Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Geko : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Réparer les vivants Réparer les vivants
Maylis De Kerangal   
Je ressens cette impression de vouloir dire plein de choses tout en ne sachant pas comment les formuler. Ce roman m'a pris par surprise, il m'intriguait mais je n'en attendais rien. Je ne m'attendais pas à ce que son histoire me percute aussi violemment.

Lire les premières pages de Réparer les vivants, c'est accepter d'être pris dans l'engrenage, accepter de devenir spectateur, heure après heure, du chamboulement de nombreuses vies, du processus incroyablement complexe du don d'organes et de la transplantation cardiaque.

On vit l'histoire au côté de personnages avec lesquels l'empathie ne se fait pas attendre. Dès le début, on est pris dans la toile. On nous les présente tous, leur nom d'abord, puis leur vie, par des anecdotes, ces détails qui semblent insignifiants et, au contraire, ces autres détails qui font tout.
Et puis, on nous présente également le côté plus médicalisé de l'événement. Les formalités, les processus, les opérations. Le mécanisme alambiqué de reconstruction d'un corps par un autre. On en apprend beaucoup, mais - et c'est un aspect du roman que j'ai beaucoup apprécié - l'auteur veille à ne jamais faire un constat froid et médical de la situation. Il y a une facette très humaine dans cette histoire. C'est un drame pour certains, une lueur d'espoir pour d'autres, et tous restent humains et c'est avec profondément d'humanité que le sujet est traité.

Si l'écriture de Maylis de Kerangal me laissait songeuse au début par sa nature très dense (de longues phrases aux nombreuses propositions qui s'étirent inlassablement, pouvant même, parfois, faire la taille d'une page entière), ce style effréné nous entraîne sans relâche dans ces vingt-quatre heures décisives avec une poésie et un sens réflexif qui m'ont beaucoup impressionnés. L'écriture est consistante mais on s'y noie allègrement.

Réparer les vivants est de ces romans qui frappent, tant par leur sujet qui mérite d'être abordé que par la façon dont ceux-ci sont traités. Le réalisme qui se dégage de l'histoire est tel, que j'en ai souvent pleuré, heurté par la sincérité des mots que j'avais sous les yeux, par la violence et la douleur de la perte, la difficulté d'accepter un processus comme le don d'organes (que ce soit pour les proches du donneurs ou pour le receveur d'ailleurs).
Le livre m'a touché, m'a fait réfléchir et va me rester à l'esprit un moment.

http://desmotsenvrac.blogspot.fr/2015/09/reparer-les-vivants-de-maylis-de.html

par x-Key
Juste la fin du monde Juste la fin du monde
Jean-Luc Lagarce   
très dur à mettre en scène mais intéressant à lire, j'aime beaucoup l'écriture, c'est très beau à lire.
Lou !, Tome 6 : L'âge de cristal Lou !, Tome 6 : L'âge de cristal
Julien Neel   
Non mais sérieusement, est ce que quelqu'un a compris quelque chose ? C'est vraiment devenu n'importe quoi ! On dirait qu'il manque des tas de pages au bouquin tellement on passe du coq a l'ane d'un coup, comme ça, sans prévenir, et surtout sans explications..
J'espère que le tome 7 sera vraiment mieux, parce que celui la me plonge vraiment dans la perplexité.

par dayrise
Lou !, Tome 7 : La Cabane Lou !, Tome 7 : La Cabane
Julien Neel   
Ce tome 7 de Lou... J'avais l'impression de retomber en enfance. J'avais l'impression surtout de relire Idylles, le quatrième tome de la série. Poétique, colorée, fascinant, un peu décalé... Bref, j'ai retrouvé tout ce qui fait que j'aime cette série. Lou est toujours pleine d'inventivité et de cette bonne humeur teintée de mélancolie qui lui est si caractéristique ! Cette petite, avec qui j'ai grandi, je l'aime du fond du cœur.

Même si je n'ai pas encore tout compris, même si je l'ai trouvé infiniment court, j'ai adoré ce septième tome. Et je vais de ce pas aller relire le sixième tome de la série, qui m'avait laissé à tout le moins perplexe... Sachant que La Cabane remonte dans le temps, précédant l'Âge de Cristal, les relire ensemble pourrait nous aider à éclaircir quelques points. Même si de nombreux mystères planent encore sur cette espèce de crise mondiale... Comme si le vœu de Lou de vivre à tout jamais dans un environnement paisible s'était réalisé. Bref, après une telle attente, je n'ai pas pu m'empêcher de dévorer La Cabane. Et j'ose espérer que la parution du huitième tome (s'il y en a un bien sûr... Ô grand Julien Neel, entendez ma prière !) ne prendra pas autant de temps que le septième volet ahah !

N'oubliez pas : aimez-vous !

par Calypso-x
Bleach, Tome 16 : Night of Wijnruit Bleach, Tome 16 : Night of Wijnruit
Tite Kubo   
J'adore la couveture de ce tome, j'aime beaucoup le personnage Toshirô Hitsugaya. Sinon moi aussi je trouve le passé de Kaien Shiba super triste.
Bleach, Tome 6 : The Death Trilogy Overture Bleach, Tome 6 : The Death Trilogy Overture
Tite Kubo   
Uahara, je crois bien que c'est mon personnage prefere, il se cache encore sous ce personnage et on en decouvrira seulement beaucoup plus son passer.

par Nero
Bleach, Tome 12 : Flower on the Precipice Bleach, Tome 12 : Flower on the Precipice
Tite Kubo   
Moi je dis belle promesse entre Ichigo et Chad ! Je ne les croyais pas si amis que ça.
Bleach, Tome 13 : The Undead Bleach, Tome 13 : The Undead
Tite Kubo   
Quel combat entre Kenpachi et Ichigo ! Ichigo est vraiment surprenant quand il veut !
Bleach, Tome 8 : The Blade and Me Bleach, Tome 8 : The Blade and Me
Tite Kubo   
Mis a l'épreuve original comme la resolution. C'est un moment palpitant dans l'histoire.

par Nero
Bleach, Tome 14 : White Tower Rocks Bleach, Tome 14 : White Tower Rocks
Tite Kubo   
Dans ce tome on découvre la vrai puissance d'Ishida ! Il a beaucoup progresser !