Livres
506 147
Membres
514 074

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Dalawis 2016-06-13T15:08:06+02:00

"-Tu en as mis un temps. Tu t'es perdu ?

-J'étais blessé, pas perdu."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Julie91 2017-02-19T21:13:26+01:00

Gabriel et Nathan p 236

Mes souvenirs défilent : ma première rencontre avec Gabriel, à l’aéroport de Genève ; le jour où Rose m’a fait comprendre qu’il était amoureux de moi ; la première fois qu’il m’a avoué qu’il m’aimait... J’ai conscience de l’aimer plus que n’importe qui, plus que je ne m’en croyais capable. Avec lui, je deviens quelqu’un de meilleur. Je passe l’anneau à son doigt. Il lui va bien. Étendu tout contre lui, j’essaie d’imaginer l'avenir, ensemble au bord de cette rivière si paisible.

Le lendemain, je me réveille lorsqu’il prononce tout doucement mon nom. Allongé sur le dos, je sens encore son corps à côté du mien.

— Nathan ?

J’ouvre les yeux. Il s’est dressé sur son coude, l’air grave.

— Il faut qu’on parle, souffle-t-il, avant de détourner le regard, clairement nerveux. Puis il fixe sa main, où brille l’anneau doré.

— À propos de ça.

— Je t’avais dit que j’avais l’intention de t’offrir quelque chose, non ?

Il m’observe. Je ne l'ai jamais vu aussi sérieux. Quelques instants interdit, il contemple la bague et la fait tourner plusieurs fois autour de son doigt comme pour mieux y réfléchir. Il ouvre la bouche, hésite, mais je ne lui en laisse pas le temps et prononce la phrase que j’ai tant répétée dans ma tête.

— Tu m’en veux, hein ? Je m’en doutais !

— T’en vouloir ? s’étonne-t-il, troublé. Non, je ne t’en veux pas, m’assure-t-il en secouant la tête. Vraiment pas.

— Parce que ce serait compréhensible. Toi qui te prenais pour le roi des cadeaux, des attentions, je viens de te surpasser.

Il sourit à présent, réalisant que je le taquine et, de nouveau, acquiesce.

— Tu as raison, je m’incline. Jamais je n’aurais cru que tu me ferais un tel cadeau. Pour être franc, je ne pensais pas que tu m’offrirais quelque chose. Mais cette bague appartenait à ton père et...

— À mon père, à mon grand-père et sans doute à son père avant lui. Un trésor de famille ancien, inestimable...

Je plaisante, mais c’est un peu vrai.

— Nathan, c’est un objet trop précieux.

— Précieux, oui, et j’y tiens : c’est la seule chose, à l'exception du Fairborn et de la balle de Chasseur, qu'il me reste de lui. La seule chose positive. Voilà pourquoi je tenais à te la donner.

— Nathan...

— J’y ai beaucoup réfléchi et je suis sur de moi. Je veux que tu l’aies et je sais que Marcus approuverait ma décision.

Les yeux de Gabriel s’embrument.

— L’anneau est à toi. Pour toujours.

Des larmes coulent sur ses joues et nous nous embrassons, encore et encore.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ladyarfeiniel 2016-06-26T12:39:18+02:00

"I’ve decided on the present I’m going to give him, but the problem now is how to do it."

I hold my right hand up

On my index finger is the ring my father gave me.

I slide the ring off and hold it to my lips and kiss it.

I remember the first time I saw Gabriel at Geneva Airport, the time Rose told me he loved me and the first time he told me he loved me.

And I know I love Gabriel more than I’ve ever loved anyone, more than I thought was possible for me. He makes me a better person. I slide the ring onto Gabriel’s finger. It looks good on his hand.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jordane_ 2017-01-14T12:30:00+01:00

Spoiler(cliquez pour révéler)Il est différent des autres arbres, un peu moins vieux, un peu moins grand, mais couvert d'atroces cicatrices.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Julie91 2017-02-19T21:15:20+01:00

Gabriel et Nathan p 148

— Gabriel ?

— Oui, je suis là.

Je sens ses doigts bouger légèrement ; ils se mêlent au miens.

— Ne me laisse pas.

Il m’enlace, pose doucement la main sur le côté de ma poitrine. Je perçois son souffle contre mon cou et c’est bon. Comme lui.

— Je veux dire, ne m’abandonne jamais.

— Je sais, Nathan. Je ne te laisserai pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ladyarfeiniel 2016-06-26T12:29:51+02:00

« Just tell her it’s me, Gabriel.”

He comes to me, puts a hand on my chest and looks into my eyes, saying, “But is it you?” Then he leans closer to me, his body against mine, and he moves his mouth to my ear and I feel his breath as he whispers, “You’ve been away a long time. Were you lost?”

I turn to him, my lips brushing his hair as I mumble, “I got fucking wounded, bloody lost, and climbed the shitting Eiger.”

“Close, but not exactly—”

“I’m sticking to the spirit of it rather than word for word. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par roxe-12 2016-06-04T20:50:01+02:00

En résumé: il serait dingue d'attaquer, dangereux de fureter et plus prudent de déguerpir.

Le choix est vite fait.

J'y vais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Klaroline03 2017-06-13T12:18:22+02:00

"Réfléchir, agir en professionnel", c'est la devise de Célia. La mienne? "En finir au plus vite".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Klaroline03 2017-06-13T12:16:47+02:00

"Je suis peut-être dingue, mais pas suicidaire."

Afficher en entier
Extrait ajouté par ladyarfeiniel 2016-06-26T12:33:40+02:00

« But I wanted to kiss him then and I did and it was good and I’d like to do it again.

But he doesn’t take a step into the room and I think he’s staying away from me because I fucked up last time. But the kiss wasn’t fucked up. And I’m not sure he’d let me do it again, but I’d like to try. I’d like to do it better.

And I really don’t want to mess this up.

But I want to touch him, kiss him. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode