. En le lisant elle se revoit devenir une star, avec les bons et les très mauvais côtés. Elle se souvient lorsqu'elle a décidé de changer tout, de recommencer une nouvelle vie. Avoir une carrière c'est bien, être riche aussi, mais le partager avec soi-même devient lassant, ennuyeux, barbant, inutile.

Le poème suivant s'intitule "Vivre" et nous terminons par "Tendres amants", la petite dernière. Une histoire d'amour, d'infidélité, de curiosité, une histoire de passion essentiellement qui sert à ne jamais oublier ce qu'il faut faire pour réussir sa vie.

En conclusion, chacun des textes apportent sa contribution à la volonté de continuer comme si de rien n'était. tout serait si simple si... nous faisions les bons choix, nous prenions notre destin en main. Il y a beaucoup de poésie dans les textes en plus des poèmes. La plume est fluide et le recueil se lit très vite. Nous passons par plusieurs émotions : joie, tristesse... Il fait réfléchir à la manière de vivre heureux et aux moyens que nous devons nous donner.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/tout-simplement-adeline-demesy-a132467772
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-10
Je remercie MXM Bookmark la maison d'éditions, ainsi que le site NetGalley pour m'avoir laissé la possibilité de découvrir ce titre. La couverture m'a attiré et le résumé également. Qu'est-ce qui peut bien faire fuir une jeune fille de presque 18 ans loin de sa famille ? Quels sont les sombres secrets qui ont fait d'elle ce qu'elle est ?

Olivia a quitté sa famille pour un pays paradisiaque : la maison de sa grand-mère. Depuis que sa soeur est morte, elle sait que la maison est à elles deux. Enfin maintenant plus qu'elle. C'est en plein milieu de cette petite île qu'Olivia va vouloir changer de vie, oublier son passé pour avoir un semblant d'avenir. Bloody Point va devenir son havre de paix, elle le croit dur comme fer. Mais pour y parvenir, il va lui falloir traverser la mer, poser les pieds sur cette terre promise, et découvrir que la maison est habitée, tout risque de s'effondrer. Tout ? Pas si sûr, mais de nombreuses questions affluent et manquent de réponses.

Au départ, j'ai cru à une énième histoire d'amour sans véritable fond, avec juste un petit point de départ pour les faire se rencontrer. Mais les réactions de la jeune femme ne sont pas concordantes avec juste un petit truc qui ne va pas. Ce n'est pas une fugue de gamine, c'est réfléchi et posée, même si elle n'a pas pensé à tout. Elle a souvent des crises d'angoisse et ses médicaments ne sont pas toujours suffisant. Les secrets de cette famille sont lourds à porter. Et par-dessus tout ils ne sont pas simples, surtout lorsque cela fait de bons nombres d'années que cela dure. Cette fuite en avant est une bénédiction pour Olivia qui a besoin de se retrouver seule. Pour comprendre ce qui s'est passé, pour elle, pour sa sœur, pour sa famille. Recommencer de nouveau, n'est simple pour personne, vivre de nouveau dans l'ombre d'une sœur décédé ou d'une amante passée de l'autre côté... L'esprit a besoin de beaucoup de temps pour avoir une chance de passer outre.

Olivia se cache, derrière son maquillage, ses fringues mortuaires, sa façon de rejeter le monde qui l'entoure. Elle est fragile et pourtant prête à mordre le premier qui pourrait s'approcher d'elle. J'ai beaucoup aimé sa façon de penser, brut de décoffrage. Les mots sortent sans pouvoir les retenir, le filtre n'existe pas. Elle est tout autant buté que méfiante. La rencontre avec cette homme, Tommy, qu'elle prend pour le gardien de la maison est tout sauf sympathique. Elle est craintive, apeurée et fatiguée. Il est solitaire et vit dans le remord complet. Tommy, ou Tom s'est installé entre ses murs depuis longtemps. Il n'est pas celui que croit la jeune femme, il est bien plus. C'est un homme secret qui a une apparence proche du déguisement. Longue barbe tout comme les cheveux, il se cache. De la même manière qu'Olivia, mais pas pour les mêmes raisons. Il est détruit et s'autoflagelle (pas physiquement).

Entre les deux les paroles sont vraiment très... courtes. A peine un bonjour, à peine un mot échangé, une guerre semble être sous-jacente. Aucun des deux ne veut véritablement la présence de l'autre. Ils sont devenus comme le bruit d'une télévision en fond sonore, rien de plus. Entre les deux, il y a Abby, la soeur d'Olivia qui a disparu. Les deux la connaissaient, car Tom n'aurait jamais pu venir habiter dans la maison. Cette perte les a fragilisé, les a mis plus bas que terre. Ensemble, ils vont s'apprivoiser, apprendre à approcher l'être humain. Et puis il y a quelques personnages secondaires qui méritent que l'on s'attarde. Ce vieux pécheur qui donne tellement entre les lignes, cette femme qu'il aime, ces petits jeunes qui se croient tout permis... Sans eux, le récit n'aurait pas la même saveur.

J'ai beaucoup aimé les suivre. Ils ne cessent de se provoquer comme pour lâcher le mal en eux et le refiler à l'autre. L'auteur nous découvre petit à petit le passé de l'un et de l'autre. Concernant Tom j'avais trouvé la majeure partie et j'avais espéré que pour Olivia (ou Livvy son surnom) que ce que je pensais ne soit pas la réalité pour ce personnage. La lecture est fluide, le rythme soutenu. Il y a une certaine noirceur que l'on voit venir sans pour autant mettre le doigt sur la totalité. Beaucoup d'émotions et de thèmes sombres qui sont abordés. La famille, ce qui entoure une certaine "classe", une certaine société. Le paraître est important dans la famille de l'un et de l'autre. Est-ce que c'est à cause de cela que ces deux personnages se sentent si en marge de la société ? Probablement. La découverte de tout ce qui se passe dans leur vie est prenante. La fin est stressante. Je n'arrivais pas vraiment à imaginer telle ou telle fin. Tout simplement parce que les chemins sont compliqués, dédoublés.

Un bémol, des" il " qui sont des " elle " et inversement.

En conclusion, l'auteur a su me tenir en haleine du début à la fin. Deux personnages qui sont aidés par des secondaires dont on a envie de connaître encore un peu plus. Un récit complet : le cheminement de deux vies brisées vers quelque chose de plus beau ; des obstacles à surpasser ; des dangers de toute sorte ; des douleurs physiques et mentales. Un thème difficile à aborder qui gagne un peu de douceur par certains moments moins sombres. Une très bonne découverte de cet auteur.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/des-etoiles-dans-la-mer-natasha-boyd-a132428812
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-10
Je remercie Terre de Lumière la maison d'éditions, ainsi que Pauline pour m'avoir proposé la lecture de ce petit "recueil" sur l'Amour. J'entends déjà les rires de certains, surtout vu la façon dont je suis personnellement, mais je suis curieuse de nature et je dois dire que lorsque j'ai vu arriver le petit paquet, je me suis demandée ce qu'il pouvait bien y avoir à l'intérieur.

Petit mais costaud. en effet le livre est, si je ne me trompe pas, plus petit qu'un livre de poche, couverture rigide et rose (OK là-dessus je ne suis pas friande de cette couleur) avec des pages solides, comme on n'en voit plus beaucoup. La couverture est en relief et j'aime beaucoup cela. C'est un format pour toutes les poches ou sac. L'écriture est simple, les couleurs changent d'une page à l'autre, c'est très coloré. Une présentation de l'auteur et de l'ouvrage au début est un petit plus et il vaut mieux le lire pour mieux comprendre les citations.

Il s'agit de petits textes qui parlent tous... d'Amour ! Oui, en même temps le titre aide pas mal. Le résumé annonce déjà la couleur, nous trouverons de tout pour satisfaire le plus grand nombre de personnes. J'ai apprécié certaines phrases ou paragraphes. D'une manière générale, il y a du travail derrière chacune de ces citations. Qu'elles soient prises au hasard ou lu à la suite, toutes se suivent et ne se ressemblent pas. Beaucoup ont un côté assez spirituel (voire quasi religieux) et d'autres un peu plus complexes à comprendre.

L'Amour est présent partout, c'est un peu ce que signifie ce petit ouvrage qui peut être emmené partout. Il y a de l'humour, de la philosophie, du religieux donc, de l'audace aussi. Le conseil que je donnerais serait de ne pas tout lire d'un coup, comme un livre d'une manière générale, car on risque l'overdose et sincèrement ce n'est pas recommandé. Bémol qui a mon sens n'est pas bénin, le tarif de ce livre, même s'il est beau est excessivement élevé. (Pas loin des 16 euros pour un si petit format, je pense que toutes les bourses ne peuvent pas se permettre de dépenser autant, même pour un livre objet comme celui-ci)

En conclusion, il y a pas mal de divin et de don de soi. Une forme de générosité entre ses pages. On sent bien que l'auteur a envie de donner énormément, que ce soit en conseil ou en émotions. 365 inspirations, de quoi satisfaire une année complète en Amour.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/365-inspirations-amour-celine-lassalle-a132392752
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Aurélie ainsi que la maison d'édition Sharon Kena pour la lecture de ce premier tome qui me tentait énormément. J'adore la couverture, elle a ce petit quelque chose qui me donne envie de lire le livre directement. Et le résumé est tout autant attirant.

Romane est sur une route complètement déglinguée. Elle arrive dans un village de Bretagne, perdu au fin fond de la brousse pour donner un coup de main à sa meilleure amie et collègues Iaël. Cette dernière s'est cassée la jambe alors qu'elle était en vacances chez sa grand-mère. Cela n'aurait pas de conséquence si elle n'avait pas promis le mariage du siècle à l'un de ses meilleurs amis, Rémy dans cette citadelle de Lirelle. Romane et Iaël sont organisatrices de mariage et forcément, même si la première rêvait à ses vacances au soleil, elle va venir se perdre entre ses murs pour l'aider. Sauf que le fameux mariage est un mariage arrangé, et qu'aucun des deux futurs époux ne comptent l'aider dans ses démarches. Et entre tout cela ? Romane a quelques visions qui lui montrent un chemin étrange. Sans compter plusieurs phénomènes inexpliqués qui vont l'entraîner dans un monde où le surnaturel prend le pas.

J'ai commencé ce livre et impossible de le lâcher. Pourtant ce n'était pas faute d'avoir essayé. J'étais tellement pris dans l'histoire que je n'ai pas vu le temps passer et ma nuit a été largement écourtée. L'écriture est prenante, les événements arrivent les uns après les autres donnant envie de savoir ce qui va se passer par la suite. L'arrivée de Romane dans la citadelle va amener autant de questions que d'inconvénients. Une intrus, une femme de l'extérieur qui ose pénétrer les murs de ce village. Du départ, nous constatons que les promeneurs, les vacanciers donc et les villageois sont séparés. Tout comme leur manière de s'habiller qui est différente, le regard également. Pas d'enfant, pourquoi ? Des chuchotements, des non-dits, des endroits à ne pas aller, pourquoi ? Romane nous entraîne dans son sillage dans une quête sans le savoir.

Un début chaotique pour cette jeune femme qui se voit obligé de répondre à des demandes farfelues des futurs époux, sachant que Rémy envoie carrément une personne de son choix pour décider à sa place ! Quant à la future mariée, je ne peux pas la voir en peinture depuis qu'elle entre dans le bureau jusqu'à la fin du livre. Je m'attends à tout avec elle dans la suite. Le fantastique vient pas à pas. Romane a un don qu'elle a préféré taire pour éviter l'asile plus jeune. Maintenant elle garde secret, mais plus pour très longtemps. Cette part d'elle-même lui montre des images comme pour la préparer en douceur à ce qui va lui tomber dessus. Car ce n'est qu'un début. Les loups existent bien, mais pas uniquement. La fameuse citadelle des monstres me plaît beaucoup. Il y a tellement de races qui vivent ensemble, sans conflit, enfin presque. Car la citadelle recèle bien des secrets et des trésors. Des histoires de trahisons, de guerres qui n'ont pas encore terminées réellement. Un monde inconnu qui se dévoile sans pour autant tout nous dire.

Quant aux personnages, j'ai adoré les suivre, les aimer, les détester. Chacun à sa fonction, qu'il soit bon ou non, il ou elle est important pour l'histoire. Chacun apporte sa pierre à cet édifice. L'univers est complexe, les personnages le sot tout autant. Romane est plus qu'une jeune femme qui organise des mariages, tout comme Iaél ou sa grand-mère. Rémy est impressionnant, plus que le maire Olivier. Pourtant ces deux hommes, ainsi que leurs proches ont un fonctionnement qui les rend unique. Difficile de parler des personnages sans entrer vraiment dans le vif du sujet. Tout ce qu'il faut savoir, c'est que je ne voyais pas Olivier ainsi, par rapport à Romane. Rémy, lui c'était couru d'avance. Entre les deux il y a une tension sexuelle si forte qu'elle semble traverser les pages. J'ai beaucoup aimé romane car elle est forte mais sait également s'appuyer sur les autres. Elle ne va pas croire tout ce qu'on lui dira, elle va analyser, prendre du temps pour comprendre et admettre qu'au final elle fait partie de ce grand tout.

Iaël comme sa grand-mère, ne sont pas des manipulatrices, mais ce n'est pas loin. On sent bien qu'il se passe quelque chose avec ces deux-là, mais quoi ? Des pistes, des indices et le voile est levé. Il y a pas mal de protagonistes, comme dit précédemment que j'ai beaucoup aimé. Les citer tous ne servirait à rien, car je ne pourrais pas dire un mot sur chaque. Je les adore ! Je reviens à Rémy qui est tout de même l'un des principaux acteurs de ce mariage. Dès que nous apprenons pourquoi il est dans l'obligation de se marier avec miss pimbêche, on ne peut que le comprendre et le trouver courageux de se sacrifier ainsi. (Si si, c'est un vrai sacrifice vu comment miss potiche est !)

En conclusion, une histoire formidable, des personnages avec du caractère, un monde fantastique que j'ai adoré ! Je le recommande vivement !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-citadelle-des-monstres-tome-1-le-pacte-d-hecate-laura-black-a132354486
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Annie Massy pour sa proposition de lecture, par le biais du site simplement.

1er siècle avant JC.

Il s'agit du premier tome des mémoires d'Agrippa. Un enfant d'un ancien esclave qui va devenir un homme au sein d'une Rome antique. Ami d'enfance avec Octave Auguste, qui changera de prénom à plusieurs reprises, il va devenir l'un de ses meilleurs lieutenant et plus. Marcus Vipsanius Agrippa raconte le début sa vie, de son enfance à ses quarante ans. Un récit qui est découpé en deux sections distinctes. D'un chapitre à l'autre nous naviguons entre le « je » d'Agrippa, qui écrit ses mémoires en débutant par son enfance. Et de l'autre nous avons le « il ou elle » qui nous décrit ce qui se passe en temps réel, alors qu'il est adulte.

Ce qu'il nous raconte est entraînant, il donne envie de venir à cette époque et de voir de nos propres yeux ce qu'il vit. De son grand-père à lui, il raconte comment son père s'est affranchi, comment il s'est battu pour que lui et ses frères et sœurs soient libre. Ses désirs, ses besoins, son aptitude à se fondre dans la masse, à laisser sa place de premier pour rester second pour que son ami reste sur le devant de la scène. Ses sentiments qui prennent de la place sans pour autant lui faire oublier ce qu'il doit faire : Aider son ami pour mettre Rome à ses pieds. Enfin façon de parler. J'ai adoré la façon dont il explique ses sentiments, sa vision des choses, ses attentes également.

Le texte qui est à la troisième personne parle de lui et de tous ses proches et moins proche. Rome est une puissance, César est encore en vie, Cléopâtre est citée, Marc-Antoine est présent. L'Empire Romain et ses nombreuses guerres. La vie dans les rues est difficile, des choix sont imposés, des personnalités se doivent de se lier à d'autres pour asseoir une position d'un père, d'une mère, d'une nation. J'ai eu plus de mal avec cette partie, plus tactique, plus politique aussi.

Le personnage d'Agrippa est un personnage central de par ses fonctions. Il n'est pas un chef d'état comme César, ou même un orateur qui déclenche des foules, mais c'est un soldat, un tacticien, un de ceux qui se sert aussi bien de sa tête que de ses muscles pour affronter les nombreux ennemis. Lui et Octave sont complémentaires et assez forts pour maintenir le peuple aux pieds d'Octave justement. L'auteur lui donne des sentiments, des émotions, des descriptions qui le rendent vivant.

Il est question de beaucoup d'événements dans ce livre et je passe sur les guerres. Les femmes ont le droit de choisir leur mari, enfin dans la majeure partie. Ils peuvent divorcer et se remarier comme bon leur semble. Les femmes ont le droit à un peu d'instruction, pas toutes mais certaines arrivent à un très bon niveau de connaissances. En parlant de femmes, l'auteur nous en fait découvrir un certain nombre. Il y a Octavie, la sœur d'Octave, le grand amour d'Agrippa, Livie, Julie, Polla la sœur de notre héro. Nous apercevons également Cornelia et Salomé, Cléopatre et sa sœur... Les relations entre les hommes et les femmes sont simples : épouser, marier, avoir des enfants, échanger pour obtenir des faveurs. Le sexe est important pour plusieurs raisons. L'amour, le besoin, l'envie, le manque, le devoir... Tout est question de pouvoir et s'il faut passer par là...

La politique fait partie intégrante des personnages. Cela peut les détruire, les changer à tout jamais ou les voir continuer leur vie comme si de rien n'était. C'est un point crucial qui est très bien détaillé je dois le reconnaître même si ce n'est pas vraiment ce que je préfère dans un livre.

Ce que j'ai adoré c'est vraiment ce côté « les mémoires », ce qu'il raconte de vive voix. Ces mots s'inscrivent et remontent le temps pour nous faire découvrir un enfant qui voit son grand frère évoluer rapidement. Ce statut d'enfant d'ancien esclave n'est pas anodin. C'est le début de la liberté, mais pas assez pour obtenir ce qu'il veut vraiment. Son père s'est battu, lui aussi et pourtant la seule femme qu'il désire, il ne peut l'avoir. Pour ce statut ou bien pour un autre point énoncé dans le récit. Dans tous les cas, c'est important pour lui d'être un homme libre, il se bat pour le rester ! Le voir évoluer, le voir prendre conscience de tout ce qui l'entoure. C'est ce côté intimiste que j'ai beaucoup aimé. Apprendre et se souvenir de ce que j'ai appris à l'école, comme la famille, l'éducation.

Ce que j'ai moins apprécié c'est tout le côté politique, dont on ne peut pas échapper de toute manière dans cette époque.

En conclusion, un premier tome qui ne fait pas que poser les bases, il nous montre les enjeux d'un Empire, ce qu'est capable de faire un homme pour sa liberté. C'est un roman complet dans beaucoup de domaines. N'empêche je me demande bien de quoi va parler la suite...

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-memoires-d-agrippa-tome-1-de-l-esclavage-a-l-empire-annie-massy-a132343212
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Dans le cadre du partenariat avec Livraddict, j'ai eu la chance d'avoir l'opportunité de découvrir un nouvel auteur, Lancelot Cannessié par le biais de son recueil de nouvelles. Je le remercie pour cette lecture.

J'aime bien la couverture, Les traits me font penser à des griffes, des sillons sur une peau, des chemins qui s'affinent pour arriver à un but précis.

Qui dit recueil, dit un certain nombre de nouvelles, 10 pour être plus précises.

Peur Primale et Le Cercle Des Loups sont les deux premières. Quelque chose me gêne dans la lecture, car j'ai eu l'impression de les avoir déjà lu auparavant. Dans Peur Primale nous suivons Jacques et des compagnons habitant dans un manoir. Ils découvrent une statuette sur un marché et l'obtiennent gratuitement, le marchand veut s'en débarrasser. Dès cet instant, des choses vont arriver sur chacun des propriétaires. Dans Le Cercle des Loups, Rudy, un berger, nous dévoile un côté charmant, tout en crocs après avoir affronté un loup venant attaquer ses moutons.

Le Grenier Interdit, où le lieu qu'il vaut mieux éviter. Un petit garçon, Timmy, lance trop fort son ballon et casse une fenêtre chez leur voisin. En échange, il va devoir nettoyer la maison complète du vieux monsieur, mais ne doit jamais s'approcher du fameux grenier. Comme quoi, la curiosité est le vilain défaut. Timmy aurait sûrement eu plus de chance au Carnival Massacre, vu qu'il n'est qu'un enfant. Une fête foraine à Los Angeles, une ville où tout est permis, même les crimes les plus affreux. Personne n'est à l'abri, à moins de n'être pas parfait au yeux du ou des criminel(s). Après de pareils événements, plus de doute, la Terreur Nocturne nous guette. Imaginez que vous voyez des choses, un truc qui traîne dans les parages, qui vous hante. Les actes qui en découlent ne vont plaire à personne.

Vint ensuite la Chimère. Cette image qui ne vous lâche pas, ce monstre qui peut prendre l'apparence du Yéti ? Une envie subite de le photographier tel le monstre du Loch Ness, un peu de flou et une peur panique de le voir en vrai ! Serait-ce plutôt ce qui se trouve dans Le Buffet, qui aurait fait fuir notre reporter en herbe ? Qui aurait envie de rester dans une forêt et de se trouver nez-à-nez avec une cabane rempli de nourriture à vie ? Dans tous les cas, il vaut mieux faire attention à ce que nous désirons, car Le Pacte Du Djinn, est à double tranchant. Un départ peu crédible, une suite étrange et une morale réaliste. Tout cela pour nous amener jusque Arkhos,un pays où la fantasy règne en maître. Quoi de plus normal que de terminer par La Forêt Aux Pendus? Une légende qui... le titre raconte déjà ce que la légende raconte, juste que deux enfants la traverse. Pas bien !!!!

Des histoires plus ou moins courtes (allant jusqu'à deux pages au minimum). Elles sont variées, parfois avec un coté fantastique, parfois dans le réel. Je dois avouer que je n'ai pas frémi à la lecture de ses nouvelles. Pourtant j'aime beaucoup ces thèmes, l'horreur, les frissons, la terreur, la noirceur, mais dans ce recueil j'ai trouvé que cela manquait de piquant. Je m'attendais plus de suspense, de macabre, même si Carnival Massacre est pas mal dans son style. Usant de la psychologie humaine pour parvenir à ses fins et du chantage aussi.

En conclusion, il y en a pour tous et toutes. Même si je n'ai pas frissonné comme je l'aurai aimé sur toutes, il y en a quelques unes qui sont sympathiques. Quelques morales ressortent du lot. Ce livre peut-être lu par bon nombre de personnes.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/peur-primale-et-autres-recits-lancelot-cannessie-a132343348
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie NetGalley ainsi que la maison d'édition MxM Bookmark pour m'avoir offert l'opportunité de lire ce premier tome.

La couverture m'a attirée, elle est fraîche et rassemble pas mal d'éléments. Quant au résumé, j'ai eu envie de voir si ce dont je me souvenais des fêtes foraines étaient bien présents.

Aimee fête ses 10 ans et elle demande à pouvoir passer quelques heures avec ses parents et sa grande sœur à la fête foraine. Son père ne semble pas enclin à le vouloir, surtout qu'il trouve le prix du billet d'entrée trop cher, mais Aimee va avoir ce qu'elle désire. Parcourir cette fête foraine qui est vivante ! Elle va faire la rencontre particulière de Kes, un jeune garçon de 11 ans qui travaille dans cette fête, pour son grand-père. Ils vont décider de se revoir, malgré les a priori de leurs parents respectifs. Mais cela ne dure que deux semaines. Une année s'écoule et ils se retrouvent. Tous les ans, c'est la même chose, mais à 16 et 17 ans les enjeux deviennent différents. Ces fameuses deux semaines vont sembler bien trop courte surtout lorsque les cœurs s'en mêlent.

J'ai retrouvé la magie de la fête foraine de mon enfance. (Oui, je suis plus âgée qu'on pourrait l'imaginer :p) Cette même magie que Aimee cherche au travers de ses livres et de ce lieu qui l'attire tant ! Les différences entre les enfants ne devraient pas exister et pourtant les adultes sont là pour le leur rappeler. Les forains ne sont toujours pas bien vu et je me demande si un jour cela changera. C'est dommage, nous avons tous à apprendre de ceux qui n'ont pas la même vie que nous. Mais en fait, c'est le cas du voisin et du voisin suivant... Les réputations vont plus vite que les échanges verbaux. Le contexte est bien amené avec les points forts et les points faibles de ces « sociétés ». La grande roue est toujours mon attraction préférée et elle le restera encore après cette lecture.

L'univers des forains est bien décrit. Avec leurs règles, leurs lois – sans pour autant oublier la loi qui est la même pour tous, mais celles qui sont intégrés à leur valeur – leur manière de fonctionner. Ils n'ont pas les mêmes attentes, la même philosophie qu'un sédentaire. Les familles, ou plutôt il s'agit d'une seule et grande famille. C'est une réalité et cela fait un bien fou de plonger dans un autre décor. J'ai beaucoup aimé le vocabulaire des uns et des autres, entre les "normaux" et les "ploucs".

Le livre est découpé en deux parties. La première est l'enfance de ces deux jeunes qui découvrent le monde de l'autre durant 2 semaines : l'école d'Aimee, le travail de Kes, les échanges sur leurs vies, sur leur famille. Il y a bien de la magie dans l'air. Leur rencontre est réaliste. Aimee lâche la main de sa mère pour suivre ce jeune garçon. L'envie de voir ce qu'il va lui montrer sans arrière-pensée. Lui l'observe depuis son entrée dans la fête et semble déjà en terrain conquis. Tous les ans ils se retrouvent et évoluent au fil du temps. L'un comme l'autre, ils ont toujours hâte de se retrouver. C'est une fête à chaque fois, même si Kes cache plus ses sentiments. Ils se débrouillent pour ne pas se faire attraper, car le père d'Aimee est dur.

Il va se produire un événement à leur 16/17 ans qui va les séparer. Et nous sautons quelques années pour les retrouver adultes dans la seconde partie. Elle a réussi à être professeur, son rêve. Leur route s'est séparée, mais le destin ne les a pas lâchés. Ils se retrouvent, pour comprendre que leurs univers est toujours aussi différents. Mais il n'y a plus personne pour leur dire quoi faire. Enfin il y a toujours des indésirables. Des choix vont être dans l'obligation de se produire. Ce n'est pas évident de quitter le monde que l'on connaît pour l'inconnu, surtout lorsque les deux ont avancé dans la vie.

Les personnages prennent de la maturité, ce qui est logique vu que nous les suivons dès leur 10/11 ans. Aimee a une vie stricte avec des parents stricts, surtout vu comment cela se passe entre eux. Par chance, sa grande sœur est présente pour l'aider et l'écouter. Je l'ai beaucoup aimé par ailleurs et la revoir après toutes ces années m'a plu. Elle adore lire et voyage au travers de ses lectures. La fête foraine est son souffle, sa liberté. Kes (Kestrel de son prénom en entier) est fougueux même tout petit. Il ne se laisse pas faire, il travaille dur, n'a pas de filtre lorsqu'il ouvre la bouche. Mention spéciale à Sorcha, elle joue parfaitement son rôle de garce !

Les deux ensemble, ils s'apaisent mutuellement. Même si la relation est compliquée au vu de leur naissance, du fait qu'ils sont à l'opposé l'un de l'autre, rien n'est laissé au hasard. La confiance, l'amitié va laisser la place à leur amour pur et sincère. Tout ne sera pas facile, des obstacles ils en auront, enfants, adolescents, adultes. Vouloir à tout prix être avec l'autre n'est pas au goût de tout le monde, mais qu'importe. Ils vont tout tenter. L'adaptation de l'un dans le monde de l'autre n'est jamais évidente. J'ai beaucoup aimé leur manière de découvrir le corps de l'autre. Ils sont tout neufs, tout mignons, attendrissants.

Je me suis laissée bercer par l'histoire, revenant dans mes propres souvenirs. Les fêtes foraines de l'époque ne ressemblent plus à celles que nous avons dorénavant, qu'importe. Je sentais la barbe à papa, les pommes d'amour, j'entendais les cris que nous avions lorsque nous voyons le clown tomber dans l'eau. L'écriture est fluide, les mots simples et l'histoire m'a totalement embarquée ! Dommage que le livre se soit arrêté, j'aurai adoré en avoir plus.

En conclusion, j'ai adoré suivre les aventures de Aimee et Kes. Plonger au cœur d'un décor nouveau qui ne laisse pas indifférent. Un grand huit niveau émotions et une fin en train fantôme ! Une histoire qui nous laisse sur un tout est possible, jusqu'à quel point ? Il faudra le découvrir. Vivement le tome 2 !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/coeur-itinerant-tome-1-hors-de-portee-jane-harvey-berrick-a132330432
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 21-10
Je remercie Leslie, l'auteur, pour m'avoir proposé de découvrir son livre, par le biais du site simplement. Ce qui m'a d'abord attiré, c'est le résumé, puis la couverture que je trouve intrigante.

Nous suivons Oriane, jeune dessinatrice de BD qui, lors d'un repas avec son amoureux, se retrouve larguée, définitivement. Son compagnon Xavier, travaillant dans le police en a assez de la voir dans son monde et décide d'arrêter leur relation. Sans aucune possibilité de revenir en arrière. Perdue sans lui, elle devient la colocataire de son amie Chloé qui lui fait découvrir un jeu vidéo. tout est bon pour oublier Xavier ! Le seul hic ? Serrure, l'un des joueurs du jeu se retrouve chez elle, sous sa forme virtuel. Hallucinations dues à la fatigue et au stress ou tout simplement véridique ?

Une idée originale, même si cela s'est déjà vu de voir un joueur sortir de l'écran. Ici c'est un petit peu différent. Il est en dehors, mais pas tout à fait en dehors. Je peux dire que seule Oriane le voit.Le mode de fonctionnement du livre est un peu comme celui d'un jeu vidéo. L'héroïne devra découvrir qui se cache derrière cette vision. Elle devra également passer des niveaux pour obtenir des indices et ainsi passer au niveau suivant. L'immeuble m'a fait penser à cela, ainsi que tout un tas d'autres petites choses.

Concernant Oriane, elle a une vie de reclus. Dessinatrice, vivant dans ses personnages, , adorant les jeux vidéos, la découverte de "Ultimaland" est une révélation pour elle. Ce jeu lui apporte ce qui lui manque : conversation, contact avec d'autres. Ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas physiquement près d'elle que c'est un problème. J'ai bien aimé le sujet qui oblige les joueurs à se reposer, cela devrait exister dans tous les jeux pour enfants, car les parents ont du mal, sauf en cas de chantage, à les arrêter ! (Foi de maman !) Oriane est une belle jeune femme qui adore son métier et a des passions. Mais elle a un manque de confiance en elle évident. La rupture lui donne un coup supplémentaire au coeur et à l'esprit. Le jeu va l'aider à oublier durant un temps cet homme qui a été si sec avec elle.

Le jeu...

Ce jeu qui va lui faire vivre une sacrée aventure et entraîne le lecteur avec. Le personnage de serrure était déjà intrigant du départ. Il était capable de faire des mouvements que d'autres ne pouvaient pas. Était-ce une illusion ? Non, mais pourquoi ? C'est à découvrir dans la lecture. Le suspense est présent. A plusieurs reprises je me suis demandée si Oriane n'était tout simplement pas folle. Mais c'est plus complexe que cela. Comment peut-elle voir un personnage de jeu dans sa chambre sans que Chloé ne le voit ? Comment le faire retourner dans le jeu dans le cas où il est bien dans notre monde ? Une course contre la montre que va devoir effectuer Oriane. Une quête à assouvir. Cela devient un besoin inexplicable de l'aider.

Oriane...

Cette jeune femme qui ne semble pas se rendre compte de la façon dont les autres la voit. Elle est capable d'être un véritable caméléon, réussissant à se métamorphoser en quelques secondes. Certains pourrait dire qu'elle est folle d'entrer ainsi dans ce jeu réel.D'autres diraient qu'elle est courageuse. Rien n'est simple et pourtant elle a une capacité d'adaptation surprenante. Pour autant ce n'est pas une super héros, loin de là. Elle va connaître un tour en prison (non pas l'asile) et ne touchera pas 20 000 euros en passant par la case départ !

Quant à Serrure, celui-là c'est un personnage qui ne connaît que son monde virtuel. Il ne connaît pas les règles du monde dans lequel vit Oriane mais cela ne l’effraie pas pour autant. Au contraire, il s'accroche à la jeune femme pour plusieurs raisons dont la principale, il ne peut pas faire un pas si elle n'est pas présente dans la pièce. Il est trop parfait, mais il ne faut pas oublier qu'il sort d'un jeu vidéo et qu'il a aussi un peu du créateur de ce personnage.

J'ai beaucoup aimé le fait qu'il ne s'agisse pas que d'un jeu vidéo. Il y a aussi beaucoup d'humanité et de réalité virtuelle. Les dangers d'être trop longtemps sur une console sont abordés. J'ai apprécié les "visites" et découvrir les avancées de la technologie. Le passage du monde virtuel à la réalité est apprécié à sa juste valeur. Le bémol, c'est que j'ai trouvé trop long les recherches (Le pourquoi il est là était trop long pour ma part). La solution est un peu rapide aussi à mon gout et la fin prévisible, mais tout cela devient du détail.

En conclusion, une belle découverte d'un auteur dont je n'avais pas entendu parler. Un livre qui s'amuse avec les consoles entre autres et les joueurs, mais il permet aussi de mettre un pied dans les jeux vidéos. J'ai passé un très bon moment de lecture !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/la-cle-d-oriane-leslie-heliade-a132330350
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie Maria pour avoir accepté ma demande de lecture de cette nouveauté. J'aime beaucoup la couverture, Les couleurs, le fameux miroir, la jeune femme à l'intérieur.

Comme l'indique l'auteur dans son résumé, cette première partie rassemble les personnages, la base du monde qu'elle écrit pour qu'il vive sous sa plume sous nos yeux. Du départ nous apprenons comment la terre a été crée, par qui et pourquoi. Plusieurs races vont y vivre, chacun dans son coin avec ses forces et ses faiblesses. Et puis nous découvrons qu'il existe un certain nombre de prophéties, pour en voir une qui se réalise. La Voix va changer d'hôte. Hors, alors qu'elle aurait dû aller "dans" un elfe, celle-ci décide de n'en faire qu'à sa tête et entre en une "demi-efle". Bien que cela va poser quelques désagréments, cela va également apporter beaucoup de questions et de découvertes.

Ce que j'ai aimé, c'est le monde crée. Les peuples différents qui existent et cohabitent entre eux. Le Bien, le Mal, ils existent comme tout monde crée. Ici, nous avons l'Adversaire qui reste dans l'ombre jusqu'à la fin de ce tome. Enfin nous avons quelques hommes de mains qui se montrent et l'un d'entre eux fait froid dans le dos. Les descriptions sont largement suffisantes pour imaginer comment sont les lieux et les personnages. En parlant d'eux j'ai beaucoup aimé suivre leurs vies. Grâce à la Voix, nous pouvons entrer dans la tête de certains et ainsi en apprendre plus sur leur passé.

J'adore Éléanee. C'est un personnage très intéressant qui ne sait pas encore ce qu'elle vaut, et nous non plus d'ailleurs. Mais elle a une envie d'aider son peuple et faire en sorte que le monde reste tel qu'elle connaît est si fort, qu'on ne peut que vouloir être derrière elle pour la rattraper au cas où. Drakahen me fait sourire. C'est un guerrier qui montre difficilement ses sentiments, mais il en souffre. Au total huit, ils seront huit compagnons qui deviendront les défenseurs d’Histul.

Cela m'a fait penser au seigneur des anneaux, une confrérie de compagnons qui sont de races différentes s'alliant afin d'affronter LE Vilain de l'histoire. Cela s'arrête ici la comparaison. Et de toute manière j'adore cette trilogie. Bien que l'auteur indique que ce tome se concentre prioritairement sur la présentation du monde et l'introduction des personnages, il y a de l'action. Pas tout le temps, mais dans les souvenirs de certains des protagonistes. De la douceur entre d'autres, de la médisance et un soupçon de traîtrise qui souffle sur eux. Bien que le méchant soit connu, il est introuvable. Et il semble un véritable mauvais garçon. Reste à en lire plus dans le prochain. Un petit plus : le début de la partie 2 (non corrigé) est offert.

En conclusion, les bases sont bien posées. Même en le sachant il m'a manqué un petit peu plus, un petit peu plus d'action que ce que nous avons déjà. Les personnages sont entraînant, et les lieux bien décrits?. J'ai hâte de découvrir la suite et d'entrer plus en profondeur dans le vif du sujet.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-miroir-des-chimeres-tome-1-les-defenseurs-d-histul-maria-j-romaley-a132300694
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je remercie l'auteur Alexandra Lanoix pour la suite et fin de cette trilogie.

A la fin du second tome, Nina avait décidé de retourner voir Tom afin de rompre ses fiançailles. (Je ne dévoile rien, le résumé le fait) Il y a eu beaucoup d'événements dans le dernier livre qui l'a obligé à penser ainsi. Cette idée ne va pas la mettre dans de bonnes dispositions et Tom va apprendre à ses dépends qu'il a beau être une star du cinéma, cela ne lui donne pas tous les droits. Comment tout cela va se terminer ?

Nina a beaucoup de mal à ne pas penser qu'à elle, ce qui fait qu'elle n'est pas égoïste, mais elle ne cherche pas non plus le bonheur. L'histoire entre les personnages est forte, les relations deviennent intenses. Qu'ils soient heureux ou tristes, déçus ou remplis d'espoir, nous les suivons en ressentant ce qu'ils éprouvent. Des difficultés de couple avec les tentations qui peuvent survenir : un autre homme ou une autre femme, la jalousie qui en découle, mais aussi des peurs qui ne sont pas faciles à mettre de côté. Et puis, Nina est devenue plus forte, plus sûre d'elle. Elle cesse de se morfondre et prend des décisions. Elle a une évolution qui ne s'est pas faite sans mal et pourtant elle a mûri dans le bon sens du terme.

Ian n'est pas en reste. C'est un personnage que l'on voit moins qu'avant, pourtant il est très présent. Il ne fait pas partie d'un trio amoureux, il aime Nina, point final. Tom aime la jeune femme également. Quant à elle, c'est Tom, mais, car il y a un mais, elle ne peux pas continuer ainsi. Des choses sont passées, des idées préconçues et même si cela fait mal, elle préfère s'éloigner. Son travail de vétérinaire est toujours aussi important.

L'auteur a su retranscrire des émotions vives et gérer des sentiments qui sont difficiles. J'ai beaucoup apprécié les personnages, même si j'ai une très grosse préférence pour Ian. Le caractère de Tom m'a énervé. Il montre une image de lui qui n'est pas la meilleure. Nina se cherche encore, tente de découvrir ce qu'elle veut vraiment. J'adore son père et surtout sa grand-mère. La mienne était une femme pleine de vie, celle-ci l'est encore plus ! Concernant la meilleure amie de Nina, Beth, je crois que j'avais déjà du mal avec elle avant, dans celui-ci, je n'avais qu'une envie : lui donner des claques ! Si ça, c'est une meilleure amie, je m'en passerais volontiers. Elle ne se rend compte de rien et "utilise" Ravi pour tenter de rendre jaloux un autre homme. Ce qui semble ne pas fonctionner lorsque nous sommes enfants, ne fonctionne toujours pas en tant qu'adulte.

Les événements vont amener l'histoire à un certain point. Une fin douce, où Nina aura fait son choix. Pas mon préféré, mais c'est le sien. Une trilogie qui se termine plus doucement que le début. Une écriture fluide qui embarque le lecteur dans une romance mouvementée.

En conclusion, un dernier tome qui clôt la trilogie sur un happy end. Bien entendu je ne dis pas pour qui, ni comment, ni qui avec qui, mais juste qu'il y a une belle fin. Pas mal de rebondissements et de sentiments intenses avec un homme et une femme qui n'avaient rien en commun et aucune chance de se rencontrer sans ce petit coup de pouce (plus ou moins bien intentionné). Je ne me suis pas ennuyée le moins du monde !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/rendez-vous-avec-ma-star-tome-3-alexandra-lanoix-a132169696
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0