Livres
454 882
Membres
403 825

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Parfait, dit Lupin lorsqu'il vit entrer Tonk et Harry. Je pense qu'il nous reste à peu près une minute. Nous devrions peut-être sortir dans le jardin pour nous tenir prêts. Harry, j'ai laissé un mot à ta tante et à ton oncle pour leur dire de ne pas s'inquiéter...

-Ils ne s'inquiéteront pas, assura-t-il.

-...que tu es en sécurité...

-Ça va les déprimer.

-...et que tu les reverras l'été prochain.

-C'est vraiment indispensable ?

Lupin sourit mais s'abstint de tout commentaire.

Afficher en entier

- Ron, dit Hermione d'un air très digne en trempant la pointe de sa plume dans son encrier, tu es le butor le plus insensible que j'aie jamais eu l'infortune de rencontrer.

Un silence un peu étonné accueillit ce discours.

- Il est impossible de ressentir tout ça à la fois sans exploser, dit enfin Ron.

- Ce n'est pas parce que tu as la capacité émotionnelle d'une cuillère à café qu'il en va de même pour tout le monde, dit Hermione d'un ton féroce en reprenant sa plume.

Afficher en entier

"-Voyez-vous, monsieur le ministre, il y a bien des sujets sur lesquels je suis en désaccord avec Dumbledore... Mais il faut lui reconnaître qu'il ne manque pas de style..."

Afficher en entier

Une semaine après le départ de Fred et de Georges, Harry vit le professeur McDonagall passer devant Peeves, occupé à détacher du plafond un lustre de cristal, et aurait juré l'avoir entendue dire du coin des lèvres à l'esprit frappeur : "Il faut le dévisser dans l'autre sens".

Afficher en entier

- Vous ne savez pas ce que c'est! Ni l'un ni l'autre vous n'avez eu à l'affronter ! Vous pensez qu'il suffit de se souvenir de quelques sortilèges et de les lui jeter à la figure, comme si on était en classe ? Pendant tout le temps où vous êtes face à lui, vous savez qu'entre vous et la mort, il n'y a plus rien d'autre que votre... votre cerveau, vos tripes, ou je ne sais quoi. Comme si on pouvait réfléchir normalement quand on sait que dans une fraction de seconde, on va se faire tuer, torturer ou voir ses amis mourir... ils ne nous ont jamais appris ça en classe, ce que c'est que d'affronter ce genre de choses... Et vous deux, vous êtes là à faire comme sij'étais un brave garçon bien intelligent sous prétexte que je suis vivant, comme si Diggory, lui, n'était qu'un idiot qui a raté son coup... Vous n'y comprenez rien,j'aurais très bien pu mourir à sa place, c'est ce qui se serait passé si Voldemort n'avait pas eu besoin de moi...

Afficher en entier

Elle embrassa à nouveau Ron sur la joue, renifla bruyamment puis se hâta de sortir.

Fred et George échangèrent un regard.

- J'espère que tu ne seras pas fâché si on s'abstient de t'embrasser, Ron? dit Fred d'un ton faussement anxieux.

- On peut remplacer ça par une révérence si tu préfère, dit George.

- ça suffit, répliqua Ron avec un froncement de sourcils.

- Sinon quoi? dit Fred, un sourire malveillant s'étalant sur ses lèvres. Tu vas nous donner une retenue ?

- J'aimerais beaucoup qu'il essaye, ricana George.

- Il pourrait très bien, si vous ne faites pas attention à vous! intervint Hermione avec colère.

Fred et George éclatèrent de rire.

- Laisse tomber, Hermione, grommela Ron.

-Il va falloir qu'on surveille notre conduite, George, dit Fred qui faisait mine de trambler. Avec ces deux-là pour nous surveiller...

- Oui, j'ai bien peur que la belle époque où on se fichait du règlement soit terminée, dit George avec un hochement de tête.

Et dans un "Crac!" sonore, les jumeaux transplanèrent.

Afficher en entier

Ron montra son insigne.

Mrs Weasley poussa un cri aussi perçant que celui d'Hermione.

-Je n'arrive pas à le croire ! Je n'arrive pas à le croire ! Oh, Ron, c'est tellement merveilleux ! Un préfet ! Tout le monde l'a été dans la famille !

-Et Fred et moi, on est qui ? Des voisins de palier ? s'indigna George.

Sa mère l'écarta et serra dans ses bras son plus jeune fils.

Afficher en entier

" E pour Effort Exceptionnel, dit George. D'ailleurs, j'ai toujours pensé que Fred et moi aurions dû avoir un E dans toutes les matières parce que le simple fait de nous présenter aux examens constituait en soi un effort exceptionnel."

Afficher en entier

La moustache de l'oncle Vernon sembla se hérisser d'indignation . Peut-être parce que le chapeau melon de Maugrey lui donnait la fausse impression qu'il avait affaire a quelqu'un de son espèce , il s'adressa à lui :

- À ma connaissance ce qui se passe chez moi ne vous regarde pas...

- Je crois qui ce qui échappe à votre connaissance remplirait plusieurs volumes , Dursley , gronda Maugrey .

- De toute façon , la question n'est pas là , intervint Tonks .

Ses cheveux roses semblait choquer la tante Pétunia plus encore que tout le reste et elle préféra fermer les yeux plutôt que de la regarder .

- La question , c'est que si jamais on apprend que vous avez été odieux avec Harry...

-Et ne vous y tromper pas , nous le saurons , ajouta Lupin d'un ton aimable .

- Oui , assura Mr Weasley , nous le saurons même si vous l’empêchez de se servir de féléphone...

- Téléphone , souffla Hermione .

- Ouais , si jamais on a le moindre soupçon que Potter a été maltraité de quelque manière que ce soit , c'est à nous que vous devrez en répondre , avertit Maugrey .

L'oncle Vernon gonfla la poitrine d'un air menaçant . Son indignation semblait l'emporter sur la peur qui lui inspirait cette bande d'olibrius .

- S'agit-il de menace , Monsieur ? dit-il , si fort que des passants tournèrent la tête vers lui .

- En effet , répondit Fol Œil apparemment satisfait que l'oncle Vernon ait compris si rapidement le message .

- Et vous croyez que je suis le genre d'homme à me laisser intimider ? aboya l'oncle Vernon .

Maugery repoussa son chapeau melon pour découvrir son œil magique qui pivotait en tous sens d'un air sinistre . Horrifié , l'oncle Vernon fit un bond en arrière et se cogna douloureusement contre un chariot à bagages .

- Eh bien... oui , dit Maugrey , je crois que vous êtes ce genre d'homme .

Il se tourna vers Harry .

- Alors Potter... préviens-nous si tu a besoin d'aide . Si on a pas de nouvelle de toi de toi trois jours de suite , on enverra quelqu'un pour voir ce qui se passe...

Afficher en entier

"SIRIUS BLACK EST-IL AUSSI NOIR QU'ON LE DEPEINT?

Un redoutable tueur en série ou un innocent chanteur de variétés? [...]

Les gens n'ont pas compris que Sirius Black est un faux nom, affirme Mrs Purkiss. L'homme que l'on croit être Sirius Black n'est autre que Stubby Boardman, le chanteur du groupe Croque-Mitaines, qui a quitté la vie publique après avoir reçu un navet en pleine figure lors d'un concert donné à Little Norton, il y a près de quinze ans."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode