Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Hamallow

Extraits de livres par Hamallow

Commentaires de livres appréciés par Hamallow

Extraits de livres appréciés par Hamallow

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 31-05-2018
En réfléchissant au pourquoi ce livre n’est pas devenu un coup de coeur, je me suis rendue à l’évidence que cela venait d’un certain aspect du récit. La structure de l’histoire ne casse pas des briques; on se retrouve dans un univers où un duo de jeune vont tenter de fuir leur opposant, qui sont des dictateurs. Pour ma part j’ai déjà lu et relus cette formule toute prête. Au titre on devine qu’il va y avoir rébellion…encore rien de nouveaux sous le soleil. Malgré ce point, d’autres aspects rattrapent largement ce petit bémol. Nous ne sommes pas en Occident, détail non négligeable quant au contexte politique des protagonistes. Elle place donc sont récit dans un monde oriental, en tout cas je l’ai situé dans ce contexte, peut-être que je me trompe. Quoi qu’il en soit Alwyn Hamilton montre une société qui considère la femme comme une moins que rien, bonne qu’à être en ménage. Là pour servir son mari, qui par ailleurs peut avoir de nombreuses femmes…Dans un monde où la femme doit être docile et épouser celui qui se présente, Amani va tenter d’échapper à cet avenir.

Le bandit va devenir son surnom, après qu’elle se soit déguisée en homme pour passer des épreuves et ainsi obtenir un passe pour une nouvelle vie…encore faut-il qu’elle ne se fasse pas attraper. En chemin elle rencontre Jin, un homme tout aussi secret que cette dernière. Tout deux en fuite, ils vont traverser ensemble les pièges qui se présenteront à eux. De prime abord, j’avais peur que l’auteur reste sur un récit platonique, sans rebondissement et aussi prévisible qu’une mauvaise blague, j’ai été soulagée quand je me suis aperçue où Alwyn Hamilton allait m’emmener. Une mini machination avait été mise en place, pourtant celle-ci fut étouffée volontairement, pour que l’on ait une petite claque et un petit rire bien sadique lors des révélations!

En ce qui concerne la fin, j’ai trouvé intéressant de finir sur une note presque « happy end », sachant que deux tomes vont suivre. Je me suis donc mise à repenser à l’histoire, sa trame et ce qu’il allait en être. Et je dois dire que mes théories me plaisent! Oui j’suis de celle qui réécrit les fins quand ça l’arrange.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Scorpi est classé dans le genre fantasy urbain, j’aurais pour ma part rajouté chick-lit ou un genre qui s’en rapproche en tout cas, car je pense que cette classification n’a pas visé le bon public. Dès lors nous savons à quoi nous attendre.

Charlotte jeune femme indépendante, possédant une gentillesse hors du commun à quelques soucis avec son travail, elle tente à tout prix de passer de sa période d’essai à un CDI, mais pas facile lorsque votre supérieur vous a dans sa ligne de mire, et s’efforce de vous mettre dans son lit, ce dont vous ne désirez pas. Le récit commence sur une bonne note pour moi, la routine de Charlotte est mise en place, son entourage, son caractère. Puis d’une manière assez subtile l’élément déclencheur.

Il est vrai qu’après l’arrivée du petit garçon, Élias, les choses basculent assez rapidement et tout s’enchaîne, j’ai apprécié cette « rapidité » il n’y a rien que je déteste autant dans un livre que la lenteur et la répétition alors que l’œuvre est déjà au plus « basique » si je puis dire. Ce que je sous-entends par là c’est que tout est envisageable dès les premières lignes, moi cela ne m’est pas désagréable, il faut bien des livres un peu moins « complexes », cela fait du bien. Je sais que cela ne plaît pas à tout le monde, c’est pour cela que je le précise, ne vous attendez pas à un sujet approfondi, ou à une trame très recherchée, vous perdriez votre temps.

Un roman humoristique et mignon, la romance qui se crée entre Charlotte et Adam se fait vite, mais avec tellement d’humour que cela m’a suffi. (EXTRAIT ci-dessous) Alors effectivement ils tombent très vite amoureux, mais parfois je me dis à quoi ça sert de faire durer un truc cent mille ans quand on sait pertinemment que cela aurait pu se faire en cinq minutes ?

Adam et Élias ne sont pas humains, ils viennent au monde avec des aptitudes, comme celle de se balader dans les ombres sans être vu, ni sentie, dans leur monde les elfes et créatures magiques existent, rendant le cours du roman très agréable et créatif, j’ai vraiment aimé cette partie-là. Nous en apprenons pas mal dans ce tome sur Adam et Élias, mais je pense que les prochains tomes devraient en révéler un peu plus. Charlotte apporte beaucoup de lumières dans leur monde et tranche avec la noirceur de leur éducation et leurs vécus.

Une lecture simple et qui met les larmes aux yeux tant j’ai ri. L’auteur a su avec sa plume nous faire voyager sans prise de tête.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 31-05-2018
Plus je pense à ce livre, plus j’ai de l’urticaire. Comme beaucoup je pense j’ai entendu parler de ce livre et malgré ma conscience qui me disait que je n’allais pas aimer ce livre, j’ai fait ma tête de mule et l’ai demandé pour mon anniversaire. Je pense que c’est un tout qui a fait que je n’ai pas apprécié ma lecture.

Après avoir refermé ce livre je pensais que peut-être cela venait du fait que c’était fanfictions, mais en y regardant de plus près j’ai lu des livres tel que « After » et j’ai apprécié, c’était simple, mal écris même je dois le reconnaître mais, je me suis amusée à le lire. Ici je n’ai pas accroché, alors je ne sais pas si le fait que cela soit une fanfiction a été un problème en tout cas ça ne l’a pas fait.

Les personnages Tessa et Eric ne m’ont à aucun moment émus ou fait ressentir un sentiment à part celui de l’ennui et de colère. Au commencement la maladie de Tessa ou la paranoïa d’Eric, m’a serré le cœur, je me suis dit c’est pas de chance pour ces deux petits, puis lorsque de la première page à la 221 (oui oui j’ai bien compté) on n’a ni action, ni évolution des personnages, oui j’ai envie de brûler le livre. Bref revenons aux personnages et la raison de mon non-accrochage.

Tessa a peur de la foule et cela après un événement passé l’été, au fur et à mesure sa manière de vivre est expliqué, son angoisse , pourquoi elle s’identifie tant au chanteur Eric Thorn. Tessa n’est pas un mauvais personnage, elle est juste injuste avec son entourage, durant tout le livre » personne ne peut me comprendre » et blabla, mais à aucun moment elle se dit que c’est dur pour ce qui l’entoure. Quant à son obsession pour Eric, ça va deux minutes, selon Tessa son identification serait du au fait qu’elle voit en lui comme un livre ouvert… Mmh mouais donc la fille est clairvoyante? Je veux bien que tu sois observateur mais bon à ce point surtout à travers des photos je trouve c’est surfait.

Éric, mon cher Éric, combien de fois j’ai eu envie de le tuer, mhh une fois, deux fois….Ah oui presque que tout au long du livre. Sa paranoïa on la comprend deux secondes comme la maladie de Tessa, ce n’est pas que je suis insensible mais bon quand on parle que de ça durant tout le livre c’est chiant! Je le trouve très ingrat avec ses fans, certes ce n’est pas facile son métier, mais quel métier est facile?

Un jeu de rôle va être créé par notre chanteur, pour prouver ses théories. Théorie une: la majorité de ses fans n’écoute pas sa musique, elles sont juste des filles qui idolâtrent son corps. Théorie deux: personne ne voit vraiment qui il est, tout le monde le voit comme un playboy. Delà Tessa deviendra sa cible. Certes rien ne se passe comme prévu. Eric devait juste créer un faux compte pour ternir son image parfaite, voyant que cela n’a pas marché, il se dit qu’en parlant avec l’une de ses fans il arrivera à ses fins.

Leur rencontre chamboule la vie de chacun, à travers Twitter ils vont apprendre à s’ouvrir comme jamais auparavant, ils vont être attentionné l’un envers l’autre, apprendre à s’entraider. Le problème que j’ai rencontré ici c’est qu’à aucun moment ils ont compris les gens qui les entouraient, alors certes ils se comprennent, mais à travers un écran rappelons-le.

L’interrogatoire de police qui se glisse entre le récit de leurs histoires était très intelligente mais malheureusement j’ai su ce qui allait se passer avant même d’être au milieu du livre. Quand j’avais lu des critiques qui disaient que la fin était « ouf » ou qu’on « ne s’y attendait pas » je m’attendais à un peu plus. Bien évidemment y a certaine chose que je n’avais pas vu venir, mais je ne sais pas ce n’était pas assez , avoir attendu plus de la moitié du livre pour lire ça j’ai été déçue. En fait, selon moi l’auteur aurait pu nous plonger dans un roman bien plus psychologique, plus haletant que cela. Elle n’ a pas assez exploité son roman, car l’idée en soit est super, mais pas assez méli-mélo à mon goût.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 31-05-2018
Ce livre a été dans ma PAL, pendant près de deux mois… et j’aurais vraiment dû le laisser, voire le brûler, dans mon poële, mais ce livre ne m’appartenait pas, alors même si cela aurait rendu service à la prêteuse, je te fais un clin d’œil si tu passes par là, ce n’était malheureusement pas correct de faire cela, hé oui mon Papa et ma Maman m’ont bien élevé, tellement bien qu’ils m’ont TOUJOURS dit de dire la vérité. Installe-toi, prends une boisson chaude dans ta…nan pas de boisson on ne sait jamais tu pourrais recracher tout, au vu de mon langage qui ne va pas être jolie jolie…
SORRY NOT SORRY.

À la vue de la première page, je me suis dit » oh ça va être triste, mais bien », puis la page deux est arrivée est tout espoirs de lire un bon livre à disparu. Pourtant y avait du potentiel malheureusement pas exploité. Nous suivons le point de vue d’Hayley, qui a perdu sa Maman deux ans plus tôt, elle vit de ce fait avec son grand frère et sa Tante. Je vais commencer par tous que j’ai détesté et finirais par ce que j’ai aimé, nan je plaisante j’ai rien aimé.

La couverture, on en parle une seconde? On dirait qu’on a collé au mannequin des tatouages malabar, non mais sérieusement plus faux tu fais pas! Puis est-ce nécessaire qu’il soit presque nu ? Pourquoi quand c’est un mec ça ne dérange pas, mais ose faire ça à une fille… Bref la couverture craint. Quant à la quatrième de couverture elle n’aide pas, plus cliché tu meurs. C’est du vu et revu et ça commence vraiment à être relou. J’ai quand même essayé de garder un point de vue neutre et de garder le livre à l’écart des flammes, NE RIGOLE PAS, j’ai vraiment essayé…une fraction de seconde au moins, ça compte non?

Bon je dresse vite fait le portait de la demoiselle, mais vous allez vite comprendre que nous sommes dans le cliché pur et dur, durant tout le livre. Hayley projette l’image de la gamine parfaite, elle a le mec « parfait », les amies parfaites, sa vie hormis le suicide de sa mère est parfaite. Mais mademoiselle n’est pas satisfaite nan elle veut de l’aventure… Je me dis ok, mais meuf tu sais que le sexe c’est pas escalader les chutes du Niagara? Ah oui j’ai pas dit, elle est « mal » dès les premières lignes, car son copain ne veut pas coucher avec elle, car celui-ci l’a promis à son grand-frère… Donc la seule chose qu’elle a en tête c’est de plus être vierge.

On parle de la morale pour les filles qui sont vierges ? À croire que si tu es vierge c’est la honte…Mais attendez le cliché de l’année arrive Mesdames et Messieurs être tatoué fait de vous des voyous, mauvais pour la société, qui ont un actif de délinquance élevé…Oui oui je suis tatouée, désolé Papa, je te promets j’ai tué personne! Lorsqu’elle rencontre Isaac dans un magasin de fleur, elle l’aperçoit et trois choses se passent.

1- Elle tombe amoureuse (oui elle n’a vu que son derrière, que voulait vous certain ne sont pas exigeants)

2- Isaac est catalogué tueur à cause de ses tatouages

3- Elle devient soudainement une personne rebelle.

S’il vous plaît achevez-moi!

Vous pensez que c’est fini, mais non! Après leur rencontre, tout l’entourage de Hayley se déchaîne sur ce jeune homme, » c’est une mauvaise personne », » il va te violer » et j’en passe. Hayley ne va écouter personne, car comme je l’ai dit, ses ailes ont poussé durant la nuit c’est une folle depuis… En seulement un regard elle voit dans ses yeux qu’il est différent et patati-patata.

Je reviens je vais vomir…

Isaac est présenté par l’auteure comme une bonne personne avec des défauts comme tout le monde, mais je ne savais pas que tous les mecs étaient des psychopathes qui quand une fille leurs plaisaient, ils les traquaient et savaient tout de leurs vies… Perso je ne trouve pas ça charmant, ça me donne envie d’appeler les flics et de fuir…

La relation d’Isaac et d’Hayley est ni saine ni logique! Dans un chapitre elle dit « avoir confiance en lui » et puis dans l’autre non, elle se dit insensible à sa violence, mais meuf tu trembles comme une putain de feuille! Parlons tient de la violence dans ce livre, apparemment c’est excitant, perso d’où je viens le mec me menace il se prend du parfum en pleine tronche et mon talon aiguille dans le pied!

Je ne sais quel genre de message a voulu faire passer l’auteur, car elle ne fait que se contredire, elle ne veut pas que ses personnages soient jugés pour leurs apparences, mais son roman est bourré de cliché et de leçon que tous parents ne voudraient absolument pas pour ses enfants. Il y a eu quelques petites choses qui ont été bien, hé oui vous avez bien entendu, mais ça à vite était étouffé par le reste. Quant à l’écriture de l’écrivain de 29 ans, j’ai bien cru que c’était moi à l’âge de 13 ans…

Je ne recommande absolument pas ce livre à des ados, d’ailleurs il est bien écrit derrière le roman » contient des scènes de violence et sexuellement suggestives » en tout petit bien entendu, si on peut prendre les parents pour des cons au passage et vendre ne s’en privons pas hein!
Avez vous apprécié ce commentaire ? -3
Je vais commencer par le point le plus négatif selon moi, qui n’avantage pas du tout l’auteur; le résumé. Le résumé est censé donner envie d’acheter le livre, donner l’envie de plonger dans l’histoire pour découvrir ce que l’auteur réserve aux lecteurs… Autant dire que le résumé en dis bien trop, voire rajoute du superflu. En toute honnêteté avec un résumé tel que celui-ci, je ne sais pas trop quoi dire, sans tout dévoiler. Je vais faire de mon mieux pour laisser un peu de mystère.

L’histoire commence par un flashback, qui laisse très peu d’imagination sur la situation quand laquelle Chloé est. Cela commence brutalement pour le lecteur, on est balancé dans un prologue dur, froid et violent. Le prologue présente le viole de Chloé. Les chapitres qui suivent vont peindre le quotidien de la jeune fille, qui tente coûte que coûte de cacher à sa famille sa destruction physique et mental. Face à ce traumatisme chaque femme réagis de manière totalement personnelle, chez Chloé cela se traduit par un code vestimentaire des plus invisibles, un comportement défensive, une peur du regard et du toucher de l’autre.

Alors que la jeune femme, s’apprête à rentrer chez elle, sa voiture l’a lâche soudainement, personne ne répond à ses appels, elle décide alors de rentrer à pied…bien évidement un mec va faire son apparition, mais pas n’importe qui encore heureux, elle n’est pas tombé sur un psychopathe… Austin va alors la ramener. Cette partie était assez bien écrite, et pour un début de roman pas trop mal non plus. Les choses ont commencé à moins me plaire par la suite.

Notamment la raison pour laquelle Austin va passer l’été dans leur ville, le mec a décidé après avoir reconduit Chloé de rester pour la séduire, juste comme ça, le mec décide qu’il veut rester deux mois pour la conquérir…tu me diras que jusqu’ici c’est plutôt romantique, oui mais non en faite, ce qui m’a dérangé c’est qu’Austin a vu que cette fille était très renfermé et qu’elle cachait un gros secret, assez lourd pour la faire se renfermer sur elle-même…et lui veut la séduire? MAIS NON! Tu t’es pris pour un pansant qui soigne les cœurs brisés? On ne choisis pas de courtiser une femme, car elle représente un challenge, car elle ne craque pas au premier regard.

Le déroulement de l’histoire est prévisible, après le quatrième chapitre, on en conviendra que ce n’est pas très intéressant d’être capable de deviner la suite, personnellement je préfère quand l’auteur sort des sentiers battus, qu’il arrive avec quelques pirouettes et sale-taux à me surprendre et changer de cap le cours de son récit. Malheureusement ici, en plus que cela est prévisible, l’auteur a fait un dernier chapitre « synthèse » comme je les appelle. Parfois quand les chapitres sont trop prévisibles et que je ne veux pas abandonner ma lecture, de peur de rater des rebondissements, ou une évolution dans le roman qui pourrait changer l’aspect du livre. Bref lorsque je suis sur le point de rompre avec mon livre, je lis le dernier chapitre…OUI JE SAIS HONTE À MOI, mais je suis sûre que toi lecteur tu as déjà fait ça pour Mme Bovary te rendant compte que même en lisant le dernier chapitre tu ne comprendrais rien…arrête de me prendre pour une idiote, on a tous au moins fait cela une fois dans notre vie de lecteur…si ce n’est pas le cas manifeste-toi en commentaire. Le dernier chapitre était littéralement une synthèse du roman entier, ça m’a un peu contrarié, car l’auteur aurait pu approfondir son histoire, évitant ainsi un récapitulatif à la fin.

Suite de la chronique: https://teatimewabook.wordpress.com/2018/03/03/le-secret-honteux/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Orcam écrit par Laura Muller
date : 31-05-2018
L’atmosphère est ce qui marque les tournants du récit, repère pour les changements de situation, l’état d’esprit des protagonistes. L’atmosphère donne une certaine allure, qui pousse le lecteur à se questionner quant au déroulement des situations, cherchant des hypothèses sur la suite de l’histoire. L’auteur a choisi de faire apparaître une scission, deux parties se dégagent; l’une sur la venu des triplés à ORCAM, leur rentrée à l’école, leur apprentissage, l’adaptation. Une seconde partie avec la mission, on y trouve tout le côté suspens et aventure du roman.

Lorsque le récit démarre, j’ai eu du mal à me mettre dans le bain, l’univers est tout neuf, il y a dès le départ beaucoup de personnage. On comprend que c’est un flashback, mais j’ai trouvé cette immersion difficile. L’auteur fixe sont récit principalement sur deux personnages; Liam et Lihanna. Les pensées d’autres personnes seront tout de même présentent. Amorçant le premier chapitre ainsi que le second, peu à peu l’histoire me berce et capte toute mon attention. Elle c’est Liha, diminutif de Lihanna, une sang-mêlés, née d’une mère terrienne et d’un père d’un autre monde. Tout comme ses jumeaux, son frère et sa soeur, Erin et Iain.

Bon pour te résumer leur situation, les triplés ont la poisse, sur eux repose une prophétie. La prophétie est simple; soit la malédiction qui pèse sur le monde ORCAM cesse soit elle s’étend. Soit ORCAM vit soit il disparaît. Et les triplés dans tout cela? À l’âge de 18 ans, la quête commencera, ils sont la clé. La perte ou le salut des Orcamiens, nul le sait. Le bien ou le mal ? Lequel vaincra? Leur choix de sauver ou détruire l’autre monde leur revient. FLIPPANT. Non?

Mais sinon avec toute cette atmosphère y a un truc qui allège le récit ou comment cela se passe? Mhh une histoire d’amour comme on les aime, compliqué ,tendu et conflictuelle. Peut-être que pour certain lecteur la romance au milieu de l’univers va être étouffante, envahissante…Pour ma part je dirais qu’elle a débordé d’un chouia sur l’histoire. J’ai consciente que cette partie est primordiale pour le contexte du récit, mais j’ai quand même eu la sensation à certain passage que la relation de Liam et Liha étaient de trop. Hormis cela je n’ai rien à dire sur l’histoire. La complexité des événements et des enchaînements rajoute un petit quelque chose au roman.

Suite de ma chronique: https://teatimewabook.wordpress.com/2018/05/16/elle-est-larme-fatale/
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 02-04-2018
1-L’Histoire

Transporter au XIX éme, nous allons suivre la vie mouvementée des Henderson. Famille riche et influente, elle va pourtant à la suite d’événements tragiques tomber dans la déchéance. Avant de poursuivre, j’aimerais souligner un point; la quatrième de couverture est peut-être pour certains alléchantes, pour ma part il masque énormément le potentiel du roman. Pouvant également repousser le lecteur dû à la présentation de celle-ci.

Dès les premières lignes j’ai été happée par le choix du contexte historique, les années 20. Ce qu’il y a d’intéressant dans un roman historique c’est le choix que fait l’auteur pour s’appuyer et tourner à son avantage les faits historiques. Pour ma part on ne se lance pas dans de l’historique sans un minium de connaissance, particulièrement pour le lecteur. Sans cette notion historique, il te sera plus difficile de comprendre les choix de l’écrivain et parfois même son langage et l’état d’esprit de ses personnages.

J’ai trouvé plaisant de commencer le récit par le milieu de l’histoire, pour avancer tout doucement jusqu’au présent. Ainsi on peut voir la trame de l’auteur, jusqu’où elle souhaite nous emmener. Cette technique d’écriture a permis d’être le témoin silencieux de l’évolution des personnages. À travers la traversée du temps, on découvre le vrai visage des protagonistes, les masques créent dans les flashback tombent, donnant aux lecteurs toutes les clés nécessaires pour jauger les personnages. Pourtant même avec un schéma évolutif, Carine Foulon parvient quand même à surprendre le lecteur, greffe de nouvelles pistes que je n’ai moi-même pas soupçonnés.

Tandis qu’elle narre l’histoire au travers de plusieurs regards, elle nous rappelle à chaque début de chapitre, que quelque chose de louche s’est passé. Un événement qui a basculé au cauchemar. Mais le lequel? On poursuit donc chaque nouvelle page avec une tête pleine d’interrogation » Qui est mort? » « Que c’est-il passé? » « Quelle est l’importance et la place de la corde dans le récit? » Tous les chapitres démarrent avec une citation, faisant TOUTES références à la « corde », référence au résumé de la quatrième de couverture. La constante évocation de la corde, m’a beaucoup plu et intrigué.

Je souhaitais aussi mentionner la couverture du livre. J’ai été de celle qui a vu les changements de couverture et ce à quoi elle ressemblait, dans les premiers temps. N’ayant pas lu le roman, je ne pouvais juger de la pertinence de celle-ci. Désormais avec le recule de ma lecture et les deux couvertures dans l’esprit, il me semble que la couverture actuelle est plus appropriée. Elle transmet bien mieux, l’ambiance du récit, et je pense d’ailleurs qu’elle correspond un peu plus à l’état d’esprit dans lequel l’auteur a écrit. Quoi qu’il en soit les deux covers étaient magnifiques, si je ne m’abuse c’est Carine Foulon elle-même qui les a faite. Cette femme est vraiment douée !

2-Les Personnages

Je dois avouer que lorsque je suis tombée sur cet arbre généalogique, j’ai pris peur…si tu me suis depuis mes débuts, tu n’es pas sans savoir que j’ai en horreur le trop plein de personnages qui ont leurs voix à l’histoire. Bien souvent ils sont pour la moitié inutile ou bien l’auteur n’a pas bien su gérer et exploiter tous ses personnages. J’ai été soulagée quand j’ai lu le style d’écriture de Carine Foulon, soulagée de voir qu’elle a su gérer tous ses protagonistes sans que je sois perdue et que j’ai envie d’abandonner ma lecture.

Il y a eu un vrai travail sur l’évolution des personnages. C’était dingue et presque subtile. Je ne vais pas mentir, plus j’avançais dans ma lecture, plus je m’interrogeais sur la psychologie des personnages. C’est à ce moment-là que j’ai compris, que l’écrivain, c’était appuyé sur la psychologie de ses personnages pour construire l’intrigue. Cela était d’autant plus prononcé à travers le personnage de William. William subit la plus importante des évolutions dans le roman, je ne dirais pas de quelle manière ni même pourquoi, au risque de t’en dévoiler trop…Entre lui et sa femme, Suzie, on tente tellement de rentrer dans leur tête, pour les comprendre, que je me faisais des films toute seule. *Parano bonjour*

Cependant, lorsqu’on est immergé de la sorte dans l’univers de Carine Foulon, j’ai eu du mal à déterminer si les époux n’étaient pas schizophrènes, tant leur caractère passé tranchait avec le présent.

Tous les personnages ont leurs rôles, leurs importances, et je ne sais si c’est voulu par l’auteur, mais hormis William et Nelly j’ai trouvé les autres abjectes et pénibles à supporter. Bien que je ne les ai pas appréciée en tant que protagonistes, ils servent au récit, permettant de faire avancer l’histoire et d’avoir de nouveaux éléments quant au fameux événement.

À première vue, tous les couples de l’histoire semblent solides et détenant une certaine force de persuasion qu’ils n’hésitent pas à appliquer sur le jeune couple William et Suzan. Bien que l’écrivain peigne le portait d’époux totalement faible face au reste de leur famille, elle va inverser le tableau. On se retrouve avec un William déterminé qui par sa force de caractère en va presque rendre invisible le reste de sa famille. William est le protagoniste qui porte l’histoire et sur lequel tout repose.

3-L’Écriture

Carine Foulon possède une plume parfaite, saisissante et empreint d’une beauté. Elle choisit ses mots avec justesses et soucis du détail. L’histoire est décrite par le narrateur, qui semble presque faire partie des protagonistes. Cependant, encore un point dont je me suis délectée; le changement de voix, on y suit le narrateur, puis un des protagonistes prend part à la transmission du récit.

Lien Chronique: https://teatimewabook.wordpress.com/2018/03/31/la-corde-du-mensonge/
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 08-02-2018
Rose Berryl, nous plonge dans un univers sombre, qui change des différents romans fantasy que j’ai pu lire jusqu’ici. Deux histoires s’entre-mêles, durant le roman; celle d’une jeune orpheline de 18 ans Damenndyn, élevée par des prêtresses et en parallèle l’histoire du grimoire relatant les dégâts causés jadis par la magie noire.

Le décor planté, l’auteur va jongler entre les différents points de vues. Lors de la lecture du grimoire Damenndyn va découvrir la quête des guerriers appelés par le Roi, pour secourir le château de la contrée voisine. Un périple qui ne laisse aucun répit au lecteur et aux guerriers!

Suite: https://teatimewabook.wordpress.com/2018/02/08/le-chateau-maudit/
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Ma Chronique: J’ADORE L’UNIVERS

Alors depuis peu, je me suis découverte une prédilection pour le Fantastique Young adult, comme je l’appelle, tu sais dans la même veine que Lux ou Les Étoiles de Noss Head ? Bah voilà Aliénor McKanaghan c’est dans le même genre que j’adore. Bon allez passons aux choses sérieuses!

1- L’Histoire

En regardant la couverture du livre, je n’ai pas vraiment accroché, par contre quand j’ai lu le résumé, même si de prime à bord je n’étais pas complètement conquise, mais j’y décelais beaucoup de potentiel donc je me suis lancée….
J’ai pas étais déçu!!!!!!

L’auteur ne traîne pas, dès les premières lignes, elle vous embarque dans son univers, vous balançant au fur et à mesure dans les mains, de secrets, des mystères, des choses de ouf quoi. On plonge dans le monde d’Allie, qui Dieu merci n’est pas complètement ignorante quant au fait qu’elle est très différente, en quoi? Bah ça Papa et Maman ne veulent pas lui dire, en tout cas pas avant ses 18 piges, ça tombe bien ça arrive très vite…

Ce qu’on sait c’est qu’Allie est dès son plus jeune âge entraîné comme un soldat, les armes à feu, les lames, les sports de combats, elle en bouffe depuis son plus jeune âge, c’est d’ailleurs par rapport à cela qu’elle sent qu’elle est différente. On entre dans son quotidien, dans ses relations avec ses amis, malgré le fait que l’histoire ne traîne pas, on a quand même un joli aperçu de la vie d’Allie, sans trop, sans pas assez.
J’en parlerai dans le deuxième point après, mais j’ai aimé qu’elle ne rentre pas dans les critères. En parlant de cliché Dieu merci, Laetitia Constant nous a épargné, le » la fille avait une vie ordinaire, puis elle le rencontra Lui, il va bouleverser sa vie, et elle va tellement tomber amoureuse dès les premiers regards que sa culotte ne va pas tenir pendant 10 sec, oui bon d’accord j’abuse un peu…ou pas. Mais sérieusement certes en rencontrant Milàn, elle va apprendre beaucoup de choses, mais ça vie est déjà anormal, puis oui bon tu t’en doutes va y avoir une romance, parceque sinon moi j’aime pas ça, mais elle n’est pas complètement improbable! Certes on voit qu’il y a une attirance, mais ils prennent tout leur temps, se focalisant sur les vrais dangers, elle ne finit pas au début du livre nu comme un vers et folle de lui, non non, l’auteure vous laisse bien mariner, ce qui n’est que meilleure à la fin.

Suite: https://teatimewabook.wordpress.com/2018/01/17/la-protectrice/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-01-2018
Ma Chronique: Okay je n’étais clairement préparée à tomber sur un de ces auteurs qui savent VRAIMENT écrire !

CHEF D’ŒUVRE !

Ce n’est pas dans mon habitude de crier ce mot, mais là je ne peux pas ignorer une évidence. Allez installe-toi, on est dimanche tous les plaisirs sont permis! Oui oui même le chocolat, et tant pis le régime, tu reprendras demain… ou pas.


1- L’Écriture


La première chose qui m’a frappée c ‘est le style de Rebecca Greenberg, une claque en pleine figure, qui m’a laissé par terre pendant une heure. Je n’en revenais tout simplement pas. Ayant fait un cursus littéraire, laisse-moi te dire que du Flaubert, Zola, Proust et toute la clique, on s’en fait servir, matin, midi et soir ! On ne va pas se mentir cette littérature dite classique et parfois lourde pour différentes raisons ; Le sujet parfois pompeux, le langage parfois présomptueux et des descriptions à assommer. Beaucoup de lecteur préfère passer à côté, pour les raisons énoncées.

MAIS…

Maintenant y a Rebecca!!

Ses descriptions sont tellement pointilleuses, tellement justes, que je pouvais sentir en moi les vibrations des mots, leur résonance impeccable m’ont transporté dans un univers sans retour possible. Sans jamais trop en faire, sans jamais s’égarer dans des longueurs insupportables, elle maîtrise avec brio les mots, permettant d’apprécier à sa juste valeur la langue française.

2- L’Histoire

Toujours pas convaincu de son génie littéraire? Okay je vais te parler de l’histoire, je pense que tu comprendras mieux mon cri » Chef d’oeuvre »
Rolalala! Quelle imagination

Elle est adorable Rebecca hein, mais comment je fais moi pour revenir dans notre monde sans avoir l’impression d’être dans le sien ? Pour le moment je suis encore dans le sien, je te tiens au courant si dans un mois j’aurais émergé de ma bulle…

Sérieusement le titre Le Fil D’Argent ne se nomme pas comme cela par pur hasard, bien au contraire nous retrouvons ce fil d’argent à chaque étape du livre. Et franchement c’est chouette, parceque ça commence à bien faire des titres accrocheurs pour le retrouver dans une phrase vite fait, sans explication, placé là OKLM, alors que ça méritait bien plus…Bref revenons à l’histoire.

Sortie de 3 mois de comas Tom, vois sa vie changer du tout au tout, physiquement et mentalement. Il prend conscience de sa capacité à traverser le temps, passé, présent et futur s’entrelace, remettant tout en question. Journaliste d’investigation au New-York Daily News, Tom n’est pas du genre passif, il prend les choses en main et tente de découvrir pourquoi ce fil d’argent a décidé de lui donner une seconde chance. Bien ancré dans l’histoire, je me prépare à la suite de l’histoire en revêtant ma casquette d’investigatrice afin de déceler la suite des événements.

ET POUFF…

Rebecca choisi de m’amener dans le passé !
Un pari risqué pour moi. Je ne suis pas trop à aimer les romans qui mélangent deux ou trois histoires, passé et présent, je trouve que pour beaucoup ce n’est pas assez fluide, assez propre comme écriture pour que ça me fasse sauter au plafond. Joindre une histoire vraie à sa fiction l’est encore plus… Mais elle a su me surprendre encore une fois. Et je dis bravo !

Suite: https://teatimewabook.wordpress.com/2018/01/07/voyage-dans-le-temps/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-01-2018
Ma Chronique: Je ne sais pas vraiment comment commencer cette chronique, il est d’ailleurs rare que j’écrive mon avis après ma lecture, je me laisse toujours un moment de réflexion, pour repenser à l’histoire en globale, ce qu’avec le recule je m’aperçois, ce que j’ai pu rater en me focalisant trop sur telle ou telle chose. Mais ici je dirais que le fait que le sujet me touche particulièrement m’a incité à écrire à chaud.

NON JE NE SUIS PAS HANDICAPÉE FIN…

…JE CROIS, FAUT QUE JE DEMANDE À PAPA

Ah milles excuses, il me dit que je suis bien handicapée. Trêve de plaisanterie, ce sujet n’est pas du tout taboue pour moi ou inconnu, j’ai grandi avec un père handicapé et j’avoue que pour moi ça a toujours été un sujet de rigolade, il a toujours accepté sa condition. J’admets qu’étant enfant de prime abord c’est pas très drôle, mais heureusement qu’il dédramatisait !

De ce fait lorsqu’on m’a proposé de lire ce livre, j’ai hésité, car je ne vois pas l’handicape comme beaucoup. Beaucoup sont gonflés au stéréotype, à la gêne, au regard en coin et tout un tas de débilité. Je ne rigole pas de tous les handicapés hein , loin de là, mais comment dire, je ne considère pas les personnes ayant un handicape, quel qu’il soit inférieur ou en incapacité à vivre sans moi!

DIEU MERCI

Ce livre n’est pas déprimant, j’ai tellement ri en le lisant. Bruno Madelaine aborde le sujet avec brio!!! Et je dois dire que c’est le meilleur moyen de faire changer l’esprit tordu des gens. Simon est atteint de AOC Syndrome de Williams & Beuren*, élevé en Institut medico-educatif et nourri pendant 18 ans par alimentation entérale hypercalorique. Rien que ça !


* Le syndrome de Williams ou syndrome de Williams-Beuren est une maladie génétique rare caractérisée par une anomalie du développement qui associe malformation cardiaque (sténose aortique supravalvulaire -SASV- le plus souvent) dans 75 % des cas, retard psychomoteur, dysmorphie du visage évocatrice et profil cognitif et comportemental spécifique.

Simon est une personne fantastique, il reflète tellement bien le quotidien tortueux et compliqué des enfants dans sa condition, faisant ressortir la vérité sur notre système français et sur son incapacité à traiter l’handicape comme une priorité;

* L’école est très dure à intégrer

* La prise en charge des opérations et la médication est très chere

* Le matériel d’équipement pour la maison…j’en parle même pas

* La considération de leur potentiel et de leur dons et tout simplement zappé

* On nous apprends pas à respecter et comprendre l’autre

Je plaide coupable, car ce livre me permet de passer mon petit coup de gueule !

J’aimerais revenir sur l’ambiance du livre, loin du pathos et de l’apitoiement, Simon traverse ses épreuves avec humour et intelligence. Dans le récit il a certes 18 ans, mais son comportement et sa prise de conscience et bien plus mature que son âge.
Je distingue deux types de parents lorsque son enfant devient en incapacité de certaines choses ou est touché par la maladie. Il y a les parents battant et les parents qui sont abattus. Par chance Simon est de ceux qui voit sa famille se solidifier face à de tel événements. Cela n’a rien de facile on en conviendra, mais ils ont appris en même temps que leur enfant, qu’il ne faut pas plus handicapé son enfant qu’il ne l’est déjà. Je les ai trouvés très attentif et très réactif face à l’handicape de Simon.

Je tiens également à approfondir un point qui est très bien présenté dans le livre; la capacité des personnes handicapés. On a trop souvent tendance à réduire les personnes handicapés comme des êtres incapables et immatures. Or cela est faux! Reprenant Simon, il est d’une nullité pour les maths, c’est à peine s’il sait bien compter, en contre partie il a l’oreille absolue, une sensibilité hors norme, une capacité impressionnante pour faire appel à ses souvenirs. Certes on repère l’handicape, mais il serait également profitable à la personne de savoir qu’elle est douée pour quelque chose, qu’elle n’est pas totalement hors circuit.

Une très belle découverte, un livre qui devrait être partagé à de nombreuse personne.

https://teatimewabook.wordpress.com/2017/12/29/handicape-mais-pas-que/
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 30-01-2018
Ma Chronique: Hissez Ho!

Hey mes Moussaillons ! J’espère que vous n’êtes pas trop malade avec ce temps hivernal? Bon je ne te parle pas à toi qui vis sous 24 ou 26 °c tu ne dois pas connaître le rhume de la saison. En tant que Capitaine de mon navire je reviens vers vous avec une chronique !

Cela fait un bon petit mois que ce livre attends que je le lise, je dois avouer que j’avais accepter ce services de presse en me basant sur le résumé et la couverture qui m’ont bien plût, mais j’avais pas fait attention que ce livre contenait seulement 85 pages. J’ai été intriguée, car ce n’est pas vraiment dans mes habitudes de lire des nouvelles ou des bouquins qui ne font pas au moins 200 pages. Et je n’avais jamais compris pourquoi j’en avais pas plu plus jusqu’à aujourd’hui.

Mille Sabords !

C’est trop court tu me diras que c’est un peu normal étant donné que c’est une nouvelle oui, mais euh nan en fait le problème ne vient pas de là. Le problème c’est qu’étant donné que c’est court je trouve que rien n’a le temps d’être exploré ou que les personnages manquent plus d’aplomb si je puis dire. En tout cas je l’ai ressenti dans Les pirates du Tobiuo Noir.

Dans ce petit livre on rencontre Crevette, une petite fille qui voit son monde sombrer d’un seul coup, hé aller un autre perso avec une vie de merde, elle va être « recueillie » comme dis l’auteur, j’aurai plus tôt opté pour kidnapper vu qu’elle n’a pas trop le choix mais bon. Bref elle va entrer dans la piraterie et sa nouvelle vie en tant que garçon va commencer. Ha bas oui ça porte malheur une femme sur un navire! Obligation, oblige, un coup de baguette de la marraine la mauvaise fée et Bibidi Bobidi Bou, voilà Crevetto!

Tout va bien trop vite pour moi! Cette jeune fille passe de » je les hais » un peu normal étant donné qu’ils ont tué tout son village avec ses parents… Donc là je me dis ouais p’tite tu vas devenir une guerrière et les dégommer, j’avoue que c’est la folle en moi qui parle. Puis on la retrouve dans un chapitre plus loin, avec le sourire aux lèvres et le rhum dans la main.

Crevette, va évoluer dans ce monde de brute et être confrontée à des dilemmes. Étant donné que oui cacher sa féminité ne va pas être simple hein! Pourquoi les gens pensent qu’avec un coup de ciseaux on devient un mec ? Est-ce que ça veut dire que les hommes avec des cheveux longs ne sont pas vraiment des hommes ? À méditer…

La plume de l’auteur était quant à elle très bien, ni trop compliqué ni trop simple, j’ai trouvé le juste milieu très agréable. J’aurais beaucoup aimé ce livre en version roman! Je pense que ça aurait vraiment été trop cool! Oui oui je glisse ça au cas où l’auteur réalise que j’ai raison et que ça devient un best-seller, je laisse mon RIB si jamais vous souhaitez me remercier
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 30-01-2018
Un livre m'a mise dans tous mes états! Mais sérieusement cette fin est trop trop horrible!!!! Une histoire touchante et bouleversante! N'hésitez pas si vous êtes Drak Romance. Lien de ma chronique en bas!


https://teatimewabook.wordpress.com/2018/01/30/le-tourbillon-infernal/
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 27-11-2017
Elle Guyon, m’a surprise dans son choix de sujet. Malgré un thème fantastique, elle arrive à nous transmettre un message sur la condition des jeunes Sans Domicile Fixes, un sujet peu abordé dans le Young Adult, mais qui est tellement important. Et cela est abordé selon le point de vue d’Aldric, un gamin qui du jour au lendemain a laissé tomber tout le monde, abandonnant ses études et le domicile de ses parents. Malheureusement ses choix vont le mener tout droit au mur. Tout droit à Riane.

Riane doit à tout prix aider Aldric à sauver son âme, car la suite de son existence à elle en dépend. Riane est morte depuis peu et son âme doit être sauvé. Si grâce à ses missions de sauvetage elle réussit, elle aura sauvé son âme et ne disparaîtra pas de la surface de la terre. Aldric est sa dernière chance.

Riane se voit attribuer un tuteur, Gebrail, qui l’aidera à accomplir sa mission. À travers le passé ce celui-ci et de son ami Jeremy, nous parcourons leur vécu et comment ils en sont arrivés là aujourd’hui, les conséquences de ce passé sur le maintenant.

J’ai trouvé très intéressant le thème de sauver son âme en sauvant une autre. Mais pour moi il y avait beaucoup trop de points de vues, je me perdais parfois, ne savant plus qui parlait. Le changement d’époque n’était pas gênant, mais je trouve que l’écrivain aurait peut-être dû se concentrer seulement sur 3 personnages car, cela a énormément ralentis ma lecture. Le trop de points de vues donnait trop de longueurs au récit, je me suis retrouvée à faire des pauses pour me recentré sur ma lectures. Cela dit certain apprécie lorsqu’il y a plusieurs points de vues donc si vous faites partie de ses gens foncés!

MAIS C’EST QUOI CETTE FIN ELLE GUYON ?

J’ai rien compris à ma vie, je lis le chapitre suivant tranquille hein OKLM comme dirait mon frère et puis la un truc de fou ce passe et puis PAF c’est fini. On parle de mon coeur juste deux secondes? Nan parce que je suis sûre, qu’il a manqué un battement… Cette fin présage une suite qui semble alléchante, j’espère cependant retrouver moins de personnages et un peu plus d’action.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-11-2017
Tout d’abord, il me semble correcte de remercie l’auteure de m’avoir proposée son livre en Service Presse. Dans un premier temps j’ai été intriguée par la couverture et la quatrième de couverture, après cela j’avoue mettre jetée sur le livre.

Aux premières lignes on est propulsé dans un univers et je ne savais pas où j’étais. J’ai eu un peu de mal au début, ne sachant pas trop où le personnage était, à qui il parlait, qui il écoutait, mais je dois dire que je n’arrivais pas à trouver une seconde pour lire ce livre et dès que je l’avais j’étais à chaque fois rattrapée par mes obligations de tous les jours. Bref après cela je me suis VRAIMENT lancée dans ce roman et que vous dire à part WOAW.

Passer le second chapitre tout s’enclenche, les protagonistes sont présentés, l’histoire prend bien forme et dès qu’on s’est habitué au schéma de l’auteur, c’est-à-dire à la chaleur du Laos, le mode de vie… Vanaly Nomain prend un tout autre chemin et cela pendant tout le livre, cela a donc été impossible pour moi de prédire ce qui allait se passer et comme c’était rafraîchissant.

Dans ce roman, nous avons vraiment à faire un plusieurs genres qui s’entre-mêle et je pense que c’est de là que vient le côté inattendu de l’histoire, car on ne sais pas quel genre va l’emporter et de ce fait qu’est-ce qui va porter Maïa. Mais laissez-moi vous dire que cela ne sert absolument à rien de chercher quel genre Vanaly Nomain cherche à s’approprier, car le mélange est juste sublime.

Pour ma part je trouve que le résumé ne rend pas justice à ce que j’ai lu, j’ai trouvé que c’était trop centré sur la recherche de soi, alors qu’il y a tellement plus autour.

L’histoire de Maïa commence lorsque son grand-père veut l’initier à un rite de passage, mais ces anciennes coutumes sont désapprouvées de beaucoup, ne correspondant plus à l’époque dans laquelle ils sont pour d’autres. Mais son grand-père en décide autrement, seulement son obstination va leur coûter cher. Dès lors Maïa est renvoyée dans sa famille avec son père et ses frères.

Arrivée en France Maïa doit s’adapter à de nouvelles coutumes, traditions, nouvelle langue. En apparence tout semble lui réussir, mais au fond d’elle, elle désire qu’une chose, rentrée chez elle au Laos près de son grand-père. Malheureusement tout ne va pas se dérouler comme elle l’aurait espérée. Dans ce récit on retrouve une culture différente de la nôtre qui m’a beaucoup fascinée, cette culture qu’on voit à travers le quotidien de la famille de Maïa.

Son père est un être abjecte, que j’ai vraiment eu envie de faire mourir, quant à ses frères, eux sont des amours, mais ils sont faibles devant leur père et cela m’a vraiment exaspérée. Nous rencontrons Arnaud et Aël deux garçons qui vont se battre pour le cœur de Maïa. Pour ma part j’ai peu apprécié Aël, je trouvais Arnaud plus sensible, plus réelle, il avait quelque chose de touchant en lui. Tous ses personnages vont aider Maïa dans sa recherche de soi et sa quête de l’amour.

J’ai beaucoup aimé le fait que Maïa possédait un pouvoir et qu’il n’était pas bien définit par les personnes qui cherchent à en savoir plus, que seul le lecteur pouvait vraiment comprendre en globalité à travers Maïa, qui elle sait.

L’écriture est fluide, l’histoire est vraiment intéressante et change de tout ce que j’ai pu lire, que cela soit dans sa manière d’amener sont récit où dans sa manière dont les événements se déroulent. J’ai eu le sentiment par contre que la fin n’en était pas vraiment une. J’ai été déçu de cette fin , je m’attendais à autre chose, j’ai eu l’impression qu’il y aurait une suite donc si y a une suite, la fin est plus que bien mais sinon…je suis un peu frustrée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-09-2017
Je ne vais pas faire ma mauvaise langue, le résumé et la couverture m’ont plût, je me suis donc installée bien confortablement dans mon lit, mon thé à côté de moi afin de savourer un bon moment de plaisir avec un livre que j’avais hâte de lire qui plus ait été un cadeau de mon mari, celui-ci pensant que l’engouement de ce livre me toucherait. Je crois qu’il n’avait pas prévu que ça brûlait m’a rétine… Enfin bref, je vous laisse avec ma critique afin que vous puissiez comprendre pourquoi je n’ai pas aimé ce célèbre livre.

L’histoire est celle d’une jeune étudiante en littérature Ana Steele, qui dût au fait que sa colocataire est malade, se doit de la remplacer afin de rédiger son article pour sa rédaction. Elle est donc sur le point de rencontrer le manitou de l’industrie, afin de l’interviewer. Pour le moment le cadre est sympathique, puis elle rencontre le fameux M Christian Grey et au vu de la description très agréable de ce jeune homme tu te dis qu’un petit flirt avec lui serait plus qu’appétissant et on comprend tout à fait le soudain bégaiement de Mlle Steele qui ne sait plus où se mettre. Le premier chapitre passe, charger d’humour et de réplique qui donne vraiment envie de continuer. Néanmoins,l’histoire se dégrade, non seulement à cause des personnages.

Suite de la critique sur:https://teatimewabook.wordpress.com/page/2/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-09-2017
On rencontre une Rachel brisée par son incapacité à avoir un enfant, la plongeant dans l’alcoolisme, ce qui lui coûtera son mariage, ses amis, sa maison, son job… Dès les premières lignes j’ai ressenti une profonde tristesse pour ce personnage, l’auteur ne l’épargne pas, elle décrit une femme se laissant aller, elle ne prête ni attention à comment elle est parée, comment elle est perçu par la gent masculine et je pense que cela n’aide pas Rachel à tourner la page avec son ex-mari. Ni attirante, ni travailleuse, ni chien, ni amis, vous l’aurez compris elle n’a vraiment rien à part sa bouteille et ce train qu’elle prend chaque jour pour faire croire à sa colocataire qu’elle n’est pas tout à fait sans rien. Dans ce train on rencontre Megan alias Tess et Scott alias Jason, un couple qui paraît aux yeux de Rachel parfaits, jusqu’au jour où Megan trompe Scott.

Spoiler(cliquez pour révéler)
Quelque page plus tard, on rencontre Megan, jeune femme insatisfaite de la vie, toujours à courir après une aventure, et quand je dis aventure, ce n’est pas la découverte d’autres horizons mais bien d’autres hommes. C’est d’ailleurs sa seule occupation, après avoir perdu sa galerie d’art, elle s’enferme chez elle, à ruminer sur sa vie et sur son manque d’action. Après plusieurs tentatives de son mari pour qu’elle se sente mieux dans sa tête, ils décident que cela serait bien qu’elle voie un psychologue, de là commence la chute de Megan.


Suite de la critique sur: https://teatimewabook.wordpress.com/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
J’ai pris du plaisir à lire cette bande dessinée, et vous l’aurez remarqué le graphisme est vraiment magnifique, pour ma part ce sont les couleurs que j’ai le plus aimées. L’histoire est drôle et prenante, j’avais hâte à la fin de chaque tome de lire le suivant. Le petit plus pour moi dans ce récit est l’importance qu’on chaque personnage, chacun à sa place et aide Lanfeust dans ses batailles. Les deux jeunes filles, Cixi et Cyan font preuves de bravoures et n’attendent pas d’être sauvés. Tout pouvoir est digne, j’ai d’ailleurs bien ris sur certains d’entre-eux, auquel on ne penserait pas.

Suite de la critique sur: https://teatimewabook.wordpress.com/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-09-2017
Eleanor n’a pas seulement perdu sa Maman mais sa meilleure amie. Lui laissant les plus beaux souvenirs d’enfance ainsi que l’histoire de sa rencontre avec son père, une histoire d’amour comme il n’en n’existe plus. Sally était le repère de sa fille, jusqu’à que celle-ci reçoive une lettre qui va remettre en doute l’intégrité de sa mère.

George perd chaque jour un peu plus sa mère, atteint d’une maladie touchant sa mémoire, elle est suivie dans un établissement où elle y passera ses derniers jours. George n’a plus personne à part l’un des amants de sa mère. Lorsqu’il reçoit cette mystérieuse lettre lui disant que sa mère n’est pas du tout la femme qu’il pense, qu’il l’a élevé, il voit là une opportunité d’en savoir plus.

Suite de la critique sur: https://teatimewabook.wordpress.com/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-09-2017
Me voilà plongée dans une nouvelle histoire dont j’avais hâte de commencer, malheureusement pour moi ça n’a pas été une lecture des plus agréable. Le récit est raconté par un narrateur omniprésent, cette ouverture n’est pas dérangeante, cela nous fait rentrer tout doucement dans le roman, on prend connaissance du personnage principal Kestrel. Ce regard omniprésent qui m’a permis de me plonger dans l’histoire, a également dressé un mur entre les personnages principaux et moi. Le fait est que les pensées des personnages, leurs émotions, ne soient pas rapportées par eux-même m’a freiné, j’ai trouvé, plus difficile de cerner les personnage, d’être compatissant envers eux.

Suite de la critique: https://teatimewabook.wordpress.com/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-09-2017
» Vient le moment où la souffrance des autres ne leur suffit plus; il leur en fallut le spectacle »

Voilà par quoi s’ouvre le livre et fait office de résumé pour la quatrième de couverture. Autant vous dire que le jour où j’ai saisi ce livre, ma curiosité a été piquée. Le résumé fait quelques lignes en amont, a sûrement su vous mettre au parfum quant au genre de l’histoire et à son sujet.

Amélie Nothomb n’y va pas de main morte dans sa critique de la société, je veux dire quand même, elle a choisi l’un des événements les plus dramatiques de l’histoire pour faire sa critique; les camps de concentrations durant la Seconde Guerre Mondiale. Je ne pense pas qu’elle ait choisi par hasard cet événement tragique.

Suite de la critique: https://teatimewabook.wordpress.com/
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Roman rafraichissant, beaucoup d'humour, une histoire assez légère avec un déroulement aussi légers mais, ça fait du bien de lire de belles histoires marrantes sans prises de tête.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Encore un super moment passé à lire les aventures de Mme Farrow! L'auteur arrive toujours à me surprendre et à trouver de quoi nous faire rire. Une fin qui nous donne des frissons et nous donne l'eau à la bouche! J'ai hâte.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
J'ai appréciée ce tome, car il calme bien toutes les émotions accumulées par les tomes précédents. La lecture a été amusante. De plus, il fallait bien s'attendre à une réaction comme cela au vu des évènements passés.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un livre juste énorme! Tant de tension , de questions, encore plus de révélation, je ne peux pas attendre pour lire la suite! J'ai tellement peur de ce qu'il pourrait arriver, j'espère juste qu'il y aura une belle fin, car je ne crois pas que je le supporterai!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un Tome passionnant, plein de rebondissement, de nouvelle découverte, un passage sur le point de vue de Reyes, des liens entre les personnes qui existent depuis longtemps, tout prends plus d'ampleur. Juste génial!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4