Livres
524 406
Membres
542 674

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« -Je n’ai pas de style de vie alternatif, grogna-t-il derrière elle. Je ne suis pas un maigrichon qui joue du water tuba pour un groupe indie. Je suis juste gay. C’est un peu la norme de nos jours. C’est ce qu’on m’a dit en tout cas. Et puis, j’ai le droit de vote et tout et tout. »

Afficher en entier

Rodriguez était une forme sombre et élancée qui se détachait de la silhouette du semi. Blotti contre le pneu avant du camion, il était assis légèrement à droite du 4x4. De côté, il n’avait pas l’air d’une menace. Une silhouette maigre et osseuse, vêtue de vêtements trop grands et d’une casquette de base-ball souple à l’envers sur sa tête chauve. La faible luminosité suffisait pour que ses oreilles proéminentes et surdimensionnées projettent des ombres sur son crâne, le faisant ressembler à un Yoda malveillant armé jusqu’aux dents d’un semi-automatique hautement illégal. Le canon clignota lorsque Rodriguez visa de nouveau le mur du motel, une étoile de lumière assez brillante pour aveugler même dans la fumée obscure.

Afficher en entier

West semblait aussi déplacé dans sa boutique qu’un vase Ming dans une fête foraine.

Afficher en entier

Deacon lui vola un baiser, à peine une caresse de leurs bouches, puis soupira, attrapant Lang dans un baiser brûlant. Il ne se souciait pas que quelqu’un les voie ou même que Zig fasse des bruits de haut-le-cœur dans leur dos. Il voulait juste commencer sa journée de travail avec le goût de Lang dans son âme.

— Comment vais-je faire un nouveau trou du cul à mon frère juste après que tu m’as embrassé comme ça ? chuchota Lang dans l’espace chaud entre eux. Et comment suis-je censé m’éloigner de toi maintenant, bordel ?

— Assez facilement. Je vais te laisser partir, et dans quelques heures à peu près, tu reviendras et tu auras un autre baiser. Ou je viendrai te retrouver. Et on continuera à faire ça jusqu’à ce qu’il soit temps de rentrer à la maison.

Afficher en entier

. — Écoute, soyons brefs… Tu veux t’asseoir et prendre un café ou passer directement à la partie de la conversation où tu me menaces ou me mets en garde de laisser ton frère tranquille, je te dis d’aller te faire foutre, et notre relation se dégrade tout en énervant Lang ?

— Je…

West se tint là, le regardant, la bouche partiellement ouverte. Il semblait pris de court, incapable de mettre des mots sur ce qui le travaillait derrière son expression confuse.

Afficher en entier

Montague était aussi débraillé que Columbo, mais la ressemblance s’arrêtait là. Ses yeux étaient aiguisés, concentrés sur le visage de Deacon lorsqu’il sortit de la salle de consultation.

Afficher en entier

Il n’avait eu qu’une seule crainte : que Zig partage son aversion pour l’autorité.

La fillette avait les yeux rivés sur Montague comme s’il était un sorcier maléfique sans nez dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, ce qui n’avait rien de rassurant

Afficher en entier

— Robert Ziegfried est un nom que je peux vérifier. Vous croyez qu’il veut son enfant ? demanda doucement l’inspecteur, mais cette question coupa le souffle de Deacon.

— Il est censé être en prison, mais nous avons vu comment ça a tourné pour Lang. Il allait devoir contacter les services sociaux, s’assurer que Robert était toujours résident du système pénal californien.

— Les gens ne l’aiment pas. C’est un connard vicieux, je suis surpris que personne ne l’ait encore poignardé. J’espère toujours recevoir cet appel, car une chose est sûre, je préfère dire à Zig que son père est mort plutôt que de le tuer s’il vient la voir.

Afficher en entier

— Mets tes mains sur mes épaules et pousse tes hanches vers le haut. Ensuite, je vais voir si je peux te donner quelque chose de fort à boire.

— Tu ne vas pas faire… une blague sur le fait que c’est toi ? renifla-t-il quand Deacon le regarda. Tu sais, quelque chose de fort… à boire.

— Et si je te draguais quand tu ressembleras moins à un Schtroumpf ?

Afficher en entier

— Tu as un A. C. H. Smith relié en cuir ?

Lang s’accroupit devant une étagère basse, tirant lentement le livre de sa place entre un Kingsbury et un Lowachee. Ouvrant lentement la couverture, il eut le souffle coupé devant le gribouillage sur la page de garde.

— Et c’est signé. Putain, Deacon, c’est… incroyable.

— Je ne me lasserai jamais de t’entendre jurer, gloussa ce dernier en sortant des oreillers d’un tiroir de l’armoire. Tu es si élégant et chic, comme un chat doré et noir. Puis tu la joues ghetto avec moi quand un joli livre tortille du cul devant ton nez.

— Merci.

Lang lui adressa son plus bel air renfrogné. Ça le fit seulement rire plus fort.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode