Livres
461 630
Membres
418 204

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Je voulais que Seth Mortensen me remarque.

- Crois-moi, à moins d'être gay, il te remarquera. Probablement même s'il est gay.

- Je n'ai pas trop l'air d'une pute ?

- Non.

- Ou d'une fille facile ?

- Non.

- Je voulais avoir l'air sexy, mais classe. Qu'est-ce que tu en penses ?

- Je pense avoir suffisamment alimenté ton amour-propre. Tu sais très bien de quoi tu as l'air.

Afficher en entier

(Georgina qui s'adresse à Seth sans savoir que c'est lui son auteur préféré.)

- Il ne fait pas la tournée des librairies par altruisme. Il n'a pas le choix : son éditeur décide pour lui, ripostai-je. Une perte de temps, à mon avis.

Il risqua de nouveau un coup d'oeil dans ma direction.

- Vous trouvez ? Vous n'avez pas envie de le rencontrer ?

- Je ... Si, bien sûr. C'est juste que ... Comprenez-moi bien. Je vénère jusqu'au sol sur lequel il marche et je me sens très excitée à l'idée de faire sa connaissance ce soir. C'est un rêve devenu réalité pour moi. S'il voulait faire de moi son esclave sexuelle, il n'aurait qu'à m'offrir des exemplaires de lancement de ses livres. Mais cette tournée de promotion ... ça lui prend du temps. Du temps qu'il ferait mieux de consacrer à l'écriture de son prochain roman. Vous avez vu comme il nous fait attendre entre chaque livre ?

- Oui. Je l'ai noté.

Afficher en entier

- C'est ton auteur favori et tu ne savais même pas à quoi il ressemblait ? s'étonna Doug.

- Il n'y a jamais de photo de lui dans ses livres ! Et puis je le voyais plus vieux.

Seth devait avoir dans les trente-cinq ans, un peu plus âgé que je ne paraissais dans ce corps, mais plus jeune que l'écrivain quarda que j'avais toujours imaginé.

- Prends les choses du bon côté, Kincaid. Tu as atteint ton objectif : il t'a remarquée.

J'étouffai un gémissement, couchant pitoyablement la tête sur l'épaule de Doug.

Afficher en entier

J'avançai en direction de la maison, mais il m'arrêta.

- Geargina ?

- Quoi ?

- Il y a ... euh ... une dernière chose ...

Je me retournai, pas certaine d'aimer le ton de sa voix.

- Oui ?

- Eh bien, comment dire ... il m'a fait une requête un peu spéciale. (Je haussai un sourcil et attendis la suite) Tu comprends, il s'est fait tout un cinéma sur le Mal et tout ça. Et, quitte à vendre son âme au diable, il aimerait autant perdre sa virginité entre les bras d'une démone ou d'une créature de ce genre.

Même le chien s'arrêta d'aboyer en entendant ça - je vous jure.

- Tu veux rire ... (Hugh ne répondit pas.) Je ne suis pas une ... Il n'en ai pas question.

- Alleeeez, Georgina. Ce n'est pas grand-chose. Quelques effets spéciaux. Une illusion. Tu veux bien ? Fais-le pour moi. (Avec ce ton mélancolique et enjôleur, difficile de lui résister. Je vous ai pourtant dit que c'était un pro.) Je suis vraiment dans le pétrin ... Si tu pouvais m'aider à m'en sortir ... C'est important ...

Je gémis incapable de refuser quoi que ce soit à ces grands yeux pitoyables.

- Si quelqu'un l'apprend ...

- Motus et bouche cousue.

Il poussa l'audace jusqu'à mimer d'une main le geste de fermer ses lèvres à clé.

Je me baissai, résignée. Je défis les brides de mes chausseures.

- Qu'est-ce que tu fais ? demanda-t-il.

- C'est ma paire de Bruno Maglis préférée. Je ne veux pas qu'elles soient absorbées pendant la transformation.

- D'accord ... mais qu'est-ce qui t'empêche de les recréer après ?

- Ce ne seront pas les mêmes.

- Mais si. Tu peux leur donner la forme que tu veux. C'est idiot.

- Ecoute, tu as envie de discuter chaussures avec moi ou tu préfères que j'aille faire de ton puceau un homme ?

Hugh serra les lèvres et me désigna la maison d'un geste.

Afficher en entier

Exactement six minutes plus tard, je quittai la résidence Miller. Apparemment, patienter trente-quatre années ne développe pas l'endurance.

- Ouah ! T'as fait vite, remarqua Hugh en me voyant traverser la pelouse.

Adossé contre sa voiture, il fumait une cigarette.

- Tu m'étonnes ... T'en as d'autres comme lui ?

Il sourit et m'offrit sa cigarette ; il me regarda de la tête aux pieds.

- Ne le prends pas mal, mais tes ailes, là, ça m'excite vraiment ...

Afficher en entier

- Où vas-tu ce soir ? demanda aimablement Carter.

- A la séance de signature de Seth Mortensen. Et ne change pas de sujet. Je veux tout savoir sur le chasseur de vampires.

- Tu vas coucher avec lui?

- Je... quoi ? (L'espace d'un instant, je crus que l'ange parlait du chasseur de vampires.) Avec Seth Mortensen, tu veux dire ?

Carter exhala de la fumée.

- Bien sûr. Si j'étais un succube avec une obsession pour un écrivain mortel, c'est ce que je ferai. En outre, est-ce que votre camp ne cherche pas continuellement à recruter des célébrités ?

- Nous avons toutes les célébrités qu'il nous faut, intervint Jerome à mi-voix.

Coucher avec Seth Mortensen ? Mon Dieu ! Je n'avais jamais rien entendu d'aussi grotesque. Quelle idée épouvantable ! Si j'absorbais sa force vitale, j'osais à peine imaginer combien de temps s'écoulerait avant son prochain livre.

- Non ! Bien sûr que non ! protestai-je.

- Alors comment comptes-tu t'y prendre pour qu'il te remarque ?

- Pour qu'il me remarque ?

-Oui. Ce type doit voir défiler quantité d'admirateurs. Tu n'as pas envie de te distinguer de la masse ?

La surprise m'envahit. Je n'y avais même pas songé. Est-ce que j'aurais dû ? A cause de ma nature blasée, je prenais plaisir à peu de choses de nos jours. Les livres de Seth Mortensen constituaient une de mes rares sources d'évasion. Devrais-je pour autant essayer de me rapprocher du créateur de ces romans ? Plus tôt dans la journée, j'avais tourné en dérision ses fans de base. Allais-je devenir l'un d'eux ?

- Ben... Je sais que Paige lui présentera probablement le personnel en privé. Il me remarquera à ce moment-là.

- Oui bien sûr. (Carter écrasa sa cigarette dans mon évier.) Je suis persuadé qu'il n'a jamais eu l'occasion de croiser des employés de librairie.

Afficher en entier

"à thétis, très en retard, je sais, mais souvent les choses que nous désirons le plus ne s'obtiennent qu'à force de patience et de haute lutte. c'est une vérité humaine, je pense. même pélée le savait.

seth"

_ il est revenu, tu sais?

_ heins?

levant les yeux de cette dédicace déconcertante, j'aperçus doug dans l'encadrement de la porte.

il fit un signe en direction de mon livre.

_ mortensen. il est de retour à son poste, au café, les mains rivées à son clavier.

je refermai le livre, le serrant fort entre mes mains.

_ dis-moi, doug... tu t'y connais en mythologie grecque?

il grogna.

_ ne m'insulte pas, kincaid.

_ thétis et pélée... étaient bien les parents d'achille, n'est-ce pas?

_ absolument, confirma-t-il d'un air supérieur, c'est l'assurance de quelqu'un qui maîtrise son sujet.

pour ma part, j'essayai de comprendre. pourquoi seth avait-il fair référence au plus fameux guerrier de la terre de troie?

_ tu connais toute l'histoire? me demanda doug, dans l'expectative.

_ quoi? le fait qu'achille ait été un psychopathe dysfonctionnel? oui, j'étais au courant.

_ tout le monde sait ça. moi, je te parle de la partie vraiment intéressante qui concerna thétis et pélée. (je secouai la tête et il pousuivit, sur son ton professoral:) thétis était une nymphe marine et pélée un mortel qui l'aimait. mais quand il est venu lui faire la cour, elle s'est conduite comme une garce.

_ commence ça?

_ elle avait le pouvoir de changer de forme à volonté.

je faillis laisser tomber le livre.

_ quoi?

doug hocha la tête.

_ quand il l'a approchée, elle s'est transformée en toutes sortes de saloperies pour lui foutre la trouille - animaux sauvages, monstres, forces de la nature, j'en passe er des meilleures...

_ que... qu'est-ce qu'il a fait?

_ il a tenu bon. il l'a attrapée et s'est accrochée à elle pendant tout le temps qu'on duré les terribles transformations. quelle que soit la forme qu'elle adoptait, il tenait bon.

_ et après? fis-je d'une voix à peine a audible.

_ elle a fini par reprendre son apparence de femme et elle l'a gardée. ensuite, ils se sont mariés.

j'avais cessé de respirer quand il avait employé l'expression "changer de forme". serrant toujours fortement le livre, le regard perdu dans le vide, je sentis une émotion naître et gonfler en moi.

_ ça va, kincaid? bon sang, tu es vraiment bizarre en ce moment.

je revins à la réalité avec un sursaut. le sentiment s'échappa de ma poitrine, prenant glorieusement son envol. je pus enfin respirer de nouveau.

_ je sais. pardonne-moi. j'au eu pas mal de soucis. (avec une légèreté affectée, j'ajoutai:) je tâcherai d'être moins bizarre à partir de maintenant.

doug parut soulagé.

_ te connaissant, ce n'est pas gagné, mais l'espoir fait vivre.

_ oui, approuvai-je en souriant. l'espoir fait vivre.

Afficher en entier

Hugh: Tu nous as réunis pour nous faire lire un porno biblique?!

Afficher en entier

_ Achève-moi, Doug. Là, maintenant. Mets fin à mes souffrances.

En dépit de mon immortalité, j'étais on ne peut plus sincère.

_ Bon sang, Kincaid, qu'est-ce que tu lui as raconté? murmura Doug.

[...]

_ Ben, j'ai insulté ses lecteurs, expliquai-je à Doug, gardant un oeil sur Paige afin de ne pas attirer son attention avec nos chuchotements. Et je lui ai reproché de ne pas écrire assez vite.

Doug me dévisagea _ j'avais dépassé ses espérances.

_ Ensuite _ ignorant qui il était _ j'ai dis que je deviendrais volontiers l'esclave sexuelle de Seth Mortensen en échange d'exemplaires de lancement de ses livres.

Afficher en entier

L'amour n'est parfait que grâce à son imperfection.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode