Livres
528 636
Membres
548 788

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Mikassa 2015-12-31T13:32:00+01:00

Les gens vraiment bons le restent dans l'adversité. Pas uniquement quand ça leur est facile.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Klaroline03 2015-06-15T21:58:43+02:00

"You will have a powerful Gift, but it’s how you use it that will show you to be good or bad."

Afficher en entier
Extrait ajouté par SixteenJuly 2016-02-21T23:31:11+01:00

- Fais pas cette tête ! Je vise bien, je m'arrangerai pour te blesser. Tu guéris vite, alors, y a pas de mal, hein.

[...] Je ne veux pas plomber l'ambiance, alors je fais mine d'en rire et de faire bonne figure. Je sais que je dois ignorer Nesbitt, mais alors que je tends le bras pour reprendre du pain, mon regard se pose sur ma main et son hideuse collection de cicatrices et de tatouages. J'éprouve l'envie soudaine de les lui brandir sous le nez, en hurlant que si, justement, on m'a fait du mal. Chacune des marques sur mon corps correspond au souvenir d'une souffrance et même si je cicatrise plus vite que les autres, le "mal" est fait.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Vicki09 2016-01-11T06:56:17+01:00

- J'aime Annalise. Depuis le début. Tu le sais.

- Et moi ?

Il veut que nous parlions de mes sentiments pour lui et de ce baiser, mais ...

- Gabriel, tu es mon ami...

- Tu embrasses tous tes amis de cette manière ?

La question est moins agressive que les précédentes. Il attend vraiment une réponse.

- Non, seulement toi.

Page 265

Afficher en entier
Extrait ajouté par SixteenJuly 2016-02-21T23:21:24+01:00

- Van m'affirmait que tu n'avais pas survécu. Nesbitt a décrit ton cadavre, ta blessure. Il avait le Fairborn et je savais que toi, vivant, tu n'aurais laissé personne te le prendre. J'étais persuadé que tu étais mort. Pour moi, ça ne faisait aucun doute.

Il me jette un coup d’œil oblique, avant d'embrasser de nouveau le lac du regard.

- Et j'ai pleuré, j'ai beaucoup pleuré, Nathan. Je n'avais qu'une idée en tête : retrouver ton corps, l'enlacer et ne plus jamais le lâcher. J'aurais fini par succomber au froid, à la faim, mais au moins, je t'aurais serré entre mes bras. J'imaginais n'avoir plus rien d'autre à espérer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Gathe01 2016-02-14T17:17:18+01:00

_ il y a quelque chose dans tes iris... Je ne l'avais jamais remarqué. C'est à peine visible. Des torsades dorées, mais lointaines, fugaces. Le genre d'éclat qu'on ne trouve que chez les sorciers.

Il me sourit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mila7323 2015-09-17T21:23:35+02:00

-C'est de la magie Nathan, répond Gabriel. Ca n'a aucun sens et pourtant, c'est logique.

Page 125

Afficher en entier
Extrait ajouté par Litchienina 2020-07-18T19:48:26+02:00

Ma mains remonte vers son épaule, puis derrière son coup. Je penche la tête, rien qu'un peu, mais lui ne bouge pas, immobile comme une statue. Mes doigts lui agrippent la nuque, puis plongent dans ses cheveux. Ce n'est pas son regard que je fixe, mais sa bouche, et le plus doucement possible, je murmure :

- Gabriel.

Nous sommes si proches que nos visages se touchent presque, puis je m'incline encore et voilà, ils se frôlent, tandis que je prononce une foie de plus son nom. C'est un baiser sans vraiment en être un. Mais ça me plaît et je ne veux pas en rester là. J'articule un mot sans émettre un son, sans tout à fait l'effleurer, puis, d'un peu plus près, je caresse ses lèvres du bout des miennes. Lorsqu'il m'embrasse, plus rien n'a d'importance. Éperdu j'ai besoin d'en ressentir d'avantage et je lui rends son baiser, de plus en plus fiévreux, et l'attire à moi aussi fort que je le peux. Je l'enveloppe de mes bras ; les bouches s'entrouvrent, les langues se mêlent, les dents s'entrechoquent (...)

Afficher en entier
Extrait ajouté par Litchienina 2020-07-18T19:31:55+02:00

Nathan et Gabriel

Je comprends qu'il s'apprête à m'embrasser et pour le retenir, je pose ma main contre son torse.

Et tout à cou, face à son visage, ses yeux et leurs copeaux d'or qui pleuvent dans ses iris, je me demande pourquoi, ça aussi, j'essaie de le combattre. Gabriel m'intrigue. Et ce simple contact avec sa poitrine, c'est déjà quelque chose. C'est une sensation plaisante, familière. Je ne suis pas certains de savoir ce dont j'ai envie, mais je pourrais toujours m'arrêter si je ne me sens pas d'aller plus loin.

Ma main remonte vers son épaule, puis derrière son coup

Afficher en entier
Extrait ajouté par Litchienina 2020-07-18T19:23:51+02:00

Nathan et Gabriel

- Si tu es décidé à lutter, alors je

me tiendrais à tes côté.

- Si tu n'y crois pas Gabriel, ne

t'engage pas là-dedans.

- Je ne peux pas être séparé de toi, Nathan. J'avais l'intention de te planter là dans cette fosse, mais même ça, j'en suis incapable. Impossible de m'éloigner de dix pas sans que ton absence ma pèse. Chaque instant passé avec toi m'est précieux. La moindre seconde Nathan. Plus que tu ne peux l'imaginer.

Il baisse les yeux, puis les lève de nouveau vers moi.

- Je resterais à jamais ton ami. Je te soutiendrais de toutes mes forces et je ne t'abandonnerai pas. Je t'aime, Nathan, depuis la première seconde et chaque jour d'avantage.

Je ne sais quoi lui répondre.

(...)

- Mes sentiments pour toi ne changeront jamais. Même quand je serais au fond de ce trou, affirme-il avec un coup d'œil à la fosse, je t'aimerais encore. Pour toujours.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode