Livres
515 276
Membres
528 622

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Gagner la guerre



Description ajoutée par Sadess 2010-07-27T13:33:37+02:00

Résumé

Au bout de dix heures de combat, quand j'ai vu la flotte du Chah flamber d'un bout à l'autre de l'horizon, je me suis dit : «Benvenuto, mon fagot, t'as encore tiré tes os d'un rude merdier.»

Sous le commandement de mon patron, le podestat Leonide Ducatore, les galères de la République de Ciudalia venaient d'écraser les escadres du Sublime Souverain de Ressine. La victoire était arrachée, et je croyais que le gros de la tourmente était passé.

Je me gourais sévère.

Gagner une guerre, c'est bien joli, mais quand il faut partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces triomphateurs sont des nobles pourris d'orgueil et d'ambition, le coup de grâce infligé à l'ennemi n'est qu'un amuse-gueule. C'est la curée qui commence. On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles rangées et les tueries codifiées selon l'art militaire.

Désormais, pour rafler le pactole, c'est au sein de la famille qu'on sort les couteaux.

Et il se trouve que les couteaux, justement, c'est plutôt mon rayon.

Afficher en entier

Classement en biblio - 448 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par ComteHislec 2014-09-07T17:46:51+02:00

Je n'ai jamais aimé la mer.

Croyez-moi, les paltoquets qui se gargarisent sur la beauté des flots, ils n'ont jamais posé le pied sur une galère. La mer, ça secoue comme une rosse mal débourrée, ça crache et ça gifle comme une catin acariâtre, ça se soulève et ça retombe comme un tombereau sur une ornière ; et c'est plus gras, c'est plus trouble et plus limoneux que le pot d'aisance de feu ma grand-maman. Beauté des horizons changeants et souffle du grand large ? Foutaises ! La mer, c'est votre cuite la plus calamiteuse, en pire et sans l'ivresse.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

Une oeuvre vraiment incroyable .

Une oeuvre déroutante , on est directement propulsés dans une bataille navale, on se demande mais qu'est ce qu'il se passe, on assiste, impuissant , on contemple les agissements d'un Benvenuto qui sera tout aussi paumé que nous par la suite. Un double du lecteur ? Surement et c'est en parti pour cela qu'il devient attachant . Ce qui est, aussi, assez intéressant et confortable , ce sont les nombreuses adresses faites par Benvenuto aux lecteurs, on se sent proche de cet assassin, on est guidé par la main. On en vient à l'aimer cet anti-héros ;)

L'écriture de Jaworski est hypnotisante. Une écriture vraiment fine, rythmique et agréable . Je me suis souvent délectée de certaines tournures en souriant bêtement.

Oh et puis cette façon de briser les codes de la fantasy. Souvent dans la fantasy , pour construire une intrigue, un personnage , on a un passage obligé par les parents. On en apprend des tonnes en général et bien là... que nenni, c'est même envoyé balader par notre cher serviteur en personne.

Bref je vais m'arrêter là mais il y aurait tellement de choses à dire sur cette oeuvre si dense et si particulière. Enfin juste une chose, ce fut une belle rencontre :)

Afficher en entier
Diamant

Unique en son genre...

Un style splendide, déroutant, séduisant... indescriptible.

Un personnage plein de finesse, d'une grande profondeur que l'on suit avec plaisir... non avec exultation au fil de ces pages.

Une intrigue juste passionnante, riche en détours, surprise et découverte.

Un univers riche et fascinant, qui tout en utilisant quelques classique du bestiaire de la fantasy (sorciers, elfes...), parvient à les réinventer à sa manière.

Une fin... mais une fin! Un délice! On en frissonne de frustration, et quelque part l'auteur doit bien ricaner...

Que dire de plus? L'essentiel est là. Ah si... à lire absolument!

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par jenifael27 2020-07-20T17:13:43+02:00
Or

J'ai beaucoup de mal à me faire une opinion sur ce livre...J'ai finalement choisi de le classer en or, pour l'intrigue rocambolesque et la virtuosité stylistique incroyable de l'auteur. Ce roman est clairement une œuvre unique en son genre, même si plusieurs aspects m'ont dérangée et m'empêchent de le considérer comme un véritable coup de cœur.

En tout cas, le début m'a fait une grande impression. Nous sommes plongés directement au cœur de l'action, en plein milieu d'un combat naval qui ne se termine pas comme prévu. Dès le départ, le ton est donné et on se rend rapidement compte que le personnage de Benvenuto, narrateur de l'histoire, prend un malin plaisir à jouer avec nous. .

Difficile aussi de se faire une opinion sur ce personnage. Je me suis délectée de ses fourberies et de sa moralité pour le moins douteuse, je me suis prise de compassion pour lui dans les galères qu'il subissait, je l’ai aussi détesté pour la cruauté de ses actions, pour ses remarques racistes et sexistes dont on se passerait bien…

En parlant de ça, la place accordée aux femmes n’est clairement pas très glorieuse. Je veux bien concevoir que nous ayons affaire à un univers qui se veut violent et brutal, et que le protagoniste et narrateur étant ce qu'il est, il nous fasse voir sa propre vision biaisée des choses. Mais à aucun moment cette vision n'est contestée par d'autres personnages, au contraire, et c’est ce qui est problématique. Spoiler(cliquez pour révéler)Je pense bien sûr à la scène de viol, qui se voit même valorisé par certains sans qu'il n'y ait aucune réelle confrontation avec la victime. De manière générale, les personnages féminins, en nombre très restreint, font peu entendre leur voix et finissent livrées à la domination des hommes. Bref, passons ce tableau encore bien réjouissant…

En ce qui concerne la structure globale du roman, je trouve que l’on a parfois du mal à voir une ligne directrice. Cela se ressent dès le début où j’ai eu l’impression d’être projetée en plein milieu de l’histoire, puis de suivre tout un ensemble de péripéties qui s’enchaînent, qui ne sont pas tout à fait déconnectées les unes des autres, sans pour autant former une unité homogène. J’avais davantage le sentiment que l’histoire se brodait au fur et à mesure et que le seul objectif du protagoniste était de s’extraire d’une suite de complications pour rester en vie. Cela est certainement voulu de la part de l’auteur mais je trouve que cela crée un effet d’éparpillement qui dessert parfois le récit. J'aurais aussi aimé voir un peu plus de place accordée aux intrigues politiques. J’ai adoré le personnage du podestat Ducatore, homme d'état brillant, charismatique et sans scrupules, prêt à tout pour arriver à ses fins. Mais puisque nous suivons Benvenuto, qui se contente d'être le couteau qui exécute les ordres de son maître, nous avons finalement le droit à beaucoup plus de scènes d'action et de combats que de calculs politiques - même si ça n'enlève rien au caractère incroyable desdits combats.

Pour ce qui est du style en revanche, j’ai été totalement conquise ! Jaworski jongle entre des tournures élégantes pour les descriptions de paysages et des scènes crues qui n’épargnent pas les détails les plus répugnants, ce qui donne lieu à un réalisme remarquable. Le vocabulaire est aussi d’une incroyable richesse, j’aurais appris tout un tas de nouveaux mots.

C’est donc pour moi un roman qui a presque autant de qualités que de défauts, un roman problématique et c’est aussi ce qui fait son intérêt.

Je terminerai en parlant de la fin, une fin parfaitement trouvée. On sort de l’histoire comme on y est entrés, un peu sans crier gare, en restant sur notre faim, sans avoir de dénouement abouti ni toutes les réponses à nos questions. C’est le genre de fins que j’aime…lorsqu’elles sont terriblement frustrantes !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par anoli99 2020-06-16T17:55:25+02:00
Diamant

J'ai trouver l'écriture superbe est extrêmement riche. J'ai vraiment voyagé dans se monde avec facilité. Les personnages sont bien écrit, mais je trouve qu'il manqué de personnages féminins. On en voit vraiment très peu, et elles auraient pu être plus approfondi. Spoiler(cliquez pour révéler)Je n'ai pas aussi aimer que la notion de viole (je parles du viole de Clarissima) n'est pas étais suffisamment présenté comme un crime et j'ai eu l'impression que l'auteur éviter justement qu'il y ait une confrontation entre le personnage principale et Clarissima. J’aurai voulu qu'ils en parlent ou se confrontent, rappelant ainsi que le viole est une monstruosité. Bien sur je n'oublie pas les autre crime est atrocité qu'il y a dans le livre, mais celles ci me semble avoir était mentionné moins souvent que le viole de Clarissima.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Readoliver 2020-05-03T09:30:14+02:00
Commentaire ajouté par Readoliver 2020-05-03T09:25:43+02:00
Commentaire ajouté par smysa1204 2020-04-06T10:24:52+02:00
Diamant

quelle histoire, quelle aventure. Le temps de s'y faire avec l'écriture, et rapidement on s'habitue et on plonge dans la peau de Don Benvenuto.

Un héro ni méchant ni gentil, l'homme de main de Ducattore pour accomplir le sale boulot.

Quelques passages un peu long dans la description, dans les détails.

Mais bravo quel bouquin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sigerno 2020-04-04T15:15:38+02:00
Diamant

Un livre de fantasy comme on n'en voit peu. Dans une ville de type italienne en pleine renaissance.

Des personnages riches en relief avec un humour mordant. Des intrigues politiques très fines.

Une plume superbe, j'ai dû reprendre mon dictionnaire que j'avais relégué aux oubliettes et c'est un plaisir d'en arriver là.

En somme un roman que je recommande à ceux qui aiment les intrigues, le sang et une faible dose de magie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Theon 2020-04-01T19:47:00+02:00
Diamant

Très bon roman de cape et d'épée. La fantasy est tout de même présente, dans le sens où il y a de la magie.

Les combats sont bine décrits, et le personnage principal est drôle, bien que parfois cruel.

A dévorer !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pigeonbleu 2020-03-14T17:22:26+01:00
Or

Avis complet sur mon blog : https://audenvl.wixsite.com/lesbouquineuses

Voilà un livre qui ne risque pas de vous laisser sans voix ! Benvenuto est un gredin des bas-quartiers, la fine lame du podestat de la République de Ciudalia, un véritable maître de l'escrime, spécialiste de toutes les entourloupes. Élevé dans le caniveau, Benvenuto s'est rapidement taillé une solide réputation et est même entré au sein de la très secrète Guilde des Chuchoteurs, fournisseur expert d'espions et autres coupe-jarrets en tout genre, la crème de la crème à votre service contre monnaie sonnante et trébuchante, et si possible, de quoi bien garnir quelques coffres.

Benvenuto termine une mission à bord de la flotte républicaine après la guerre contre le Chah de Ressine. Très risqué pour quiconque souffre d'un ridicule mal de mer... Mais lorsque Benvenuto pense enfin pouvoir regagner la terre ferme, des événements curieux se produisent, repoussant encore une fois le jour béni où il pourra revoir sa Ciudalia chérie. Notre ami ne le sait pas, mais ces quelques heures au milieu des flots balayés par le vent sont les dernières qu'il passera avec toutes ses dents.

De batailles navales aux courses épiques sur les toits de la ville, en passant par une poursuite effrénée au milieu des bois, Jean-Philippe Jaworski nous entraîne dans un monde on ne peut plus vivant où les apparences sont assez pratiques pour se cacher. Sa verve incroyable va vous faire voir les choses comme vous ne les avez jamais vues ! Le cynisme de Benvenuto lui sauvera la vie plus d'une fois, et souvent lors de situations tout bonnement désespérées. Cet anti-héro opportuniste à souhait et farouchement décidé à sauver sa peau, si possible en empochant son dû après quelques contrats bien exécutés, saura pourtant savoir se rendre indispensable à l'homme le plus puissant de Ciudalia. A tel point qu'il deviendra dangereux de s'éterniser trop longtemps au risque de s'attirer quelques épineux problèmes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fnitter 2020-02-11T13:11:19+01:00
Diamant

Il s'agit du premier roman de l'auteur, coup de maître pour le moins, mettant en scène un personnage déjà existant dans son oeuvre : Benvenuto Gesufal, vu dans la nouvelle "mauvaise donne" tirée de Janua vera.

Il a obtenu le prix "imaginales" (destiné à récompenser chaque année les meilleures oeuvres relevant de la fantasy) en 2009, catégorie roman français.

Nous sommes dans un monde, bien sûr imaginaire, mais qui s'appuie fortement, sur la période de la renaissance italienne (fin 14ième début 16ième), mâtinée pour le côté politique de la République romaine. Les armes à feu sont totalement absentes, la monnaie est le florin (monnaie internationale à l'époque) et on pense immédiatement à Venise pour caractériser la République de Ciudalia. Pour Fantasier le tout, on aura quelques elfes et un peu de magie, mais le tout s'intégrant si facilement, qu'on aurai pu au final s'en passer.

Benvenuto Gesufal est un assassin émérite de la guilde de chuchoteurs et maitre espion de son excellence le Podestat de la République : Leonide Ducatore. Au cours du roman, il va être balloté dans des galères maritimes, guerrières, diplomatiques, carcérales, politiques et aventures de tous crins.

Une chose est sûre, c'est qu'avec don Benvenuto, malgré les presque 1000 pages du livre, on ne s'ennuie pas. Dès la première bataille, on prend la dimension du personnage. Un être noir, mais droit, doté d'une gouaille, d'une verve qui par ses phrases et ses bon mots, qui réussissent l'exploit d'être à la fois alambiqués et bien tournés, nous font prendre conscience de l'intelligence retorse du personnage. Et que dire alors de son maître...

On aurait tendance à penser, en lisant le quatrième de couv, voire les critiques d'autres internautes, que le roman est très cérébral. Détrompez-vous. Oui c'est bien écrit, oui on nage dans les coups tordus, dans la politique, la rouerie retorse et désabusée, mais on fait aussi la part belle à l'action, l'aventure, la baston et les courses poursuites, le tout avec beaucoup d'humour. Noir l'humour bien sûr.

C'est cruel, sale, réaliste, crédible, drôle, machiavélique. C'est fort. Très fort.

A lire absolument.

Afficher en entier

Date de sortie

Gagner la guerre

  • France : 2015-03-15 - Poche (Français)

Activité récente

GB9999 l'ajoute dans sa biblio or
2020-07-26T10:37:56+02:00
anoli99 l'ajoute dans sa biblio or
2020-06-16T17:40:26+02:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 448
Commentaires 63
Extraits 50
Evaluations 147
Note globale 8.81 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode