Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Gypsian : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Blaze Blaze
Stephen King   
C'est vrai que je l'ai trouvé étrange pour un Stephen King, mais finalement, pas si différent que ça. Sa préface annonce bien la couleur, ceci dit, le roman est beaucoup plus basé sur le côté humain de Blaze. On reconnait pas trop la trace de l'auteur, mais j'ai quand même bien aimé ce livre.
Le passé de Blaze est bien comme les backgrounds des persos de SK ; trash, et cru. Je pense qu'il y aurait eu matière (en fait c'est ce que je m'étais imaginé avant de commencer) à creuser cette voix dans la tête de Blaze. Celui-ci est trop intelligent, son handicap ne ressort pas assez, on dirait que parfois il réfléchit par lui-même, et parfois pas. Il y aurait eu matière à faire quelque chose de bien Stephenkingien avec George dans la tête de Blaze. Accentuer le côté schizo.
Bref, plutôt que de dire ce que ça aurait pu être... Ce livre ne casse pas des briques, mais il est agréable à lire.
L'Outsider L'Outsider
Stephen King   
Ne m'en voulez pas si je vous dis qu'il s'agit de mon tout premier Stephen King...
En effet, en grande trouillarde que je suis, je n'ai jamais osé me lancer de peur de ne pas fermer l’œil de la nuit.
Et bien, je tiens à vous dire que j'ai vu juste...
Ce qui ne m'a pas empêché de savourer ma lecture, bien au contraire !
Je comprends, à présent, pourquoi il y a toujours eu un tel engouement pour les œuvres de celui que l'on prénomme le Grand Maître de l'Horreur.

L’ histoire commence comme un thriller classique.
Le corps d'un enfant a été retrouvé sans vie dans un parc de la petite ville de Flint City. La police du comté constate rapidement que le petit Frank Petterson a trouvé la mort dans des circonstances particulièrement horribles et tout accuse son entraîneur de baseball, Terry Maitland, d’être passé à l’acte.

On pourrait supposer que l'affaire est classée, mais c'est à cet instant qu'elle prend un tournant des plus étranges.
Des preuves attestent que Mr Maitland se trouvait à un congrès littéraire au moment de l'assassinat, semant ainsi le doute sur sa culpabilité.
Mais comment se fait-il que ses empreintes et son ADN sont retrouvés près du corps ?
Plusieurs témoins oculaires disent l'avoir vu avec le gamin ce jour-là. Ces témoignages, sont-ils fiables ?
Comment une même et unique personne peut se retrouver dans deux endroits différents au même moment ?
Invraisemblable ?
Et pourtant ... C'est ce que vont tenter de prouver l'inspecteur Ralph Anderson et ses confrères lors de cette course-poursuite pour retrouver le sanglant meurtrier.
Et si le meilleur moyen de comprendre cet acte inhumain était de croire à l'impossible ?

Vers la moitié du roman, Stephen King incorpore avec brillance une de ses célèbres détectives, Holly Gibney ce qui fait basculer, petit à petit, l'intrigue dans un genre fantastique horrifique qui fout les jetons.
L'Outsider rentre ainsi dans la continuité de la série des Bill Hodges : Mr Mercedes, Carnets noirs et Fin de ronde, même si leur lecture n'est pas indispensable pour saisir la trame narrative.

Bien que terrorisée, j'ai été incapable de lâcher prise. Cette découverte m’a bien évidemment donné envie de m’aventurer sur le restant de ses œuvres.
Mais pas tout de suite...
Laissez-moi au moins quelques jours pour atténuer mon insomnie...
Misery Misery
Stephen King   
Sans doute le plus éprouvant des huis-clos qui existent, ecrit en prime par le maitre de l'horreur. On soutient Paul dans cet enfer, on souffre avec lui ! On se demande quand ce calvaire s'arrêtera, au fond on n'est pas vraiment certain qu'il cesse. C'est une horreur et, en même temps, c'est un chef d'œuvre. Magnifique.
Et un petit plus pour le premier chapitre de ce roman. Une prouesse d'écriture.

par Mystix
Carrie Carrie
Stephen King   
mon deuxième king lu après christine...encore un choc ! cette ado souffre douleur de ces camarades et de sa mère,son don qui est aussi une malédiction,pour ceux qui on vécu les années lycée galères on s'identitfie forçément
,dire qu'il ne voulais pas le publier !! heureusement que sa femme l'à convaincu du contraire !!
Coeurs Perdus en Atlantide Coeurs Perdus en Atlantide
Stephen King   
Un livre de Stephen King un peu différent de ceux habituels. J'ai beaucoup aimé le début, comme toujours l'auteur nous embarque dans son histoire à toute vitesse, sans qu'on puisse avoir le temps de s'ennuyer. Mais malheureusement, le roman change du tout au tout au fil des pages et j'ai eu beaucoup de mal à le terminer. J'ai trouvé que le rythme ralentissait trop et que l'histoire perdait de l'intérêt, jusqu'à la dernière partie qui, elle, en a eu selon moi.
C'est tout de même un excellent roman, comme tous ceux de Stephen King !
Carnets noirs Carnets noirs
Stephen King   
Un tome deux a la hauteur de nos attentes.
Morris Bellamy n est pas sans nous rappeler " Annie Wilkes ", le fan hystérique qui fait toujours aussi peur au king.
On comprend mieux le titre de ce deuxième tome une fois une fois lea lecture entame, une reussite du genre.
La Peau sur les Os La Peau sur les Os
Stephen King   
Avocat dans le Connecticut, Billy Halleck est un homme en surpoids, hanté par cette injonction murmurée presque sournoisement par ce vieux Tsigane alors que Billy sort tout juste du tribunal où il a été innocenté du meurtre accidentel d'une vieille Gitane surgie brusquement d'entre deux voitures. Bien que la victime n'ait pas pris la peine de regarder en traversant, le vieux Tsigane ne le voit pas de cet oeil et prononce un seul mot à l'intention de l'avocat : "maigris !".
Perdre huit kilos en une semaine, sans suivre aucun régime, s'avère inquiétant et conduit Billy à se poser cette question : "Et si le vieil homme m'avait jeté un sort ?".

C'est mon premier Stephen King, une rencontre à la fois percutante et marquante, celle d'une lectrice qui découvre un grand auteur, un géant doué pour créer une ambiance très particulière, à la fois inquiétante et angoissante, morbide parfois. C'est une atmosphère qu'il installe progressivement dans son récit, mais de façon croissante, rendant son lecteur accroc, au point qu'il en tourne les pages avec frénésie, pour ne pas en perdre une miette et savoir ce qu'il va advenir de Billy.
Cette angoisse est aussi celle de son personnage, Billy Halleck, une frayeur qui le ronge et qui le ramène sans cesse à ce fameux jour, à sa sortie du tribunal. Stephen King arrive à nous communiquer la détresse et l'incompréhension d'un homme qui, au fil des chapitres, maigrit considérablement et pour lequel l'acte de se peser est devenu une véritable torture, une sorte de rituel qu'il redoute, se retrouvant comme un animal craintif, complètement démuni face à une balance hostile.

Si cette lecture maintient un suspense permanent, une sorte de course contre la montre où chaque minute est comptée, elle nous donne également l'occasion de nous familiariser avec un peuple qui fait peur, un peuple nomade aux moeurs et coutumes différentes, où les femmes et les hommes disent la bonne aventure, vendent des potions et des philtres magiques, vivent dans des roulottes, organisent des combats d'animaux...
Ce qui m'a frappée c'est ce contraste insolent entre la pâleur du visage de Billy et les robes colorées des Gitanes, de même que son humeur en berne, incapable de rivaliser avec le sourire provocateur qu'elles affichent.
Stephen King (Richard Bachman) a le don d'écrire des scènes vivantes que l'on n'a aucun mal à visualiser, la bonne idée d'inclure des réflexions personnelles de la part de son protagoniste, réflexions qui apportent un plus dans la narration et qui rapprochent le lecteur davantage de ses personnages dont on ne sait s'ils sont simples personnages de fiction ou carrément acteurs de cinéma. Et quelle imagination dans le choix des sortilèges, car Billy ne sera pas le seul à en faire les frais.

J'ai beaucoup aimé ce livre qui m'a été chaudement recommandé par Sandrine, cet auteur que Pascal appelle, à juste titre, le "Maître". J'ai pris énormément de plaisir à me plonger dans cette histoire imaginée avec force et talent.
La fin m'a un peu déroutée mais qu'importe, le livre tient en haleine jusqu'au dernier chapitre et je suis certaine qu'il est possible que nous l'interprétions tous de façon bien différente ce dénouement. En tout cas, c'est une lecture que je ne suis pas près d'oublier et un auteur auquel je vais sans doute m'intéresser de plus près et mieux découvrir à travers d'autres de ses écrits.

par SuperNova
La Petite Fille qui aimait Tom Gordon La Petite Fille qui aimait Tom Gordon
Stephen King   
C'est un récit fascinant que celui des tentatives opiniâtres de Trisha pour éviter les multiples dangers qui la menacent. Sur un sujet bien mince, King a su écrire une œuvre éclatante de fraîcheur et de vaillance enfantine qui ne l'empêche pas de traiter ses thèmes familiers : l'enfance et son imaginaire, la quête vernienne initiatique, la nécessité d'un modèle de vie, la place de la seconde voix, le combat contre le monstre, l'intervention divine dans les actions des hommes. Le genre de roman qu'en plus on termine la gorge serrée...
Ce roman de tension psychologique intense, mais obtenue avec des moyens retenus, plaira sans doute moins aux fans épris de gore. Pourtant King a su exprimer toutes les nuances de la peur sans se sentir obligé d'utiliser la grosse machinerie de l'horreur. Et avec quelle sensibilité ! Quelle habileté dans la description des réactions enfantines ! Quelle variété dans les effets !
Les Yeux du dragon Les Yeux du dragon
Stephen King   
J'ai bien aimé ce roman. C'est vrai qu'au début, j'ai été surpris, et j'ai trouvé le récit un peu trop gentillet, trop simple, et pas du tout fidèle à SK.
Mais par la suite, une fois passées les descriptions des personnages et leur histoire, on tombe dans la délicieuse manipulation de Flagg, et la déchéance de Peter, ce gamin trop bon pour devenir roi, qui n'aurait pas pu être manipulé.
Mais Thomas, le deuxième fils de Roland, ferait l'affaire. Comment se débarasser de Peter alors, sans encourir de risque pour soi-même ? Flagg va mettre au point un plan pour à nouveau accéder au pouvoir du royaume à travers Thomas, ce garçon mal aimé, peu sur de lui, et trop ressemblant à son père.

Peter, avec le peu d'aide qu'il va pouvoir recevoir, va devoir renverser le plateau et mettre à jour les terribles desseins de Flagg. Il devra toucher le fond avant de ressugir. Son père est aveugle, mais lui le sait. Flagg est le mal en personne.
Minuit 4 Minuit 4
Stephen King   
J'ai préféré Minuit 2 mais ça ne m'a pas empêchée de dévorer ces nouvelles. Les fans de SK ne peuvent pas faire l'impasse v!