Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de gismo57 : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Il était une fois, Tome 1 : Nicholas Il était une fois, Tome 1 : Nicholas
Emma Chase   
http://www.my-bo0ks.com/2018/01/il-etait-une-fois-tome-1-nicholas-emma-chase.html

C’était sans doute le roman qui me rendait le plus curieuse possible. Parce que, avouons-le, les romances j’en vois énormément passer et je suis très, très friande de ça, mais une histoire de royauté, prince, héritage et cie, ça, ça ne court pas les rues du moins en roman.

Il était une fois, tome 1 : Nicholas avait donc déjà tout pour lui avant même de le commencer. Et je vous avoue également que je suis fan de la couverture. Sobre, classe et juste un soupçon de sexy de quoi rendre curieuse tout en restant dans le mystère !
Je n’avais encore jamais lu de roman d’Emma Chase (oui, oui, c’est possible) mais j’en avais entendu le plus grand bien. Une chose est certaine, l’auteure sait dès le début captivé son lecteur. Je me suis très rapidement mise dans l’ambiance d’Il était une fois. Dois-je préciser que ce thème me fait rêver dès qu’il y a un peu de « paillettes » ? J’ai trouvé intéressant de découvrir l’envers du décor avec la Reine, les règles et les contraintes d’un tel statut.

Pour tout vous dire, lorsque j’ai lu ce premier tome, Nicholas, j’ai assez rapidement repensé à Princesse malgré elle et tout dernièrement A Christmas Prince sur Netflix. Quand je vous dis que je suis une fan de ce genre d’histoire, je ne vous mens pas… Quoiqu’il en soit, j’ai de suite été dans l’ambiance. Emma Chase nous offre une histoire de Cendrillon des temps modernes avec juste ce qu’il faut pour être émerveillé.
Parlons maintenant personnages. Olivia est une héroïne attachante, douce et d’une gentillesse sans limite. Elle fait tout pour aider sa famille, son père, son héros mais aussi sa jeune sœur. Son caractère facile et son aisance ne l’empêcheront pas de remettre à sa place un homme et encore moins un Prince.
Ce Prince n’est autre que Nicholas. Avec le décès de ses deux parents, il est le futur roi de Wessco une fois que sa grand-mère, la Reine ne sera plus là. Des responsabilités auquel il a été préparé toute sa vie. En revanche, il est dans l’obligation de se trouver une épouse dans les trois mois qui viennent. Une épouse digne de la couronne et validée par la Reine actuelle. Une tâche des plus compliquée qu’il compte bien retarder au maximum. Lors d’une escapade dans le but de retrouver son frère Henry à New-York, il va faire une rencontre qui pourrait tout changer.
Concernant sa personnalité je suis un peu plus sur la réserve. Certains points m’ont fait grincer des dents à quelques reprises. Si j’ai aimé le côté responsable, attentionné et sur de lui, le reste m’a un peu fait l’effet d’un goujat par excellence. Pour le côté romantique, c’était un peu limite et c’est surtout ce qui m’a manqué. Des scènes de sexe assez répétitive, au détriment des moments romantiques et mignons.
La relation Olivia/Nicholas nous offre son lot de retournements. Leur rencontre des plus originales m’a vraiment amusé et l’humour reste présent tout au long de leur relation. C’est rafraîchissant et apporte vraiment de la légèreté. Eux qui ne s’attendaient pas à passer plus de trois mois ensemble, auront bien du mal à se séparer.
Autre point fort du roman et pas des moindres c’est le côté famille. D’abord, Olivia avec son père et sa sœur, dont les liens sont très forts et m’ont beaucoup touché mais aussi et surtout la relation Nicholas/Henry. Les deux frères sont radicalement différents et affrontent la vie de façon assez opposée. Pourtant, ils se soutiennent et nous offre de beaux moments. L’humour d’Henry m’a d’ailleurs vraiment conquise. Il ne va pas sans dire que j’ai hâte de le découvrir dans le second tome…
En conclusion, Il était une fois, tome 1 : Nicholas m’aura fait rêver et croire aux contes de fées modernes sans pour autant tomber dans l’excès. Je conseille donc volontiers cette série !

par Carole94P
Déracinée Déracinée
Naomi Novik   
D'après le résumé, j'attendais plus ou moins une romance du style 'La belle et la bête', avec un homme qui se transformerait en dragon les nuits de pleine lune...
Et bien pas du tout !! Déjà, pas de vrai dragon dans ce roman, juste un magicien très puissant, caractériel, grognon, et franchement asocial. En plus, la belle n'est pas vraiment belle, et plutôt que de faire tapisserie, elle se révèle courageuse, têtue et forte.
C'est en fait un très très bon livre de fantasy, qui allie de formidables personnages, une mission remarquable , et une action haletante. A lire !!!

par Migabo
La Jeune fille suppliciée sur une étagère La Jeune fille suppliciée sur une étagère
Akira Yoshimura   
Ce roman est une découverte de cet auteur japonais que j'ai choisi au gré de mes déambulations dans une médiathèque. le résumé et le titre m'ont immédiatement attirée et intriguée. l'écriture est vraiment très belle voire poétique, et nous parait survoler avec facilité l'histoire d ces deux nouvelles.
J'ai vraiment été étonnée par la première nouvelle ou le narrateur n'est autre que cette jeune fille décédée, qui assiste à sa propre autopsie, a la fin de sa vie, de son âme, et qui nous raconte tout ce qu'elle voit et ressent.
En revanche à côté de cela j'ai trouvé la seconde nouvelle beaucoup plus plate en comparaison, et m'y suis beaucoup moins régalée.

Ces nouvelles ne sont pas de l'horreur a l'état pur comme Masterton ou King selon leurs œuvres, mais il est vrai que les descriptions sont très poussées.

Sans être un coup de cœur, c'est une belle découverte.

par nataly
Le Grand Tremblement de terre du Kantô Le Grand Tremblement de terre du Kantô
Akira Yoshimura   
ce livre est un docu-fiction, les tableaux de chiffres sont je dois le reconnaître parfois indigestes. Mais en passent outre, l'histoire est raconter de façon très cru, réel,impitoyable, on passe par toutes les émotion possible; tristesse horreurs colère et même parfois de la haine. Il ne laisse pas indifférent, si vous souhaiter vous documenter ou même simplement en savoir plus les conséquences de ce tremblement de terre je vous le conseil fortement.

par gismo57
Naufrages Naufrages
Akira Yoshimura   
"Naufrages" est un des meilleurs romans que j'ai eu entre les mains ces dernier mois, et pourtant j'avais quelque appréhension à entamer sa lecture. Il faut dire que le thème des naufrageurs n'est pas très engageant et j'avais gardé un souvenir lugubre de la lecture d'un autre roman traitant du sujet : "l'auberge la Jamaïque", qui est cependant un excellent récit. Mais nous sommes loin ici de l'univers romanesque de Daphné du Maurier. Akira Yoshimura nous propose un conte philosophique d'une grande finesse, basé sur l'éternel problème de la nécessité de survivre dans un milieu hostile. Les naufrageurs japonais de cette histoire - qui se situe en des temps non déterminés mais vraisemblablement anciens d'après le mode de vie - ont recours à divers stratagèmes verbaux pour se donner bonne conscience : ils se réfèrent souvent au respect de la tradition, utilisent un vocabulaire qui minimise l'horreur de leurs actes, et vont même jusqu'à rendre grâces à des divinités qui font "venir" les bateaux.... Fine observation de l'âme humaine ! L'auteur ne juge pas et je me garderai bien de le faire, car force m'est de constater que j'ai eu de l'empathie pour ces villageois aux cruelles moeurs d'un autre âge et je me réjouissais à l'énumération de leur butin. Mon coeur de lectrice totalement immergée dans sa lecture a été plus d'une fois partagé entre la compassion et l'horreur, et j'ai constaté, comme bien souvent, que celui qui raconte son histoire, ou celui dont on raconte l'histoire, gagnera le coeur de celui qui l'écoute, contrairement à ceux qui restent anonymes et muets, comme c'est ici le cas des naufragés. Là encore, fine observation de l'âme humaine, cette fois celle du lecteur tout doucement conduit par l'auteur à être lucide sur lui-même : "Et toi, que ferais-tu ?" semble demander Yoshimura ... On voit aussi dans l'histoire que le goût des rapines gâte l'entendement et la prudence et qu'on en vient à bouffer à tous les râteliers, parfois avec une funeste précipitation. Je n'en dirai pas plus sur l'intrigue pour ne pas spoiler. Parlons de l'écriture - et donc de la belle traduction de Rose-Marie Makino-Fayolle - simplement pour louer son charme poétique et la construction collée au rythme des saisons. L'auteur ne se contente pas de raconter les forfaits des villageois mais aussi leur vie honnête et laborieuse, très dure, de marins pêcheurs, leur mode de vie et leurs coutumes comme leurs techniques de pêche et leurs moeurs amoureuses et maritales, leur pratique religieuse, mélange de bouddhisme et d'animisme, etc. Il raconte aussi l'esclavage volontaire de ceux qui se vendent à des patrons, ou vendent leurs enfants pour de longues périodes allant jusqu'à dix ans. Akira Yoshimura raconte l'unité et la solidarité, la répartition équitable des richesses, l'obéissance aux chefs, la rudesse des parents envers leurs enfants, la pauvreté extrême. Ah, mais on dirait que j'en dis trop... Un dernier mot pour vous dire que ce terrible conte est plein de poésie grâce à l'écriture de son auteur, avec beaucoup de projection des sentiments et des émotions sur la nature environnante, décrite dans un style très visuel, très "cinéma japonais". Bref, j'ai grave kiffé !

par Fiametta
Geisha Geisha
Arthur Golden   
Le film m'ayant plus j'ai voulu lire le livre dont avait été tiré le film. Les décors, les coutumes, tout un univers de femme à la fois magique et complexe. Magnifique livre ...

par Ella
Shinobi Shinobi
Fūtarō Yamada   
Très belle histoire digne de Roméo et Juliette alors que les ninjas sont censé faire abstraction de leur sentiments, des personnages originaux tout aussi attachant l'un que l'autre.
Se n'est pas un coup de coeur, mais mérite quand même le détour =D
Spice & Wolf, Tome 1 (Roman) Spice & Wolf, Tome 1 (Roman)
Isuna Hasekura   
Lien de l'avis : http://theshadowbooks.blogspot.fr/2015/08/spice-and-wolf-1-isuna-hasekura.html

Spice and wolf fait partie des premiers light novels a vraiment sortir en France, et est avec Sword Art Online l’autre titre phare de l’éditeur Ofelbe (un grand merci a eu pour l’envoi). J’ai déjà pu découvrir cette série grâce au manga disponible chez Ototo Manga, mais aussi à travers l’anime (totalement différent). Que cache le style d’Isuna Hasekura ?

Lawrence Kraft est un jeune marchant itinérant qui au détour d’un passage dans l’une des villes va rencontrer Holo, une jeune fille qui se dit être la déesse louve de la moisson, rien que cela ! Elle de prouvera rapidement à Lawrence ses dire, puisque grâce à un tribut de blé, elle possède le don de se transformer en loup géant. La jeune fille désire simplement rentrer dans ses contrées, au nord du monde. Endroit qu’elle a quitté il y a bien des années et qu’elle aimerait revoir, puisqu’elle ne trouve plus sa place en tant que déesse de la moisson dans ce petit village qui a vu ses techniques modernisés grâce à la pratique de l’église. (Le monde de Spice And Wolf est dirigé par une trinité : Marchand – Armée – Eglise). Lawrence veut quant à lui gagner assez d’argent grâce au marchandage pour ouvrir sa propre échoppe et ainsi se poser dans sa vie et fonder une famille. Comment ce passeront les aventures de nos deux personnages qui décident de faire une partie du chemin ensemble (même une grande, puisque Lawrence promet de ramener Holo dans le nord !) ? Arriveront-ils à accomplir leurs désirs ?

Quand j’ai lu le manga, j’ai rapidement eu envie de découvrir le style de l’auteur, qui a su créer un univers complexe et complet. En effet, il ne faut pas s’attendre à voir un roman bourré d’actions, vous en serez complètement dessus ! Ici nous avons le temps de vivre, et nos personnages aussi. Le roman est plutôt une tranche de vie. Lawrence va expliquer la presque intégralité du fonctionnement de son pays à Holo, et surtout son domaine de compétence, à savoir le commerce et la notion de monnaie. Ici vous aurez droit à des explications sur les échanges, le cours de l’argent, les conflits diplomatiques entre les différentes caisses de commerce, les spéculations sur les futurs cours de monnaies… Bref des choses assez complexes, et qui peuvent être longues et rébarbatives pour certains des lecteurs. Il faut donc avoir cela en tête quand l’on se lance dans cette lecture.

Outre les périples de nos marchands, l’histoire se place aussi surtout sur leurs problèmes, Lawrence saura-t-il faire les bons choix sur ses ventes et achats ? Il pourra compter sur le flair de notre louve qui peut ressentir les mauvaises intentions et du coup les mensonges. Mais cela ne l’empêchera pas de se mettre dans certaines situations assez tordues et qui lui demanderaient tout son savoir-faire le plus fin pour s’en sortir ! Une grosse partie de l’histoire tourne aussi autour de la relation entre nos deux protagonistes.

En conclusion, une histoire tranquille qui avance à son rythme, complet sur les méthodes d’échanges monétaires. Déconseillé pour les gens qui sont adaptés des histoires qui bougent, ici vous ne trouverez vraiment pas votre bonheur et vous risqueriez de vous ennuyer. Mais si l’histoire vous plait, il est possible pour voir de vous tourner vers l’adaptation en Manga, qui est plus que fidèle en tout point à l’œuvre du Light Novel, mais qui est aussi plus condensé et agrémenté de dessins qui accélèreront le rythme ! Pour ma part, j’ai hâte d’arrive au stade ou le roman en France dépassera du coup le manga (11 tomes actuellement) pour ainsi découvrir l’histoire de Lawrence et Holo de manière inédite !
Overlord, Tome 1 : Le Roi mort-vivant Overlord, Tome 1 : Le Roi mort-vivant
Kugane Maruyama   
Un récit qui dépasse les frontières de la réalité virtuelle pour nous plonger au coeur d’un mystérieux monde où la vie semble bien réelle.
Une saga qui se distingue des autres titres du genre grâce à toute la singularité de son personnage principal : un seigneur nécromancien mort vivant aussi machiavélique que puissant !
Une intrigue captivante et immersive qui prend ses lecteurs à contre-pied en les invitant à partir à la conquête d’un monde inconnu aux côtés... des forces du mal !

par Vincenzo
Sortie parc, gare d'Ueno Sortie parc, gare d'Ueno
Yu Miri   
Très sombre, une critique du Japon sévère mais juste. A lire cependant.

par gismo57