Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Gimlina : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Dernier Homme Le Dernier Homme
Margaret Atwood   
Roman de science fiction, dystopie...on peut apposer différentes étiquettes au roman de Margaret Atwood mais pour moi il s'agit tout simplement d'un monde visionnaire. Visionnaire quand aux avancés technologiques et biologiques d'aujourd'hui qui feront le monde de demain, à travers les manipulations de masses et génétiques qui traduisent les dérives de l'Homme. J'ai ressenti dans cette plume, le fantasme de transposer notre humanité en créant des êtres supérieurs physiquement et intellectuellement. La question est de savoir pourquoi ne pas sauver notre propre espèce avant d'en créer une autre. Mais évidemment je ne peux en dire plus sans spoiler... L'égoïsme de l'être humain est à son paroxysme dans ce récit. Non seulement il s'agit d'un égoïsme défiant l'éthique mais aussi social puisque la population la plus pauvre se voit vivre en marge dans des "plébzones" alors que des privilégiés comme Jimmy "Snowman" dans des "compound". Fascinant, dérangeant mais surtout alarmiste il réuni beaucoup de thèmes cher à l'auteure.
En passant par l'écologie, l'environnement, l'espoir et le désespoir, la romancière éclaire une dimension effrayante d'une réalité: la solitude. Son protagoniste est seul, malgré l'interaction avec cette autre vie humaine, il ne peut communiquer sur ce qu'il a connu et n'y arrivait déjà pas avant la catastrophe. Même en ayant les toutes dernières technologies, les relations humaines n'ont jamais été aussi disparates. Et si nous en prenions le chemin?
Reste quand même à dire que le roman est surtout dans sa première partis un peu ennuyeux.

par Henri-1
Le Temps du déluge Le Temps du déluge
Margaret Atwood   
Un coup de cœur absolu.
Grâce à ce livre, j'ai retrouvé l'envie et la passion de lire.
Des personnages attachants, un thème pourtant souvent utilisé en littérature, mis au second plan pour privilégier des flash-backs addictifs sur la vie sectaire, une écriture fluide et généreuse. J'ai été happée par ce roman qui nous plonge dans un tourbillon d'émotions, de drames, de sentiments et de découverte du monde. J'ai suivi Toby et Ren avec un plaisir fou, ces deux femmes au passé et au présent extraordinaires, à la psychologie poussée et travaillée.
Merci Mme Atwood de m'avoir permis de vivre une telle aventure. Je le conseille à tous les lecteurs avides de dépaysement ! Plongez dans cette bulle à l'écart du monde... Vous ne serez pas déçus !

par Haraar
MaddAddam MaddAddam
Margaret Atwood   
Le moins bon tome des trois, sûrement parce qu'on ne s'inquiète pas pour le groupe des survivants. Et Zéb est un personnage moins subtil et travaillé que les héros des tomes précédents. Cependant, toujours de très bonnes idées - notamment l'émerveillement des Crakers face au monde.

par Laurien
La Servante écarlate La Servante écarlate
Margaret Atwood   
https://jukeboxcornerblog.wordpress.com/

Je ne saurai dire à quel point ce livre me révolte, m'horrifie, me glace le sang... Depuis le début de sa lecture il me trotte dans la tête et me hante.
Margaret Atwood parvient à entretenir le suspens du début à la fin en distillant ses informations au compte-goutte. Tandis que le lecteur se convainc qu'un tel retournement, une telle société ne pourrait pas se mettre en place, l'autrice nous prouve le contraire. Bien sûr, elle a en tête le régime nazi et toutes ses pratiques, l'ex-URSS et cette cruelle séparation que représente le rideau de fer, le terrorisme islamiste montant dans les années 80 mais aussi toutes ces communautés religieuses extrêmes telles que les amishs, les mormons... De cet amalgame historique naît sa finalement très probable République de Gilead.
Le récit couvre trois périodes charnières: avant le changement, la période d'endoctrinement et le présent de l'action. L'héroïne, Defred (Offred en VO) jongle brièvement entre les unes et les autres de façon assez décousue ce qui donne rapidement cette sensation de frustration et d'avidité quant aux informations mais surtout laisse tout le loisir au lecteur de combler les blancs avec toutes les horreurs qu'il peut imaginer.
Le récit à la première personne s'attarde sur le ressenti de Defred. Car il y a ce qu'elle parait et ce qu'elle retient en elle. On la sent littéralement prisonnière de son corps tant on l'a dépossédée de tout: elle n'a plus de nom (Defred est la façon de nommer indifféremment toutes les servantes qui se succèdent chez ce commandant), plus de sentiments (elle les réprime pour ne pas se trahir et survivre dans cette société) et surtout elle ne dispose même plus de son corps. Ce qui lui reste, ce sont ses souvenirs douloureux et lointains, mais néanmoins vitaux, qui pourraient la faire basculer dans la folie si elle s'y attarde de trop et l'éventualité de mettre fin à ses jours si elle en trouve le moyen.
Certains pourront trouver cette femme très lâche, s'attendant à de l'action et des soulèvements à la Hunger Games ou Divergente, moi je la trouve très courageuse et surtout très forte pour endurer tout cela sans craquer. Dans cette société qui brise les individus et où sont entretenues terreur, paranoïa, délation, elle prend bien plus de risques qu'un lâche à sa place. La résistance et la rébellion commencent par là: défier les règles imposées, même les plus petites. Ce traitement réaliste est tout à l'honneur du livre.
Pour finir je parlerai de la série dont j'ai pu voir à ce jour les quatre premiers épisodes. Je la conseille vivement à toute personne qui voudrait vraiment approfondir l'univers et mesurer toute l'ampleur de l'horreur de cette société car elle va jusqu'au bout des choses (ce qu'on pourrait reprocher éventuellement au livre qui ne montre que ce que Defred connait, c'est à dire bien peu). Du point de vue ambiance, elle restitue bien ce sentiment de terreur, d'horreur, d'oppression et de malaise qui est le nôtre lors de la lecture avec en plus un décalage entre avant/après intelligemment accentué par la bande son et la photographie.
An Assassin's Creed series Tome 3 Last Descendants - La chute des dieux An Assassin's Creed series Tome 3 Last Descendants - La chute des dieux
Anath Riveline    Matthew J. Kirby   
Voici la conclusion...on restera un long moment dans les différentes simulations, en compagnie de Vikings et d'Assassins et Templiers bien sûr.
On en apprend plus sur l'inconscient collectif et sur le trident, principalement son véritable pouvoir.
Peut-être que la "bataille finale" est un peu pauvre et courte en comparaison des autres évènements importants.
On fait une nouvelle fois face à des retournements de situations inattendus et le camp des adolescents et des Templiers corrompus n'en ressortira pas indemne.
Une bonne conclusion qui amène à voir bientôt apparaître une suite.

par Nocturis
Killing Eve 1 - Codename Villanelle - Episode 1 Killing Eve 1 - Codename Villanelle - Episode 1
Luke Jennings   
Ne connaissant la série que de réputation et décrite comme un thriller avec un concentré d'espionnage, je n'ai pas pu résister à la tentation de répondre présente pour le service presse dont je remercie BMR de me l'avoir proposé. Car dans ce premier épisode, l'auteur nous offre une promesse alléchante pour capter notre attention pour la suite que je me ferai un plaisir à lire...

Pendant que la vie continue son cours, des gouvernants prennent des décisions de la plus haute importance. Comme décider de "la date de péremption" d'un criminel pris d'une folie meurtrière et qui gène leurs petites affaires. Pour cela, ils ont créé une arme redoutable, efficace et froide comme la mort sans jeu de mot. Villanelle est née après un long et dur parcours fait de sueur, de souffrance et d’entraînements mentalement et physiquement exténuants.

Avant, elle avait un nom, une identité et elle tuait par nécessité mâtinée de plaisir. Aujourd'hui, sous ses habits luxueux, et une tête de femme fatale, elle a un Codename pour l'identifier. Et des noms, elle en a dans chaque ville, pour chaque mission. Noms dont elle se débarrasse, une fois le job fait. Et elle tue sur commande. Sans état d'âme. Elle traque sa cible, exécute le contrat et retourne à sa vie ordinaire jusqu'au prochain ordre de mission...

Dans ce premier épisode de Killing Eve, on assiste à la naissance de Villanelle, cette arme destructrice sans remords, et sa folle traque aux criminels psychopathes. Deux cibles, deux réussites et sans éveiller le moindre soupçon. Une tueuse caméléon qui nous promet pleins de rebondissements pour les prochains épisodes.

Un scénario récurrent certes, mais très réaliste et super addictif dans sa simplicité et son efficacité à nous glacer le sang.

Affaire à suivre...
Killing Eve 1 - Codename Villanelle - Episode 2 Killing Eve 1 - Codename Villanelle - Episode 2
Luke Jennings   
Dans ce deuxième épisode, nous retrouvons Villanelle qui est repartie en chasse pour une nouvelle mission à Londres. Nouvel objectif, nouvelle identité. Le redoutable et charismatique Viktor Kedrin n’a qu’à bien se tenir. Sauf qu’aujourd’hui, Villanelle doit être encore plus vigilante. Eve Polastri du Thames House est à ses trousses ! Cet agent du MI5 n’est pas n’importe qui. Intelligente, observatrice et très consciencieuse. Et n’aura de cesse de se mettre en travers de sa mission. Notre tueuse à gage doit concocter un plan sans faille et veiller à peaufiner le moindre des petits détails.

Réussira-t-elle son premier challenge devant la menace imminente qu’est cette espionne chevronnée ? Car si cette dernière ne connait rien sur elle, bientôt ses crimes n’auront plus aucun secret pour elle. C’est clair qu’elle se donnera les moyens pour décortiquer touts les tenants et aboutissants pour remonter jusqu’à l’assassin.

Ce second épisode met la salive à la bouche. Villanelle met son plan à exécution sans que l’auteur nous donne des précisions sur ce que trame notre tueuse. Et j’avoue qu’elle m’a bluffée à la fin. Son plan était d’une justesse qui suscite toute mon admiration. L’entrée en scène de l’espionne du MI5 donne encore plus de piment à cette mise en bouche.

Eve Polastri est une espionne qui voudrait être prise au sérieux et avoir des missions plus valorisantes que celles qu’on lui attribue. Mais son intuition lui vaudra un challenge qu’elle voudra relever et réussir. Elle est si attachante, car la découvrir hors de son élément et au quotidien auprès de son mari, l’humanise à nos yeux. Quant à Villanelle, elle est égale à elle-même. Toujours à flirter avec le danger et en cherche de sa dose d’adrénaline. Amène et attentionnée vue de l’extérieur mais froide et imperméable à l’intérieur. La seule émotion qu’elle laisse voir dans certains moments de faiblesse, c’est la colère. Elle est méthodique mais n’hésite pas à improviser pour aller au bout de sa folie.

Une bonne entrée en matière, le jeu du chat et à la souris peut commencer ! Une traque qui promet d’être meurtrière !
Mya
After, Saison 3 : After We Fell After, Saison 3 : After We Fell
Anna Todd   
Alors, alors.

J'aime beaucoup Tessa mais je pense que deux ou trois claques dans la figure ne lui ferait pas de mal. Je n'aurais jamais accepté le quart de ce que fait Hardin, sérieusement.
Hardin est souvent ignoble même si à la fin il s'arrange.
J'ai un problème avec After : ça tourne en rond. Dans ce tome, tous ce passe autour du futur déménagement de Tessa à Seattle et d'Hardin qui fait tout pour l'en empêcher. 520 pages pour quelques jours, c'est très long. Les disputes deviennent lassantes, les réconciliations trop courtes même si Tessa ne se laisse plus faire aussi facilement.
Niveau des nouveaux personnages...je sais pas...le père de Tessa, il tombe du ciel. Lillian, pareil, Riley pareil. Même si ces deux dernières ont leur utilité dans la remise en question de Hardin, je sais pas comment expliquer mais ça tombe comme un cheveu sur la soupe. On ne sait pas comment ni pourquoi.
Dans le livre, ça fait ça : je marche dans la rue, je rencontre quelqu'un et je lui déballe ma vie parce que c'est plus facile de se confier à un inconnu.
Bref, les éditeurs auraient dû raccourcir l'histoire, c'est souvent trop long, je me suis même surprise à m'ennuyer dans ma lecture.
Même si j'ai globalement aimé, j'attendais moins de temps mort et une amélioration plus rapide dans le caractère d'Hardin.
After, Saison 4 : After We Rise After, Saison 4 : After We Rise
Anna Todd   
Alors là!! Je tire mon chapeau à cette saga car même si de prime abord Hardin est loin d'être un personnage qui m'a plu, Tessa est à mille lieux d'être une nana qui me convient, je ne sais même pas pourquoi mais j'ai avalé les 3 premiers livres pour ensuite me jeter sur la fanfiction pour terminer l'histoire... Le fait que l'histoire soit à la base sur One Direction, j'avoue que j'en moque comme d'une guigne et ne m'a absolument pas gêner pour connaitre le fin mot de l'histoire!
Et le pire c'est qu'en lisant les premières lignes du premier tome, je me suis dit que jamais j'irai au bout et pourtant je l'ai fait... et de bon coeur en plus! Chez moi, le soir, le matin, en faisant à manger et dans la rue... j'ai tout avalé alors qu'en fait les perso ne me plaisaient même pas^^ alors dans ces cas là, je dis chapeau!! Même si ce n'est pas l'histoire la plus fantastique au monde, je ne sais même pas comment ni pourquoi mais j'ai été embarquée dans le truc du début à la fin alors que le couple Hessa m'a très très fortement barbée et que je les aurai bien claqué l'un comme l'autre des centaines de fois... Surtout Hardin (Harry dans la fanfic^^)... Avaler tous ces pavés (parce que ce sont véritablement des pavés en plus!!) alors que l'histoire est tant alambiquée, je dis bravo!!
Hardin est exécrable au possible, infecte, imbuvable, vulgaire et fracassé, Tessa est juste nunuche et pleureuse tout au long de l'histoire mais j'avoue que le dénouement m'a plu.... Hardin a vaincu ses démons, Tessa va mieux et finalement, ils sont tout mimi tous les deux!!

Bref bref bref... je ne sais toujours pas pourquoi mais j'ai apprécié ;-)
After, Saison 5 : After Ever Happy After, Saison 5 : After Ever Happy
Anna Todd   
OMG. OMG. OMG.
Je suis en train de pleurer de joie.
Excuser moi vraiment pour le vocabulaire que je n'utilise pas souvent mais alors, la fin de cette série est PUTAIN de bien!!!!!!!
Je m'attendais à un fin tristounette ou nos deux tourtereaux se séparent pour le restant de leurs tristes jours.[spoiler]Mais Putain non!!!!
C'est une fin vraiment extrêmement super bien!!!!
On les voit mener leur vie paisible de couple heureux avec deux enfants magnifiques! Et merci, simplement merci pour ce bon moment. Pour une fois, on sait ce que les personnages deviennent[/spoiler]
Je crois que pour moi les deux meilleurs tomes de la série sont le premier et celui-ci.
Bien que les trois autres déchirent quand même la couche atmosphériques et bouleversent les cellules et les glandes lacrymales des gens sur leur passage, ces deux là sont un chef d'oeuvre intergalactique.
Je suis sous le choc, le charme, la libération.
Sérieusement, ça fait parti des meilleurs livres que je n'est jamais lu.
Attention!
Alerte aux âmes sensibles,
Il y a des scènes qui sont comment dire..... chaud bouillantes hein et qui feraient sécher un oasis situé dans le désert. Si le sexe et l'érotisme ne vous tente pas, il s'agit tout de même d'une très belle histoire d'amour passionnante et TRÈS addictive.
Nos deux tourtereaux se font des œillades de loutre en chaleur tout le long et on a l'impression qu'ils ne s'atteindront jamais.
On est dans la tête de nos deux protagonistes préférés comme dans les tomes précédents.
JE T'ADOORE ANNA TODD

par evco34
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4