Livres
476 010
Membres
454 738

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Aikawa 2019-11-12T22:22:06+01:00

— Je n’ai pas demandé, mais… pourquoi vous rendez-vous à Vancouver ?

Il n’eut pas droit à une réponse immédiate. Mateus paraissait distrait par les mains de Crawford. Cela lui prit une bonne minute avant qu’il comprenne que son regard était vissé sur la peau que Crawford venait tout juste de lécher.

Intéressant.

— Mateus ?

Ce dernier s’empourpra, sa peau tannée prenant une charmante teinte rosée sur ses joues.

— Quoi ?

— Qu’est-ce qui vous attend à Vancouver ?

— Ah. Rien qu’un vol de retour, en fait. J’ai un visa touriste pour rendre visite à mon frère, mais il expire dans quelques jours. Je dois passer la frontière pour le remettre à zéro ; Vancouver semblait la destination la plus simple pour le faire.

Crawford n’avait pas réalisé que les visas fonctionnaient d’une manière si simple.

— Je vois. Donc, vous restez ici au moins encore un peu ? Puis quoi… ensuite ? Vous repartez au Portugal ?

Les joues de Mateus se creusèrent en deux fossettes lorsqu’il sourit. Seigneur, pouvait-il être encore plus adorable ?

— Dieu du ciel, non. Mon frère et son épouse possèdent un verger et je les aide depuis que je suis arrivé. J’aimerais rester de manière permanente pour pouvoir être auprès d’eux.

Ses fossettes s’accentuèrent et il se pencha vers lui, en murmurant :

— Je vais bientôt devenir oncle et je veux être là pour le bébé.

Cet homme était un rêve érotique à lui tout seul. Sublime, avec un accent tout bonnement sexy et il aimait les enfants ? Le cœur de Crawford se mit à battre avec quelque chose d’un peu différent que le désir charnel dont il s’était contenté ces dernières années. Mateus était dangereux s’il arrivait à réveiller chez lui autre chose que la soif de luxure.

— Je vous souhaite bonne chance avec ça, dans ce cas. Et cela veut-il dire que vous n’allez même pas passer la nuit à Vancouver ?

Qu’était-il en train de faire ? Mateus n’était pas le genre d’homme avec qui il pourrait avoir un coup d’un soir. Il paraissait plus du genre à s’attendre à des sentiments et à une véritable relation – deux choses que Crawford ne faisait plus. Deux choses qu’il n’avait plus envie de faire. Ou plutôt, qu’il ne voudrait pas faire, s’il arrivait à se retenir suffisamment longtemps pour reprendre le contrôle avec sa tête plutôt qu’avec son entrejambe.

Les yeux de Mateus brillèrent, retournant de toute évidence son intérêt. Crawford repensa à ses paroles, et une vague d’embarras le traversa en réalisant qu’il lui avait par inadvertance fait des avances.

— Ah, zut. Je ne voulais pas… hm, donc, vous reprenez simplement un avion après ? C’est bien dommage que vous n’ayez pas l’occasion de visiter un peu la ville.

— Il y a des chances que je revienne un jour ou l’autre. Rester assis dans cet aéroport toute la journée était ma première expérience touristique. Je n’ai presque rien vu de Seattle, mais j’ai entendu dire que c’était une ville incroyable.

— Ça l’est. C’est l’une de mes préférées. Elle et Portland. Tout ici est bien plus vert et plus agréable qu’à L.A. Mais je suppose qu’on peut dire la même chose pour beaucoup d’autres endroits, dit Crawford, conscient d’être en train de parler pour ne rien dire et pourtant incapable de s’en empêcher.

— Le verger se trouve à environ deux heures de Seattle. C’est incroyablement… quel est le mot déjà ?

Il pinça ses lèvres, en pleine réflexion.

— … luxuriant.

Crawford avala sa salive. L’anglais de Mateus était presque meilleur que le sien. Il doutait que le jeune homme ait vraiment eu du mal à trouver son mot. Il devait savoir qu’il était attirant lorsqu’il faisait cette tête et à quel point il pouvait être irrésistible lorsque son accent s’intensifiait. Mais contrairement aux autres hommes avec lesquels Crawford avait été depuis sa séparation avec Davis, Mateus ne semblait pas jouer la comédie. Il était tout simplement sexy, et même s’il l’utilisait à son avantage, ce n’était pas du cinéma.

Un brusque débordement d’activité non loin attira l’attention de Crawford et un instant plus tard, la voix du réceptionniste résonna à travers le microphone.

— En raison de problèmes imprévus au niveau de la maintenance, le vol 892 a été annulé. Nous vous prions de nous excuser pour les désagréments occasionnés, car notre priorité reste votre entière sécurité. Veuillez vous diriger vers le terminal trois où les membres du service clientèle seront à votre disposition pour vous aider à changer vos réservations vers d’autres vols.

Crawford laissa sa tête basculer vers l’arrière et poussa un grognement. Il avait prédit cela quelques heures auparavant. Quelle histoire !

— Le terminal trois, ce n’est pas de là que nous venons ? demanda Mateus, l’air amusé.

— Exact.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode