Livres
507 057
Membres
515 464

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Grisélidis - Conte en vers



Description ajoutée par Ajcerise 2013-06-03T09:08:23+02:00

Résumé

Personnages principaux

•Un Prince

•Grisélidis

Résumé

Près du Pô vit un jeune Prince qui a toutes les qualités possibles et imaginables. Il est fort et aime la gloire mais surtout il veut rendre son peuple heureux. Son seul souci, c’est de ne pas trouver une femme fidèle. Il n’a pas confiance dans le beau sexe. Il jure de ne jamais se marier. Il passe ses journées entre les règlements de compte pour le gouvernement et la chasse. Ses sujets le supplient de prendre femme pour avoir un successeur. Le Prince leur répond qu’il est difficile de trouver une femme qui ne change pas après le mariage. Il n’y a que lui qui peut commander dans son couple. Il leur dit que, s’ils trouvent une femme belle, sans vanité ni orgueil, obéissante et patiente, il l’épousera sans hésiter. Après son discours, le Prince retourne chasser. Pendant la chasse, il s’éloigne seul et arrive dans un endroit magnifique dans lequel la Nature a repris ses droits. Il voit au bord du ruisseau une jeune bergère en train de filer. Elle semble magnifique. Le Prince est ému quand il la voit. Il n’a jamais vu une telle simplicité et pudeur chez une femme. Il lui dit être perdu, elle va le reconduire. Lorsqu’il veut boire au ruisseau, elle court lui chercher une tasse en argile qui lui semble des plus précieuses. Le Prince observe attentivement la route pour pouvoir revenir. Il rentre chez lui mais dès le lendemain, la séparation avec sa belle, l’attriste. Il retourne jusque chez Grisélidis et apprend dans quelle simplicité elle vit avec son père. Il est follement amoureux d’elle car en plus d’être belle, elle a de l’esprit. Le Prince annonce qu’il accepte le mariage et qu’il choisira sa femme dans son royaume. Tous sont fous de joie. La ville se met en activité. Les Dames font tout pour plaire au Prince (ce qui confirme son opinion sur le beau sexe) et les artisans travaillent tous à préparer un merveilleux mariage. Tout le monde a hâte de voir qui sera la promise. Lorsque le Prince se rend dans la forêt comme pour chasser, tout le monde se dit qu’il est « fou ». Il arrive chez Grisélidis, qui ayant appris l’événement, s’est habillée pour y assister. Le Prince lui fait comprendre qu’elle est la fameuse épouse. Le Prince lui révèle son amour. Il lui demande d’être toujours, sous son joug, ce qu’elle accepte avec plaisir. Les Dames de la Cour la parent pour le mariage. Lorsque Grisélidis sort, elle est sublime mais le Prince regrette déjà sa simplicité ? Le chemin jusqu’au temple est long car le peuple veut voir le couple. Le mariage est célébré. Grisélidis n’a aucun mal à s’intégrer à la Cour grâce à son esprit. Ils ont une fille qui est très belle. Le Prince doute de sa femme car sa trop grande vertu ne lui semble être que feintise. Il décide de l’éprouver. Il la tient enfermée au château loin de tous les plaisirs et lui retire tous ses bijoux. Elle ne lui refuse rien et semble s’accommoder de tout. Elle accepte de subir les tourments de son mari car elle pense qu’ils sont faits pour conserver sa vertu. Le Prince, toujours dans le doute, décide de s’attaquer à l’amour maternel. Il annonce à sa femme qu’on va lui enlever sa fille pour l’éduquer correctement. Grisélidis obéit malgré le fait qu’on lui arrache le cœur en lui prenant sa fille. N dépose l’enfant dans un monastère. Le Prince, malgré la réaction positive de sa femme, est encore suspicieux. Il lui annonce la mort de leur fille. Elle se contente de le consoler malgré sa propre douleur. Le Prince en est touché mais est toujours tiraillé entre la bonté et la fierté. Les deux époux s’aiment comme au premier jour pendant quinze ans. La Princesse grandit. Elle a pris les qualités de ses parents. Un jour, un grand seigneur la voit et en tombe amoureux. Elle l’aime aussi de son côté. Le Prince est heureux de l’amour qui unit sa fille et le seigneur mais il veut une fois de plus éprouver ceux qui l’entourent et mettre à rude épreuve sa femme. Il annonce qu’il va épouser sa fille (personne ne sait qui elle est). Le Prince annonce à sa femme qu’elle doit retourner à sa vie de misère. Elle accepte malgré le chagrin qu’elle ressent. Avant de partir, elle tient à s’excuser de lui avoir déplu. Il est sur le point de s’attendrir mais sa fierté le retient. Elle dit à son père qu’il faut retourner à leur vie d’avant qui était plus paisible. Le Prince qui a chassé sa femme la fait revenir pour préparer le mariage avec l’autre Princesse. Quand Grisélidis la voit, elle pense à sa fille. Grisélidis baisse sa garde et dit au Prince de traiter sa nouvelle femme avec douceur. Il lui répond sévèrement qu’elle n’a pas à lui donner de leçons. Le Prince explique à tous qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Il marie sa fille au seigneur qui l’aime et promet de rendre Grisélidis heureuse. Grisélidis ainsi que tout le peuple déborde de joie. Ils vont célébrer le mariage de leur fille. Le mariage est célébré et la vertu de Grisélidis, face à la cruauté de son époux, louée.

Afficher en entier

Classement en biblio - 10 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Ajcerise 2013-06-03T09:11:15+02:00

A Mademoiselle **

En vous offrant, jeune et sage Beauté,

Ce modèle de Patience,

Je ne me suis jamais flatté

Que par vous de tout point il serait imité,

C'en serait trop en conscience.

Mais Paris où l'homme est poli,

Où le beau sexe né pour plaire

Trouve son bonheur accompli,

De tous côtés est si rempli

D'exemples du vice contraire,

Qu'on ne peut en toute saison,

Pour s'en garder ou s'en défaire,

Avoir trop de contrepoison.

Une Dame aussi patiente

Que celle dont ici je relève le prix,

Serait partout une chose étonnante,

Mais ce serait un prodige à Paris.

Les femmes y sont souveraines,

Tout s'y règle selon leurs voeux,

Enfin c'est un climat heureux

Qui n'est habité que de Reines.

Ainsi je vois que de toutes façons,

Griselidis y sera peu prisée,

Et qu'elle y donnera matière de risée,

Par ses trop antiques leçons.

Ce n'est pas que la Patience

Ne soit une vertu des Dames de Paris,

Mais par un long usage elles ont la science

De la faire exercer par leurs propres maris.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Touf-touf 2018-03-23T15:44:28+01:00
Argent

Un conte, qui je trouve est très mignon, même si le roi est quand même dure. Mais je trouve que l'amour que la reine porte au roi est mignon et magnifique. Je vous conseil ce conte que j'ai beaucoup aimée.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Serafima 2017-08-31T19:10:08+02:00
Bronze

Un très beau conte, très bien écrit et original, avec une belle morale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mattmattou 2015-01-13T09:43:15+01:00
Bronze

Un conte plein d'émotions et de sentiments variés et partagés, de méfiance, et d'amour. Il propage de très bonnes valeurs, et est magnifiquement bien écrit.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ajcerise 2013-06-03T09:53:52+02:00
Or

Un conte très bien écrit, la méfiance du Prince face à la volonté de sa femme de rester fidèle et obéissante est émouvante et impressionnante.

Comme toujours une morale très profonde de la part de Perrault.

Afficher en entier

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 10
Commentaires 4
Extraits 1
Evaluations 5
Note globale 6.6 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode