Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Galawabooks : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Surface Surface
Olivier Norek   
Avec ce cinquième roman, Olivier Norek, après nous avoir fait faire le tour de Paris avec la trilogie Coste et Calais avec Entre deux mondes, nous entraîne dans l'Aveyron, à Decazeville.

L'auteur se réinvente de nouveau avec ce polar loin des zones urbaines, tout en humanité, comme à son habitude, et en sensibilité.

Noémie Chastain, sa nouvelle héroïne, est une personne brisée aussi bien à l'extérieur (par sa blessure) qu'à l'intérieur (trahison de ses supérieurs et de son petit ami), mais c'est aussi une femme forte qui ne mâche pas ses mots et extrêmement douée dans son domaine professionnel.
Cette parenthèse au vert pour Noémie, qu'elle prend comme une punition, est aussi pour elle l'occasion de se reconstruire, de reconquérir son identité.

Le mot « surface », du latin superficies désigne la partie apparente d'un corps, puis une couche peu profonde (Le Robert).
La surface dans ce roman est omniprésente :
- le visage cabossé de l'héroïne , la surface exposée d'elle-même au monde extérieur.
- la surface du lac d'Avalone où apparaît le premier corps
- les secrets de ce petit village aveyronnais qui remontent à la surface

Dans notre monde très à cheval sur les apparences, Noémie est un grain de sable dans les rouages de la société et par son obstination et sa force de caractère, et en apprenant à s'accepter, elle va bousculer ses règles bien établies.

Surface est un roman très différent des autres romans d'Olivier Norek. Moins urbain déjà, la majorité de l'action se passe à Decazeville, une petite ville aux confins de l'Aveyron, réputée pour sa tranquillité où les gens se connaissent tous. Beaucoup plus de personnages également qui évoluent et interagissent autour de Noémie. Une intrigue également différente qui donne lieu à une projection dans le passé.
Et un ton qui donne plus dans le polar, le roman noir contrairement aux autres romans qui étaient pour moi des thrillers urbains sociétaux.

Surface fut une excellente lecture pour moi, notamment grâce à ce personnage féminin, avec lequel on évolue, avec ses forces et ses fêlures. Nous assistons à sa naissance, suite à sa blessure, la naissance de la nouvelle Noémie, qui n'aura de cesse de retrouver son identité perdue et sa confiance en elle. Sans être passé par son épreuve, il est facile de s'identifier à elle et d'apprécier sa force.
Par son intrigue également, dense et prenante qui nous entraîne dans une histoire qui court sur vingt-cinq ans.
Pour tous les autres personnages qui sont à la fois touchants et exaspérants.
Par la plume de l'auteur qu'on retrouve quel que soit le genre vers lequel il se tourne et par ses clins d'oeil, qu'ils soient amicaux (envers ses amis auteurs) ou aux fans (en retrouvant un personnage d'un autre roman succinctement).

Surface prend le temps de bien poser ses bases et même si cela peut paraître déroutant pour certains, le jeu en vaut la chandelle.

Je vous recommande ce nouveau roman d'Olivier Norek, qui vous fera découvrir une nouvelle héroïne très charismatique et vous entraînera dans une enquête foisonnante.
Émouvant et percutant, le nouveau Norek est bien arrivé.
La Tour sombre, tome 2 : Les Trois Cartes La Tour sombre, tome 2 : Les Trois Cartes
Stephen King   
Après avoir rattrapé Waler, Roland voit son destin lié à 3 personnages, qu il doit retrouver dans des mondes et époques différentes.

Il va tombé sur des alliés comme un junkie, une schizophrène, et un jeune garçon, que du bon !!

Leurs découvertesva permettrent à Roland de poursuivre sa quete, et les initier à son art suprême de pistoléro.

Très bon !!

par Nicolas
En l'absence de Lumière En l'absence de Lumière
Adrienne Wilder   
In the absence of light est raconté du point de vue de Grant mais nous transporte dans le monde de Morgan. Morgan est un jeune homme autiste, mais il est aussi tellement plus que ça. Il est charmant, malin, sexy, beau, vulnérable, passionné et fort. Alors que les médecins disaient qu’il ne pourrait jamais marcher, parler et lire, Morgan s’est battu et est même devenu indépendant. Il ne supporte pas qu’on mette en avant sa différence et qu’on lui dise qu’il est incapable de faire une chose. Alors oui, il est différent, il ne sait pas lacer ses chaussures, conduire une voiture ou connaître sa droite et sa gauche, il est bourré de tics et ne contrôle pas toujours son corps mais Morgan est déterminé, a un travail et à 24 ans a déjà traversé plus d’épreuves que certaines personnes dans toute leur vie.
Il est la lumière de ce livre.
Grant a 36 ans et est un businessman retraité. Il possédait une entreprise de transport maritime qui flirtait avec l’illégalité. Son truc c’était de transporter les biens de personnes très riches à travers les Etats-Unis et le monde. Il arrive à Durstrand pour se mettre au vert quelques années et pour se faire oublier du FBI et de Jeff, son ex compagnon, lui-même agent du FBI. Bien qu’il soit irrésistiblement attiré par Morgan, son 1er réflexe est de le repousser, car comme tous les autres il ne voit pas au-delà des tics et de la soit disant déficience mentale de Morgan. Sortir avec lui serait profiter de son état. Mais Morgan va ouvrir les yeux de Grant et lui prendre conscience que parfois, la lumière plutôt que de nous montrer ce qu’on veut voir nous aveugle (et le titre du livre prend tout son sens).
C’est une magnifique histoire d’amour avec des passages très beaux, d’autres émouvants et certains très (très) sexy et j’ai rigolé aussi (la scène avant leur 1ère fois est assez drôle). Leur histoire progresse lentement et j’ai adoré voir Morgan s’ouvrir à Grant. Cette histoire m’a profondément touchée, a accroché mon cœur et j’ai plongé dans l’histoire de Grant et Morgan. Je n’arrive même pas à trouver les mots pour écrire mon avis et je sens bien que mon commentaire est loin de rendre hommage au livre. Donc je vais juste vous dire que j’ai adoré, aimé, cette histoire et espérer que le résumé, la jolie couverture et les quelques lignes que j’ai écrites vous auront convaincus.

La mort leur va si bien La mort leur va si bien
Peter James   
Un deuxième tome tout de même bien moins palpitant que le premier.
L'intrigue met pas mal de temps avant de vraiment commencer. Le rythme est assez lent sur la presque totalité du livre. Mais les 150 dernières pages bougent beaucoup!
L'humour à l'anglaise qui vient de ci de là est très appréciable et donne une certaine légereté au récit qui porte tout de même sur un sujet assez crade.
Le personnage de Roy Grace est toujours aussi agréable et attachant. Les emmerdes lui tombent dessus les unes après les autres, et risque gros avec cette enquête.
Une fin peut-être un peu trop spectaculaire à mon goût.
Mais c'est avec plaisir que je vais continuer la lecture de ses aventures!
Sleeping Beauties Sleeping Beauties
Stephen King    Owen King   
Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment avec Sleeping beauties : une histoire originale et vite addictive, des personnes vraiment bien développés, qui ont tous un background qui permet de comprendre leurs actions et de sympathiser même quand ce n'est pas gagné au premier abord. Le style de Stephen King est bien présent, je ne sais pas dans quel mesure celui d'Owen King l'est aussi, n'ayant lu aucun de ses écrits.

On se retrouve donc dans une petite ville, avec des tas d'habitants dont on va pouvoir entrer dans l'intimité, et dont les histoires vont entrer en collision les unes avec les autres. Un décor à la Stephen King, quoi. Où les personnages se croisent, s'allient ou s'antagonisent, où les petites histoires de chacun se recoupent.

J'ai eu un souci avec les nombreux personnages, parce qu'ils ne sont quasiment jamais décrits physiquement. Du coup, pas simple de les identifier clairement et de ne pas les mélanger, au début. Je ne me rappelle pas si c'est toujours le cas chez Stephen King, mais ici ça m'a un peu dérangée au début. (par exemple, on apprend seulement à plus de la moitié du roman que Jeanette est noire ou que je ne sais plus qui est rousse. Quand on se les est imaginés autrement, il faut se contorsionner le cerveau pour faire entrer les nouvelles données et c'est assez agaçant).

J'ai aimé la note de mysticisme aux accents bibliques, comme l'auteur nous en réserve souvent dans ses bouquins. J'aime bien ce genre de surnaturel un peu mythologique.

J'ai ressenti quelques longueurs quand même. Stephen King m'a habituée aux gros bouquins et quand l'histoire suit, ça ne pose aucun problème, mais là, j'ai trouvé certains passages un peu fastidieux à lire, notamment ceux avec les femmes de l'autre côté. Il ne s'y passe jamais grand chose et j'avais à chaque fois hâte de revenir à l'action dans le vrai monde.

Le roman est très accès sur les relations femme/hommes, sur les problèmes de société qui y sont liés, et il n'évite pas toujours les messages féministes un peu clichés (les hommes ne savent pas faire la vaisselle ou repasser, ils sont violents alors que les femmes ne sont que paix et amour, ou que sais-je). Même si le roman fait un effort pour conserver une certaine neutralité en donnant une voix à tous les points de vue, c'est justement comme ça que je l'ai parfois ressenti : un effort. Stephen King m'a plus habituée à des situations ambiguës qui renversent les préjugés et les attentes.

Pour ce qui est des personnages : celui d'Evie Black est parfait. Un mélange de Randall Flagg et du du méchant dans La tempête du siècle (me rappelle plus de son nom, désolée).
Le personnage qui m'a le moins convaincue est Don Peters, il est un peu une caricature du connard sexiste et n'a aucune nuance. On a parfois l'impression qu'il est méchant pour être méchant [spoiler](pourquoi il tue sa mère ??)[/spoiler]
J'ai beaucoup aimé Franck Geary, j'ai trouvé qu'il était le plus abouti parce qu'il porte en lui toutes ces contradictions qui le rendent assez fascinant. Il n'est pas un personnage mauvais, il essaie toujours de faire ce qu'il y a de mieux. Son objectif est louable : il veut sauver sa fille. Et s'il se laisse aller à être parfois trop violent, s'il a certaines pensées peu charitables envers son ex-femme ou s'il commet parfois des erreurs, c'est parce qu'il est humain, il n'est pas parfait, loin de là. Le face à face entre lui et Clint est intéressant parce que ce sont sensiblement les mêmes personnes, sauf que Clint a déjà vaincu les démons qui possèdent encore Franck. J'ai trouvé un peu dommage que leur bras de fer se résolve aussi rapidement, j'aurais bien aimé un peu plus d'interaction entre les deux pour vraiment voir une évolution dans les façons de penser.
Oh, et Angel Fitzroy est géniale aussi, cinglée à souhait.

La scène finale où les hommes se créent un champ de bataille était assez bien faite, et renvoie bien l'idée que, confrontés à un problème, les hommes finissent toujours par en venir aux mains ou par se faire la guerre, à plus ou moins grande échelle.
Le dénouement m'a satisfaite aussi : il nous laisse avec un message d'espoir et de réconciliation.

En bref : Sleeping Beauties est un bon Stephen King avec une intrigue originale et prenante et quelques personnages très marquants. Je regrette les thèmes féministes trop poussés qui occultent parfois l'histoire et les accents moralistes de certains passages. Heureusement, l'intrigue parvient à ne pas s'embourber là-dedans et reste à flot jusqu'à la fin.

par Anna19
Un palais d'épines et de roses Un palais d'épines et de roses
Sarah J. Maas   
«I love you. Thorns and all.»

J'ai mis un certain temps avant de sortir ce livre de ma PAL. Pour la simple raison que je ne me sentais pas prête à le lire. Jusqu'à présent.

A Court of Thorns and Roses est un excellent roman. Et j'ai presque envie de vous dire que c'est normal puisque Sarah J. Maas en est l'auteure. Sarah J. Maas fait partie de mes auteurs préférés avec sa saga Throne of Glass. Et maintenant, A Court of Thorns and Roses rejoint Throne of Glass puisque ce livre est un coup de cœur.
Un coup de cœur à la Sarah J. Maas, si fort qu'il vous donne l'impression d'être capable de voler. Un coup de cœur magique.

La première chose que j'ai aimé dans A Court of Thorns and Roses, c'est l'univers. Le monde dans lequel vivent les personnages. Et plus particulièrement, j'ai adoré Prythian. L'idée des Courts du Printemps, de l'Été, de l'Automne, de l'Hiver, Sous la Montagne, la Court de l'Aube, du Jour et celle de la Nuit. C'est peut-être un détail mais j'ai totalement été charmée par ça.

Et puis, Sarah J. Maas a toujours cette façon d'écrire que j'aime. C'est addictif, elle rend tout son livre fascinant et magique. Avec toujours ce côté explosif qui ne se montre qu'aux moments parfaits.

J'aime ses personnages. Elle sait comment faire pour qu'on les aime ou qu'on les déteste. Elle leur donne des forces comme des faiblesses. Elle les rend réalistes tout en leur laissant ce côté magique qui transparaît dans tout ce qu'elle fait.

Feyre est un personnage attachant. C'est une héroïne qui m'a plu. Elle est forte et faible à la fois. Elle est humaine et même lorsqu'elle est dans le monde des fae, ça ne l'empêche pas de rester fidèle à elle-même, de faire ce qu'elle entend de faire. Et puis, elle a cet amour pour ceux qui lui sont proches que j'apprécie beaucoup chez elle. Elle ferait tout pour qu'ils ne manquent de rien et qu'ils soient en sécurité sans pour autant jouer à l'héroïne idiote qui cherche à se sacrifier à la moindre occasion.

J'ai essayé de résister à Tamlin.
Parce que c'est Sarah J. Maas et que je sais bien que le love interest du premier tome n'est jamais celui du second tome. Sarah J. Maas aime jouer avec les sentiments de ses lecteurs, c'est clair. Mais aussi avec les sentiments de ses personnages, surtout en ce qui concerne la romance.
Alors oui, j'ai essayé de résister à Tamlin parce que je n'avais aucune envie de m'attacher à lui pour finir par pleurer le fait qu'il ne soit pas le love interest de Feyre dans le prochain tome.
Peut-être que je me trompe d'ailleurs mais il y a de grandes chances pour que les choses soient ainsi. Et au cas où, je tiens à être prête.
Mais honnêtement, comment éviter l'inévitable ? J'aime bien Tamlin. Pas comme une dingue, ce qui est en soit une réussite au final. Mais je l'aime bien quand-même.

Et la romance entre lui et Feyre est très bien développée. Elle n'arrive pas dès les premières pages, l'auteure prend son temps. Et c'est une bonne chose. Ainsi les choses ne sont pas précipitées et elles en sont d'avantage réalistes.
Il y a de très beaux moments qui m'ont fait fondre comme du chocolat au soleil. Sérieusement, j'ai beaucoup aimé cet aspect de la lecture. La romance est là sans être pesante. Elle est présente mais elle n'écarte pas l'intrigue. Elle en fait partie mais en même temps, elle laisse de la place au mystère et tout ça. Je ne sais pas comment l'expliquer mais Sarah J. Maas a vraiment su doser chaque aspect de son histoire, dont la romance, pour que l'équilibre de son livre soit parfait.
Et il est parfait.

Pour en revenir aux personnages, j'ai adoré Lucien. Il dégage une énergie que j'ai beaucoup aimé. Il peut se montrer taquin, hostile, sérieux, tout un tas de choses. Contre toute attente, on le considère rapidement comme un allié puis comme un ami. Je l'ai trouvé attachant, je me suis sincèrement attachée à lui.

Peut-on parler de Rhysand ? Sérieusement, ce gars c'est comme si j'avais foncé dans un mur et que j'avais aimé ça. Il se dégage tellement de choses de ce personnage que je ne pourrais pas en faire la liste. Il dégage des choses même qui n'ont pas de nom. C'est un sacré bâtard (désolée) la plupart du temps mais il est haut en couleurs et il est tellement génial. Il a un charme que je n'arrive pas encore à déchiffrer mais c'est fascinant.

Quant aux autres personnages, chacun joue son rôle à merveille. Rien de bien étonnant quand on y repense. ^^

Je suis fan de l'histoire.
Quand on commence, on a entre les mains pleins de petites pièces d'un puzzle. Certaines n'ont pas encore d'image, d'autres n'ont pas encore de sens ou d'explication. Et puis bien-sûr, plus on avance plus on en trouve les réponses. Il n'y a pas une de mes questions qui soit restée sans réponse.
Et au final, on se rend compte que le puzzle est super. Que le travail réalisé sur cette histoire est super et bien détaillé.
A Court of Thorns et Roses est un roman mené avec une main de maître où vous vous retrouverez dans un monde magique, qui s'étend bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer et qui cache des moments forts auxquels vous ne pourrez pas résister.

Mais de quoi ça parle ?
A Court of Thorns and Roses, c'est l'histoire de Feyre. Un jour d'hiver, elle tue un loup dans les bois pour la survie de sa famille et par la suite une bête vient la trouver pour lui dire que c'est un fae qu'elle a tué et qu'elle doit payer pour ça. La bête, qui se trouve être Tamlin, l'emmène à Prythian qui est le royaume des fae et là-bas, Feyre découvre qu'une menace pèse sur les terres des immortels.
Reste à savoir si Feyre trouvera un moyen d'aider Tamlin à mettre fin à cette menace. Et quel sera le prix à payer pour ça.

La fin est probablement ce que j'ai préféré dans A Court of Thorns and Roses bien que j'ai adoré ce livre du début à la fin. [spoiler]Le mystère est levé et il est temps d'affronter la menace qui pèse sur Prythian.
Ainsi on apprend que la menace en question est une fae du nom d'Amarantha qui s'est déclarée High Queen de Prythian près de cinquante ans auparavant. Et que la malédiction qui pèse sur Prythian et plus particulièrement sur la Court du Printemps et sur Tamlin, ne peut être brisée que si Feyre tombe amoureuse de Tamlin (ce qu'elle a fait) et qu'elle lui dit qu'elle l'aime en le pensant sincèrement (ce qu'elle n'a pas fait). Feyre se rend Sous la Montagne pour confronter Amarantha et sauver Tamlin ainsi que son monde. Pour cela, elle doit passer trois épreuves et répondre à une énigme. Elle réussit.
Et aussi surprenant que ça soit, Rhysand se révèle d'une grande aide. Il la soigne après la première épreuve, en échange du fait qu'elle passe une semaine par mois à la Court de la Nuit avec lui. Et il l'aide à trouver la solution de la seconde épreuve sans que personne ne le sache.
La troisième épreuve est la plus spectaculaire. Mais elle coûte la vie de Feyre qui trouve au dernier moment la solution à l'énigme d'Amarantha. L'amour. Tamlin tue Amarantha, la malédiction est brisée -Lucien et Tamlin, ainsi que la court du printemps quittent leur masque- et les High Lords sauvent Feyre en la transformant en High Fae, en immortelle.
Ainsi, tout est bien qui finit bien. Mais pour combien de temps ?[/spoiler]

En conclusion, A Court of Thorns and Roses est un roman que j'ai beaucoup aimé. C'est une excellente réécriture de la Belle et la Bête, que je recommande sincèrement.
J'ai hâte de me plonger dans A Court of Mist and Fury pour suivre la suite des aventures de Feyre.

«one day there will be anwsers for everything»

par Sheo
Harry Potter, Tome 7 : Harry Potter et les Reliques de la mort Harry Potter, Tome 7 : Harry Potter et les Reliques de la mort
Joanne Kathleen Rowling   
Je ne compte pas le nombre de fois où j'ai pleuré dans ce roman mais à la fin je ne me séparais plus de ma boite de Kleenex ! L'histoire se finit en apothéose malgré un épilogue un peu décevant à mon goût (non pas décevant mais peut être un peu trop rapide ! on reste sur notre faim !) Bref un bon moment de lecture comme j'en ai rarement eu !

par Istehar
On la trouvait plutôt jolie On la trouvait plutôt jolie
Michel Bussi   
Epoustouflant, inattendu, captivant sont les premiers qualificatifs qui me viennent à l’esprit pour décrire ce nouveau roman. Michel Bussi, maitre incontesté du suspense et du retournement de situation, m’a une nouvelle fois conquise avec son écriture.

Leyli Maal touche enfin au but. Immigrée malienne, arrivée à Marseille quelques années plus tôt, elle a obtenu la nationalité française récemment et s’autorise enfin à rêver d’un avenir meilleur. Maman de trois enfants, Bamby, Alpha et Tidiane, elle se tue à la tâche et vient enfin de décrocher un CDI qui lui donne l’espoir de quitter son logement trop petit pour un appartement suffisamment grand pour elle et ses enfants. Mais la vie n’a jamais fait de cadeau à Leyli. Et cette fois encore, elle va se charger de lui mettre des bâtons dans les roues. Sa fille ainée, Bamby, est soupçonnée de meurtres et son plus grand fils, Alpha est lui aussi inquiété par la police. Décidément, rien ne va. Le cauchemar de Leyli prendra-t-il fin un jour ? Peut-elle prétendre à une vie de bonheur avec ses enfants ou faut-il qu’à chaque fois que le destin vienne mettre son grain de sable et enraye la machine ?

L’écriture de Michel Bussi c’est comme le bon vin, elle se bonifie avec le temps. Chaque nouveau roman est meilleur que le précédent. Bien que j’aie lu tous ses romans, je n’arrive toujours pas à entrer dans son esprit. En général, chaque auteur à son style et au bout d’un certain nombre de livres lus, on commence à en comprendre les rouages et la manière de penser pour deviner là où il souhaite amener le lecteur. Mais avec Michel Bussi, impossible. Jusqu’ici, le suspense a été total du début à la fin. Encore ici, je n’ai rien vu venir. Et pourtant, quand on connait la fin, on se dit que c’était évident, que nombre de petits détails nous ont mis sur la piste. Mais malgré tout, je me suis laissé prendre au piège. De la première à la dernière page, j’ai été transportée par l’histoire de Leyli Maal, cette immigrée qui se bat au quotidien pour un avenir meilleur.
Encore une fois, le suspense est à son comble. Pas un suspense haletant et oppressant, non. C’est plutôt comme un envoutement. Quelque chose d’intrigant qui vous pousse à chercher le point de détail qui va faire basculer l’histoire. Franchement, j’adore.
J’aime aussi la capacité de l’auteur a intégré des notes de légèreté à l’histoire avec quelques touches d’humour ou des moments anecdotiques. Les chapitres de l’histoire passée de Leyli sont peut-être les plus poignants de tout le livre. Ils mettent à la fois en lumière l’horreur vécue pas les immigrés clandestins mais apportent aussi un éclairage sur le reste de l’histoire. Tout découle finalement de ce passé sombre et difficile. Les évènements présents ne sont finalement que la conséquence du passé.
Ce roman m’a fait ressentir beaucoup d’émotions : de l’admiration, de la tristesse, de la joie, de la peur aussi. Une palette de sentiments riche, parfois contradictoires.
Sans compter les personnages qui sont tous plus attachants les uns que les autres et qui offrent du coup, une dimension encore plus envoutante à l’histoire.
Ce nouveau roman est bel et bien un coup de cœur pour moi. Il me tarde d’être à l’an prochain et de pouvoir me plonger dans la lecture du prochain roman de l’auteur.
Harry Potter, Tome 6 : Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé Harry Potter, Tome 6 : Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé
Joanne Kathleen Rowling   
Ce sixième tome est très réussi. Le côté sombre des tomes s'accroit car Harry enchaine mort sur mort. Il est très seul après la disparition de Sirius mais compense un peu cette absence avec la compagnie de Dumbledore. C'est aussi dans ce roman que Harry et ses amis vont commencer à vraiment s'intérreser à l'amour. L'auteur a une imagination débordante.

par myra44
Les enquêtes de Pescoli et Alvarez, Tome 3 : De glace et de ténèbres Les enquêtes de Pescoli et Alvarez, Tome 3 : De glace et de ténèbres
Lisa Jackson   
https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2018/01/26/de-glace-et-de-tenebres-lisa-jackson/

A la fin des vacances de Noël, je suis honteusement repartie avec une partie des cadeaux de mon papa dans ma valise – c’est lui qui a insisté, je ne lui ai pas volé ses livres, mais avec un peu de recul, je me dis que c’était vraiment gentil de sa part et que je n’aurais peut-être pas dû accepter de le priver de certains de ses cadeaux.

Dans sa pile de livres, il y avait deux romans de Lisa Jackson, une romancière américaine dont je n’avais pas entendu parler auparavant et qui pourtant a écrit de nombreux best-sellers inscrits sur la liste du New York Times.

De glace est de ténèbres est le troisième tome d’une série mettant en scène les inspecteurs Regan Pescoli et Selena Alvarez. Alors forcément, quand on prend une série en cours de route – ce que je n’aime pas faire – il y a des petits moments de flottement, des sous-entendus, des trucs que le lecteur ne comprend pas et c’est toujours un peu embêtant. Néanmoins, cela ne bloque pas non plus pour comprendre l’intrigue de ce roman.

De glace est de ténèbres est assez proche d’un Mary Higgins Clark, je pense notamment à Ce que vivent les roses, en raison des victimes qui se ressemblent toutes. Et j’ai aussi assez rapidement fait le rapprochement avec un téléfilm que j’avais vu quand j’étais ado, une sombre histoire de médecin inséminateur narcissique. Bref, dans ce roman, il est question de génétique, de troubles mentaux, de tueur psychopathe de famille nombreuse et de romance, car l’une des cibles du tueur vient juste de rencontrer un beau cow-boy qui semble aimer un certain type de femmes…

C’est plaisant à lire, sans prise de tête, mais ce n’est pas inoubliable ou à absolument mettre sur sa wish-list. Mais je me verrais bien avoir ce genre de romans dans ma valise si je partais quelques jours en vadrouille. Que j’aimerais partir quelques jours en vadrouille !
  • aller en page :
  • 1
  • 2