Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Gwendoline-37 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Goût des pépins de pomme Le Goût des pépins de pomme
Katharina Hagena   
Autant être franche, je ne vais pas être tendre avec le roman de Katharina Hagena ! J'attendais beaucoup plus de ce best-seller dont le titre, en gourmande que je suis, avait piqué ma curiosité... Pourtant, dès les premières pages, je suis tombée sous le charme de l'écriture de l'auteur (à moins que ce ne fût plutôt de celle de Bernard Kreiss, dont il faut ici souligner l'excellent travail de traduction) mais ça n'aura pas suffi pour faire de ce roman un coup de coeur ! Certes, l'écriture est précise, soignée et les mots extrêmement bien choisis pour raconter l'histoire de cette famille allemande, composée de trois générations de femmes, dont on apprend les petits et grands secrets. Mais là où l'on s'attend à des révélations fracassantes, là où l'on flaire le destin tragique d'une famille meurtrie dans sa chair, il n'y a rien ! Rien de passionnant, rien de palpitant. Rien que des souvenirs d'enfance que l'on pourrait trouver dans n'importe quel journal intime. L'intrigue, pourtant prometteuse du début, se délite, s'évanouit et il ne reste plus au lecteur que l'écriture mélancolique, l'ambiance bucolique de l'Allemagne du Nord et une longue, très longue succession de souvenirs délivrés parfois de manière bien peu cohérente... C'est décevant !

Et pourtant, il me semble qu'il y avait là tous les éléments pour créer une intrigue formidable ! Des personnages attachants, un cadre magnifique... J'ai pensé, logiquement, que l'auteur se servirait du contexte historique de la Seconde Guerre mondiale et du nazisme pour fouiller dans le passé trouble de l'un de ses personnages mais bizarrement, elle n'en fera rien. A peine une simple allusion au détour d'une discussion anodine... Il y a décidément chez le peuple allemand une disposition à l'oubli qui a la dent dure et c'est bien regrettable ! J'aurais préféré en apprendre davantage sur cet aspect précis de l'histoire mais Katharina Hagena se contente de nous servir une romance à l'eau de rose comme il en existe déjà tant... Même si sa saga familiale est émouvante, touchante et très bien écrite, elle a malheureusement pour moi un trop grand goût de déjà lu... Le goût de ses pépins de pomme ne me laissera pas un souvenir impérissable, dommage !
La Fille de papier La Fille de papier
Guillaume Musso   
CE LIVRE:WOUAH!!je ne m'attendais pas à ça, je ne sais même pas comment décrire ce que j'ai ressenti en le lisant. D'abord, c'est le premier livre de Musso que je lis (donc je ne connaissais pas sur quel genre de lecture j'allais tomber) ensuite je ne pensais pas être a ce point subjugué par l'histoire, tout m'a plu: les personnages(les principaux et même les autres) on apprend tellement sur tout le monde. Carole et Milo m'ont beaucoup touché! Et puis une fin aussi belle qu'inatendue, j'avais les larmes aux yeux!!
J'ai été réellement emporté, je ne voulais plus poser le livre: une histoire tellemnt originale qui vous tiens en haleine jusqu'au bout!

par Misslilly
L'Œuvre de Dieu, la part du Diable L'Œuvre de Dieu, la part du Diable
John Irving   
J'ai eu beaucoup de mal à décrocher du roman, on s'attache vraiment trés vite à Homer Wells, aux gens qui font partis de sa vie, à son histoire. Aprés Le monde selon Garp, je crois que je suis vraiment en train de devenir fan de Jonh Irving.

par x-Key
No et moi No et moi
Delphine De Vigan   
No et moi est une jolie histoire, surtout si on a l'envie d'avoir le cœur qui se serre un peu ( beaucoup ) par moment, si on a l'envie de sourire, si on veut réfléchir sur des choses, les gens qui nous entourent, qu'on croise souvent, tous les jours.

par x-Key
Un soir de décembre Un soir de décembre
Delphine De Vigan   
Une petite histoire comme ça (imaginez un geste de la main vague), lue un soir de janvier (j'aurais pu la lire en décembre, mais ç'aurait été une coïncidence frauduleuse) dans une chambre située bien loin de l'univers typiquement parisien qui est là exposé aux regards (à quatre cents kilomètres, pour tout dire).
Tout m'a paru creux, comme si c'était le vide, le vain, le vent qui avaient été étendus sans joie sur près de deux cents pages ; des pages qui ne sont pas noircies de haut en bas mais qui montent tout de même un décor grisâtre, d'une bichromie apathique, devant lequel se meuvent des personnages-ombres. Il n'y a pas d'amour mais des flots fumeux d'excuses et de prétextes concupiscents qui noient le mariage du protagoniste et, par là même, son bonheur.
En d'autres termes, c'est un roman insipide pour qui ne connaît rien aux vicissitudes de la vie (surtout sexuelle) d'un citadin quarantenaire en panne d'inspiration.

par Hillja
Stupeur et tremblements Stupeur et tremblements
Amélie Nothomb   
difficile de juger. Avec Nothomb on ne sait jamais sur quel pied danser parfois c'est génial d'autre fois sans intérêt et en ce qui concerne ce livre je trouve que ce n'est pas le meilleur malgré une certaine popularité

par Alienor
Le Grand Meaulnes Le Grand Meaulnes
Alain-Fournier   
C'est sûr : Ce roman, que j'ai dû lire en quatrième, est un grand classique, par lequel on doit passer. A tous ceux qui veulent le lire : ACCROCHEZ-VOUS. Je vais être franche : la première partie est très dure à accrocher mais la seconde et la troisième sont plus simples. On arrive à pénétrer dans l'histoire. La fin m'a même fait pleurer. C'est seulement à la dernière page que l'on se rend compte que ce livre est très beau.

par myra44
Le Soleil des Scorta Le Soleil des Scorta
Laurent Gaudé   
Une écriture simple, efficace, inondée de soleil, qui nous entraîne dans la misère du Sud de l'Italie, dans sa richesse, dans ses mœurs et dans la folie générationnelle d'une famille. Ce roman découvre leurs passionnelles exagérations (très latines), leurs sensuels et violents appétits et leurs souffrances intérieures.
C'est aussi un récit qui nous conte la relation à la vie ; ce qui doit être transmit au-delà de la fierté, l'importance de la destinée, les rêves...
La description du Sud de l'Italie est superbement menée. Le passage sur l'éternité de l'huile d'olives en relation avec celles des hommes est excellent.
De beaux messages sont parsemés çà et là, au fil des pages. Il faut se battre pour vivre. Nous pouvons changer la destinée héréditaire (le libre arbitre), la vie est faite de frustrations, de déception, de malheur, mais elle regorge de beauté, de tendresse, de compassion, d'amour, selon le regard que l'on porte.
Et nous serons tous face à nous même, le jour de notre mort.
Des souris et des hommes Des souris et des hommes
John Steinbeck   
Une fois encore Steinbeck bouleverse et chavire les sens . L'histoire de deux hommes si proches qui devront malgré tout se séparer . En ancrant ses personnages dans cette Amérique qu'il affectionne tant , Steinbeck nous livre une leçon poignante sur les différences et sur la férocité des sociétés ( de la société des hommes). A lire !

par Sadess
La Valse lente des tortues La Valse lente des tortues
Katherine Pancol   
Comme le premier, c'est un livre qui détend. L'intérêt provient surtout, je trouve, de la façon dont l'auteur brosse le portrait des différents protagonistes de l'histoire et de l'humour qui en découle. Si vous éprouvez le besoin de lire quelque chose de léger, vous passerez sûrement un moment agréable.

par kay75