Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Genevieve-1-2 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Peur bleue : Le parc de la terreur Peur bleue : Le parc de la terreur
Sylvain Duchêne   
http://bookivores.over-blog.com/2016/10/peur-bleue.html

En commençant ma lecture, je me suis dit "bah, ce sera pas très effrayant… une lecture pour ado qui tente de rivaliser avec les Frissons." Eh bien, disons que si on le lit dans une ambiance un peu moins rassurante (le soir, dans la noirceur, avec des chandelles comme seul éclairage), le livre parvient à faire son effet à certains moments.

Il n'y a pas à dire… plusieurs événements - et éléments - viennent piquer notre curiosité et par effet domino, nous devenons totalement captivés.
Plus l'histoire avançait et plus ça devenait mystérieux. Amènes-en des fantômes, des disparitions et des cris inexpliqués.

Bien que Peur Bleue soit un roman jeunesse, je me suis laissée prendre au jeu et j'ai pris plaisir à partir à l'aventure en compagnie de ses jeunes gens insouciants courageux
Les Cahiers d'Esther, Tome 1 : Histoires de mes 10 ans Les Cahiers d'Esther, Tome 1 : Histoires de mes 10 ans
Riad Sattouf   
Ca c'est un livre super d'un écrivain que j'aime mais vachement, il s'appelle Riad Sattouf il a fait des livres où il raconte son enfance dedans ça s'appelle "L'arabe dans le futur" ou chais pas et ce sont mes préférés en plus il a une coupe de cheveux trop fun (ça veut dire "cool") dedans

par karalonne
Outlander, Tome 1 : Le Chardon et le Tartan Outlander, Tome 1 : Le Chardon et le Tartan
Diana Gabaldon   
Avouons le, j'ai pris ce livre à la médiathèque parce que "si il est bien, y en a pleins d'autres".
Assez idiot comme réflexion mais je n'ai pas été déçue du voyage !
Moi, je veux épouser Jamie x).
L'histoire bateau, Claire voyage dans le temps à travers des pierres, c'est un peu stupide parce que c'est un livre qui est plus historique.
Mais justement, vu les croyances de l'époque, on finit par y croire (la prochaine fois que j'en vois un, je tente !).
Si on devait étudier en cours cette période, moi, je serais incollable. Je n'ai pas appris, je l'ai vécu.

J'ai horreur des cours d'histoire (avouons le !) et pourtant, je me suis retrouvée à faire des recherches sur Culloden et Cie parce que .... je voulais savoir ! Savoir si c'était vrai (oui ça l'était) et si Jamie allait survivre (c'était pas précisé x)).

Je l'ai lu en terminale (on me l'a confisqué à la fin avec pour excuse "passe ton bac" ><) et depuis, je le met tout en haut ! Un diamant !

par Gomette
Paroles de poilus Paroles de poilus
Jean-Pierre Guéno   
Ce livre est rempli d'émotions fortes. Il est très très intéressant car il témoigne évidement sur la vie des anciens soldats. Certaines lettres donnent la larme à l'oeil et certaines n'ont pas fini alors que sans s'en rendre compte on pleure déjà. Les interrogations que se posent certains soldats sont très instructives.

par myra44
L'évangile cannibale L'évangile cannibale
Fabien Clavel   
Un petit livre vite lu dont j'ai encore accéléré la lecture sur la fin pour terminer plus vite, déçue, presque, de l'avoir commencé. Précisons : l'idée est originale et bien fichue, mais je ne m'attendais pas vraiment à ça. Ca quoi ?

L'écriture, pour commencer. A la première personne, celle de Mathieu Cirons, pensionnaire des Mûriers, qui raconte les événements. Vieillard cynique, odieux et un brin (trop) parano. Dans cette liste, la parano qui s’accentue au fil du récit pour y court-circuiter le raisonnement logique est le trait qui m'a le plus dérangée; tellement que j'ai été incapable de ressentir la moindre empathie avec le personnage et que je n'avais qu'une envie, m'en débarrasser au plus vite. Quant au reste, c'est le cliché du vieux qui méprise les infirmières, sa famille, le monde entier et dont la seule joie est de pourrir la vie de tous les gens qui gravitent autour de lui sans une seul fois se remettre en question - vous me direz, à cet âge...

Les éléments mystiques ensuite. On est d'accord, c'est un évangile, il a ses apôtres, des liens avec les écritures [spoiler] tout part d'un semblant de prophétie de la part d'une résidente en qui tous voient un quasi messire [/spoiler]. Pourquoi pas finalement, mais quant Mathieu lui même commence à partir dans le délire mystique, on a du mal à adhérer (cf ci-dessous "Nous sommes les derniers êtres vivants, il faut absolument procréer" qui est effectivement un passage choquant).

Enfin, il ne s'agit ici que d'un road trip en fauteuils roulants d'une bande de cadavres en sursis dont chacun sait que sa vie est derrière. C'est fabuleux en détails lorsque le quotidien est décrit (entre les chaises roulantes et les couches...), ça devient lassant sur la fin lorsqu'on se rend compte que le scénario n'aboutit au final sur rien d'autre. De plus, l'écriture est simplissime, excessivement courte, pour coller au mieux à un récit fait d'un simple citoyen nonagénaire et sur ce point précis, je n'ai pas du tout apprécié le style voulu de l'auteur.

A réserver à un public averti (non pas pour les zombies, mais plutôt pour la vie quotidienne des ex-résidents des Mûriers), en espérant que vous n'avez personne en maison de retraite car, ici, ce ne sont pas les zombies qui font le plus peur...
Charlotte Charlotte
David Foenkinos   
Suicide.
Ombre qui pèse sur Charlotte depuis sa naissance,
L'essence même de son prénom,
Le sang qui coule dans ses veines,
Le regard des proches.
Hasard ? Ou hérédité ?

Peinture.
Cette artiste au destin déjà tracé,
Vie grandiose, jeune fille prodigieuse.
« C'est toute ma vie »,
Ainsi voit-elle son œuvre.
Frénésie créative ? Ou folie ?

L'absence.
Recherche d'une mère, d'une figure maternelle,
L'espoir d'être aimée,
L'envie d'aimer,
Peindre des visages des centaines de fois.
Enfermement ? Ou souffrance ?

Charlotte.
Elle hante son auteur, David Foenkinos,
Elle le possède,
Le guide à travers les vestiges de son passé,
Le charge de se souvenir.
Drame ? Ou réalité ?

par Jay117
Les Piliers de la terre Les Piliers de la terre
Ken Follett   
J'ai beaucoup aimé ce roman, 1000 pages qui passent trop vite. Histoire passionnante, de nombreux rebondissements, personnages qu'on suit avec plaisir.
Le dictateur et le hamac Le dictateur et le hamac
Daniel Pennac   
Ce serait l'histoire d'un dictateur d'un pays d'Amérique du sud qui se ferait remplacer par un sosie qui à son tour se ferait remplacer par un sosie et ainsi de suite. En prime, un auteur qui s'interroge sur ce qu'il écrit et sur le lien évident entre son histoire et le Dictateur de Chaplin.
Exactement le genre de livre qui m'insupporte. Lire l'auteur qui s'interroge sur ce qu'il écrit, qui intervient sans cesse dans le récit etc.. m'énerve. De plus, il s'agit plus d'une succession de chapitres que d'un roman (normal, ce n'est pas sensé en être un). Bref le seul résultat positif de cette lecture, c'est qu'on a envie de revoir le film de Chaplin. C'est vraiment là le seul intérêt que j'ai trouvé à ce livre. Fans de Malaussène, abstenez-vous !

par Erorl
Y : le dernier homme, Tome 5 : Alliance contre nature Y : le dernier homme, Tome 5 : Alliance contre nature
Pia Guerra    Brian K. Vaughan   
Dans la continuité des premiers, ni plus, ni moins.
Plus j'avance dans cette bande dessinée, plus je regrette de n'avoir pas plus de culture cinématographique car je pense qu'en réalité, là se trouve toute l'essence de ces comics. En effet, si j'ai pu repérer quelques références, je sais que je n'en remarque pas le tiers.

par dadotiste
Le Soldat chamane, Tome 3 : Le fils rejeté Le Soldat chamane, Tome 3 : Le fils rejeté
Robin Hobb   
Une saga toujours pas très prenante.

Mais on peut tout de même féliciter Robin Hobb pour le réalisme psychologique de son Oeuvre.

De suivre dans tous ses problèmes un jeune homme obèse, montré du doigt, et déblatéré par les autres.

Une vie dure et injuste, mais tellement vraie.

par NoMu