Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de God_john : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Le Cauchemar d'Innsmouth Le Cauchemar d'Innsmouth
Howard Phillips Lovecraft   
Une nouvelle horrifique
Nous avons tous eu l’idée de partir à l’aventure, un sac à dos sur les épaules, pour découvrir je ne sais quelle petite ville reculée. Cela nous donne des airs d’explorateurs locaux. Et les autochtones, même s’ils sont de notre pays, ressemblent à des gens bizarres, nous regardant d’un œil malveillant.
Le cauchemar d’Innsmouth aurait il pu être une simple métaphore de cette impression. Et oui, si ces habitants étaient en fait des membres d’une secte, ou d’une autre race, inconnue, qui veulent vous kidnapper, vous tuer… Vous êtes effrayés ? Tant mieux, c’est ce que souhaite Lovecraft.

Et si le monstre… C’était vous ?
Et si, en rentrant chez vous en sécurité, vous vous rendiez compte que vous aviez des points communs avec ces monstres. Au départ, pas grand-chose, juste les yeux… De recherches en recherches généalogiques, vous découvrez que c’est bien plus que cela.
Accepteriez-vous la vérité sur votre nature ? Ou la rejeteriez vous ? C’est ce que pose comme question Lovecraft dans cette nouvelle tournant autours de sa mythologie propre. Et c’est là que le titre de la nouvelle prend toute son ampleur : le cauchemar. Le cauchemar n’était pas tant la visite mais le cauchemar, c’est soit toute la période passée, soit toute la période future. L’épisode D’Innsmouth n’était pas un cauchemar, mais un simple déclencheur.


par Kore
Les Mailles du réseau, tome 2 Les Mailles du réseau, tome 2
Bruce Sterling   
Multinationales toutes-puissantes, complots terroristes, réseaux informatiques, réveil du Tiers-Monde, ingénierie génétique, retour en fore de l'irrationnel, « fronts armés » contre « démocraties économiques », vidéomanie, sida, torture, manip, intox, chantage atomique : à travers les tribulations de Laura Webster, nouveau Candide propulsé hors du cocon de ses illusions, voici l'album des années 2020, reflet subtilement déforme de nos années 80 avec leurs rêves de solidarité et leurs terreurs paranoïaques.
Du Texas à la Grenade, de Singapour au Mali, des pétroliers transformés en usines au Sahel désertifié, entre tours hypersophistiquées et bidonvilles, la Terre de demain dans tous ses états, le Tous à Zanzibar de la génération « cyberpunk ».

par x-Key
Nouveaux contes des vampires, Tome 1 : Pandora Nouveaux contes des vampires, Tome 1 : Pandora
Anne Rice   
Un livre de remplissage.
Le personnage n'était sans doute pas à l'origine destiné à être développé, du coup une bonne part du peu qui en était dit dans les premiers livres de la série se trouve gommé à la sauce "Non mais en fait, Marius disait n'importe quoi", remplacé par des origines et un passé sans doute censés être plus prestigieux et romantiques.

L'introduction est incroyablement lourdingue, rapportant en style indirect la rencontre entre Pandora et David Talbot. Ils s'envoient des fleurs, beaucoup de fleurs. Ça s'attarde sur les événements d'un autre livre peu intéressant de la série (Memnoch), l'auteur tente sans grand succès d'évoquer leur aspect fascinant en ressortant quasiment les mêmes descriptions déjà servies lors d'interventions passées de ces deux-là, mais à dire plutôt qu'à montrer au moyen d'un minimum d'action et d'événements, ça tombe à plat.

La suite sauve un peu la mise, et le récit des premières rencontres de Pandora et Marius, et de la vie de jeune femme de Pandora n'est pas désagréable, si on passe outre une bonne dose de "regardez comme je partageais déjà votre vision du monde d'occidentaux modernes" un peu bizarre et forcée.
Le livre n'est pas tellement long cependant, du coup même leurs premiers siècles de vie commune ne sont que survolés, et la suite jusqu'aux événements de la première trilogie doit couvrir deux pages à tout casser.

par Aude
Sandman, Tome 3 : Domaine du rêve Sandman, Tome 3 : Domaine du rêve
Neil Gaiman   
Le marchand de sable, Sandman, Morphée...il porte plusieurs noms et règne sur un monde onirique d'où il façonne les rêves et les cauchemars des simples mortels. Son royaume est peuple d'êtres étranges composant une lignée de quasi divinités.
Le Silmarillion Le Silmarillion
John Ronald Reuel Tolkien   
Une Bible, il n'y a pas d'autre mot pour tenter de résumer le Silmarillion. Toute l'histoire du monde y est décrite dans le détail et c'est encore un moyen de se rendre compte du talent, de l'imagination extraordinaire, de la passion et de la cohérence inimaginable de Tolkien par rapport à son univers. Encore un moyen, aussi, d'être transporté dans un monde si merveilleux et inquiétant à la fois, de le comprendre. On y découvre les origines et le passé de certains personnages emblématiques du Seigneur des Anneaux et parfois de faire les liens entre plusieurs protagonistes [Galadriel qui est la belle-mère d'Elrond, par exemple]. Je qualifiais le Silmarillion de bible plus haut. En effet, en plus d'être incontournable, il possède plusieurs points communs avec la Bible chrétienne (bien qu'à mon sens l'oeuvre de Tolkien est plus intéressant car plus poétique , entre autres) On y retrouve par exemple la création du monde, ce que l'on pourrait comparer au déluge,... Bien sûr comme tout ouvrage de Tolkien, le Silmarillion est ardu à lire, et à comprendre parfois, passant parfois du coq à l'âne tout en faisant appel à ce que l'on a lu précédemment. Il y a beaucoup de personnages et leurs liens entre eux ne sont parfois pas faciles à établir, beaucoup de termes employés sont en elfique ou autre langages, difficiles à retenir. Sans oublier bien évidemment que Tolkien fournit encore et toujours une multitude de détails pour nous faire vivre au mieux les aventures de Fëanor, Beren, Turgon et j'en passe. Etant une oeuvre totalement complète, le Silmarillion contient également des magnifiques illustrations dans certaines éditions, des généalogies bien pratiques, les divisions elfiques, les prononciations,...
Pour lire le Silmarillion, il faut s'armer de détermination, de concentration... Mais aussi de passion. Ne vous en faites pas, celle de Tolkien que l'on sent au fil des pages est contagieuse.
Laboratoire de catastrophe générale Laboratoire de catastrophe générale
Maurice Georges Dantec   
Quatrième de couverture
« Le post-humain de ce début de XXIe siècle est donc un simple animal doué de raison. Il est le sursinge capable très bientôt d'interconnecter les cellules de son cerveau avec des machines logiques à hautes performances. Bref un chimpanzé jouant avec une machine à écrire. Autant dire que ses probabilités de produire ne serait-ce qu'une ligne de Shakespeare, ou de Baudelaire, résistent à tous les ordres de grandeur.
Car avant de produire le post-humain, encore faudrait-il savoir former un homme.

Certes, l'humanité est foutue, elle a le choix entre des cultures sans sociétés - donc sans (bio)politique - et des nations sans cultures (donc sans métaphysique) ; entre des individus aux solitudes inutiles, massifiées, et des communautés aux droits et aux rituels absurdes ; entre l'intensification des pouvoirs de surveillance cyberphotonique et de contrôle génétique de la Machine et le retour aux "âges d'or" proto-industriels ; entre le vidéodrome totalitaire et l'émeute hyper-spectaculaire ; entre le simulacre et le néant. Mais ce que le Centre de Commandement métalocal et hyper-corporatif entreprend désormais, c'est l'extension du contrôle dans le théâtre cellulaire et biotopique interne des individus, désormais noeuds coextensifs du réseau des nanomachines, vecteurs fissiles de la communication publicitaire totalisée, micronisée, cybernétique et iconique. Aussi l'individu en quête de liberté créatrice ne pourra faire l'économie d'une méthode de survie de la conscience conçue comme accélérateur de particules, et comme technique d'espionnage biopolitique : évasion, invasion, illusion, simulacre, contre-mesures, localisation, globalisation, virus, anti-virus.


par joe
Requiem, Chevalier Vampire, tome 8 : La Reine des âmes mortes Requiem, Chevalier Vampire, tome 8 : La Reine des âmes mortes
Pat Mills    Olivier Ledroit   
Requiem est toujours aussi prenant, les dessins plein d'action, les intrigues alambiquées et l'histoire des personnages reste un des points fort de cette série.
L'arrivée de Leah va toujours dans le sens de la perversion et de la sensualité.

par dipediou
Sauvez Hamlet ! Sauvez Hamlet !
Jasper Fforde   
Fin du premier arc des aventures de Thursday Next qui voit notre héroïne retourner dans le monde réel pour régler ses comptes. Tant mieux car le monde extérieur créé par Fforde est d'après moi encore plus jubilatoire que le monde des livres!

par tolomas
Psycho Killer Psycho Killer
Anonyme   
Je découvre cet auteur "anonyme" et je m'en réjouis. Un style direct sans fioritures inutiles, des personnages auquel on peut s'attacher, notamment "bébé" surtout quand on sait ce qu'elle a vécu. Un iroquois qui ne fait pas dans la demi mesure. Ça coupes, ça tranches, et j'aime ça. Un agent sur le retour. Un méchant qui aime le sexe par dessus tout et qui fais sa loi.
Tout y est pour faire un bon livre.
Si vous n'avez pas peur de lire des scènes un peu sanglante alors n'hésitez pas à découvrir cet auteur. Je ne vais pas hésiter pour ma part à découvrir d'autres livres.

par kymmy38
Corto Maltese, Tome 3 : Toujours un peu plus loin Corto Maltese, Tome 3 : Toujours un peu plus loin
Hugo Pratt   
Des aventures entre le rêve et la réalité, où des hommes perdus tentent de se retrouver sous les tropiques, en pleine jungle amazonienne, ou dans la "Lagune des Beaux Songes", mon épisode préféré.