Livres
573 039
Membres
632 985

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Whale 2012-10-26T13:46:59+02:00

Tiens , si tu avais le choix au moment des élections entre trois candidats: le premier à moitié paralysé par la polio, souffrant d'hypertension, d'anémie et de nombreuses pathologies lourdes, mentant à l'occasion, consultant une astrologue, trompant sa femme, fumant des cigarettes à la chaîne et buvant trop de martinis; le deuxième obèse, ayant déjà perdu trois élections fait une dépression et deux crises cardiaques, fumant des cigares te s'imbibant le soir au champagne, au porto, au cognac et au whisky avant de perdre deux somnifères; le troisième enfin un héros de guerre décoré, respectant les femmes, aimant les animaux, ne buvant qu'une bière de temps en temps et ne fumant pas, lequel choisirais-tu? Servaz sourit.

_Je suppose que vous vous attendez à ce que je réponde le troisième?

_Et bien bravo, tu viens de rejeter Roosevelt et Churchill et d'élire Adolf Hitler. Tu vois: les choses ne sont jamais ce qu'elles paraissent.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LetItBurn 2015-01-17T15:25:00+01:00

Bien sûr, Servaz avait aussi croisé un grand nombre de gens compétents et efficaces à la direction générale. Ceux-là se mettaient rarement en avant. Et ils arboraient encore plus rarement la dernière mode en matière de cravates. Il se remémora en souriant la théorie d'Espérandieu: son adjoint estimait qu'à partir d'un certain taux de costards-cravates au mètre carré on entrait dans ce qu'il appelait la "zone de compétence raréfiée", encore nommée par lui "zone des décisions absurdes", "zone du tirage de couverture à soi" ou "zone des parapluies ouverts".

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-03-18T19:55:41+01:00

Son adjoint estimait qu'à partir d'un certain taux de costards-cravates au mètre carré on entrait dans ce qu'il appelait la "zone de compétence raréfié", encore nommée par lui "zone des décisions absurdes", "zones de tirage de couverture à soi" ou "zone des parapluies ouverts".

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2014-02-18T22:41:04+01:00

La psychiatrie est la plus grande escroquerie du X X ème siècle. Regardez les médicaments qu'ils utilisent: ils ne savent même pas pourquoi ça fonctionne! La plupart ont été découverts par hasard dans d'autres disciplines!

Afficher en entier
Extrait ajouté par Whale 2012-10-26T13:45:20+02:00

- La folie est contagieuse, répondit Servaz. Comme la grippe. Voilà une chose que les psychiatres auraient dû comprendre depuis longtemps.

- Contagieuse ? fit Marchand dérouté.

- Elle ne saute pas d’un individu à l’autre comme la grippe, précisa Servaz. Mais d’un groupe de population à un autre. Elle contamine toute une génération. Le vecteur du paludisme, c’est le moustique. Celui de la folie, ou du moins son vecteur préféré, ce sont les médias.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Whale 2012-10-26T13:44:36+02:00

Les tribunaux nous demandent de résoudre à leur place le dilemme moral qu’en vérité, personne n’est capable de trancher : comment être sûr que les dispositions prises à l’égard de tel ou tel individu dangereux répondent aux nécessités qu’impose la protection de la société sans porter atteinte aux droits fondamentaux de cet individu ? Personne n’a la réponse à cette question. Aussi les tribunaux font-ils semblant de croire que les expertises psychiatriques sont fiables. Ca ne trompe personne, bien entendu. Mais ça permet de faire tourner la machine judiciaire perpétuellement menacée d’engorgement tout en donnant l’illusion que les juges sont des gens sages et que leurs décisions sont prises en connaissance de cause ­ ce qui, soit dit en passant, est le plus grand de tous les mensonges sur lesquelles nos sociétés démocratiques sont fondées

Afficher en entier
Extrait ajouté par Patrick-162 2021-11-13T10:44:22+01:00

Il se remémora en souriant la théorie d'Espérandieu : son adjoint estimait qu'à partir d'un certain taux de costards-cravates au mètre carré on entrait dans ce qu'il appelait la " zone de compétence raréfiée", ...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Diamond03 2021-05-04T19:23:15+02:00

" - Vous croyez que mes crimes rendent vos mauvaises actions moins condamnables ? Vos petitesses vos vices moins hideux ? Vous croyez qu'il y a les meurtriers, les violeurs, les criminels d'un côté et vous de l'autre ? C'est cela qu'il vous faut comprendre : il n'y a pas une membrane étanche qui empêcherait le mal de circuler. Il n'y a pas deux sortes d'humanité. Quand vous mentez à votre femme et à vos enfants, quand vous abandonnez votre vieille mère dans une maison de retraite pour être plus libres de vos mouvements, quand vous vous enrichissez sur le dos des autres, quand vous rechignez à verser une partie de votre salaire à ceux qui n'ont rien, quand vous faîtes souffrir par égoïsme ou par indifférence, vous vous rapprochez de ce que je suis. Au fond, vous êtes beaucoup plus proches de moi et des autres pensionnaires que vous ne le croyez. C'est une question de degré, pas une question de nature. Notre nature est commune : c'est celle de l'humanité toute entière."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marie62743 2021-01-03T19:03:38+01:00

- Quinze ans... L'âge où l'on découvre qui on est vraiment.. l'âge des amitiés pour la vie... l'âge de l'éveil sexuel aussi, dit Servaz.

- Et l'âge des premiers crimes, ajouta Ziegler en le regardant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SylvieDarjeeling 2020-12-11T21:00:17+01:00

Le message était clair : on pouvait toujours assassiner un pharmacien et le pendre à poil sous un pont, mais on ne pouvait pas décapiter le cheval d'un des hommes les plus puissants de France.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode