Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de hanna86 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Keleana, Tome 4 : La Reine des ombres Keleana, Tome 4 : La Reine des ombres
Sarah J. Maas   
Cette saga a beaucoup de potentiel, je l'aime beaucoup, mais la version française a de tout petits points noirs, donc elle n'a pas spécialement marché. En plus du fait que le prénom de l'héroïne a été remodelé à la française (je comprendrais probablement jamais pourquoi) et que j'ai remarqué en lisant le troisième tome en Septembre dernier qu'il manquait dans la version française quelques passages du livre qui sont en VO. Plus, si on regarde bien les chiffres, c'est pas pour dire mais plus ça va moins ça marche (en France). Le troisième tome a quelque peu fait un flop. Je pense pas qu'ils éditeront Queen of Shadows en France. Je peux me tromper mais ça ne serait pas rentable de le faire, malheureusement (bien que ce tome-ci soit génial).
D'un côté, je trouve ça un peu bête de s'arrêter là alors qu'ils ont déjà édité la moitié de la saga et que le troisième tome servait de "pont" entre le deuxième et le quatrième. Mais d'un autre côté, je comprends qu'en éditant la suite ils risquent plus de perdre que de gagner... après je ne suis pas une experte, si ça trouve ils tenteront le coup plus tard.
Je crois que dès le départ, ils auraient dû faire d'avantage d'efforts pour que ça marche. C'est pas parce que ça fait un carton aux USA que ça va faire un carton en France. Je crois qu'ils ont pris le truc pour acquis et donc ils n'ont pas vraiment fait d'effort pour la couverture, le titre, la traduction et tout ce qui s'en suit. C'est dommage.
Après avec la sortie du premier tome en poche, peut-être que ça relancera la saga. Tout le monde n'a pas les moyens et même l'envie d'acheter une saga dont les prix sont passés de 16 euros pour le premier tome à 21 pour le troisième sans raison apparente. De plus, je trouverais ça franchement inutile si les poches sortaient jusqu'au troisième tome comme les grands formats et point barre. Je ne suis pas sûre que ça soit franchement rentable...
Mais comme je l'ai dit, je ne suis pas une experte.

Plus, je pensais tout à l'heure, si je ne me trompe pas les droits ont été rachetés pour en faire une série TV ou un film (je ne sais plus). Donc peut-être aussi qu'il reste un espoir qu'avec la sortie de ToG à la télévision, les ventes seront boostées et que la maison d'édition française continuera d'éditer la saga en VF. Si l'adaptation marche en France...^^

par Sheo
Des cendres sur la neige, Tome 1 Des cendres sur la neige, Tome 1
Sara Raasch   
Je suis tombée amoureuse du livre et de ses personnages.

Le monde est somptueux, et on retrouve une foule de détails sur son fonctionnement/ses coutumes/etc... ce qui est bien agréable, étant donné que les auteurs de (mauvaise) fantasy adoooorent nous plonger dans une ignorance insupportable.

L'héroïne, Meira, est très attachante, et on s'identifie facilement à elle (même si parfois elle répète ses lamentations à propos de Mather, et comment elle doit servir Winter). Son arme, un chakram, c'est à dire une lame de jet circulaire, est originale, ça change du trio classique épée/poignard/arc. Elle a une histoire personnelle très intéressante. Meira est une jeune fille indépendante, qui veut avoir son destin en main, et ne dépend pas d'un garçon. Et c'est rafraîchissant.

Alors, oui, IL Y A UN TRIANGLE AMOUREUX. Et les dieux savent que ça m'énerve. Mais ici, ça ne m'a pas dérangée du tout, même si j'ai une préférence pour l'un des deux (Team Mather forever). Il reste très secondaire.

Je recommande très fortement ce livre, il m'a énormément plu, et j'attends le second avec impatience !

par Asagiri
Snow Like Ashes, Tome 3 : Frost Like Night Snow Like Ashes, Tome 3 : Frost Like Night
Sara Raasch   
Le final tant attendu !!
Dans ce dernier roman, les points de vue de Meira, Mather et Ceridwen se succèdent.
Les deux premier son essentiels mais celui de Ceridwen ne sert à rendre le suspens encore plus intenable.
Le final est grandiose même si [spoiler]la mort de Monsieur m'a semblé démesuré quant à ses raisons.[/spoiler]

[spoiler]Je suis heureuse qu'enfin Meira est compris que Mather est fait pour elle. ENFIN !! Leur histoire est vraiment touchette et j'ai adoré la scène du mariage. [/spoiler]

Très bonne trilogie en tout cas et les personnages vont vraiment me manquer.

par Panda21
The Forbidden Wish The Forbidden Wish
Jessica Khoury   
Je vais commencer par dire que j'ai adoré The Forbidden Wish. Et j'ai tellement de choses à dire sur ce merveilleux roman que je ne sais même pas par quoi je dois commencer !

Dois-je vous dire que cette réécriture d'Aladdin est aussi originiale qu'elle est splendide ? Jessica Khoury a fait un travail de génie (sans mauvais jeu de mot). Je ne peux qu’applaudir et la féliciter pour cette fabuleuse aventure.

Dans The Forbidden Wish on fait la rencontre du personnage de Zahra qui est un génie et qui est retenue prisonnière de sa lampe depuis un long, très long, moment. Et puis un jour parmi un million d'autres, Aladdin arrive après avoir été guidé par une bague qu'il a volé et devient le maître de la lampe de Zahra. Ainsi commence leur aventure ensemble.
Par la suite, une Ghul du nom de Shaza vient trouver Zahra avec un message de la part de Nardukha, le roi des Génies (ou Jinn). Celui propose à Zahra un marché qu'elle ne peut refuser : Zhian, le prince des Jinn, a été capturé par les humains. Zahra doit le retrouver et le délivrer. En échange, le roi des Jinn lui promet la liberté. Il lui donne un mois. Si ce délais passé Zahra n'a pas retrouvé et libéré Zhian, elle payera le prix de son échec. [spoiler]Elle mourra et les habitants de Parthenia (la ville où est retenu Zhian) mourrons avec elle. [/spoiler] Tout ça en restant au service du jeune et charmant voleur Aladdin qui a le droit à trois souhaits, sans qu'il ne sache rien.

J'ai trouvé l'histoire superbe et très bien menée. Et la plume de Jessica Khoury m'a charmé ! Fluide, addictive, entraînante et avec un côté plutôt poétique. J'ai aimé la narration de Zahra. [spoiler]C'est comme si elle racontait son histoire à Roshana (la reine de Neruby morte des centaines d'années auparavant), qu'elle appelle Habiba (chère amie) comme si elle lui parlait et tout... je ne sais pas comment l'expliquer mais j'ai adoré ![/spoiler]

Le monde qu'a créé l'auteure est très complet et tout simplement fascinant. L'histoire des différents royaumes est passionnante. J'ai aimé le fait qu'on trouve différents types de Jinn (les Sila, les Ghuls, les maarids, les ifreets et les shaitan). [spoiler]Zahra est une Shaitan et d'ailleurs c'est la seule si on ne compte pas Nardukha qui est le roi des Jinn et celui qui l'a créé.[/spoiler]

Les personnages sont tout aussi géniaux que le reste de ce roman. Autant les personnages principaux que les secondaires ! Ils sont bien construits, ils sont "solides" et très attachants (pour la plupart).

J'ai adoré Zahra. C'est un personnage passionnant, peut-être dû au fait qu'elle a quelques milliers d'années bien qu'elle en paraisse à peine dix-sept. Je l'ai trouvé attachante, forte et douce à la fois. J'ai trouvé son histoire fascinante. [spoiler]À dix-sept ans elle est devenue reine de Ghedda. Un shaitan (Nardukha) lui a demandé vingt jeunes filles et vingt soldats en sacrifices. Zahra n'a pas accepté sa requette alors il a fait trembler l'île de Ghedda jusqu'à ce qu'elle sombre sous les eaux. Zahra a alors passé un marché avec le Shaitan. Il sauvait le Ghedda des eaux et elle s'offrait en sacrifice à la place des vingt jeunes filles et vingt soldats qu'il demandait. Il a accepté, l'a transformé en génie et l'a enfermé dans sa lampe. Puis le Shaitan a fait bûler le Ghedda car il avait promis de sauver l'île des eaux, pas des flammes.[/spoiler]

Aladdin c'est... bah Aladdin mais en mieux. Tellement mieux ! Je l'ai adoré, tout simplement. Et je ne pourrais mettre aucun mot sur ce personnage. Il est indescriptible.

Caspida, qui est la princesse de Parthenia est superbe dans son rôle. Et même si au départ je n'étais pas certaine de l'aimer, au final je me suis vraiment attachée à elle. [spoiler]Elle est aussi le Phoenix, un révolutionnaire entre-autre dont les habitants de Parthenia ne connaissent pas la véritable identité.[/spoiler]

Avec Caspida, il y a les Watchmaidens, de vraies bad-ass ! [spoiler]Ce sont les descendantes des Watchmaidens de la reine Roshana, dont le rôle est de protéger les reines et les princesses.[/spoiler] Raz, Ensi, Khavar et Nessa sont superbes et chacune est attachante à sa manière.
[spoiler]Nessa est un peu particulière puisqu'elle est une charmeuse de Jinn et elle fait partie de la famille royale de Tytoshi, tout comme son frère Vigo.[/spoiler]

Bien-sûr, que serait l'histoire d'Aladdin sans le méchant Vizir ? Et dans The Forbidden Wish, les vilains vont par paire ! Sulifer et son fils, le prince Dairan, sont, je dois dire, vraiment supers dans leur rôle. [spoiler]Tout comme Nardukha et Zhian.[/spoiler]

Roshana est un personnage attachant, bien qu'elle ne soit pas directement présente dans l'histoire. [spoiler]Elle vit à travers l'histoire de Zahra mais elle n'en reste pas moins attachante. En vérité, c'est même sûrement ce qui la rend si attachante. Comme Zahra nous la présente comme une amie très chère et presque une sœur, on s'y attache sans se poser plus de question que ça. Découvrir son histoire a aussi été passionnant.[/spoiler]

La relation entre Aladdin et Zahra est merveilleuse, je n'ai pu qu'adorer ! La romance entre ces deux personnages est juste magique de A à Z. À la hauteur d'un conte de fées.

Que serait l'histoire d'Aladdin et de Zahra sans les vœux qui vont avec ? Vœux qui ont une réelle importance dans l'histoire et qui ne sont pas là simplement parce que Zahra est un génie de la lampe et qu'Aladdin a le droit à trois vœux ! [spoiler]Le premier vœu d'Aladdin est de rentrer chez lui sur-le-champ alors qu'il s'est fait capturé et qu'il est sur le point de se faire tuer par le Prince Darian au début du roman.

Le second vœu qu'Aladdin souhaite est que Zahra fasse de lui un prince. Il faut se souvenir que Zahra a pour mission de retrouver Zhian si elle veut être libre et que pour cela, elle doit se rendre au palais royal car elle pense que c'est là-bas qu'il se trouve. Mais comment peut-elle faire si elle ne peut pas quitter Aladdin ? Eh bien c'est simple : il faut qu'il aille au palais lui aussi. C'est donc elle, entre autre, qui lui donne cette idée de devenir un prince.

Dans un premier temps, Aladdin veut utiliser son troisième et dernier vœu pour que Zahra soit libre et qu'ils puissent être ensemble, puisqu'ils sont tombés amoureux l'un de l'autre. Mais Zahra l'empêche de formuler ce vœu car il n'y a que deux façons pour qu'un Génie soit libéré de sa lampe : 1. le roi des Jinn le délivre. 2. le maître du Génie utilise l'un de ses trois vœux pour le délivrer. Mais le prix de ce vœu est la vie de celui qui le souhaite. Alors par la suite, Aladdin décide de ne pas avoir de troisième souhait car s'il formule un troisième et dernier vœu, Zahra l’exaucera et elle retournera dans sa lampe. Aladdin pourra garder la lampe mais il ne pourra plus l'appeler. Elle attendra alors que la lampe arrive dans de nouvelles mains, elle attendra un nouveau maître. Ce qui signifie que si Aladdin fait un troisième vœu, il perdra Zahra et étant amoureux d'elle, ce n'est pas ce qu'il désire.

Mais le vœu le plus important de tout le roman c'est le vœu interdit, lorsqu'un humain souhaite rendre sa liberté au Génie qui a exaucé ses deux premiers vœux, au Génie dont il est le maître.
Il faut aussi savoir qu'en général, si un humain souhaite faire ce vœu c'est parce qu'il aime le Génie d'une manière ou d'une autre et que c'est réciproque. Hors il est interdit pour un Génie d'aimer un humain. Et vice-versa.[/spoiler]

Quant à la fin de ce roman, je peux dire qu'elle était aussi superbe que le reste du livre ! Je l'ai adoré ! [spoiler]Avant de révéler ses sentiments à Zahra, Aladdin avait proposer sa main à Caspida. Après la mort de son père, le roi, Caspida vient trouver Aladdin pour lui annoncer qu'elle accepte de l'épouser. Durant ce temps Zahra a trouvé Zhian dans la crypte sous le palais où se trouvent un nombre incalculable de Jinn enfermés dans des lampes, bouteilles, etc. Zahra libère donc Zhian et celui-ci part retrouver son père pour que celui-ci puisse ensuite donner à Zahra la liberté qu'il lui avait promis puisqu'elle a réussi sa mission. Quand vient le jour du mariage d'Aladdin et de Caspina, Aladdin ne peut finalement pas se résoudre à épouser la princesse puisqu'il est amoureux de Zahra.
Darian et le Vizir débarquent en clamant haut et fort qu'Aladdin n'est pas celui qu'il prétend être (ce qui est vrai) et Aladdin est accusé d'avoir tué le roi. Par la même occasion, ils dévoilent aux courtisans que la servante du prince Razhad (Aladdin) est en fait un Génie. Darian récupère la lampe de Zahra et lui ordonne de retourner à l'intérieur puis il donne la lampe à son père, le Vizir Sulifer. Aladdin est arrêté et condamné à mort pour trahison et tout le tralala. Le Vizir ordonne aussi à ce qu'on arrête la princesse Caspida et ses Watchmaidens mais celles-ci parviennent à s'échapper.
Zahra se retrouve donc au service du Vizir dont le premier vœu est que tous les jinn soient sous ses ordres. Mais ce vœu n'est pas réalisable. Zahra peut lui donner tout ce qu'il désire du monde des humains mais les jinn n'appartiennent pas à ce monde, ils en ont un qui leur est propre et on ne peut faire aucun vœu dessus.
Alors il formule un nouveau vœu : il veut une armée dont le nombre est supérieur au nombre d'étoiles dans le ciel et qui soit invincible sur tous les plans du terme.
Zhara lui donne une armée d'hommes fait d'ombre car il n'y qu'une chose qui soit plus nombreuse que les étoiles, c'est l'obscurité qu'il y a autour (comme dit Zahra). Sauf que les hommes d'ombre ne peuvent pas sortir le jour...
Caspida revient au palais pour prendre la lampe dans laquelle demeure Zahra et cette dernière supplie Caspida de faire le vœu qui sauvera la vie d'Aladdin. Mais Caspida refuse. Là, Zhian débarque et annonce à Zahra qu'elle doit le suivre pour recevoir sa liberté. Mais Zahra ne peut pas partir alors qu'Aladdin est sur le point de mourir. La liberté de Zahra semble donc partir en fumée.
Caspida souhaite finalement que ses Watchmaidens soient ramenées saines et sauves auprès d'elle car elles ont été séparées.
Après cela, Caspida décide de croire Zahra et elle fait le vœu tant attendu : celui de sauver la vie d'Aladdin.
Caspida et Zahra forment alors une alliance.
Caspida décide de dévoiler à son peuple qu'elle est le Phoenix pour qu'il l'aide à faire tomber le Vizir qui tente de prendre le pouvoir.
Le troisième et dernier vœu de Caspida sert à envoyer Aladdin et Zahra sur le Mont Tissia pour faire face à Nardukha qui arrive avec ses jinn pour punir Aladdin et Zahra d'être tombés amoureux.
La lampe de Zahra tombe dans le feu d'Ambadya, la seule chose capable de la détruire. Avant que Zahra ne disparaisse pour brûler avec sa lampe, elle dit à Aladdin qu'elle l'aime. Pour la première fois.
Zahra découvre alors qu'elle est assez puissante pour réaliser ses propres souhaits et qu'elle s'est sacrifiée pour sa propre liberté. Involontairement, elle a souhaité le vœu interdit. Et à présent, Zahra est libre.
Lorsqu'elle revient sur le Mont Tissia auprès d'Aladdin et face à Nardukha, elle ne se cache plus derrière le visage de Roshana (ce qu'elle faisait depuis le début). Elle arbore son propre visage.
Nardukha est vaincu et Zahra perd sa magie. Elle n'est donc plus complètement un Génie mais pas non plus humaine. Et elle étant libre, elle ne sera plus jamais prisonnière de sa lampe.
Du côté de Caspida, Darian est emprisonné puis il choisit l'exil plutôt que de rester en prison et Sulifer meurt.
Caspida est couronnée reine.
Le premier vœu que veut réaliser Zahra (pour elle-même) est d'aller à Ashori pour manger du raisin (chacun ses vœux !). Du coup, à la fin, Aladdin et Zahra partent pour Ashori.[/spoiler]

En conclusion, c'est un roman que j'ai dévoré et savouré, riche en rebondissements, je ne me suis pas ennuyée un seul instant. Au début de ma lecture j'avais un million de questions et j'ai eu un million de réponses.

Je recommande donc chaudement The Forbidden Wish, une aventure magique dans un monde où les humains côtoient les Jinn.

Premier vœu : acheter ce livre.
Second vœu : lire ce livre.
Troisième vœu : aimer ce livre.

C'est un livre plein de magie et de vie et je souhaite ne jamais oublier une telle aventure !

par Sheo
Captive, tome 2 : The Rose and the Dagger Captive, tome 2 : The Rose and the Dagger
Renee Ahdieh   
Je ne me remettrais sûrement jamais de cette lecture, de cette histoire, de ces personnages, de tout ! C'était une aventure unique et je ne sais sincèrement pas par où commencer pour vous l'expliquer.

J'avais peur de me plonger dans The Rose & The Dagger parce que je n'avais simplement pas envie que ça se termine. Je n'étais pas prête alors j'ai attendu un peu. Je n'étais toujours pas prête quand j'ai commencé ma lecture mais une fois plongée dans ce second opus, je ne pouvais plus me convaincre de ne pas le lire. Alors je l'ai lu. ^^

Autant le dire tout de suite, j'ai adoré et c'est un énorme coup de cœur ! Mon pauvre cœur, il a pris cher sur ce coup-là.

Comme toujours, Renée Ahdieh a su me captiver et me faire vivre cette histoire comme dans un rêve. Et je dois dire que je trouve qu'elle a une très belle plume. Je ne pourrais pas mettre de mot dessus mais j'aime beaucoup sa façon d'écrire. Disons que c'est comme si elle vous racontait un conte à par entière et non pas une réécriture. Et c'est ça, The Wrath & The Dawn est un conte à part entière !

L'histoire de ce second tome reprend là où celle du premier tome nous avait laissé. Et dans ce deuxième et dernier opus, il est temps que les choses sérieuses commencent. Renée Ahdieh ne m'a pas déçue ! Dans The Rose & The Dagger, on a le droit à de grandes surprises, toutes servies sur de beaux plateaux d'or.

Et il y a des fois où j'étais tellement sidérée, surprise et tout ce que vous voulez par rapport à ce qu'il se passait dans l'histoire que j'ai fini par monologuer jusqu'à ce que je n'ai plus de souffle et que les mots n'aient plus de sens. ^^

Comme je le disais plus haut, mon cœur a pris cher durant cette lecture. Il s'est retourné, s'est brisé, s'est envolé et j'en passe.

Les personnages... par qui je pourrais bien commencer ? Peut-être simplement par vous dire que je les aime d'un amour fou et que je me suis attachée si fort à eux que je ne me sens pas capable de les lâcher. Jamais. Eux et moi, c'est pour toujours. ^^

Je vais commencer par le Roi des Rois. Khalid Ibn al-Rashid est le monstre le moins monstrueux et le plus beau que j'ai jamais rencontré dans un livre. Mon dieu, il est impossible de ne pas le vénérer. Il est fort, solide et tellement de choses à la fois qu'il n'existe pas assez de mots dans toutes les langues possibles et imaginables pour le décrire.

Sharzad al-Khayzuran est une héroïne aussi forte et intelligente que son mari. J'aime sa personnalité et son caractère. J'aime en vérité tout ce qu'elle est et représente. C'est une véritable Reine, pas seulement celle de Khorasan.

Peut-on seulement parler de Jalal ? Est-ce nécessaire que je vous dise à quel point je l'aime ? Ça me semble impossible qu'il en soit autrement. [spoiler]J'aurais simplement aimé le voir d'avantage mais pour toutes les fois où on le voit, je l'aime toujours. Même quand on ne le voit pas, en fait. ^^[/spoiler]

Despina est un personnage qui m'a offert les plus grandes surprises durant cette lecture. Je crois qu'elle voulait ma mort. Je l'ai adoré et je l'ai détesté, j'ai douté d'elle et puis je l'ai adoré à nouveau. Cette fille me fait à la fois l'effet d'un mur dans lequel je me plais à me cogner, d'une fleur si belle et si douce et parfois d'un poison que j'accepte de prendre avec le sourire. C'est un personnage plutôt complexe, si on y pense bien. Elle est sincèrement surprenante et je ne saurais pas expliquer mes sentiments à son égard mieux que ça.

Il faut aussi que je vous parle de Tariq al-Ziyad. Dans le premier tome, je le trouvais presque insupportable et impulsif. Je n'y étais pas spécialement attachée. Bien qu'il soit toujours du genre impulsif et un peu insupportable, dans ce second tome, je pense l'avoir découvert sous un autre angle et ça l'a rendu plus attachant. Il n'est toujours pas mon personnage préféré mais il a gagné un peu de mon estime. ;) Et mine de rien, il va quand-même me manquer !

Rahim... L'attachant et le loyal Rahim. Dans ce second tome, je vais simplement vous dire que je m'y suis d'avantage attachée. Sûrement parce qu'il a eu d'avantage d'importance. J'ai même succombé un peu à son charme si doux. [spoiler]Alors quand il est mort, j'ai pleuré comme un bébé. Ça m'a brisé le cœur. Et il m'a tout de suite atrocement manqué.[/spoiler]

Irsa, la petite sœur de Sharzad aussi a eu d'avantage d'importance dans The Rose & The Dagger et donc j'ai su l'aimer et m'y attacher. Elle est douce, intelligente et si innocente mais il y a quelque chose en elle qui la rend forte.

J'ai été ravie de retrouver Vikram ! Je n'étais pas sûre de le revoir, après la fin du premier tome, mais bien-sûr qu'un homme aussi fort pouvait supporter un peu de vent ! Pourquoi en ai-je seulement douté ? ^^ Je l'ai moins apprécié que dans le premier tome (sûrement parce qu'on le voit moins ?) mais il n'en reste pas moins un personnage duquel émane une véritable force et une irrésistible autorité. Eh ouais.

Il y a aussi le personnage de Artan Temujin (un petit nouveau) qui m'a émerveillée. Je suis tombée amoureuse de lui à la seconde où je l'ai rencontré. Ou plutôt à la seconde où Sharzad l'a rencontré. Il est tellement insolent, un chouïa arrogant et avec une pointe d'humour dans sa personnalité... Ah! je ne sais pas l'expliquer mais je l'ai adoré.

Plus, les personnages secondaires, Renée Ahdieh m'a fait rencontré une palette de personnages différents, tous parfaits dans le rôle qu'ils devaient jouer : je les ai aimé ou je les ai détesté. Parfois un peu des deux. Ça aussi, j'ai adoré.

Quant aux relations entre les personnages, quelles qu'elles soient, je trouve que Renée Ahdieh a su en faire quelque chose de super !

Pour parler de la romance, je suis fan ! Renée Ahdieh a un talent qui fait battre mon cœur si vite et si fort que le monde entier pourrait l'entendre et le ressentir. J'ai donc aimé la romance entre les personnages. Tellement ! [spoiler]Bien-sûr Sharzad et Khalid qui sont merveilleux. D'ailleurs, leur retrouvailles c'était comme si mon cœur avait sauté de ma poitrine pour s’étaler à leurs pieds et s'était prosterné.

Jalal et Despina - j'étais déjà sous leur charme dans le premier tome. Dans ce second, j'ai douté. On ne les a vu ensemble qu'à la fin et après une multitude de surprises qui m'ont foutue la trouille. Mais tout est bien qui finit bien et je les aime toujours !

Rahim et Irsa - Je les ai trouvé mignons, attendrissants et j'aurais aimé que ça dure. Mais le fait que ça soit fini (parce que Rahim est mort) rend leur histoire plus touchante et belle, je trouve. Ce premier amour dont Irsa se souviendra toujours.[/spoiler]

Comme je l'ai dit plus tôt, Renée Ahdieh m'a fait quelques surprises, quelques frayeurs et m'a offert une palette complète d'émotions. Il y en a que je n'ai sincèrement pas vu venir alors bravo Renée, tu es très forte ! [spoiler]Je n'ai pas vu venir le fait que Despina est la fille bâtarde de Salim Ali el-Sharif (oncle de Khalid et Sultan de Parthia).

Je ne m'attendais sincèrement pas à ce que Khalid et Tariq finissent pas trouver un terrain d'entente. Je pensais qu'ils allaient finir par s'entre-tuer. Ravie de m'être trompée.

Je m'attendais un peu à la mort de Rahim mais ça ne m'a pas empêché d'être sur le cul quand c'est arrivé. J'ai pleuré, je l'ai déjà dit. Mais avant de mourir, il fait promettre à Khalid de s'assurer qu'Irsa ne se sentira jamais seule et toujours aimée. Khalid promet. Et j'ai trouvé ça touchant.

Je me doutais qu'il y aurait une bataille. Mais au départ, je pensais que ça serait entre Khalid et Tariq. Sauf qu'au final ces deux-là s'allient et que la bataille a lieu contre Salim (qui perd). D'ailleurs, à la fin il doit abdiquer et c'est sa fille (Yasmine) qui devient Sultana de Parthia[/spoiler]

[spoiler]Je ne peux pas écrire un commentaire sur cette merveilleuse histoire et ne pas parler de la malédiction de Khalid. Honnêtement, elle n'a pas une si grande place dans l'histoire et c'est plus facile que je ne le pensais de s'en débarrasser. Ils auraient pu le faire plus tôt ! ^^

Sharzad prend son tapis volant et va trouver Musa Zaragoza. Celui-ci lui présente Artan dont la tante est assez puissante pour briser la malédiction de Khalid. Sauf qu'elle doit voir Khalid en personne. Donc, Sharzad va chercher Khalid et tous les trois vont trouver Isuke (la tante). Celle-ci leur dit que le prix de la malédiction a été la vie du père d'Ava (celui qui l'a lancé, ce qu'on sait déjà) et que pour la briser, il faut que le prix soit égal. Le prix que demande Isuke pour délivrer Khalid est que ce dernier détruise un livre de magie noir que le père de Sharzad a en sa possession (celui avec lequel il a en partie détruit Rey, d'ailleurs) et qui vient de la famille d'Isuke et Artan. Le problème c'est que le père de Sharzad (Jahandar) ne lâche jamais le livre et la clé qui l'ouvre est autour de son cou. Du coup, Irsa décide de les aider et elle prépare une potion qui fait dormir Jahandar. Elle récupère le livre et la clé. Elle rejoint Sharzad et Khalid à un point de rendez-vous dans le désert (pas loin du campement de Tariq et tout le tralala). Petit problème : Tariq et Rahim suivent Irsa. Mais probablement pas pour les mêmes raisons... N'est-ce pas Rahim ? ^^<3 Lorsqu'il voit Khalid, Tariq perd le contrôle de lui-même et tente de l'atteindre d'une flèche sauf que c'est Sharzad qui reçoit la flèche dans le dos. Du coup, ça retarde un peu le truc. D'ailleurs, la première conversation entre Khalid et Irsa est trop mignonne (je trouve). Bref ! Finalement, plus tard, Khalid détruit le livre de la façon que lui a indiqué Isuke. Et voilà ! Khalid a brisé sa malédiction ![/spoiler]

Vous avez remarqué que mon commentaire part dans tous les sens ? C'est le bordel dans ma tête après une telle lecture, impossible de mettre de l'ordre ! Même dans ce que j'écris.

Enfin bref.

Maintenant, je vais parler de la fin. Parce que je ne peux pas passer à côté de ça et que si je n'en parle pas, je vais devenir dingue. Déjà, sachez qu'elle est géniale, au-delà de mes espérances ! [spoiler]Jahandar plante la dague qu'il vole à Sharzad dans le cœur de Khalid. Oh mon dieu. Khalid est donc en train de mourir. Le cœur de Sharzad se brise. Et comme Jahandar ne supporte pas cela, il sauve Khalid grâce à un sort qu'il connaît par cœur. Le sort qu'il avait utilisé avec la rose qu'il avait donné à Sharzad au début du premier tome. Khalid est donc sauvé. Merci, mon dieu. Tout est donc bien qui finit bien puisque la paix est de retour, la malédiction de Khalid est brisé et que tous sont entourés de ceux qu'ils aiment (ou presque. Repose en paix Rahim).

Maintenant, place à l'épilogue. Ce dernier se déroule quelques années après la fin. Tout le monde est heureux. Irsa, Artan, Tariq, Yasmine... Jalal et Despina ont eu une petite fille qui s'appelle Amira (Despina était enceinte de Jalal depuis le tome un). Amira est la meilleure amie de Haroun, cinq ans. Mais qui est-il ? Eh bien Haroun est le fils de Khalid et Sharzad !! Ah ça fait gonfler mon cœur de joie, ça. OMG, J'ai besoin d'air !

Donc, comme je disais, une très belle fin. À la hauteur d'un conte. Même au-delà.[/spoiler]

Voilà, je crois que c'est tout. Je pourrais vous parler de cette lecture pendant des heures mais il est temps d'officialiser le fait que cette histoire est terminée. Tout ça va atrocement me manquer.

Je recommande chaudement The Wrath & The Dawn et je dis bravo à Renée Ahdieh pour avoir donné vie à une telle aventure ! Quand je l'ai commencé, je n'aurais jamais imaginé que je l'aimerais autant.

En trois M : Magique. Magnifique. Merveilleux.

par Sheo
It Only Happens in the Movies It Only Happens in the Movies
Holly Bourne   
It only happens in the movies… ou quand un YA brise enfin les stéréotypes.

Audrey doit son nom à la célèbre actrice Audrey Hepburn, prépare un exposé sur les films d’amour et travaille dans un cinéma où elle va rencontrer Harry, un cinéaste en herbe réalisant un film de zombies et dans lequel Audrey se verra proposer le premier rôle de la mariée zombie. Evidemment, Harry et Audrey se rapprochent et tombent amoureux, mais ce ne sera pas aussi simple que dans les films !

Vous l’aurez compris que le cinéma est omniprésent dans ce roman et j’ai trouvé ça vraiment original et génial ! J’ai adoré toutes les références cinématographiques et la manière dont l’auteure casse certaines scènes culte des films d’amour, dénonçant ainsi le rêve vendu par ces films.

Cette lecture a été un pur délice du début à la fin, notamment grâce au personnage d’Audrey......

AVIS COMPLET --> https://livrismechronique.wordpress.com/2018/08/30/it-only-happens-in-the-movies-ou-quand-un-ya-brise-enfin-les-stereotypes/

par Lulla-By
Sea Witch, Tome 1 Sea Witch, Tome 1
Sarah Henning   
Un point de vu du contes de la petite sirène qu'on ne soupçonne pas et qui nous livre bien des secrets. L'écriture est fluide et il se lit rapidement puisqu'on est pris dans l'histoire dès le début.

par lourita08
The Surface Breaks The Surface Breaks
Louise O'Neill   
Lecture abordable en anglais, mais comme écrit au dos du livre, elle n'est pas adaptée à tout public. Ici, on a affaire à une sombre réécriture de la petite sirène, mais une réécriture féministe, abordant des sujets terriblement importants comme la place sociale de la femme, le consentement, l'apparence physique standardisée etc. L'héroïne est naïve, et sa lenteur à comprendre les situations parfois presque comique tellement ça en devient exaspérant, mais Louise O'Neill a elle-même déclaré ne pas avoir créé un personnage parfait. Entre plaisir liée à la réécriture et horreur de la réalité dépeinte, ce roman se dévore !

par Florilege
The Conquerors Saga, tome 1 : And I Darken The Conquerors Saga, tome 1 : And I Darken
Kiersten White   
«Souls and thrones are irreconcilable.»

Je me sentais d'humeur sanglante. Dans le genre à lancer des menaces de mort à tous ceux qui viendraient interrompre ma lecture. Je me sentais d'humeur à partir à la rencontre de Ladislav Dragwlya et à la défier dans un combat singulier.

Vlad l'Empaleur, notre très cher Dracula, est à présent une fille. Et, oh mon dieu, elle ne rigole pas. du. tout. Chers lecteurs, faites place à la légende!

Je l'admets, je suis le genre de personne qui s'y croit trop. Le genre de lectrice qui vous rejouerait limite les scènes qu'elle lit. Heureusement, je n'ai coupé la tête de personne. Mais entre nous, ce n'est pas comme si j'avais besoin de Lada pour en avoir envie.

Sérieusement. Le prochain qui me dit que je n'ai pas d'humour, je l'envoie direct chez Lada. Après ça, on verra où en est mon humour. ;) Dans mon cercle familial, je suis connue pour être une vraie reine diabolique. Mais à côté de Lada l'Empaleuse, je suis aussi dangereuse qu'un bébé hamster.

• And I Darken débute avec la naissance de Ladislav suivie par celle de Radu, son petit frère, un an plus tard. Alors que Radu est calme et bienveillant, et en soit une déception pour son père, étant une fille Lada est considérée comme faible et sans intérêt. Et pourtant, très jeune elle va dévoiler une personnalité douteuse, agressive, cruelle, et bien d'autres choses. Une véritable terreur.

No one expects a princess to be brutal.

Lada et Radu passent leur enfance à Wallachia (en Valachie, quoi) avec un père cruel et une mère brisée et soumise. Jusqu'au jour où leur papa chéri les vends comme otages à l'Empire Ottoman pour garder son trône. (Papa est super sympa, putain.) Là-bas, ils rencontrent Mehmed avec lequel ils forment un lien très fort.

Bon. Manifestez-vous ceux qui n'ont jamais entendu parler de Vlad l'Empaleur qui a inspiré le célèbre personnage de Dracula. Et qui n'a jamais entendu parler de Mehmed le Conquérant qui régna sur l'Empire Ottoman à deux reprises?

Eh bien que vous les connaissiez ou non, Kiersten White reprend les bases de l'histoire et avec elles, elle fait de son roman un récit young adult à couper le souffle! Et malgré un début que j'ai trouvé un peu long, l'histoire est passionnante. À tous les niveaux.

• Si l'univers du roman à tout ce dont on peut rêver d'un récit de High Fantasy, ce qui m'a le plus plu est la diversité qui s'y trouve. Féminisme, communauté LGBT+, religion... Kiersten White a réuni des thèmes importants et parfois délicats et les a placés dans l'histoire de façon intelligente.

Rien que dans le fait que le célèbre Vlad Dracul soit dans le récit une fille (Lada au cas où vous ne l'auriez toujours pas compris) est geste plutôt féministe (et carrément génial), je trouve. Effectivement, à l'époque les femmes ne sont absolument pas égales aux hommes. Et pourtant via le personnage de Lada, ils vont bien vite se rendre compte qu'être une femme ne signifie pas qu'on ne peut pas t'arracher la tête. Avec nos dents.

• Kiersten White a une plume qui m'a, je l'admets, surprise. Parce que je ne m'attendais pas à autant l'apprécier. En plus d'avoir fait un très bon travail avec de vieux faits historiques et de les avoir remodelés pour servir son récit, sa plume est fluide et ne manque pas de détails pour qu'on puisse bien visualiser les scènes. Honnêtement, je ne sais pas quoi dire de plus dessus...

• Les personnages sont excellents. Ils sont uniques, complexes et complets, et en même temps alors qu'ils grandissent ensemble, ils prennent quelques petits traits de personnalité de chacun. Kiersten White leur a offert un développement et une dynamique que j'ai adoré! Ils sont terriblement bons.

•lada• (Sauf si l'auteure décide de changer ce fait historique, je peux déjà vous dire comment Lada va mourir: décapitée. Une mort qui lui ira bien.) J'ai adoré ce personnage. Elle est sombre, brutale, impitoyable, sadique, avec une volonté de fer. Sans oublier qu'elle machiavéliquement intelligente. L'anti-héroïne parfaite(ment inquiétante). Une anti-princesse dont les mots parfaits pour la décrire n'ont pas encore été inventés.

•radu• OMG. Ce mec est dément, l'incarnation idéale de la gentillesse. Mais il n'est pas parfait. C'est un Dragwlya. Il y a un tas de petites choses dans son développement qui nous rappellent d'où il vient. Lui aussi peut se montrer impitoyable et il est très intelligent. Il sait comment user de ses charmes pour obtenir ce qu'il veut. De quoi être un excellent politicien.

"There are other ways to beat someone than with fists."

•mehmed• Hormis un prénom gravement pourri, le fils du sultan est aussi un personnage que j'ai aimé. Si je me souviens bien, il pleure comme un bébé la première fois qu'il apparaît dans le roman. Donc, sérieusement, je ne donnais pas cher de sa peau. (Je n'ai jamais dit que j'étais sympa comme fille.) Et pourtant, je pense que Mehmed est beaucoup plus fort que ce qu'il laisse croire à première vue. Et je suis sûre à un bon 90% qu'il me le prouvera dans le second tome.

Les personnages secondaires ne m'ont pas tant marquée que ça. Sauf Nicolae pour qui je voue une adoration sans faille.

•lada & radu• (meilleure scène entre une soeur et un frère jamais écrite)

"If anyone is going to kill you, it will be me. Understand?"
Radu nodded, snuggling into her shoulder. "Will you protect me?"
"Until the day I kill you." She jabbed a finger into his side, where he was most ticklish, and he squealed with pained laughter."

•lada & nicolae• (bromance goal ^^)

"I think of you like a sister," he said. "Like a brilliant, violent, occasionally terrifying sister that I would follow to the ends of earth, in part because I respected her so much and in part because I feared what she would do to me of I refused."
She nodded. "I would do awful things."

Je suppose que ça parle de soi-même. Je suppose que ça parle de soi-même. Non? Lada n'est clairement pas douée avec les relations humaines, platoniques ou pas, mais ça j'adore.

•lada & mehmed• Très honnêtement, je ne m'attendais pas à trouver de la romance dans cette histoire. Ça m'aurait sembler carrément normal que Lada n'en ait rien à battre de qui que ce soit sur le plan amoureux. Mais visiblement, l'auteure a décidé de mettre une touche de romance dans son récit et même si j'aurais largement préférée qu'elle s'abstienne, je dois bien admettre que ça ne m'a pas tant dérangée que ça. Pour la simple raison que la romance n'écarte pas l'intrigue. Cela dit, je persiste à dire que Lada ne me semble pas être le genre de personne qui a envie de partir à la conquête du cœur de quelqu'un. En fait, avant même qu'il y ait de la romance dans cette histoire, je m'imaginais que si jamais quelqu'un venait à ressentir ses sentiments amoureux à son égard, elle l'empalerait...

Et puis, à part quelqu'un de franchement dérangé, je ne suis pas sûre qu'il soit en vérité possible pour quelqu'un de tomber amoureux de Lada. Alors sérieusement Mehmed, je ne sais pas du tout ce que tu fous.

•radu & mehmed• On sait rapidement que Radu est gay. C'est donc sans réelle surprise qu'on découvre son amour bien plus que platonique et à sens unique pour Mehmed. Et sincèrement, tout ce que je peux dire c'est que ça me fait de la peine pour lui.

Alors honnêtement, je ne définirai pas cela de triangle amoureux à proprement parler. Mais en même temps, le terme 'triangle amoureux' est ce qui s'en rapproche le plus. #frustration

"You have no love to give him, and I have no love he will accept. What are we supposed to do?"

• En conclusion, And I Darken fut une agréable surprise. Malgré l'action qui m'a parfois manquée, je recommande cette lecture qui a une liste de points forts et des personnages à rencontrer d'urgence!

«Fire burned in her heart, and her wounded soul spread out, casting a shadow like wings across her country.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/category/mes-articles/mes-reviews/

par Sheo
Warrior of the Wild Warrior of the Wild
Tricia Levenseller   
[Lu en VO]
Déçue, déçue, déçue. Le résumé promettait une héroïne guerrière, un dieu, une quête impossible, des terres sauvages... et j'en ai pas vu grand-chose.

Les 50 premières pages, déjà, c'est le récit de ce qui est déjà dit dans le résumé. Pour un roman qui en fait 250, c'est quand même pas mal. Une petite scène de combat en intro, histoire de rappeler que l'héroïne est BADASS, et puis hop, on peut ensuite se concentrer sur bien plus important, à savoir "est-ce que machin va m'embrasser ou est-ce que je fais le premier pas ?". Aaaarg, alerte héroïne prépubère. Lorsque, finalement, l'épreuve arrive et qu'elle se fait trahir puis jeter (ce qu'on sait déjà puisqu'on a lu le résumé), Rasmira entre dans les terres sauvages, un no man's land où personne ne survit plus de 2 jours... Sauf qu'elle, elle randonne un peu puis s'endort oklm au pied d'un arbre. AU PIED. D'UN ARBRE. Pire technique de survie EVER.

Bref, je ne vais pas tout raconter, ça gâcherait le plaisir, mais l'histoire manque vraiment de maturité. La vie sentimentale de l'héroïne prend le pas sur sa survie, les terres sauvages sont justes inhabitées par l'homme et n'ont pas l'air si dangereuses que ça, on croise le grand méchant dieu 4 fois max dans tout le roman et, pour une guerrière, Rasmira se laisse quand même un peu trop surprendre par tout le monde. Ah, sans oublier que les personnages sont superficiels et plats (Rasmira a 5 sœurs et même celle qu'on voit le plus manque horriblement de substance), que certains d'entre eux feraient bien de faire une bonne vieille thérapie au lieu de gâcher la vie des autres, et que tout se résout un peu trop facilement. C'est clairement du young adult, voire plus jeune, or la couverture et le résumé ne le laissaient pas du tout transparaître. Too bad.

Cela dit, +1 point bonus pour l'humour (surtout celui de Soren, mamma mia j'aime ce garçon).