Livres
447 128
Membres
387 144

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par annel444 2018-05-04T18:23:42+02:00

Elle ravale sa salive et pose la question qui lui brûle les lèvres d’une petite voix.

– Comment pouvez-vous le savoir ?

– J’ai des hommes partout dans les rues de Centori. Ils peuvent s’assurer que rien ne vous arrive de jour comme de nuit, lui indiquais-je, comme pour la rassurer.

– Pourquoi ai-je comme l’impression que c’est tout le contraire, que vos hommes sont justement ceux qui me font vivre un enfer, s’agace-t-elle, en prenant une voix assurée.

Cupcake sort les dents. Je suis habitué aux pleurs et je trouve que ça la rend diablement sexy de me tenir tête.

– Peut-être parce que vous avez un bon instinct, concédais-je avec un demi-sourire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par viedefun 2018-08-24T21:45:07+02:00

Je veux vivre le même amour que mes parents, puissant et sans condition. Celui qui devient plus fort au fur et à mesure des années et des épreuves. Celui qui vous fait oublier les autres femmes. Je veux qu’une femme m’aime pour tout ce que je suis. Pas uniquement parce que je suis le Chef du clan Alario et que je possède cette ville.

Afficher en entier
Extrait ajouté par viedefun 2018-08-24T21:43:21+02:00

Alors que je m’apprête à fermer la porte d’entrée, l’homme de l’autre jour la pousse pour être certain que je le laisse entrer. Je ne me sens pas rassurée avec lui. Il a quelque chose dans son regard qui me met mal à l’aise. – La boutique est fermée, lui indiqué-je espérant qu’il s’en aille.

– Ça tombe bien, je ne viens pas pour acheter, me rétorque-t-il sèchement. Je crois que le grand chef s’est décidé à se présenter de manière officielle cette fois-ci.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lou02 2018-05-02T00:32:43+02:00

Je descends les escaliers menant à la cave de l'usine désaffectée et rejoins mes hommes qui m'attendent. Arrivé devant la porte en fer, avant même de le voir, je sens cette odeur de transpiration mêlée à celle du sang. Dommage que j'ai été trop occupé ces deux derniers jour, je me serais bien amusé moi aussi avec Jérémy. Mes sbires me saluent et s'écartent pour me laisser entrer.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode