Livres
418 861
Membres
333 687

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Globalia



Description ajoutée par anonyme 2009-08-14T22:51:26+02:00

Résumé

L'univers de Jean-Christophe Rufin pourrait être celui d'un Nouveau Monde. Une démocratie compartimentée, régie par un calendrier où chaque jour a sa valeur, habillée de bulles de verre, assurant une température agréable et idéale toute l'année ; des indicateurs au service d'une protection sociale où dominent psychologues et officiers ; la volonté de faire perdurer les existences ; une prospérité ad vitam aeternam pour tous et tout le monde au pas. En somme, en apparence ça pourrait aller plus mal ! Seulement voilà, ce monde nouveau, calibré, mesuré, étudié, encadré est bien ennuyeux. On y bannit le passé, on y surveille la pensée, on contrôle les sorties du territoire, on montre du doigt les réfractaires. Tel est le prix et le revers de l'uniformisation. Un prix difficilement supportable pour Baïkal Smith qui tenterait bien l'aventure ailleurs, avec ses risques et périls. Globalia vaut donc bien Big Brother et 2004 revêt des allures de 1984. Sur les traces d'Orwell, mais pleinement inscrit dans son temps, Jean-Christophe Rufin épingle les travers de nos modernités, en proie aux totalitarismes. Non sans exagération, non sans drôlerie. L'écrivain, également estampillé "médecin sans frontières" (et Goncourt 2001 pour Rouge Brésil) se fait altermondialiste de la littérature. Avec un brio décapant, entre culture et intelligence.

Afficher en entier

Classement en biblio - 175 lecteurs

Or
34 lecteurs
PAL
39 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Kyriaan 2014-06-26T22:17:11+02:00

"Globalia, où nous avons la chance de vivre, proclamait le psychologue, est une démocratie idéale. Chacun y est libre de ses actes. Or, la tendance naturelle des êtres humains est d'abuser de leur liberté, c'est-à-dire d'empiéter sur celle des autres. LA PLUS GRANDE MENACE SUR LA LIBERTÉ, C'EST LA LIBERTÉ ELLE-MÊME. Comment défendre la liberté contre elle-même? En garantissant à tous la sécurité. La sécurité, c'est la liberté. La sécurité, c'est la protection. La protection c'est la surveillance. LA SURVEILLANCE, C'EST LA LIBERTÉ."

-Arrêtez, gémit Baïkal.

Il avait déjà entendu cette présentation, jusqu'à la nausée. Elle était accompagnée d'une animation en images de synthèse représentant un être humain virtuel, souriant béatement et mimant avec une écœurante stupidité l'effroi, l'indignation et la gratitude chaque fois qu'était prononcé dans le commentaire le mot "Liberté".

"La protection, ce sont les limites. LES LIMITES, C'EST LA LIBERTÉ."

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par musea_uranie 2018-04-02T10:34:24+02:00
Lu aussi

Découvert un peu par hasard sur Babélio, Globalia me promettait une lecture folle façon 1984 d'Orwell. Un monde dystopique où la liberté est le ciment de cette civilisation et où les livres semblent être la mémoire d'un monde,  c'est le genre de recette qui fonctionne très bien sur moi. Mais voilà, Globalia ne fut pas une réussite, mais plutôt une déception amère.

Globalia, monde état d'un futur proche où chaque pays a été adsorbé sous une méga coupole pour protéger la planète. Dans ce nouveau monde, Balkaï ne cherche qu'une chose : fuir. Quitter ce monde qui l'oppresse et qui semble être pour lui une grosse blague. Sauf que son évasion ne se déroule pas vraiment comme prévue. Ces premières lignes sont le résumé des pages d'ouvertures qui m'avait plutôt bien emballée, mais très vite, le rythme s’essouffle et tourner les pages devient difficile.

L'auteur s’emmêle dans une pensée philosophique trop présente au détriment de ses personnages qui ne m'ont pas du tout convaincu, à part peut-être le journaliste. Ces derniers s'avèrent fades, sans réelle surprise et où on devine très vite le pot au rose (ce qui est un comble dans un univers dystopique). Pourtant, l'univers, lui, est cohérent, riche et très intéressant, et j'y ai vraiment retrouvé cette inspiration 1984 avec une société et un pouvoir qui est l'inverse des idées qu'ils prônent. Mais a trop vouloir en dire on s'oublie. Enfin la moralité du livre m'aura laissé un brin agacer avec un "L'amour sauvera tout". Peut-être l'ai-je trop comparer à 1984 mais quand on l'annonce comme tel, on ne peut que s'y attendre, et ce fut-là que ça n'aura pas fonctionner.

Il n'est pas pour autant une mauvaise lecture, car il y a de bonnes idées. Je pense entre autres à celle de cette société basé sur la liberté. Une liberté totale, mais qui cache quelques interdictions et défauts. Jusqu'où va vraiment la liberté, celle avec un grand B ? 

Un livre trop philosophique pour moi, qui possède de bonnes idées, mais peut-être pas exploitées comme je l'aurais crue. A lire sans penser à un parallèle avec 1984.

https://wp.me/p8ww3Y-12M

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Acharat 2017-06-19T16:30:48+02:00
Diamant

On y est !

Un roman d'anticipation ? On en est pas loin. Plus l'actualité passe, plus je me dis que nous rentrons dans le monde de Globalia. Cela est véritablement angoissant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par BananaBooK 2016-09-30T14:09:33+02:00
Lu aussi

C'est un livre que j'ai beaucoup apprécié durant les trois premiers quart du livre mais la fin m'a beaucoup déçu, je m'attendais à autre chose mais sinon bonne lecture dans l'ensemble.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fanfan80 2016-02-14T19:49:38+01:00
Bronze

Ce roman est intéressant et rappelle ces livres de science-fiction présentant un monde "parfait" mais sans liberté et sans révolte.

Au début j'étais enthousiaste mais j'ai trouvé que le roman "traînait un peu en longueur" dans sa 2ème moitié.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Soleilnoir 2015-12-03T19:14:11+01:00
Or

J'aime beaucoup les contre utopies mais celle est de très loin la meilleure que j'ai jamais lu.

Très intéressante, elle dénonce subtilement le mode dans lequel nous vivons et l'avenir vers lequel ? peut-être ? nous nous tournons.

Par ailleurs, Jean Christophe Rufin a un réel talent de conteur.Il n'est pas pour rien à l'académie française ! J'admire son travail toujours juste autant en style que dans les scénario. J'ai hâte de me lancer dans Brésil rouge.

Lisez-tous Globalia! Vous ne serez pas déçu et en ressortirez bouleversé de moins je l'espère.

Ce livre permet vraiment une réflexion intéressante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lola5405 2015-07-30T12:12:43+02:00
Pas apprécié

J'ai lu ce livre en tant que lecture complémentaire pour le bac de français.

Je n'ai pas du tout apprécié l'écriture de l'auteur et le scénario. Pourtant d'habitude j'aime plutôt les contre-utopies mais cette fois-ci ce n'est pas passé, surement par ce que je n'ai pas aimé le style d'écriture de Ruffin.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par questy 2015-07-20T23:35:17+02:00
Diamant

Un joli roman futuriste.

J'ai eu ce livre à lire dans le cadre du bac. Un livre qui change de mes habitudes littéraires mais j'ai tout de même été aspirée par le concept d'une telle société. Une société où tout est contrôlée même les ennemis (si toutefois il y en a). Globalia sera-t-elle notre futur? En effet, nous faisons face à des humains qui ne vivent que pour consommer. A la recherche de liberté, Baïkal, le personnage principal, pourrait bien s'attirer l'attention de personnes puissantes. Et cet ainsi que l'histoire débute, avec un personnage qui en veut plus, toujours plus.

L'auteur a une plume limpide, j'ai vraiment apprécié le style d'écriture, avec des descriptions qui sont bien dosées.

Seul bémol: la fin. Je trouve qu'elle aurait pu être un peu plus travaillée.

Même si vous n'avez pas l'habitude de lire ce genre de livres, je vous conseille tout de même de le lire, après tout, il faut parfois explorer de nouvelles terre;)

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lalou_74 2015-05-10T15:04:14+02:00
Diamant

Rufin a une manière d'écrire qui rend le récit facile à lire et on n'arrive plus à décrocher. Son monde m'a fasciné, malgré la contre utopie, et je n'arrive plus à en repartir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alyss31 2015-02-15T18:49:08+01:00
Argent

J'ai trouvé ce livre très intéressant et bien écrit. Je me suis plongée dedans sur les recommandation d'une bibliothécaire et je ne regrette pas tant que ça. Ce style de roman change de ce que je lis habituellement, mais cela ne m'a pas empêché de me passionner pour celui-ci. C'est donc avec curiosité que je me suis plongée dans ce monde futuriste que nous décrit Jean-Christophe Rufin avec perfection. Je pense que ce roman représente bien le genre de la science-fiction.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elode21 2014-08-06T18:54:45+02:00
Or

Un autre chef-d'oeuvre de ce merveilleux auteur qu'est Jean-Christophe Rufin !

Comme toujours, l'écriture est parfaite, les descriptions bien dosées et suffisamment précises pour nous projeter, le rythme est agréable et régulier, pas trop de longueurs mais quelques pauses appréciées de temps à autres.

On est tout de suite plongé dans l'intrigue et dans l'univers futuriste de Globalia, une "démocratie universelle" qui assure la "liberté" à tous par l'omniprésence de la sécurité, la surveillance et la lutte contre le terrorisme.

Baïkal et Kate, les deux personnages principaux, ainsi que le charmant et attachant Puig, sont à peu près les seuls personnes vraiment "humaines", entre les Globaliens transformés en machines à consommer et les habitants des non-zones revenus pratiquement à l'état sauvage.

Durant toute la durée du roman, on ressent un certain malaise dans cette société où l'orgueil, le narcissisme et l'envie sont les principales valeurs; le sentiment d'horreur et le désir de fuir de Baïkal est tout à fait partagé par le lecteur, ce qui nous implique encore davantage dans l'histoire.

La fin me convient, elle est tout à fait en accord avec le reste du roman. La dernière phrase exprimée par Wise à la fin du roman répond tout à fait au sentiment qui m'a saisie tout au long de ma lecture : "Je ne vous en veux pas... parce que vous êtes déjà morts." p.473

Plus implicitement, ce roman décèle une véritable question politique sur les limites de la démocratie, réflexion que l'auteur nous propose sans pour autant trop nous orienter (une qualité que j'avais déjà apprécié dans Rouge Brésil). En effet, en adoptant les points de vues de plusieurs personnages, il oppose plusieurs avis, suggère des interrogations, sans nous imposer une unique vision de la situation.

J'ai également énormément apprécié la question sur l'importance de l'Histoire.

J'aurais encore beaucoup de choses à dire sur Globalia et les 10 000 caractères autorisés ne seraient pas suffisants ! Je conseille vivement cette lecture à tout le monde !

Afficher en entier

Date de sortie

Globalia

  • France : 2005-06-02 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 175
Commentaires 24
Extraits 28
Evaluations 45
Note globale 7.49 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

  • 26ème SFF (48 participants)
  • 60ème Dystopies (369 participants)

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode