Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Hathor13 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Rêve du retour Le Rêve du retour
Horacio Castellanos Moya   
Erasmo Aragón est un journaliste salvadorien exilé au Mexique. Au début des années 90, le gouvernement du Salvador et la guérilla entament des négociations ; il songe à regagner son pays d’origine, ce qui lui permettrait également de planter là sa femme et sa fille, qui l’énervent prodigieusement (d’autant plus qu’Eva sa femme vient de lui révéler sa liaison avec un acteur de pacotille). Hanté par des souvenirs confus, de vieilles culpabilités et la peur de ce qui l’attend au Salvador – après tout, il a toujours soutenu la guérilla – il vit dans un état second, coincé entre les vapeurs de l’alcool et les bouffées d’angoisse. Terrorisé par une douleur lancinante au foie qui l’empêcherait presque de boire si elle ne le poussait pas à se précipiter un peu plus dans la vodka tonic, il consulte don Chente Alvarado, un vieux médecin placide qui lui prescrit des séances d’hypnose censées le soulager.
Au réveil, il ne se rappelle de rien.
Paranoïaque, égoïste, velléitaire, le narrateur nous entraîne dans un flot de phrases délirantes, au bord de la crise de nerfs, de soirées arrosées en lendemains de cuites, obsessionnel jusqu’à la déraison, organique, désagréable. Avec ce roman brillant, Castellanos Moya continue sa grande exploration de la violence, ici incrustée au plus profond de l’individu, comme si la guerre habitait les corps bien longtemps après la fin des hostilités.

« Ce roman a l'intense vigueur des grandes fictions. »
Charles Finch, New York Times

« Il figure parmi les Latino-Américains contemporains les plus singuliers et les plus incisifs. »
Michel La Pointe, The Los Angeles Review of Books

« Moya prouve à nouveau qu'il est un maître du roman. »
Publisher's weekly

par x-Key
Cette nuit, je l'ai vue Cette nuit, je l'ai vue
Drago Jančar   
La fin de ce roman me laisse une impression de malaise. Pendant toute l’histoire, j’ai attendu de découvrir le fin mot de cette disparition mystérieuse… et maintenant, j’hésite entre la tristesse et la colère, l’écoeurement.

Que je vous explique. En 1944 en Slovénie, Veronika et son mari disparaissent. Plus tard, cinq personnages, à différentes époques, se rappellent le couple et surtout la fascinante Veronika. Dans les cinq parties du roman, les narrateur.rice.s nous approchent de plus en plus près de la vérité, jusqu’à ce que le cinquième narrateur la fasse éclater.

Les souvenirs sont alourdis des sentiments qui animent chaque narrateur.rice : un amoureux perdu, une mère folle de chagrin, un ami qui ne veut reconnaître sa part de responsabilité, une amie qui n’a rien pu faire et celui qui a poussé un des premiers dominos.
J’ai eu peu de mal avec les trois premiers narrateur.rice.s. Leur complainte lancinante était très répétitive et une fois que l’on connaissait les principaux évènements, cela n’apportait pas grand-chose de les voir par les yeux de ceux/celles qui n’ont jamais percé le mystère. J’ai donc passé une grande partie de ma lecture à m’ennuyer un peu. En revanche, la fougue de Jozi et le remords mêlé de honte et de fatalisme de Jeranek ont dynamisé un peu le récit, jusqu’à finir par me faire vraiment réagir…

Ce roman, c’est une facette de la Seconde Guerre mondiale en Slovénie. Je regrette un peu le manque d’explications et de contextualisation ; j’aurais aimé mieux comprendre les évènements et pouvoir les situer historiquement.
C’est une expérience intéressante de voir le même personnage, l’héroïne, par les yeux de plusieurs personnes et ne jamais la connaître « de l’intérieur ». Chaque narrateur.rice a vécu une histoire différente avec elle, mais chacun.e s’accorde sur son excentricité, sur sa gentillesse, sur son étonnant magnétisme. [spoiler]Jusqu’au bout, j’ai espéré… la fin n’en a été que plus cruelle. [/spoiler]

Ce roman a quelque chose d'unique. Je ne l'ai peut-être pas apprécié à sa juste valeur, mais je crois qu'il va me marquer pendant quelques temps...
Trois sœurs et un prince, Tome 1 : J'ai épousé un duc Trois sœurs et un prince, Tome 1 : J'ai épousé un duc
Katharine Ashe   
J'ai été surtout intriguée par cette histoire de : une des trois soeurs épousera un prince ! Je me demande comment cela va se dérouler, mais pour ce faire, il faut lire cette série !

Alors, l'idée n'est pas mauvaise et les personnages sont plaisants. Arabella semble plutôt sûre d'elle, têtue et un poil effrontée au début du tome. C'est surtout qu'elle est prête à tout pour retrouver ses parents et déterminée à épouser un prince. C'est pour ça qu'elle s'engage sur le navire de marchandise d'un certain pirate.
Ledit pirate Luc n'en est pas vraiment un, il cache en quelque sorte son identité. Après tout c'est un duc qui gouverne un vulgaire bateau de marchandises.

Les deux protagonistes sont plutôt irrités l'un par l'autre mais aussi intrigués. Ils s'évitent, se cherchent, on sent naître l'attirance, mais ils ont chacun des projets à mener de leur côté. S'ensuit une série d'aventures assez rocambolesques qui aboutit à un drôle de mariage.

J'ai trouvé l'ensemble assez sympathique, voire drôle parfois. La fin est originale aussi, quoiqu'un peu tirée par les cheveux. Certains moments semblent incongrus mais les personnages sont attachants et on tient à leur fin heureuse.

par Thyda
La Vénus anatomique La Vénus anatomique
Xavier Mauméjean   
Beaucoup d'espoir déçu pour ma part. Ce livre avait tout pour me plaire: je suis fan d'Uchronie, l'action se situe en 1752 (le siècle des lumières, époque rarement utilisé dans les uchronies), X. Mauméjean utilise des personnages célèbres existants(tel que Julien Offroy de la Mettrie-chirurgien et philosophe, l’ingénieur Vaucanson-célèbre concepteur d’automates, Honoré Fragonard-anatomiste de génie et cousin du peintre, Giacomo Casanova, le chevalier d'Éon,Jean-Sébastien Bach,...) et les fait se rencontrer. Malgré un début flamboyant tant sur l'histoire, la narration et le rythme nous arrivons malheureusement en milieu de roman sur un rythme qui se décompose, un intrigue qui se perd et dont l'histoire en pâtit. Le fait de commencer le roman à la manière "de cape et d'épée" à la Dumas et progressivement passer sur le mode scientifique n'a pas du être simple à mettre en place.

par dune92
Les Sœurs Talbot, Tome 1 : L'Inoubliable voyage de Sophie Les Sœurs Talbot, Tome 1 : L'Inoubliable voyage de Sophie
Sarah MacLean   
Un roman bien sympathique qui met en scène Sophie, une jeune Lady qui ne supporte plus la société londonienne, ses codes et ses faux-semblants. Elle décide donc de s’enfuir, en se servant du marquis d’Eversley (tout du moins de sa voiture). Ce dernier représente tout ce qu’elle déteste : arrogant, charmeur ... Le voyage va cependant les rapprocher …

Sophie et Eversley sont deux personnages fort sympathiques bien que l’on devine dès le départ la fin du roman. Beaucoup de situations sont tirées par les cheveux, et les péripéties s’enchaînent, jusqu’à ce que l’on se demande quand va enfin arriver la fin de ce voyage. Cela n’empêche que l’on veut absolument connaître la suite, car on assiste à leur rapprochement au fur et à mesure. Mais chaque fois qu’un personnage fait un pas en avant, l’autre en fait deux en arrière, au point que l’on est envie de les secouer un bon coup. Ils partent tous les deux avec des à priori sur l’autre et il est intéressant de les voir se découvrir. Le roman était bien, quoique la fin ait un peu traîné en longueur, la romance bien menée et les personnages sont approfondis. Une bonne lecture en somme !

par benerogue
La Famille York, Tome 2 : Coeur Brisé La Famille York, Tome 2 : Coeur Brisé
Victoria Dahl   
Une très bonne suite de la Famille York.
Alors que le premier tome est plus basé sur l'humour, celui-ci est un peu plus sérieux entouré de non-dit et de mensonges.
Un moment agréable qui manque peut-être d'un peu de rebondissents.
La ville fond La ville fond
Quentin Leclerc   
Bram et le chauffeur traversèrent un premier champ de blé. Ils manquèrent de se perdre à plusieurs reprises, mais Bram parvint à chaque fois à les guider dans les rangées d’épis. Le ciel était dégagé et la nuit tombait à pic sur eux. Lorsqu’ils levaient la tête, la disposition des étoiles les étourdissait. Le chauffeur vomit sur ses chaussures et imprégna ses vêtements de l’odeur. Une fois sortis du champ, ils franchirent les ronces et les orties d’un fossé de bord de route, s’écorchant là les mollets sous le tissu de leurs pantalons. Ils suivirent le tracé de la route, mais Bram ne la reconnaissait pas. Bram n’empruntait jamais les routes lors de ses promenades car il trouvait que les rares voitures qui passaient y roulaient trop vite, et il craignait les accidents. À peine eurent-ils fait quelques mètres sur la chaussée qu’il préféra attirer le chauffeur vers une forêt à proximité. Un panneau installé par la ville détaillait quelques informations à propos de la forêt. Cette partie de la forêt était la pointe, l’extrémité, d’un ensemble bien plus important qui entourait presque l’intégralité de la campagne, une forêt d’ailleurs réputée pour sa faune et protégée par diverses associations écologiques. Plusieurs circuits de randonnée étaient tracés à l’intérieur de cette immense forêt, mais les promeneurs, pensa Bram, toujours stimulés par des envies d’aventure, s’y égaraient souvent, nécessitant le déploiement des secours qui faisaient parfois de macabres découvertes tant la forêt était fréquentée par divers maniaques et autres dangereux désaxés, comme l’avait une fois confié le commissaire au journal télévisé. Bram et le chauffeur s’engouffrèrent dans la forêt.

par MiLn
Soleil Indien Soleil Indien
Nan Ryan   
Bien qu'au départ j'ai été un peu perdue par les personnages et la première scène avec Jim Savin, je n'ai pas tardé à devenir addict du roman. Bon d'accord, j'ai toujours adoré les amérindiens et mon rève est d'apprendre leurs langues et coutumes, ce qui a surement dû influencer ma note. Mais quand même... c'est un roman avec un peu de suspens, une très belle intrigue et Nan Ryan a su manier les révélations des secrets. Tout comme la relation entre nos deux protagonistes qui fluctue au gré de leurs émotions, leur relation n'est pas immédiate, on patiente on trépigne et on aime ça!
Toute la partie qui concerne la vie des amérindiens m'a bien évidemment séduite et les deux personnages ont amené ce petit plus qu'on aime tant!
Seul petit bémol, parfois j'ai eu un peu de mal avec le style de l'auteure mais rien de bien gênant...

par Milju
Highlands' Lairds, Tome 1: Le Secret de Judith Highlands' Lairds, Tome 1: Le Secret de Judith
Julie Garwood   
Un autre récit de Julie Garwood sur les Highlanders tout à fait délicieux!
Les dialogues ainsi que l'interaction des personnages sont très souvent désopilants, vous arrachant un rire involontaire. Cette auteure a cette particularité d'allier le romantique, l'historique et l'humour avec une facilité et une aisance déconcertante.
Judith rencontre son amie France Catherine alors qu'elle n'a que quatre ans et leur amitié naissante ne cessera de grandir au fil des ans, bien que l'une soit Anglaise et l'autre Ecossaise.

C'est pour honorer une de ses promesses que Judith se rend au chevet de son amie, escortée par un Laird Ecossais tout ce qu'il y a de plus viril, farouche, ténébreux et néanmoins sensuel, tendre et passionné. Durant le trajet qui durera une semaine, ces deux êtres se rendront compte à quel point l'attirance, le désir et le trouble les submergent lorsqu'ils sont à proximité.
Nombres de péripéties s'enchainent tant lors du voyage qu'une fois arrivé à bon port.
Bien qu'étant Anglaise, les qualités de coeur, le courage, la témérité et l'entêtement de Judith n'auront de cesse de séduire et charmer son entourage, à commencer par Ian, cet Highlander intrépide et insatiable qui se retrouve complètement dérouté et totalement envouté par ce petit bout de femme.
A LIRE !


par ccmars
Zoo des chimères Zoo des chimères
Chantal Robillard   
Voyage immobile au coeur d'un étrange parc d'attractions. On croise aussi bien des animaux que des créatures mythologiques ou des personnages de contes ou d'histoires populaires. Des courts textes drôles ou profonds, servis par une écriture particulière, puisqu'elle utilise les contraintes de l'Oulipo. Une expérience de lecture qui rappelle "les exercices de style", avec une dimension fantastique.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2013/05/someone-told-me-its-all-happening-at-zoo.html