Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Hawlink : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
En attendant Bojangles En attendant Bojangles
Olivier Bourdeaut   
Livre acheté un peu par hasard, et surtout par curiosité, je l'avoue. La couverture me plaisait, la référence à Nina Simone aussi, il trônait dans les meilleures ventes en plus. Bon par contre la quatrième de couverture, franchement, s'il n'y en avait pas eu ça m'aurait fait le même effet. A sa lecture je ne comprenais pas vraiment où on voulait m'embarquer. Tout ça m'a intrigué, j'ai donc acheté le livre. Et puis finalement, je ne le regrette pas du tout. Je ressors de ma lecture conquise, j'aurais bien aimé le double de pages pour prolonger le plaisir.

Ce livre m'a beaucoup fait penser à "L'Écume des jours" de Boris Vian. Je trouve qu'on y retrouve la même folie et le même coté un peu rêveur, la même ambiance jazzy et festive, les mêmes personnages attachants, la même jolie histoire d'amour. Mais aussi le même mélange de légèreté et de thème grave (ici la maladie mentale de la mère, eh oui, c'était donc de ça qu'on parlait sur la quatrième de couverture), la même évolution des personnages, qui peuvent monter très haut dans le bonheur comme redescendre très bas dans le malheur, et la même émotion à sa lecture. Il ne manque que les jeux de mot, en fait. Et en même temps, j'ai en aucun cas eu une impression de "plagiat". Même s'il y a une filiation évidente, on a quand même deux entités qui m'ont semblé clairement distinctes.

Je n'ai pas grand chose de plus à ajouter, quand on fait une comparaison si flatteuse, sans dire que la ressemblance est gênante, c'est forcément qu'on a aimé le livre. Pour une raison que je n'arrive pas réellement à identifier, je pense même avoir préféré ce livre à "L'Écume des jours". D'une certaine façon je l'ai trouvé plus moderne et actuel. Il a une fraicheur qui le rend super agréable à lire. On va aussi plus au but, on ne s'embarrasse d'aucun de personnage secondaire, ce qui permet de plonger complètement dans la vie de Georges et sa femme. Et de leur fils également. Je trouve très intéressant de voir l'histoire raconté du point de vu de l'enfant le plus souvent, avec quelques incursions du point de vu du père quand cela est nécessaire.
Sur ma peau Sur ma peau
Gillian Flynn   
Je suis très étonnée par toutes les bonnes critiques que ce livre a reçu.
Parfois je suis mitigée mais cette fois-ci, même pas, j'ai vraiment trouvé ce livre sans intérêt.

Je ne suis vraiment pas parvenue à accrocher aux personnages. J'ai trouvé Camille sans intérêt, à la fois adulte et enfant, alcoolique par-dessus le marché, et sans bon sens.
La mère paraissait complètement bipolaire.
Amma était un personnage intéressant mais son jeune âge lui faisait perdre toute crédibilité.
Richard... Quel policier couche avec un témoin comme ça ?

J'ai trouvé le livre malsain, les personnages malsains, tous alcooliques ou dépressifs, à penser qu'une fellation peut résoudre les malentendus, à se droguer à 13 ans. Peut-être suis-je naïve mais ça me paraissait tellement absurde. Ces enfants qui avait déjà couché ensemble les uns avec les autres aussi jeunes, ces personnages fades et tous clichés. Et Camille qui ne pense pas que le fait que quatre joueurs de football profitent de son état secondaire dû à l'alcool pour l'allonger s'apparente à un viol. Merci bien à l'image que cela véhicule ! Allez-y les gars, vous n'avez pas besoin du consentement d'une femme complètement inconsciente pour vous la taper, ce ne sera pas considéré comme un viol.

Une fin expéditive sans grand intérêt.

par Nie-chan
"Ma Vie" – Souvenirs, rêves et pensées
Carl Gustav Jung   
Livre passionnant mais il faut s'accrocher pour le lire. A éviter en cas de fatigue intellectuelle ou de déprime. Je le recommande tout de même car il est vraiment très intéressant. On découvre cet homme sous un autre angle

par Marjogch
L'espace du rêve L'espace du rêve
David Lynch   
Dans ces mémoires uniques et hybrides, qui sont aussi particulières que l'homme lui-même, Lynch se confie pour la première fois sur sa vie, toujours en quête d'une vision singulière, et sur les nombreux chagrins d'amour et épreuves qu'il a affrontés pour mener à bien ses projets peu orthodoxes, parfois avec succès, parfois sans. Les réflexions lyriques, intensément intimes et sans aucun filtre de Lynch sont précédées de sections biographiques, écrites par sa proche collaboratrice Kristine Mckenna et basées sur plus de cent interviews inédites avec des membres de sa famille, des acteurs, des agents, des musiciens et des collègues dans plusieurs domaines, qui ont chacun leur propre version de ce qu'il s'est passé.

Room to dream est un livre-monument qui offre un exceptionnel et accessible voyage dans la vie et l'esprit de l'un des artistes vivants les plus timides, énigmatiques et authentiques.
La Conjuration des imbéciles La Conjuration des imbéciles
John Kennedy Toole   
Infiniment drôle, c'est le fond critique et finalement sans gaieté de ce livre qui en fait un chef d'oeuvre.
Je pense que décrire ce livre comme humoristique serait une grossière erreur, car malgré les nombreux fou rires qu'il provoque, ce bouquin dénote une grande détresse de la part du "héros" qui ne trouve pas sa place dans la société américaine, et ne souhaite pas la trouver.
C'est un livre sur lequel je crois sincèrement qu'il faut s'attarder. L'humour est subtil, la critique toujours omniprésente mais si bien amenée... L'auteur était un grand, cela ne fait aucun doute.

par Lilith-
Le coeur est un chasseur solitaire Le coeur est un chasseur solitaire
Carson McCullers   
J'ai lu ce livre cinq fois. La dernière fois il y a plus de quinze ans. Chaque fois que je l'ai lu, je vivais un peu plus chacun des personnages. A chaque fois, je découvrais un peu plus la vie, la profondeur, l'immensité de ce roman qui était bien plus qu'un roman. Une fois, j'étais Mick; une autre fois, j'étais Jake; une autre fois, le docteur Copeland; en quatrième, le barman...; j'ai essayé d'être Singer, avant de comprendre qu'il était le contenant -qui ne pouvait être contenu. Il était le catalyseur de l'histoire.

Et lorsqu'on apprend que l'auteure avait vingt ans à peine au moment d'écrire ce livre, on se demande comment c'est possible...

Ce livre n'est pas seulement une fresque du Sud des USA; c'est un livre à la fois universel et traversant le temps.

Carson, on ne peut que t'aimer, décidément. Car, si l'auteur(e) et son oeuvre se confondent, c'est le roman d'un amour infini de toi pour nous, et de tes lecteurs pour toi.

par thitho
Le Capital Le Capital
Karl Marx   
Avec un tube d'aspirine ça se lit très bien. Mais quand même, quand on sait qu'une poignée d'individus ramasse les richesses du monde entier en endettant des pays entiers comme le notre et bien d'autres encore, on se dit que si ce livre n'est pas une bible, il n'en demeure pas moins plein de bon sens.

par Tiket34