Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de GOemiiliieTH : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Les Aventures de Vicki Nelson, HS : Nouvelles Sanglantes Les Aventures de Vicki Nelson, HS : Nouvelles Sanglantes
Tanya Huff   
C'est un recueil de nouvelles, qui s'insèrent dans les tomes précédents. J'ai bien aimé qu'on nous situe l'ordre chronologique, ça permet de mieux comprendre. C'était sympa à lire, surtout pour certaines, qui nous révèlent par exemple le passé de certains personnages, où encore ce qu'ils deviennent. Intéressant à lire, mais j'ai plus apprécié de lire les enquêtes entière.
Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 5 : Dette de Sang Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 5 : Dette de Sang
Tanya Huff   
Ce dernier tome nous dévoile Vicky dans son nouvel état et cela permet d'apporter du neuf encore. Une belle fin, bien qu'il y aurait pu avoir encore quelques détails sur le devenir de certains personnages je trouve.
Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 1 : Le Prix du Sang Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 1 : Le Prix du Sang
Tanya Huff   
Ce livre fait partie des romans d'Urban fantasy qui possède une forte dominante pour l'enquête.

En effet, l'intrigue principale est un agréable mélange entre un policier fantastique avec une pointe de fantaisie et de romance. Même si l'enquête en elle-même n'est pas très originale voire un peu simpliste par moment (pour les habituer de roman policier ou thriller) mais elle n'en reste pas moins bien menée.
On a cependant du mal parfois avec la narration des souvenirs de Henry qui ne sont pas introduit et demandent donc un effort de concentration supplémentaire. Mais comme il s'agit d'un premier tome, il faut bien que l'auteur plante le décors et mettent en place la trame de la série.

En ce qui concerne les personnages principaux,l'histoire se concentre autour de deux personnages : l'héroïne humaine et un vampire, Henry (peut-être un poil cliché : séduisant, vieux et mystérieux).Or, on s'attache très vite aux différents personnages comme Vicki l'héroïne qui est un personnage atypique et dont l'handicap (à savoir la perte de sa vue) attire la sympathie du lecteur.

Pour résumer, ce fut une agréable lecture que ce premier tome très prometteur.

par audel
Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 2 : Piste Sanglante Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 2 : Piste Sanglante
Tanya Huff   
Un très grand bon en avant par rapport au premier tome !
Peu de flashback et par rapport au premier tome, on sait tout de suite lorsque l'on est dans le passé donc plus de perte de temps à revenir en arrière pour voir si on est toujours dans le présent ou non. L'histoire avec les loups, le façon de vivre était vraiment une bonne idée et assez ingénieuse que les humains ne les remarque pas. Sinon j'ai trouvé assez dommage que l'on sache à mon goût un peu trop vite le tueur et au niveau des personnages Henry on le voit peu donc l'histoire entre Vicky et lui stagne. Pour Mike Celluci on le voit autant qu'Henry, mais je trouve que c'est trop car on sent que Mike c'est du passé mais il est encore là et ce personnage ne sert vraiment pas à grand chose pour l'histoire. Donc pour conclure, une grande amélioration au niveau de l'histoire principale, mais l'histoire secondaire avec Henry n'avance pas vraiment et la petite histoire avec Mike Cellluci commence a être ennuyeuse.

par Gumix
Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 3 : Frontière Sanglante Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 3 : Frontière Sanglante
Tanya Huff   
C’est parce que j’ai envie de finir avec ses tomes que je les lis, mais je n’y prends aucun plaisir, Vicki trente-deux ans, qui sort avec un humain et un vampire et qui par-dessous tout à peur de s’engager, très intéressant.

Ce tome on débarque avec une momie super je dirais, après un gamin, un fanatique nous voilà plongé dans l’Égypte Antique bref, le plus affecter dans ce tome était Henry même-ci Vicki en a baver pour sa part comme pour tout le reste ils ont fini par éliminer la menace, maintenant Celluci est plongé jusqu’au cou dans le surnaturel.


par Sexy'Lo
Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 4 : Pacte Sanglant Les Aventures de Vicki Nelson, Tome 4 : Pacte Sanglant
Tanya Huff   
C'est un tome ou on découvre un peu plus Vicky, à cause de la perte de sa mère.
L'enquête est assez sombre étant donné qu'elle concerne la disparition du corps de sa mère et qu'on assiste à la version féminine du Dr Frankenstein. On découvre au cours de celle ci une Vicky qui essaie de garder le contrôle d'elle même malgré tout les coups durs, et ses deux compagnons qui la soutiennent solidairement même si cela leur en coûte.
La fin est inattendue et déroutante, pas quelque chose à laquelle je m'attendais et j'avoue que j'ai du mal à dire si cette fin me plait ou non.
A voir avec la suite.

par cpaljl36
Le Clan des Sekhmisis, Tome 1 : Elijah Le Clan des Sekhmisis, Tome 1 : Elijah
Maïhana Jenny   
Cette histoire nous emmène dans "l'Ordre des Sekhmisis" qui est une société secrète ayant pour but de protéger tous les secrets de l'univers tels que "la création de l'univers, les prophéties, les religions, les mythes et les légendes". Oui car le clan d'Apophis veut détruire le monde en répandant la famine, la maladie. De ce fait au sein de l'ordre, les moines vont "transformer" Elijah en vampire pour protéger des jumeaux qui sont les réincarnations des déesses Isis et Bastet. Ces jumeaux sont la "clé" ...

La saga "Les Sekhmisis" est le premier roman de l'auteure et ça ressent dans l'écriture. Pour ma part, je trouve que les dialogues entre les personnages ne sont pas assez recherchés disons que c'est trop simpliste et la manière de parler de certains est très "cul-cul" surtout quand ils utilisent des expressions "clichés" ou voire "démodé". Cette façon de parler est agaçante et plombe un peu la dynamique de la lecture. Heureusement ce n'est pas comme ça tout au long de la lecture, il y a quelques parties ou l'auteure nous raconte vraiment une histoire et c'est bien plus agréable.

Ce qui m'a gêné également c'est le fait que l'auteure utilise un peu trop de références à des séries ou des personnages ...

En conclusion, ce premier tome a beaucoup d'imperfections ce qui fait qu'on n'apprécie pas autant l'histoire qu'on le voudrait. Pourtant il y a de l'idée dans ce que nous propose l'auteure mais pas assez pour m'avoir captivée. C'est juste un problème de fond et de forme fin après cet avis n'engage que moi je suis sûr que certains d'entre vous aimeront et si vous tentez de lire ce roman, je serais ravie d'avoir votre avis.

par Fanniie62
Sortilège Sortilège
Alex Flinn   
Un livre que j'ai aprecié. Etonnante version de la belle et la bête. Assez simple et interresant. On passe un agréable moment en le lisant.

par Judice
Les dames du lac, intégrale : Tome 1 : Les dames du lac et Tome 2 : Les brumes d'Avalon Les dames du lac, intégrale : Tome 1 : Les dames du lac et Tome 2 : Les brumes d'Avalon
Marion Zimmer Bradley   
Un pur plaisir que de retrouver cette oeuvre magnifique en intégrale.

http://cocomilady2.revolublog.com/les-dames-du-lac-l-integrale-relue-et-adoree-une-fois-encore-19-5-20-a126489064

Dans ce roman, l'auteure nous conte la légende du roi Arthur et de ses chevaliers, les divers affrontements contre les Saxons, dans une ambiance étrange où la religion chrétienne et les anciennes traditions cohabitent.

Ce qui change, c'est que ce sont les femmes que l'on suit dans ce roman : Viviane, la Dame du Lac, la mère d'Arthur, Guenièvre son épouse et l'amante de Lancelot, Morgane, sa demi-soeur et amante etc. Ce sont elles, ces Dames du Lac dont découle le titre.

Tout au long de l'histoire, on se retrouve plongé dans une ambiance moyen-âgeuse et mystique où le fantastique est omniprésent. On y alterne entre féerie, mythologie celtique, mystères, complots et trahisons.
Les femmes s'y dévoilent pour la première fois et on les découvre souvent sous un jour nouveau. C'est ce qui est intéressant et novateur quant à cette histoire connue de tous.

L'écriture de l'auteure est toujours aussi belle et à même de nous emporter dans son monde. Même si le roman est gros en intégrale, il se lit tout seul et on ne voit pas le temps passer. Quant à la couverture de la réédition de Pygmalion, elle est juste sublime et représente un parfait écrin pour ce chef-d'oeuvre que je vous conseille !
Cocomilady
Re/member Re/member
Welzard   
Re/member est une véritable bombe, un roman à la fois angoissant, addictif, surprenant et émouvant, et il s'agit probablement de mon coup de cœur de l'année. Désormais, il fait définitivement parti de mes livres préférés, et j'avoue avoir rarement ressenti autant d'émotions durant ma lecture.
D'ailleurs, je suis tellement chamboulée par cette histoire que je ne sais ni par où commencer, ni comment m'y prendre pour rédiger un commentaire à la hauteur de ce chef-d’œuvre. Tout ce dont je suis certaine, c'est qu'il va être extrêmement long, et je souhaite donc du courage à tous les Booknautes qui le liront jusqu'au bout ! (je conseille tout de même à ceux qui ont été aussi attristés que moi par la fin, ou à ceux qui désireraient en apprendre davantage sur le dénouement, de jeter un œil aux derniers spoilers, où je compte faire part de mes théories sur la suite, et où j'expliquerai ce qui se passe dans les mangas à partir du tome 8 (ce qui correspond au deuxième arc de la série) que j'ai feuilleté en japonais.)

Tout d'abord, j'aimerais commencer par une petite comparaison avec King's Game, un roman qui pourrait paraître semblable à celui-ci et qui pourtant diffère sur de nombreux points. Je peux en effet vous assurer que Welzard n'a absolument pas copié Kanazawa et d'ailleurs, même si King's Game est une saga que j'affectionne énormément (et plus particulièrement ses deux premiers volumes), j'aurais presque envie de dire que Re/member le surpasse de quelques millimètres. Pourquoi donc ? Eh bien parce que, tandis que King's Game se contente d'être un excellent roman d'horreur mêlant suspense, gore et angoisse à la perfection, Re/member va encore plus loin et nous propose une histoire d'amour plus profonde et travaillée que celle entre Nobuaki et Chiemi (même si j'adore ce couple), des relations d'amitié plus développées puisque ici, les six protagonistes restent en vie tout au long du roman contrairement à King's Game où ils meurent au fil des chapitres, et un scénario tout aussi horrifique et mystérieux que celui de son « aîné ». En vérité, il est presque impossible pour moi de faire un choix entre ces deux sagas car elles sont toutes les deux parfaites, addictives, émouvantes et bourrées d'action et de rebondissements, mais également marquées par de fabuleux personnages, tous plus attachants et attendrissants les uns que les autres. En fait, le but de cette comparaison consiste simplement à vous expliquer qu'il est quasiment improbable que vous n'aimiez pas Re/member si vous avez apprécié King's Game. D'ailleurs, je regrette que l’œuvre de Welzard soit si sous-estimée en France alors qu'elle connaît un succès phénoménal au Japon et qu'elle mérite bien plus d'attention que ce qu'elle n'a reçu dans notre pays ; j'espère au moins que ce manque d'intérêt ne conduira pas les éditeurs à abandonner la traduction des sept prochains tomes...
Enfin, en parlant de ressemblance, en lisant le résumé j'avoue avoir tout de suite pensé à Misao, un jeu d'horreur japonais sur PC auquel j'ai joué au moins 3 fois, dans lequel il faut là aussi retrouver les morceaux de corps d'une élève, dispersés dans notre lycée désormais infesté de morts-vivants et de fantômes à cause d'une malédiction, bien que le scénario soit radicalement différent de Re/member.

Pour en revenir à l’œuvre initiale, je tiens à signaler que le fait que l'action débute dès la première phrase m'a beaucoup plu, car cela nous permet de nous plonger directement dans l'histoire, puisqu'il s'agit d'une technique idéale pour rendre le lecteur addict à la seconde où il débute le roman. En évoquant l'addictivité de ce roman, je dois d'ailleurs avouer que je n'ai trouvé aucun moment long ou ennuyeux durant ces 535 pages. Chaque scène est nécessaire, chaque chapitre est passionnant, et comme dans tout bon roman d'horreur, les pages défilent devant nos yeux sans que l'on s'en aperçoive. Du début à la fin, Re/member m'a captivé et m'a transporté dans son univers angoissant tout en me déconnectant de la réalité, et tout au long de ma lecture, je me suis questionnée et j'ai élaboré toutes sortes d'hypothèses qui me revenaient en tête même après avoir reposé le bouquin. Certains lecteurs attendaient probablement la nuit avec impatience puisque c'est le moment où la chasse au corps débute, mais personnellement j'ai aussi bien adoré les jours, remplis de fraîcheur, d'amitié, de rapprochements, de sorties et de révélations, que les nuits à l'atmosphère lugubre et flippante qui nous tient en haleine jusqu'au chapitre suivant. D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé le fait que l'auteur ne se concentre pas uniquement sur l'aspect horrifique mais qu'il permette aussi à ses personnages de souffler le jour, de s'aérer l'esprit et de se retrouver en groupe pour élaborer des stratégies, discuter de la veille, et tisser des liens. C'était une excellente façon de rendre les protagonistes encore plus attachants, de nous aider à mieux les connaître, et de les rapprocher au fur et à mesure.
En ce qui concerne le style d'écriture, je n'ai rien à redire car, malgré le fait que Welzard nous révèle que son hobby préféré consiste à chercher des mots rares dans le dictionnaire, il n'en emploie pas tant que ça, et ceux qu'il utilise restent tout de même à la portée de tous. Personnellement, j'ai beaucoup aimé sa plume que je trouve fluide et très agréable à lire. Elle convient parfaitement à un roman de ce type, et même si j'aurais aimé obtenir quelques renseignements sur le physique des personnages, il suffit de jeter un œil au manga pour se faire une idée de leur apparence. De plus, Welzard maîtrise le suspense à la perfection, parvenant à nous faire frémir d'angoisse ou d'horreur très régulièrement, ne nous laissant jamais une seconde de répit durant les nuits, et faisant planer le mystère sur de nombreux points tout en nous révélant quelques informations au fil des chapitres. En fait, il arrive à nous rendre complètement accro en très peu de temps, nous oblige à nous triturer les méninges jusqu'à la dernière page puisque l'on ne peut pas s'empêcher de se poser toujours de nouvelles questions même après avoir obtenu les réponses à de précédentes interrogations, et nous fait ressentir tout un tas d'émotions, de la surprise à l'attendrissement, en passant par l'anxiété, la colère et la tristesse, sans oublier de nous faire rire de temps en temps. Le seul petit bémol à propos de ses choix d'écriture, c'est sûrement le fait qu'il décrive chaque fois le chemin traversé entre telle et telle salle durant la chasse au corps, car même si nous disposons d'un plan au tout début du livre, il est difficile de s'y repérer, et j'ai souvent dû relire les phrases indiquant les couloirs, les escaliers et les galeries qu'Asuka et ses amis empruntaient car j'avais beaucoup de mal à me représenter le trajet parcouru. Mais bon, il ne s'agit là que d'un infime détail qui ne gâche en rien la lecture et le suspense, et tant que j'y pense, je tiens à préciser que je suis époustouflée par le talent de Welzard à se mettre dans la peau d'une lycéenne. Dans le postface, il avoue que ça n'a pas été toujours très facile et qu'il s'est livré à plusieurs exercices pour y parvenir, mais moi je trouve qu'il s'y est pris comme un chef car je n'ai eu aucune difficulté à m'identifier à son héroïne.
D'ailleurs, je me suis rendue compte que pas mal de gens trouvaient les premières chasses au corps assez répétitives, mais je ne suis pas de cet avis car elles se sont toujours déroulées de manière différente, avec des groupes qui changeaient parfois, et je trouve que l'auteur s'est justement très bien débrouillé pour ne pas rendre la fouille des salles ennuyeuse et redondante. Tout était clair, bien raconté sans rentrer dans des détails inutiles, et comme Asuka n'était jamais seule (à part la deuxième nuit), les recherches étaient toujours entrecoupées de dialogues, et bien souvent interrompues par la Rouge-Sang ou d'autres risques. Chaque nuit est complètement différente et toujours intéressante, mais j'admets les avoir encore plus adorées à partir du moment où Asuka a fait équipe avec Takahiro.
En y repensant, au début je craignais que les six élèves se séparent toutes les nuits, comme durant la seconde, ce qui aurait été nettement moins intéressant, mais j'ai vite été rassurée de constater que dès la troisième, des petits groupes s'étaient formés, permettant d'ailleurs à leurs membres de se rapprocher et de tisser des liens qui n'auraient sûrement jamais vu le jour sans cette affreuse malédiction. Comme le disait Asuka, malgré tous les événements négatifs qu'a engendré cette chasse au corps, celle-ci a au moins permis de créer de nouvelles amitiés et de révéler certains sentiments.

Je pense qu'il est maintenant temps de passer aux personnages. Je parlerai bien évidemment des six protagonistes, mais également de M. Yashiro, le professeur de l'ancien bâtiment qui s'avère très important et plus attachant que je ne l'aurais d'abord cru.

Commençons par Asuka. Au tout début, j'avais l'impression qu'elle ne s'affirmait pas assez, qu'elle ne s'exprimait pas beaucoup et j'avais peur qu'elle ne se contente d'être une héroïne dans laquelle on peut s'immiscer afin de vivre la scène à travers ses yeux, sans qu'elle n'ait de véritables réactions. Mais très vite, je me suis rendue compte que je m'étais totalement trompée à son sujet. Asuka n'a rien d'une héroïne transparente ; c'est une fille très attachante à laquelle on peut facilement s'identifier car elle ressemble à beaucoup de lycéennes, qui possède son propre caractère, qui se questionne énormément, et qui représente un véritable pilier au sein du groupe. Son rôle consiste en effet à assurer la cohésion entre les six lycéens, et tout au long du roman, elle fait de son mieux pour régler les différends, pour apaiser les tensions, et pour ressouder la bande. Ce qui m'a encore plus rapproché d'elle, c'est le fait qu'elle pense souvent les mêmes choses que moi, et qu'elle ressente des émotions similaires aux miennes. Parfois, je remarquais des choses avant elle et j'espérais qu'elle se dépêcherait d'ouvrir les yeux dessus, mais Asuka m'a rarement déçu par ses décisions. [spoiler]En fait, la seule chose qui m'a agacé, c'est le fait qu'elle veuille répondre à la déclaration de Takahiro seulement après la chasse au corps. Quelque part, je me doutais que cette malédiction allait mal se finir – après tout, les romans d'horreur se terminent rarement en happy end – et à chaque fois qu'elle refoulait ses sentiments en se promettant de les lui révéler plus tard, je lui criais intérieurement de ne pas attendre la limite qu'elle s'était imposée car il serait sûrement trop tard après. Mais si l'on exclut ce point, je ne me souviens pas avoir désapprouvé beaucoup d'autres de ses choix. Je sais pertinemment qu'elle a fait de son mieux chaque nuit, qu'elle a souvent pris sur elle pour ne pas pénaliser les autres, et qu'elle a toujours pensé au groupe avant elle.[/spoiler] Asuka fait maintenant parti de mes héroïnes préférées, notamment grâce à sa loyauté, le courage dont elle fait preuve au fil des chapitres, sa bienveillance, et son dévouement pour ses amis. [spoiler]Évidemment, le fait qu'elle se rapproche de plus en plus de Takahiro et qu'elle finisse par se rendre compte, grâce à Rumiko, des sentiments qu'elle éprouvait à son égard l'a rendu encore plus intéressante à mes yeux, et je suis d'ailleurs complètement fan de ce couple.[/spoiler]

Takahiro, quant à lui, est un véritable coup de cœur et je crois bien que je suis littéralement tombée amoureuse de lui. Dans chaque roman, je suis toujours attirée par l'un des garçons sur lequel je fantasme, mais avec Takahiro, c'est encore plus fort que dans la majorité des livres que j'ai lu – je doute d'ailleurs qu'un autre personnage masculin parvienne à le remplacer dans mon cœur cette année. En fait, ce qui m'a tout de suite plu chez lui, c'est le fait qu'il se démarque du schéma que l'on retrouve dans bon nombre de romans jeunes adultes. Ici, Takahiro n'est même pas décrit physiquement, on sait simplement qu'il est fort et résistant donc grand, musclé et bien bâti. Le reste c'est à nous de l'imaginer et ce n'est pas plus mal car, bien souvent, je ne m'imagine pas les personnages tels qu'ils sont décrits. En ce qui concerne sa personnalité, nous n'avons pas affaire au fameux bad-boy mystérieux, ténébreux, torturé et inaccessible que l'on rencontre désormais trop régulièrement dans les romans américains. Takahiro, c'est au contraire un lycéen qui ne brille pas par son intelligence, que les autres traitent souvent d'idiot, qui a tendance à résoudre ses problèmes en usant de ses poings, et qui pourrait être considéré de prime abord comme une brute. Dit comme ça, on peut se demander ce que je lui trouve, mais personnellement j'aime aussi bien ses qualités que ses défauts car ils le rendent humain, réaliste et extrêmement attachant. Bien sûr, Takahiro ne se limite pas à ses traits de caractère ; il a beau se battre assez fréquemment, il n'en reste pas moins un garçon attendrissant, très respectueux envers les filles puisqu'il fait toujours tout son possible pour les protéger (et est incapable de se montrer violent envers elles), et s'avère vraiment fidèle, loyal, dévoué et courageux quant il s'agit de sauver ses amis et principalement Asuka. [spoiler]Très vite, on s'aperçoit en effet qu'il est amoureux de l'héroïne, et qu'il dissimule ses sentiments depuis la primaire. Nos deux protagonistes étant en fait des amis d'enfance qui se connaissent depuis la crèche, nous apprenons assez rapidement que Takahiro s'est toujours montré protecteur envers Asuka et qu'il a un peu passé sa vie à veiller sur elle. Ce lien me paraît d'ailleurs si pur que j'ai presque du mal à le décrire. Il s'agit vraiment du type de relation que je rêverais d'avoir, et me plonger dans la peau d'Asuka pour la vivre à travers elle m'a fait très plaisir. Je n'ai même pas les mots pour retranscrire à l'écrit toutes les émotions que ce couple a engendré chez moi, mais ce qui est certain, c'est qu'à chaque fois que j'y pense, mon cœur se serre et je suis toujours très émue par cette relation innocente, magique et romantique. En vérité, il ne se passe pas grand-chose entre eux, mais c'est justement ce qui rend tout cela encore plus beau et touchant ; un simple geste tel qu'un effleurement ou une étreinte fait palpiter notre cœur et parvient à accélérer notre rythme cardiaque. Bref, tout ça pour dire que je tiens énormément à leur couple et que j'ai rarement été aussi émue et attachée à une relation amoureuse.[/spoiler]

Rie, la meilleure amie d'Asuka, est elle aussi attendrissante et j'ai beaucoup aimé son évolution. Au début, on se rend compte qu'elle est très craintive et qu'un rien l'effraie. Elle déteste les histoires d'horreur, est assez crédule et naïve, et se démarque par son innocence. Mais à cause de la chasse au corps, elle est peu à peu obligée de prendre des risques, de ne plus compter uniquement sur les autres mais de se débrouiller aussi par elle-même, et malgré sa peur, elle devient de plus en plus courageuse et se révèle aussi utile que ses camarades. Elle parvient d'ailleurs à dénicher deux morceaux de corps, et même s'il s'agit de la plus malchanceuse du groupe car c'est souvent l'une des premières à mourir chaque nuit, on ne peut pas nier le fait que Rie ait pris de l'assurance au fil des chapitres, et notamment dans les derniers où elle n'hésite pas à se sacrifier pour aider ses amis. En ce qui concerne ses relations, j'ai beaucoup aimé le lien qui l'unit à Asuka et à Rumiko car malgré leurs différences, elles s'entendent toutes très bien, sont très complices et se confient presque tout. Leur amitié est vraiment désintéressée, précieuse, et j'ai beaucoup aimé les premières nuits qu'elles ont passé ensemble à se rassurer mutuellement et à s'entraider. Rumiko ne se serait probablement jamais rapprochée de Rie dans d'autres circonstances car elle représente un peu son opposée, mais ce qu'elles ont vécu les a liées à tout jamais, et même si elles ont conservé leur caractère respectif, Rumiko a mis son mauvais caractère de côté pour protéger les filles, et c'est quelque chose qui m'émeut également. Les deux premières nuits, personne ne prenait vraiment la menace au sérieux et chacun pensait à sa propre petite personne, mais à partir de la troisième, les filles se sont vraiment serrés les coudes et à partir de ce moment-là, elles ont passé de plus en plus de temps ensemble, et j'avoue avoir beaucoup aimé leurs sorties et notamment le fait que Rie et Rumiko s'immiscent dans la vie privée d'Asuka, qu'elles ne cessent de la taquiner à propos de Takahiro, et qu'elles s'invitent carrément chez elle. Ces moments apportaient une touche de fraîcheur non négligeable que j'attendais chaque fois avec impatience.

Rumiko, dont je parlais précédemment, est au contraire très ouverte, sûre d'elle, franche et parfois piquante. Quand elle n'aime pas quelqu'un, elle n'hésite pas à l'enfoncer, à se moquer de lui et à lui rendre la vie dure. Mais malgré son cynisme et ses piques, elle peut aussi se révéler protectrice, complice et bienveillante avec ses amis. Malgré le fait qu'elle parle assez souvent de garçons, elle tient davantage pour les filles et prend plus souvent leur défense, alors qu'elle se dispute fréquemment avec les personnages masculins. Je pense qu'il s'agit de mon troisième protagoniste préféré car même si elle aggrave assez souvent les tensions au sein du groupe et qu'elle ne fait pas toujours beaucoup d'efforts pour se montrer un peu plus tolérante et pour pardonner aux gens qui l'ont déçu, elle s'avère très drôle avec les filles, se montre assez souvent optimiste, et c'est grâce à elle que l'humour n'est pas complètement absent de ce roman. Toutes les fois où elle charrie Asuka et Takahiro m'ont bien fait rire, et c'est presque toujours elle qui remonte le moral des filles.

Shôta m'a d'abord fait mauvaise impression mais il a su se racheter rapidement et je lui ai donc vite pardonné l'égoïsme dont il a fait preuve durant la deuxième nuit. Très intelligent, réfléchi, calme et poli, il se révèle vraiment important et utile dans le groupe, et sans lui, je suis certaine que la chasse au corps aurait duré bien plus longtemps. [spoiler]Malgré le fait qu'il ait sacrifié Rie et Kenji la seconde nuit afin de vivre plus longtemps parce qu'il considérait qu'il était le plus apte à trouver les morceaux de corps, il a ensuite regretté sa décision et a accepté toutes les conditions imposées par ses camarades afin de se faire pardonner. À ce moment-là, il m'a d'ailleurs fait beaucoup de peine car on voyait bien qu'il souffrait de son isolement forcé et des remarques désobligeantes que Takahiro et Rumiko lui adressaient. J'ai donc été soulagée de voir que, grâce à Asuka, il a finit par rejoindre la bande, et le fait qu'il a même joué l'appât lorsque la Rouge-Sang apparaissait près de son petit groupe pour protéger Rumiko et Rie avec lesquelles il faisait équipe m'a vraiment prouvé qu'il avait un bon fond.[/spoiler] Bien sûr, Shôta reste humain et il lui est arrivé plusieurs fois, même après son erreur, de se disputer de nouveau avec Takahiro en rejetant toujours ses idées, mais ces querelles ne duraient généralement que très peu de temps. D'ailleurs, même si Shôta est le seul qui parvenait à comprendre M. Yashiro, et qu'il a mis en place de nombreuses stratégies qui ont porté leurs fruits, je me rends compte que j'ai oublié de préciser que Takahiro avait lui aussi de très bonnes idées et qu'il a souvent fait preuve d'ingéniosité face à la Rouge-Sang afin de la tromper ou de la semer quand il fouillait l'école en compagnie d'Asuka.

Pour terminer sur les élèves, Kenji est le personnage le moins développé du groupe, mais c'est bien évidemment le plus mystérieux de tous. Garçon solitaire, taciturne et renfermé, il ne se lit pas vraiment d'amitié avec ses camarades durant la chasse au corps, mais à la fin, il déploie tout de même d'énormes efforts pour les aider et se faire pardonner à son tour. [spoiler]Si l'on ne s'attache pas particulièrement à ce personnage, c'est parce qu'il est assez vite possédé par son grand-oncle, Taizô, qui le fait peu à peu sombrer dans la folie. La nuit, sous l'emprise de l'esprit du frère de son grand-père, il s'allie à la Rouge-Sang, et se met en quête de tuer ses camarades, ce qui leur rajoute un ennemi sur le dos. Un soir, il tente également de violer Rie, et d'ailleurs à ce moment-là, on ne sait même pas s'il était vraiment possédé ou non – personnellement, comme c'est arrivé assez tôt dans le bouquin, je suppose qu'il était encore lui-même mais qu'il commençait à devenir fou, ce qui a dû le conduire à céder à ses pulsions sans qu'il ne s'en rende vraiment compte. Comme il a avoué qu'il aimait Rie, je pense qu'à cause de la domination progressive de Taizô sur son corps, il n'a pas pu s'empêcher de céder à ses désirs même s'il l'a amèrement regretté dès qu'il est revenu à lui et qu'il s'est rendu compte de son méfait. Ce qui est sûr, c'est que malgré le fait qu'il se soit rattrapé à la fin et qu'il ait révélé au groupe ne pas avoir pu empêcher son grand-oncle de les tuer chaque nuit, je n'ai pas réussi à éprouver beaucoup de sentiments positifs à son égard, et même si je n'ai rien contre lui, il ne m'apparaît pas comme un personnage très attachant.[/spoiler]

Enfin, comme je l'ai dit plus haut, j'aimerais également m'exprimer sur M. Yashiro, un professeur à l'apparence lugubre et flippante, qui va pourtant s'avérer proche du groupe et indispensable à l'avancée du scénario. Au tout début, j'avoue m'être méfiée de lui, mais je me suis immédiatement doutée qu'il allait devenir important et probablement très utile, et je ne me suis d'ailleurs pas trompée. J'ai beaucoup aimé le fait que la bande aille le questionner tous les jours afin d'en apprendre davantage sur la malédiction, car à partir du moment où ils l'ont rencontré, nous avons obtenu de plus en plus de réponses à nos questions. Le fait que M. Yashiro ne se souvienne pas de leur rencontre (puisque le groupe revient inlassablement à la journée du 9 novembre) mais qu'il puisse savoir où ils s'en sont arrêtés « la veille » grâce à son système d'indices qu'il leur dévoile au compte-goutte était vraiment bien trouvé. Parfois, les discussions entre le professeur et Shôta étaient un peu complexes, mais tout était ensuite expliqué de manière plus aisée et accessible aux autres membres du groupe, ce qui m'a donc permis de ne jamais perdre le fil. [spoiler]En tout cas, M. Yashiro est un personnage que j'apprécie beaucoup car on voit que même s'il ne souvient pas exactement des moments qu'il a pu passer avec les cinq adolescents (puisqu'il ne connaît pas Kenji), dès qu'il comprend qu'il les connaît, il essaie de leur livrer un maximum d'informations, les invite même chez lui afin de leur donner accès à la fameuse pièce qu'il a dédié aux recherches effectuées sur la Rouge-Sang dans sa jeunesse, et ce qui m'a le plus plu chez lui, c'est qu'il se montre attentionné envers Asuka dans le dernier chapitre, lorsqu'elle se retrouve complètement seule et perdue. Le fait qu'il lui confie encore plus de renseignements sur la chasse au corps qu'il a vécu, qu'il veuille à tout prix l'aider et qu'il lui propose de garer sa voiture tout près de l'école afin qu'elle puisse y dormir la nuit puisqu'elle ne peut plus sortir de l'enceinte de l'établissement prouve que les apparences sont effectivement trompeuses et que derrière son visage lugubre se cache un homme altruiste, compréhensif et attachant. Je pense également au chapitre dans lequel il a invité les cinq lycéens à passer la soirée chez lui ; le fait qu'il ait pris soin de préparer les futons pour les filles, qu'il se soit excusé pour la poussière sur ces matelas inutilisés depuis longtemps, et qu'il soit accouru voir Asuka, Rumiko et Rie après le passage de Haruka afin de s'assurer qu'elles allaient bien montre que ce professeur assez solitaire et rejeté mérite de l'attention et de la compagnie car le fait qu'il paraisse aussi seul me fait un peu de la peine. D'ailleurs, j'ai été très émue par sa propre histoire ; le pauvre a dû endurer une chasse au corps de 5 ans à cause de certains camarades qui ne voulait pas passer à la journée suivante afin d'éviter de passer les examens et de ne pas avoir à se trouver un boulot, et il n'a certainement jamais pu retrouver la fille qu'il aimait, puisque ayant déposé le dernier morceau de corps dans le cercueil et s'étant allongée dedans exactement comme l'a fait Asuka, la fameuse Chiharu Imamura est ressortie du tombeau cinq ans après y être entrée (puisqu'on en ressort autant de temps qu'a duré notre chasse), et a ensuite dû attendre un an supplémentaire afin qu'un nouveau groupe trouve son corps à elle. Au total, six ans se sont donc écoulés entre la fin de leur calvaire et la « libération » de Chiharu, ce qui est énorme. Quand on y pense, M. Yashiro a dû se sentir tellement seul même si son existence n'était pas niée puisqu'il s'agissait du second survivant. Aucun de ses camarades ayant vécu la même expérience que lui ne s'est souvenu de la chasse au corps puisqu'ils étaient tous morts la dernière nuit, et personne ne se rappelait avoir connu Chiharu. J'imagine qu'il a dû beaucoup souffrir de ne jamais la revoir, et j'espère que dans les prochains tomes, il parviendra les jeunes à stopper cette affreuse malédiction pour que personne d'autre ne subisse la même épreuve.[/spoiler]

Puisque j'en ai fini avec les personnages, autant basculer tout de suite sur la légende de la Rouge-Sang et sur les origines de cette malédiction. Tout au long du roman, je me suis posée un bon nombre de questions à ce sujet mais j'admets ne pas avoir réussi à deviner quoi que ce soit à l'avance et quelque part ce n'est pas plus mal puisque j'ai ainsi pu profiter du suspense plus longtemps. [spoiler]Tout commence donc avec la famille Onoyama. Miko et Miki, deux jumelles, se disputent à propos de la couleur de leurs vêtements ; les deux sœurs souhaiteraient porter une robe rouge mais c'est Miki qui a cette chance et non Miko, qui n'a le droit qu'à une robe blanche. Dis comme ça, la querelle pourrait sembler futile et elle l'était probablement, mais peu de temps après, Miko est tuée, et cette discussion va ensuite prendre tout son sens durant la chasse au corps. Au début, nous apprenons seulement que cette affaire qui remonte à un demi-siècle est déjà classée car c'est Taizô Yamaoka, le grand-oncle de Kenji qui est accusé du meurtre après avoir été découvert pendu. Mais finalement, grâce aux recherches de Shôta, aux révélations de M. Yashiro, et aux témoignages de Kenji et de sa grand-mère, nous découvrons que Taizô, qui était d'ailleurs autiste, n'a jamais fait le moindre mal à Miko qu'il appréciait justement beaucoup, et qu'il a en réalité été piégé par son frère (le grand-père de Kenji). Ce dernier souhaitait se débarrasser de Taizô car il avait honte de son handicap et ne supportait plus de devoir constamment prendre soin de lui, mais comme il était également attiré par les jeunes filles, il a élaboré un plan pour assouvir ses désirs sur Miko avant de la tuer et de découper son corps en morceaux (afin que personne ne puisse découvrir qu'il l'avait violé), tout en assassinant son propre frère et en déguisant son meurtre en suicide. Seulement, peu de temps après leurs morts respectives, Miki et le grand-père de Kenji sont tous les deux décédés à cause d'une mystérieuse maladie – je suppose qu'on en apprendra plus à ce sujet dans un autre tome, même si je doute qu'il s'agisse d'une coïncidence. Après cette catastrophe, la malédiction s'est mise en marche et alors que l'on pourrait penser que c'est uniquement la rancœur et le désir de vengeance de Miko qui en est responsable, j'ai bien l'impression que Miki en est la principale instigatrice. Si l'on prête attention à la fin, on peut en effet constater que tandis que Miko se contente de tuer les élèves sans faire preuve d'une quelconque émotion (mis à part la folie), Miki est quant à elle capable de s'exprimer normalement (sûrement parce qu'elle n'a pas subi le même traumatisme) et on voit bien qu'elle s'amuse de la situation, qu'elle considère cette chasse au corps comme un jeu auquel elle ne veut absolument pas mettre fin, et que même si elle a conscience de la peine qu'elle inflige aux lycéens sélectionnés, elle se contrefiche de leurs sentiments et pense uniquement à son propre plaisir et à son désir d'être divertie (contrairement à Miko qui n'a pas l'air de comprendre ce qui se passe, et qui n'effectue plus aucun mouvement une fois la chasse en cours terminée). En plus, elle a bien dit qu'elle faisait tout ça pour rendre les vêtements de Miko rouges grâce au sang de ses victimes (on en revient à la fameuse dispute du début) donc on peut supposer que Miki, beaucoup plus sournoise et mesquine que sa sœur, a choisi elle-même de créer cette malédiction. Dans tous les cas, j'espère en apprendre encore plus à ce sujet dans les prochains volumes du roman, mais d'après ce que j'ai vu dans les mangas japonais qui ne sont pas encore sortis en France, les protagonistes vont se rendre dans le manoir des Onoyama afin de faire toute la lumière sur cette sordide affaire et sur cette étrange famille.[/spoiler]

Bon, je crois avoir fait le tour de toutes les grandes lignes sur lesquelles je voulais m'exprimer et, désormais, il ne me reste plus qu'à me pencher sur le dénouement, qui m'a énormément marqué, qui me hante même encore maintenant et ce à n'importe quel moment de la journée, et qui m'a fait passer par de nombreuses émotions. [spoiler]Je parle bien entendu de tout ce qui se déroule après qu'Asuka ait déposé la tête de Haruka dans le cercueil. Plus je m'approchais de la fin et plus j'angoissais de savoir ce qui se passerait après que la chasse au corps soit terminée, et j'avais d'ailleurs élaboré plusieurs hypothèses dans ma tête même si aucune ne s'est finalement avérée être la bonne. J'avais notamment peur que tout le monde meure malgré ce que M. Yashiro avait assuré, ou que personne ne se souvienne de la chasse au corps et de ceux avec qui ils avaient enduré cette épreuve. Bon, avec ma deuxième suggestion, je ne suis pas passée très loin de la vérité, mais l'idée de Welzard est encore plus complexe que tout ce que j'aurais pu imaginer.
Pour que cette partie ne se transforme pas en véritable brouillon, je vais procéder de façon chronologique. Tout d'abord, lorsque le régisseur déclare que la mort des cinq autres lycéens sont confirmées et qu'ils vont être éliminés, j'ai eu vraiment peur qu'ils ne réveillent plus jamais et que les règles soient en fait truquées. J'étais tout de même impatiente de découvrir l'identité de la personne enfermée dans le studio puisque Asuka avait reconnu plus tôt ses yeux, mais je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il s'agisse de Haruka, et encore moins qu'elle soit à moitié possédée par Miki, qui occupait la deuxième moitié de son corps (expliquant ainsi pourquoi, en classe, Asuka voyait des mains sortir des cheveux de Haruka afin de dévoiler deux yeux fixés dans le crâne arrière de la jeune fille). D'ailleurs, ce détail nous laisse tout de même avec une question sans réponse, puisqu'on ne peut pas savoir si Miki contrôlait entièrement Haruka et si c'était elle qui faisait les annonces afin d'amener la Rouge-Sang vers le groupe de jeunes, ou si elle laissait Haruka gérer le studio tout en restant spectatrice. Personnellement, je pense qu'elles étaient un peu complices, et que même si Haruka n'avait pas trop son mot à dire si elle ne voulait pas froisser Miki et ne pas perdre son unique chance de retrouver son corps, elle n'était pas complètement contre sa façon de procéder puisqu'elle s'est délibérément amusée à effrayer la bande chaque soir avant de leur adresser sa demande récurrente.
Après cette découverte, nous avons le droit à un échange entre Asuka et Haruka, qui nous permet de comprendre que les changements progressifs de la journée du 9 novembre étaient destinés à intégrer petit à petit Haruka au sein de la classe, jusqu'à l'implantation de faux souvenirs dans la tête de tous les lycéens afin qu'ils considèrent la jeune fille comme leur amie et comme une camarade de longue date. De plus, même si durant cette conversation, Haruka ment en affirmant ne jamais avoir participé à d'autres chasses, nous apprenons dans le dernier chapitre qu'elle a vécu la même épreuve qu'Asuka, ce qui explique pourquoi elle s'y connaît aussi bien sur le sujet.
Mais, en réalité, ce n'est qu'à partir du moment où Asuka se réveille dans le dernier chapitre que j'ai été profondément ébranlée par la tournure qu'a pris le roman. J'avais déjà un très mauvais pressentiment et je me souviens que mon ventre était noué par le stress et l'anxiété, mais lorsque j'ai compris que l'existence d'Asuka avait été oublié par tout le lycée (et sûrement par sa famille aussi même si nous n'avons pas l'occasion de vérifier cette hypothèse), je n'ai pas pu m'empêcher de commencer à pleurer jusqu'à me transformer en véritable fontaine. Un peu plus haut, je disais avoir partagé beaucoup d'émotions et de réactions semblables à celles d'Asuka mais à ce moment-là, j'avais carrément l'impression de ne faire qu'un avec cette héroïne et de ressentir exactement le même sentiment de solitude ; en fait c'est comme si un trou béant était apparu au fond de ma poitrine, et rien que le fait d'y repenser suffit à l'ouvrir de nouveau. Le plus ironique là-dedans, c'est que durant la chasse au corps, Asuka s'était fait la remarque que la malédiction les avais tous rapprochés, et que le lien qui les unissait désormais était plus fort que le reste et qu'il ne pourrait leur être ôté. Et finalement, comme pour prouver qu'une malédiction n'apporte jamais rien de bon, ce seul point positif est balayé, et tout ce que les six adolescents ont traversé ensemble est réduit à néant. S'il y a bien quelque chose que je déteste dans un scénario, c'est quand il prend justement cette tournure ; lorsqu'un ou plusieurs personnages en oublient d'autres, ou lorsqu'ils perdent une partie de leur mémoire, alors il n'est pas difficile de comprendre à quel point ce coup de théâtre m'a bouleversé. Quelque part, je m'y attendais un peu, mais ça n'a pas servi à dissiper ma tristesse. Tout au long du roman, les relations ont évolué, des amitiés se sont créés, des sentiments amoureux ont été dévoilés, pour qu'ils soient ensuite éliminés en une poignée de secondes, laissant Asuka complètement vide et ravagée par le chagrin ? C'est tellement cruel. Je sais bien que les œuvres d'horreur se finissent rarement bien, mais de là à effacer entièrement tout ce qui s'est déroulé pendant les 500 premières pages ? Ça relève presque du sadisme. Bref, tout ça pour dire que j'ai versé une énorme quantité de larmes durant l'intégralité du dernier chapitre ; je ne sais même pas comment j'ai réussi à poursuivre ma lecture alors que ma vue était complètement brouillée. En plus, comme si ce n'était pas suffisant, on s'aperçoit que Haruka a en quelque sorte pris sa place ; elle s'entend très bien avec Rie et Rumiko, et joue l'innocente devant Asuka – alors qu'elle sait pertinemment que ce qui lui arrive est de sa faute – tout en la provoquant discrètement, ce qui m'a vraiment mis hors de moi. Elle s'approprie ses amies, fait en sorte qu'elles détestent Asuka, et quand elle la rejoint un peu plus tard sur le toit, elle lui annonce même qu'elle compte tenter sa chance avec Takahiro maintenant qu'il a oublié les sentiments qu'il éprouvait pour notre héroïne ? Je crois que je n'ai jamais autant haït quelqu'un de ma vie, mais plus que la colère, c'était la mélancolie, le désespoir et la tristesse qui m'envahissaient à chacune des pages que je faisais défiler devant mes yeux envahis par les larmes. Asuka avait été oubliée par tout le monde, elle ne pouvait même plus sortir du lycée, et même si M. Yashiro lui avait proposé son aide, elle était complètement perdue, n'avait plus aucune raison de vivre, et allait de toute façon tôt ou tard croiser la Rouge-Sang qui la démembrerait et qui l'obligerait à participer à une nouvelle chasse au corps, dans un autre rôle cette fois-ci. À chaque nouveau paragraphe, j'espérais naïvement que la situation s'arrangerait d'un coup de baguette magique, et je ne parvenais pas à imaginer que Takahiro ait pu oublier Asuka. Au bout d'un moment, cette dernière finit par croiser Miki – ce qui était de toute façon inévitable – qui lui accorde quelques minutes en lui promettant toutefois de venir la chercher dès qu'elle se retournera. Et là, alors que tout semblait perdu, alors que l'espoir me quittait peu à peu, Takahiro arrive sur le toit, rejoint Asuka, la sert dans ses bras et lui annonce qu'il ne l'a pas oublié. À cet instant précis, je me souviens avoir remercié le Ciel un paquet de fois, parce que je me demande comment j'aurais pu m'en remettre si l'inverse s'était produit. Nous apprenons donc que Takahiro était toujours vivant lorsque Asuka a déposé le dernier morceau de corps dans le cercueil, et qu'il a réussi à lutter contre la mort malgré la douleur immense provoquée par les coups impitoyables de la Rouge-Sang, échappant ainsi à la fameuse « élimination ». Cette annonce m'a tellement soulagée et émue à la fois que je n'ai pas pu retenir de nouvelles larmes, mais alors que je pensais qu'ils auraient enfin le droit d'être heureux, Takahiro rappelle à Asuka qu'elle lui avait promis de répondre à sa déclaration d'amour après la chasse au corps, et pour ce faire, elle se retourne... « Se retourner » : deux simples mots qui, dans ce contexte-ci, m'ont aussitôt glacé le sang. À cause de la joie de revoir Takahiro et Asuka réunis, j'en avais presque oublié Miki, la Rouge-Sang, et le fait qu'Asuka ne puisse pas retourner à une vie normale puisqu'elle est de toute manière coincée dans le lycée. Cette dernière lui avoue alors qu'elle l'aime plus que tout (une phrase qui m'a rarement autant émue) et alors que Takahiro sourit en l'apprenant, elle disparaît, emportée par Miki. Et c'est la fin. J'ai eu beau tourner la page, je me suis seulement retrouvée face au Postface que je n'ai pas eu la force de lire tout de suite. Et après ça, comme vous pouvez certainement vous en douter, je n'ai pas cessé de pleurer, et tout le restant de la soirée, je n'étais qu'un zombie hanté par ces derniers paragraphes. Juste avant, Takahiro lui avait bien dit « S'il te plaît, ne t'en vas pas... » et pourtant, elle le laisse seul, juste après sa propre déclaration d'amour, alors qu'elle-même ne voulait pas connaître une telle solitude. Bon, je sais bien qu'elle n'avait pas d'autre choix étant donné qu'elle avait déjà croisé Miki, mais elle aurait dû lui expliquer la situation, lui raconter ce que M. Yashiro lui avait confié, et lui laisser au moins un baiser en souvenir...[/spoiler]

[spoiler]Après cette lecture, je n'ai pas cessé d'y repenser encore et encore, de me triturer les méninges pour imaginer une suite (car à ce moment-là, je ne savais pas encore qu'il y avait d'autres tomes), et finalement, après avoir émis quelques théories sur ce qui pourrait constituer une suite, j'ai fait des recherches sur Internet et découvert que l'histoire ne s'arrêtait pas là et qu'il y avait en réalité sept autres volumes, et que le huitième tome du manga (qui sort en juin en France, d'ailleurs) mettrait en scène le deuxième arc, soit la prochaine chasse, destinée à retrouver... les morceaux du corps de Asuka. Vous ne pouvez sans doute pas imaginer à quel point j'ai été heureuse et soulagée d'apprendre que l'auteur n'avait pas été cruel au point de finir sa saga sur ce torrent d'émotions.

Personnellement, j'avais pensé qu'Asuka déciderait de choisir des élèves au hasard ainsi que Haruka pour participer à sa chasse au corps, et qu'elle se vengerait d'elle en l'enfermant à la fin de la partie dans le cercueil afin qu'elle soit à son tour oubliée de tous. Ainsi, Asuka aurait pu revenir à une vie normale, et aurait retrouvé Takahiro qui se souviendrait toujours d'elle et qui l'attendrait comme il lui avais promis. Je m'étais même dit que, malgré le fait que Rie et Rumiko aient oublié la chasse au corps et ce qu'elles ont traversé ensemble, elle pourrait peut-être se lier de nouveau d'amitié avec elles même si le lien ne serait jamais le même que celui qui leur a été ôté. Enfin, au moins, Takahiro et elle auraient été réunis, et c'était le plus important. Avec un peu de chance, la partie se serait terminé en une dizaine de jours comme celle que l'on a suivi dans ce roman, et leur séparation n'aurait donc pas été si longue que ça. Le seul problème qui se serait posé dans ce cas-là, c'est que Haruka aurait sans doute croisé assez rapidement la Rouge-Sang et aurait de nouveau demandé à Asuka de chercher son corps, créant ainsi une boucle infernale qui n'aurait jamais cessé jusqu'à ce que l'une d'entre elles quitte le lycée.

Ça, c'était ma théorie. Mais ce n'est pas du tout ce qui se passe dans les prochains tomes, et pour ceux à qui ça ne dérangerait pas d'être légèrement spoilé, je vous invite à consulter le spoiler ci-dessous. J'y rajouterai aussi deux liens où j'ai pu avoir accès à certains débuts de chapitres et de tomes en japonais, qui m'ont aidé à comprendre la suite des événements. Bien sûr, je n'assure pas que mon récit sera complètement fiable ; je suis certes en licence de japonais, mais je viens tout juste de terminer ma première année et mon niveau ne me permet pas encore de lire dans cette langue. Grâce aux images et à mes quelques connaissances, j'ai pu comprendre deux/trois trucs, mais je n'ai pas eu accès aux tomes dans leur intégralité, et je n'ai pas tout saisi, donc à part quelques éléments dont je suis certaine, le reste est assez flou dans ma tête et je peux me tromper en affirmant certaines informations.[/spoiler]

[spoiler]Le huitième tome du manga présente une nouvelle héroïne du nom de Miyuki, une brune aux cheveux courts dont on a encore jamais entendu parler jusqu'à présent, qui connaît visiblement Takahiro et qui, à mon avis, éprouve des sentiments pour lui. Elle lui apprend qu'elle a vu Asuka en classe et, Takahiro, qui l'a vu disparaître sous ses yeux à la fin du roman, ne peut pas le croire. Miyuki lui assure pourtant qu'elle s'y trouve, et la lui montre. Alors, au fond de la classe, on remarque qu'Asuka est en effet là, mais son regard est aussi vide que celui de Haruka quand elle leur demandait de chercher son corps. Takahiro se précipite alors sur elle et alors qu'elle commence à vouloir formuler la fameuse requête, le garçon la prend dans ses bras en lui criant de ne pas se foutre de lui. Il lui rappelle lui avoir dit qu'il la chercherait où qu'elle soit, et lui demande alors de lui adresser sa demande. Par conséquent, Asuka s'excuse (on note la différence entre elle, qui leur demande pardon, et Haruka, qui prenait un malin plaisir à les effrayer avant de les obliger à participer à la chasse au corps), et demande aussi bien à Takahiro qu'à Miyuki de chercher son corps. Après ça, je n'ai pas bien compris leur discussion, mais ce qui est sûr, c'est que dans les prochains tomes, j'ai remarqué que Shôta et Rumiko participaient aussi à la deuxième partie. Est-ce qu'ils ont fini par se souvenir d'Asuka ? Est-ce que Shôta, grâce à son intelligence, a fini par comprendre que quelque chose clochait, recouvrant ainsi la mémoire ? Je ne pourrais pas le dire, mais savoir qu'ils font toujours équipe avec Takahiro me fait déjà très plaisir. La nouvelle héroïne, quant à elle, a l'air gentille et réservée, mais je ne veux pas qu'elle se rapproche trop de Takahiro. À part eux, deux autres lycéens y participent puisqu'ils doivent être six, et ce ne sont malheureusement ni Rie, ni Kenji... J'avoue être déçue que la meilleure amie d'Asuka ne soit pas de la partie, et j'espère qu'on saura pourquoi. À la place, c'est un couple (d'après ce que j'ai compris) composé d'un mec peu fréquentable, et d'une fille visiblement superficielle. Je me demande ce que ce groupe-ci donnera, mais heureusement, dès le tome 12, Asuka redevient l'héroïne. J'en déduis donc que son corps a été retrouvé et je crois que Miyuki est allée dans le cercueil, mais ce qui m'intrigue le plus, c'est que sur les pages auxquelles j'ai pu avoir accès, elle n'apparaît plus du tout, donc j'ignore ce qui s'est passé avec elle... Toujours est-il que la troisième partie ne tarde pas à débuter, toujours avec de nouveaux personnages. Asuka est la seule de nos six premiers protagonistes à être désignée et j'admets être déçue que Takahiro ne puisse pas l'aider la nuit, cette fois-ci. Toutefois, que tout le monde se rassure ; il est toujours aussi présent, continuera à l'attendre chaque matin devant chez elle, et, avec M. Yashiro et elle, il va poursuivre son enquête sur la malédiction durant la journée. Cependant, les membres participant à la chasse sont cette fois-ci complètement différents, même si l'on retrouve le mec peu fréquentable de la deuxième partie. Je pense avoir tout dit sur les prochains événements que j'ai pu comprendre, et je vous laisse donc les deux liens ci-dessous, pour que vous puissiez y jeter un œil par vous-même.

http://www.shonenjump.com/j/rensai/list/karada.html (avec celui-ci, on a accès au début de chaque tome, et il faut cliquer sur le bouton bleu pour lire l'extrait)

https://shonenjumpplus.com/episode/10833497643049550124 (et celui-là nous permet de lire les premières pages de chaque chapitre, même s'il manque les 17 premiers chapitres du deuxième arc)[/spoiler]

Pour conclure, Re/member est une excellente surprise ; alors que je m'attendais seulement à frémir d'angoisse durant sa lecture, j'ai été submergée par des émotions diverses et variées, qui m'assaillent encore maintenant alors que je rédige ce commentaire. Welzard ne s'est pas contenté de mêler gore et suspense ; il a créé des personnages tous plus attachants les uns que les autres, a mis en place un scénario mystérieux et parfaitement bien ficelé, et y a intégré l'une des plus belles histoires d'amour que j'ai lu jusqu'à présent. Si vous avez aimé King's Game, si vous êtes fan de livres d'horreur, ou si vous avez tout simplement envie de vous plonger dans un roman à la fois stressant, bouleversant, captivant et addictif, n'hésitez plus ; Re/member est fait pour vous. Toutefois, attendez-vous à ce que ce bouquin vous hante longtemps, même une fois qu'il reposera de nouveau sur vos étagères...

par Cassy33