Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par GabrielleViszs

Extraits de livres par GabrielleViszs

Commentaires de livres appréciés par GabrielleViszs

Extraits de livres appréciés par GabrielleViszs

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 22-06
- Bon. Je pense que vous avez vu l'essentiel.

- Faux, détrompa-t-elle son guide attitré.

- Qu'ai-je oublié de vous montrer ?

- Un endroit qu'il me tarde de découvrir : votre bureau !

Le sourire malicieux qui s'épanouit sur le visage de Gabie intrigua Mathis. Il était surpris que la jeune femme porte un intérêt aussi vif à son métier. Sans même s'en rendre compte, elle lui avait posé des questions très pertinentes sur le fonctionnement de sa rédaction, comme si elle connaissait le monde de la presse. Une impression que Mathis trouva pour le moins curieuse.

- Mon bureau ne présente aucun intérêt... Bon sang, je n'arrive pas à vous comprendre. Votre curiosité ne cesse de me surprendre.

- Je m'intéresse à tout depuis mon plus jeune âge. Découvrir les coulisses de votre journal implique aussi de faire un tour dans la tanière du tyran qui l'administre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 22-06
Gabie avait attaché ses cheveux blonds en une natte serrée. Elle réalisa que le souffle chaud qui s'attardait sur sa nuque n'était pas le fruit de son imagination. Des doigts effleurèrent fugacement la joue de la jeune femme. Cette dernière ne put réprimer un glapissement en lâchant le livre qui tomba lourdement sur le sol.

- Qui est là ? hurla-t-elle en essayant d'attraper le petit malin qui s'amusait à lui faire peur.

Une fois encore, Gabie ne sentie que le vide. Son coeur cognait à tout rompre. C'est alors qu'elle vit une silhouette se découper furtivement dans l'encadrement de la porte, avant de la refermer dans un claquement.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 22-06
Mathis avait lui-même scellé une partie de son âme, la plus sensible et affectueuse, afin de pouvoir raisonner aussi froidement. Le temps d'une nuit, lors de déplacements pour son travail, il lui arrivait parfois de satisfaire ses besoins charnels avec des femmes qui aspiraient à la même chose que lui : des étreintes rapides, des caresses qui ne parvenaient pas à compenser la fadeur de baisers prosaïques... Ces aventures aussi rares qu’éphémères ne se prolongeaient jamais au-delà de quelques heures dépourvues de passion.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Se penchant vers elle, il écarta avec une délicatesse surprenante une mèche de son front, puis y déposa un tendre baiser. Anne demeura immobile, le coeur en déroute, le corps en effervescence. Un amalgame d'émotions se bousculait en elle. Cet homme était dangereux. Pas juste pour son intégrité, mais aussi pour sa tranquillité d'esprit. Elle s'y perdait en conjoncture. De quelle façon départager la vérité du mensonge ? Le seigneur de Knox était un guerrier insaisissable, sombre. De plus, les secrets qu'il gardait enfouis au fond de lui étaient si lourds à porter, que ceux-ci en devenaient nuisibles. Pour la sauvegarde de son âme, elle ne devait pas s'attarder en ces lieux, c'était suicidaire. Dieu seul savait ce que lui réservait le seigneur de Knox.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Elle connaissait le tempérament ardent qui couvait en lui, c'est pourquoi elle hésitait à le toucher par crainte de s'y brûler. Nerveuse, elle lança un nouveau coup d'oeil vers son visage. Ne décelant aucun signe sur ses traits détendus, elle risqua une légère caresse sur le torse solide, Joffrey sursauta. Piquée à vif, Anne recula avec précipitation afin de fuir, mais Joffrey la rattrapa au vol par le poignet. D'un mouvement vigoureux, il la bascula sur ses jambes. Anne tomba à la renverse dans un petit cri effarouché, puis se pétrifia en percevant la chaleur de son corps sur le sien.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Nul doute à venir que les semaines à venir se révéleraient des plus intéressantes...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ce qui me trouble le plus avec Tom, c'est le temps qu'on passe à parler tous les deux. C'est une chose que je n'arrive pas à analyser. Moi, d'habitude si réservée, je deviens un vrai petit moulin à paroles. Idem pour Tom qui est intarissable. C'est peut-être parce que nous sommes dans les premiers jours de notre histoire, le moment où les personnes ne se jugent pas encore, évitent les commentaires désagréables et les formules qui font mal, la période idyllique, sans nuage, qui ne durent que quelques semaines. C'est possible, mais en même temps j'adore vraiment échanger avec Tom. Non qu'on soit toujours d'accord, je pense qu'on est des sacrés têtes de bois tous les deux, mais nos échanges me plaisent.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je ne crois pas comme certains qu'un bouquin peut vous en apprendre plus que la vie. Vous tirerez toujours quelque chose d'un livre. Point. La vie c'est une autre affaire. Avec un roman, je garde la main. C'est moi qui décide. Je lis le nombre de pages que je veux, je saute un passage qui me lasse, je renonce finalement à lire parce que le sommeil me gagne. Essayez de pratiquer de la sorte avec votre existence ! Tintin ! Elle n'en fait qu'à sa tête. Vous croyez décider mais vous êtes la proie de toutes sortes de circonstances. Ce sont elles qui vous ont choisies et non l'inverse.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Cette dernière n’avait pas protesté et on ne pouvait pas dire qu’elle avait participé de mauvaise grâce. Qu’allait-il se passer ensuite ? Était-elle encore amoureuse de son maître? Elle se dit que sa vie sentimentale ressemblait décidément de plus en plus à une embarcation à la dérive sur une mer houleuse. Ce serait le comble si on découvrait qu’Ash-al-Azyr et Sacha étaient également dans ce palais ! Non ! se rassura-t-elle, ça n’arriverait pas ! Elle chassa ces idées, préférant profiter de l’instant. Il fallait bien qu’elle se l’avoue, elle avait adoré ce qu’il s’était passé… et elle se sentait heureuse. Un grincement discret attira son attention. Le même que celui de son rêve ! Lorsqu’elle était entrée discrètement dans la cahute, à Escargae. C’est de ça qu’elle avait rêvé. Kurst l’attendait… Deux grincements donc… elle se précipita dans la pièce principale.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Mixil, Rodar et Kurst étaient tous trois descendus jusqu’au sol sans dommage. L’arbre au tronc souple sur lequel ils s’étaient agrippés avait plié sous leur poids, puis ils s’étaient accrochés aux lianes pour disparaitre dans la végétation luxuriante. Ils étaient perdus au milieu de ces plantes, aux immenses feuilles vertes et luisantes, sur lesquelles ruisselaient les dernières gouttelettes que le brouillard y avait déposées.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Un homme singe, foudroyé par la flèche de l’amazone, tomba d’un arbre. Mixil et Impéria, qui était également armée d’un grand arc d’if, décochèrent une volée de flèches alors que des mangous sautaient de leurs cachettes et se jetaient sur eux, haches et massues hérissées de pics à la main. D’autres restaient embusqués et répliquaient aux tirs à l’aide de leurs arcs courts. C’était ceux-là que les deux amazones visaient. Elles les abattirent un à un, faisant mouche à tous les coups. L’instant d’après, ils se retrouvèrent tous au corps à corps. Ajmad avait pris les devants, contre-attaquant son cimeterre à la main...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Trois petits djinns étaient assis sur le rebord d’un diamant, quelque part entre une orbitale liante et une orbitale antiliante, à la limite de l’espace et du temps…
— Tu crois qu’elle a compris, notre blonde ? s’enthousiasma S’nel.
— Je crois, répondit D’kart.
— Elle va se demander pourquoi il fallait faire tout ce voyage pour rien !
— Pas pour rien ! C’est en partant qu’elle s’est trouvée. Chez les humains ça arrive souvent.
— Un voyage initiatique ? renchérit Huyg’Hens, lui aussi plutôt guilleret.
— Il y a sûrement de ça…
— Mais, elle sait pour l’étoile ? s’assura S’nel.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 14-06
Nous sommes au bord du chaos. ... ... Et je suis la dernière solution de Dieu..
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 14-06
La phrase du grand noir résonnait dans sa tête : « Le Diable a pris les commandes du monde. » Et malheureusement, elle trouvait un écho chez lui. Elle prenait tout son sens avec le retour d’Hélène d’entre les morts. Ou l’animation d’Hélène, tel un marionnettiste, par un esprit accaparé par la chute de Dresde.
Marchegiani ne s’était jamais soucié de Dieu et du Diable, de leur existence et de leur influence sur la société. Il baignait dans le concret, dans l’hégémonie de la preuve, parmi les vicissitudes de l’homme et aucune divinité n’avait à voir, de près ou de loin, avec ça.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 14-06
Nathaniel regardait à travers son pare-brise. La longue ligne droite bitumée qui traversait des champs à main droite et un bosquet à main gauche. Des sentiments contradictoires le traversaient. La colère, la surprise et la frustration prédominaient. On lui faisait assez confiance pour lui allouer une tâche, mais pas assez pour le mettre dans la confidence des plans d’action. Alors qu’il représentait un rouage important de la machine, pour ne pas dire essentiel. Il était le bras armé, celui qui se salissait les mains sur le terrain, celui qui prenait les risques. Mais on le tenait à l’écart des décisions. Il devenait un simple homme de main.
Mais quel était ce changement capital ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 12-06
– Pour qui te prends-tu à me fixer de cette façon ? gronde Altan. Je te ramène parmi les tiens et c’est comme ça que tu m’es reconnaissante ?
L’écume me monte au nez et, sans réfléchir, je lui crache à la figure sans vergogne. Ses yeux rouges ressemblent à deux brasiers prêts à me consumer sur place. Le tissu fragile de la chemise de nuit cède sous mon poids et je m’écroule sur ma couchette totalement dénudée.
– Eh bien, voilà ! se moque-t-il. Dans cette position, tu es disposée à me recevoir.
Ma respiration se coupe à ses propos effroyables. Je me ratatine contre le mur, rassemblant mes genoux contre ma poitrine pour me protéger, mais je sais que cela ne servirait à rien. Altan défait le col de sa chemise et s’avance lascivement vers moi à quatre pattes. Enragée, je lui flanque un coup de pied en pleine figure. Le chef impitoyable des Tegiis-Imagos s’effondre par terre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 12-06
Je détourne son attention suspicieuse en essuyant son poignet ensanglanté que j’embrasse doucement. Non. C’est trop tôt. Ce n’est pas le bon moment pour le coup de grâce. Je dois me montrer patiente. Comme lorsqu’une proie est sur ses gardes, le prédateur attend qu’elle ne soit plus aux abois.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- J'ai croisé votre route, et celle du major MacBain. Voila ce qui m'est arrivé... Il devait me protéger de vous, mais on aurait dû également me préserver de lui... murmura-t-elle d'une voix désincarnée. Il nous a tous bernés avec ses belles paroles. Par sa faute...

... Elle s'étrangla sur ces dernières paroles. Dans l'instant, elle se referma sur elle-même, alors que ses prunelles s'éteignaient comme si quelqu'un venait de moucher la flamme qui l'animait. Elle avait été torturée, trahie, abandonnée sans parler de la terreur qui avait été son lot quotidien. Pouvait-on se surprendre dans ces conditions qu'elle craque, se coupe du reste du monde et se retranche dans un recoin secret de son esprit ? Tout ce qui la définissait auparavant n'était plus...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Saisis-tu toutes les implications de ces danses ?

- Oui ! répondit Adélaïde d'un ton catégorique.

- Es-tu prête à aller si loin pour te venger?

- Davantage, s'il le faut. J'éprouverai assurément un malaise face au sergent Fraser, mais ce ne sera rien en comparaison de la satisfaction que je retirerai à rendre au major MacBain la monnaie de sa pièce, déclara-t-elle, résolue.

Nabila jubila. Elle adorait cette petite ! Celle-ci démontrait un aplomb que peu d'Européennes possédaient, et c'était ce qui faisait son charme, la raison pour laquelle MacBain peinait à détacher son regard d'elle.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Pour quelqu'un qui ne l'aurait pas côtoyée par le passé, son mutisme persistant aurait pu se confondre avec de la condescendance, mais Aidan la connaissait bien et ne s'y laissa pas tromper. De toute évidence, elle était harassée de fatigue et commençait sans doute à prendre la pleine mesure de son choix. Il était prêt à parier qu'elle aurait préféré se retrouver à mille lieues de cet endroit, et il n'était pas loin de la vérité.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Crush écrit par Maya Banks
date : 09-06
Il aurait pu se mettre en colère, l’envoyer au diable et se laver les mains d’une histoire dans laquelle on l’avait entraîné malgré lui. Il ne recevait d’ordres de personne. Surtout pas de Dane Elliot.
Mais il n’était pas en colère. Une sensation désagréable lui écrasait la poitrine et lui nouait le ventre. Il ferma et rouvrit les yeux plusieurs fois, mais ne parvint pas à effacer l’image du désespoir qu’il avait vu sur le visage d’Eliza.
Peu de choses lui faisaient peur. Pour être honnête, si on lui demandait d’en citer une seule, il n’était pas certain d’y parvenir. Mais après avoir vu Eliza ce soir ?
Il était juste mort de trouille.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Crush écrit par Maya Banks
date : 09-06
Il prit une longue respiration pour reprendre le contrôle de ses émotions.
— Je m’inquiète pour toi, Eliza. Je suis en colère parce que je tiens énormément à toi et que je ne veux pas qu’il t’arrive quelque chose. A l’avenir, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour te protéger, quitte à ce que tu me haïsses. Parce que si tu me hais, au moins, c’est que tu seras vivante !
Elle le dévisageait avec des yeux ronds, visiblement abasourdie par sa tirade. Elle commençait peut-être à comprendre enfin.
— Et je t’admire, oui, parce que tu es la personne la plus insupportable, la plus exaspérante, la plus courageuse, têtue et loyale que je connaisse. Je ne pense pas qu’il y en ait deux comme toi sur la planète. Et tu es à moi. Et je ne te laisserai pas partir, alors autant te faire à cette idée tout de suite parce que je ne vais plus te lâcher d’une semelle.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 07-06
- Merci pour la leçon de morale compadre, mais tu sais aussi bien que moi une chose, ces crétins ne choisissent pas l'amour naturellement et il y avait bien trop de concurrence dans ma branche. D'abord j'ai dû faire face à la libération sexuelle, puis aux clubs de rencontres et ensuite... ensuite il y a eu internet. C'est là que j'ai commencé à baisser les bras, je ne pouvais pas lutter contre le haut débit et les dizaines de sites qui proposaient de trouver l'âme sœur. Ça c'est pour la première moitié du monde qui est devenue trop individualiste pour partager la moindre émotion. L'autre cherche juste à ne pas crever de faim et se fout pas mal des signaux que je peux envoyer...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 07-06
- Je n'ai pas eu l'occasion de te le dire, mais tu es absolument exquise dans cette robe.

- Oh, tu aimes ? Merci, j'avais peur que ce ne soit un peu trop !

- Non, tu es parfaite.

Je lui souris tendrement. Nous arrivâmes enfin à ce fameux salons. D'ailleurs, la configuration de celui-ci me surprit. C'était une pièce de forme octogonale, avec sur chaque mur, une porte...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 07-06
Le grand soir, ils arrivèrent une dizaine de minutes avant le début du spectacle. Ils avaient finalement bu un cocktail dans un bar un peu excentré de la ville et étaient venus en voiture. La rue ne payait pas de mine mais Raphaël aperçut plusieurs couples qui attendaient aussi devant les portes du lieu de...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lorsque nous accédons à la connaissance du fonctionnement de l'être humain, tant passé que futur, nous découvrons qu'il dispose d'un incroyable potentiel : la grandeur de l'être humain est sans limite, et nous avons été crées pour les dépasser toutes !

Dans notre société actuelle, l'humain est sans cesse rabaissé et dénigré : à chacun de faire son choix, mais il est dangereux de croire tout ce que les médias officiels et la science, tout aussi officielle, veulent nous faire avaler.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0