Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de gwenhelyne : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Starcrossed, Tome 1 Starcrossed, Tome 1
Josephine Angelini   
Haaaa cette lecture... Quel plaisir ! Ça fait énormément de bien de trouver un livre comme Starcrossed... On ne se prend pas la tête, l'écriture est fluide, l'atmosphère est parfaite et les personnages sont vraiment attachants, bref, c'est génial !
Dès le début, j'ai su que j'allais adorer l'histoire. Rien que le fait qu'elle se déroule sur l'île de Nantucket ( un lieu qu'encore aucune de mes lectures ne m'avait fait découvrir ), un endroit paradisiaque, gorgé de soleil et bordé par l'océan, m'avait déjà conquis ! En effet, le cadre est vraiment sublime. Les décors sont superbes, on s'y croirait presque ! On a l'impression qu'en insistant un peu, on pourrait sentir le sable sur nos pieds. Rien qu'avec ça, j'adorais déjà l'intrigue... Mais avec les personnages, elle est devenue un pur délice !
Helen, une lycéenne de seize ans, vit sur l'île depuis sa plus tendre enfance. Son seule problème est qu'elle est très grande pour son âge. A cause de ça, beaucoup de gens ont la fâcheuse tendance à la fixer. Tous ces regards tournés vers elle la font souffrir physiquement. En effet, elle est tellement timide que lorsque l'attention est portée sur elle, ça la blesse. Mais ce problème, elle aurait pu s'en accommoder cette année, comme elle l'a fait auparavant. C'était bien sûr sans compter sur l'apparition de la famille Delos à Nantucket, et surtout l'arrivée de Lucas dans le lycée d'Helen à la rentrée.
Au moment où cette dernière le voit dans les couloirs le premier jour de cours, une haine intense et une colère profonde s'emparent d'elle. C'est ainsi qu'ils vont se mettre à se battre, devant tout le monde... Rien que d'y repenser, j'ai envie de relire ce livre ! La relation entre Helen et Lucas est vraiment géniale à découvrir ! On change complètement de style. Ici, les deux protagonistes se détestent. Pourquoi ? Hé bien ( sans vous spoiler ) ils sont destinés à être maudits. En effet, une ancienne malédiction les poussent à se haïr.
Et là, on arrive à ce que j'ai le plus aimé dans le roman : cette fameuse malédiction ! Je ne vous en parlerai pas plus en détails, mais elle remonte à la Guerre de Troie. On apprend que durant cette sanglante bataille, les dieux eux-mêmes avaient participé à la tuerie. Des dieux comme Zeus, Aphrodite et Athena. Ca ne vous rappelle rien ? Les mythes grecs !
Cette partie du livre est vraiment impressionnante, prenante et saisissante. J'ai adoré pouvoir découvrir la mythologie grecque. Ce fût vraiment un énorme plaisir. On revisite le passé et ses secrets. L'auteure arrive à nous faire remonter le temps sans aucune contrainte. J'ai été happé par le fait qu'elle ait réussie à moderniser les vieilles légendes et qu'elle puisse ainsi nous faire découvrir une histoire sensationnelle !
De plus, l'écriture de Josephine Angelini est très fluide. On ne se perd pas dans les descriptions, le cadre de Starcrossed est très bien décrit et l'histoire d'amour ( oups, en aurais-je trop dis ? ) entre Helen et Lucas est juste splendide. Je pense que je vais regretter cette romance d'ailleurs ! Ce mélange de haine et de passion m'a énormément plu. Mais bien sûr, que serait une histoire sans sa dose de méchants ?
Ici, les ennemis des Delos sont nombreux. Creon, un ennemi de la famille, est prêt à tout pour tuer Helen. Pourquoi ? Vous le découvrirez en lisant le roman ! Mais sachez d'ores et déjà qu'il y a des morts et de grosses trahisons dans ce livre. D'ailleurs à la fin, les masques tombent, les mystères s'éclaircissent finalement et toute la pression accumulée au cours de notre lecture peut enfin redescendre... Un peu.
Pour conclure, je ne peux que vous conseiller ce roman ! A la fois innovant et fascinant, cette association entre mythologie grecque et histoire d'amour maudite ne pourra que vous toucher. Helen et Lucas sont également deux héros que j'adore. Comme vous l'aurez compris, Starcrossed est une lecture très rafraîchissante. Son décor, son ambiance et son cadre sont merveilleux. Une lecture qui procure beaucoup de plaisir à la découvrir.

par Jordan
Soyons fous Soyons fous
Lisa Plumley   
Soyons fous est le type même de la romance-doudou, le bouquin qu'on aime lire et relire quand le moral est au plus bas ou le temps maussade. Quel que soit le temps ou l'humeur, il vous redonnera le sourire et vous fera paraître la vie plus belle. L'histoire frise le conte de fées et c'est une partie de son charme. L'héroïne, fille unique d'un milliardaire et cible favorite des paparazzi et des tabloïds se retrouve nounou et bonne à tout faire d'une ex-star du football américain qui tente un come-back.

Rien de plus drôle que deux personnes au tempérament opposé mais irrésistiblement attirés l'un par l'autre, qui luttent avant de succomber. Rien de plus comique que la rencontre d'un homme à la discipline quasi militaire et d'une évaporée délicieusement frivole. Mais si entre ces deux êtres viennent se glisser des triplés aussi adorables que farceurs, le roman atteint des sommets de drôlerie mais aussi d'émotion. Car rien de plus touchant que ces deux âmes blessés quand la "catastrophe" survient et que le bonheur s'enfuit.

J'ai beaucoup ri car les pitreries des triplés ainsi que les déconvenues de l'héroïne sont hilarantes, mon coeur s'est serré à plusieurs reprises quand les petits nuages se sont transformés en gros nuage noir synonyme de tempête et l'émotion a fini par s'immiscer quand le chagrin a fini par pointer le bout de son vilain nez. Mais pas de conte de fées sans happy end et comme le soleil revient après la pluie, le sourire a fait un superbe retour.

Bien que l'ensemble soit convenu et guère original, j'ai pris un énorme plaisir à lire ce roman sans prétention, tout comme on aime se pelotonner dans un bon vieux pull, certes démodé mais tellement confortable. Soyons fous, une romance pour les jours gris et les coups de blues....
Midnight, Texas Tome 1 : Simples mortels, passez votre chemin ! Midnight, Texas Tome 1 : Simples mortels, passez votre chemin !
Charlaine Harris   
Si vous vous attendez à retrouver l'univers un brin déjanté de True Blood la déception risque d'être au rendez-vous. Dans cette nouvelle série, Charlaine Harris renoue avec ses anciennes amours et c'est vers des séries plus anciennes orientées vers l'énigme policière que le regard doit se tourner. Ce premier volet de la série est une sorte de spin-off avec d'autres séries policières de l'auteur (Lily Bard, Harper Conelly et Aurora Teagarden) et l'on retrouve ici un certain nombre de personnages déjà rencontrés (Bobo, Manfred, le sherif Smith) Mais cette fois-ci le surnaturel est présent même si tous les protagonistes font de leur mieux pour cacher ce qu'ils sont. La romance est aussi la grande absente du roman : pas d'histoire d'amour et encore moins de sexe. Pas de scènes de gore à l'hémoglobine envahissante. Non, un roman à l'atmosphère quasi hitchcockienne où le quotidien finit par prendre des allures angoissantes.

C'est un roman à l'atmosphère étrange, où rien n'est vraiment dit, où chacun à quelque chose à cacher et où le surnaturel se dévoile petit à petit. L'action se situe dans une bourgade du Texas, Midnight, perdue au milieu de nulle part, au croisement de deux routes. Réunis par le hasard à moins que des forces occultes ne les aient poussés là, un groupe d'individus a constitué une communauté dont le maître mot est discrétion. Les secrets de chacun sont gardés par les secrets des autres. L'intrigue policière est assez basique : une femme a disparu et tout le monde pense qu'elle est partie jusqu'au moment où l'on découvre son cadavre. La résolution de l'énigme amènera son lot de découvertes mais également son lot de nouvelles questions.

J'ai beaucoup aimé ce roman à l'atmosphère quasi gothique où l'angoisse naît des non-dits, où rien n'est dit mais où tout est suggéré. Ici pas de flamboyance, juste l'étrangeté du quotidien, quand une toute légère inflexion vous fait basculer dans le fantastique. Vivement la suite !
Marche ou crève Marche ou crève
Stephen King   
ça faisait déjà un moment que je l'avais dans le collimateur, et je m'y suis finalement mis, malgré que je doive bosser...
Au début j'avoue je me suis demandé comment SK allait pouvoir justifier cette marche en apparence stupide et à laquelle personne ne voudrait participer. C'est vrai quoi, après tout, qu'est-ce qui les oblige ?
Mais l'intérêt du bouquin n'est pas là.
Cette marche (terme employé à la place de "livre", car ici il ne s'agit que de ça : la marche) m'a apparu au fur et à mesure comme un récit relatif à la mort. La mort, ici, est omniprésente. Pas parce qu'il y a beaucoup de morts, ça c'est le côté visible, superficiel. Mais parce qu'à tout moment, à chaque page, la mort est là, dans l'esprit, dans les pensées, derrière celui qui marche, sur chaque pas. Et si on s'arrête, elle nous tombe dessus. Ainsi, on suit la marche de Garraty, qui lui aussi, comme les autres, participe. Pourquoi ? Il ne sait pas très bien. Mais on comprend, nous lecteurs, peu à peu comment fonctionne ce monde (dystopique), et la vision que peuvent avoir les gens de la Longue Marche. On ne peut pas, il ne faut pas la voir de notre point de vue, mais tenter de voir ce que ces gens, là, autour des marcheurs, le long de la route, les spectateurs ; ce que la foule en pense. "Comment peuvent-ils ?" nous demandons-nous alors. Mais pensez un moment : un monde où annuellement un évènement national est organisé sur lequel on mise, on parie ; un évènement qui rassemble tout le monde, et donc le vainqueur gagne le prix : ce qu'il veut. Il peut avoir ce qu'il veut. Un tel prix, que ne donnerions-nous pas pour l'avoir ? Et puis, marcher, tout le monde peut le faire, non ? Après tout, ce n'est que mettre un pied devant l'autre, ça ne fatigue pas trop. Et la mort ? La mort est quelque chose de si abstrait, presque une pure idée, quelque chose qui se passe, là-bas ; ça ne nous touche pas vraiment. Ajoutez à cet état d'esprit un système gouvernemental répressif qui condamne les mauvaise pensées vis à vis de la Longue Marche, et vous comprendrez pourquoi. Pourquoi chaque année on concourt, on sélectionne, on est adoré, on devient l'idole puis finalement un matin, on est cent à 9h sur le départ, frais et dispos ; increvables.

Cette marche m'est apparue aussi, plus tard, comme une analogie de la vie. Je ne sais pas si c'est ce que l'auteur à voulu montrer ou pas, mais la ressemblance est frappante. Ici, on ne peut pas décider de s'arrêter pour "faire une pause", et si on ralentit, on est largué, perdu, mort. Si on s'arrête, on est mort. Si on refuse, si on se défile, on est mort. Il faut marcher, toujours marcher, marcher sur les autres, marcher sur leurs tombes. Et malgré les amitiés, les sympathies, tout cela est vain, car à la fin on reste tous ennemis et concurrents.
Les marcheurs sont ainsi amenés à penser, encore et toujours, à penser à "pourquoi ?", pourquoi ils sont là ? Qu'est-ce qui les y a poussé ? Mais cette pensée arrive trop tard. Cette lucidité. Alors la mort, là derrière, prête à les happer, devient ce qu'il y a de plus réel et de concret. La mort, c'est l'arrêt. C'est les jambes qui ne nous portent plus. Et la mort n'est pas magnanime, pas compréhensive. Elle fait mourir. La mort n'est pas un jeu, "and so is" la Longue marche. Il n'y a pas un moment où, comme pensait inconsciemment Garraty, on va pouvoir dire : "ouf, pouce, j'suis crevé, je m'arrête un moment", ou "je rentre chez moi". Il n'y a que la route, et cette règle immuable ; un pied devant l'autre, puis un autre, un autre...
Le Théorème des Katherine Le Théorème des Katherine
John Green   
J'ai vraiment adoré ce livre ! Au départ, je ne cache pas que j'ai été un peu déçue que le narrateur soit externe (j'aurai préféré un narrateur interne, comme dans "Nos étoiles Contraires") mais j'ai bien vite oublié ce détail: les personnages étaient géniaux, surtout Hassan, le meilleur ami de Collin ! Collin aussi m'a beaucoup plu, comme tous les autres personnages du livre; ils sont chacun travaillés, avec leur propre caractère et personnalité.
Et puis j'ai tellement ri durant toute ma lecture !
J'ai trouvé l'histoire originale, et l'écriture de John Green toujours aussi géniale ! On ne lis pas ce livre, on le dévore !

Bref, j'ai littéralement ADORE ce livre, je pourrai le relire des centaines de fois sans m'en lasser !
Miss la gaffe ! Miss la gaffe !
Meg Cabot   
Enfin une héroïne qui n'est pas filiforme, qui est une vraie fille!
Elle fait des régimes, elle a des rondeurs, elle abuse de Coca Light!
Lizzie est l'héroïne que j'aime beaucoup, je me retrouve dans son comportement complètement gaffeur, dans toutes ces folies.
Ce premier tome (pour ceux qui l'ont lu) est vraiment pleins de rebondissements les plus inattendus les uns que les autres.
La fin est surprenante, l'amour est au rendez-vous, les petites choses de la vie quotidienne... J'ADORE
Quelques endroits chauds, mais j'en suis sûre, je ne suis pas la seule à les avoirs relus après...!!!^_^

par Evinette
Miss la gaffe se marie Miss la gaffe se marie
Meg Cabot   
Tres bien
Au début j'ai été légèrment déçu Comment ne pas l'être, dans les deux premiers tomes on s'attache à Luke, le petit copain parfait et d'un coup, il devient un gros nul. Heureusement, on s'attache aussi vite a chaz et même si le final n'est pas ce que j'espérais, j'ai tout de même beaucoup aimé ce dernier livre. Pour résumer ce n'est pas le meilleur des trois mais, il en vaut tout de même la peine.

par thavany
Miss la gaffe à la grande ville Miss la gaffe à la grande ville
Meg Cabot   
Une suite à la hauteur
Encore du grand meg cabot Tout aussi bien que le premier livre je le conseille au plus de quinze ans, car il y a quelques moments assez coquin :) Très facile à lire on n'a pas envie de s'arrêter avant la fin. Si comme moi vous avez adoré le premier vous adorerez celui la !

par thavany
Mr. Mercedes Mr. Mercedes
Stephen King   
Bon Thriller qui, pour une fois avec Stephen King, n'a pas un gramme de fantastique. Course poursuite et psychologique entre un flic à la retraite et un psychopathe totalement barge. Les personnages secondaires comme souvent avec cet auteur ont autant d'importance que l'intrigue. A conseiller aux amateurs de thriller.
La Quête des ours, Tome 1 : L'aventure commence La Quête des ours, Tome 1 : L'aventure commence
Erin Hunter   
Comme la Guerre des Clans, cette série est aussi addictive. Elle est dit pour la jeunesse mais même adulte on peut le lire. Cette série permet de se détendre, en effet, l'écriture facile permet de suivre l'aventure des oursons. Comme d'habitude nous sommes touchés par les événements qui les touchent. Nous pleurons, nous vivons avec eux leurs émotions. On découvre les habitudes des ours blancs, des ours bruns et des grizzlis et nous sommes dans la banquise, dans un zoo ou dans la forêt.
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3