Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Gollum : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La Tour sombre, tome 8 : La Clé des vents La Tour sombre, tome 8 : La Clé des vents
Stephen King   
J'ai été ravi de replonger dans l'univers de la Tour Sombre de Stephen King. Avant d'entamer ce tome, je me demandais avec quelle difficulté je retrouverai les personnages et l'univers qui m'ont tant marqué il y a une 15aine d'années.
En fait il ne m'a fallu que quelques lignes pour m'y remettre. King a un talent de conteur inné. Ce type de récit (un conte dans un flasbkack dans l'histoire) est du pain béni pour lui.
On n'apprend effectivement que peu de chose sur la quête de Roland et sur la Tour Sombre. Par contre la jeunesse de Roland est à nouveau explorée (en particulier l'après immédiat de Magie et Cristal) ainsi que ses états d'âme après le meurtre de sa mère. D'autre part nous avons le droit à une nouvelle incarnation de Randal Flagg (mais quel but poursuit-il ici?), une apparition de Maerlyn lui-même et on suit également un nouveau Rayon (celui du Lion) en compagnie de Tim Bravecoeur. Bien sûr, comparé au flashbak du "Garou" tout ce qui est issu du conte "La Clé des Vents" est sujet à caution (tradition orale oblige)...
Bref une excellente lecture, à nouveau très bien menée et caractérisée qui s'intercale parfaitement avant la lecture du tome 5 (Les Loups de la Calla).

par tolomas
La dynamique du chaos La dynamique du chaos
Ghislain Gilberti   
Thriller psychique ou la violence, la haine et l'amour vous arrachent les tripes, pas de tueur en série ici la place est à la drogue et à tout le mal qu'elle engendre, un Chaos infernal où deux êtres torturés n'en finissent pas de s'engloutir dans les ténèbres. Un roman poignant qui s'impose avec un vocabulaire qui pourrait déranger mais qui est adapté à ce récit. Chamboulement des émotions garanti, attention c'est du lourd!!

par annick69
Walking Man, Tome 7 : Viscères Walking Man, Tome 7 : Viscères
Mo Hayder   
Mon premier thriller, donc mon premier Mo Hayder, et j'ai adoré. Le style de l'auteur est captivant, facile et très agréable. J'ai très vite accroché au personnage de Jack Caffery et j'ai éprouvé des sentiments mêlés pour les autres, alors que d'habitude je reste plutôt indifférente aux protagonistes et que je m'intéresse plus à l'histoire. L'histoire, donc. Très travaillée et fouillée, pleines de rebondissements et particulièrement gigogne. Chaque fois que je me disais "c'est prévisible, ça je le sens venir", j'étais surprise car même s'il se passait ce que j'avais prévu (encore que, pas toujours) cela révélait quelque chose de totalement inattendu.
C'est un roman génial et je compte lire les enquêtes antérieures de Jack Caffery pour m'immerger dans les livres de cette auteure.

par Natiguane
Millénium, Tome 3 : La reine dans le palais des courants d'air Millénium, Tome 3 : La reine dans le palais des courants d'air
Stieg Larsson   
Dommage qu'il marque la fin de la série. L'évolution du personnage de Lisbeth au cours de la sage était vraiment intéressante à suivre, un personnage atypique et torturé qui commençait à s'ouvrir aux autres.

par joe
Le maître des rêves Le maître des rêves
Roger Zelazny   
Excellent livre sur le thème de la plongé et de la vie dans l'univers des rêves (thème réutilisé récemment dans "Inception" au cinéma).

Si vous aimez l'idée que l'on puisse façonné et créer de toute pièce un environnement vital dans nos rêves, ce livre est pour vous. Vous y découvrirez le métier hors du commun et fascinant de Charles Render, neuroparticipant, ainsi que la relation passionnelle qui va naître entre lui et sa patiente aveugle Eileen Shallot.


par Deniador
Lumière des jours enfuis Lumière des jours enfuis
Arthur Charles Clarke    Stephen Baxter   
« Nous avons acquis le regard de Dieu. Un regard capable de contempler le passé immuable et sanglant comme si c'était aujourd'hui. Mais nous ne sommes pas Dieu et la lumière brûlante de l'histoire pourrait bien nous détruire. »

An 2033.Tandis qu'un astéroïde géant baptisé Absinthe fonce sur la Terre, l'empereur des médias Hiram Patterson annonce la création d'un procédé révolutionnaire de communication. La « Camver » permet de visionner instantanément des images provenant de n'importe quel endroit au monde. Mais cette invention recèle des possibilités insoupçonnées, qui vont bientôt changer le sort de l'humanité.
Le vieux rêve d'ubiquité est sur le point de se réaliser. Condamnés à brève échéance, les hommes sauront-ils en faire bon usage ? La plupart, en attente de l'Apocalypse, semblent se délecter de voyeurisme, de révisionnisme et de passéisme morbide. Mais certains, parmi lesquels le propre fils d'Hiram Patterson, vont tenter d'échapper à l'œil Omniscient de la Camver...

Allégorie sur le destin de l'humanité future, Lumière des jours enfuis est aussi une brillante exploration du pouvoir des médias et de la dérive de nos sociétés de l'image.



par x-Key
Le Monstre et l'enfant Le Monstre et l'enfant
Dean Ray Koontz   
C'est l'un des premiers livres traduits dans notre langue, parut en 1970 sous le titre original de beastchild, 1978 pour la version française. D'ailleurs, il fait partie de la liste des romans que l'auteur ne souhaite pas de réédition et c'est bien dommage.
L'histoire raconte l'invasion de la Terre par les naoli, peuple extraterrestre semblable à des lézards (V ?), enfin, l'extermination des humains par ce peuple. Tout commença avec la rencontre de Hulan, naoli, et de Léo, petit garçon de onze ans. Dégoût pour l'un, curiosité pour l'autre. Ce petit garçon sauva la vie de l'extraterrestre, ce qui provoqua un malaise chez le naori. Il se rend compte, finalement, que les humains ne sont pas aussi mauvais que sa race le lui laisse présager. Que doit-il faire, aller à l'encontre de sa race et aider Léo, ou le dénoncer pour qu'il se fasse tuer, choix difficile à première vue.

Dean Koontz est un auteur prolifique, chez qui, est capable du meilleur, l'époque 80 inside, ou du moins bon, comme du pire. Surprenant, car l'auteur est reconnu en France pour ses romans fantastiques et thriller, ici, c'est de la science-fiction. Moins bien étonnant quand on connaît un peu mieux le personnage qui fut bercé par la littérature florissante de la science-fiction des années 50 et 60, avec comme idole Alfred Bester ou Ray Bradbury.

Pour en venir à ce récit, il fait partie de ses bons romans, qui hélas, ne seront plus jamais édités. Avec un esprit imaginatif, Dean Koontz, nous narre la civilisation des naori. Une rencontre improbable de deux ennemis, ou plutôt deux membres de peuples ennemis, qui deviendront amis. La narration, comme à son habitude, se lit très bien, prenant, emplis d'humour et d'action. J'ai beaucoup aimé le passage avec la planète végétale.

par Masa50