Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Gaby_book

Extraits de livres par Gaby_book

Commentaires de livres appréciés par Gaby_book

Extraits de livres appréciés par Gaby_book

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 15-08
- Tu es tellement belle... ca me stupéfie, parfois.
Que répondre à ça ? Il ne lui disait jamais de mots tendres. Et voilà qu'ils coulaient de sa bouche tandis que ses doigts lui effleuraient la joue ! Ses yeux étaient d'un noir profond, insondable. Que voyait-il quand il la regardait, que ressentait-il ? Elle ne lui avait jamais posé la question. Pour la première fois, elle avait l'occasion de le faire, mais elle était incapable d'émettre le moindre son. Elle ne pouvait que le dévisager fixement.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 01-08
Putain, que c'est bizarre, comme endroit, Beckford. C'est beau, d'une beauté à couper le souffle, par certains côtés, mais c'est vraiment trop bizarre. On dirait un lieu à part, complètement déconnecté de ce qu'il y a autour. Évidemment, autour, il n'y a rien à des kilomètres à la ronde - il faut faire plusieurs heures de route pour atteindre la civilisation. Et encore, si on considère Newcastle comme la civilisation, ce qui n'est pas forcément mon cas. Beckford est donc un endroit bizarre rempli de gens bizarres, avec une histoire bizarre. Et au milieu, il y a une rivière, et c'est cette rivière qui est le plus étrange, parce qu'on a l'impression que de quelque côté qu'on se tourne, qu'elle que soit la direction vers laquelle on se dirige, on finit toujours par tomber dessus.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
D'un commun accord :
Martin se leva et se dirigea vers son téléphone avant de changer d'avis. S'il réfléchissait une minute de plus, il s'en tiendrait à ce qu'il avait décidé en premier lieu. C'est donc avec le souffle court qu'il composa le numéro de Gabi, et la voix légèrement rauque qu'il lui annonça ses intentions alors qu'elle avait à peine décroché.
- Je viens. Mais si tu as le malheur de laisser un tisonnier dans mon sillage, je lui fends le crâne.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Cherche jeune femme avisée :
Pour être retenue, Gabi avait mis le paquet et dépensé ses dernières économies dans une toilette qui aurait suffi à éblouir n'importe quel directeur un peu trop coincé. Elle portait une robe rouge à pois blancs, de style années cinquante, cintrée à la taille, évasée, retombant juste au-dessous du genou, et décolletée juste ce qu'il fallait. Sa poitrine n'était pas particulièrement imposante - un honorable bonnet C -, mais elle avait le mérite d'être haut perchée, ce qui, dans cette tenue, faisait son petit effet ; recherché, du reste.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Pour le repas du réveillon, tous les ingrédients (même la dinde, la bûche et les marrons) arriveront sur la table coupés en petits morceaux et chacun fera à sa guise. Il va y avoir des surprises !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-07
Un jeune cochon livré à lui-même en train, l'inconscient, de faire cuire une galette ! Dans une maison de paille, qui plus est.
Je n'écoute que mon esto... que mon cœur, je vole à son secours et lui explique les dangers qu'il court. Je réussis à le convaincre d'aller chez son frère qui habite juste à côté.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 04-07
ça, pour être arrivé trop vite, c'était arrivé trop vite. Guardi et ses hommes n'avaient pu que constater le désastre ! La boucherie, serait-il plus juste de dire.
Le commissaire espérait coincer Dandolo au virage du rio San Pantalon. C'était chose faite ! Mais dans quel état ! Nom de Dieu !
Le fugitif était arrivé par le rio Delle Meneguette, il avait tourné à droite sans se douter un seul instant qu'il allait se retrouver face à un mur infranchissable.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je fais mon possible pour me fondre dans l'herbe. C'est plus difficile pour Siffrin, en raison de sa taille et du panache roux de sa queue qui tranche sur la végétation.
Les chiens se raidissent ; sans doute nous ont-ils sentis. Leur chef tourne lentement la tête, la truffe frémissante.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je me retourne vers la gueule écumante du molosse et me fige, en proie à la panique. Cette fois, c'est la fin. Je ne sais que trop ce que font les chiens quand ils attrapent un renard. Ces deux-là vont me massacrer pour le plaisir. Ma trace se perdra à jamais dans la nuit avec le souvenir de ma famille.
Renard fou.
Renard fort.
Juste un autre renard mort.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 30-06
Il se tait pendant un moment. Je brise le silence :
- Pourquoi est-ce si horrible ?La vie, je veux dire. Pourquoi nous traitent-t-ils de cette façon ? Comme si nous étions leurs esclaves ?
- Pour le pouvoir.
- Le pouvoir, ce n'est qu'un mot. Ce n'est pas quelque chose de concret.
Mickey considère ma réponse, puis il hausse les épaules.
- Les Ors te diront que, même libre, l'homme reste un esclave. Qu'il est enchaîné par ses désirs, par son ambition. Ils te diront que, en nous privant de liberté, ils nous font un cadeau. Moi, j'ai des rêves inimaginables. Toi, tu as ta famille, et ta vie a un sens, celui du sacrifice. Et ils n'ont pas tout à fait tort : depuis qu'ils ont instauré ce système, notre Société est stable, il n'y a plus de guerres, plus de famines, plus de génocides. Les Ors règlent leurs problèmes entre eux.S'ils sont en désaccord, les autres Couleurs ne sont pas touchées. C'est plutôt... noble de leur part.
- Noble ? Ils nous ont menti, à ma famille et à moi. Toute notre vie, ils nous ont laissé croire que nous étions des pionniers.
- Et tu crois que la vérité vaut mieux ? Tu crois que les milliards de basRouges, là-dessous, seraient heureux de savoir qu'ils sont esclaves, comme les hautsRouges ? Tu ne crois pas que le mensonge est préférable dans ce cas ?
- Ce qui serait préférable, c'est qu'il n'y ait pas d'esclaves.
Il n'a pas trouvé de réponse à ça.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-04
Galien passe la langue sur ses lèvres.
- Tu as perdu ta sœur. Elle avait à peu près l'âge de Tig quand elle est morte, je crois.
- C'est pour ça que je suis intervenue à l'hôpital. Je voulais vraiment l'aider. Sincèrement.
Galien attrape un fil coloré abandonné sur le bras du canapé.
- Tu pourrais me raconter ce qui..., commence-t-il en désignant ma tête du menton. J'ai suivi ton histoire aux infos à l'époque, comme tout le monde. Mais ce n'est jamais pareil dans la vraie vie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
En attendant le feu d'artifice, Grey commença un jeu de questions :
- Vous aimeriez mieux vous taper Jasmine ou Cendrillon ?
Cam le fusilla du regard.
- Perry a moins de treize ans, lui chuchota-t-elle.
- D'accord, fit Grey. Vous aimeriez mieux tenir par la main Jasmine ou Cendrillon ?
Autumn gloussa.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
D'abord, on a envoyé les femmes à l'église pour leur apprendre à vénérer un Dieu masculin, ensuite, on a fait des hommes des petits dieux pour que les femmes puissent les vénérer ici-bas.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-04
J'ai très très faim.

Allons voir dans la forêt si je trouve de quoi me remplir la bedaine.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-04
Quand je monte me coucher, j'ai toujours peur de rencontrer Grand Guili.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-04
A la récréation, Ferdinand ne veut pas jouer aux billes avec Simon. Il lui dit : "Si tu ne sais pas compter, retourne chez les BÉBÉS."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-04
Ils attendent. Quoi donc ? Ils attendent leur déjeuner, qui sort tout frais de la terre retournée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le loup arrive...
VITE ! Tourne la page pour t'en débarrasser !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-04
- Bonne nuit, Papa ! Bonne nuit, Maman !
- Bonne nuit, Petite Souris !
- Encore un bisou !
- Bon. Un dernier.
- Encore !
- Non, non, il faut faire dodo. Plus de bisous.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Il avança paisiblement, prit mes mains entre ses paumes et inclina la tête pour m'embrasser sur le front, avec tant de légèreté que je perçus à peine son baiser. Toutefois, je fus comme électrocutée. Je n'osais pas imaginer l'état dans lequel je serais le jour où il déciderait de poser la bouche sur la mienne. Un cas avéré de combustion spontanée ?
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
date : 30-03
Mes pitreries terminées, je le raccompagnais jusqu'à sa cage. Un soir, Oregon m'a parlé. Comme dans les livres pour enfants...
"Conduis-moi jusqu'à la grande forêt, Duke."

Sur le coup, je n'ai rien pu répondre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'enjeu de la bataille du jeudi se résume pour nous à tenter de survivre le plus longtemps possible aus efforts des dragons pour nous massacrer. Au risque de gâcher le suspense, je peux vous révéler que ce sont toujours les dragons qui gagnent à la fin.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 22-03
J'ai repensé à Bill, quand il m'avait dit que j'étais quelqu'un d'exceptionnel. Et à ma sœur, qui avait dit qu'elle m'aimait. Et à ma mère aussi. Et même à mon père et à mon frère, quand j'étais à l'hôpital. J'ai repensé à Patrick, qui disait que j'étais son ami. Et à Sam, qui m'avait dit de faire des choses. D'être là pour de vrai. Et je me suis dit que c'était vraiment génial d'avoir des amis et une famille.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-03
Pour t'éloigner de Ferenwood,
Tu dois d'abord fouler la terre,
Avant de plonger dans la mer
Pour te mouiller jusqu'aux genoux
Et gagner la plage indolente.

Le temps est une règle pesante.
Derrière la porte, tu le trouveras
Puis te lanceras dans l'aventure
En oubliant la confiture !
L'Ailleurs n'attend plus que toi !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-03
Il était une fois une petite fille.
Sa naissance se déroula sans histoires.
Ses parents étaient assez contents, la mère ravie de ne plus la porter, et le père d'en avoir fini avec tous ces mystères. Mais un jour ils comprirent que leur bébé, celle qu'ils avaient prénommée Alice, ne possédait aucune pigmentation. Ses cheveux et sa peau étaient blancs comme le lait, son cœur et son âme doux comme la soie. Seuls ses yeux bénéficiaient d'une tâche de couleur, juste assez pour qu'on y discerne la plus discrète nuance de miel. Bref, il s'agissait d'une enfant que ce monde ne pouvait apprécier.
Ferenwood était fondée sur la couleur. Elle explosait comme un feu d'artifice, aussi riche que nuancée, aussi intense que subtile. Ses habitants étaient réputés les plus éclatants - façonnés à l'image des planètes, prétendaient-ils - et ils jugeaient simplement la jeune Alice trop terne, même si elle savait qu'elle ne l'était pas.
Il était une fois une petite fille délaissée...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-03
- Tu m'as manqué aujourd'hui, murmura-t-elle, tout en se laissant glisser au sol. Tu m'as manqué ce matin quand j'ai ouvert les yeux. Tu m'as manqué dans le bus en partant travailler, et à nouveau ce soir en rentrant...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3