Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Givres : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
La Rédemption du marchand de sable La Rédemption du marchand de sable
Tom Piccirilli   
Plus qu'une enquête ou un thriller le roman plonge avant tout dans la psychée d'Eddie Whitt qui traque inlassablement Killjoy le tueur de sa fille qui depuis le meurtre lui écrit des lettres étranges. Il se retrouve seul contre tous y compris les autres victimes à qui Killjoy, qui ne tue plus, "rend" de nouveaux enfants qu'il a cette fois arraché à leurs funestes destins familiaux dans une forme de désir de rédemption. Le tueur en série devient bienfaiteur alors que le père meurtri cherche toujours sa mort.

Une plongée dans la folie et la tristesse d'un père perdu qui ne continue de vivre qu'à travers la traque et le souvenir de ce qu'il a perdu.

Admirablement bien écrit. Très "psychologique". La lecture m'a touché bien qu'on soit très loin des standards du thriller.

Un livre qui remue et tient en haleine jusqu'aux toutes dernières pages.

par mika1204
Je suis la reine Je suis la reine
Anna Starobinets   
Franchement, j'ai adoré toutes les nouvelles de ce roman ce qui confirme que je suis fan des éditions Mirobole car en général je n'accroche pas trop aux nouvelles.

La nouvelle la plus longue, celle qui donne son nom au roman est vraiment horrible et franchement bien pensée. Le dénouement est génial, enfin je veux dire horriblement glauque. On suit un enfant qui n'est plus vraiment lui-même, est-il encore un enfant ou bien la Reine ? On se le demande ?

Les six nouvelles se lisent vraiment vite, il faut dire que l'écriture est vraiment agréable et qu'en général on veut savoir le fin mot de l'histoire pour découvrir jusqu'où va la folie des personnages. Car on ne sait jamais si c'est de la folie, de la SF, du fantastique ou autres choses...
La dernière histoire est sur un ton plus léger voire même un peu comique et finit très bien ce recueil de 200 pages.

J'ai hâte de lire son roman Le Vivant pour voir de quoi elle est capable dans un format plus long.


par M-a_n_o-n
Aradia, tome 1 : Aara Aradia, tome 1 : Aara
Tanith Lee   
Dans un monde en guerre, Aradia fera tout pour survivre quoi qu'il lui en coûte !

par Elhyandra
Aradia, tome 2 : Thenser Aradia, tome 2 : Thenser
Tanith Lee   
Aradia poursuit son combat pour vivre son rêve et sauver sa vie ainsi que celle de l'homme qu'elle aime !

par Elhyandra
Peste Peste
Chuck Palahniuk   
Un pur régal !
Ce livre est de la dynamite ! Déjà le style est singulier et atypique !
Palahniuk nous ouvre les portes d'un monde glauque et bien crade par l'intermédiaire de témoignages parfois farfelues, parfois controversés...

C'est aussi cette capacité chez l'auteur à faire parler une multitude de personnages de manières bien distinctes qui m'a complétement enthousiasmé !

Peste est un mélange aussi de genre incroyable. Un genre d'"Urban SF" où se mêle l'horreur et donc le fantastique car s'il est question de morsures, de diurnes et de nocturnes, il y a aussi cette histoire de voyages dans le temps et de transferts qui pousse directement le roman dans la science-fiction.

Vous aurez compris en lisant "Peste", vous risquez de vous embarquez dans un étrange périple !

Et pour sûr, vous n'en sortirez pas indemne mentalement !

Note globale : 18,5/20

http://jldragon.over-blog.com/2015/04/peste-de-chuck-palahniuk.html

par JLDragon
Le Pape, le Kid et l'Iroquois Le Pape, le Kid et l'Iroquois
Anonyme   
Et un énième bijoux de la part d'Anonyme! L'association des "grands méchants" avec les gentils contre l'ennemi pourrait être considérer comme du déjà vu, mais revisiter par Anonyme ça donne un livre percutant, noir, déjanté, plein de suspense et terriblement addictif! A lire sans hésitation!
Le Livre de la mort Le Livre de la mort
Anonyme   
Voilà enfin la quatrième aventure du Bourbon Kid tant attendue! Violent, con, drôle, vulgaire, et parfois même touchant! Ce dernier tome est une réussite totale et complète, un savant mélange d'humour et de déchainement de violence pour mon plus grand plaisir! Peut-être bien mon préféré de cette saga hors du commun. Ce bouquin ce n'est que du pur plaisir !
Le Cimetière du diable Le Cimetière du diable
Anonyme   
Bon j'aime toujours cette ambiance bien particulière des aventures du Bourbon Kid et je reste fan ! cependant j'étais un peu déçue de ne pas avoir la suite directe de l'oeil de la lune... mais bon, j'ai aimé suivre d'un peu plus près Sanchez et Elvis et certains personnages de ce tome étaient attachants comme Emily... pour l'instant c'est peut être le tome le moins "bon"... j'ai hâte de retourner à Santa Mondega !!!

par Lilou
L'Œil de la Lune L'Œil de la Lune
Anonyme    Diniz Galhos   
qui a dit que les suites étaient nulles??? Notre ecrivain anonyme preferé nous montre le contraire dans ce nouveau tome. Enfin on en apprends un peu plus sur notre bon bourbon kid, mais pas seulement, on retrouve toute notre fine equipe (moins les quelques milliers de mort du premier tome...) toujours à Santa Mondega. Une momie pas contente du tout arrive pour recuperer l'oeil de la lune, attention âmes sensibles s'abstenir!!!!!!! Une pure merveille comme le premier...
Vivement le tome 3 qui normalement sortira courant juin 2011...

par bamby114
Le Livre sans nom Le Livre sans nom
Anonyme   
Alors voila, je viens de le finir, et bien... Franchement, je m'attendais à mieux. Là à nouveau, le résumé n'y est pas pour rien. Encore un résumé racoleur, bien appétissant, laissant entendre des merveilles... uniquement pour appâter le lecteur potentiel. Alors soit, l'auteur aime parler de films. Mais il n'y a rien de cinéphile là-dedans, juste pas mal de box-office cités ou pris pour exemples, une fois dans le roman, pour des détails, ça ne justifie pas une remarque dans le 4e de couverture. Mais enfin bref.
Ce résumé est donc approximatif, ressemble plus à une énumération de ce pourquoi "ce livre va plaire au plus grand nombre", sans vraiment parler de l'intrigue.
.
L'intrigue est la suivante :
.
Une mystérieuse pierre précieuse a été dérobée à ses protecteurs ; un joyaux qui semble attirer les convoitises. Dans la ville de Santa Mondega, le calme cède peu à peu à une angoisse lourde et muette, à mesure que ses habitants voient se profiler à l'horizon une réitération des horreurs parvenues cinq années auparavant, lorsque le Bourbon Kid est passé. Peu à peu, les acteurs entrent en scène, ici, pas de place pour les lâches ou les pieds-tendres. Cette ville n'a jamais fait de cadeaux aux faibles, et ce qui va s'y dérouler, jusqu'à la prochaine éclipse, aura l'odeur du sang et des tripes.
.
Alors, j'ai trouvé donc, comme le laisse entendre le 4e de couverture, que c'était bien trash et violent. Mais pas dans le bon sens du terme. Rien à voir avec Robert Rodriguez, ou Tarantino. Non, la beauté de la mise en scène, ou l'illustration de la caricature, n'est pas présente. L'écriture est très médiocre, parfois vulgaire sans intérêt, à tel point qu'on a l'impression que cette façon de narrer est inhérente à l'auteur, qui parle comme ça couramment.
Alors le scénario, certes, est d'enfer. On reste accroché, et on n'est pas déçu (sauf par la fin, pour ma part, un peu...) ; le mystère est là, et il y reste jusqu'à la fin. On patauge, on se pose des questions, on réfléchis...
Mais hélas, les personnages sont trop identiques dans leur caricatures, tellement saturés par la coloration de leurs traits de caractère qu'ils en deviennent ridicules. Le réalisme est pourtant là, parfois, et on sent que le récit pourrait être bien mieux rendu. Mais cette envie de donner du sang, de la violence, et du méchant avant tout gâche un peu le plaisir.
.
En bref, rien qui ne soit vraiment exceptionnel. Original, ça oui, très. On ne voit pas un livre comme ça tous les jours, et rien que pour ça, ça vaut le détour. Mais l'intérêt n'est que là ; dans l'exagération caricaturale de tarantinoïsme, et dans le scénario polar-fantastique peu profond, mais bien caché.

(EDIT : le début est clairement pompé sur le film "Desperado")