Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Greggo : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Métaphysique des tubes Métaphysique des tubes
Amélie Nothomb   
Ce sujet, qui pourrait être ennuyeux et égocentrique, devient sous la plume de l'auteure une histoire drôle et très agréable à lire. Il fallait oser !
Les Trois Mousquetaires Les Trois Mousquetaires
Alexandre Dumas   
Le roman à lire lorsqu'on est coincé au lit. On vit, on palpite au rythme de l'écriture de Dumas. J'ai ri beaucoup, pleuré, un peu. J'ai vécu des formidables aventures bien qu'étant collé sur ce maudit lit. Merci M. Dumas.
La Divine Comédie La Divine Comédie
Dante Alighieri   
Donc... Notre professeur nous dit que l'on doit lire "La Divina Comedia" et le cauchemar commence...Bien évidement, l'intérêt principal de cet ouvrage est de découvrir la langue (le toscan) qui a posé les bases de l'italien actuel. En effet, Dante, Petrarca et Boccaccio, "Les trois couronnes" ont pour ainsi dire, été les pères de la langue italienne que l'on connaît... Il est impératif, pour aborder ce pavé, de se munir d'une excellente édition avec plein de notes à pied de page, sinon c'est cuit... Ayant vu le film "Seven", je m'imaginais un livre plein de sang et de châtiments les un plus cruels que les autres, être éclaboussée par l'hémoglobine de ces pauvres âmes dissolues... Peine perdue, en gros Dante nous raconte des potins sur des personnages de l'époque, si tu ne lis pas les notes, tu es perdu de chez perdu. Bref, si on est fan de linguistique ou histoire je comprends qu'on le lise mais, je trouve que le Deccameron ou les poèmes de Petrarca son plus accessibles... Je dois avouer que ne garde pas un bon souvenir, pouvant le classer comme un des ouvrages le plus difficiles à lire de toute ma vie...
Le Cycle d'Ender, tome 1 : La stratégie Ender Le Cycle d'Ender, tome 1 : La stratégie Ender
Orson Scott Card   
Un (très) grand livre de science-fiction qui pourrait très bien devenir un très grand classique du genre. Oeuvre d'anticipation post-apocalyptique, ce premier tome d'une série retrace l'éducation très particulière que reçoivent les élus destinés à sauver l'humanité.
Une histoire interpellante où la "formation" de petits enfants-soldats est à la limite du soutenable tant l'innocence de ces derniers est mise à l'épreuve.
Grandiose !
Madame Bovary Madame Bovary
Gustave Flaubert   
Sans trop en dire, l'auteur dénonce ici le romantisme féminin en y décrivant la vie d'Emma avec le réalisme de sa plume.
Il s'agît de l'histoire d'une femme dont la vie manque de péripéties rythmées par la passion. La vie lui laisse entrevoir un monde luxueux mouvementé dont elle rêve éperdument. Elle se nourrit de chimères, imagine une vie meilleure.
Il s'agît de l'histoire d'un retour brutal à la réalité, d'un désabusement féminin et d'une vie ennuyeuse, et malgré l'apparition de passions amoureuses et de réconfort religieux, les derniers chapitres nous conduisent inévitablement vers une fin tragique.
J'ai apprécié le style d'écriture, cependant les descriptions des lieux sont longues. Le must étant la description des différents personnages... Je n'ai pas d'étude approfondie, mais je suis certain qu'il y aurait beaucoup à analyser dans cet ouvrage. On pourrait parler de Grand Art de Littérature.
Mr. Mercedes Mr. Mercedes
Stephen King   
Bon Thriller qui, pour une fois avec Stephen King, n'a pas un gramme de fantastique. Course poursuite et psychologique entre un flic à la retraite et un psychopathe totalement barge. Les personnages secondaires comme souvent avec cet auteur ont autant d'importance que l'intrigue. A conseiller aux amateurs de thriller.
L’Épreuve, Tome 3 : Le Remède mortel L’Épreuve, Tome 3 : Le Remède mortel
James Dashner   
Retour dans le monde de James Dashner!
Et oh lalala, je ne crois pas que je vais me remettre de cette trilogie. Ça doit faire un an que je n'ai pas lu ce genre de série qui vous comprime le cœur et vous empêche de dormir. Je doute d'en retrouver encore. Car L'Epreuve est vraiment exceptionnel et c'est se briser le cœur que de fermer Death Cure. Un déchirement. Savoir que plus jamais je ne lirai sur ces blocards me tue, c'est un horreur.
Que dire sur ce tome 3? Déjà, qu'il faut une volonté surhumaine pour ne pas lire la fin (qui, comme tout les tomes, se finit sur un mail du WICKED.). Des le début, ce n'est que panique et angoisse et les doigts qui tremblent sur les pages. C'est affreux de devoir tourner chaque page. Jamais l'action ne s'arrête. Il y a toujours quelque chose qui se passe, l'histoire ne s'essouffle pas et ne parait pas forcée.
Tous sont de retour: Thomas, Minho, Theresa, Brenda, Jorge, Newt... Les fondus, Poêle à frire, le WICKED... Mais que d'émotions, j'en ai encore la gorge nouée, l'estomac de travers et les larmes aux yeux!!
[spoiler]Newt, qui n'est pas immunisé contre la Braise. Sa descente vers la folie, terrible et terrifiante. Il est mon personnage préféré. Savoir ça... L'espoir que j'ai eu jusqu'au bout, jusqu'à la dernière page... Il y a des passages très éprouvants dans Death Cure. Quand Minho et Thomas retournent chercher Newt, dans un Crank Palace -Palais de Fondus- et que celui ci les rejette... Je crois que je n'ai jamais rien lu de plus dur. C'était horrible de voir ce trio disparaitre... Et sa mort... Seigneur!! Des hauts le cœur, une irrépressible envie de hurler et de tout balancer. Je vous jure qu'on pète les plombs à ce moment là. Enfin, un moment très intense et très éprouvant.[/spoiler]
Le livre entier vous fait péter les plombs du début à la fin. Que ce soit parce que vous voulez savoir la fin ou parce que c'est fini, vous avez intérêt à avoir le cœur bien accroché. Je ne peux pas dire plus. Je ne peux pas vraiment retranscrire ce que j'ai ressenti à ma lecture de Death Cure. C'est au delà du descriptible et de l'excellente lecture. C'est un monde qui se ferme et une blessure qui s'ouvre.
Ici, il n'y a plus de labyrinthe ni de désert. L'action se passe dans différents lieux et on en découvre plus sur le monde. Avec une surprise en prime.
Mais ça se passe bien jusqu'à l'épilogue. L'épilogue est une horreur indescriptible.
Je suis absolument détruite en pensant que je ne lirai plus jamais sur Thomas, Minho, Newt et les blocards. C'est affreux.
Alors à vous, chanceux qui ne l'avaient pas encore lu, je vous souhaite bien du courage pour supporter cette dernière épreuve. Mais prévoyez une nuit, parce qu'il est impossible de faire une pause dans cette avalanche d'action, de rebondissements et de sentiments. Ayez le cœur accroché et résistez à l'envie de lire l'épilogue.
Bon courage!
Othello Othello
William Shakespeare   
Une pièce que j'ai adoré lire ! La meilleure, selon moi... J'ai beaucoup aimé la façon dont Shakespeare traite le sujet de la jalousie, qu'il pousse au paroxysme. Les personnages sont tous dotés d'une psychologie extrême : Iago est un manipulateur machiavélique, Othello est crédule et excessivement jaloux alors que Desdémone incarne la pureté de l'amour. Une tragédie comme on les aime, dans laquelle les personnages sont tous dupés par un autre. L'aspect tragique de la pièce est renforcé par le fait que Desdémone est profondément amoureuse de son mari et que jamais, jamais, elle n'a pensé à le tromper comme celui-ci le pense. Tout est savamment orchestré par Iago, et les autres n'y voient que du feu.
Une très belle pièce, que l'on ne peut qu'apprécier!

par isane3
Lorenzaccio Lorenzaccio
Alfred De Musset   
Lorenzo est l'un des personnages de théâtre que j'ai trouvé le plus passionnant. Complexe, il est la contradiction incarné.
Il a des goût à la fois pour la justice et pour le Mal.
Il combat la perversion des apparences mais y participe ...
Au fil de la pièce, il devient un masque de lui-même avant de disparaître pour de bon.

par dadotiste
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
Jonas Jonasson   
Moi qui aime les récits loufoques, j'ai été servie ! J'ai adoré les aventures rocambolesques d'Allan Karlsson, attachant petit pépé, centenaire en cavale, et de ses improbables compagnons de route ! On rit volontiers, l'intrigue est diverstissante, les situations ubuesques. L'écriture et l'humour de l'auteur servent à merveille cette farce nordique dans laquelle rien n'est vraiment plausible mais qu'importe, puisqu'on rit souvent et beaucoup ! Cependant bien plus qu'un simple road-movie, l'auteur nous entraîne dans un étonnant voyage dans le temps et délivre, au moyen d'anecdotes pseudo-historiques aussi surprenantes qu'hilarantes, une version revisitée et complètement déjantée de l'histoire du XXème siècle. C'est intelligent, original et surtout très différent de la production littéraire du moment ! Un véritable remède contre la morosité ambiante que je conseille à tous ceux qui ont envie (ou besoin) de ce changer les idées !