Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de gwenka : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Angelfall, Tome 1 : Penryn et la fin du monde Angelfall, Tome 1 : Penryn et la fin du monde
Susan Ee   
Attention, ce livre prendra sans doute une place dans votre coeur aux côtés de vos favoris !
Pour ma part cela faisait bien longtemps que je n'avais été aussi envoûtée à la lecture d'un livre, enchaînant la turbo-lecture et me lamentant de ne pouvoir lire la suite dans la foulée.

Les ingrédients de départ vous rappelleront certainement bon nombre de vos lectures : un monde post-apocalyptique, une jeune fille responsable, une mère "incapable", une petite sœur fragile, handicapée, une rencontre improbable avec un être masculin dangereux...

Et pourtant il n'y a rien de cliché dans le développement de cette histoire. Susan Ee, avec un talent incroyable, a su rendre touchants et crédibles ses personnages, saupoudrant le tout d'une touche d'humour bienvenue dans cette aventure pleine d'action dramatique, et de surprises à la fois horribles et réjouissantes.

Le contexte est classique mais assez étonnant : l'apocalypse est venue, avec son lot de cataclysmes et d'anges vengeurs. Ces derniers terrorisent la population survivante, alors que le monde sombre dans le chaos. Les anges sont beaux mais effrayants et chacun craint de les croiser.

Penryn fera bien entendu connaissance d'un de ces anges pour une aventure mouvementée, teintée de romance très débutante et très émouvante, alors qu'elle part à la recherche de sa petite sœur disparue. Ce moteur classique est ici pleinement justifié par le déroulement de l'histoire, tout comme l'évolution des sentiments des deux personnes.

L'ambiance est très réussie, très évocatrice, avec un traitement sans longueurs et sans stéréotypes (je me répète mais arriver à faire du neuf avec du vieux, c'est admirable !).

J'ai particulièrement apprécié comment était justifié le profil psychologique de l'héroïne, ainsi que ses aptitudes physiques inhabituelles. Sa personnalité a été façonnée par celle de sa mère, une mère aimante mais aussi... dangereuse.
Cet abord intelligent et subtil est rare en littérature young adult, où les clichés sont souvent brassés sans complexes (et à mon âge, hélas, cela m'empêche souvent d'apprécier pleinement ma lecture).

Le déroulement de l'intrigue est très riche, nous permettant de découvrir plusieurs aspects des nouvelles organisations sociales (résistance et collaboration pour simplifier) tandis qu'une sinistre opération mystérieuse se dévoile peu à peu en arrière plan...

Le rythme est très soutenu, laissant pourtant la part belle à la psychologie. Plusieurs registres sont utilisés (fantastique, thriller, romance, road-movie) pour un style mi romantique, mi pragmatique, mâtiné d'horreur. Ce mélange étonnant est très réussi.

L'évolution finale du récit a de quoi surprendre, l'auteur sait mélanger les genres avec brio, n'hésitant pas à travailler sur plusieurs registres.
Ce livre se clôture ainsi sur un point d'orgue, promettant une suite qui s'annonce passionnante.

Ce roman américain est initialement un livre auto-édité, qui a été accueilli avec enthousiaste par les lecteurs, et dont les droits ont été rachetés au cinéma, ce qui peut nous faire espérer une traduction très très vite !


par milabette
Driven, tome 8 : Down Shift Driven, tome 8 : Down Shift
K. Bromberg   
https://aliceneverland.com/2017/07/18/driven-tome-8-down-shift-k-bromberg/

Ma relation avec K. Bromberg est faite de hauts et de bas. Soit j’ai un énorme coup de cœur pour le tome, soit je passe complètement à côté. Je commence à en avoir l’habitude alors, après ma déception pour le précédent livre, j’étais impatiente de me plonger dans celui-ci.

Ça n’a pas loupé : j’ai tout simplement adoré ce tome ! L’histoire se focalise sur le personnage de Zander que l’on avait déjà rencontré tout au long des premiers tomes. En effet, il fait parti des garçons adoptés par Rylee et Colton. Mais, surtout, l’histoire de ce petit garçon qui ne parlait pas m’avait énormément touchée. Le découvrir adulte, alors que son passé refait surface, c’était juste une idée géniale de la part de l’auteur. De quoi boucler la boucle…

L’histoire de Zander m’a une nouvelle fois chamboulée. Devenu jeune pilote de course à qui tout réussi, son passé lui revient à la figure. Il va devoir s’affranchir de tous ses fantômes pour trouver la paix mais aussi, et surtout, la stabilité qu’il recherche inconsciemment. Son cheminement va le pousser à croiser la route de Getty. Getty qui, elle, ne s’est pas totalement affranchi de ses démons et reste sans cesse sur le qui vive. Tous les deux vont devoir apprendre à se faire confiance et vont, ainsi, s’appuyer l’un sur l’autre pour trouver la force d’affronter leurs démons.

J’ai adoré la justesse de cette histoire, et ce fut un régal de replonger dans l’univers de la course automobile qui avait tant fait l’originalité des premiers tomes. Mais, surtout, l’histoire entre Zander et Getty est belle. Deux âmes brisées qui vont se reconstruire malgré leur lourd passé et toutes les casseroles qu’elles trainent. Un récit plein d’espoir, de leçons de vie, de force et de courage. De quoi conclure en beauté cette formidable série !

par Kesciana
La Sélection, Tome 5 : La Couronne La Sélection, Tome 5 : La Couronne
Kiera Cass   
Voilà, c'est la fin d'une de mes sagas préférées... Je sais pas trop comment je dois réagir enfaite. Pleurer ou Sourire ?
En tout cas, la seule chose que je retiens, c'est MERCI Kiera Cass pour tout ce travail que vous partagez avec nous...

MAIS comment dire au revoir à Maxon et America une nouvelle fois ? Et comment dire au revoir à notre merveilleuse Eadlyn ?

Tout ce que je peux dire, c'est que je suis tombée amoureuse de "La Sélection" en 7 minutes.

Alors Merci Kiera Cass.
Maybe, Tome 1 : Maybe Someday Maybe, Tome 1 : Maybe Someday
Colleen Hoover   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/04/maybe-someday.html

J'adore les romans de Colleen Hoover, et je pense même d'ailleurs pouvoir dire qu'elle est mon auteure favorite. J'ai adoré la trilogie Slammed, je suis tombée amoureuse de Hopeless (ainsi que de son roman compagnon Losing Hope), et j'attend encore le jour où je serais déçue par un de ses romans. Est-ce que ce jour serait arrivé avec Maybe Someday ? ... Oh que non ! Si vous preniez toute l'adoration que j'ai eu pour Slammed, que vous l'ajoutiez à mon coup de cœur pour Hopeless, et que vous multipliez tout cela par 10, vous atteindriez peut-être l'énorme coup de cœur qu'à été ce roman ! Parce que Maybe Someday c'est une lecture coup de poing et une somptueuse aventure.

Le jour de ses 22 ans, Sydney découvre que son petit ami Hunter la trompe avec sa meilleure amie et colocataire Lori. La jeune femme se retrouve alors à la rue et ne trouve d'aide qu'auprès de Ridge qui n'était jusqu'alors que "le musicien du balcon d'en face". Une étrange amitié s'était liée entre eux alors que le jeune homme jouait de la guitare sur son balcon aux moments où Sydney étudiait sur le sien, s'imaginant ses propres paroles aux mélodies. Face au désarroi de la jeune femme Ridge lui propose de rester dans la chambre habituellement occupée par son frère, alors en tournée avec son groupe Sounds of Cedar, mais en échange il a une petite condition. Puisqu'il est en plein syndrome de la page blanche et que les mélodies ont l'air de tant inspirer Sydney, elle devra accepter de l'aider à écrire les prochaines chansons du groupe...

Une relation entre amitié, attirance palpable, et amour de la musique va se lier entre les deux jeunes gens. Au fil des paroles qu'ils vont écrire pour Sounds of Cedar, ils vont se découvrir et s’apprivoiser sans les habituelles barrières qui sont érigées entre les gens. Forcément, en s'ouvrant cœur et âme dans leurs textes et mélodies, il y a peu de place pour de vrais non-dits... Cependant Ridge a une petite amie, Maggie, et Sydney lutte vraiment pour surmonter la trahison de son ex. Il y a donc bien des obstacles qui se dressent sur le chemin de leur relation que j'ai pourtant adorée. J'ai adoré son évolution, sa douceur, son tragique.

J'ai également adoré Sydney que ce soit dans ses doutes ou ses peurs. La façon dont elle se bat pour surpasser son sentiment de trahison et son attirance naissance pour Ridge ne peuvent que nous parler. C'est un personnage qu'il est très facile d'apprécier et de supporter. On vit toute l'histoire à ses côtés, avec elle, et ses émotions deviennent très souvent les notre. Toutefois au delà de Sydney, j'ai surtout adoré Ridge. Je crois même que je suis un peu amoureuse de lui... et encore "un peu" est un euphémisme.

Il m'est compliqué de réellement trop parler de son personnage sans vous révéler un point fondamental du récit. En effet, Ridge a une particularité qu'il est dur de ne pas évoquer lorsqu'on parle de lui, mais sur laquelle je me refuse de spoiler. Si ce n'est pas un gros secret, et que c'est révélé assez rapidement dans le récit, je ne voudrais gâcher le plaisir de personne et je pense que c'est toujours mieux de garder les petites surprises pour la lecture. Je dirais simplement que c'est une particularité qui forge réellement son personnage et a été un de ces petits plus magique qui est porteur d'énormément de force.

Le fait est qu'au delà des personnages le truc qui fait de Colleen Hoover une auteure si spéciale, c'est qu'elle nous fait tout ressentir avec beaucoup d'intensité. On se prend les personnages et l'histoire en pleine poire, et c'est encore plus flagrant dans Maybe Someday. Ce roman il ne se lit pas, il se vit tout simplement. On est embarqué dans les vies de nos héros et on partage toutes leurs joies et leurs peines comme si elles étaient les notre. Si Ridge a une manière très forte et pure de ressentir la musique dans le roman, c'est avec autant d'intensité et de pureté qu'on ressent ce récit !

Pour tout vous dire, l'immersion est si complète que pour la première fois je n'ai pas réussi à me projeter en avance dans l'histoire. Je ne savais tout bonnement pas qu'elle était la meilleure issue pour ces personnages, ni celle que l'auteure risquait de privilégier. Après tout est-ce qu'une fin heureuse c'est forcément quand les personnages finissent ensemble ? Est-ce que parfois la meilleure fin, la plus satisfaisante, ça ne serait pas autre chose ? Comptez sur Maybe Someday pour remettre toutes vos certitudes à zéro !

En conclusion, Maybe Someday est encore un petit bijou qui nous est offert par Colleen Hoover. Cette auteure a un réel talent pour créer des personnages et histoires captivants et mémorables. J'ai rarement lu des romans qui m'ont autant fait vibrer que les siens, et ce dernier en date atteint réellement une magnifique apogée. A lire absolument !

par Althea
Crossfire, Tome 5 : Exalte-moi Crossfire, Tome 5 : Exalte-moi
Sylvia Day   
J'étais impatiente de lire la conclusion de cette série. Après un départ formidable, j'avais trouvé que l'intrigue devenait longue et répétitive, donc j'avais un peu peur pour ce tome 5.
Le début, disons la première moitié, confirme malheureusement cette impression. Rien de nouveau : Gideon doit affronter des rumeurs, des attaques dans la presse à propos de ses ex (Corinne, Deanna, Anne Lucas) On a déjà lu tout ça dans les tomes précédents. La différence ici c'est qu'au lieu de se montrer jalouse, Eva l'aide à désamorcer les scandales. Je dirais que du coup, c'est non seulement répétitif, mais qu'il y a aussi moins d'enjeu, moins de tension.
Dans la deuxième moitié et surtout les derniers chapitres il y a enfin une montée en tension avec deux nouveaux problèmes et dangers, un du côté de Gidéon ([spoiler]un harceleur à moitié cinglé qui lui tire dessus[/spoiler]) et un du côté de Monica, la mère d'Eva ([spoiler]qui cachait depuis toujours sa vraie identité et sa vraie histoire[/spoiler] )
Je dirais donc qu'il y a une conclusion haletante, après un roman et une série qui ont trainé en longueur. Je ne regrette pas d'avoir attendu ce tome, juste pour cette fin qui explique beaucoup de choses, mais je crois que l'auteur aurait pu se concentrer sur les péripéties essentielles et faire une trilogie.

par IsaR
Maman a tort Maman a tort
Michel Bussi   
Monsieur Bussi écrivez, écrivez et continuez de nous enchanter avec vos romans. Quelle imagination !!!!! Un pur régal, on va de rebondissement en rebondissement et on tourne les pages ou le bouton de la tablette avec avidité... Merci pour ces bons moments de lecture. "N'oublier jamais" que si "Maman a tort" et qu'elle "Ne lâche pas ma main", je prendrai "Un avion sans elle" car j'ai du "Sang famille" et avec mes "Nymphéas noirs" je n'irai pas "Mourir sur Seine". Je l'ai toujours dit "T'en souviens-tu mon Anaïs ?"

par coucougi
Bad, Tome 2 : Amour dangereux Bad, Tome 2 : Amour dangereux
Jay Crownover   
Une bonne suite.
Même si le couple Race/Brysen est différent de Bax et Dovie, j'ai trouvé cette suite addictive.
Une bonne lecture.

par Adèle
Marquer les ombres, Tome 1 Marquer les ombres, Tome 1
Veronica Roth   
«Honor has no place in survival.»

D'habitude, j'écris mon commentaire sur un livre dès que je l'ai terminé. Mais pour Carve the Mark (jamais je ne dirais le titre français je trouve que ça sonne bizarrement), j'ai hésité pendant plusieurs jours avant de me décider à finalement dévoiler mon avis sur ce roman.

Je tiens à préciser que ce commentaire risque grandement de ressembler à un brouillon. Je suis comme ça quand mon cerveau s'emballe et que j'ai trop d'idées pour prendre le temps de tout faire correctement sans prendre le risque d'en perdre une.
Même ça c'était brouillon, tiens.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a une polémique autour de ce livre. Effectivement, de nombreuses personnes ont trouvé le fait que le peuple Shotet vu comme les sauvages et les méchants de l'histoire ne soit pas très pâles comme étant quelque-peu raciste.
Ouais. Alors, pour ma part, j'ai parfois du mal à me souvenir de la couleur de cheveux d'un personnage alors me souvenir de sa couleur de peau, c'est le même problème. Je n'y prête pas plus attention que ça sauf si c'est un élément important de l'histoire. Et dans le cas de Carve the Mark, c'est plus un détail qu'autre chose. En plus, ils ne sont pas tous mates de peau donc...
Je trouve ça dommage qu'on condamne un livre pour un détail comme celui-ci. Nous sommes en 2017. Oui, le temps passe vite. Bien que le racisme soit un problème toujours existant (je le sais parfaitement puisqu'il y a peu encore je faisais un travail là-dessus), je crois que nous sommes assez évolués pour faire la différence entre un acte raciste et un simple détail sans réelle importance.
Selon moi, je crois qu'il faut aussi tenir compte que c'est un livre, une fiction pure. L'histoire se déroule carrément dans une autre galaxie!
D'ailleurs, si on commence à trouver un aspect de ce livre insultant, on peut en trouver d'autres et dans tous les livres publiés à ce jour. Peut-être que demain des astronomes vont se pointer pour faire une scène parce que la galaxie dans ce livre n'existe pas et que certains aspects du monde de Carve the Mark ne correspondent pas à ce que la nature est capable de créer dans de telles conditions blablabla et qu'ils vont prendre ça comme une insulte à leur métier? Ou peut-être que quelqu'un va se dire que le fait que Cyra soit brune est un manque de respect envers les blondes?
C'est peut-être un peu exagéré mais ce que je veux dire c'est qu'à partir de là, on peut aller partout.
Des méchants à la peau sombre désignés comme des sauvages? Je veux bien comprendre que ça puisse en blesser certains vu comme ça. Mais je pense aussi que c'est bête de se laisser vexer par ça. Parce que ça n'a rien de raciste dans le contexte de Carve the Mark. Je pense que le choix de l'auteure par rapport à la couleur de peau des Shotet s'est basée sur le fait qu'à l'origine ce sont des nomades qui ont des racines un peu partout ce qui a créé une certaine mixité. Et si ça peut vous aider à vous sentir mieux, ils ne sont même pas méchants ni sauvages. Ils ont des croyances et des rites intéressants selon moi et ils sont vus ainsi parce que comme tout le monde ils ont des ennemis et ceux-là ne vont certainement pas aller nous dire "Ils sont beaux avec leur peau sombre et leur côté aventurier, vive les Shotet!"
Sinon, les lecteurs pourraient aussi se sentir blessés par le fait que les Thuvhésit sont pâles et pacifiques et qu'ils sont littéralement des faibles et des mauviettes aux yeux des Shotet. Le monde n'est rose d'aucun côté. Donc, je ne pense pas qu'on puisse parler de racisme.
Aussi faut prendre en compte que les Shotet sont définis comme des sauvages aux yeux de leurs ennemis (qui ne vont certainement pas parler d'eux avec des mots doux) parce qu'ils ont débarqués de nulle part et ils se sont installés sur la planète des Thuvhésit sans avoir la moindre envie de changer ce qu'ils étaient aka leurs croyances et de s'intégrer au peuple de Thuvhé.
Pour en revenir aux mots doux, puisque certains trouvent ça insultant que les Shotet soient vu comme des brutes par les Thuvhésit. Quand vous avez des ennemis, ou simplement des personnes que vous n'aimez pas, rassurez-moi vous les insulter un minimum quand-même? Sinon la définition du mot ennemi est quand-même mal interprétée. AH aussi, si jamais Veronica Roth avait écrit un roman où les ennemis ne sont pas vraiment méchants les uns envers les autres, il y en auraient probablement qui auraient fait la remarque alors au bout d'un moment, faut savoir ce qu'on veut.^^
Au-delà de ça, des tas de personnes ont aimées Divergente et pourtant on aurait pu trouver insultant le fait que par exemple les Fraternels ont l'air de gars qui ont échangés leur cerveau contre une salade. Pourquoi aucune personne étant pacifique, végétarienne ou quoi que ce soit dans le genre n'a pas trouvé ça insultant? Comme je vous disais plus haut, on peut trouver des choses insultantes dans des tas de livres si on cherche à se faire insulter. Autrement, on peut juste apprécier une histoire à sa juste valeur sans se prendre la tête avec un détail qui n'a aucune portée sur l'histoire en elle-même. Personnellement, je lis pour le plaisir et pas pour trouver des défauts à chaque phrase.
Pour finir, s'il y avait eu un véritable problème de racisme ou quel qu’il soit avec ce roman, je doute que les maisons d'éditions auraient acceptées de l'éditer. Et puis sérieux, Veronica a une réputation à tenir après le succès de Divergent! ;)
Au final, Veronica Roth a juste voulu nous montrer différentes cultures, différents peuples et fallait bien qu'il y ait un méchant sinon ça n'aurait eu aucun sens, fallait bien qu'ils soient différents pour être nommés 'différents peuples' et dans le cas du méchant, il fallait bien qu'il appartienne au peuple le moins compris et accepté de leur galaxie sinon ça n'aurait eu aucun sens. Et je le rappelle, étant sans origine précise puisqu'ils étaient des nomades et qu'ils viennent donc d'un peu partout, il y avait plus de chances pour qu'ils soient bronzés, dirons-nous, plutôt que blancs comme des cachets d'aspirines. Voilà.

Cela mis-à-part, je vous présente mon avis sur ce livre. Non, ça n'avait toujours pas commencé.

Carve the Mark est un livre dont je ne savais pratiquement rien lorsque je l'ai commencé. Je suis donc partie à la découverte de cette histoire et j'ai été agréablement surprise.

Effectivement, en plus d'avoir une très belle couverture et une mappemonde dont je suis tombée amoureuse, l'histoire m'a énormément plu!

On découvre Akos Kereseth qui est un Thuvhésit et Cyra Noavek qui est une Shotet. Rien ne semblait pouvoir les mener à se rencontrer jusqu'au jour où Akos est emmené au manoir des Noavek aka la famille au pouvoir sur les terres Shotet.
(PAUSE: C'EST QUOI CES NOMS?!)
Ils vont tous les deux se retrouver à devoir cohabiter et ils vont devoir s'entraider pour obtenir ce que chacun désire. Mais bien-sûr, Ryzek Noavek, le grand-frère de Cyra et le tyran qui dirige les Shotet, va être un obstacle parmi tant d'autres entre Cyra et Akos et ce qu'ils désirent mais sûrement le plus dangereux de tous.
Je crois que j'ai jamais fait un résumé aussi nul. ☺

J'ai adoré le monde qu'a érigé Veronica Roth. Je l'ai trouvé intéressant et j'avoue que je ne serais pas contre un petit voyage là-bas en mode exploratrice (aka Louan la nouvelle Dora). Chaque planète a sa particularité, chaque peuple est différent et ça m'a plu cette diversité chez les personnages qu'on a l'occasion de croiser. En plus que les personnages en question ont des don-flux soit un pouvoir particulier et unique chez chacun d'entre eux.
Je serais curieuse de savoir quel serait mon don-flux, tiens...☺
BREF.
Le monde m'a amené à aimer l'histoire puisqu'ils sont liés. Sans le monde qui va avec, l'histoire n'aurait clairement pas beaucoup d'intérêt.

En plus de cela, je trouve que Veronica Roth a vraiment bien su mener les choses. Et je me suis plongée dans cette histoire avec une facilité qui ne m'était pas venue depuis un moment.
Une fois confortablement installée dans mon lit (et malade mais ce n'est qu'un détail), je n'ai plus arrêté de lire. (Sauf pour aller vider ce que contenait mon estomac. Et même ce qu'il ne contenait pas d'ailleurs. Charmant, hein?)

J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont attachants et chacun est différent (comme je l'ai déjà dit) donc ça m'a énormément plu. Je suis le genre de personne qui béni la différence et Veronica Roth a su l'offrir avec tout ce que j'aime. Donc, je n'allais certainement pas venir m'en plaindre.

Cyra est une héroïne comme je les aime. Au début, elle ressemble à la copie parfaite d'une armoire à glace. Elle est menaçante et dangereuse grâce à son don-flux. Et au fil de la lecture on découvre qui elle est sous toute cette couche de glace et je l'ai trouvé lumineuse et attachante.
Bref, je l'ai beaucoup aimé. Je l'ai même carrément adoré. C'est mon nouveau modèle dans la vie. ;)

Quant à Akos, je m'y suis attachée de la même façon qu'avec Cyra. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Il semblerait presque plus sombre que Cyra par moments mais il a quelque chose de chaleureux comme un petit feu dans une cheminée que j'ai aimé. Bref, je vais tapisser les murs de ma nouvelle chambre (à la fin du mois) avec son nom. AKOS KERESETH. En plus, ça sonne bien. Que demander de plus?

Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu. J'ai aimé détester Ryzek et j'aurais bien mis mon poing dans la figure de Vas plus d'une fois. Bien que j'aurais sûrement eu plus mal que lui, ce qui est carrément contre-productif mais bon. ☺
J'ai aussi beaucoup aimé Isae, Cisi, Jorek et Teka.

Par rapport à la romance, je suis bien heureuse que Veronica Roth ait su prendre son temps pour bien la développer. OK, ça fait un peu cliché les deux ennemis qui finissent par tomber amoureux. Mais quand un cliché est bien fait, il peut se révéler très plaisant. Et dans le cas présent, j'ai adoré la relation mise en place entre Cyra et Akos. Il y a des moments entre eux, j'ai cru que j'allais fondre (et ça n'avait rien avoir avec la fièvre).
Bref. J'ai trouvé qu'ils se complétaient très bien, tous les deux.
[spoiler]Oh et, suis-je la seule amoureuse de Isae/Cisi?[/spoiler]

Pour finir, parce que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire, la fin m'a clairement donné envie d'avoir le second tome tout-de-suite. Attendre va être une torture. [spoiler]Si Cyra n'est pas une Noavek, qui est-elle? Le père de Ryzek donc, toujours vivant? Il est où? Qu'est-ce qu'il foutait pendant tout ce temps? Vont-ils réussir à sauver Eijeh?[/spoiler]

En conclusion, Carve the Mark est pour moi un coup de cœur. Je suis de ceux qui ont aimé Divergent mais Carve the Mark, c'est un tout autre level.
Je conseille donc vivement à ceux qui auraient entendu parler de la polémique de passer au-dessus et d'aller se faire leur propre avis. Selon moi, Carve the Mark vaut le détour.

«we rose, and became soldiers, so we would never be overcome again.»

par Sheo
Caroline & West, Tome 1 : Plus loin Caroline & West, Tome 1 : Plus loin
Robin York   
Depuis le temps que j'attends cette sortie, je ne pouvais pas ne pas le lire dès qu'il est arrivé dans ma BAL.

Caroline & West m'a beaucoup étonné. Je m'attendais à quelque chose de plus léger, moins sombre, mais au final, j'en ressors avec tout un tas de choses en tête.

De quoi ça parle, me direz-vous. Et bien nous suivons Caroline, qui après avoir quitté son copain de longue date voit sa vie partir totalement en miette après que des photos d'elle et de son ex se soient retrouvés sur internet. Son avenir tout tracé en droit se voit clairement remis en question. Pire, elle est harcelée, jugée et réduite à subir tout ça. C'est auprès de West qu'elle va tenter de surmonter tout ça.

Robin York a su parfaitement trouver les mots pour présenter cette histoire, montrer jusqu'où ces fameuses photos peuvent aller, en détruisant une vie. En lisant, je me mettais facilement à la place de Caroline, à ressentir toute cette peine, cette honte et même cette culpabilité qu'elle ressentait vis-à-vis de ce qu'il s'était passé. Quelque part, j'étais tellement plongée dans l'histoire que j'en arrivais à ressentir son mal être... Du coup, je me suis attachée à elle. Je me demandais comment les choses allaient évoluer.

De son côté West est très réservé. Sous ses airs de durs et son côté bad boy qui pour le coup n'est pas qu'une image puisqu'il vend de la drogue et se bat souvent, j'ai de suite apprécié son personnage. Dès la première rencontre que l'on fait avec lui. Ce côté très protecteur envers Caroline, tout en restant distant. C'est vraiment quelque chose qui m'a plu. Et puis il y a toute la partie sur sa famille, notamment sa sœur pour qui il est prêt à tout. Ses traits de caractère m'ont vraiment plu et je crois même que c'est son personnage qui m'a le plus plu dans ma lecture.

Leur relation est faite de haut et de bas. C'est vrai que certains passages ne m'ont pas vraiment emballés. Je pense qu'ils auraient pu ne pas être présents et n'auraient pas manqués. Et d'autres, plus approfondies pour m'émouvoir encore plus. Quand je vous dis qu'on devient de plus en plus exigeants. J'ai malgré tout fait qu'une bouchée de cette lecture, sans m'arrêter pour savoir le fin mot de l'histoire... et qu'elle n'a pas été ma surprise avec cette fin... cette fin... non ce n'est juste pas possible... comment est-ce que je vais faire... le second tome correspond donc à la suite, mais quand est-ce qu'on va l'avoir ?

Vous l'aurez compris, c'était une très bonne lecture. J'ai beaucoup aimé le couple Caroline & West, et j'attends vraiment la suite avec grande impatience.



par Carole94P
Caroline & West, Tome 2 : Plus Fort Caroline & West, Tome 2 : Plus Fort
Robin York   
Voilà une suite que j’attendais avec impatience et au vu des premiers retours plutôt mitigés, j’ai été un peu refroidi. Je peux comprendre que ce tome ait pu perturber certains lecteurs, car en toute honnêteté il se démarque du précédent. A commencé par l’ambiance qui est beaucoup moins pesante et le sujet va se recentrer sur les problèmes de West qui jusqu’ici n’avait fait que soutenir Caroline.

Plusieurs mois se sont écoulés depuis le départ de West, Caroline peine à survivre sans l’homme qu’elle aime et avec l’aide de son père, elle a décidé de déposer plainte contre Nate. Alors que la situation est déjà très stressante pour la jeune femme, elle va recevoir un appel inattendu de West suite à la mort de son père, afin de l’aider et sans se poser aucune question, elle va tout quitter et partir soutenir l’homme qu’elle n’a jamais réussi à oublier. Bien qu’il l’ait appelé à l’aide, West va rester froid et distant avec Caroline et n’a aucune intention de renouer avec elle, tout ce qui compte c’est sa sœur.

J’ai été très surprise de retrouver une Caroline plus battante que jamais, elle va s’avérer être un phare dans la tempête personnelle de West. Bien qu’il repousse la jeune femme, elle va découvrir des informations sur le passé du jeune homme et au contact de ses proches, elle va définitivement terminer de le cerner. Cette force qui l’habitude va être un réel atout pour soutenir Frankie et West, même si ce dernier ne veut pas être aidé. L’année qui s’est écoulé a complètement changé Caroline et la jeune femme fragile, à laisser place à une femme déterminée, elle a conscience qu’il ne sera plus jamais à elle, pourtant elle va être l’amie loyale qu’elle lui avait promis d’être lorsqu’il en aurait besoin.

J’ai trouvé l’ambiance moins pesante, probablement parce que le thème du « revenge porn » est relayé au second plan. Robin York a réussi à se renouveler dans cette suite, bien que nous continuions de connaître l’évolution de la procédure, ce tome est consacré aux sacrifices de West et ce tome va être sa seconde chance. Son retour à Silt a été vraiment difficile, quitter Caroline et abandonner ses études l’a ramené à la dure réalité de sa vie et à son incapacité à quitter cette ville. Les mois qu’il a passés éloigné ont causé des dégâts et c’est à distance qu’il va protéger sa jeune sœur. La mort de son père aurait dû le libérer de ses entraves, mais pourtant tout n’a fait qu’empirer. Contre toute attente, une chance de réintégrer Putnam va se présenter et cela va être la décision la plus dure de sa vie.

West est dans une situation déchirante et nous allons le découvrir plus vulnérable que jamais, cette manière qu’il a de repousser tous ceux qui lui tendent la main m’a vraiment fait mal au cœur. Difficile de ne pas être attendri, son histoire est terrible et on assiste impuissant à l’anéantissement de ses rêves. Devoir renoncer à Caroline a été une épreuve pour lui et il a pris conscience qu’il ne voulait plus prendre le risque de la perdre de nouveau, donc il va tout faire pour conserver une certaine distance avec elle. Je vous avoue que par moments j’avais envie de le secouer et qu’il ouvre enfin les yeux, mais grâce à Caroline nous allons assister à un véritable bras de fer et elle n’aura jamais été aussi consciente de ses atouts. Je ne m’attendais pas à retrouver une héroïne aussi combative et elle est épatante.

Malgré la violence émotionnelle de certaines scènes, j’ai réussi à m’attacher à notre couple de héros. Ce tome va marquer une véritable évolution pour leurs personnages, Caroline va devenir une femme incroyable et ses souffrances lui auront permis de devenir une femme plus forte. Elle est tout ce dont West pouvait rêver, malgré son instance à la l’éloigner, il va progressivement la laisser rentrer dans sa bulle. La fin m’a légèrement frustrée concernant quelques passages non exploités, mais globalement c’est un second tome où nos héros gagnent en maturité. Une romance pleine d’espoir, qui montre que malgré les difficultés tout le monde à le droit à sa part de bonheur et c’est un diptyque à découvrir !

http://wp.me/p4u7Dl-2oS

par Luxnbooks
  • aller en page :
  • 1
  • 2