Livres
541 524
Membres
572 887

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de ghera : Mes envies

Les Faucons de Raverra, Tome 1 : La Sorcière captive Les Faucons de Raverra, Tome 1 : La Sorcière captive
Melissa Caruso   
Je sais qu’il ne faut pas juger un livre par sa couverture mais ce roman est juste magnifique ! Et ce qu’il y a à l’intérieur est vraiment bien également.
Nous allons suivre l’histoire d’Amalia, jeune femme qui appartient à la noblesse de Raverra. Alors qu’elle n’en a normalement pas le droit, Amalia va se retrouver fauconnière, c’est-à-dire qu’elle va devoir s’occuper d’une puissante sorcière de feu. L’univers créé dans ce roman par Melissa Caruso est absolument fantastique. On va découvrir un monde rempli de magie, où les sorciers vont être utilisés à des fins politiques. Plusieurs questions morales vont être mise en avant et j’ai beaucoup aimé cet aspect.
Les personnages sont tous bien décrits, très différents mais tous attachants. On voit déjà au fil de ce roman une grande évolution de la part des protagonistes et j’ai trouvé leurs relations bien tissées. Rien ne va trop vite, que ce soit au niveau de l’amitié ou de la romance. Je reproche souvent aux romans young adult de prendre de trop gros raccourcis à ce niveau là mais ici ce n’est pas du tout le cas et c’est un point que j’ai énormément apprécié.
L’intrigue, quant à elle, est bien ficelée. Toute une partie de l’histoire va mettre en avant des complots politiques et il y a de nombreux retournements de situations. Certains étaient un peu trop prévisibles mais d’autres m’ont surpris.
J’ai découvert ce roman en français donc dans une traduction de l’américain. L’écriture est fluide mais certains termes sont trop alambiqués (certains sont inventés mais il n’y a pas d’explication c’est dommage).
Enfin, le seul point négatif pour moi dans ce roman est qu’il y a énormément de mise en place dans la première partie du roman. J’ai été un peu perdue avec tous les différents types de magie et leurs pouvoirs associés (un résumé au début du roman m’aurait bien aidé).
Dans le premier tiers du roman environ, j’ai eu du mal à rentrer dans ma lecture car il n’y avait pas beaucoup d’action. Toutefois, j’ai adoré la deuxième partie qui est beaucoup plus addictive.
Par conséquent, ce premier opus est très prometteur car il met en place beaucoup de choses pour la suite de l’histoire. Même si le début m’a moins emballée j’ai adoré la suite de l’histoire qui mêle avec merveille la magie et la politique. Les fans de The Curse de Marie Rutkoski seront séduits j’en suis sure !
Ella et Micha, tome 1 : Jamais sans toi Ella et Micha, tome 1 : Jamais sans toi
Jessica Sorensen   
http://lesreinesdelanuit.blogspot.com/2014/06/ella-et-micha-t1-jamais-sans-toi-de.html

C'est un roman très rapide, qui se lit très vite, les pages se tournent toutes seules, jusqu'au moment où l'on se dit "quoi c'est déjà fini ?!", car oui, on en veut plus, il y a ce petit goût de trop peu.
L'histoire est entraînante car l'on se pose un millier de questions et ce dès les premières phrases du prologue. La narration est à la première personne et à deux voix (j'adore) celle de Ella et Micha. C'est une jolie romance avec des scènes qui, même si elles sont souvent clichées, font leur effet. J'ai aussi été touchée et émue par ces personnages, Ella Daniels jeune femme que j'ai eu du mal à cerner au départ, (je n'ai pas compris toutes ses réactions souvent contradictoires) est au final très attachante, quand à Micha Scott, c'est un sans faute : c'est le beau mec, bad boy, chanteur, protecteur, amoureux, drôle, attachant ...etc. et la liste est longue !!! Encore un qui nous fait pousser des soupirs énamourés ! Ella s'embrase pour lui et on la comprend *soupir*. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, Lila (l'amie d'Ella) et Ethan (le meilleur ami de Micha) sont aussi adorables, d'ailleurs j'aurais bien aimé une petite histoire sur eux ;)

La romance New Adult est vraiment un genre qui me correspond, je ne suis jamais déçue et ce livre me le démontre une nouvelle fois.

par toutoun
Supersaurs, Tome 1 : Les Raptors de paradis Supersaurs, Tome 1 : Les Raptors de paradis
Jay Jay Burridge   
☼ Mon avis ☼

Aujourd'hui, je vous présente un livre révolutionnaire qui m'a été offert lors de la masse critique sur le thème de la jeunesse.
Donc tout d'abord, je remercie babelio et les éditions Robert Laffont ( Jeunesse ) de m'avoir envoyé cet ouvrage exceptionnelle.
Je vais parler du tome 1 de Supersaurs, les raptors de paradis qui a été écrit et dessiné par Jay Jay Burridge.
Supersaurs est un livre évolutif grâce aux illustrations qui prennent vie.
L'auteur a tout prévu grâce à son application gratuite qui permet de scanner les images et de les faire bouger.
On découvre de nombreux détails cachés et le rendu est juste fascinant.
Les lecteurs peuvent déjà intégrer l'univers de ce tome.
Ce récit aborde des sujets sérieux comme la cruauté de l'homme et la maltraitance des dinosaures qui sont traqués puis capturés par des trafiquants.
Dans ce premier tome, les dinosaures sont soit domestiqués soit maltraités ou bien errent dans la forêt à l'état sauvage.
Nous allons suivre Béa, jeune fille de 13 ans qui va assister à de nombreuses situations qui vont bouleverser le cours de sa vie.
Leur randonnée va permettre à cette famille de découvrir autant sur les dinosaures que sur eux-mêmes.
Parfois, les secrets pèsent et sont trop lourds à garder pour soi.
Tôt ou tard, on apprend la vérité et elle fait encore plus mal.
Ce qui est intéressant dans cette histoire sont les différentes espèces qu'on va observer tout au long du parcours.
Je dirais que le seul défaut du livre est le manque d'action au départ pendant les quatre-vingt-dix premières pages j'ai trouvé le temps de lecture long puis l'auteur à corriger ça avec beaucoup de rebondissement inattendu.
J'ai été surprise par la tournure des événements et je peux dire qu'une fois qu'on a fini la lecture, on peut qu'apprécier les moments passés avec les protagonistes.
Un glossaire des différentes espèces est d'ailleurs proposé pour ceux et celles qui aimeraient apprendre davantage sur ces créatures mystérieuses.
Pour ma part, supersaurs est un titre prometteur qui possède un vocabulaire correct et varié.

En conclusion : j'ai passé un agréable moment en compagnie de Béa et de sa famille.
J'ai hâte de découvrir d'avantages de choses sur eux.

par Mangastra
Avec des si et des peut-être Avec des si et des peut-être
Carène Ponte   
J'ai le sentiment de m'être fait, une fois de plus, avoir par un titre trop aguicheur. C'est en partie de ma faute. J'ai la fâcheuse manie de ne me fier qu'à des titres sans chercher à en savoir un peu plus sur le roman au préalable. Pourtant, les jolis titres ne payent pas toujours et Avec des Si et des Peut-être en est le parfait exemple.

Ce roman à la couverture coloré est d'une fadeur absolue. Il se contente en grande partie de reprendre les codes de base de la chick lit, sans rien apporter de nouveau hormis une touche de fantastique qui ne prend pas vraiment. Cette parenthèse farfelue qui ne dure qu'un quart du roman aurait mérité d'être plus approfondie.

Du reste, on se retrouve la plupart du temps avec toute une horde de clichés et stéréotypes à se mettre sous la dent. De Max, la protagoniste elle-même, qui, prof de français, trouve que les jeunes sont forcément de profonds idiots qui n'aiment que Maître Gims et Stromae, en passant par sa colocataire végane et militante indéfectible ou par Julien, le frère homosexuel avec qui la famille – très ouverte – n'a jamais eu de problème. Bien sûr, Maxine (pardon, Max, elle n'aime pas Maxine), fantasme sur son chef, le directeur du collège où elle bosse, et la seule vue de celui-ci suffit même à faire « se dissoudre sa culotte ». Pas de chance cependant, car il semble l'ignorer tandis qu'elle ne rencontre que des hommes étranges aux métiers idiots et affligeants de bêtise. Bref. Vous aurez saisi l'idée.

J'aurais du mal à dire que ce livre est un mauvais roman, il plaira sans doute aux lecteurs qui auront envie d'une lecture légère et sans prise de tête, aux amateurs de romances un peu mièvres mais qui finissent bien, aux fans de happy ends pleines de bons sentiments. Dommage, je ne fais partie de ces catégories qu'avec quelques exigences, et Avec des Si et des Peut-être est; pour moi, d'une banalité bien trop insipide.

https://libellulelivresque.wordpress.com/2018/07/02/avec-des-si-et-des-peut-etre-de-carene-ponte/

par x-Key
Confess Confess
Colleen Hoover   
Confess a été une première de beaucoup de chose pour moi: premier livre New Adult, premier livre de Colleen Hoover..

Ce livre est juste.. ouah. J'avais tellement entendu parler de Colleen que je ne savait plus vraiment quoi penser et là je suis juste épater. L'écriture est tellement fluide et captivante et la dernière fois que j'ai lue une chose comme ça c'était avec Obsidienne l'année dernière (bien que les livres que j'ai lu entre temps soient tops.)

Confess est le mélange parfait de suspens, de romance, de sensualité et d'art. Les personnages sont tellement intrigants et tellement... vivants. Owen et Auburn resteront à toujours gravés dans mon esprit et mon cœur.

L'histoire en elle-même est simple et complexe à la fois. On a un peu d'insta-love mais cela ne m'a pas dérangé pendant ma lecture. Ils sont des personnages troublés juste comme il faut pour les rendre passionnants.

[spoiler]Le combat d'Auburn pour son fils était tellement touchant. Je ne suis pas habitué à ce genre de situation dans un livre, lisant généralement que du Young Adult mais Colleen a réussi à rendre cette situation fluide. Les scène de ''viol'' était froide et l'ambiance parfaitement géré pour la rendre la plus horrifiante possible.[/spoiler]

L'art contenu dans ce bouquin est juste à tomber en plus. Je pouvais parfaitement imaginer Owen à travers ces peintures.

Bref, j'ai tout adoré au plus haut point et j'ai hâte de lire TOUT LES AUTRES LIVRES DE COLLEEN.
Aucune pierre ne brise la nuit Aucune pierre ne brise la nuit
Frédéric Couderc   
Je termine cette lecture plutôt déçue. J’ai acheté ce roman car le libraire chez qui j’ai mes habitudes avait organisé une soirée dédicace avec l’auteur. Le thème des enfants volés en Argentine me plaisait : il y a un bon moment déjà j’avais écouté une émission à ce propos sur France Inter. Hélas, l’histoire n’en m’a pas transportée. L’histoire d’amour des deux personnages principaux est  «culcul » au possible. J’aurais bien aimé que le point de vue de la fillette adoptée soit développé, qu’un retour soit fait sur la « trahison » du mari, son contexte, sa réaction, plutôt que de, c’est mon avis, être si vite balayée. J’esperais un roman plus noir, plus profond. C’est dommage de ne pas avoir été au bout du sujet et des personnages, d’avoir mis du sirupeux avec cette romance, car Frederic Couderc a une belle plume !

par fredmerck
La mort est une femme comme les autres La mort est une femme comme les autres
Marie Pavlenko   
C'est un roman court, qui se dévore en deux petites heures.
J'ai vraiment aimé ce que j'ai lu. Car en plus d'être original et bien narré, c'est bourré d'humour et de sarcasme.

Nous suivons les destins entrecroisés de trois personnes : Emm, Anatole et Suzie. Et chacun de ces trois personnages a su me séduire. Même la Faux m'a beaucoup plu (car oui, elle parle :p ).
Anatole c'est le beau gosse, ténébreux, viril et médecin de surcroît... mais, c'est aussi le Toinole à sa môman. Cette dernière est envahissante au possible, affreusement protectrice et castratrice !
Suzie, c'est une jeune femme que la maladie a prise par surprise. Alors que de belles années étaient encore devant elle. C'est un personnage auquel on s'attache immédiatement. C'est une combattante qui ne se laisse pas aller. Elle est touchante, adorable.
Emm est tout aussi extraordinaire. C'est un personnage haut en couleur, improbable, loufoque, complètement barré, bourré de sarcasme et forcément un brin cynique aussi (qui ne le serait pas à sa place lol). Ses réparties m'ont fait sourire plus d'une fois, pour ne pas dire franchement rire.

Quant à l'histoire, je l'ai trouvée innovante et très agréable à lire. Très bien menée aussi.

En bref ? La mort est une femme comme les autres est une lecture divertissante à souhait.

par toutoun
L'Aliéniste L'Aliéniste
Caleb Carr   
ce roman est génial!! je suis tombé sur ce livre par hasard mais je ne l'ai plus laché une fois commencé!! la psychiatrie étudié dans ce livre est trés intéressante.

par AudreyV
Un(e)secte Un(e)secte
Maxime Chattam   
J’avais des aprioris négatifs sur ce roman. Sur les romans de Maxime Chattam. Sur Maxime Chattam. Je n’arrive pas vraiment à me l’expliquer mais, depuis la lecture des derniers tomes d’Autre-Monde, je le considérais comme un auteur à la recherche d’argent et de célébrité plutôt que soucieux d’écrire de « bonnes histoires » authentiques.

Je ne vais pas vous mentir en disant que cette pensée m’a accompagné toute la lecture d’Un(e)secte et je ne comprenais pas, sincèrement, les nombreux articles élogieux déjà parus, surtout concernant ce côté « effrayants » de nos amis les petites bestioles qui n’apparaît que très subtilement. Je me suis alors posé cette question : Que penserais-je du roman s’il avait écrit par un autre auteur ? »

J’ai alors pris conscience que ce roman contient tout ce que l’on attend d’un thriller. Alors que je me disais « que ce roman est long », je m’aperçois que c’est mon impatience de connaitre la suite qui parle à la place de la raison. Maxime Chattam est l’un des plus grands auteurs, l’un des rares à parvenir à rendre le lecteur dépendant de l’histoire. L’alternance du narrateur entre plusieurs personnes coupe l’intrigue aux moments les plus cruels. Il devient alors très difficile de reposer le roman avant de l’avoir terminé.

L’auteur nous propose deux histoires parallèles qui finissent, comme vous vous en doutez, à se rejoindre aux 4/5 du roman pour conclure ensuite en un dénouement haletant et à couper le souffle. On pourrait regretter une fin « bouclée » en à peine quelques pages mais n’est-ce pas là la marque des plus grands auteurs ? D’être capable de nous tenir en haleine jusque la toute dernière page ? Je ne suis pas certain que la comparaison soit acceptée de tous, mais Maxime Chattam est en train de se mettre au niveau de Mary Higgins Clark, la reine du suspense. Vous rappelez-vous le dénouement de La nuit du renard ?

Les personnages sont attachants et on parvient assez facilement à s’immerger à leurs côtés au point de ressentir leurs émotions respectives. Maxime Chattam a veillé à faire de nous les confidents de ses héros, notamment grâce à ces petites phrases en gras et italique qui nous permettent de connaitre ce que pense les personnages bien plus efficacement que les simples descriptions habituelles.

L’écriture est d’une telle simplicité, mais quelle efficacité. Maxime nous donne cette impression que l’écriture est facile et ne nécessite aucun effort. Et pourtant, il a du passer de nombreuses centaines d’heures à se documenter, se rendre sur le terrain ou bien encore parler à des spécialistes. Les descriptions pourraient sembler simplistes à cause de l’utilisation de phrases courtes, très brèves. Mais je peux vous garantir que cela a un effet beaucoup plus dévastateur sur notre imagination. Surtout quand il s’agit de la découverte du cadavre d’un homme rongé par des insectes (que nous aimerons encore moins pour les dix années à venir).

Malgré l’apparence d’un roman qui fait peur (la couverture est sublime), on se retrouve à lire un thriller exceptionnel où l’auteur, à travers des descriptions simples et des personnages authentiques, parvient à nous tenir en haleine de la première à la dernière page.
0.4 0.4
Mike A. Lancaster   
waou!! ça c'est du livre!!! j'ai franchement trop aimé!!! c'est génial!! ça se lit super facilement et c'est très captivant!! on a vraiment envie de savoir ce qui leur est arrivé!!!
jusqu'a l'esplication dans la grange on se sais pas ce qui se passe et à près on a du mal à y croire mais ça se tient!!
je suis pressée de lire la suite!!

par vivicky

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode